Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2015

Margherita Angelini (2012). Fare storia. Culture e pratiche della ricerca in Italia da Gioacchino Volpe a Federico Chabod

Rome, Carocci, 285 pages, 27 €
Massimo Baioni
Bibliographical reference

Margherita Angelini (2012). Fare storia. Culture e pratiche della ricerca in Italia da Gioacchino Volpe a Federico Chabod. Rome, Carocci, 285 pages, 27 €

Full text

1En 1983 eut lieu à Milan un important congrès sur Federico Chabod e la “nuova storiografia” italiana dal primo al secondo dopoguerra (1919-1950), dont les actes furent publiés l’année suivante. Congrès et livre stimulèrent une exploration plus systématique des trajectoires intellectuelles et politiques des historiens au cours de décennies cruciales pour le développement de leur discipline et pour le rôle qu’elle occupa dans la vie politique et culturelle de la société italienne. Le livre de Margherita Angelini s’insère pleinement dans ce filon de recherche : il vise à reconstruire l’activité des historiens en étudiant les itinéraires de recherche personnels, les multiples réseaux de relations et le nouveau cadre des institutions culturelles. Les transformations du statut des chercheurs et des institutions de la recherche représentent en effet « un importante capitolo della storia culturale e, in senso lato, della storia politica di un paese » (p. 17). Sur le fond, on perçoit la présence, envahissante ou nuancée selon le cas, du régime fasciste, qui considère l’histoire comme un instrument fondamental de légitimation de ses propres choix de politique intérieure et internationale. D’où la juste conviction que les décennies de l’entre-deux-guerres sont « un punto di osservazione privilegiato per comprendere i cambiamenti interni alla disciplina storica poiché vi fu un progressivo assestamento delle strutture educative, che portò alla demarcazione di caratteri che divennero peculiari dell’accademia italiana nel lungo periodo » (p. 23).

2Gioacchino Volpe (1876-1971) et Federico Chabod (1901-1960) sont les personnalités exemplaires de cette période historiographique, dont les racines remontent, dans le cas de Volpe et de beaucoup d’autres spécialistes de sa génération (on pense aussi à Salvemini), à la phase qui va de l’époque giolittienne à la première guerre mondiale. Mais il ne fait aucun doute que les développements scientifiques et institutionnels de cette période ont pris réellement corps seulement dans les années du régime fasciste : comme en témoignent clairement de nombreuses études récentes consacrées à Volpe (par exemple les travaux d’Eugenio Di Rienzo, Barbara Bracco, Fabrizio Cossalter), c’est au cours de cette phase que l’historien occupe d’importantes fonctions comme celle de directeur de l’École d’histoire moderne et contemporaine de Rome.

3Tout en se concentrant sur les activités du maître et de l’élève, l’ouvrage de Margherita Angelini offre aussi des indications utiles pour reconstruire la trame complexe des relations et des initiatives scientifiques de ces années. Il reconstruit notamment les initiatives de spécialistes peut-être moins influents d’un point de vue scientifique, mais qui, néanmoins, réussirent à marquer en profondeur les paradigmes d’interprétation et les structures du pouvoir académique (on pense à Francesco Ercole, à Pietro Fedele ou à un haut dignitaire fasciste activement engagé au sein des instituts et des études historiques comme Cesare Maria De Vecchi). Les années trente marquèrent en effet un passage décisif également sur le plan législatif : entre 1933 et 1935, une vaste réforme des instituts et des études historiques déboucha sur la fondation de la « Giunta centrale per gli studi storici » et des quatre instituts, respectivement dédiés à l’époque classique, médiévale, moderne et contemporaine, et au Risorgimento. Dans un contexte si riche et ramifié, Angelini peut à juste titre analyser le rôle de Chabod – formé à l’École romaine avec Carlo Morandi, Walter Maturi et beaucoup d’autres jeunes – comme un pivot entre le système codifié par la réforme de l’époque fasciste et la transformation des instituts et des études historiques de l’Italie républicaine.

4Il suffit de lire les titres des sept chapitres du livre – complété par une introduction, une brève conclusion et une ample bibliographie – pour reconnaître la variété et la complexité des thématiques qui sont discutées ici. L’ambition d’unir dans un regard synthétique beaucoup de problèmes cruciaux (l’activité scientifique, les pratiques disciplinaires, l’organisation des études, les congrès nationaux et internationaux, les relations professionnelles et humaines), dans un arc chronologique long et dense d’événements politiques et historiographiques, comporte inévitablement quelques passages un peu rapides. En effet, les sujets abordés soulèvent de multiples implications et mériteraient de plus amples approfondissements, que le livre nous propose d’effectuer.

5La partie la plus intéressante et originale du volume, qui développe un dialogue ponctuel avec l’historiographie et qui offre des interprétations équilibrées, est à mon avis identifiable dans deux chapitres. D’une part, le chapitre qui reconstruit les « pratiques didactiques », les cours universitaires des professeurs, la typologie des thèses de maîtrise, qui fait émerger les liens entre le débat historiographique et les « séductions » d’une saison politique mettant l’accent sur la perspective nationaliste. D’autre part, le chapitre consacré aux congrès internationaux de sciences historiques, où Angelini, en travaillant sur une précieuse documentation d’archives, souligne les dynamiques qui orientèrent la présence des historiens italiens dans ces assemblées.

6Se confirme ainsi le prestige de Volpe, mais aussi le rôle actif exercé par Chabod. À partir de ses expériences et de ses relations mises en place dans les années trente, Chabod acquit l’autorité qui lui permit de devenir un solide point de référence de l’historiographie italienne dans les rencontres internationales après la catastrophe de la guerre (avec une référence spéciale à l’organisation du congrès de Rome en 1955).

7Le livre ouvre également une fenêtre intéressante sur les temps et les modalités par lesquels les historiens et les structures académiques et institutionnelles, au lendemain de la chute du régime fasciste et de la guerre civile, s’inscrivent dans la nouvelle réalité du pays.

8Il s’agit de questions intellectuelles essentielles sur lesquelles le dossier de Laboratoire italien consacré à La vie intellectuelle entre fascisme et république, 1940-1948 (12/2012, sous la direction de A. Bechelloni, C. Del Vento et X. Tabet) a offert des réflexions stimulantes.

9Beaucoup de spécialistes d’histoire formés au sein des institutions fascistes, puis sensibles aux perspectives offertes par le nouvel ordre européen et encouragées par la guerre fasciste (on pense à Carlo Morandi), occupèrent aussi un rôle de premier plan dans l’Italie démocratique. Angelini remarque comment la continuité des structures et des backgrounds culturels se mêle aux nouveaux horizons historiographiques, aux exigences d’ouverture et de dépassement de la perspective nationaliste, dans un contexte qui, au début des années cinquante, commençait à voir émerger les nombreuses suggestions et polémiques liées à la publication des Cahiers d’Antonio Gramsci.

10Dans ce sens et sous différents aspects (les institutions culturelles, les comparaisons entre générations, les orientations et les thèmes de la recherche), les conclusions du livre se révèlent utilement complémentaires au débat historiographique et politique de l’après-guerre que Gilda Zazzara a récemment mis au jour (La storia a sinistra. Ricerca e impegno politico dopo il fascismo, Roma-Bari, Laterza, 2011).

11Quelques problèmes spécifiques concernant la professionnalisation des études historiques ont été analysés de façon plus approfondie par Margherita Angelini dans un essai publié en langue anglaise dans la revue Storiografia 57 (« Transmitting knowledge : the professionalization of Italian historians (1920s-1950s) », 2010). Enfin en 2015 est paru le volume, sous la direction du même auteur et de Davide Grippa (Caro Chabod. La storia, la politica, gli affetti (1925-1960), Roma, Carocci), qui recueille une grande partie de la correspondance de Chabod. Il s'agit évidemment d'un matériel de grand intérêt qui, outre qu’il contribuera à enrichir la biographie de l’historien, pourra éclairer ultérieurement l’activité scientifique et d’organisation de nombreux historiens engagés, à cheval entre fascisme, guerre mondiale et république.

Top of page

References

Electronic reference

Massimo Baioni, « Margherita Angelini (2012). Fare storia. Culture e pratiche della ricerca in Italia da Gioacchino Volpe a Federico Chabod », Laboratoire italien [Online], Lectures, Online since 24 June 2015, connection on 19 August 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/880

Top of page

About the author

Massimo Baioni

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page