Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
5. Chronologie

Chronologie du xxe siècle vénitien

Piero Pasini
Translated by Xavier Tabet
p. 255-263

Full text

La Grande Venise

1En 1904, Luciano Petit lance le mot d’ordre « Sortir de l’île ». Piero Foscari s’en fait l’interprète au conseil municipal en animant le débat sur les infrastructures portuaires vénitiennes. C’est de cette première graine que va germer et se développer l’aire industrielle de Porto Marghera. L’année suivante, Giuseppe Volpi fonde la Société adriatique d’électricité (SADE) qui, en 1917, avec d’autres sociétés et d’autres entrepreneurs, forme le Syndicat d’études sur les entreprises électrométallurgiques et navales (devenu ensuite Société du port industriel de Venise) et présente le projet de nouveau port. Cette année-là, État, municipalité et Société du port concluent une convention pour le creusement de la zone de Bottenighi, acte de naissance technique et politique du projet de Grande Venise dont les fondements sont l’industrialisation, l’unification des communes lagunaires et littorales et la relance économique. Tandis que le Provveditorato al Porto, l’administration portuaire, succède à l’administration ferroviaire dans la gestion de la gare maritime de Venise, commence, en 1919, le creusement du canal Victor Emmanuel qui va relier la mer à Marghera, où la zone industrielle se développe rapidement. En 1925, 33 entreprises ont déjà vu le jour ; en 1940, plus de 100 ; et en 1950 on en compte 128, rassemblant 22 500 employés.

2En 1923, le projet de Grande Venise comprend la suppression et l’union à Venise des communes lagunaires de Pellestrina, Burano et Murano. En 1926, c’est au tour de Mestre, Zelarino, Chirignago, Favaro, Malcontenta. En 1933 naît le pont automobile translagunaire du Littorio pendant que l’on travaille à l’ouverture du Piazzale Roma, sorte de prothèse de la terre ferme rattachée à Venise, ainsi qu’au creusement du Rio Novo, qui permettra la liaison avec San Marco. Tous ces ouvrages sont le fait de l’ingénieur en chef de la municipalité, Eugenio Miozzi, également concepteur aussi bien du Ponte dell’Accademia, inauguré comme « provisoire » cette année-là, que du Ponte degli Scalzi. Ce dernier, avec sa lumineuse pierre blanche, remplace le pont rouillé en fonte construit par les Autrichiens.

3En 1960, à Marghera, on conçoit la deuxième zone industrielle et, dans la zone nord, naissent les premières industries pétrochimiques ; on compte alors 200 entreprises actives dans le domaine de la chimie, de la métallurgie non ferreuse, de l’acier et de la céramique. En 1963, on réfléchit à la troisième zone industrielle, qui ne sera jamais réalisée.

4Le choc de l’inondation de 1966 relance la réflexion sur les processus de manipulation de la lagune : parmi les causes de l’inondation, on identifie immédiatement le creusement du Canal des Pétroles Malomocco-Marghera (1965-1966) et la création, avec les boues de récupération, des Casse di colmata, îles artificielles qui limitent la libre expansion de la marée. Le développement suit son cours et, en 1990, on compte 303 entreprises ; cependant le nombre d’employés diminue. Dans la revue Medicina democratica (1994), à la suite d’une dénonciation, une enquête est lancée sur la dangerosité des installations pétrochimiques pour la santé : elle se conclut en 1997 par la comparution devant la justice de 28 dirigeants de Montedison et Enichem. Les chefs d’accusation concernent les cancers mortels causés par le chlorure de vinyle et les dégradations causées à l’environnement entre 1950 et 1960. En 2001, du fait de l’absence de législation pour la période examinée durant le procès, tous sont acquittés. La dangerosité des installations pétrochimiques de Marghera mène à l’Accord sur la chimie en 1998, dont l’objectif est de réduire la pollution provoquée par la technologie utilisée.

5À mesure que se modifie l’équilibre structurel de Venise, la conscience de la fragilité de l’environnement et de la nécessité de le préserver se développe. En 1937, la deuxième loi spéciale pour Venise, qui vise à sauvegarder le caractère lagunaire et monumental de la ville, est approuvée. En 1956, le refinancement de cette loi introduit parmi les objectifs l’intérêt touristique en même temps que l’intérêt civique et prévoit des interventions régulières de restauration et de rénovation du bâti. Entre-temps, le centre historique évolue également. En 1923, l’Institut autonome des HLM entame l’urbanisation de Sant’Elena, à l’est de la ville, reliée, en 1937, au quai de San Marco par le quai de l’Impero. À l’extrême opposé, en 1956, Sacca Fisola est également urbanisée. En 1955, la construction de la nouvelle île du Tronchetto, point d’arrivée et de stationnement du trafic automobile, complète l’interconnexion entre transports maritime et terrestre. En 1957, l’assainissement des sols pour la construction de l’aéroport international Marco Polo (achevé en 1961) débute, et on double la largeur et le nombre de voies du pont ferroviaire translagunaire. Le décret du président de la République (DPR) no 986 du 30 juin 1967 approuve le Statuto del Consorzio, organisme public à but non lucratif chargé de promouvoir le développement et de réglementer l’élargissement du port et de la zone industrielle.

6En 1972, on commence à affronter le problème de la protection de Venise face aux marées hautes. Le conseil municipal approuve un document qui demande la fermeture des bouches du port par des digues mobiles. Une nouvelle loi spéciale de 1973 définit la sauvegarde de la ville comme une question d’intérêt national. En 1974, la municipalité fait enterrer le canal Salso à Mestre. Le canal, qui débouchait dans la lagune, était le dernier lien entre le monde aquatique et le monde terrestre, lien jusqu’alors garanti par une connexion entre Venise et Mestre qui reflétait la vocation aquatique de la ville historique. Son enfouissement représente le dernier acte d’une conversion aux voies de communication terrestres qui avait commencé au siècle précédent avec la construction du pont ferroviaire translagunaire. La loi no 404 du 5 août 1975 édicte les normes de publication de l’appel d’offres international pour la conservation de l’équilibre hydrogéologique de la lagune et pour le contrôle des hautes eaux. La loi suivante, no 4 du 11 janvier 1980, donne carte blanche au ministère des Travaux publics qui choisit le Consorzio Venezia Nuova pour réaliser le colossal MOSE (Module expérimental électromécanique), destiné à réguler les flux des marées. Le premier module expérimental est lancé en 1988 et le projet approuvé en 1994.

L’administration de la ville

7Pendant le quart de siècle où le comte Filippo Grimani est maire de Venise (1895-1919), le bloc clérical modéré remporte régulièrement les élections municipales. En 1905, une nouvelle composante apparaît sur les bancs de l’opposition : le Parti socialiste arrive en tête aux élections politiques de 1909 à Venise. Mais cinq ans plus tard, le succès n’est plus au rendez-vous, et en 1920, le Parti socialiste échoue face au bloc catholique, libéral et nationaliste que Davide Giordano, nationaliste puis fasciste, mène à la victoire. Ce dernier devient commissaire du gouvernement de la ville le 17 mars 1923. Durant le ventennio fasciste, quatre conseils se succèdent à la direction de la ville. Après le 8 septembre 1943, Venise devient le siège du ministère des Travaux publics de la République de Salò.

8Le 28 avril 1945, l’acte symbolique de la Libération est la nomination, par le Comité de libération nationale (CLN), de Giovanni Ponti et d’un « conseil municipal populaire » qui dirige la municipalité jusqu’aux élections de 1946, où le premier maire élu sera le communiste Giobatta Gianquinto. Ensuite, jusqu’en 1975, c’est la Démocratie chrétienne qui fait élire ses maires : Angelo Spanio (1951-1955), Roberto Tognazzi (1955-1958), Armando Gavagnin (1958, puis, presque aussitôt et jusqu’en 1960, la municipalité est mise sous tutelle à cause de la démission du conseil municipal), Giovanni Favaretto (1960-1970), Giorgio Longo (1970-1975). Entre-temps, en 1970, après la fondation de la Région Vénétie, les premières élections régionales sont remportées haut la main par la DC. À l’inverse, à partir de 1975, au conseil municipal de Venise, la majorité est détenue par le Parti communiste et le maire est socialiste : Mario Rigo de 1975 à 1985, Nereo Laroni à partir de 1985. Jusqu’à la fin de la « Première République » se met en place une alternance entre le maire républicain Antonio Casellati (1987-1988 et 1988-1990) et les démocrates-chrétiens Costante Degan (1988) et Ugo Bergamo (1990-1993).

9En 1978, l’avocat Mario D’Elia est à l’origine d’un référendum sur la séparation administrative de Venise et des îles, d’une part, de Mestre et de la terre ferme, de l’autre. Les opposants à cette mesure l’emportent, et l’emporteront aussi lors de référendums analogues en 1989 et en 1994. En 1984, le socialiste Gianni De Michelis lance l’idée, d’abord très critiquée puis abandonnée, de l’EXPO 1997 à Venise. La dernière loi spéciale pour Venise date de 1992. La domination du centre-gauche, avec une grande implication des catholiques, est consolidée dans la « Deuxième République » avec un conseil municipal dirigé par le maire ex-communiste Massimo Cacciari (1993-2000).

Venise entre culture et tourisme

10En 1904 s’ouvrent les salles de consultation de la Bibliothèque nationale Marciana et, en 1906, celles de la Fondation Querini Stampalia. En 1905, on crée la Compagnie italienne des grands hôtels (CIGA), une puissante société financière avec pour actionnaires majoritaires, entre autres, Giuseppe Volpi, Vittorio Cini et Achille Gaggia. En 1908, elle inaugure, au Lido, l’hôtel Palazzo Excelsior, qui est depuis lors le théâtre favori de la mondanité. Très vite naissent d’autres hôtels luxueux de la CIGA. Cette année-là, un groupe d’artistes parmi lesquels Boccioni et Martini, en conflit avec la direction artistique de la Biennale, donne vie à la « Sécession vénitienne », accueillie à la Fondation Bevilacqua-La Masa. Au Lido sont inaugurés, d’une part le grand établissement de bains, en 1913, et d’autre part l’aéroport Nicelli, en 1926. En 1922, la municipalité se dote d’un organe officiel de communication, Città di Venezia, un mensuel qui paraîtra jusqu’en 1935, et au Palazzo Reale, le Musée Correr est créé, avec sa bibliothèque annexe qui accueille d’importantes collections de documentation historique.

11L’École supérieure d’architecture est fondée en 1926 à l’initiative de Giovanni Bordiga. Dès 1933, Carlo Scarpa y enseigne. En 1936, pour refonder la discipline du dessin architectural, Giuseppe Samonà fait venir à Venise des personnalités importantes comme Egle Trincanato (1938), Bruno Zevi (1949), Giancarlo De Carlo (1954). Puis, dans les années soixante, il fait de cette école l’un des centres universitaires les plus importantes d’Europe et lui donne le nom d’Institut universitaire d’architecture de Venise. Il rajeunit aussi le corps enseignant en recrutant, entre autres, Manfredo Tafuri. Enfin, il laisse la direction de l’Institut à Carlo Scarpa en 1971. En 1962, l’ex-École supérieure d’études de commerce devient un établissement universitaire. Elle délivrait déjà, depuis 1935, les plus prestigieux diplômes d’économie à Ca’Foscari ; elle délivrera, dès l’année suivante, des diplômes de langues étrangères occidentales et orientales. Dans les années soixante-dix, cette université ouvrira aussi des facultés de sciences ainsi que de lettres et philosophie.

12En 1928, on inaugure les Archives de la Biennale d’art contemporain. L’organisme autonome Biennale di Venezia est fondé en 1930, dirigé par un comité et présidé par Volpi. Ce dernier élargit les interventions culturelles de la Biennale à la musique (1930), au théâtre (1934), à la poésie (1932 et 1934), et fonde la Mostra internationale d’art cinématographique (1932). Le journal quotidien Il Gazzetino voit s’achever une époque avec la mort de son fondateur Giampietro Talamini, en 1934. Dès lors, l’empreinte de Volpi, le propriétaire du journal, devient de plus en plus évidente. Les musées du Risorgimento et du Novecento vénitien sont créés en 1936, et en 1937 la municipalité devient la gérante du casino, dont elle inaugure l’année suivante le siège, situé au Lido, ouvrage de l’omniprésent Miozzi. En 1946, Ca’Vendramin Calergi devient le nouveau siège du casino. Depuis 1940, Venise est la capitale de la production cinématographique de l’Italie en guerre avec des pavillons d’exposition dans les jardins de la Biennale et à la Giudecca, où s’installe la société de production Scalera, qui fermera en 1954.

13À la Libération, on fonde à San Cancian l’École vénitienne de la bande dessinée, dont le plus célèbre représentant sera Hugo Pratt. Au restaurant All’Angelo, en 1946, quelques artistes promeuvent une « Nouvelle Sécession vénitienne ». Picasso expose à la première Biennale de l’après-guerre (1948) et l’année suivante, l’héritière et mécène américaine Peggy Guggenheim acquiert le Palais Venier dei Leoni et y installe sa collection d’art. Dans l’île de San Giorgio naît la Fondation Giorgio Cini (1951), qui œuvre dans le domaine social et culturel pour donner vie à de nombreux instituts historiques et historico-artistiques. En 1955 apparaît dans l’ex-Ghetto le musée voulu par la communauté hébraïque. Entre 1953 (construction du socle du Monumento alla Partigiana) et 1977 (troisième projet pour l’entrée de l’IUAV) se situe la production architectonique majeure de Scarpa, qui meurt en 1978, la même année que Miozzi. Scarpa laisse de nombreux jalons dans la ville : du Negozio Olivetti près de San Marco au portail d’entrée du siège de la faculté des lettres et philosophie de Ca’Foscari. C’est une période où différentes morts illustres viennent marquer la fin d’une époque : en 1979, Peggy Guggenheim ; en 1989, l’historien de l’art contemporain Giuseppe Mazzariol ; en 1990, le compositeur Luigi Nono ; en 1995, Hugo Pratt et, en 1996, le deuil le plus cruel : l’incendie du Théâtre La Fenice.

Dans la société civile

14Les 18 et 19 septembre 1904, une grande grève générale crée de nombreux problèmes d’ordre public. Le maire Grimani s’adresse directement au président du conseil Giolitti pour dénoncer l’inaction du gouvernement. À Venise aussi, ce sont les années des avant-gardes artistiques : en 1909, un groupe de Futuristes occupe la Tour de l’Horloge de San Marco – le campanile était en reconstruction après son effondrement en 1902 – en criant À mort le clair de lune ! En 1913, un article défavorable du journal clérical La Difesa fait sortir de l’anonymat certains jeunes artistes qui animent la vie culturelle de l’époque. Entre-temps, la guerre éclate en Europe. En 1915, sur la Place Saint-Marc, on assiste à un grand rassemblement interventionniste auquel D’Annunzio participe lui aussi. Il Gazzetino appuie l’intervention de l’Italie dans la guerre et insiste sur le problème, particulièrement aigu à Venise, des régions voisines irrédentistes de Trente et de Trieste. Après l’intervention, les incursions aériennes autrichiennes montrent la faiblesse de l’ennemi et se poursuivent sans causer trop de dégâts jusqu’en novembre 1915. La ville subit douze autres bombardements en 1916. Après la rupture du front à Caporetto, à l’automne 1917, le déploiement austro-hongrois est à quelques kilomètres de la lagune et beaucoup de Vénitiens aisés évacuent la ville, effrayés par l’invasion qu’ont subie plusieurs provinces vénitiennes. Pendant ce temps, à l’initiative du poète Gabriele D’Annunzio, des opérations de propagande sont menées contre les forces armées ennemies, avec des bateaux à moteur et des avions, depuis les eaux et les aérodromes de la lagune. Ces actions prennent une réelle valeur symbolique à côté des événements militaires. Venise recommence à vivre après la guerre, et la ville est alors au cœur de la volonté d’hégémonie italienne sur l’Adriatique. La Biennale reprend en 1920.

15En 1934, Hitler est l’hôte du Duce à Venise. Quand la guerre fasciste se révèle être une catastrophe et que les bombardements anglo-américains sur l’Italie se multiplient, Venise est la destination de beaucoup de réfugiés convaincus d’être plus en sécurité en ville, à tel point qu’on atteint 264 000 habitants. Dans la ville occupée par les Allemands, le 12 septembre 1943, la XVIIe Brigade noire entre en action : le médecin-chef de l’hôpital, Giuseppe Jona, président de la communauté juive, se suicide pour ne pas remettre la liste des juifs vénitiens. Mais le 5 décembre, la première rafle a lieu et touche 200 juifs. Entre-temps, la résistance s’organise. Les industriels Volpi et Cini se désolidarisent du régime fasciste dont ils avaient été d’importantes figures, mais ils sont arrêtés et déportés par les nazis. Libérés, ils réussissent à financer le CLN. Entre juillet et octobre 1944, les nazis et les fascistes mènent des actions de représailles particulièrement dures et aveugles en réponse aux opérations des résistants. La plus célèbre victime est Silvio Trentin, professeur antifasciste exclu de Ca’Foscari dans les années vingt, qui dut s’exiler en France et qui fonda en 1943 le CLN de la Vénétie. Le 28 avril 1945, la ville est libérée.

16L’Église catholique, avec trois des patriarches de l’archevêché devenus papes (Pie X, Jean XXIII et Jean-Paul Ier), reste une structure solide qui marque la vie vénitienne, surtout après la catastrophe politique du régime fasciste. En 1923, le diocèse de Venise commence à publier le périodique La settimana religiosa et, en 1946, La voce di San Marco, puis Gente veneta en 1976. Le patriarche Roncalli identifie, en 1953, les cinq « plaies de la crucifixion » d’aujourd’hui : impérialisme, marxisme, démocratie progressiste, franc-maçonnerie, laïcité.

17En 1969, en signe de protestation, une flotte de chalutiers et de chaloupes bloque l’entrée du navire pétrolier Cortemaggiore, qui se prépare à inaugurer le canal des Pétroles. Les activités sociales et ludiques revivent avec la course à pied Su e zo per i ponti et la course d’embarcations Vogalonga (1975), des rencontres sportives de masse non compétitives. Ces activités de loisirs expriment aussi une sensibilité croissante de la société civile pour la protection de l’environnement de la lagune, pollué par les décharges industrielles, et également pour celle des monuments historiques et de l’identité culturelle des Vénitiens. Une sensibilité qui se manifeste vivement à travers une prolifération de comités de protestation ou engagés dans la sauvegarde de l’environnement. Alors que l’on dénonce les graves dommages causés par les industries chimiques à la santé des travailleurs, des habitants et à tout l’environnement de la lagune, le phénomène du terrorisme politique surgit avec l’homicide du vice-directeur technique de Montedison, Sergio Gori, assassiné par les Brigades rouges en 1980. Par la suite, les dirigeants des entreprises de Marghera et les fonctionnaires de police sont pris pour cibles dans plusieurs attentats. Le 9 mai 1997, huit indépendantistes vénitiens se livrent à une occupation armée maladroite du campanile de San Marco, en référence aux prétendues nostalgies de la Serenissima et contre l’État national et l’immigration.

18À partir des années cinquante, on note l’exode de la population. En 1969, il y a 130 000 habitants, soit 63 000 de moins que ceux recensés en 1951, alors que l’on compte environ 20 000 habitants de plus au Lido et que les villes de la terre ferme connaissent un afflux de 200 000 arrivants. L’effet et la cause du dépeuplement sont dus à la baisse des activités productives et commerciales. Nombre d’activités productives traditionnelles ferment puis disparaissent, comme celle du fer forgé, mais aussi les fonderies et les ateliers de tissage, et ce phénomène s’accélère à partir des années soixante-dix. Souvent, les activités artisanales ferment car leurs occupants sont expulsés des lieux par les propriétaires qui souhaitent convertir ceux-ci en hôtels. De manière tout à fait disproportionnée, le tourisme devient l’activité dominante en ville, où beaucoup d’employés arrivent quotidiennement des villes de la terre ferme.

Top of page

References

Electronic reference

Piero Pasini, « Chronologie du xxe siècle vénitien », Laboratoire italien [Online], 15 | 2014, Online since 28 October 2015, connection on 19 July 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/856 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.856

Top of page

About the author

Piero Pasini

Titulaire d’un doctorat en histoire sociale européenne. Son activité de recherche se déroule dans le cadre du Dipartimento di Studi umanistici de l’Université Ca’ Foscari et du centre d’études « Venezia Ottocento ». Il a édité le Diario Veneto Politico d’Emmanuele Cicogna et a travaillé sur l’épopée des frères Bandiera. Parmi ses publications récentes : Venezia in gramaglie. Funerali pubblici nel lungo Ottocento (Padoue, Il Poligrafo, 2013).

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page