Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Corrado Vivanti, Machiavel ou les temps de la politique

Jean-Louis Fournel
p. 256-258
Référence(s) :

Corrado Vivanti, Machiavel ou les temps de la politique, Paris, Desjonquères, 2007, 178 pages, 22 €.

Texte intégral

1Encore un livre sur Machiavel, dira-t-on ! Et, en outre, un ouvrage d’une taille contenue qui se donne pourtant l’ambitieux objectif, d’après la table des matières, de prendre en compte l’ensemble du parcours du Secrétaire florentin dans le siècle ! Quiconque n’en connaît pas l’auteur peut craindre de se trouver face à l’énième digest de la pensée machiavélienne pour un public d’honnêtes gens ou d’étudiants pressés. Machiavel peut faire vendre : il est peu d’auteurs qui soient à ce point devenus à eux seuls un domaine d’études et une référence quasiment obligée dès lors que l’on parle de gouvernement, de généalogie de l’État moderne, bref de pensée politique. Mais on est quand même d’emblée intrigué non par le sujet du livre mais par le nom de celui qui l’a écrit. En effet, Corrado Vivanti écrit là, sauf erreur de ma part, son premier « livre » sur Machiavel, alors même que, pourtant, il a préparé, seul, l’édition de toute l’œuvre machiavélienne en trois volumes dans la Pléiade italienne, chez Einaudi (entre 1997 et 2004) : l’analyse naît ici d’un travail décennal sur les textes du Florentin, de cette intimité et de cette familiarité sans pareille avec la vie des mots que donne le travail d’édition. C’est d’ailleurs la substance des trois introductions aux volumes des Opere qui sert de matière au présent ouvrage. Et puis il y a aussi quelque chose de symbolique dans ce nouveau texte, inédit sous cette forme et dans cette langue, qui est aussi l’aboutissement d’un parcours à la fois savant, élégant, véloce et léger (dans le sens où Calvino fait l’éloge de la rapidité et de la légèreté dans ses « Leçons américaines »). De fait, la parution suit de près la sortie chez le même éditeur parisien de la traduction d’un des premiers travaux de Corrado Vivanti intitulé Guerre civile et paix religieuse dans la France d’Henri IV (2006). On tient là comme un fil rouge entre le questionnement du jeune historien italien venu travailler en France il y a cinquante ans avec Fernand Braudel, à l’EHESS, sur la question des déchirures religieuses et politiques d’une société d’Ancien Régime et ce choix de l’universitaire de renom qui consista à éditer et commenter l’œuvre de celui qui fut le premier à tenter de penser le conflit politique sans le stigmatiser. « Remonter » à Machiavel, c’est ici refaire un peu ce que fit Francesco Guicciardini quand il décida, pour comprendre l’histoire des guerres d’Italie, de commencer non par la bataille de Pavie (février 1525), mais par la mort de Laurent le Magnifique et la descente de Charles VIII en Italie. Voilà, entre autres, pourquoi ce livre, petit par la taille, pourrait bien être considéré très vite comme la meilleure introduction à l’œuvre et à la vie du Florentin dont on dispose en français aujourd’hui, servi aussi en cela par l’évidence même d’une écriture aussi simple qu’élégante et un tissu conjonctif de citations d’une constante pertinence.

2Corrado Vivanti choisit un point de vue apparemment simple mais dont la mise en œuvre est pour le moins complexe : partir d’un lieu commun de la critique machiavélienne (le « réalisme » de Machiavel), qui plus est d’un lieu commun se prêtant entre tous à rabattre les textes du Florentin vers la grande histoire de la philosophie politique (puisqu’on se réfère là à l’une des grandes catégories qui servent à cartographier courants et écoles philosophiques) pour en faire la raison d’une historicisation systématique de l’œuvre. Et, deuxième axiome mis en œuvre, Vivanti entreprend de procéder à cette mise en perspective sans se contenter d’une vision purement biographique. On suit donc, au fil des pages, toute la vie et toute l’œuvre du Secrétaire florentin sans pour autant que les développements relèvent d’une taxinomie d’épisodes ou d’une série d’explications de texte. Du même coup, la biographie devient pensée et les textes existent. Ainsi l’heureux sous-titre du livre « Les temps de la politique » ne relève-t-il pas d’une posture théorique de réflexion sur de très abstraites temporalités du politique mais plutôt d’une exigence toute machiavélienne de fonder la pensée des mots et l’action dans le monde sur la « qualité des temps ».

3De ce fait, prendre des exemples de ce qui est souligné ci-dessus revient souvent, au détour d’une phrase, à mettre en évidence des pans entiers d’études machiavéliennes à développer. Ainsi, du côté de la vie, à propos des quinze années où Machiavel se consacra « au métier de l’État » (l’arte dello Stato), Vivanti insiste sur le climat particulier, « cordial et enjoué », qui prévalait à la chancellerie et il en profite pour relier cela à l’émergence nouvelle d’un « ensemble de personnes animées par la volonté de soutenir les structures de la nouvelle République » en les distinguant « de la vaste clientèle créée précédemment par les Médicis » (p. 21-23). Il peut ainsi regretter à bon droit que « l’analyse du monde florentin avec ces différentes couches et ses milieux intellectuels ne soit pas plus approfondie ». On remarquera, au passage, que la publication récente par Jean-Jacques Marchand des actes du colloque Machiavel sans les Médicis / Machiavelli senza i Medici. Scrittura del potere e potere della scrittura (Rome, Salerne, 2006) comble en partie cette lacune.

4Ainsi, du côté des idées, l’historien souligne avec un sens de la nuance et une finesse d’interprétation rares que si le républicanisme machiavélien ne fait aucun doute, ce dernier ne passe pas par une défense et illustration du meilleur régime, ni par une modélisation républicaine et civique issue du legs du républicanisme classique, mais par une conviction que la République, avec sa libertas, est tout simplement ce qui va de soi pour un Florentin. On pourrait aussi parler pêle-mêle, parmi tant d’autres passages, de l’analyse nuancée sur les problèmes de chronologie des textes (voir p. 63-64, p. 72), du refus de considérer que la forme des Discours relève d’un texte inachevé et incohérent (p. 81), des considérations formelles fructueuses sur les effets de l’usage du discours indirect dans les écrits des missions diplomatiques ou des harangues fictives dans l’historiographie (p. 28 et p. 115) ou encore de la confiance en ces jeunes gens qui écoutent avec passion cet héritier de la République déchue (p. 79).

5Mais ce qui domine tout le livre, à juste titre, c’est le rôle conféré à la tension civique qui anime Machiavel dans ses actes et dans ses écrits, dans ses écrits qui sont autant d’actes de cet homme « en exil dans sa patrie », selon le beau titre de la deuxième partie du livre – on en prendra pour preuve l’analyse proposée pour le Discursus florentinarum rerum (p. 97-102). C’est cette position cruciale qui induit les rôles respectifs, soulignés par Vivanti, du peuple (socle de la stabilité républicaine) et des optimates (ennemi constant) dans les projections machiavéliennes. C’est elle aussi qui fait du lien entre les notions de corruzione, de civiltà et de libertà le principal nœud conceptuel des écrits machiavéliens, la première étant considérée comme le contraire de la deuxième, ce qui confère un rôle particulier à la liberté dans la dynamique de l’histoire (p. 83-84). On ajoutera pour finir que cette tension nous est présentée comme le produit des guerres d’Italie, comme le résultat de cette catastrophe qui ébranle les certitudes et, en l’occurrence, suscite les sarcasmes et la plus mordante ironie de Machiavel à l’égard des princes de son temps. C’est bien non seulement la liberté de Florence et de l’Italie mais tout simplement la survie de l’État qui sont en jeu : les mots de Machiavel en acquièrent une nécessité inconnue et ses phrases une acuité surprenante pour les contemporains… mais aussi pour nous.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Fournel, « Corrado Vivanti, Machiavel ou les temps de la politique », Laboratoire italien [En ligne], 8 | 2008, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/89

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Fournel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page