Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2015

Giovanni Maffei (2012). Nievo

Salerne, Salerno Editrice, 374 pages, 19 €
Elsa Chaarani Lesourd
Bibliographical reference

Giovanni Maffei (2012). Nievo. Salerne, Salerno Editrice, 374 pages, 19 €

Full text

1En avril 1990, Giovanni Maffei publiait Ippolito Nievo e il romanzo di transizione, un ouvrage pionnier qui allait renouveler de fond en comble la critique sur Nievo et plus particulièrement sur le long roman Le Confessioni d’un Italiano, et faire de ce chercheur la référence absolue qu’il est devenu depuis dans le domaine de la nievistica. En octobre 2012, vingt-deux ans plus tard, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts nieviens, et Giovanni Maffei revient avec un livre intitulé simplement Nievo qui reprend de très nombreux éléments du contenu de son premier livre toutefois complètement refondu, en y ajoutant, d’une part, les apports de la critique y compris les plus récents, et d’autre part certains articles qu’il a écrits depuis, ainsi que des nouveautés de taille.

2Une des nouveautés consiste à ouvrir le livre par un chapitre sur la vie de Nievo, où Maffei reprend les grandes étapes de la très dense biographie d’Ippolito, né en 1831 et mort à seulement 29 ans en 1861, qui consacra un tiers de sa courte vie à écrire dans tous les genres, des articles journalistiques à la poésie en passant par le théâtre, par une riche correspondance et, évidemment, par la prose narrative, genre où il s’illustra avec aisance et modernité, en particulier avec Le Confessioni d’un Italiano.

3Une autre nouveauté de ce volume par rapport à celui de 1990 est sa construction particulièrement astucieuse : après la biographie du premier chapitre intitulé « La vita », suit un second chapitre sur « Il contesto », à la suite duquel sont articulés six chapitres de dimensions différentes, qui suivent à la fois la chronologie de l’œuvre de Nievo et l’ordre d’importance du contenu des chapitres. Le second chapitre, « Il contesto », reformule avec élégance les éléments du premier chapitre du volume de 1990 sur l’influence de Cattaneo, Tenca et Gioberti sur Nievo.

4Le troisième chapitre, « Preistoria dello scrittore », évoque les premiers écrits de Nievo, les lettres à Matilde et le petit roman d’autofiction Antiafrodisiaco per l’amor platonico. Maffei y consacre quelques pages tout à fait nouvelles au très bel Epistolario de Nievo. Également nouvelle est l’analyse de l’Antiafrodisiaco, et particulièrement l’évaluation (même si elle était sous-entendue dans le travail de 1990) du couple formé par Incognito et Fanny, dont l’entente, qui commence par la sensualité mais qui se transforme en sentiment, est utilisée dans la polémique contre « l’amour platonique » connu avec Morosina.

5Le quatrième chapitre se penche sur les textes les moins étudiés de Nievo, en premier lieu le théâtre, pour lequel Maffei procède à une revue de la critique en y incluant les plus récents apports de Maurizio Bertolotti et de Pier Mario Vescovo. Giovanni Maffei consacre également quelques pages de ce chapitre à la poésie et aux textes journalistiques, et il n’est pas étonnant que les analyses portant sur ces textes peu étudiés soient regroupées sous le titre « La milizia del letterato ». En effet, plusieurs pièces de théâtre sont considérées, à juste titre, comme « à thèse », les premières poésies furent fréquemment publiées dans des journaux et abordaient très souvent en des termes allégoriques des sujets d’actualité, tandis que le dernier recueil, Gli amori garibaldini, était une sorte de journal poétique de la campagne de Lombardie de 1859 et que les proses journalistiques comportent, à mots plus ou moins couverts, la dimension de la critique politique sous le voile de la satire.

6Le cinquième chapitre aborde la question de la thématique « champêtre » ou paysanne, considérée comme l’apprentissage littéraire du jeune auteur, comme l’indique le titre « La scuola dei contadini ». Le chercheur y propose des analyses fines et nouvelles de ce qu’il considère comme le premier roman écrit en pensant à un public, Il conte pecorajo, par exemple le paradoxe de la littérature champêtre, où une fille du peuple est capable de raconter la trame des Promessi sposi à d’autres paysannes, alors que justement les paysans sont de fait exclus du public du roman de par leur illettrisme. Au sujet du Novelliere campagnuolo, il distingue des autres nouvelles de ce volume posthume, pour son humour et pour sa liberté de ton, « La nostra famiglia di campagna », définie comme « un pamphlet [en français dans le texte] des idées de Nievo sur le monde paysan » et un « manifeste de poétique ». Plusieurs hypotextes de ce récit de voyage à travers la campagne sont proposés : en plus du Voyage sentimental de Laurence Sterne, il faut verser à ce dossier intertextuel le Voyage autour de ma chambre de Xavier de Maistre et le Tambour Legrand d’Heinrich Heine.

7Dans le sixième chapitre, « Verso il romanzo della vita contemporanea », Maffei reprend et développe certains aspects du contexte de crise dans lequel Nievo écrivit et conçut ses premiers romans et même Le Confessioni. Il étudie le roman Angelo di bontà, dont la rédaction fut croisée avec celle du Conte pecorajo et dont le sous-titre était Storia del secolo passato par opposition à celui du Conte pecorajo : Storia del nostro secolo. Particulièrement intéressante est l’idée des « codes » qui produisent un malentendu entre le couple des personnages principaux, Morosina et Celio. Alors que Celio entend établir une relation extraconjugale avec Morosina qui devait épouser le vieux Formiani, la pure jeune fille n’envisage que la perspective du mariage avec celui qu’elle aime, si bien que l’écart entre les « codes » doit être comblé pour qu’advienne la résolution : Morosina finit par convertir Formiani et Celio à sa droiture.

8Le septième chapitre, consacré aux « Confessioni », explore différentes thématiques du grand roman en reformulant et en récrivant une grande partie des trouvailles et des conclusions du volume de 1990, de l’histoire à la conscience en passant par l’éducation et la mémoire orientée par rapport au personnage de Pisana. Une autre partie de ce long chapitre s’intéresse plutôt à des aspects narratifs tels que le style, la narration en je, l’humour et ce que l’on pourrait appeler les « asymétries » du roman (« Le trame del romanzo asimmetrico »).

9Le dernier et huitième chapitre est incontestablement la partie la plus nouvelle du volume ou du moins celle qui rassemble, toujours en les reformulant de façon plus percutante, les études les plus récentes produites par Giovanni Maffei. Intitulé « Le anime dello scrittore politico », il commence à ouvrir le débat de l’idéologie politique de Nievo en citant plusieurs critiques. Dans la complexité de l’idéologie nievienne, évoquant les incertitudes de la censure encore sensibles dans les Confessioni mais non plus dans Venezia o la libertà d’Italia, où le jeune écrivain montre à quel point les années de Belfiore l’ont marqué, Maffei accepte l’idée de l’influence de Mazzini, tout en montrant comment le modèle de l’action et de l’apostolat mazziniens a décliné dans les Confessioni, et il souligne l’importance des dialogues dans le roman, car ils rendent explicites les idées et les « mythologies » de Nievo à travers la médiation de la voix des personnages. Dans la partie suivante du chapitre, il reprend le contenu d’un brillant article sur les troublantes ressemblances entre les idées de Gioberti et celles de Nievo. Il ne s’agit toutefois pas du Gioberti célèbre du Primato, mais du Gioberti plus méconnu et très nettement democratico du Rinnovamento civile d’Italia, sur les Confessioni et sur Rivoluzione politica e rivoluzione nazionale. Très intéressante est l’idée que la ressemblance frappante entre les deux « conversions » politiques successives de Carlino dans les Confessioni aux chapitres 9 et 10 (d’abord par l’ex-jésuite ultra-conservateur Pendola, puis par le jeune exalté democratico Amilcare) puisse être reconduite à l’opposition du Rinnovamento giobertien entre « municipali » e « puritani », c’est-à-dire entre deux extrêmes que Gioberti renvoie dos à dos au nom de l’indispensable concorde patriotique. Cependant l’influence de Gioberti se mesure également à la satire que Nievo fait de la dialectique giobertienne dans cette « fable bizarre » qu’est le petit roman philosophique Il barone di Nicastro.

10En somme, par sa construction habile et particulièrement convaincante, par son désir d’approcher l’exhaustivité en évoquant toutes les œuvres de Nievo, y compris les plus méconnues, par ses reprises aussi bien que par ses nouveautés, le Nievo 2012 de Giovanni Maffei constituera vite une autre référence importante de la critique de cet auteur.

Top of page

References

Electronic reference

Elsa Chaarani Lesourd, « Giovanni Maffei (2012). Nievo », Laboratoire italien [Online], Lectures, Online since 23 June 2015, connection on 19 August 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/866

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page