Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Introduction

Marco Fincardi and Xavier Tabet
p. 5-9

Full text

  • 1 J. Améry, Par-delà le crime et le châtiment. Essai pour surmonter l’insurmontable [1966], Arles, Ac (...)

1S’il est des lieux symboliques, des lieux qui semblent condenser l’esprit d’une époque, en incarner les grandes tendances, idéologiques et culturelles, cela ne semble pas a priori être le cas pour Venise au xxe siècle. Elle apparaît en quelque sorte comme une « idée » du passé, voire une idée dépassée. La première guerre met fin au long xixe siècle ; elle met également fin à un « monde d’hier » qui avait trouvé en Venise un lieu idéal, une ville phare du romantisme, puis des mythologies symbolistes et décadentes. Avant la première guerre, les futuristes, à travers les textes de Marinetti – Contre le clair de lune, ou Contre Venise passéiste – avaient déjà tenté de répudier une ville « cloaque suprême du passéisme ». Cette ville « posthume » n’était décidément pas en phase avec la modernité d’un nouveau monde de la vitesse et de l’électricité. Par la suite, la seconde guerre mondiale mettra définitivement fin aux mythologies barrésiennes et wagnériennes, la mort à Auschwitz représentant, comme l’a affirmé avec profondeur le philosophe et survivant Jean Améry, la mort de la mort à Venise1.

  • 2 Cf. La Grande Venezia. Una metropoli incompiuta tra Otto e Novecento, G. Zucconi éd., Venise, Marsi (...)

2En Italie, à l’aube du xxe siècle, c’est pourtant une nouvelle idée de Venise qui est élaborée. Elle sert de support idéologique aux principales transformations matérielles du xxe siècle vénitien, et en particulier à la mise en place du port industriel de Marghera. À partir de la première guerre mondiale, au moment où un ordre nouveau est en train de se mettre en place, on tente de fonder sur la tradition impériale de la Sérénissime, et du mare nostrum, les bases historiques de l’impérialisme adriatique de l’Italie fasciste. Passée la période d’« élaboration du deuil » (Mario Isnenghi) au cours du xixe siècle, la grande Venezia est appelée à renouer avec son passé d’ancienne reine de l’Adriatique et à se projeter dans la modernité2. Afin de contribuer à la puissance de « l’État moderne » italien, elle est appelée à se réinventer un destin tout en échappant à tout prix à la Venise « faisandée » des étrangers. Au début du xxe siècle, pour les intellectuels et les artistes qui forment l’opinion publique italienne, Venise apparaît comme une ville qui doit se libérer de son aspect décati, usé, et s’adapter à une modernité faite de machines et de puissance. Autour de Giuseppe Volpi, inventeur de la zone industrielle de Marghera en 1917, puis ministre des Finances de Mussolini, et nouveau doge symbolique de Venise, émerge une nouvelle classe dirigeante, composée d’industriels italiens alliés à des membres éminents de vieilles familles du patriciat vénitien.

3Ce n’est que dans les années soixante que les modèles élaborés durant la première partie du xxe siècle deviendront obsolètes, avec le déclin du complexe de Marghera. Dans l’après-guerre, c’est aussi le modèle de développement industriel et d’équilibre entre l’« ancienne » Venise et la « moderne » qui commencera à s’effriter. Le mythe nationaliste de la grande Venezia, élaboré à l’époque de Volpi, se transforme alors en « problème de Venise », comme s’intitule le colloque organisé en 1962 par la Fondation Cini. Après la très grave acqua alta de 1966, il apparaît de façon toujours plus évidente que la « nouvelle Venise », celle de Porto Marghera, loin de protéger l’« ancienne », représente pour elle une menace, à cause en particulier des modifications que le port industriel a fait subir à l’écosystème lagunaire. Aujourd’hui, beaucoup estiment que ce modèle de développement a été néfaste. Il n’en reste pas moins vrai qu’il fut, à l’époque nationaliste et fasciste, le dernier modèle de développement pensé pour la ville ; et c’est avec ce passé que doit encore « faire ses comptes » la Venise contemporaine.

  • 3 M. Isnenghi, « Fine della storia ? », dans Venezia. Itinerari per la storia della città, S. Gasparr (...)

4C’est dans cette optique que, durant les trente dernières années, la Venise de l’époque nationaliste, puis fasciste, a été étudiée de façon systématique, et dans une perspective résolument historique. De sorte que l’on peut affirmer qu’est aujourd’hui en partie comblé le manque que Mario Isnenghi pointait encore dans les années quatre-vingt-dix, lorsqu’il affirmait que la Venise fasciste représentait « un univers qui est en grande partie encore à explorer et à éclairer »3. Les articles de ce numéro illustrent les acquis contemporains de la recherche. Ils donnent une grande importance à l’histoire de la grande Venezia et à son héritage contemporain, autant pour ses réalisations que pour les impasses auxquelles a conduit l’élaboration du dernier mythe italien de Venise. Ce volume entend donc contribuer à la diffusion hors de l’Italie d’une nouvelle historiographie qui a pris pour objet l’ensemble du xxe siècle vénitien, un siècle qui désormais appartient bien au passé.

  • 4 Cfr. Storia di Venezia. L’Ottocento e il Novecento, S. Woolf, M. Isnenghi éd., Rome, Istituto dell’ (...)

5Ce renouveau a été illustré par les trois volumes consacrés à l’histoire de Venise aux xixe et xxe siècles, publiés en 2002 sous la direction de Stuart Woolf et de Mario Isnenghi. En 1998, l’entreprise historiographique la plus importante des dernières décennies, la Storia di Venezia, publiée en huit volumes sous l’égide de la Fondation Cini et de la Région Vénétie (Rome, Istituto dell’Enciclopedia Italiana), semble achevée lorsque paraît le dernier volume, et ce conformément au sous-titre général de l’ensemble : Des origines à la chute de la Sérénissime. Pourtant, lorsque quatre ans plus tard sortent ces trois autres volumes, la preuve est faite que l’histoire de Venise ne saurait s’arrêter à la fin du xviiie siècle, et qu’un nouvel objet d’études a pleinement « émergé », à partir des travaux réalisés souvent par des chercheurs liés à l’université Cà Foscari4. Par la suite, la création d’une collection éditoriale, Novecento a Venezia : le memorie, le storie, dirigée par Mario Isnenghi, a permis de montrer l’existence, pour le xxe siècle, d’un véritable « laboratoire vénitien ». Ces ouvrages récents ont mis à la disposition des chercheurs et du public un ensemble d’analyses sur la vie politique, culturelle et sociale de Venise au xxe siècle, dont peu de villes italiennes disposent pour l’histoire contemporaine.

6De nos jours, l’appel à « sauver Venise » représente peut-être l’une des dernières métamorphoses du mythe de Venise, devenu celui de la sauvegarde d’une ville symbole de nos responsabilités. Ce sont ainsi les diverses modalités de sauvegarde de la ville qui sont l’objet d’un débat. Celui-ci tourne, en partie, autour de l’utilité du Mose (le module expérimental électromécanique, en cours d’installation aux bouches du port du Lido, de Malamocco et de Chioggia). Le financement de ce vaste projet, devant assurer la « sécurité » de la ville face à la montée des eaux, a par ailleurs été, tout récemment, au cœur d’un important scandale financier qui a secoué la classe dirigeante vénitienne. Plus largement, les débats opposent ceux qui désirent pour Venise un « retour à l’île » et une clôture sur elle-même, et ceux qui sont partisans d’une ouverture de la ville, conçue alors comme une « ville métropolitaine », et refusent de considérer Venise comme une île prisonnière de sa lagune. À une époque où le modèle de développement industriel montre toutes ses limites et où les formes traditionnelles de transport dans les grandes villes sont indéniablement en crise, c’est du fait même de son « inactualité » que Venise, ville à dimension humaine par excellence, peut apparaître comme le laboratoire d’une autre voie de développement.

  • 5 A. Fontana, « Civitas metaphysica », dans Venezia da Stato a mito, Venise, Marsilio, 1997, p. 47-60

7Qu’en est-il de l’idée de Venise au xxe siècle ? Qu’en est-il du rapport à la modernité de cette « ville métaphysique »5, qui a incarné pendant si longtemps, en Occident, une forme de résistance au changement ? Telles sont les interrogations de fond qui sont au cœur de ce numéro de Laboratoire italien. La question envisagée ici est celle de l’incontro/scontro, de la rencontre/affrontement, entre Venise et les nouveautés du xxe siècle. Cette rencontre est considérée dans ses différents aspects, et sur ses différents versants : ceux de la politique et des idéologies, de l’urbanisme et de l’architecture, de la culture et des arts, du tourisme et des stéréotypes.

8Après l’écroulement des mythes de puissance du xxe siècle, et après l’inondation de 1966, Venise est souvent apparue comme un fragile trésor du passé qu’il faudrait sauver d’une mort annoncée. Les menaces qui pèsent sur elle ne sont pas seulement dues au dépérissement de la vie sociale et culturelle d’une ville qui risque de devenir un de ces « non-lieux » évoqués par Marc Augé, abandonné à la seule exploitation d’un tourisme de plus en plus inadapté à ses structures. Mais elles proviennent également, dans une certaine mesure, des transformations profondes entraînées par les modernisations du xxe siècle. Cependant, de nombreuses analyses ont tendu à considérer que le déclin de la ville remontait à la chute de la République aristocratique, à la fin du xviiie siècle, lorsque la disparition de la Sérénissime aurait figé la ville dans un passé immuable. Ce numéro entend, au contraire, montrer la complexité de l’histoire contemporaine de Venise ; une histoire qui ne s’est pas arrêtée lorsque Venise a cessé d’être la « colonie vierge de l’ancien monde », selon l’expression de Chateaubriand. L’image de Venise qui ressort des textes réunis dans ce volume est celle d’une ville toujours vivante. La complexité de cette image amène à les lire comme une mosaïque de style byzantin composée d’une multiplicité de fragments ; ou comme l’archipel de la lagune vénitienne, formé d’une pluralité d’îles, de dimensions à chaque fois différentes. Remettant en question certains lieux communs, ils tracent, pour le xxe siècle, le cadre d’une ville en continuelle transformation, une ville qui est loin d’être immobile.

Top of page

Notes

1 J. Améry, Par-delà le crime et le châtiment. Essai pour surmonter l’insurmontable [1966], Arles, Actes Sud (Babel), 2005.

2 Cf. La Grande Venezia. Una metropoli incompiuta tra Otto e Novecento, G. Zucconi éd., Venise, Marsilio, 2002 ; La Venezia di Gino Damerini (1881-1967), vol. 38 de Ateneo veneto, F. M. Paladini éd., 2000.

3 M. Isnenghi, « Fine della storia ? », dans Venezia. Itinerari per la storia della città, S. Gasparri, G. Levi, P. Moro éd., Bologne, Il Mulino, 1997, p. 426.

4 Cfr. Storia di Venezia. L’Ottocento e il Novecento, S. Woolf, M. Isnenghi éd., Rome, Istituto dell’Enciclopedia italiana Treccani, 2002 ; S. Soldani, « Venezia nostra contemporanea », Passato e presente, no 64, 2005, p. 141-155.

5 A. Fontana, « Civitas metaphysica », dans Venezia da Stato a mito, Venise, Marsilio, 1997, p. 47-60.

Top of page

References

Electronic reference

Marco Fincardi and Xavier Tabet, « Introduction », Laboratoire italien [Online], 15 | 2014, Online since , connection on 22 March 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/817

Top of page

About the authors

Marco Fincardi

Enseigne l’histoire contemporaine à l’Université Ca’ Foscari de Venise. Il travaille essentiellement sur l’histoire sociale et l’histoire des cultures populaires. Il fait partie des comités éditoriaux des revues Memoria e ricerca et Venetica. Ses ouvrages récents portent sur la symbologie soviétique dans le mouvement ouvrier italien, les ouvriers agricoles dans la plaine du Pô, les narrations locales de la deuxième guerre mondiale, les Case del popolo dans l’Italie du Nord.

By this author

Xavier Tabet

Professeur au département d’études italiennes de l’Université Paris 8. Ses travaux portent sur la pensée politique et la littérature italienne de la Révolution française au fascisme, et en particulier sur certains mythes italiens des XIXe et XXe siècles, comme ceux de Machiavel et de Venise. Parmi ses principales publications « vénitiennes » : Pierre Daru, Histoire de la République de Venise, introduction, édition du texte, annotation et constitution des annexes, en collaboration avec Alessandro Fontana (Paris, Robert Laffont, 2 volumes, 2004) ; Le mythe de Venise au XIXe siècle, C. del Vento et X. Tabet éd. (Caen, Presses universitaires de Caen, 2006).

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page