Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
1. L'héritage politique de la "Grande Venezia"

Une Venise impériale (1895-1945)

Una Venezia imperiale (1895-1945)
An imperial Venice (1895-1945)
Luca Pes
Translated by Bettina Stefani
p. 43-57

Abstracts

In 1895-1945 Venice was reborn not only under the auspices of tourism, but also of industrialism and imperialism. A network of investors founded monopolistic companies, relying on political and State connections, on nationalism, urban and industrial expansionism. A colonialist entrepreneur became a Fascist leader and accumulated an extraordinary power, with an impact on the city and its image. Nationalism made Venice one of the centers of anti-Austrian and anti-Slavic Adriatic claims, processing imperial rites and myths. The elites united to locally manage modernization in a hierarchical and paternalistic way, supporting the projects of big business, making use of the commercial and naval power of the past as an element of integration and legitimation. Today’s urban order arose in such context, which presented both creative and violent predatory elements.

Top of page

Full text

  • 1 G. Brechin, Imperial San Francisco. Urban Power, Earthly Ruin, Berkeley-Los ­Angeles-Londres, Unive (...)

1Dans un livre paru en 1999, le géographe Gray Brechin soutient que San Francisco, malgré son image lisse et romantique, s’est développée grâce au pouvoir créatif et destructeur de l’expansionnisme urbain, avec des dégâts environnementaux provoqués par l’exploitation des ressources naturelles menée par des dynasties d’entrepreneurs qui ont favorisé des politiques impérialistes, répandu une propagande raciste anti-­japonaise, investi dans l’industrie des armements, construit – en contrôlant l’université et la presse – l’image d’une métropole héritière de Rome, et créé un fort consensus autour de l’idée que « la ville doit grandir »1.

  • 2 L. Mumford, The City in History. Its Origins, its Transformations, and its Prospects, New York, Har (...)

2C’est à Venise que Brechin a l’idée d’écrire cela car, entre toutes, « c’est la ville impériale par excellence ». Il fait référence à la Serenissima. Je me demande s’il n’est pas possible de parler d’une Venise impériale même au xxe siècle. Les sources et l’historiographie semblent le justifier. Il ne s’agit pas de faire une analyse comparative. Il y a beaucoup de différences : dans ces années-là, San Francisco passe de 400 000 habitants (1900) à 1 200 000 (1930) ; la commune lagunaire passe de 150 000 habitants (1901) à 250 000 (1931). J’essaie simplement d’adopter le point de vue de Brechin, inspiré par Lewis Mumford2.

3Venise a connu des impulsions semblables mais avec ses propres caractéristiques : l’ascension d’un réseau d’investisseurs qui créent des sociétés aux tendances monopolistes en pariant sur le rapport avec la politique et l’État, sur le nationalisme, l’expansionnisme urbain et industriel ; la présence d’un entrepreneur colonialiste qui devient hiérarque sous le fascisme et accumule un pouvoir extraordinaire avec un impact sur sa ville et son image ; l’ascension d’un nationalisme qui fait de Venise l’un des centres de la revendication adriatique, anti-autrichienne et anti-slave, et de l’élaboration de rites et de mythes impérialistes ; la capacité des élites à se coaliser pour gérer, au niveau local, la modernisation, dans un sens hiérarchique et paternaliste, en soutenant les projets du big business et en utilisant le passé de puissance commerciale et navale de la ville comme un élément d’intégration et de légitimation. Après la chute de la Serenissima, Venise a été considérée à deux reprises comme morte : en 1848-1849, elle sembla renaître sous l’égide du nationalisme et du constitutionnalisme, en 1895-1945, sous l’égide de l’impérialisme, de l’industrialisme et du tourisme. C’est dans ce second contexte – riche de créativité et de génie, sur un socle violent et prédateur – que naît l’ordre urbain actuel.

  • 3 M. Reberschak, « Gli uomini capitali : il “gruppo veneziano” (Volpi, Cini e gli altri) », Storia di (...)
  • 4 S. Romano, Giuseppe Volpi, Venise, Marsilio, 1997, p. 18-30 ; R. A. Weber, L’imperialismo industria (...)

4Au début du xxe siècle, Venise n’est pas au même niveau de population et de modernisation industrielle que Milan, Turin, Gênes. Pourtant, à cette période s’ouvre un « nouveau cycle ». On pense à une future expansion portuaire. La ville devient le théâtre d’un industrialisme ambitieux, technologique, financier, de portée nationale et internationale, en mesure de la dominer et de la transformer, en lui conférant une centralité inattendue. Cela est rendu possible par le concours de la Banque commerciale et d’un réseau d’investisseurs aristocrates et bourgeois, liés entre eux par des rapports de confiance souvent familiaux ou amicaux. Après la Grande Guerre, ce réseau est reconnu comme étant le « groupe vénitien »3. En 1903-1909, un premier noyau s’aventure au Monténégro. Il obtient le monopole des tabacs et construit des usines à Podgorica et Antivari (Bar). En impliquant le « gotha financier et technique de l’Italie d’aujourd’hui », il crée alors un port à Antivari et un chemin de fer de 44 km jusqu’au lac Scutari (Skadar)4.

  • 5 L. Segreto, « Gli assetti proprietari », Storia dell’industria elettrica in Italia. 3. Espansione e (...)
  • 6 V. Zamagni, The Economic History of Italy 1860-1990, Oxford, Oxford University Press, 1993, p. 292.

5Ce groupe est le protagoniste d’autres entreprises dont la CIGA (Compagnie italienne des grands hôtels), née en 1906 pour développer le Lido, mais qui agit à l’échelle nationale et internationale à partir des années vingt. Ses deux « géants » sont la SADE (Société adriatique de l’électricité) et Porto Marghera. La SADE, fondée en 1905, devient l’une des plus importantes entreprises de distribution et de production d’énergie électrique en Italie. En 1934, elle a presque le monopole de la distribution d’électricité dans tout le Nord-Est : le réseau est présent dans 15 provinces, de l’Istrie au lac de Garde, des Dolomites aux Apennins. C’est aussi une holding financière liée à des entreprises nationales et internationales de différents secteurs. En 1936, c’est la sixième parmi les plus importantes sociétés anonymes italiennes pour les capitaux investis5. Porto Marghera est construit à l’extrémité de la lagune, sur une zone plus étendue que la ville de Venise. Il offre des espaces pour les usines, avec les avantages de la concentration bateau-usine-train. De nombreux établissements – chantiers navals, chimie, pétrole, électrométallurgie – s’y installent, avec la participation d’importantes sociétés nationales. On compte 4 880 employés en 1928, qui deviennent 18 872 en 1939. À la fin des années trente, à Marghera, se concentre la quasi-totalité de la production nationale de plexiglas, de propane, de butane, de cadmium et d’alumine6.

  • 7 F. Piva, Contadini in fabbrica. Il caso Marghera : 1920-1945, Rome, Edizioni lavoro, 1991.

6Monténégro, SADE et Porto Marghera sont dans des logiques de monopole et de croissance constantes. Elles modifient l’environnement, contrôlent des portions de territoire, confisquent le pouvoir aux communautés locales. Le Monopole des Tabacs, au Monténégro, importe des colons italiens et impose la baisse du prix du tabac en contraignant les Monténégrins à abandonner leurs cultures. Le port et le chemin de fer font partie d’un projet plus vaste qui restera inachevé. La SADE construit des centrales, des digues, des lacs artificiels, des conduites souterraines, des postes électriques et des pylônes. Les dérivations en amont détournent l’eau pour d’autres utilisations et modifient le régime des fleuves. Parmi les projets de développement de 1939, il y a l’ébauche du « Grande Vajont » qui sera à l’origine du désastre de 1963 (environ 2 000 morts). Porto Marghera, sorti de terre sur des marécages bonifiés, avec la construction de bassins et de canaux qui modifient l’écosystème lagunaire, comporte des infrastructures ferroviaires, des routes et le pont translagunaire. Les usines engendrent fumées et décharges polluantes ; elles emploient des ouvriers venus de la campagne, dans un rayon de 30 à 35 km, parce qu’ils sont plus enclins à accepter bas salaires et organisation industrielle du travail, au contact de substances nocives7. Le port prévoit la construction d’un quartier de 30 000 personnes. Dès 1925 est prévu un nouveau plan d’agrandissement qui sera la base de la seconde zone industrielle, construite dans les années cinquante et soixante.

7Monténégro, SADE et Porto Marghera existent en lien avec les politiques nationalistes. Leur action s’inscrit dans des contextes stratégiques pour les États : au Monténégro, la nécessité de s’industrialiser et de s’émanciper de l’Autriche-Hongrie ; en Italie, la volonté de développer une grande industrie, de rationaliser la distribution et la production d’énergie électrique, de rivaliser avec les Autrichiens dans l’Adriatique et les Balkans. L’histoire de ces trois initiatives est constellée de concessions, conventions, expropriations, accords, subventions, indemnités de guerre et/ou avantages fiscaux.

  • 8 En français dans le texte.
  • 9 S. Romano, Giuseppe Volpi, ouvr. cité, p. 124-125.
  • 10 R. Petri et M. Reberschak, « La SADE e l’industria chimicae metallurgica », Storia dell’industria e (...)
  • 11 A. Gramsci, Un esame della situazione italiana, relazione al Comitato direttivo del Pci [rapport au (...)
  • 12 Y. De Begnac, Taccuini mussoliniani, F. Perfetti éd., Bologne, Il Mulino, 1990, p. 505-546.

8Giuseppe Volpi est un brasseur d’affaires8, l’interface et le garant entre investisseurs du groupe, banques et autorités politiques : il est en première ligne dans toutes les initiatives, si bien qu’on finit par parler de « groupe Volpi ». Son pouvoir personnel ne cesse de croître. En 1922, il est actionnaire de 55 sociétés en Italie et à l’étranger, il est dans 46 conseils d’administration et, dans 20 d’entre eux, il est président ou vice-président9. À mesure que la SADE accentue son caractère de holding verticalisée, c’est lui qui contrôle toutes les activités10. À la demande du gouvernement, il occupe des fonctions importantes : il est délégué aux négociations de paix à Ouchy (1912), à Paris (1919) et à Rapallo (1920) ; président du Comité de mobilisation industrielle durant la guerre ; gouverneur de la Libye (1921-1925) ; ministre des Finances (1925-1928) ; sénateur (1922-1944) ; président de la Confindustria et, de ce fait, membre du grand Conseil du fascisme (1934-1943). Bien qu’il devienne un hiérarque, son pouvoir repose sur les entreprises, non sur le militantisme. Comme l’observe Antonio Gramsci, Volpi fait partie de ce fascisme qui souhaiterait liquider le parti11. Il attribue à la révolution de 1922 le « rôle de garant de la tranquillité dont le capitalisme a absolument besoin pour prospérer » parce qu’il a évincé les syndicats. Il est en accord avec le régime parce qu’en politique, comme dans l’entreprise, il pense qu’il vaut mieux que tout le pouvoir soit « entre les mains d’un seul ». Il plaît à Mussolini qui estime qu’il est « la seule puissance d’argent sur lequel le fascisme puisse compter inconditionnellement », en lui reconnaissant un patriotisme et une capacité prospective qui va au-delà du profit, en le décrivant comme « le marchand vénitien des Lumières, qui conquiert l’indépendance et propage la civilisation ». C’est ce qui émerge, du moins, de ses entretiens avec Yvon De Begnac12.

  • 13 R. De Felice, Storia degli ebrei sotto il fascismo, Milan, Mondadori, 1977, p. 360.

9À Venise, personne ne peut rivaliser avec ses possessions, sa puissance et ses contacts. Il étend son pouvoir avec boulimie. Il entre en possession, surtout avec la SADE, des principales usines de la ville : la Cotonnerie vénitienne (après la première guerre), la moitié de l’Arsenal (1932), le Moulin Stucky (peu avant ou durant la seconde guerre). Il acquiert les principaux journaux : La Gazzetta di Venezia, en 1926, Il Gazzettino en 1939. Il occupe de nombreuses responsabilités dans les institutions les plus importantes : en 1929, il est nommé marguillier de la basilique Saint-Marc et, en 1930, président de la Biennale. Il devient président des Assurances générales en 1938, après la démission forcée d’Edgardo Morpugo, à la suite d’une campagne antisémite menée par Il Gazzettino. Au Grand Conseil, Volpi avait voté en faveur de l’approbation des lois raciales13.

  • 14 A. Battistella, La Repubblica di Venezia ne’ suoi undici secoli di storia, Venise, Ferrari, 1921, p (...)
  • 15 K. Von Henneberg, Imperial Uncertainties : Architectural Syncretism and Improvisation in Fascist Co (...)
  • 16 G. Volpi, Venezia antica e moderna, Rome, ATENA, 1939, en particulier, p. 21 et 27.

10Ses activités se parent de vénitianité. La CIGA a comme logo les chevaux de Saint-Marc, la SADE, le lion ailé qui apparaît souvent dans les édifices de la société, éparpillés dans des territoires où – pour le dire comme Volpi – « flotte son souvenir »14. Même le réseau électrique, tel qu’il apparaît dans les plans et ensuite dans la mosaïque de Mario De Luigi pour la centrale de Soverzene (1954), renvoie implicitement au domaine de Terre ferme, comme si la SADE l’avait restauré sous une autre forme, avec Marghera au centre. Volpi offre à l’évêque de Tripoli un fragment d’os de Saint-Marc qui reposera désormais à Misurata. Il fait construire, à Tripoli, un palais de gouverneur qui évoque « un je ne sais quoi de nostalgie vénitienne »15. Il favorise des études sur l’histoire de Venise. Lui-même fait une conférence à Zurich dans laquelle il soutient la thèse d’une continuité impériale entre Rome, Venise et le fascisme. Selon lui, le régime fasciste emprunte à la république « la concentration unitaire du commandement » et « la volonté dans l’action impériale », l’État vénitien est « le prototype de l’État oligarchique »16.

  • 17 Y. De Begnac, Taccuini, ouvr. cité, p. 520.
  • 18 G. Bottai, Diario 1935-1944, Milan, Rizzoli, 1982, annotations du 20 août 1938 et du 13 octobre 194 (...)

11Mussolini s’imagine que Volpi est allé dans les Balkans « pour affirmer […] la domination de la Serenissima » et, quand il parle avec lui, il se surprend « à l’appeler doge sérénissime »17. Giuseppe Bottai, après avoir été invité sur son bateau, lui attribue « une profonde générosité dogale » et « le physique et le moral du patron » : selon Volpi, le premier à le surnommer « le doge » aurait été le patriarche Lafontaine18. Sa sépulture aux Frari – après la guerre – permettra de concrétiser cette « qualification » diffuse : c’était le quartier où il avait vécu et l’église où se trouvait la tombe de Francesco Foscari, le (vrai) doge qui, en 1400, avait mené l’expansion en Terre ferme.

  • 19 A. Del Boca, Gli italiani in Libia. Dal fascismo a Gheddafi, Milan, Mondadori, 1994, p. 13-14, 35-3 (...)

12En tant que gouverneur de Libye, Volpi promeut des ouvrages d’urbanisation et le tourisme à Tripoli (Tarābulus). Il met fin à la politique de dialogue et entreprend la « reconquête » militaire de la Tripolitaine, dont le point culminant est la prise de Misurata (Mişrātah), avec des opérations « violentes et impitoyables, sans respect pour les lois de la guerre et les coutumes locales » ; avec l’introduction de normes de discrimination raciale, l’imposition de lourdes contributions, des travaux forcés et des confiscations de terrain pour les donner à « de grandes sociétés, des spéculateurs, des amis du régime »19.

  • 20 G. Ciano, Diario 1937-1943, Milan, Rizzoli, 1990, annotations du 14 octobre 1937 et du 20 juin 1938

13Jusqu’à la fin, Volpi montre son intérêt pour les possibilités qu’offrent les politiques impérialistes, en soutenant l’invasion de l’Éthiopie, en aspirant aussi, selon Galeazzo Ciano, à une nomination en tant que ministre des Colonies, en suggérant en 1938, durant les préparatifs pour l’occupation de l’Albanie, une action en Turquie où il espère réaliser des projets de chemins de fer20.

14En 1941 – pendant la guerre –, il est impliqué dans le dépeçage économique de la Croatie et il s’emploie encore à défendre les intérêts « nationaux » et ceux de son groupe.

  • 21 G. D’Annunzio, L’Allegoria dell’autunno. Omaggio offerto a Venezia, Florence, Roberto Paggi, 1895 ; (...)

15Dans la période du début de l’ascension de Volpi et de ses du groupe vénitien, des intellectuels italiens qui se présentent comme les interprètes des temps modernes proposent des visions viriles et violentes de Venise, par opposition à l’image décadente d’une ville-femme, lieu de ruines et de mort. D’Annunzio la décrit comme une ville qui stimule l’énergie et l’intellect des esprits ambitieux, lieu de rachat et de reconquête armé de la mer ; Marinetti et les Futuristes estiment qu’il faut détruire ces vestiges romantiques pour construire une nouvelle Venise « industrielle, commerciale et militaire sur l’Adriatique, grand lac italien ! », en enterrant les canaux et en brûlant les gondoles21.

  • 22 A. Odenigo, Piero Foscari. Un a vita esemplare, Bologne, Cappelli, 1959, p. 191 et 196.
  • 23 P. Foscari, Per il più largo dominio di Venezia. La città e il porto, Milan, Fratelli Treves, 1917.

16Le lien entre industrialisme, impérialisme et expansion de la ville est confirmé par Piero Foscari, descendant d’une famille dogale, officier de marine en Érythrée et pendant la guerre de Libye. C’est lui qui, en 1904 déjà, démontre qu’on peut concilier les Venises ancienne et moderne en proposant la construction de Porto Marghera, en exploitant « l’immense réserve de force hydroélectrique », en trouvant en Terre ferme un exutoire à la pression immobilière sur la ville. Il est député nationaliste à la Chambre (1909-1919) et sous-secrétaire aux colonies. Dans un contexte dans lequel le patrimoine symbolique de la ville devient, avec celui de Rome, toujours plus important pour les revendications nationales, Foscari estime que la suprématie dans le « Golfe de Venise » est une condition nécessaire pour la sécurité de l’Italie et de l’Europe ; il revendique la vénitianité de la Dalmatie : « Zara la sainte […] Zara plus vénitienne que Mestre et que Trévise »22. Tandis que Porto Marghera contribue à la réaffirmation de la plus large domination de Venise en la reliant à la Méditerranée et en la réintégrant à la Terre ferme23.

  • 24 G. Giuriati, La parabola di Mussolini nei ricordi di un gerarca, Rome-Bari, Laterza, 1981.

17Foscari est un trait d’union entre milieux irrédentistes, sociétés sportives, associations nationalistes et le groupe Volpi, dont il fait partie. Lors de la première guerre mondiale, ces milieux se soudent dans l’interventionnisme. La place Saint-Marc devient un lieu de heurts entre socialistes et étudiants favorables à l’entrée en guerre. L’association Trente et Trieste, qui a transféré son siège national à Venise en 1913, joue, avec la Société Dante Alighieri, un rôle central. Giovanni Giuriati en est le président : avant l’entrée en guerre, il tente d’organiser – sans succès – avec une légion de « réfugiés irrédentistes », nommée légion saint Marc, un incident de frontière avec l’Autriche-Hongrie24.

  • 25 D’Annunzio in cartolina. Mostra iconografica. Dal 27 settembre 1986 – Gardone Riviera, Fondazione d (...)

18En 1915-1918, Venise est en première ligne. Elle subit des bombardements aériens. Les trois quarts des habitants quittent la ville. D’Annunzio décide de s’installer dans la Casetta sur le Canal Grande. Il est capable de faire un mythe de la défense anti-aérienne (« per aria – buona guardia », dans le ciel, faire bonne garde), l’escadrille aérienne « San Marco » (« ti con nu e nu con ti », toi avec nous et nous avec toi), la beffa di Buccari (raid mené par des vedettes lance-torpilles MAS construites dans les chantiers SVAN du groupe Volpi et qui partirent de la Giudecca). En 1918 circulent des cartes postales avec l’étendard de Saint-Marc, Venise en arrière-plan et cette phrase de D’Annunzio : « Nous avons racheté ta beauté à l’aide de nos baïonnettes, et nos veines ont redonné sa pourpre à ton étendard. »25

  • 26 L. Pes, « Il fascismo adriatico », Storia di Venezia, ouvr. cité, vol. II.
  • 27 L. Pes, « Il fascismo urbano a Venezia. Origine e primi sviluppi 1895-1922 », Italia contemporanea, (...)

19Dans l’après-guerre, la ville perd son importance militaire. Le commandant en chef du département maritime est transféré à Pola (Pula). L’arsenal est déclassé et devient une base navale. Le maire, Filippo Grimani, demande et obtient que le bataillon de marine, employé dans la défense de Venise, prenne le nom de Saint-Marc : entre 1924 et 1939, ce bataillon participera à une mission coloniale en Chine, à Tianjin. En 1919, des événements préparatoires à l’expédition de Fiume (Rijeka) se déroulent à Venise : ici arrivent les « argonautes », ici est imprimée la Lettre aux Dalmates. D’Annunzio part en voiture de Mestre. Les événements de Fiume et de l’Adriatique ont un impact sur le fascisme et sur le front nationaliste-impérialiste de la ville. Sous la direction de Piero Marsich, en 1920, le fascio de la ville prévoit une insurrection en réaction au traité de Rapallo et pour défendre Fiume, en projetant, sans succès, l’assassinat de Volpi, alors proche de Giovanni Giolitti et considéré comme complice du renoncement à Fiume et à la Dalmatie26. En 1921, Marsich est le personnage clé de la tentative (qui échouera) de faire de D’Annunzio le chef du fascisme, à la place de Mussolini. Il abandonne le fascisme après le tournant parlementaire. Ses partisans fondent un fascio autonome qui n’aura pas de suite. Finalement, c’est Giuriati qui l’emporte ; c’est un homme d’ordre et un médiateur. Chef de cabinet du gouvernement de Fiume en 1919, il démissionne peu de temps après, quand D’Annunzio refuse d’accepter un accord avec le gouvernement. Il reste en bons termes avec lui mais il préfère Mussolini. Il est parmi les fondateurs d’Alleanza nazionale (Alliance nationale), une coalition de partis bourgeois qui, en 1920 déjà, fait élire pour la première fois en Italie un maire inscrit au fascio, Davide Giordano. En 1922, les libéraux de la ville salueront le fascisme comme le parti qui fait renaître « les vieux principes libéraux sous des expressions nouvelles, plus jeunes et plus ardentes »27. Giuriati fera carrière : ministre des Terres libérées (1922-1923) puis des Travaux publics (1925-1929) ; président de la Chambre (1929-1934) ; secrétaire du parti fasciste (1930-1931).

  • 28 G. Riccamboni, « Cent’anni di elezioni a Venezia », Storia di Venezia, ouvr. cité , vol. II.

20L’histoire des blocs d’ordre à Venise commence en 1895, quand Giuseppe Sarto, le futur pape Pie X, nommé patriarche depuis peu, organise, avec le préfet, une alliance électorale entre catholiques et modérés pour mettre fin à l’expérience du conseil communal progressiste de Riccardo Selvatico. Le conseil avait perturbé un équilibre fondé sur les instituts de bienfaisance, dirigés par l’aristocratie et l’église, et sur un paternalisme encore apprécié par les classes populaires. De nouvelles pratiques comme la fondation de la Bourse du travail, l’abolition de la prière à l’école, la diminution du rôle des religieux dans les œuvres pieuses sont ressenties comme étrangères aux traditions locales ; elles provoquent la crainte d’une transformation dans le contrôle des rapports sociaux et poussent des personnalités opposées à s’allier. L’opération a du succès. Grimani, lui aussi de famille dogale, devient maire. Il reste en fonction jusqu’en 1919 : il y a là une continuité insolite, due à la force croissante de l’électorat socialiste, aux divisions internes à l’aire démocratique, à la rivalité entre démocrates et socialistes qui rendent les blocs populaires impraticables, en favorisant ainsi, lors des élections administratives de 1914, l’élargissement du bloc d’ordre. Avec l’adoption du suffrage (presque) universel, les nationalistes de Foscari s’allient aux catholiques et aux libéraux. Après la sortie de scène de Grimani, Alleanza nazionale (1920) sera encore plus forte. Quand il s’agit d’élections administratives, les affinités sociales l’emportent sur les différences politiques, et c’est là l’expression d’une capacité à communiquer et à se reconnaître qui peut être favorisée par la forme urbaine et par la présence de garants reconnus, porteurs de discours rassembleurs. Volpi n’est pas le seul à craindre les pratiques syndicales et les succès du socialisme. En 1913, Venise est la troisième grande ville d’Italie dans laquelle on vote le plus pour les socialistes28. Depuis cette date, le PS italien est le premier parti de la ville. Mais les élites locales parviennent à le maintenir en minorité parce qu’elles manifestent une capacité d’action non seulement économique et financière mais aussi politique, en faisant front avec l’Église et les classes moyennes, en adoptant des mots d’ordre toujours plus nationalistes et/ou impérialistes, en profitant – dans l’après-guerre – de la capacité de mobilisation et de la violence des fascistes.

  • 29 A. Stouraiti, « Costruendo un luogo della memoria : Lepanto », Meditando sull’evento di Lepanto. Od (...)
  • 30 M. Tomasutti, Perasto 1797. Luogo di storia, luogo di memoria, Padoue, Il Poligrafo, 2007, p. 101.

21En 1896, peu après l’élection du nouveau conseil communal, Pompeo Molmenti – adjoint à l’instruction qui rétablit les prières à l’école – demande la translation du corps de Sebastiano Venier, héros de la bataille de Lépante (1571), dans la basilique Saint-Jean et Saint-Paul, panthéon de la ville, lieu de sépulture des Frères Bandiera et de Domenico Moro29. On passe ainsi d’une phase où l’on commémorait surtout le rôle de la ville dans le Risorgimento, à une autre dans laquelle le centre des célébrations devient le passé de Venise en tant que puissance internationale. Le libéral Molmenti semble chercher dans la défense de la chrétienté et du Stato da mar contre les Turcs une base historique à cette étrange alliance locale avec les catholiques. En 1910, le Conseil choisit d’appeler les rues de la ville en expansion, au Lido, par des noms de personnes et de lieux qui évoquent l’expansion maritime d’antan30. En 1912, l’inauguration du campanile de Saint-Marc reconstruit, coïncide avec la guerre en Libye. Le maire Grimani déclare, dans son discours, que les futures « gloires italiennes » seront certainement « la digne continuation des gloires vénitiennes ». La restauration de la « tour vigoureuse » semble représenter le retour de la virilité à Venise. Cette même année, il y a des élections politiques imprévues. Le socialiste Elia Musatti, qui s’était exprimé contre la guerre africaine, affronte dans son collège électoral une coalition de catholiques-libéraux-nationalistes et démocrates. Pour ces derniers, l’adversaire devient le « candidat ottoman », « le Turc », « El Bey », l’anti-vénitien, l’anti-national. Après la guerre, avec l’Alleanza nazionale et le fascisme, ce mécanisme d’exclusion sert à exclure et à isoler les adversaires en resserrant les rangs du bloc.

  • 31 F. Mariani, F. Stocco et G. Crovato, La reinvenzione di Venezia. Tradizioni cittadine negli anni ru (...)
  • 32 M. Fincardi, « I fasti della “tradizione” : le cerimonie della nuova venezianità », Storia di Venez (...)

22Les mythes déjà élaborés avant 1922, l’utilisation de langages nationalistes, l’Alleanza nazionale au pouvoir à la fin de l’année 1920, tout cela facilite la transition vers le régime. L’OND (l’Œuvre nationale pour le temps libre) centralise toutes les associations en obtenant le monopole du temps libre en ville. Inspirée par Giuriati, elle développe des activités tournées vers la mer : régates, cours de natation, voyages, croisières, colonies de vacances à la mer… On expérimente la communication de masse moderne avec des projections cinématographiques place Saint-Marc, en réorganisant la vie de la ville autour du centre historique. Celui-ci devient le théâtre d’un projet politique de mobilisation et d’éducation de masse avec des aspects « démocratiques » : les masses aussi peuvent profiter d’événements culturels31. Mais le parti tente de contrôler un vénitianisme qui risque de ternir le rôle de Rome et les messages nationaux. C’est pourquoi, même si Venise, dans les années du régime, se présente comme la capitale du Triveneto (Trois Vénéties), riche de symboles et de son passé, certaines initiatives comme le défilé en costumes folkloriques, pensé initialement dans une optique vénitienne-adriatique, se transforme en événement national32. Le régime dépose sur l’urbs plus de symboles impériaux italiens que vénitiens : le temple du soldat inconnu, rive de l’empire, les ruelles de Sant’Elena, qui tirent leurs noms de lieux symboliques de la première guerre mondiale.

  • 33 F. Saccardo, « Venezia nella vita moderna », Francesco Saccardo nella vita – nelle opere – nella pa (...)
  • 34 C. Chinello, Porto Marghera 1902-1926. Alle origini del « problema di Venezia », Venise, Marsilio, (...)

23Dans la première décennie du xxe siècle, certains se disent préoccupés que Venise soit en train de se transformer en « ville musée » et pensent que, pour éviter cela, il est nécessaire que la ville se développe à Marghera et au Lido : c’est ce que pensent aussi bien les socialistes que les catholiques-conservateurs. Francesco Saccardo, directeur du journal catholique La Difesa, lors d’une conférence de l’Union des femmes catholiques en 1910, imagine « une couronne lumineuse de champs et d’ateliers » autour de Venise, avec des liaisons modernes, « rapides et durables » entre le centre et la périphérie33. L’élargissement des frontières administratives est vu comme une opportunité de développement et d’augmentation des profits, rentes, salaires et des revenus pour la commune. En toile de fond, il y a la pauvreté diffuse et le déficit croissant des budgets. Les conseils municipaux soutiennent l’expansion urbaine sans élaborer un projet cohérent : ils jouent un rôle subalterne vis-à-vis des forces économiques. La Commune avait annexé le Lido en 1883 ; à ce moment-là et durant le fascisme, elle construit la nouvelle ville touristique selon les intérêts et les choix de la CIGA. Puis, en 1917, elle appuie in toto la proposition de la Société pour le port industriel de Marghera. Le socialiste Musatti, bien qu’il soit favorable au projet, accuse : « Vous vous êtes laissés facilement rouler par ces messieurs de la Société industrielle [en vous présentant] comme des bénéficiaires plutôt que comme des contractants »34. Ce sont les entreprises du groupe vénitien qui structurent le nouvel ordre urbain. Les intérêts en jeu sont très importants et il s’agit de forces économiques qui font partie du bloc anti-socialiste qui soutient le gouvernement et le régime.

  • 35 R. Bosworth, « Venice between Fascism and International Tourism 1911-45 », Modern Italy, 4, 1999, p (...)
  • 36 S. West, « National desires and regional realities in the Venice Biennale 1895-1914 », Art History, (...)
  • 37 F. Mariani, « Spettacoli e cultura per il grande pubblico », dans F. Mariani, F. Stocco et G. Crova (...)
  • 38 M. Damerini, Gli ultimi anni del Leone. Venezia 1929-1940, Padoue, Il Poligrafo, 1988, p. 176.
  • 39 D. Manetti, « Un’arma poderosissima ». Industria cinematografica e Stato durante il fascismo 1922-1 (...)
  • 40 M. Reberschak, « Giustizia straordinaria ? I verbali della Commissione d’inchiesta del Comitato di (...)

24Les événements culturels organisés durant le fascisme sont aussi le fruit d’une collaboration entre l’OND, l’Office de tourisme, l’Ente promozione turistica (Organisme de promotion touristique), la Biennale et la CIGA ; ainsi se dessine une industrie culturelle qui va au-delà de la rente mais qui reste peu politisée, au point de faire penser que Venise est une ville qui, plutôt que de se convertir « à la vie fasciste », s’applique à sacraliser le temps libre35. Pourtant, l’engagement en faveur du tourisme cosmopolite coexiste avec des pulsions totalitaires et tend à les rendre moins absolues, tout en rendant un service au régime : l’idéologie devient moins visible, comme le voulait Volpi, mais ces événements culturels fortifient le pouvoir. Comme pour la Biennale avant le fascisme, ils peuvent comporter au moins deux niveaux d’utilisation : aux visiteurs étrangers, on montre la modernité et l’internationalisme de l’Italie ; au public local, on lance des messages plus idéologiques et nationalistes36. La présence simultanée des classes populaires, des classes supérieures et des VIP internationaux représente pour une part un moment d’échange interclassiste mais c’est aussi une mise en scène des hiérarchies sociales, rendues explicites par les zones réservées aux privilégiés, les défilés des hiérarques, les discours, les événements collatéraux réservés à quelques-uns37 : il y a là une division entre inclus et exclus qui offre aux inclus des possibilités de socialisation avec le grand monde, en renforçant le sentiment d’appartenance à une élite impériale. À certaines périodes de l’année, Venise retrouve ainsi son rôle de centre d’information et d’échanges, comme dans les grandes capitales. Dans les palais du Canal Grande, il y a une mondanité faite de bals érotiques, de dîners de gala, organisés par des maîtresses de maison comme Nerina Pisani, la femme de Volpi et Annina Morosini, jadis courtisée par le Kaiser. Maria Damerini se rappelle les fêtes fastueuses des années trente dans le palais Volpi, avec les askaris vêtus de blanc qui reçoivent et annoncent les invités dans la salle de bal décorée de fresques d’Ettore Tito représentant les victoires en Lybie, qui valurent à Volpi le titre de comte de Misurata38. Ce monde cosmopolite est possible quand le parti le promeut et le soutient sans trop interférer. La Biennale fonctionne parce que Volpi obtient une sorte d’extra-territorialité. Si l’idéologie l’emporte, le système saute. Les prix attribués au cinéma nazi et fasciste en 1938 entraînent le départ des Français, des Américains et des Anglais et, par suite, la création du festival alternatif de Cannes39. Porto Marghera aussi jouit d’une extra-territorialité. Les corporations n’ont pas l’autorisation d’intervenir sur le recrutement des ouvriers, même lorsque les entreprises montrent leur préférence pour une main-d’œuvre qui vient des campagnes, ce qui est contradictoire avec l’objectif de donner du travail aux habitants du centre historique. Les industriels veulent avoir les mains libres dans la gestion de leurs usines. Le fasciste Vittorio Fantucci soulignera comment Volpi et son associé Vittorio Cini, dans les années trente, avaient exercé, « dans tous les domaines de la vie de la cité », une suprématie dont ils avaient tiré profit pour leurs affaires : « la ville en était réduite à un état de soumission matérielle et morale »40.

 

  • 41 F. Stocco, « Remi e vele », dans F. Mariani, F. Stocco et G. Crovato, La reinvenzione, ouvr. cité, (...)
  • 42 M. Fincardi, « Gli “anni ruggenti” del leone. La moderna realtà del mito di Venezia », Contemporane (...)
  • 43 A. Fradeletto, Venezia antica e nuova, Turin, Società tipografico-editrice nazionale, 1921 ; G. Dam (...)

25L’élargissement administratif de la commune s’opère sous le fascisme : Pellestrina, Murano, Burano, Cavallino sont rattachés à Venise en 1923 ; Mestre et la Terre ferme en 1926. Le patriarche ajuste les frontières du diocèse, non sans quelque problème. Il n’y a pourtant pas de tentatives pour intégrer les nouveaux quartiers de Terre ferme dans une ville commune. Giuriati met l’accent sur les métiers et les sports d’eau pour compenser l’expansion en Terre ferme : « s’enterrer ou naviguer »41. Au lieu de prévoir pour Mestre un statut de future ville ouvrière et de périphérie d’une nouvelle grande ville, le parti lui attribue une vocation de pôle agricole42. Selon la tradition, Mestre reste une « campagne ». Tous les textes sur la Venise moderne et la Venise antique semblent vouloir dire : le moderne, c’est bien s’il n’altère pas l’ancien43. En réalité, la façon dont l’aristocratie (ou les personnages qui s’identifient à elle ou en reproduisent certains traits) reste aux postes de commande et la continuité avec laquelle le pouvoir se pare des mythes glorieux du passé impérial, servent à justifier, légitimer, rendre acceptables les conseils municipaux de droite, les violences fascistes, le régime, les transformations urbaines et la croissance de la ville. On crée ainsi un consensus autour de l’idée que les industries de Porto Marghera, la ville cosmopolite du Lido, les parades du régime, sont dans la continuité et représentent un retour à la Serenissima du temps de son apogée, sans changer la ville, en respectant son héritage culturel.

26À l’expansion industrielle, touristique et urbaine de Venise se mêlent divers éléments qui viennent de son passé de puissance marchande et maritime, du colonialisme africain et de l’impérialisme adriatique. Ce rêve et cette dissimulation s’évanouissent avec la défaite militaire. Nous en ramassons encore les débris.

Top of page

Notes

1 G. Brechin, Imperial San Francisco. Urban Power, Earthly Ruin, Berkeley-Los ­Angeles-Londres, University of California Press, 1999.

2 L. Mumford, The City in History. Its Origins, its Transformations, and its Prospects, New York, Harcourt, Brace & World Inc., 1962. The Myth of Megalopolis.

3 M. Reberschak, « Gli uomini capitali : il “gruppo veneziano” (Volpi, Cini e gli altri) », Storia di Venezia. L’Ottocento e il Novecento, M. Isnenghi et S. Woolf éd., vol. II, Istituto della Enciclopedia Italiana Treccani, Rome, 2002.

4 S. Romano, Giuseppe Volpi, Venise, Marsilio, 1997, p. 18-30 ; R. A. Weber, L’imperialismo industriale italiano. Studio sul prefascismo 1908-1915, Turin, Einaudi, 1974, p. 376-432.

5 L. Segreto, « Gli assetti proprietari », Storia dell’industria elettrica in Italia. 3. Espansione e oligopolio 1926-1945, G. Galasso éd., Rome-Bari, Laterza, 1993, p. 89.

6 V. Zamagni, The Economic History of Italy 1860-1990, Oxford, Oxford University Press, 1993, p. 292.

7 F. Piva, Contadini in fabbrica. Il caso Marghera : 1920-1945, Rome, Edizioni lavoro, 1991.

8 En français dans le texte.

9 S. Romano, Giuseppe Volpi, ouvr. cité, p. 124-125.

10 R. Petri et M. Reberschak, « La SADE e l’industria chimicae metallurgica », Storia dell’industria elettrica, ouvr. cité, p. 752

11 A. Gramsci, Un esame della situazione italiana, relazione al Comitato direttivo del Pci [rapport au comité exécutif du Parti communiste italien] du 2-3 août 1926 ; Id., Sul fascismo, E. Santarelli éd, Rome, Editori Riuniti, 1978, p. 318.

12 Y. De Begnac, Taccuini mussoliniani, F. Perfetti éd., Bologne, Il Mulino, 1990, p. 505-546.

13 R. De Felice, Storia degli ebrei sotto il fascismo, Milan, Mondadori, 1977, p. 360.

14 A. Battistella, La Repubblica di Venezia ne’ suoi undici secoli di storia, Venise, Ferrari, 1921, p. 6.

15 K. Von Henneberg, Imperial Uncertainties : Architectural Syncretism and Improvisation in Fascist Colonial Libya, « Journal of Contemporary History, vol. XXXI, 2, special issue : The Aesthetics of Fascism, avril 1996, p. 385.

16 G. Volpi, Venezia antica e moderna, Rome, ATENA, 1939, en particulier, p. 21 et 27.

17 Y. De Begnac, Taccuini, ouvr. cité, p. 520.

18 G. Bottai, Diario 1935-1944, Milan, Rizzoli, 1982, annotations du 20 août 1938 et du 13 octobre 1942.

19 A. Del Boca, Gli italiani in Libia. Dal fascismo a Gheddafi, Milan, Mondadori, 1994, p. 13-14, 35-39, 47-55 ; N. Labanca, Oltremare. Storia dell’espansione italiana, Bologne, Il Mulino, 2002, p. 147.

20 G. Ciano, Diario 1937-1943, Milan, Rizzoli, 1990, annotations du 14 octobre 1937 et du 20 juin 1938.

21 G. D’Annunzio, L’Allegoria dell’autunno. Omaggio offerto a Venezia, Florence, Roberto Paggi, 1895 ; Id., Il fuoco, Milan, Fratelli Treves, 1900 et La nave, Milan, Fratelli Treves, 1908 ; Manifesto Contro Venezia passatista, 27 avril 1910 et Discorso di Marinetti ai veneziani, 8 juillet 1910.

22 A. Odenigo, Piero Foscari. Un a vita esemplare, Bologne, Cappelli, 1959, p. 191 et 196.

23 P. Foscari, Per il più largo dominio di Venezia. La città e il porto, Milan, Fratelli Treves, 1917.

24 G. Giuriati, La parabola di Mussolini nei ricordi di un gerarca, Rome-Bari, Laterza, 1981.

25 D’Annunzio in cartolina. Mostra iconografica. Dal 27 settembre 1986 – Gardone Riviera, Fondazione del Vittoriale, Gardone Riviera s.d., ill. 190.

26 L. Pes, « Il fascismo adriatico », Storia di Venezia, ouvr. cité, vol. II.

27 L. Pes, « Il fascismo urbano a Venezia. Origine e primi sviluppi 1895-1922 », Italia contemporanea, 169, dècembre 1987.

28 G. Riccamboni, « Cent’anni di elezioni a Venezia », Storia di Venezia, ouvr. cité , vol. II.

29 A. Stouraiti, « Costruendo un luogo della memoria : Lepanto », Meditando sull’evento di Lepanto. Odierne interpretazioni e memorie, Colloque historique sur Venise, 8 novembre 2002, recueil des relations, Venise, 2002, p. 13.

30 M. Tomasutti, Perasto 1797. Luogo di storia, luogo di memoria, Padoue, Il Poligrafo, 2007, p. 101.

31 F. Mariani, F. Stocco et G. Crovato, La reinvenzione di Venezia. Tradizioni cittadine negli anni ruggenti, Padoue, Il Poligrafo, 2007.

32 M. Fincardi, « I fasti della “tradizione” : le cerimonie della nuova venezianità », Storia di Venezia. L’Ottocento e il Novecento, vol. III, M. Isnenghi et S. Woolf éd., Rome, Istituto della enciclopedia Treccani, 2002, p. 1503-1507.

33 F. Saccardo, « Venezia nella vita moderna », Francesco Saccardo nella vita – nelle opere – nella parola, Venise, Tipografia San Marco, 1932, p. 179-181.

34 C. Chinello, Porto Marghera 1902-1926. Alle origini del « problema di Venezia », Venise, Marsilio, 1979, p. 208.

35 R. Bosworth, « Venice between Fascism and International Tourism 1911-45 », Modern Italy, 4, 1999, p. 19.

36 S. West, « National desires and regional realities in the Venice Biennale 1895-1914 », Art History, 18 (3), septembre 1995, p. 421-422.

37 F. Mariani, « Spettacoli e cultura per il grande pubblico », dans F. Mariani, F. Stocco et G. Crovato, La reinvenzione, ouvr. cité, p. 141.

38 M. Damerini, Gli ultimi anni del Leone. Venezia 1929-1940, Padoue, Il Poligrafo, 1988, p. 176.

39 D. Manetti, « Un’arma poderosissima ». Industria cinematografica e Stato durante il fascismo 1922-1943, Milan, Franco Angeli, 2012, p. 130-131.

40 M. Reberschak, « Giustizia straordinaria ? I verbali della Commissione d’inchiesta del Comitato di liberazione nazionale regionale Veneto sul caso Cini », Studi veneti offerti a Gaetano Cozzi, Venise, Il Cardo, p. 468.

41 F. Stocco, « Remi e vele », dans F. Mariani, F. Stocco et G. Crovato, La reinvenzione, ouvr. cité, p. 37.

42 M. Fincardi, « Gli “anni ruggenti” del leone. La moderna realtà del mito di Venezia », Contemporanea, a. IV, 3, juillet 2001, p. 21.

43 A. Fradeletto, Venezia antica e nuova, Turin, Società tipografico-editrice nazionale, 1921 ; G. Damerini, Amor di Venezia, Bologne, Nicola Zanichelli, 1920 ; G. Volpi, Venezia antica e moderna, ouvr. cité.

Top of page

References

Electronic reference

Luca Pes, « Une Venise impériale (1895-1945) », Laboratoire italien [Online], 15 | 2014, Online since 26 October 2015, connection on 22 June 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/823 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.823

Top of page

About the author

Luca Pes

Directeur de l’École de sciences humaines et sociales à la Venice International University, où il enseigne History of Venice et Italian Contemporary History in Films. Il est l’auteur de plusieurs essais sur l’histoire de Venise à l’époque contemporaine, sur la méthodologie de l’histoire locale du présent et sur Lewis Mumford comme historien de la ville.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page