Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2015

Guido Alfani e Mario Rizzo (a cura di) (2013). Nella morsa della guerra : assedi, occupazioni militari e saccheggi in età preindustriale / Jean-Bernard de Vaivre et Laurent Vissière (éd.) (2014). « Tous les Deables d’enfer ». Relations du Siège de Rhodes par les Ottomans en 1480

Milan, Franco Angeli, 137 pages, 18 € / Genève, Droz, 878 pages, 49,95 €
Jean-Louis Fournel
Référence(s) :

Guido Alfani e Mario Rizzo (a cura di) (2013). Nella morsa della guerra : assedi, occupazioni militari e saccheggi in età preindustriale. Milan, Franco Angeli, 137 pages, 18 €Jean-Bernard de Vaivre et Laurent Vissière (éd.) (2014). « Tous les Deables d’enfer ». Relations du Siège de Rhodes par les Ottomans en 1480. Genève, Droz, 878 pages, 49,95 €

Texte intégral

1Il pourrait sembler curieux, voire déplacé, de proposer un compte rendu commun pour deux ouvrages aussi dissemblables : le premier est un bref recueil d’essais d’histoire militaire consacré notamment aux sièges de villes comme question historiographique, alors que le second est un très gros livre imposant rassemblant de la façon la plus exhaustive possible les textes produits sur un siège de ville particulier, celui de Rhodes en 1480. La première des deux publications ouvre des pistes et appelle à des travaux plus approfondis ; la seconde met à la disposition de la communauté des chercheurs travaillant justement sur cette même question un matériel important en plusieurs langues comme pour montrer qu’aux débuts de l’Âge moderne, dans une époque de proto-globalisation des conflits armés due d’abord à la confrontation avec l’Empire ottoman puis ensuite à l’explosion de la rivalité franco-espagnole durant les guerres d’Italie, les sièges de ville ne relèvent pas seulement d’anecdotes et de narrations sans grande signification.

2L’enjeu est bien posé par Rizzo et Alfani (dont nous avions déjà recensé dans le no 13 de Laboratoire italien un ouvrage d’histoire démographique et économique de la guerre au xvie siècle intitulé Il Gran Tour dei cavalieri dell’Apocalisse. L’Italia del « lungo cinquecento », 1494-1629, Padoue, Marsilio, 2010) dans l’introduction au volume intitulé Nella morsa della guerra puis dans le premier – et dense – article du recueil qu’ils ont dirigé : en proposant au passage une feuille de route pour les travaux esquissés et pour d’autres à venir, ils invitent ainsi à croiser l’étude des structures et l’examen des événements, afin d’articuler l’ordinaire des guerres (qui a même donné lieu à des éléments spécifiques de lexique dans l’administration française de la guerre) et l’extraordinaire, à savoir ces événements qui peuvent s’avérer « extrêmes », d’une radicalité particulière. La question n’est pas nouvelle et avait été déjà pour partie abordée dans un essai de Christopher Duffy en 1979 (Siege Warfare. The Fortress in the Early Modern World 1494-1660, Londres, Routledge) ou, beaucoup plus récemment, dans des études de Cornell Zwierlein – voir par exemple « Fame, violenza e religione politicizzata : gli assedi nelle guerre confessionali (Parigi 1590) », dans C. Donati et B. R. Kroener éd., Militari e società civile nell’Europa dell’età moderna (secoli xvi-xviii), Bologne, Il Mulino, 2007, p. 497-545 –, ou dans celles de Mario Rizzo, justement (voir ses articles les plus récents sur la question, notamment son essai à paraître au Mulino en 2015 intitulé Guerra d’assedio e scarsità nell’Europa moderna. Fonti, metodologia e qualche caso di studio).

3Mais Rizzo et Alfani entendent aller plus loin en conférant à l’histoire des sièges une charge herméneutique singulière, susceptible de bouleverser les équilibres entre le civil et le militaire dans l’histoire des guerres, en proposant donc d’« utili strumenti di analisi storica che permettono di far luce sulle strutture e sulle dinamiche delle società di antico regime » (p. 10). Dans cette perspective, l’histoire-sièges, si on nous passe l’expression, n’aurait pas les défauts que l’on a pu prêter à l’histoire-batailles dans la mesure même où elle conduirait à une histoire totale croisant les questions démographiques, économiques, militaires et culturelles. À ce titre, les deux grandes guerres du début de l’Âge moderne – les guerres d’Italie d’abord, la guerre de Trente ans ensuite – offrent une série d’illustrations qui sont présentes dans ce petit volume, notamment dans la remarquable casuistique des sièges proposée dans l’article de Alfani et Rizzo mais aussi travers des cas singuliers de Pavie (1524-1525 – traité par Séverin Duc – et de Piacenza, 1636 – traité par Grégory Halon). Un des acquis importants de ce volume est également la capacité à ne pas se limiter à une vision un peu myope de l’histoire des sièges et à engager l’importance stratégique de chacun de ses événements, mais surtout d’analyser l’inscription de la temporalité circonscrite d’un siège dans un espace-temps beaucoup plus large. Enfin, l’étude des sièges permet de comprendre ce que l’on a pu appeler « l’état de guerre » comme situation de conflictualité permanente – qu’elle soit réelle ou potentielle – dans laquelle l’Europe de l’Ancien Régime est plongée à partir de la fin du xve siècle, car il met en place une gestion des opérations et de la vie quotidienne qui mêle étroitement les mesures ordinaires et les décisions extraordinaires, redéfinissant au passage l’utilité (et l’éventuelle inutilité) des citoyens et des habitants. On constatera toutefois que les deux ultimes contributions du volume, quelles que soient leurs qualités, sont moins immédiatement liées au chantier ouvert par l’introduction puisqu’elles traitent respectivement des questions de l’occupation provisoire d’une ville (Savona) entre 1746 et 1749 et des dégâts produits par le banditisme endémique dans les périodes troublées au milieu du xviie siècle dans le Royaume de Naples.

4Quant au second ouvrage que nous avons choisi de présenter ici, intitulé « Tous les Deables d’enfer ». Relations du siège de Rhodes par les Ottomans en 1480, il propose une véritable somme sur un cas spécifique de siège. Le livre de 878 pages comporte plus de 700 pages consacrées à l’édition de textes inédits (dont l’importante et anonyme Histoire journalière, p. 151-254) ou rares, parfois présentés de façon anthologique (comme les témoignages de pèlerins qui closent le livre), en tout cas tous très peu exploités par l’historiographie. Les textes sont transcrits et édités avec une rigueur et une exigence philologique manifestes. Chacun d’eux est précédé d’une introduction rigoureuse présentant les textes, les manuscrits disponibles et, le cas échéant, les rares éditions ainsi que les critères de transcription. Les textes sont en outre munis de traductions françaises soignées, chaque fois que les écrits sont en latin, en italien ou en turc. On notera en passant que la courte section – p. 683-704 – de textes turcs fait entrevoir une possible « histoire partagée » de l’événement, même si elle reste malheureusement limitée par le nombre restreint de sources (cette section a été confiée à Jean-Louis Bacqué-Grammont, spécialiste d’histoire ottomane).

5Le recueil des textes est introduit par un long essai, précis mais attentif à rester accessible aux lecteurs non spécialistes, et l’apparat critique du volume s’enrichit aussi à la fin du livre d’une bibliographie importante, d’un index abondant et de cartes fort utiles. La longue introduction générale présente les opérations militaires et les enjeux du siège, mais aussi les éléments permettant de comprendre l’histoire et la structuration de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, qui contrôlait l’île, ainsi que le rôle de ses grands maîtres successifs, dont, au premier chef, Pierre d’Aubusson, en fonction lors du siège. Au-delà de l’événement-siège, l’introduction prend donc soin d’inscrire les trois mois de confrontation dans une longue durée en intégrant les décennies qui précèdent les trois mois de défense acharnée et victorieuse. On regrettera toutefois à ce propos que, sans vouloir sombrer dans la téléologie, une attention plus grande n’ait pas été prêtée aux années qui suivirent la défense victorieuse de 1480, notamment aux autres attaques contre Rhodes jusqu’à celle qui fera tomber l’île aux mains des Ottomans en 1522 : cela aurait peut-être permis de comprendre encore mieux la place que l’île pouvait occuper dans le « Grand jeu » complexe, et parfois ambigu, qui opposait alors dans la Méditerranée orientale les Ottomans (devenus alors et pour trois siècles, à tous égards, une puissance européenne) à Venise et aux ordres militaires catholiques, avec notamment toutes les spécificités de l’interminable « bataille des îles » que se livrent les puissances en présence.

6Le propos liminaire de l’ouvrage accorde également de façon très opportune une place importante à l’étude de l’organisation « technique » de la défense de la ville (notamment aux murailles, forts, tours et autres ouvrages d’architecture militaire) et, plus généralement, à la poliorcétique : pour les éditeurs de ces textes, le siège de Rhodes fut à ce titre « sans nul doute un tournant » (p. 87). Son histoire, nous est-il dit, « offre d’exceptionnelles pistes de réflexion qui touchent aussi bien la technique que l’anthropologie » dans la mesure où « il fut d’abord une vaste entreprise d’ingénierie militaire » puisque « les Ottomans et les Hospitaliers se trouvaient à la fin du xve siècle à l’avant-garde de la poliorcétique » (p. 23). Les éditeurs entreprennent du coup de nous exposer synthétiquement les raisons de leurs affirmations initiales (p. 86-97) sans négliger pour autant ce qu’ils nomment « la vie en mode obsidional » (p. 97 et suivantes), avec notamment des pages intéressantes sur « l’espace sonore » du siège.

7Une pièce centrale du dossier est constituée par l’édition des textes de Guillaume Caoursin, secrétaire personnel de Pierre d’Aubusson et vice-chancelier de l’ordre – p. 301-491 – dont sa Descriptio (le titre complet en est Obsidionis Rhodie urbis descriptio) fut cinq siècles durant la source principale pour la compréhension du siège. Les textes de Caoursin sont publiés assortis, dans un magnifique cahier central, des enluminures de la Descriptio (manuscrit latin 6067 de la BNF) ainsi que des bois gravés de l’incunable qui fut édité à Ulm en 1496. Mais – et c’est bien là que réside d’ailleurs un des principaux intérêts d’un tel recueil de textes – l’editio princeps de l’Histoire journalière et les nombreuses autres pièces plus brèves, souvent inédites, publiées ici permettent de modifier de façon substantielle la vision du siège de Rhodes qui jusqu’à présent reposait pour l’essentiel sur la descriptio de Caoursin, en tant qu’il s’agissait de la seule source ayant connu une diffusion importante (y compris avec des traductions dans nombre de langues européennes : italien, anglais, allemand, français, castillan, catalan et même danois). Il faut souligner aussi que, sans s’y attarder, ce travail ouvre déjà – au travers notamment de certaines considérations contenues dans les introductions qui précèdent chacun des textes publiés – un autre chantier prenant en compte l’étude des textes dans leurs différences spécifiques quant à leur circulation, à leur écriture, à leurs destinataires potentiels ou aux circonstances de rédaction. On ne peut que souhaiter qu’un tel travail se développe et qu’il prenne en compte entre autres choses ce qui fait du siège de Rhodes une question européenne (pour des raisons peut-être différentes de celles pour lesquelles Philippe Contamine emploie l’adjectif à la fin de sa préface), à savoir la multiplicité des langues (puisque les armées en présence, tout comme les témoignages qui nous sont parvenus, sont plurilingues) et des langages mobilisés par les scripteurs (en tenant compte par exemple de l’articulation entre l’écriture de chancellerie comme écriture de métier, l’écriture d’intervention ou de témoignage, l’écriture contemporaine ou, au contraire, post res perditas, l’écriture lettrée ou poétique empruntant à la tradition épico-chevaleresque – on pense bien sûr aux deux versions du poème en ottava rima intitulé La guerra del Turco contro Rodi, p. 559-643). Et ce dont, en définitive, on doit savoir gré aux éditeurs de ces textes (et à la maison d’édition qui accueille leur travail avec un volume aussi épais), c’est entre autres choses que l’ouvrage fournit à celles et ceux qui le souhaitent le matériel nécessaire pour engager de telles recherches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Fournel, « Guido Alfani e Mario Rizzo (a cura di) (2013). Nella morsa della guerra : assedi, occupazioni militari e saccheggi in età preindustriale / Jean-Bernard de Vaivre et Laurent Vissière (éd.) (2014). « Tous les Deables d’enfer ». Relations du Siège de Rhodes par les Ottomans en 1480 », Laboratoire italien [En ligne], Lectures, mis en ligne le 23 juin 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/869

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Fournel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page