Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Antoine Franzini, La Corse du XVe siècle. Politique et société. 1433-1483

Laurent Baggioni
p. 247-252
Référence(s) :

Antoine Franzini, La Corse du XVe siècle. Politique et société. 1433-1483, Ajaccio, Alain Piazzola, 2005, 742 pages, 28 €.

Texte intégral

1Les cinquante années pour lesquelles Antoine Franzini nous propose son ambitieuse synthèse d’histoire politique et sociale constituent une séquence historique particulièrement redoutable : le ballet des gouverneurs génois, l’instabilité politique dans la cité ligure, les divisions des seigneurs et du parti populaire insulaires ne se prêtent pas volontiers aux explications d’ensemble. Il s’agit pourtant d’une période décisive où la domination génoise expérimente, à travers l’office de Saint-Georges, de nouvelles formes de pouvoir, quelques décennies avant la mise en place par le même office, dès 1483, d’une administration destinée à régir la Corse pendant près d’un siècle.

2Dans cette somme d’histoire sociale qui est aussi un important essai d’interprétation, Antoine Franzini, approfondissant les travaux fondateurs d’Antoine Casanova et de Jean-André Cancellieri, propose une vision renouvelée du Quattrocento insulaire. Refusant de faire une histoire de la Corse vue de Gênes, ou de dresser une chronique myope des événements locaux, Antoine Franzini adopte un autre modèle d’intelligibilité : un double axe focal, placé à la fois sur la Corse et sur l’Italie, dépassant ainsi l’antinomie entre une grande histoire trop souvent sensible aux grands schèmes téléologiques, et une histoire périphérique qui renoncerait un peu facilement à toute forme de hiérarchisation. L’objectif va ainsi bien au-delà de l’évolution de la société corse au cours de ces cinquante années, puisqu’il s’agit de comprendre, de l’intérieur, le rapport qu’elle entretient avec les nouvelles expériences politiques qui se font jour au même moment en Italie.

3Trois parties thématiques s’enchaînent donc : dominer, gouverner, inventer la société. Dans la première partie, Franzini montre comment les deux projets politiques traditionnels – la voie comtale et la voie communale – deviennent peu à peu obsolètes et se reconvertissent en « voie du prince » et en « voie contre le prince », où la volonté de gouverner se substitue à l’ambition de dominer.

4La seconde partie s’intéresse à la façon dont l’ambition de « gouverner » se retrouve au cœur de la « voie contre le prince » représentée par l’office de Saint-Georges, en rupture à bien des égards avec la politique de la Commune. Franzini montre que la première administration de l’office (1453-1463) a constitué un moment nouveau de l’action politique en Corse.

5Dans un troisième moment, « inventer la société », Franzini interroge, à travers un examen minutieux des sources, l’hypothèse d’une transition dans le courant du xve siècle d’une société paysanne vers une société villageoise et paroissiale. Franzini tente ainsi de repérer dans les sources à sa disposition (des registres de taille et des registres d’indulgences) les indices de cette transition.

6Dans la première partie, une façon originale de relier l’histoire corse et l’histoire italienne consiste à considérer d’abord la pensée politique des seigneurs et des populaires corses comme une tentative de réponse à la question suivante : à qui confier la domination ?

7Ainsi, pour les seigneurs du Delà des Monts, qui forment une classe de guerriers divisée mais dotée d’une capacité de mobilisation importante et de moyens militaires non négligeables, la réponse réside dans la voie comtale, incarnée de façon éclatante au début du xve siècle par Vincentello D’istria (comte de 1407 à 1434). Ce choix signifie presque toujours une alliance avec le royaume d’Aragon, puis avec le duché de Milan, qui apportent l’indispensable caution de leur superioritas. La voie comtale demeure pour les féodaux corses la solution la plus conforme à leur discours politique fondé sur l’honneur. Toutefois, en raison du désintérêt des puissances suzeraines, ce discours devient de plus en plus inopérant devant l’émergence d’une « nouvelle idée du prince et de l’État ».

8La domination à laquelle aspire pour sa part le parti populaire n’est autre que celle de la Commune génoise. Le popolo de Corse, dont la composition sociale et la pensée politique ont suscité de nombreuses controverses, est né au siècle précédent, au moment des statuts de 1358, qui organise la dédition de la Corse à la Commune ligure. Mieux encore, pour Franzini, le populus Corsice se constitue dans cet acte même de dédition, à tel point que la fameuse expression Terra di comune, qui apparaît au milieu du xve siècle pour désigner le nord de l’île, signifierait à l’origine Terra di comune di Genova. Franzini analyse par ailleurs l’évolution sociale de ce parti et repère une dissociation de plus en plus importante entre les populaires et leurs premiers chefs, les caporaux, dont les pratiques sociales et les stratégies politiques les rapprochent des seigneurs du Delà des Monts. Le discours anti-caporal va même constituer pour le popolo un motif de ralliement tout au long du xve siècle.

9Tout l’intérêt de cette approche réside dans le fait que la pensée politique corse n’est pas dissociée d’un certain regard sur la politique internationale, notamment italienne. Par ailleurs, les formes de pouvoir induites par ces choix politiques sont également étudiées à la lumière des diverses expériences politiques contemporaines.

10Ainsi, comme nous le montre Franzini, la légitimité comtale évolue : d’une valeur guerrière éprouvée par une série d’actions d’éclats menées à l’extérieur de l’île (c’est le cas pour Giudice de Cinarca, Arrigo della Rocca et Vincentello d’Istria), elle tend à se rapprocher d’une action politique exercée à l’intérieur, laquelle va prendre la forme, pour les derniers comtes du xve siècle, Tommasino Fregoso, son fils Giano II et Giovan Paolo de Leca, d’une véritable vertu politique. En effet, Tommasino aurait été tout proche de mettre en œuvre un principat indépendant, semblable aux nouveaux États de la péninsule, achevant ainsi le passage de la domination par un agent extérieur à un gouvernement par la vertu.

11Pour les populaires, il s’agit au départ d’être régi a popolo e comune, comme la Commune génoise. Mais les statuts de 1358 sont interprétés différemment par cette dernière. Franzini montre comment Gênes délègue en réalité la gestion de l’île à des organismes privés, les maone, qui s’en acquittent selon une logique économique et commerciale. À l’appui de cette thèse, Franzini étudie de façon pénétrante la charge de gouverneur de Corse, pivot de cette illusion politique organisée depuis la cité ligure.

12Ces analyses confèrent à l’histoire corse du xve siècle une profondeur de champ tout à fait nouvelle. Il devient possible de comprendre la Corse de ces années autrement que comme le simple jouet des puissances extérieures ou un chaos d’événements en marge de l’histoire. Ainsi, dans la deuxième partie, l’administration par l’office de Saint-Georges n’est pas seulement analysée dans son fonctionnement mais fait également l’objet d’une réflexion autour de la notion médiévale de gouvernement. À ce titre, Franzini reprend la distinction entre domination et gouvernement proposée par Michel Senellart (Les arts de gouverner. Du « regimen » médiéval au concept de gouvernement, Le Seuil, Paris, 1995, p. 19-22) : tandis que la domination ne vise que sa propre conservation, le gouvernement, à l’époque médiévale, doit être rapporté à un ordre des fins, spirituelles ou civiles. Pour Franzini, donc, l’administration de Saint-Georges, pour brutale qu’elle ait été, relève néanmoins d’un gouvernement, dans la mesure où une volonté d’apporter la paix et le bien aux populaires de l’île vient orienter l’action publique, et justifier la conquête.

13Deux aspects caractérisent donc cette pratique nouvelle du pouvoir par l’office : la préoccupation pour le « gouvernement des âmes », d’une part, à travers la réforme du clergé, le déploiement d’une administration unifiée et salariée, d’autre part, venant rompre avec les anciennes pratiques de domination par délégation.

14Franzini propose tout d’abord une analyse remarquable de la façon dont Saint-Georges parvient à trouver l’appui de la papauté pour s’assurer le contrôle du clergé en Corse. Les intérêts ligures et pontificaux se recoupent sur deux points : la nomination des évêques et le projet de croisade, visant en partie à défendre les comptoirs orientaux de la Commune. Franzini montre de façon convaincante comment dans ces deux cas, la papauté a servi les intérêts génois. Par ailleurs, concernant la mise en place de l’administration, Franzini analyse avec une grande précision les différentes charges (gouverneur, vicaire, trésorier, lieutenant du gouverneur), l’organisation de l’impôt, les moyens militaires et l’administration de la justice.

15Cette volonté de gouverner la Corse en fonction de finalités différentes de la simple domination est étayée dans un chapitre très éclairant, placé de façon surprenante dans la première partie (p. 145-174) et non dans la seconde. Dans ce chapitre, Franzini évoque les visions concurrentes de la Corse dans les cercles humanistes de l’élite urbaine génoise, et les conceptions divergentes du gouvernement qui en découlent. Deux lettres, l’une de Poggio Bracciolini et l’autre d’Antonio Ivani, montrent la vigueur d’une vision naturaliste du bonheur des peuples dans ces cercles lettrés. Chez l’un, c’est l’idée d’une fécondation d’un peuple fruste par la sagesse humaniste qui apparaît au détour de la métaphore topique de l’abeille et des ronces. Chez le second, à la fois proche des Fregoso et du duc de Milan, c’est l’idée d’une pratique naturelle de la liberté et de l’honnêteté chez un peuple primitif, qui pourrait s’épanouir sous l’influence bénéfique d’un prince vertueux. Néanmoins, chez les prédicateurs ou sous la plume d’autres humanistes, la représentation de la nature est plus ambiguë, et glisse facilement d’une rusticité originelle à la sauvagerie la plus dépravée : les mœurs de la Corse sont perverses et extravagantes, seule la contrainte peut parvenir à les réformer. C’est cette dernière conception qui va prévaloir dans la dimension répressive du gouvernement de Saint-Georges, tandis qu’une autre vision de la nature, plus positive, comme abondance de ressources et de richesses, va alimenter une certaine volonté de mise en valeur du territoire.

16Si la description que nous donne Franzini de l’administration et de ses justifications politiques emporte en tout point l’adhésion, certains aspects concernant la nouveauté ou la modernité de ce gouvernement aurait sans doute pu être précisés.

17Tout d’abord, on pourrait objecter à Franzini que la périodisation entre ici en conflit avec la problématique choisie. La première administration de l’office est, en effet, en grande partie une guerre de conquête et l’existence d’un bon gouvernement devrait être interrogée dans la longue période d’administration de l’île par l’office au cours du siècle suivant. Or, pour certains historiens de cette période, comme Antoine-Marie Graziani (La Corse génoise. Économie, Société, Culture. Période moderne, 1453-1768, Alain Piazzola, Ajaccio, 1997), la Corse n’a jamais revêtu pour Gênes qu’un intérêt purement stratégique : il a ainsi été dans l’intérêt de la cité ligure de maintenir dans l’île une sorte de statu quo politique et social, ce que Graziani appelle une « politique de non-développement ». Ces remarques ne nous amènent-elles pas à relativiser le « gouvernement » de Saint-Georges au xve siècle, alors qu’il ne s’agissait pas encore de mettre en valeur les ressources naturelles et humaines ? Par ailleurs, peut-on vraiment gouverner, quand il s’agit surtout de ne rien changer ? Du moins aurait-il été utile de clarifier la distinction entre les projets politiques de l’office au xve et au xvie siècle.

18D’autre part, l’analyse de Michel Senellart, à laquelle se réfère Franzini, propose une généalogie du concept de gouvernement, à travers l’étude de l’autonomisation progressive de la notion par rapport aux finalités spirituelles et civiles auxquelles elle était traditionnellement adossée. Il aurait été également utile d’étudier le rapport entre cette évolution mise en lumière par Senellart et la conception du gouvernement présente dans les cercles humanistes ou dans le discours public de l’office.

19Dans la dernière partie, Franzini étudie la transition de la société corse vers une nouvelle forme d’organisation. L’accent est ici davantage placé sur les réalités insulaires. La temporalité considérée n’est plus le rythme heurté des changements politiques, mais la longue durée des processus sociaux, dont l’horizon est la société villageoise et paroissiale de l’époque moderne. Toutefois, là encore, il ne s’agit pas seulement de décrire les mouvements autonomes de la société, mais de comprendre ce qui la rattache ou l’éloigne des nécessités de la conjoncture politique nouvelle.

20L’analyse quantitative montre une évolution indéniable vers une plus grande concentration de l’habitat, mais selon des modalités et des rythmes différents en fonction des régions. Est-il possible de corréler la localisation de cette rétraction de l’habitat avec une aisance économique, laquelle serait elle-même liée à une plus ou moins grande syntonie avec le monde génois ? L’analyse de la richesse permet certes de dresser des typologies, mais les conclusions doivent être tirées avec prudence. Certains terroirs parmi les plus pauvres, il est vrai, représentent une société paysanne fermée, fonctionnant toujours sur une mode traditionnel, féodal ou communal. Les zones les plus riches au contraire révéleraient des pratiques sociales plus ouvertes, émanant soit d’une classe de notables en devenir, soit, pour le cap Corse, de commerçants traditionnellement marqués par le modèle ligure. Néanmoins l’état des sources ne permet pas de généraliser ces observations à l’ensemble de l’île.

21En revanche, les pratiques liées au culte ont très probablement joué un rôle très important dans l’avènement d’une société villageoise, non qu’elles aient nécessairement induit un regroupement humain plus dense, mais elles correspondent à des fonctions sociales qui tendent à dépasser l’horizon du hameau. On pourrait dire qu’avant d’habiter ensemble au sein de villages, le clergé séculier, les ordres mendiants, et les laïcs ont développé certaines pratiques qui ont contribué à définir un espace commun, plus tard pris en charge par la paroisse : l’administration des hôpitaux et des sépultures, l’enseignement, la prédication, ou encore la construction d’édifices religieux, les célébrations et l’ornement des lieux de culte.

22La fondation de Bastia, événement capital analysé avec précision par Franzini, est étroitement liée au triomphe final, au cours des siècles suivants, du modèle villageois. Nouvelle capitale administrative de l’office, Bastia se retrouve à la tête d’une organisation verticale du pouvoir, et est appelée de ce fait à favoriser l’apparition d’un réseau de villages-paroisses, éléments de base du maillage territorial de la Corse moderne.

23Le livre d’Antoine Franzini est une œuvre de premier plan. En plaçant au cœur de son analyse, fortement marquée par une approche sociale, des problématiques politiques, il ouvre un dialogue fécond avec l’historiographie récente du Quattrocento péninsulaire, sur le plan de l’histoire culturelle, religieuse et politique mais aussi sur celui de l’histoire des idées et des représentations. Il réussit ainsi à nous convaincre que l’histoire locale, et notamment celle de la Corse, a beaucoup à nous apprendre de cette période cruciale de l’histoire européenne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Baggioni, « Antoine Franzini, La Corse du XVe siècle. Politique et société. 1433-1483 », Laboratoire italien [En ligne], 8 | 2008, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/84

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page