Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Olivier Forlin, Le fascisme. Historiographie et enjeux mémoriels

Paris, La Découverte, 2013, 406 pages, 26 €
Xavier Tabet
p. 190-194
Bibliographical reference

Olivier Forlin, Le fascisme. Historiographie et enjeux mémoriels. Paris, La Découverte, 2013, 406 pages, 26 €

Full text

1Le livre d’Olivier Forlin, Le fascisme. Historiographie et enjeux mémoriels, représente un outil utile et bien conçu pour tous ceux qui désirent s’aventurer dans le maquis des différentes interprétations du fascisme, autant sur le plan historiographique et philosophique que sur celui, plus mouvant, des débats publics et politiques, dans des contextes nationaux divers, de 1945 à nos jours. Il ne saurait être ici question de résumer cet ouvrage dans la mesure où il est lui-même fondé sur un ensemble, fort bien articulé, de présentations et de « résumés » des principaux livres et travaux collectifs qui ont marqué l’histoire des lectures du phénomène fasciste. Il convient plutôt de préciser d’emblée quelques éléments importants relatifs à son optique, avant d’en venir à sa conception d’ensemble.

2Dans cet ouvrage – qui s’inscrit dans la lignée des travaux précédents de l’auteur, consacrés aux rapports intellectuels entre la France et l’Italie de l’immédiat après-guerre à nos jours –, c’est une perspective tout à la fois italienne et française qui prédomine, dans la mesure où une large place est faite à la question des interprétations du fascisme italien, mais également à celle, tout aussi complexe, des controverses relatives à l’existence ou non d’un fascisme français. Si l’Italie ne figure pas dans le titre, la question du fascisme italien occupe de fait une place prédominante dans l’architecture de ce travail. Mais une attention soutenue est accordée, par-delà les cas italien et français, à la dimension internationale du fascisme, considéré à travers les différences géographiques et intrinsèques entre les différents mouvements et régimes fascistes, ou fascisants, qui ont vu le jour en Europe dans l’entre-deux-guerres ; de même qu’est traitée la question de l’existence de fascismes hors d’Europe, après 1945, à travers l’évocation des débats historiographiques concernant surtout l’Amérique latine. Précisons également que cet ouvrage, paru fort à propos dans la collection intitulée Écritures de l’histoire, envisage à plusieurs niveaux les différentes « écritures » du fascisme. Ce ne sont en effet pas seulement les interprétations savantes qui sont prises en compte, mais une part importante est faite aux débats publics et aux « enjeux mémoriels », en particulier à travers la reconstruction, claire et détaillée, des débats italiens récents relatifs à la question du révisionnisme.

3Ajoutons enfin que la très conséquente bibliographie (p. 351-390) occupe une place centrale dans l’architecture du volume, puisque des renvois constants et précis sont faits aux différents ouvrages et articles évoqués et analysés. Le lecteur dispose donc non seulement d’un outil bibliographique remarquable, mais c’est véritablement l’ensemble du livre qui est conçu comme un dialogue serré entre le texte et la bibliographie. De sorte qu’on peut le considérer comme une « bibliographie commentée » au meilleur sens du terme, par-delà les inévitables simplifications ou rapprochements entre certains auteurs, réunis parfois d’abord à travers l’évocation de certaines de leurs thèses principales, par-delà leurs autres différences (c’est le cas par exemple, au chapitre 5, du rapprochement entre les travaux d’Ernst Nolte et ceux de George L. Mosse, significatifs de la volonté d’historiciser le fascisme qui se fait jour à partir des années soixante, mais tout de même très différents dans leur optique ; ou encore, au chapitre précédent, de ceux d’un politologue comme Ernesto Galli della Loggia dont les essais « à effet », à tendance révisionniste, sont rapprochés des travaux de fond de l’historien Renzo De Felice).

4Du point de vue de son organisation, l’ouvrage est articulé en deux parties. La première constitue un bloc et réunit les quatre premiers chapitres (p. 15-136), consacrés à l’évocation chronologique des grandes interprétations du fascisme, depuis les lectures « classiques » élaborées dans l’entre-deux-guerres puis consolidées dans l’immédiat après-guerre, en dépit du refoulement mémoriel qui caractérise cette période, jusqu’au tournant des années soixante. C’est alors que furent remises en question les interprétations « globalisantes » du fascisme, conçu de façon « générique », au profit d’une vision « historicisée », au cours d’une « période de retour à l’histoire et de surgissement d’une mémoire collective depuis la fin des années 1960 jusqu’à nos jours » (p. 12) ; une période où l’accent est mis désormais sur les singularités des différents fascismes, sur celles qui distinguent le fascisme du nazisme (à la suite de l’affirmation de la « singularité », ou de l’« unicité », de la Shoah), sur la dimension idéologique et culturelle du phénomène, mais aussi sur la recherche d’une pluralité de facteurs explicatifs.

5La seconde partie (p. 137-341) est constituée par un ensemble de sept chapitres. Ceux-ci reprennent nécessairement certains éléments évoqués au cours des quatre premiers, mais à travers l’évocation circonstanciée de questions et problématiques centrales du débat historiographique et public portant sur la nature et la mémoire des fascismes. En effet, comme on l’aura compris, la question de la pluralité et de la « multidimensionnalité » du fascisme – tout à la fois du point de vue géographique et théorique – est au cœur de cet ouvrage, même si son titre ne considère le fascisme qu’au singulier. Ce n’est ainsi pas un hasard, me semble-t-il, si le chapitre de « jonction » entre les deux « parties » du livre s’intitule « Fascisme ou fascismes ? » (chap. 5). Celui-ci est consacré à la question de l’unité, tout à la fois territoriale et conceptuelle, du phénomène fasciste, que l’on tend aujourd’hui à ne plus considérer de façon générique, en ne se bornant plus à identifier la question de son « essence » à celle de ses origines. C’est le cas en particulier des tentatives de définition faites par Emilio Gentile, l’historien italien qui – mettant l’accent sur les aspects idéologiques et culturels, tout en ne négligeant pas la dimension organisationnelle – fait autorité dans le panorama actuel des études sur le fascisme. Grâce à un ensemble de traductions récentes, ses travaux sont désormais connus en France (Pour ou contre César ? Les religions chrétiennes face aux totalitarismes, traduit de l’italien par Stéphanie Lanfranchi, Paris, Aubier, 2013, pour le plus récent), tandis que, dans la génération précédente, l’œuvre « monumentale » de Renzo De Felice n’a été en revanche que très partiellement traduite.

6Par la suite sont traitées d’autres questions, qui constituent toutes des objets centraux et des problématiques essentielles de l’historiographie du fascisme. En effet, après un chapitre évoquant les rapports du fascisme italien avec le monde extérieur (chap. 6), est abordée la question, très débattue, de savoir si le fascisme a été un phénomène révolutionnaire (chap. 7), une « révolution au-delà de la révolution », selon l’expression d’Emilio Gentile, ce qui est à présent communément admis alors que cela était difficile à envisager lorsque l’hégémonie des lectures marxiste et libérale-démocrate interdisait de le penser. Il en va ainsi également de la dimension totalitaire du fascisme (chap. 8) ; une dimension sur laquelle les travaux actuels insistent beaucoup, alors qu’elle avait été longtemps évacuée dans l’Italie de l’après-guerre comme conséquence de « la tendance à la défascisation rétrospective du fascisme et, corrélativement, au refoulement mémoriel entourant le ventennio et son héritage qui se dessine dans l’Italie du second après-guerre » (p. 241). Idem pour la question concernant les rapports entre fascisme italien et antisémitisme (chap. 9), un sujet devenu très actuel dans les années quatre-vingt-dix et 2000 en Italie, après que les historiens, à rebours du mythe du « bon Italien », ont réévalué l’importance de l’antisémitisme fasciste, à un moment où la question de l’antisémitisme et du racisme a pris les allures d’un débat national lorsque l’Italie a commencé à connaître des problèmes d’immigration jusqu’alors inédits. Quant aux deux chapitres finaux, ils sont consacrés, dans un retour à la France, aux controverses sur l’existence d’un fascisme français dans l’entre-deux-guerres (chap. 10) ainsi qu’à celles relatives à la nature du régime de Vichy (chap. 11).

7Si toutes ces questions font l’objet à chaque fois d’un traitement spécifique, il va de soi que de très nombreux liens les unissent et que l’auteur ne les envisage jamais comme des problématiques isolées, mais s’emploie, par des rappels et des renvois internes, à en montrer l’emboîtement. Ces relations sont particulièrement évidentes entre la question de la nature révolutionnaire du fascisme et celle de l’efficacité heuristique de la notion de totalitarisme, qui amène – comme c’est le cas dans les travaux d’Emilio Gentile ou de George L. Mosse – à mettre en avant la dimension palingénésique du fascisme, qui faisait la part belle au mythe de la création d’un homme « nouveau », dans le cadre d’une conception « moderniste ».

8Réaffirmons donc, encore une fois, la grande utilité de ce livre, qui se présente en réalité comme une sorte de « manuel », dans lequel apparaît louable l’effort de clarification, d’explicitation, de « cartographie » des hypothèses et des positions, à destination d’un public étranger, peu au fait en général de la richesse et des méandres de la production historique italienne. Certes, les informations contenues ici sont nécessairement très nombreuses, et l’absence assumée de parti pris de l’auteur face au caléidoscope des interprétations présentées peut amener un lecteur non spécialiste à s’effrayer de la multiplicité des lectures tout à tour évoquées ; mais elle le poussera certainement à vouloir revenir sur certaines œuvres fondamentales, situées avec efficacité dans un contexte d’ensemble. Ce dernier est du reste toujours reconstruit dans sa chronologie, avec le souci permanent de retracer à chaque fois la genèse de la problématique concernée et ses différentes phases historiographiques, avant l’exposé des tendances et orientations les plus récentes.

9En même temps, cet ouvrage contient indéniablement une optique et une originalité propres. Celles-ci me semblent se situer d’abord dans le choix de mêler, comme je l’ai dit, le plan de l’historiographie et celui des débats publics, lorsque les discussions des historiens ont pu prendre l’allure de controverses, en se déplaçant sur le terrain des « usages publics », amplifiés par les médias de masse et par les récupérations politiques de tous bords. Pour le cas italien, mais aussi pour le cas français, cette articulation est très réussie. Il en va ainsi dans les pages du chapitre 4 (« Le fascisme objet d’histoire, enjeu de mémoire, des années 1960 au début du xxie siècle ») qui exposent d’abord les débats italiens relatifs à ce que l’on a appelé la « crise de l’antifascisme » à partir des années quatre-vingt-dix et l’émergence d’un courant dit révisionniste, dans le cadre du « ventennio » berlusconien, avant d’en venir à ceux qui se sont étendus, au cours des années 2000, à la mémoire de la « guerre civile » italienne, selon une expression devenue courante à la suite du grand livre de Claudio Pavone (Una guerra civile. Saggio storico sulla moralità nella Resistenza, Turin, Bollati Boringhieri, 1991, traduit en français en 2005).

10Dans tous ces registres, la mise en perspective des problématiques italiennes et françaises est éclairante. C’est ainsi que l’auteur revient de façon convaincante sur la façon dont, jusque dans les années soixante, autant en Italie qu’en France, il y eut la tendance à une sorte de « défascisation rétrospective » du fascisme. Celle-ci s’exprima dans l’hexagone à travers les travaux de René Rémond, dont la thèse d’un pays structuré en « trois droites » (légitimiste, orléaniste et bonapartiste) ne laissait que peu de place à l’identification d’une tradition fasciste française, jusqu’à ce que, dans les années quatre-vingt, les travaux de Zeev Sternhell, entre autres, ne viennent renverser cette perspective, au moment de la percée politique du Front national. En même temps, Olivier Forlin fait remarquer à juste titre que, s’ils ont été animés en France dans les années quatre-vingt, ces débats n’ont par la suite pas connu la virulence de ceux qui, dans la péninsule, ont porté sur la mémoire du fascisme, avec souvent l’expression de formes ouvertes de réhabilitation du régime et de dénigrement de la mémoire de l’antifascisme et de la Résistance. Ceci illustre, selon l’auteur, une différence de taille entre l’Italie et la France. Si en Italie la crise de l’antifascisme est allée de pair avec une remise en question radicale de l’identité nationale, fondée sur l’antifascisme comme ciment idéologique de la République, en France, en revanche, l’identité nationale « n’a pas été questionnée au point de paraître en voie de désagrégation et de menacer, dans cette perspective, la République : c’est qu’elle repose aussi sur d’autres piliers fondamentaux que l’antifascisme et la Résistance (principes de 1789, idée de nation identifiée à ceux-ci, laïcité) » (p. 128).

Top of page

References

Electronic reference

Xavier Tabet, « Olivier Forlin, Le fascisme. Historiographie et enjeux mémoriels », Laboratoire italien [Online], 14 | 2014, Online since 19 November 2014, connection on 25 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/802

Top of page

About the author

Xavier Tabet

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page