Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
3. Culture et arts : les usages de la mémoire

Y a-t-il encore eu un carnaval de Venise au xxe siècle ?

È esistito un carnevale di Venezia nel Novecento ?
Was there still a carnival in Venice in the 20th century?
Gilles Bertrand
p. 179-187

Abstracts

Nowadays, we tend to consider that the carnival of Venice reappeared in 1980 after a long absence in the 19th and 20th centuries. Reduced to a few masquerades, wavering between gastronomy, balls and concerts, it is said to have slowly died in the early years of the 20th century. Our contention is that the carnival was able to thrive again in the late seventies – with a renewed spontaneity that the imperatives of mass tourism has since erased – because series of metamorphoses gave it a form of existence throughout the 20th century: moments of artistic creativity behind the closed doors of princes’ palaces, occasions to remember the past of the city, particularly from the era of Vivaldi, Pietro Longhi, Goldoni and Casanova, times to commemorate transient images of baroque splendour from the 17th century, although it was devoid of the driving force of a sovereign or collective sovereignty.

Top of page

Full text

  • 1 Une thèse a d’ailleurs utilisé ce titre : L.-M. Morgant, Venise et ses masques : étude de la résurg (...)
  • 2 É. Crouzet-Pavan, « Dynamiques de langages. Pour une relecture du système rituel vénitien (xiiie-xv(...)
  • 3 Outre les ouvrages de D. Reato et le volume dirigé par G. Herscher, Venise en fêtes (Paris, Chêne, (...)

1Lorsqu’on examine la longue histoire de la culture du masque et de l’incognito à Venise, un doute nous saisit sur le statut du carnaval au xxe siècle. On en parle souvent en terme de « mort », de « survie » ou de « résurgence »1, comme si l’on avait affaire à un legs, à une réalité stable transmise de siècle en siècle. Cette vision d’une structure autonome qui aurait eu des origines, puis se serait développée en atteignant une forme d’apogée, avant de lentement décliner, tend à laisser accroire qu’il aurait existé un stade achevé, en quelque sorte parfait, du carnaval. Elle doit certes beaucoup à la « progressive glaciation cérémonielle de l’époque moderne »2 et à la publicité qui l’accompagna, notamment à celle qui fut faite au carnaval de Venise à partir du xviie siècle puis amplifiée au siècle suivant. Par-delà les événements du début du xvie siècle qui tendirent à canaliser les divertissements à Venise au sein de formes rituelles policées et à les placer sous le contrôle étroit de l’oligarchie, un certain nombre d’images furent fixées dans les gravures de Giacomo Franco et des Bertelli entre 1590 et 1642, puis dans les tableaux de Joseph Heintz autour de 1650. Le relais surtout fut assuré au xviiie siècle par les vedute de Carlevarijs, Canaletto et Guardi, par les peintures de genre du père et du fils Tiepolo ou de Pietro Longhi, par celles à visée de documentation historique de Gabriele Bella et plus encore par des textes qui connurent un grand succès, de Saint-Didier en 1680 au président de Brosses, à Casanova et à Goldoni. Des auteurs des siècles suivants, en particulier de la seconde moitié du xixe siècle comme Théophile Gautier ou les Goncourt, auxquels il convient d’ajouter les Viennois du tournant du siècle comme Arthur Schnitzler ou Hugo von Hofmannstahl, se chargèrent de véhiculer cette image d’un carnaval tantôt bariolé et festif, tantôt plus mélancolique, qui n’a pourtant jamais correspondu à un état durable. Tout se passe comme si le goût du masque, de l’incognito et du théâtre avait amené à définir entre xvie et xviie siècle un carnaval baroque faisant resplendir la ville de Venise aux yeux de toute l’Europe, et sur l’onde de laquelle se serait greffé le carnaval du xviiie siècle, célèbre surtout grâce à sa mise en image et en discours. Face à ce carnaval de l’époque moderne, celui de la période suivante ferait pâle figure. Une réévaluation timide a commencé pour le xixe siècle3, mais il semble s’être ensuite créé une antinomie entre le tourisme de masse et le carnaval, comme si ce dernier s’opposait à la dimension cosmopolite et consommatrice de la nouvelle Venise resurgie avec le fascisme.

2À rebours de ce schéma, c’est la « plasticité » de la culture cérémonielle vénitienne constatée par Élisabeth Crouzet-Pavan pour le Moyen Âge que nous souhaitons ici interroger. La capacité à s’adapter sans cesse à de nouveaux besoins fut-elle propre aux siècles d’avant la Renaissance ? Notre idée est que le carnaval a connu, à l’instar de l’ensemble des rituels vénitiens, de continuels réajustements et que la fin de la République de Venise n’a pas nécessairement correspondu à sa disparition. Derrière son apparent affadissement après 1797, il a offert un visage différent de celui qu’il présentait à l’époque moderne et suffisamment déroutant pour qu’il vaille la peine de s’y attarder. Dans un contexte marqué par les ruptures que connurent tant Venise que l’Italie au cours du xixe siècle, un carnaval du xxe siècle pourrait bien avoir pris naissance.

  • 4 F. Mariani, F. Stocco, G. Crovato, La reinvenzione di Venezia. Tradizioni cittadine negli anni rugg (...)

3L’hypothèse de l’existence d’un carnaval propre au xxe siècle se fonde sur le présupposé que la matière s’est profondément transformée mais qu’elle ne s’est pas dissoute et qu’il est donc possible de continuer à y repérer les signes d’une anthropologie de la fête et du masque. Certes le carnaval se fit moins visible dans les rues de Venise à la fin du xixe siècle et il sembla disparaître après la première guerre mondiale. Il est cependant légitime de se demander quelles répercussions a eues sur le carnaval le processus de « réinvention », pendant les années du fascisme, de certaines traditions citadines à l’usage des élites autant que des foules4. La spécificité des formes du xxe siècle pourra être mieux comprise si l’on revient au préalable sur les siècles précédents.

4Il ne fait aucun doute que le carnaval avait revêtu à l’époque médiévale une signification profondément politique en constituant non seulement un moment de libération à la veille du Carême, mais aussi une occasion d’affirmer la cohésion civique et d’associer dans des rituels partagés l’ensemble des Vénitiens, nobles, cittadini et popolani. Si les origines en sont peut-être plus anciennes, on parle clairement du carnaval à la fin du xie siècle (1094) dans un texte émanant de l’autorité dogale et la présence des masques est révélée dans des édits chargés de les contrôler à partir du xiiie siècle. La culture carnavalesque caractérisait les manifestations de bombance au sein des contrade à l’occasion de la fête des douze Marie, attestée dès 1143 le jour de la Purification de la Vierge, le 2 février, puis supprimée en 1379. Les rites qui s’imposèrent à sa place accordèrent à la dimension de célébration unitaire de la puissance de Venise un rôle désormais si prépondérant que le carnaval y fut inévitablement associé : qu’il s’agisse du Jeudi gras, dont les rites célébraient l’hégémonie de Venise sur ses voisins et sa capacité à manifester des solidarités politiques et sociales au sein de l’espace urbain, ou de la fête des Épousailles du doge avec la mer, certes située en dehors du temps de carnaval, en mai, le jour de l’Ascension, mais propre à donner en spectacle le dynamisme vénitien face au reste du monde tout en générant une seconde période du port des masques et des festivités de type carnavalesque.

5Le carnaval resplendissant de magnificence qui vit le jour à partir de la seconde moitié du xve siècle ne démentit pas cette vocation politique. Avec l’aide des Compagnies de la Calza jusqu’au milieu du xvie siècle, puis moyennant la prise en charge de fêtes splendides par l’État vénitien lui-même après 1560, la République pouvait se montrer au monde et transformer la ville en un décor de fêtes somptueuses qui ne cessaient d’attirer les souverains étrangers. Cet éclat contrastait avec la perte d’influence de Venise dans les circuits commerciaux mondiaux autant que dans le jeu de la diplomatie. Remodelé au début du xvie siècle en intégrant ses éléments populaires dans un système de divertissements plus raffinés, le carnaval devenait le moyen de continuer à faire converger les regards des Européens vers Venise et, par là, de maintenir sa puissance, fût-ce de façon illusoire. C’est dans ce contexte que se diffusa, au cours des années 1630, une véritable culture du masque au sein des élites, entretenue par l’Académie des Incogniti (1630-1662) qui avait pour devise « Ex ignoto notus », et dont les œuvres libertines produites par ses membres correspondirent chronologiquement avec l’avènement de l’opéra à Venise en 1637. Emboîtant le pas à ce carnaval baroque, marqué par une profusion de spectacles musicaux, théâtraux ou nautiques qui débordaient bien au-delà de la stricte période hivernale, on vit prendre son essor, dans la seconde moitié du xviie siècle et au cours du xviiie siècle, une culture festive collective se distinguant non seulement par le plaisir, vanté comme une caractéristique vénitienne, mais également par le contrôle social, par une régulation des passions et par un encadrement politique au service, encore une fois, de la préservation des intérêts de la République, de son image socialement pacifiée et de sa longévité.

6Comment, dans ces conditions, appréhender le carnaval d’après 1797 ? Si la chute de la République n’empêcha pas le retour de bals, de spectacles et de mascarades après une pause moralisatrice et moyennant la cessation des divertissements jugés les plus dangereux pour l’ordre public et la sécurité, en l’occurrence les chasses aux taureaux (1802) et le jeu des forces d’Hercule opposant les factions du peuple, Castellani et Nicolotti (1816), le carnaval n’en fut pas moins dès lors privé de son rôle de mise en exergue de la puissance de la République, puisque cette dernière n’existait plus. Il ne pouvait plus porter haut les couleurs d’une ville devenue l’ombre d’elle-même, repliée sur la mémoire d’une gloire perdue, successivement soumise par deux fois aux Français et par trois fois aux Autrichiens avant de devenir partie intégrante du royaume d’Italie.

7La grande question qui s’est posée au xixe siècle et qui se profile sur le xxe siècle est celle du sens et de la fonction qu’acquit ce carnaval qui avait pendant si longtemps été relié de façon intime à l’expérience politique de la République. Que célébrait-il dès lors que Venise n’était plus le cœur d’un État autonome ? Même si des masques et déguisements se répandaient encore dans la ville durant les jours qui précédaient le Carême, le carnaval ponctuait surtout une saison théâtrale et musicale. Les Vénitiens purent certes s’imaginer un bref moment, à l’hiver 1867, qu’une fonction politique allait resurgir en en faisant un moment reproductible de fusion collective propre à ériger la ville en foyer du nouveau patriotisme italien aux yeux de la Péninsule. Mais l’enthousiasme pour ce carnaval au cours duquel on avait accueilli Garibaldi et le duc d’Aoste ne dura pas et ceux des années suivantes se firent de plus en plus discrets.

  • 5 A. Tonelli, Falce e tortello : storia politica e sociale delle feste dell’Unità (1945-2011), Rome-B (...)

8Ils le restèrent pendant la plus grande partie du xxe siècle, suggérant une histoire erratique et difficile jusqu’à ce qu’à ce que s’exprime ce qu’on a souvent décrit comme un « réveil » du carnaval à la fin des années soixante-dix. Une série d’initiatives jalonnèrent ce retour largement spontané et d’abord bien accueilli par les Vénitiens : du marathon militant de la Vogalonga au grand concert de Béjart en 1975, du nouveau modèle de fête de l’Unità qui relança le goût de l’éphémère et du théâtre se répandant dans les places5 au succès du Casanova de Fellini en 1976, du Teatro del Mondo d’Aldo Rossi en 1979 à la première édition du nouveau carnaval sous la houlette de Maurizio Scaparro en 1980. Faut-il en déduire que le carnaval du xxe siècle avait été totalement moribond ? Du IXe Congrès des gens de science en 1847 à la mise en place de la Biennale en 1895, on avait dès le siècle précédent observé un déplacement de la mondanité festive vers d’autres saisons que celles de l’ancien carnaval. C’était le premier signe d’une transformation.

9Si le carnaval a perduré au xxe siècle, c’est d’abord en tant que moment de créativité artistique replié dans l’espace des palais princiers, stimulé par des mécènes et susceptible de s’exprimer autant l’été que l’hiver. Le règne de la sphère privée était en germe au milieu du xixe siècle, lorsque la duchesse de Berry, devenue comtesse Lucchesi-Palli, organisait des fêtes dans le palais Vendramin-Calergi. À la fin du siècle, tandis que les formes anciennes du carnaval agonisaient dans les rues et les places de Venise, les fêtes privées se multiplièrent, de celle donnée en février 1896 par un groupe de comtesses à la Ca’Rezzonico au profit de la Croix-Rouge aux bals du palais Albrizzi à Sant’Aponal, où les invités interprétaient des tableaux vivants, sans oublier la mascarade en bautta organisée en 1899 par le prince Frédéric de Hohenlohe et le peintre Mario Fortuny. Sur cette lancée, des bals furent proposés tout au long du xxe siècle, mêlant à l’ancienne noblesse vénitienne les membres d’une élite internationale cosmopolite, que ce soit en temps de carnaval ou à d’autres moments de l’année, mais en recourant à l’arsenal des masques et aux pratiques du déguisement carnavalesque. En témoignent les bals masqués voulus en août et septembre 1913 par la marquise Casati et mis en scène par Léon Bakst au palais Venier dei Leoni, dont le second est resté célèbre sous le nom de « Bal Longhi » ; et c’est une même culture du carnaval qui anima le somptueux bal en costumes d’époque qu’organisa Carlos de Beistigui le 3 septembre 1951 au palais Labia, en demandant à ses amis Emilio Terry, Salvador Dali et Christian Dior de créer les décors et costumes de spectacles censés évoquer l’esprit du temps de Longhi et Casanova : depuis l’entrée des géants, où six masques filiformes, portant la bautta en usage au xviiie siècle sur des échasses, en côtoyaient un septième au costume semblable mais de taille normale, jusqu’aux Forces d’Hercule présentées dans la cour du palais, où les pompiers de Venise étaient vêtus en arlequins. Divers autres bals masqués ou costumés se tinrent dans les années cinquante, soixante et soixante-dix, tels ceux qu’orchestrèrent David Edge dans un palais reculé de Canareggio en août 1951, Elsa Maxwell au nouveau Danieli en septembre 1957 en l’honneur de Maria Callas, le styliste Joseph Picone en 1967 à la Ca’Rezzonico en vue de recueillir des fonds pour aider les artisans sinistrés à la suite de l’inondation du 6 novembre 1966 ou encore la créatrice de mode Roberta di Camerino sur le campo San Trovaso au cours des années soixante-dix.

  • 6 Un dernier carnaval semble s’être risqué sur la place Saint-Marc en 1933, sous le contrôle de la se (...)

10Au temps du fascisme lui-même, où, malgré l’institution en 1927 d’un Comité des fêtes, le carnaval semble avoir définitivement déserté les rues de Venise au profit de manifestations collectives plus en conformité avec les objectifs de l’Opera Nazionale Dopolavoro6, cette pratique d’un carnaval mondain et parfois teinté d’une volonté de bienfaisance a perduré et nous fait dire qu’il est possible d’en déceler la présence, certes profondément transformée, à travers les fastes qui accompagnèrent les grandes expositions, de la Biennale au festival du cinéma lancé en 1932. On pourrait suggérer que ces manifestations constituent une sorte de succédané du carnaval, le résultat d’une métamorphose de la culture carnavalesque. Le carnaval continue en outre d’irriguer la production graphique et plastique du xxe siècle. On ne saurait voir dans les dessins de la Venise galante de Georges Barbier, contemporains de L’Altana ou la vie vénitienne d’Henri de Régnier (1928), ou encore dans les variations musicales sur le carnaval de Venise continuellement reprises de Paganini ou Schumann à Vincenzo Tommasini, Alamiro Giampieri, Michael Kugel ou le trompettiste David Guerrier, voire même chez les photographes des années quatre-vingt comme Fulvio Roiter et ses émules, le seul effet d’une nostalgie, mais bien plutôt la preuve que le carnaval a quitté la sphère de la politique pour devenir un moteur de la créativité artistique dans ses tendances les plus diverses.

  • 7 Voir, sur ces peintres, G. Pavanello, G. Romanelli éd., Venezia nell’Ottocento : immagini e mito, M (...)

11Or, il apparaît que, parallèlement à ce processus conjoint de privatisation et de créativité, le carnaval a également tendu à se muer, au fil du xxe siècle, en un carnaval de la mémoire, soutenu par la vague des expositions inaugurée en 1937. Cette année-là eut lieu à la Ca’Rezzonico une rétrospective consacrée aux « Fêtes et masques vénitiens » à laquelle succédèrent, après la seconde guerre mondiale et jusqu’à nos jours, une série d’autres expositions sur les masques, le carnaval et ses divertissements, ou encore sur les peintres les ayant représentés au xviiie siècle, Canaletto, les Guardi, Pietro Longhi ou Gabriele Bella – certaines ayant lieu hors les murs, de Vicence à Paris. Cette vague commémorative avait à vrai dire été initiée dès la première moitié du xixe siècle par les recherches érudites de Vénitiens ayant connu les derniers temps de la République, comme Giustina Renier Michel et Giovanni Rossi, ou qui en avaient très directement entendu parler comme Emanuele Cicogna ou Fabio Mutinelli, puis elle avait été relayée par les historiens de la seconde moitié du xixe siècle, Pompeo Molmenti en tête, ainsi que par les écrivains et les artistes, qu’ils fussent de Venise ou étrangers. On pense notamment aux peintres Ippolito Caffi, Giacomo Favretto, Vittorio Bressanin ou Guglielmo et sa fille Emma Ciardi7. Le terrain était donc préparé pour que le xxe siècle cultive une forme de carnaval tout à la fois virtuel et philologique, hanté par les évocations d’une espèce d’âge d’or qu’à la suite des Goncourt portèrent et divulguèrent auprès des élites européennes les textes de Henri de Régnier ou le petit volume de Philippe Monnier, Venise au xviiie siècle, paru pour la première fois en 1907 et qui n’a cessé depuis lors d’être réédité. Les premières années du carnaval réapparu en 1980 furent à la fois marquées par la fièvre créatrice dont Maurizio Scaparro recueillit l’héritage en promouvant les potentialités théâtrales de la ville, et par l’obsession historique qu’incarna le goût pour les costumes du xviiie siècle – omniprésent dans les carnavals de Venise au xxe siècle, et d’autant plus efficace qu’il était désormais dépouillé de la connotation réprobatrice récurrente au siècle précédent. La référence à Casanova et à la fièvre supposée de divertissements de l’époque des Lumières se mit à imprimer au carnaval une sorte de positivité, d’élan vital et libérateur qui a été l’une des raisons du succès de son retour. Il reste que l’idée qui en a perduré au xxe siècle, été comme hiver, en privé et en public, n’a cessé de renvoyer aux siècles antérieurs en se teintant souvent de nostalgie et en évacuant de façon drastique, on l’a dit, certains aspects tels que la cruauté des chasses aux taureaux ou le climat de rude compétition sociale des luttes de poings abandonnées depuis 1705.

  • 8 Voir A. Bressanello, Il carnevale in età moderna : 30 anni di carnevale a Venezia 1980-2010, Venise (...)

12Le carnaval du xxe siècle a enfin partagé avec de nombreux autres loisirs contemporains les effets du passage à une consommation de masse stimulée par la création du pont routier qui en 1933 doubla celui du chemin de fer de 1846. Certes le carnaval semble avoir été vécu comme une authentique résurrection au début des années quatre-vingt, lorsque Vénitiens et étrangers se retrouvèrent ensemble dans les rues et palais. Mais ce spectacle collectif associant aux représentations théâtrales ou musicales la libre déambulation d’acteurs costumés anonymes qui se montrent pour soi et pour le photographe s’est soumis à l’exigence de frapper les sens d’un public élargi et de privilégier des objectifs commerciaux. Cela ressort de la programmation officielle négociée chaque année par les autorités8. La mode du bal masqué chèrement payé dans le palais d’une comtesse côtoie le retour du vol de l’ange qui avait été abandonné en 1759. La dimension visuelle et instantanée à laquelle la photographie et Internet ont donné une ampleur qui était inconnue au temps de la gravure suggérerait l’esthétique baroque si elle n’était privée de la force motrice d’un souverain, même collectif, au service duquel le carnaval s’ordonnerait. Or, Venise aujourd’hui n’est plus ce souverain, sauf à confier cette fonction au Consorzio Venezia Nuova et aux organismes régulateurs de l’activité touristique.

13Ce qui au total permet de caractériser ce carnaval du xxe siècle après qu’il eut perdu au xixe siècle sa fonction de cohésion civique et de vitrine de la perfection des institutions de la République face au monde, ce sont d’une part les fêtes privées qui en font une occasion de mettre en valeur les potentialités créatives des artistes, d’autre part son ouverture à la consommation de masse et à la dilution festive qu’elle entraîne malgré le rétablissement apparent d’une saison spécifique du carnaval en février. Le carnaval perdure ainsi par la photographie, par l’exhibition des masques aux vitrines de magasins, par l’image diffusée de la ville dans les publicités d’agence. Derrière les étals ambulants chargés de masques à paillettes dépourvus de l’intention philologique qu’ils avaient au début des années quatre-vingt, les Vénitiens ne retrouvent qu’à grand-peine ce que fut et ce que pourrait encore être « leur » carnaval. Aussi un paradoxe émerge-t-il : d’un côté, la fête carnavalesque est devenue omniprésente, les masques étant visibles en toutes saisons à Venise comme dans les encarts destinés à attirer de loin les touristes ; de l’autre côté, elle est introuvable, dans la mesure où ce que chacun veut voir et recherche désespérément à travers les ruelles en temps de carnaval semble être autre chose que ce carnaval vidé de sa substance, un point aveugle devenu invisible à force d’avoir été trop raconté et montré.

14Ce carnaval énigmatique n’en demeure pas moins un carnaval à tous les effets, nourri de désir et se retrempant à une virtualité qui continue de conférer à l’image d’immenses pouvoirs – le pouvoir de rêver, de dépenser et de jouir. On peut déplorer les formes qu’a aujourd’hui prises ce désir, mais nous n’avons d’autre choix que de composer avec un rituel différent de ce qu’il fut aux siècles précédents. Le décor et les architectures de la ville ne sont eux-mêmes demeurés identiques qu’en apparence. Les restructurations de nombreuses façades accomplies au xixe siècle en ouvrant de grandes baies néo-gothiques nous font croire que la ville que l’on voit est plus ancienne que celle que l’on voit réellement. Elle offre pourtant en partie, à l’instar du carnaval, le visage d’une ville recomposée, qu’on s’imagine trop volontiers comme immuable alors qu’elle n’a cessé de vivre au rythme de ses incessantes métamorphoses.

Top of page

Notes

1 Une thèse a d’ailleurs utilisé ce titre : L.-M. Morgant, Venise et ses masques : étude de la résurgence du carnaval vénitien, Lille, ANRT, 1987.

2 É. Crouzet-Pavan, « Dynamiques de langages. Pour une relecture du système rituel vénitien (xiiie-xve siècle) », dans G. Bertrand, I. Taddei éd., Le destin des rituels. Faire corps dans l’espace urbain, Italie-France-Allemagne, Rome, École française de Rome, 2008, p. 95-115 (p. 96).

3 Outre les ouvrages de D. Reato et le volume dirigé par G. Herscher, Venise en fêtes (Paris, Chêne, 1992), voir A. Renier, Venezia ’800 : il Carnevale. Primo ’900. La Riva degli Schiavoni. I Pubblici giardini, Venise, La Toletta, 2013.

4 F. Mariani, F. Stocco, G. Crovato, La reinvenzione di Venezia. Tradizioni cittadine negli anni ruggenti, Padoue, Il Poligrafo, 2007. Voir notamment la préface de M. Fincardi, p. 9-16.

5 A. Tonelli, Falce e tortello : storia politica e sociale delle feste dell’Unità (1945-2011), Rome-Bari, Laterza, 2012.

6 Un dernier carnaval semble s’être risqué sur la place Saint-Marc en 1933, sous le contrôle de la section de l’Office du temps libre en charge du folklore. Les masques s’y inspirèrent surtout des tenues régionales de Vénétie qui avaient été exhibées à Venise lors du grand « rassemblement des costumes italiens » de l’été 1928. Voir M. Fincardi, « I fasti della ‘tradizione’ : le cerimonie della nuova venezianità », dans M. Isnenghi, S. Woolf éd., Storia di Venezia. L’Ottocento e il Novecento, Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana Treccani, 2002, vol. II, p. 1485-1522.

7 Voir, sur ces peintres, G. Pavanello, G. Romanelli éd., Venezia nell’Ottocento : immagini e mito, Milan, Electa, 1983.

8 Voir A. Bressanello, Il carnevale in età moderna : 30 anni di carnevale a Venezia 1980-2010, Venise, Studio LT2, 2010.

Top of page

References

Electronic reference

Gilles Bertrand, « Y a-t-il encore eu un carnaval de Venise au xxe siècle ? », Laboratoire italien [Online], 15 | 2014, Online since 27 October 2015, connection on 20 July 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/858 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.858

Top of page

About the author

Gilles Bertrand

Professeur d’histoire moderne à l’Université de Grenoble, membre de l’Institut universitaire de France, il est l’auteur d’une Histoire du carnaval de Venise, xie-xxie siècle (Paris, Pygmalion, 2013). Spécialiste des voyages en Europe à l’époque des Lumières, il a interrogé les pratiques matérielles de la mobilité et les représentations des Français sur l’Italie et les Italiens entre 1750 et 1820 (Le Grand Tour revisité, Rome, École française de Rome, 2008). Il a coordonné avec J. Ehrard une édition critique des Voyages de Montesquieu (Paris-Lyon, Classiques Garnier - ENS Éditions, 2012) et dirigé des ouvrages collectifs, parmi lesquels La culture du voyage (Paris, L’Harmattan, 2004), Le destin des rituels. Faire corps dans l’espace urbain, avec I. Taddei (Rome, École française de Rome, 2008), Les Lumières et la Révolution française dans le débat italien du xxe siècle, avec E. Neppi (Florence, Olschki, 2010), Des « passeurs » entre science, histoire et littérature. Contribution à l’étude de la construction des savoirs (1750-1840), avec A. Guyot (Grenoble, ELLUG, 2011), La République en voyage, 1770-1830, avec P. Serna (Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013).

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page