Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Luigi Polo Friz (2014). Lodovico Frapolli, Biografia e Carteggio, Scienziato, Rivoluzionario, Svizzero, Massone, Uomo del Risorgimento, 2 vol

Rome, Istituto per la storia del Risorgimento italiano, 500 ‑ 923 pages, 70 €
Georges Virlogeux
Bibliographical reference

Luigi Polo Friz (2014). Lodovico Frapolli, Biografia e Carteggio, Scienziato, Rivoluzionario, Svizzero, Massone, Uomo del Risorgimento, 2 vol. Rome, Istituto per la storia del Risorgimento italiano, 500 ‑ 923 pages, 70 €

Full text

1Le « lungo arduo percorso » qu’a suivi Luigi Polo Friz pour composer sa Frapolleide, ainsi que son ami Franco Della Peruta désigna un jour l’œuvre maîtresse, est arrivé à son terme. Découverts alors que son travail était en cours, les papiers de Frapolli ont permis à Polo Friz d’enrichir, d’élargir et de consolider les recherches qu’il conduisait depuis plusieurs années. L’ouvrage se présente en deux tomes : I, La Vita, II, Il Carteggio. Dans la Premessa, l’auteur explique que le Carteggio, qui occupe en fait la seconde partie du premier tome et tout le deuxième, constitue l’essentiel de l’ouvrage, et il affirme que la lecture de cette correspondance épistolaire est nécessaire à la compréhension de la biographie proposée dans le premier tome.

2L’on est tenté de dire que, dépourvu de notes et des accessoires fonctionnels qui accompagnent généralement les éditions de correspondances pour en faciliter la consultation et la lecture, le Carteggio ne se lit bien que si l’on a préalablement ou dans le même temps repéré et identifié les nombreux personnages de cette riche et complexe saga politique.

3Si les lettres sont la nécessaire documentation et l’illustration concrète de la biographie, celle-ci, en l’absence de notes aux lettres, fonctionne comme une annotation globale de celles-ci. Cela implique une lecture simultanée des deux sections de l’ouvrage : par exemple la lettre du 29 avril 1853 à Kossuth (p. 658) ne se comprend que rapportée à ce qui est dit dans la section biographie à la page 130. L’index des noms propres qui clôt l’ouvrage devient ainsi une articulation structurelle indispensable entre biographie et correspondance. Formule dynamique et stimulante non commune dans les éditions de correspondance.

4L’ensemble, qui traverse le Risorgimento et couvre l’étendue des règnes des deux souverains piémontais Charles-Albert et Victor Emmanuel II, offre une vision pluricentrique, le point d’observation du protagoniste variant constamment au long des années, de la Moravie à Paris, à Milan, à la Suisse, à la Suède, à la Sicile, à Berlin. Presque une géographie du Risorgimento italien.

5Le fil conducteur idéal de cette trajectoire, dont le protagoniste ne se départ pas, est sa foi républicaine, attestée par la récurrence constante des noms emblématiques de Mazzini, Kossuth, Garibaldi, Bixio, plus que de ceux de Cavour et de Napoléon III.

6Un parcours biographique aussi mobile et dynamique que celui de Frapolli, tout à la fois « savant, révolutionnaire, diplomate, Suisse, franc-maçon, Homme du Risorgimento » (c’est le sous-titre de l’ouvrage) est exceptionnel : il servit dans l’armée autrichienne, fut étudiant puis diplômé en géologie à l’École des Mines de Paris, conspirateur sous un nom d’emprunt, expatrié en France de 1841 à 1849, puis de 1853 à 1857, exilé en Suisse avec obtention de la nationalité helvétique, représentant à Paris du gouvernement provisoire de Lombardie puis de la République romaine, ministre de la guerre de l’Émilie en 1859, aux côtés de Garibaldi à Naples en 1860, élu député la même année, grand maître de la franc-maçonnerie en 1869, et pour finir de retour en France après Sedan pour soutenir la Troisième République et chef d’état-major de Garibaldi !

7La diversité des activités et des théâtres d’occupation personnels de Frapolli, la facilité avec laquelle il élargissait le cercle de ses relations, sa curiosité naturelle vis-à-vis des événements politiques qui se succédaient autour de lui et auxquels réagissaient son tempérament et son idéal républicain et le militantisme qui jamais ne lui firent défaut, donnent à la biographie reconstruite par Luigi Polo Friz une dimension et une consistance réelles et offrent au lecteur de multiples occasions de rencontres avec de nombreux personnages, des plus grands aux plus humbles, de la vaste comédie humaine qu’a suscitée le Risorgimento.

8Le segment chronologique le plus richement illustré est celui des années 1848-1849, durant lesquelles Frapolli fut à Paris comme représentant des gouvernements de Lombardie et de Rome ; 208 lettres s’y rapportent, dont 45 sont adressées à lui : 26 de Mazzini, 19 de Francesco Restelli, 12 de l’israélite mantouan Guido Susani, 2 de Giacinto Collegno, l’homme politique piémontais ami de la famille, et d’autres personnages familiers à tous les amateurs d’histoire risorgimentale : Pietro Maestri, Niccolò Tommaseo, Daniele Manin, Cristina Belgioioso, Nino Bixio, Francesco Domenico Guerrazzi. 28 lettres sont de Frapolli, dont 10 à Mazzini, 10 à Francesco Restelli, 3 à Collegno et 9 à Susani.

9L’apport de Frapolli au corpus mazzinien est important : 23 missives et 40 responsives, dont certaines avaient déjà été publiées par Polo Friz dans ses travaux antérieurs, enrichissent la correspondance du Génois. Non négligeable est l’apport fourni par ces lettres à une autre correspondance monumentale, celle de Cavour, dont l’édition vient de s’achever en 2012 : 7 lettres à Cavour, des années 1855-1860, dont celle du 3 juin 1860, par laquelle Frapolli fait allégeance et vient se ranger sous la bannière du comte (« Vengo dunque a prendere gli ordini e a professarmi devotissimo… », p. 694), à quoi Cavour répond en le priant de venir le rencontrer (« Il conte di Cavour riceverà il signor Frapolli domani mattina alle ore 8 a casa sua », ibid.).

10Élu député en 1860, il perdit les élections en 1874. Cet échec, auquel vinrent s’ajouter des intrigues plus ou moins claires, en partie évoquées dans les lettres de cette époque, et de mauvaises affaires financières gâchèrent la fin de sa vie. Après avoir côtoyé et interpellé tant d’hommes d’action, tant de personnages influents, il déclina rapidement, son esprit s’obscurcit, sa raison vacilla et il mit fin à ses jours à Turin en 1878 en se tirant deux coups de pistolet.

Top of page

References

Electronic reference

Georges Virlogeux, « Luigi Polo Friz (2014). Lodovico Frapolli, Biografia e Carteggio, Scienziato, Rivoluzionario, Svizzero, Massone, Uomo del Risorgimento, 2 vol », Laboratoire italien [Online], Lectures | 2015, Online since 24 June 2015, connection on 28 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/889

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page