Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Brigitte Urbani, Jongleurs des temps modernes. Dario Fo et Franca Rame

Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence (Textuelles Univers littéraires), 2013, 304 pages, 26 €
Giulia Filacanapa
p. 198-200
Bibliographical reference

Brigitte Urbani, Jongleurs des temps modernes. Dario Fo et Franca Rame. Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence (Textuelles Univers littéraires), 2013, 304 pages, 26 €

Full text

1Brigitte Urbani nous offre le premier ouvrage français entièrement dédié au travail artistique de deux Jongleurs des temps modernes. Dario Fo et Franca Rame, publié par les Presses universitaires de Provence dans la collection « Textuelles Univers littéraires ». Le fait que leur théâtre était au programme de l’agrégation et du CAPES d’italien pour les sessions 2011 et 2013 a grandement favorisé l’organisation de tables rondes et de journées d’études qui ont souvent débouché sur des publications. Mais si l’on regarde la riche bibliographie que B. Urbani propose à la fin de son volume, on se rend vite compte que non seulement il manque à l’heure actuelle une monographie pour un public francophone – une lacune que ce livre tente de combler –, mais que de plus, certains des titres italiens les plus significatifs ne sont toujours pas traduits en français comme, par exemple, les trois monographies suivantes dont l’auteure s’est largement inspirée : La Storia di Dario Fo de Chiara Valenti (Milan, Feltrinelli, 1977), Dario Fo : dalla commedia al monologo (1959-1969) de Simone Soriani (Corazzano, Titivillus, 2007), et I personaggi femminili nel teatro di Dario Fo e Franca Rame de Luciana D’Arcangeli (Florence, Cesati, 2009).

2L’ouvrage s’articule en trois volets complémentaires. Le premier, « Une carrière picaresque », est une présentation chronologique de l’ensemble de la vie artistique du couple, caractérisée – comme l’auteure le déclare – par un « certain didactisme ». Dans ce panorama chronologique, un certain nombre de thématiques récurrentes sont mises en valeur et seront l’objet d’une étude plus approfondie dans la deuxième partie du volume ; on y retrouve le souci constant de contre-information, l’usage de l’histoire comme métamorphose du présent, l’intérêt pour le Moyen Âge, le lien entre religion et politique, la figure du simple d’esprit, l’importance du comique, du grotesque, de l’absurde, etc. Le plus grand mérite de cette partie est d’offrir de brefs rappels historiques qui servent de chapeau à chaque chapitre et qui introduisent le lecteur dans les différentes périodes sociopolitiques qui ont caractérisé l’Italie et « inspiré » l’activité du couple telles que le miracle économique des années soixante, les années de plomb et du terrorisme d’État, l’opération « mains propres » et l’ère berlusconienne. Celles-ci sont décrites et commentées par l’auteure de manière à éclairer les enjeux auxquels Fo et Rame sont confrontés. Les deux autres volets, composés d’études déjà publiées, offrent la possibilité aux lecteurs d’apprécier les différentes contributions selon le besoin et l’intérêt du moment, puisque chaque chapitre est indépendant. En revanche, une lecture chronologique du volume met en évidence de nombreuses répétitions et redites qui en affectent quelque peu la cohérence interne.

3Dario Fo est ce qu’on appelle en Italie un attautore : il est à la fois acteur et auteur, mais surtout un homme de théâtre total qui a consacré sa vie entière à cet art, assumant lui-même toutes les compétences scéniques : acteur, metteur en scène, scénographe, costumier, musicien, peintre et chanteur. Sa vie, avec celle de Franca Rame, est dépeinte par Brigitte Urbani comme une « vaste épopée », comme une « longue pièce de théâtre épique » (p. 11). Né à San Giano, sur le lac Majeur, en 1926, il étudie à l’académie de Brera et à la faculté d’architecture de Milan, où il apprendra les techniques de la peinture qui nourriront l’élaboration de sa grammaire dramaturgique et visuelle. Il commence à se consacrer à la scène en 1952 avec la compagnie I Dritti, créée par Giustino Durano et Franco Parenti, qui met en scène ses deux premières comédies : Il dito nell’occhio et I sani da legare. C’est dans ces années-là que Dario Fo rencontre Franca Rame avec qui il crée, en 1958, la compagnie Fo-Rame, active jusqu’en 1968 et, ensemble, ils se produisent dans les circuits institutionnels du théâtre bourgeois italien. Cette première partie de leur carrière, communément appelée celle du « théâtre bourgeois », représente dans l’économie du volume le deuxième chapitre du premier volet, qui en comporte huit, décrivant de manière chronologique les étapes qui « ont jalonné les soixante années et plus de la vie professionnelle du couple » (p. 11). L’auteure retrace ensuite les événements de la « période rouge » dont la création, en 1968, de l’association Nuova Scena qui se produit à l’intérieur des circuits ARCI (Association récréative culturelle italienne), puis, en 1970, du collectif théâtral La Comune, lié aux mouvements d’extrême gauche, et qui se termine avec l’installation de la compagnie en 1973 dans la Palazzina Liberty de Milan. Ces trois phases, qui composent les années les plus engagées politiquement de la carrière du couple, sont marquées par trois chefs-d’œuvre auxquels l’auteure consacre une étude approfondie : Mistero buffo (Mystère bouffe, 1969), Morte accidentale di un anarchico (Mort accidentelled’un anarchiste, 1970) et Non si paga, non si paga ! (Faut pas payer !, 1973). En 1979, le couple est contraint de réintégrer le circuit traditionnel du théâtre italien ; c’est le début de ce que l’on nomme la « phase rose », pendant laquelle « les spectacles demeurent engagés, mais l’orientation de type politique est beaucoup moins engagée » (p. 11). C’est à partir de ce moment que Franca Rame s’impose elle aussi comme auteure et « jongleuse », et une large place lui est, à juste titre, consacrée dans le volume. C’est ainsi que, « sans cesser de travailler avec Dario, elle se démarque en tant qu’actrice et auteur engagée aux côtés des femmes à qui elle prête sa voix, sa parole, son jeu » (p. 129). Son théâtre vieillira moins vite que celui de Fo, parce qu’il est – selon Brigitte Urbani – plus universel et moins lié à l’actualité.

4Les études qui composent le deuxième volet, « Joyeuses écritures du passé, écritures satiriques du présent », se concentrent sur les spectacles où l’idée d’un usage détourné de l’histoire, en mettant « le doigt dans l’œil » à l’histoire officielle telle que la racontent les manuels scolaires, se fait de plus en plus présente. De ce fait, « à travers un passé démystifié ou grotesquement manipulé, Dario Fo entend donc démystifier le présent, mais aussi réveiller le spectateur/lecteur, ou du moins l’éduquer » (p. 100). Dans la troisième partie, « Parcours transversaux dans un monde en folie », l’auteure revient sur les spectacles les plus significatifs du couple, cette fois avec une approche thématique, en se concentrant sur certaines techniques dramaturgiques et choix artistiques récurrents qui en font l’originalité : l’importance des prologues, l’idée du théâtre comme outil d’information et de contre-information, l’usage de la folie, la place consacrée au langage du corps, et en particulier à ses parties basses, et enfin la technique du théâtre dans le théâtre, miroir déformant de la société qui permet d’en « accentuer les défauts et révèle des vérités cachées tout en suscitant le rire » (p. 179).

5Le couple, si l’on s’en tient au titre du volume, « se place en jongleur des temps modernes, héritier de ceux du Moyen-âge » (p. 41). Le nouveau jongleur devient, dans l’interprétation de l’auteure, « le symbole intemporel et universel de la lutte du peuple contre l’oppression » (p. 45). D’ailleurs, c’est cette même interprétation romantique du jongleur médiéval qui a inspiré la commission suédoise du prix Nobel de littérature quand elle l’attribua à Dario Fo en 1997, affirmant qu’il « tourne le pouvoir en dérision et rend leur dignité aux opprimés », poussant l’auditoire à « prendre conscience des abus et des injustices de la société ». Le théâtre des deux artistes est un théâtre évidemment engagé, mais « à aucun moment le public n’a l’impression d’assister à un meeting déguisé » (p. 5). De ce fait, le volume tend, dans son ensemble, à expliciter et illustrer le fait que le théâtre politique, tel que Fo l’entend, ne se limite pas au contenu, mais que la manière dont ce théâtre est élaboré, produit et diffusé en est l’essence même. Sa fonction est de « dessiller les yeux du public et ouvrir grand son cerveau » (p. 29) pour y enfoncer grâce au rire « les clous de la raison » afin d’éviter « une réception uniquement émotionnelle et cathartique » (p. 41). Notre société, aliénée et aliénante, selon Brigitte Urbani, caractérisée par la corruption, les scandales, l’exploitation, est une société sur le chemin de la folie. « Par chance, de temps en temps quelque fou cherche à ouvrir les yeux aux aveugles et à les sauver malgré eux » (p. 210).

Top of page

References

Electronic reference

Giulia Filacanapa, « Brigitte Urbani, Jongleurs des temps modernes. Dario Fo et Franca Rame », Laboratoire italien [Online], 14 | 2014, Online since 19 November 2014, connection on 25 May 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/807

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page