Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2015

Sabino Cassese (2014). L’Italie, le fascisme et l’État. Continuités et paradoxes

Traduction et préface d’Éric Vial. Paris, Rue d’Ulm, 170 pages, 22 €
Jean-Yves Frétigné
Bibliographical reference

Sabino Cassese (2014). L’Italie, le fascisme et l’État. Continuités et paradoxes. Paris, Rue d’Ulm, 170 pages, 22 €

Full text

1L’Italie, le fascisme et l’État. Continuités et paradoxes est un livre qui se compose de trois parties. La première est la remarquable préface d’Éric Vial, qui est aussi le traducteur – non moins remarquable – des leçons que Sabino Casesse a tenues à l’École normale supérieure de Pise en 2009 et 2010, et à qui le lecteur doit encore un vaste ensemble très utile de notes infrapaginales. La préface s’ouvre par une présentation détaillée de la carrière politique et universitaire de Sabino Cassese, qui appartient à la minorité vertueuse, dont l’Italie a toujours su s’honorer, et qui s’inscrit dans une lignée, là encore assez spécifiquement italienne, d’hommes politiques de tout premier plan qui sont aussi des intellectuels prestigieux et souvent novateurs. Si Gaetano Mosca est retenu comme le fondateur de la science politique moderne, Sabino Cassese peut être considéré comme un des juristes qui a réussi à créer un des échanges les plus féconds entre sa discipline et celle historique. Éric Vial s’attache, dans un second temps, à souligner l’intérêt de faire connaître au public français les idées défendues par Cassese sur la nature de l’État fasciste, qui peuvent se ramener à la thèse centrale suivant laquelle cet État n’a pas été totalitaire. Cette lecture présente un double mérite : elle rappelle aux chercheurs italiens la nécessité d’ouvrir à nouveau le vaste chantier d’une réflexion sur la nature de l’État italien, dont la dernière grande étude remonte au remarquable travail d’Alberto Aquarone, L’organizzazione dello Stato totalitario, publié par Einaudi en 1965 ; elle invite les chercheurs français à remettre en débat la thèse, fortement enracinée dans l’historiographie de leur pays, suivant laquelle le fascisme est un totalitarisme, peut-être à l’italienne – pour reprendre le titre choisi significativement par l’éditeur français d’un des rares ouvrages de Renzo De Felice traduit dans notre langue –, peut-être manqué, sans doute inachevé, mais quoi qu’il en soit bel et bien un totalitarisme (voir sur ce sujet Olivier Forlin, Le fascisme. Historiographie et enjeux mémoriels, Paris, La Découverte, 2013, p. 239-267, et l’importance des traductions françaises des essais d’Emilio Gentile, principal interprète du fascisme italien comme régime totalitaire, retenu en France, non sans raison, comme le plus éminent universitaire italien spécialiste du fascisme).

2La deuxième et la plus importante partie, L’Italie, le fascisme et l’État. Continuités et paradoxes, est précisément une enquête pour cerner la nature de l’État fasciste. La tâche est difficile pour trois raisons fondamentales : « parce qu’au-delà de la proclamation de sa nature totalitaire [les] racines [de l’État fasciste] plongent dans l’Italie libérale et ses institutions ont survécu à la chute de Mussolini ; qu’une partie de ces institutions ne diffère pas de celles créées à la même époque dans d’autres pays ; que même dans le secteur le plus caractéristique du régime, les spécificités furent rares, si fondamentales qu’elles fussent pour la prise et la conservation du pouvoir » (p. 49). En cinq chapitres, dans lesquels l’analyse est toujours corroborée par des références aussi nombreuses que précises, Cassese entreprend d’expliquer que « le régime fasciste ne doit pas être classé dans la catégorie des États totalitaires » (p. 103) et de démontrer qu’il n’y a pas d’utilité heuristique à le considérer comme tel sans courir le risque de ne pas comprendre non seulement qu’il s’est construit en combinant une pluralité d’éléments, fruits de l’idéologie mais aussi d’une adaptation constante aux circonstances, mais encore qu’il n’est pas, n’en déplaise à Benedetto Croce, « une parenthèse dans l’histoire unitaire italienne mais seulement un pont entre l’avant et l’après : une longue et douloureuse transition » (p. 88). N’étant pas spécialiste du fascisme mais ayant travaillé sur Giovanni Gentile, je dois reconnaître que cette herméneutique est très convaincante même si la force démonstrative de Cassese se manifeste, à mes yeux, avec plus de force et de conviction dans la mise en avant de la continuité entre l’État libéral et le fascisme qu’elle n’apparaît dans celle de la mise en lumière d’une continuité entre ce dernier et la République née après la seconde guerre mondiale. On pourrait objecter à la démonstration de Cassese sur la nature non totalitaire du fascisme italien qu’elle s’appuie sur une analyse strictement juridico-politique de la nature de l’État, laissant de côté les discours – par exemple sur l’homme nouveau – et les pratiques du PNF – avec ses rituels propres à une nouvelle religion civile – où se trouvent les éléments les plus probants en faveur d’une lecture du fascisme comme totalitarisme. Mais, à l’inverse, ne doit-on pas regretter que les historiens français et italiens très attentifs à ces thématiques négligent par trop, peut-être sous l’influence d’une histoire culturelle très influencée par l’anthropologie, l’approche juridique de l’État fasciste, alors même qu’un des objectifs du régime fasciste italien est la résorption du parti dans l’État ?

3La troisième et dernière partie de l’ouvrage constitue la première synthèse en français, depuis la recherche un peu datée de Georges Bourgin – L’État corporatif fasciste (Aubier, 1935) –, sur le corporatisme fasciste. Au-delà des proclamations tonitruantes bien connues de Mussolini sur la prétendue nouveauté radicale introduite dans l’histoire de l’humanité par l’instauration du corporatisme fasciste, ce dernier, qui ne fut, au demeurant, jamais pleinement réalisé, exprime bien plutôt le caractère « bancal » (p. 106) du régime fasciste tout en illustrant sa capacité à se nourrir des idées dans l’air du temps et à les inspirer – ce qui explique sa capacité de séduction bien au-delà de la famille politique de ses thuriféraires. Sur le plan idéologique, le corporatisme exprime la nature profondément duale du fascisme, soucieux de l’unité de la nation mais cultivant les particularismes. Sur le plan syndical, il offre une situation de monopole aux syndicats fascistes pour mieux les discipliner, en permettant en particulier à ses dirigeants de faire carrière dans la politique ou dans la haute administration publique. Enfin, sur le plan de l’organisation économique, il sert avant tout à protéger le tissu de petites et moyennes entreprises de la concurrence étrangère, mais n’affecte que marginalement la grande industrie et la banque qui continuent de relever de la logique libérale ou de celle, directe, de l’intervention de l’État.

4Pour la finesse de ses analyses, la richesse de ses références – pour exemple, les leçons sur le corporatisme sont l’occasion d’une recension claire et exhaustive des lois et règlements dans cette matière que l’on chercherait en vain ailleurs dans la maigre littérature produite en français sur le sujet –, la profondeur et l’originalité de ses thèses défendues, L’Italie, le fascisme et l’État. Continuités et paradoxes constitue d’ores et déjà, à n’en point douter, une référence incontournable pour mieux connaître et pour mieux comprendre le ventennio nero.

Top of page

References

Electronic reference

Jean-Yves Frétigné, « Sabino Cassese (2014). L’Italie, le fascisme et l’État. Continuités et paradoxes », Laboratoire italien [Online], Lectures, Online since 24 June 2015, connection on 19 August 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/882

Top of page

About the author

Jean-Yves Frétigné

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page