Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2015

Valentina Martino (éd.) (2011). Ludovico de Vartema, Itinerario

Alessandria, Edizioni dell’Orso, 495 pages, 25 €
Fiona Lejosne
Bibliographical reference

Valentina Martino (éd.) (2011). Ludovico de Vartema, Itinerario. Alessandria, Edizioni dell’Orso, 495 pages, 25 €

Full text

1Quand le Bolonais Ludovico de Vartema prend le large au tout début du xvie siècle c’est, écrira-t-il dix ans plus tard, avec le désir de « vedere la diversità delle monarchie mundane » et plus encore de « vedere i paesi dalli nostri meno frequentati » (p. 226-227). Désir de nouveauté et conscience de la diversité sont donc les maîtres mots de ce périple qui dura sept ans et qui permit à Vartema de connaître – puis de faire connaître – les villes et régions d’Égypte, de Syrie, d’Arabie, de Somalie, de Perse, d’Inde, d’Éthiopie et les côtes africaines. Ce périple, il le met par écrit après son retour sous le conseil des Montefeltro (notamment d’Agnesina et de Vittoria Colonna, à qui il en fait le récit oral au cours de l’année 1509 et à qui appartint le seul manuscrit aujourd’hui disponible), et à la demande de Jules II et du Collège des Cardinaux (p. 32). Après une diffusion manuscrite, puis une première édition parue en décembre 1510 à Rome, l’Itinerario de Vartema connaît un large succès dans la péninsule italienne et bien au-delà puisque entre le xvie et le xixe siècle, il est publié plus de cinquante-sept fois et traduit en six langues (latin, espagnol, français, allemand, flamand et anglais). La connaissance du monde – que Vartema qualifie de « iocundo cibo delli animi » (dans une lettre à Vittoria Colonna citée p. 30) – ne constitue pas en soi un motif nouveau dans la littérature odéporique ; cependant, toute l’originalité réside ici dans le fait que Vartema l’érige en mobile premier, réaffirmé à chacune des étapes de son parcours. Par son édition critique de l’Itinerario, Valentina Martino réussit le tour de force de restituer l’originalité de ce récit de voyage tout en fournissant aux lecteurs les outils nécessaires à sa pleine compréhension. Ainsi, en lisant l’Itinerario dans cette édition, on réactive une expérience de lecture faite de plaisir que l’auteur souhaitait à l’une de ses premières lectrices, Vittoria Colonna – « se udendo me altre volte prese piacere, possa ancor legendo alcuna fiata diletto avere » (p. 30) –, tout en actualisant l’objectif du voyage lui-même, la connaissance du monde.

2Contrairement à la dernière édition en date de l’Itinerario, Valentina Martino évite en effet la facilité de transcrire le récit de Vartema dans un italien plus compréhensible (Itinerario dallo Egypto alla India, Enrico Musacchio éd., Bologne, Fusconi, 1991 ; l’édition présente en vis-à-vis une reproduction photographique du manuscrit et sa transcription en italien contemporain) ; elle comble également les lacunes d’une édition critique parue la même année dans une anthologie de récits de voyage et qui ne proposait que des extraits du texte de Vartema (dans Scopritori e viaggiatori del Cinquecento e del Seicento, Ilaria Luzzana Caraci éd., Milan-Naples, Ricciardi, 1991). Fidèle à sa formation en histoire de la langue (cette édition résulte en effet d’un travail de thèse de doctorat mené sous la codirection de Mario Pozzi à Turin et de Jean-Claude Zancarini à Lyon), elle offre aux lecteurs un texte minutieusement établi dont elle expose longuement les choix d’édition (voir notamment les chapitres « La scelta dei testimoni » et « La presente edizione », p. 117-146). Par ailleurs, deuxième influence de sa formation critique, Valentina Martino approche le texte de Vartema sous l’angle de la « philologie politique » (elle cite Jean-Claude Zancarini dès la préface) : à la fois par une lecture scrupuleuse du texte et par une attention au contexte qui se manifestent dans l’introduction, dans les annexes ainsi que dans les notes infrapaginales qui, par leur apport informatif, vont d’ailleurs souvent bien au-delà de l’explicitation du texte.

3Pour restituer à l’Itinerario son authenticité tout en le rendant accessible, Valentina Martino a conscience qu’elle ne peut procéder autrement qu’en lui adjoignant des ressources utiles voire nécessaires à sa compréhension. Elle a ainsi élaboré la reconstitution étapes par étapes du voyage de Vartema, de même qu’une chronologie replaçant le parcours de Vartema dans le cadre plus général des grandes découvertes ; elle propose par ailleurs trois index, respectivement par des entrées terminologiques, onomastiques et toponymiques dans le texte, ainsi qu’un relevé d’occurrences (p. 459-487). Le meilleur exemple de la difficulté que peut rencontrer le lecteur de Vartema est celui de la langue : il ne s’agit pas uniquement de problèmes de compréhension inhérents à cette « lingua prebembiana » (p. 5) – problèmes surmontés ici en partie grâce aux notes étymologiques et lexicales –, mais surtout de l’obstacle que constituent les alloglossies. En effet, Ludovico de Vartema, en cohérence avec sa volonté de connaissance du monde, est convaincu que l’apprentissage de la langue autochtone est un élément essentiel du processus d’assimilation de la culture locale. Ainsi, il insère dans son récit des phrases en malayalam et en arabe que Valentina Martino a décidé de traduire et d’expliquer en amont du texte dans le premier cas (p. 147-157), et en note de bas de page dans le second.

4En cela, Vartema fait office de contre-modèle au personnage de Christophe Colomb tel qu’il a été étudié par Tzvetan Todorov (La conquête de l’Amérique. La question de l’autre, Paris, Seuil, 1982) : à la différence de son illustre contemporain, Vartema n’est pas imperméable aux signes dans la mesure où il a conscience que l’accès au signifié ne peut faire l’économie du signifiant. Grâce à cette capacité de Vartema à observer de près les cultures qu’il rencontre, l’Itinerario constitue encore aujourd’hui une source de données précieuse pour l’historien. Par exemple, Vartema offre un compte rendu détaillé de sociétés qui, peu de temps après, seront intégrées à l’empire commercial portugais et qui changeront ainsi irrémédiablement de visage (principalement dans le « Libro III della India »). C’est d’ailleurs pour la précision de ses descriptions que Giovanni Battista Ramusio, l’un des premiers éditeurs de l’Itinerario, fait l’éloge du récit de Vartema où, dit-il en introduction au texte, « tanto particularmente si narrano le cose dell’India e isole delle speciarie, che da niun degli antichi si trovan scritte così minutamente » (Navigazioni e viaggi, M. Milanesi éd., Turin, Einaudi, 1978, vol. I, p. 761).

5Selon l’hypothèse de lecture de Valentina Martino, tout en constituant un condensé de l’expérience de l’Europe entière – puisqu’elle se situe chronologiquement à mi-chemin entre le premier voyage de Christophe Colomb en 1492 et le retour des survivants de l’expédition de Magellan en 1522 –, l’expérience de Vartema reste un unicum : il ne part pas avec une destination en tête, ni même avec une route, et il n’a d’autre but que la connaissance du monde. Son voyage n’est pas une hypothèse à tester mais un parcours de connaissance à accomplir pour lequel il occupe successivement différentes professions et identités. Avec ses contemporains Christophe Colomb, Fernand de Magellan ou Vasco de Gama, Vartema partage cependant ce trait : il a conscience de la dimension politique des voyages et il la met en évidence dans son récit. Parcourir un espace, c’est à la fois être en contact et mettre en contact des peuples et des cultures différentes, mais aussi prendre le risque de véhiculer des représentations, des partis pris ou des inimitiés, et c’est également acquérir un savoir que d’autres ne possèdent pas. Vartema le sait et il en joue : s’il ne part ni dans le cadre d’une mission diplomatique ni avec des visées commerciales, il démontre cependant une conscience aiguë des enjeux géopolitiques de son temps, notamment lorsqu’il use de ses compétences en artillerie pour se faire embaucher par qui bon lui semble (p. 60-62). La preuve supplémentaire en est que, dès son retour en Europe, il est auditionné successivement par le roi du Portugal, Manuel Ier, et par le Collegio de la République de Venise (p. 21-24).

6Cependant, souligne Valentina Martino, ce qui fait également de l’Itinerario un unicum dans la littérature odéporique du xvie siècle, c’est la capacité de Vartema à faire rire. L’épisode de la Regina en est l’exemple le plus probant : dans le but de se défaire de la captivité qui lui est imposée par la reine d’Aden qui s’est éprise de lui, il met en place un stratagème et feint successivement la folie et la maladie (p. 283-291). L’Itinerario emprunte alors à la novellistica la tonalité comique et le goût pour l’anecdote. Tout au long de son récit, Vartema se met en scène lui-même au gré de ses pérégrinations et de ses travestissements. Cette dimension autobiographique de l’Itinerario ne peut cependant être mise en regard d’éléments biographiques, dans la mesure où l’on dispose encore à ce jour de très peu de données sur Ludovico de Vartema. Valentina Martino le regrette dès la préface (p. 6) et le souligne à plusieurs reprises (p. 34, note 27 ; p. 79) en mettant en évidence certains indices du décalage entre fiction du récit de voyage et réalité du voyage, par exemple par une étude de la vraisemblance des rapports entre distance et durée des déplacements (notamment dans la reconstitution du voyage, p. 159-190).

7En revanche, on peut regretter que la littérarité de l’œuvre soit mentionnée à plusieurs reprises (p. 51 et p. 66) sans pour autant faire l’objet d’un travail spécifique, notamment du point de vue des modèles littéraires de l’Itinerario ou des échos intertextuels ; cette analyse aurait d’ailleurs pu apporter un éclairage sur la formation littéraire et culturelle de Vartema, venant ainsi combler les lacunes de l’histoire. En effet, malgré les recherches assidues de Valentina Martino et de ses prédécesseurs en ce sens, le Vartema narrateur et personnage de l’Itinerario reste à peu de chose près le seul Vartema connu. Par ailleurs, la manière dont Vartema se met en scène dans le récit laisse supposer que les motivations de l’écriture ne demeurent pas uniquement dans la volonté de « far cosa grata alli lettori » (p. 224), comme annoncé dans la dédicace. La trame narrative est constellée de travestissements et de feintes – certains frôlant l’apostasie puisque Vartema se fait passer pour un musulman pendant plusieurs mois – si bien que le projet éditorial de l’Itinerario peut en partie être lu comme une plaidoirie qui viserait tour à tour à illustrer et à justifier la nécessité de ces mensonges. Bien évidemment, ils participent également du plaisir du lecteur, si bien que la tentation narrative et le plaisir de raconter prennent souvent le dessus sur la description et la connaissance des régions et des peuples. Par sa richesse documentaire, l’Itinerario peut certes constituer une source d’informations pour l’historien, à la fois dans le cadre d’une édition comme celle proposée par Valentina Martino – où sont recontextualisés les motifs du voyage et ceux du récit – et par une approche qui prend en compte les limites de la dimension testimoniale inhérente à tout récit de voyage (qui plus est d’un témoignage écrit ici a posteriori sur la seule base de la mémoire individuelle). Études historiques, littéraires et linguistiques doivent bien être mobilisées de front face à un texte aussi riche que celui de l’Itinerario de Ludovico de Vartema.

Top of page

References

Electronic reference

Fiona Lejosne, « Valentina Martino (éd.) (2011). Ludovico de Vartema, Itinerario », Laboratoire italien [Online], Lectures, 2015, Online since 24 June 2015, connection on 25 June 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/877

Top of page

About the author

Fiona Lejosne

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page