Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Marco Maulu (a cura di) (2010). La legenda e storia di messer Prodesagio

Cagliari, Centro di Studi filologici sardi, Le Fonti no 2, cxlvi-97 pages, 20 €
Sylvain Trousselard
Bibliographical reference

Marco Maulu (a cura di) (2010). La legenda e storia di messer Prodesagio. Cagliari, Centro di Studi filologici sardi, Le Fonti no 2, cxlvi-97 pages, 20 €

Full text

1L’édition critique réalisée par Marco Maulu, professore associato à l’université de Sassari, nous donne à découvrir un roman chevaleresque de la fin du xive siècle relatant la vengeance que Prodesagio mène contre Andrea da Pontieri qui avait assassiné son père. Il s’agit de la première édition critique de ce récit qui s’appuie sur le manuscrit de la BNCF II.II.28 du Fondo Nazionale.

2L’ouvrage se compose d’une introduction richement développée, du récit des aventures de Prodesagio et de documents annexes, c’est-à-dire un glossaire et un index des noms et des toponymes. Le glossaire est parfaitement construit et donne les éléments nécessaires à un éclairage sur la spécificité du texte, sans sombrer dans une présentation technique trop importante qui provoquerait une certaine confusion dans la lecture. Pour ce qui est de l’index des noms et des toponymes, il s’agit d’une liste des formes renvoyant au texte pour une lecture différenciée.

3L’introduction se divise en quatre grandes parties clairement définies signalant tous les éléments d’une analyse parfaitement menée et particulièrement méticuleuse. On distingue ainsi une partie consacrée à la présentation de l’édition reprenant la tradition du texte, sa genèse dans les études philologiques italiennes et, en premier lieu, les travaux menés par Pio Rajina à la fin du xixe siècle mais que ce dernier n’a malheureusement jamais terminés. L’auteur reprend ensuite une description minutieuse du témoin pour présenter, dans un second temps, la composition du manuscrit, précisant au passage les origines de Prodesagio et de Fioravante, dont la fortune éditoriale fut quant à elle bien plus grande, pour émettre l’hypothèse d’une tradition antérieure en vers, notamment à travers le lai de Marie de France intitulé Guigemar. L’introduction s’oriente alors vers les éléments textuels du récit, celui du cerf qui blesse Prodesagio et Guigemar, pour analyser les éléments d’un modèle commun.

4Marco Maulu présente ensuite une analyse de la langue pour enfin conclure son introduction et exposer les critères de son édition. La seconde partie de l’introduction est humblement appelée « notes linguistiques » tout en développant de manière très précise et systématique les caractéristiques philologiques du manuscrit. Nous voyons ainsi apparaître une analyse spécifique sur la phonétique, la morphologie, les verbes (formes et désinences) et enfin la syntaxe. L’introduction se clôt par la liste des abréviations et des sigles, l’index des manuscrits et la liste des œuvres citées.

5Concernant le récit proprement dit, il nous faut préciser qu’il reste somme toute assez difficile d’accès, même si la lecture en demeure passionnante. Les éléments composant le récit des aventures de Prodesagio s’inscrivent dans la pure tradition des romans chevaleresques et n’apportent rien de nouveau en soi. Cependant, il nous faut souligner que l’ensemble des péripéties qui constituent le récit reste particulièrement bien construit. En effet, les différents épisodes se succèdent clairement dans une logique chronologique et narrative cohérente maintenant le lecteur en haleine jusqu’à la fin. En cela, le fruit du travail de notre collègue nous aide grandement, puisqu’il nous propose un texte à la fois clair et bien documenté. Parallèlement à l’anecdote, très riche dans ce type de récit, comme nous le soulignions plus haut, il faut rappeler que notre texte s’inscrit dans une tradition plus large et plus particulièrement dans les aventures de Guigemar. L’intertextualité est évidente, mais reste essentiellement partielle. Elle constitue une dimension réduite dans l’ensemble des aventures de Prodesagio. Ainsi, le protagoniste est lui aussi touché par une flèche qu’il décoche contre un cerf blanc qui lui annonce que seule Aventuria pourra le soigner du mal causé et qu’elle sera sa future épouse. Cet épisode aura donc pour effet de retarder le protagoniste dans sa progression pour venger le meurtrier de son père. Tous les épisodes intermédiaires ont, en réalité, pour fonction de ralentir Prodesagio dans sa progression, de le détourner temporairement de son but initial. Cela étant, chacun de ces épisodes revêt une fonction évidente en renforçant la situation du héros. Les actions, tout en le retardant, chargent Prodesagio d’une qualité supérieure dans sa position de suzerain et de vassal et lui apportent des soutiens militaires supplémentaires. Le protagoniste constitue donc en cela le parfait chevalier concentrant sur sa personne toutes les qualités nécessaires et attendues du modèle chevaleresque médiéval. Il apparaît alors clairement que l’ensemble du récit s’élabore à plusieurs niveaux. Parallèlement aux aventures du protagoniste qui se succèdent à un rythme forcené, où d’ailleurs la temporalité a tendance à disparaître face à l’action, c’est un modèle qui apparaît et qui se dessine progressivement, pour venir se superposer au personnage qui incarne à lui seul l’ensemble de la tradition des récits chevaleresques.

6Pour en revenir au travail réalisé par Marco Maulu, nous ne pouvons que saluer la qualité de ses analyses et la clarté de son propos. Les non-spécialistes en philologie pourront évidemment laisser de côté une grande partie de l’introduction pour se concentrer sur le texte, mais il nous faut insister sur la démarche et sur la minutie qui caractérise ce travail. Notre collègue précise avec soin les critères qui ont prévalu pour l’établissement du texte, il annonce avec honnêteté les critères qui sont les siens pour entamer ses analyses des formes et laisse enfin son lecteur apprécier toute la qualité de son travail. En cela, l’ensemble de l’édition vient combler une lacune importante dans l’édition des textes anciens. En effet, depuis les travaux de Pio Rajina malheureusement restés inachevés, rien de significatif n’avait jusqu’ici été proposé sur ce texte. C’est donc avec un plaisir évident que nous accueillons cette édition de la Legenda e storia di messer Prodesagio, un exemple prestigieux de roman chevaleresque issu de la grande tradition française. Les quelques rares critiques de forme que nous pourrions formuler sont ici largement balayées par le plaisir non feint de la lecture enthousiasmante que procure le texte et nous ne pouvons que saluer ici le choix du texte et la qualité du travail fourni par notre collègue Marco Maulu qui enrichit, par sa contribution, les recherches en philologie romane.

Top of page

References

Electronic reference

Sylvain Trousselard, « Marco Maulu (a cura di) (2010). La legenda e storia di messer Prodesagio », Laboratoire italien [Online], Lectures | 2015, Online since 24 June 2015, connection on 29 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/863

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page