Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comment traduire ?

« Manœuvrer en douceur ». Traduction et philologie des textes politiques : la Monarchie de Dante

“Maneggiare con cautela”. Traduzione e filologia dei testi politici: la Monarchia di Dante
“Handle with care”. Translation and philology of political texts: Dante’s Monarchy
Diego Quaglioni

Abstracts

A new translation of the Dante’s Monarchy (1313) may be a stand as a good example of research on how to read and interpret medieval and early-modern political texts. The treaty conceived by Dante is one of the most important contributions to the development of the vocabulary of politics in the West, through the modern translations like those of Marsilio Ficino (1468) and Johannes Basilius Herold (1559). Each translation that proposes to “reawaken the echo of the original” (Walter Benjamin) is the expression of “posthumous maturity” of the political text, provided that it manages to not overlap with it: the warning of André Pézard, the greatest French interpreter of Dante’s works, reads: “Handle with care”. The translator’s task is therefore to that of “diagonalize” the whole history of the translations of a political text, because the translation is, in a form that renews itself constantly, the last stage of his life.

Top of page

Full text

  • 1 Mon édition commentée de la Monarchie, avec introduction et traduction, a été publiée, après plus d (...)

1On m’a demandé d’expliciter et d’interroger mes propres façons de faire en tant qu’éditeur et traducteur de la Monarchie de Dante, un des plus beaux et des plus importants textes de la tradition politique occidentale, écrit probablement en 1313, il y a 700 ans, mais publié la première fois seulement en 1559, à Bâle, dans un contexte de culture littéraire et politique humaniste et de réforme religieuse, comme texte apologétique de l’idée d’Empire1. Donc, façons de faire comme « façons de lire et d’interpréter les textes, de forger pour ce faire des instruments et de restituer discours et concepts », et discours et concepts politiques.

2Que dirai-je ? S’adresser à la pensée politique de Dante signifie se mesurer à la langue de Dante, ou plutôt aux langues de Dante.

  • 2 Un effort très original et très intéressant a été donné en ce sens récemment par J. Steinberg, Dant (...)

3Se mesurer aux langues de Dante signifie se mesurer non seulement aux diverses formes de langage et aux techniques littéraires avec lesquelles Dante s’exprime dans des œuvres de nature et d’inspiration différentes, mais constater tout d’abord le fait que Dante développe et traduit en différentes langues et formes littéraires le même contenu de pensée, à des moments différents ou dans le même temps de l’histoire poignante de sa vie privée et publique2.

  • 3 Voir surtout l’excellente introduction de Mirko Tavoni dans son édition récente du De vulgari eloqu (...)

4En ce sens, pour Dante, plus encore que pour les autres sommités de la pensée politique au début de la modernité (je pense à Ockham et à Marsile de Padoue, bien sûr), se pose de façon précoce un problème qui sera caractéristique de la modernité, à savoir celui du multilinguisme dans la diffusion de ses œuvres. C’est un phénomène qui affecte à la fois la relation entre la langue savante et la langue vernaculaire dans l’écriture de l’auteur (relation qui, chez Dante, prend la forme théorique de la prévalence de la langue vernaculaire comme langue naturelle, par rapport au latin comme langue artificielle), et affecte aussi la diffusion de textes de l’auteur dans les traductions contemporaines ou ultérieures3.

  • 4 M. Tavoni éd., Introduzione, Dante, De vulgari eloquentia, ouvr. cité, p. 1067-1116 (p. 1068) : « È (...)

5Mirko Tavoni a démontré que la théorie du langage chez Dante est abritée « sous le signe de la philosophie politique », et en particulier sous le signe de la philosophie politique du commentaire de Thomas d’Aquin à la Politique d’Aristote, où nous lisons que l’importance de la locutio réside dans le fait que l’homme est le seul être vivant qui parle, auquel Dieu a donné le pouvoir de nomination des choses (ce qui n’a en revanche aucune importance pour les anges ou pour les animaux inférieurs)4 :

C’est justement dans la page d’ouverture de la Politique d’Aristote commentée par saint Thomas que Dante a trouvé la notion de locutio, qu’il établit comme subiectum de son traité, où elle est définie comme la faculté distinctive de l’homme en tant qu’animal politicum. Puisque le langage a été donné seulement à l’homme ; puisque la fin du langage c’est que les hommes communiquent entre eux à propos du bien et du mal, du juste et de l’injuste, de l’utile et du dangereux ; et puisque la nature ne fait rien qui soit inutile, il s’ensuit que l’homme a comme but propre, conformément à la nature, la société civile.

  • 5 Voir les considérations introductives dans mon article « La Vergine e il diavolo. Letteratura e dir (...)
  • 6 À propos de la relation entre droit et langage, on peut voir surtout les réflexions contenues dans (...)
  • 7 Bartoli a Saxoferrato, In secundam ff. Novi partem commentaria, Venetiis, Apud Iuntas, 1567, in l.  (...)
  • 8 P. Fiorelli, « La lingua del diritto e dell’amministrazione », dans Storia della lingua italiana, L (...)
  • 9 Ibid., p. 14-15 : « Accade così che il diritto si vesta di nuove forme, anche in fatto di lingua [. (...)

6Cette dimension étroitement politique du langage est intéressante même pour la littérature juridique (nous ne devons jamais oublier que le droit possède sa propre littérature, qui fait partie d’un phénomène littéraire plus large)5. Ce problème se pose, pour le juriste du droit commun, autour de l’interprétation des mots du droit, des verba iuris, que ce soit la norme de droit civil et canonique ou que ce soit la règle de droit coutumier, comme souci envers l’usage des mots dans la langue de la communication quotidienne, c’est-à-dire de l’usus communis loquendi, du « sens commun de la langue »6. L’utilisation aussi de la langue vernaculaire n’est pas reléguée dans la sphère de la pratique judiciaire, mais se manifeste dans toutes les formes littéraires de l’éducation juridique, bien sûr, en particulier dans celles qui, comme le statutum ou le consilium sapientis, ont une relation étroite avec la pratique, parce que la langue vulgaire glisse et s’introduit dans le langage des juristes savants grâce aux notaires. « Tota die notarii vulgarizant rustico, quod est dictum in literali sermone », écrit Bartole à la moitié du xive siècle : « Tous les jours les notaires vulgarisent pour le paysan ce qui est dit dans la langue savante »7. On a observé que « à l’époque de Dante et Cino, les statuts commencent à être pris plus au sérieux par les hommes de loi, qui étudient leur justification théorique et leur compatibilité avec le droit commun ; et parmi eux les statuts vulgaires ne sont plus l’exception, tout en restant une minorité »8. Piero Fiorelli a écrit9 :

Il advient donc que le droit se revête de formes nouvelles, même en termes de langue [...]. Au-delà des Alpes, au xiiie siècle déjà, il ne semble pas sacrilège de tourner en langue vernaculaire les mêmes textes de Justinien ; en deçà, vous devrez attendre jusqu’au milieu du xvie siècle pour les Institutiones vulgarisées.

  • 10 Voir D. Quaglioni, « Machiavelli e la lingua della giurisprudenza », dans Langues et écritures de l (...)
  • 11 « Allocuzione ad un magistrato », dans Niccolò Machiavelli, Opere, I, C. Vivanti éd., Turin, Einaud (...)

7L’utilisation de la langue vulgaire, justement, appartient à la maturité de l’humanisme (la Renaissance est caractérisée par les traductions), et même à l’humanisme juridique, jusqu’à l’utilisation de cette langue dans les écrits non professionnels du juriste Francesco Guicciardini, ou à l’usage du latin juridique dans la langue de Machiavel10. Et c’est Machiavel lui-même qui, en faisant l’éloge de l’empereur Trajan comme un exemple suprême de justice dans son Allocutione ad un magistrato, cite « Dante nostro » et ses « versi aurei et divini » (« notre Dante » et ses « vers d’or et divins ») dans le Purgatoire (X, v. 73-93)11.

  • 12 La meilleure mise au point récente sur les problèmes philologiques des œuvres dites mineures de Dan (...)

8Le traducteur de Dante, et en particulier le traducteur de la Monarchie, est placé devant le problème de l’interprétation de textes qui ont une longue histoire de traductions, mais aussi dont l’auteur, « Dante nostro », se traduit lui-même (du texte du Banquet à celui de la Monarchie et de ce dernier à celui de la Comédie). Traduire le lexique politique de Dante, c’est simplement impossible si l’on ne sait pas pénétrer la complexité de son univers sémantique, dans les multiples passages du latin au vulgaire et du vulgaire au latin, du texte poétique à la prose et de la prose au texte poétique12.

  • 13 Dante Alighieri, Monarchia, D. Quaglioni éd., dans Opere, II, M. Santagata éd., ouvr. cité, p. 978- (...)
  • 14 Dante Alighieri, Convivio, G. Fioravanti  éd., Canzoni, C. Giunta éd., dans Id., Opere, II, M. Sant (...)
  • 15 Dante Alighieri, Rime, C. Giunta éd., dans Id., Opere, I, M. Santagata éd., ouvr. cité, p. 3-744 (p (...)
  • 16 Rimes (Rime), Dante, Œuvres complètes, trad. et comment. A. Pézard,ouvr. cité, p. 85-271 (p. 206).

9Parmi les nombreux exemples possibles, ce qui suit pourra suffire. Dans Monarchie, I xi 3, Dante écrit : « sciendum quod iustitia, de se et in propria natura considerata, est quedam rectitudo sive regula obliquum hinc inde abiciens » ; et j’ai traduit en soulignant le caractère métaphorique des deux mots rectitudo et regula dans un sens géométrique, moral et logique : « bisogna sapere che la giustizia, considerata in sé e nella propria natura, è per così dire la dirittura ovvero la regola tale da escludere ogni obliquità », c’est-à-dire : « il faut savoir que la justice, considérée en soi et dans sa propre nature, est pour ainsi dire la droiture ou la règle qui empêcherait toute obliquité »13. Le mot dirittura est sans doute le plus conforme au lexique de Dante, exactement comme dans la définition de la justice en un lieu célèbre du Banquet (Convivio IV xvii 6) : « Giustizia, la quale ordina noi ad amare e operare dirittura in tutte cose » (« Justice, laquelle nous apprête à aimer et pratiquer droiture en toutes œuvres »)14. C’est la même chose dans la chanson Tre donne intorno al cor mi son venute (Rimes, 44, 33-36), où Drittura (la Justice) dit à Amore : « nostra natura qui a te ci manda : / io, che son la più trista, / son suora a la tua madre, e son Drittura ; / povera, vedi, a panni ed a cintura »15 ; c’est-à-dire, dans la traduction de Pézard (Rimes, CIV, 33-36) : « à toi céans nous adresse nature : / moi qui suis la plus triste, / je suis sœur à ta mère, et suis Droiture ; / pauvre à tous yeux de ceinture et de hardes »16.

  • 17 Monarchia, B. Nardi éd., Dante, Opere minori, II, Milan-Naples, Ricciardi, 1979, p. 239-503 (p. 328 (...)
  • 18 Dante Alighieri, Monarchia, texte, introd. et comment. G. Vinay. Appendice : « Le Epistole politich (...)
  • 19 Dante Alighieri, Monarchia, G. Vinay éd., ouvr. cité, n. 3, p. 55.

10Dans Monarchie, I xi 3, la même traduction, « dirittura », avait été donnée par Bruno Nardi17. Au contraire, Gustavo Vinay, en rejetant la version de Marsile Ficin (« una certa rettitudine et regola che da ogni parte schaccia el torto ») en tant que forme d’« italien anodin » et « beaucoup plus difficile que le latin de Dante », cite le Banquet IV xvii 6, mais seulement pour affirmer qu’en réalité, « ce passage n’est pas utile, car il n’est pas dit “justice est droiture” mais “justice dispose à droiture” »18. Et en rappelant la Somme théologique de saint Thomas, IIa IIae, q. LVIII, a. 1, où l’on définit la justice comme « habitus secundum quem aliquis recte operatur et vult », Vinay soutient que Dante accueille sans aucune réserve la conception thomiste de la justice, en utilisant donc rectitudo non pas dans le sens métaphorique de rectitude ou droiture, mais dans le sens précis de « ligne droite », en écrivant : « Siamo di fronte non ad una definizione ma ad una similitudine con la quale D[ante] non intende far altro che fissare il momento assoluto della giustizia considerata in se stessa e spiegare come, nella sua essenza, essa non possa rispecchiare un grado maggiore o minore di perfezione. »19 Parmi les éditeurs les plus récents de la Monarchie, Richard Kay propose une lecture en parallèle avec Thomas d’Aquin, Somme théologique, Ia, q. LXIII, a. 1, Resp., en écrivant :

  • 20 Idem, trad. et comment. R. Kay, Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, 1998, p. 52.

Dante’s approach at this point is necessarily original because he wants a definition of justice as an abstract quality ; whereas it usually was defined a virtue, which is to say a habit of someone’s will […]. As a virtue, justice disposes the one who possesses it to love and practice rectitude ; but as an abstract quality, justice is a kind of rectitude.20

  • 21 Dante Alighieri, Monarchia, G. Vinay éd., ouvr. cité, p. 55.
  • 22 Idem, M. Pizzica éd., introd. G. Petrocchi, Milan, Rizzoli, 1988, p. 185 ; Idem, trad. N. Marcelli (...)

11Je crois qu’on doit juger tout à fait inutiles les efforts pour traduire à la suite de Vinay (« una rettilineità, una riga che non ammette alcuna deviazione »)21. C’est ainsi, par exemple, pour les traductions de Maurizio Pizzica (« un comportamento rettilineo o regola che respinge tutto ciò che devia da una parte o dall’altra »), ou de Nicoletta Marcelli et Mario Martelli (« una “rettilineità” ovvero una riga che non si piega da una parte o dall’altra »)22.

  • 23 Voir R. Imbach, Dante, la philosophie et les laïcs. Initiations à la philosophie médiévale I, Fribo (...)

12La Monarchie a été traduite en vulgaire florentin au xve siècle et en vulgaire allemand au xvie, et jusqu’à nos jours, elle a été diffusée surtout par des traductions plus ou moins scientifiques dans toutes les langues de la culture européenne. Ensuite, si le traducteur est également l’éditeur du texte, le problème devient plus complexe et pose des questions en termes de relation entre tradition interprétative et constitution du texte. Dans l’histoire de la tradition, en ce qui concerne la critique textuelle, nous devons comprendre les traductions, ainsi que la tendance de l’auteur, lorsqu’elle est documentée, à traduire lui-même son propre texte, bien entendu avec de nombreuses et possibles variations du registre selon les différents genres littéraires et ses destinataires (évidemment, il y a une grande différence, malgré la possibilité d’identifier une abondance de lieux parallèles, entre le Banquet en tant que dépôt d’une « philosophie pour les laïcs », les épîtres politiques avec leur emphase, la Monarchie et son corps à corps avec la grande doctrine juridique et politique et, enfin, les vers latins et vulgaires)23.

  • 24 Voir mon séminaire Notizie dagli scavi : per la nuova edizione della « Monarchia » di Dante, sur le (...)
  • 25 D. Quaglioni, « Un nuovo testimone per l’edizione della “Monarchia” di Dante : il manoscritto Addit (...)
  • 26 Dantis Alligherii,De Monarchia libri III, codicum manuscriptorum ope emendati per Carolum Witte, Vi (...)
  • 27 Voir Dante Alighieri, Monarchia, Lateinisch/Deutsch. Studienausgabe. Einleitung, Übersetzung und Ko (...)
  • 28 Monarchia, trad. L. Adamo, Dante Alighieri, Tutte le opere, L. Blasucci éd., Florence, Sansoni, 196 (...)
  • 29 Monarchie (Monarchia), Dante, Œuvres complètes, trad. et comment. A. Pézard, ouvr. cité, p. 631-740 (...)
  • 30 Dante, Monarchia, P. Shaw éd., Cambridge, Cambridge University Press, 1995 ; Idem, édition électron (...)
  • 31 Voir supra, note 27.
  • 32 Pour le texte de l’Anonyme florentin, voir P. Shaw, « Il volgarizzamento inedito della “Monarchia”  (...)

13Ce sont les problèmes que j’ai rencontrés quand, en 2007, l’historien de la littérature italienne Marco Santagata m’a invité à donner une nouvelle édition, traduction et commentaire de la Monarchie de Dante. Sur les résultats de mon édition, j’en ai assez dit à l’ENS de Lyon, lors de la Journée d’études sur Dante du 16 mars 201224, et écrit dans Laboratoire italien en 201125. Mon commentaire tend à rassembler toutes les notes sur les sources de la doctrine de Dante, les variantes textuelles, les relations entre les témoins manuscrits et les choix des éditeurs du texte (Carl Witte en 1874, Ludwig Bertalot en 1920, Enrico Rostagno en 1921, Pier Giorgio Ricci en 1965 et Prudence Shaw en 2009)26, ainsi que toutes les notes sur les principales traductions, italiennes et françaises, anglaises et allemandes et les commentaires les plus importants, en particulier ceux de Gustavo Vinay (1950), Bruno Nardi (1979), Ruedi Imbach (1989) et Richard Kay (1998)27. Outre les traductions italiennes de Vinay (1950), Adamo (1965), Ronconi (1966), Sanguineti (1985), Gaia (1986), Pizzica (1988), Marcelli et Martelli (2004)28 ; les traductions françaises de Pézard (1965), Gally (1993) et Livi (2002)29 ; les traductions anglo-américaines de Prue Shaw (1995, 1996, 2006), Richard Kay (1998), Anthony Cassell (2004)30 ; la traduction allemande de Ruedi Imbach (1989)31, j’ai toujours contrôlé les traductions des xve et xvie siècles : celles de l’Anonyme florentin du 1456 et de Marsile Ficin du 1468, et celle de l’auteur de la biographie d’Erasme, Johann Herold, imprimée à Bâle en 1559, la même année que l’editio princeps publiée à Bâle par l’imprimeur Oporinus32.

  • 33 W. Benjamin, « Die Aufgabe des Übersetzers », dans Id., Gesammelte Schriften, IV, 1, Herausgegeben (...)
  • 34 W. Benjamin, La tâche du traducteur, texte cité, p. 255.
  • 35 Ibid.

14En ce qui concerne l’approche générale qui est la base de la traduction, je vais répéter ce que j’ai déjà dit en d’autres occasions, confessant mon adhésion à la pensée exprimée par Walter Benjamin dans son célèbre essai de 1921, intitulé Die Aufgabe des Übersetzers (La tâche du traducteur)33. Je crois aussi que la traduction ne s’adresse pas aux lecteurs « qui ne comprennent pas la langue d’origine »34. La traduction qui cherche à établir une simple communication entre le texte et le lecteur propose quelque chose d’inessentiel : c’est juste une mauvaise traduction parce qu’il s’agit de la transmission inexacte d’un contenu inessentiel. Seule la traductibilité d’une œuvre est essentielle, en ce sens que la traduction est toujours le dernier stade de la survie d’une œuvre, parce que l’œuvre elle-même doit sa survie à la traduction, car c’est par la traduction que la vie de l’original aboutit, dans une forme toujours renouvelée, à son dernier et plus complet déploiement. Par conséquent, la tâche du traducteur est de trouver, envers la langue dans laquelle il traduit, l’attitude qui peut éveiller en elle l’écho de l’original. Et si la vraie traduction est transparente, ne recouvre pas l’original, ne lui fait pas d’ombre, elle est philologie dans le vrai et pur sens du terme, parce que la parole, et non la proposition, est l’élément originaire du traducteur. « Même pour la traduction », écrit Benjamin, « cela est vrai : ἐν ἀρχῆ ἦν ὁ λόγος, au commencement, la Parole était. »35

  • 36 Voir H. Kelsen, Die Staatslehre des Dante Alighieri, Vienne-Leipzig, Deuticke, 1905 ; La teoria del (...)
  • 37 W. Benjamin, « La tâche du traducteur », ouvr. cité, p. 255.
  • 38 Voir J. Oeschger, « Nachwort », Dante Alighieri, Von der Monarchey, deutsch von Basilius Johann Her (...)

15Je ne sais pas si j’ai réussi à réveiller « la maturité posthume de la parole » de Dante, des mots dans la langue savante que Dante a utilisés pour construire sa défense du principe dualiste dans le rapport entre pouvoir spirituel et pouvoir temporel, et pour soutenir l’idée de la nécessité logique, de l’origine providentielle et de la conformité à la justice d’un seul principe d’ordre universel dans le domaine du pouvoir temporel, ce qui, pour le théoricien du droit et philosophe de la politique Hans Kelsen, au début du xxe siècle, était l’essor d’une véritable théorie de l’État et l’annonce de la modernité36. Sans doute, cependant, j’ai essayé de « diagonaliser » la tradition exégétique (pour utiliser une expression chère à Michel Foucault). C’est aussi la principale raison pour laquelle, en commentant chaque mot du lexique politique et juridique de la Monarchie, j’ai souligné l’interprétation de l’Anonyme florentin du xve siècle, de Marsile Ficin et du traducteur allemand du xvie siècle Johann Herold. Dans ces premières traductions du texte de Dante, on peut trouver, pour citer encore une fois Walter Benjamin, l’avertissement de la maturité posthume du mot étranger et des « douleurs de l’accouchement de sa propre parole »37. Surtout, la lecture de la traduction de Ficin, rédigée en 1468, une année avant la naissance de Machiavel, nous force à nous demander à quel point il a contribué à forger le vocabulaire moderne de la politique. C’est peut-être encore plus vrai pour le biographe allemand d’Erasme, Johann Herold, qui contamine constamment le texte latin de la Monarchie avec la traduction de Marsile Ficin, contribuant ainsi à poser les bases du lexique du droit public allemand des xvie et xviie siècles38.

  • 39 Voir supra, notes 18 et 32.
  • 40 P. Shaw, La versione Ficiniana della « Monarchia », ouvr. cité, p. 314-315 : « C’è nel Ficino una c (...)

16Les différences, pas seulement d’ordre stylistique, entre la version de l’Anonyme et celle de Ficin ont été, cependant, déjà mis en évidence par Prudence Shaw qui, en 1970 et en 1978, en a donné les éditions dans la revue Studi danteschi39. Toutefois, non sans malentendus, Prudence Shaw a attribué à Ficin une « tendance constante à simplifier » et à « prendre des libertés considérables avec le texte de Dante »40, en excluant ainsi la traduction de Ficin de l’ensemble des témoins utiles à la constitution du texte dans l’édition de la Monarchie publiée en 2009 par la Società Dantesca Italiana.

17Prudence Shaw a écrit :

  • 41 Ibid., p. 314 : « La stessa tendenza a semplificare il discorso, ad eliminare tutto quello che sa d (...)

La même tendance à simplifier la discussion, à éliminer tout ce qui sent le latin, se manifeste dans la traduction de mots particuliers. Ficin évite régulièrement la parole difficile, latinisante : vel eius locumtenentem devient hovero bisognia che in luogho suo sia hun altro. C’est aussi une tendance constante : legis latori devient a·ccolui che·ppone la legge ; legis executori :a·ccolui che·lla mette inn-assegutione ; oligarchie devient quelle in che pochi reghono, et ainsi de suite. Même les mots qui ne sont pas en vérité très difficiles sont « décomposés » de cette manière : posteris devient a quelli che dopo loro verranno. L’anonyme, dans tous ces cas, sauf le dernier, maintient la forme latinisante.41

18Et encore :

  • 42 Ibid., p. 314-315 : « I pregi della versione ficiniana derivano allora in primo luogo dalla perfett (...)

Les mérites de la version de Ficin découlent principalement de la maîtrise de deux langues qu’il utilise et de la confiance en soi qui lui permet de donner une correspondance précise avec l’original, lorsqu’il l’estime opportun. Alors que l’anonyme donne une version littérale, de sorte qu’il suit normalement le texte latin mot à mot, Ficin traduit librement, sans hésitations ni inhibitions. Son sens instinctif du génie naturel des deux langues lui permet de trouver une forme italienne parfaite pour exprimer les idées de Dante. Lorsque l’anonyme semble enchaîné, piégé par la forme latine, la version de Ficin a la clarté, l’élégance naturelle d’un discours « pensé » en italien. Il semble que ce soit un processus instinctif, spontané, et il nous semble parfaitement compatible avec l’habitude de Ficin de dicter ses versions à haute voix à un scribe, d’« improviser » pour ainsi dire sa version. Chez l’anonyme, en revanche, l’effort de comprendre et de traduire transpire à chaque ligne : jamais on a autant sué sur les feuilles d’une traduction.42

  • 43 Ibid., p. 315 : « la libertà con cui il Ficino traduce il testo di Dante è davvero sorprendente, ra (...)
  • 44 Ibid. : « Bernardo del Nero non sapeva il latino, ma era ansioso di usufruire di volgarizzamenti pe (...)

19De bonnes idées mêlées à des ambiguïtés. Certes, le texte de Ficin est « pensé », mais je ne dirais jamais qu’il est « improvisé », et ce qui, pour Mme Shaw, paraît être une liberté « surprenante, radicale et audacieuse », une liberté qui va « bien au-delà du goût instinctif mimétique qui vient du juste sens des possibilités expressives de deux langues différentes »43, n’est en réalité rien de plus que l’interprétation, rien d’autre qu’une compréhension de la maturité posthume du mot étranger et des « douleurs de l’accouchement de sa propre parole », pour reprendre les mots de Benjamin. La traduction ficinienne ne s’adresse pas nécessairement à un public ignorant le latin de Dante, sans parler d’un supposé « lecteur idéal » qui, trivialement, « ne savait pas le latin, mais était désireux de profiter des langues vernaculaires afin d’apprendre, de faire des études », comme Bernardo del Nero ou Antonio di Tuccio Manetti44. Cela pourrait être la tâche de la traduction de l’Anonyme florentin, qui est en fait juste une mauvaise traduction, une transmission inexacte d’un contenu inessentiel ; mais cela ne pourrait jamais être la tâche de Marsile Ficin, destinée à montrer que

Dante Alighieri, per patria celeste, per abitatione fiorentino, di stirpe angelico, in professione philosopho poeticho, benché non parlassi in lingua grecha con quel sacro padre de’ philosophi interprete della verità, Platone, nientedimeno inn-ispirito parlò in modo con lui che di molte sententie platoniche adornò e libri suoi ; et per tale hornamento massime inlustrò tanto la ciptà fiorentina che·ccosì bene Firenze di Dante, come Dante da Firenze, si può dire.

  • 45 Ibid., p. 327 (« Prohemio di Marsilio Ficino florentino sopra la Monarchia di Dante, tradotta da·ll (...)

20C’est-à-dire : « Dante Alighieri, céleste pour sa patrie, florentin par son lieu d’habitation, angélique de nature, philosophe et poète de profession, bien qu’il ne parlât pas la langue grecque avec le saint père des philosophes et interprète de la vérité, Platon, parla cependant avec lui en esprit de sorte qu’il orna ses livres de beaucoup de doctrines platoniciennes ; et, par cet ornement, il illustra si bien la ville de Florence que l’on peut dire à raison “Florence est à Dante”, tout autant que “Dante est de Florence”. »45

21Le texte de Dante doit sa survie, en tant que texte politique, surtout à la traduction de Marsile Ficin, car c’est dans la traduction de Ficin que la vie de la Monarchie, en forme renouvelée, atteint le seuil de la modernité politique, son « déploiement le plus complet ». Deux ou trois exemples tirés du premier livre du traité suffiront.

  • 46 Dante Alighieri, Monarchia, D. Quaglioni éd., ouvr. cité, p. 502.

Monarchie I i 2 : Longe nanque ab offitio se esse non dubitet qui, publicis documentis imbutus, ad rem publicam aliquid afferre non curat.46

  • 47 P. Shaw, La versione Ficiniana della « Monarchia », ouvr. cité, p. 328.
  • 48 P. Shaw, Il volgarizzamento inedito della « Monarchia », ouvr. cité, p. 127 (Incomincia il libro di (...)
  • 49 Dante Alighieri, Monarchia, G. Vinay éd., ouvr. cité, p. 3.
  • 50 Monarchia, B. Nardi éd., ouvr. cité, p. 241.
  • 51 Dante Alighieri, Monarchia, préface, introd. et notes de F. Sanguineti, ouvr. cité, p. 3.
  • 52 Dante, Monarchy, trad. et éd. par P. Shaw, ouvr. cité, p. 3.
  • 53 Uguccione da Pisa, Derivationes, édition critique princeps de E. Cecchini et G. Arbizzoni, S. Lanci (...)
  • 54 Dante Alighieri, Monarchia, D. Quaglioni éd., ouvr. cité, p. 503.

22Ficin traduit : « molto di lungi è dallo huficio dello huomo colui che, amaestrato di publiche dottrine, non si cura di quelle alcuno frutto alla repubricha conferire »47, traduction semblable à celle de l’Anonyme florentin (« amaestrato nella republicha »)48. Vinay, au contraire, traduit res publica comme « società », et donne aux mots publicis documentis le sens générique de « formazione »49 ; Nardi préfère « insegnamenti concernenti la vita pubblica » et « comune benessere »50 ; Sanguineti, « questioni sociali » et « stato »51 ; Shaw, « teachings which form our common heritage » et « community »52. Puisque je crois que Dante donne au mot documentum le sens de “doctrine”, selon le renseignement des Derivationes de Huguccio (D 78, 2 : « Item a doceo hoc docimen quod et documen invenitur, unde hoc documentum »)53, j’ai traduit, en suivant Ficin : « Stia pur certo infatti di essere ben lontano dal proprio dovere chi, imbevuto di pubbliche dottrine, non si cura di apportare alcunché alla cosa pubblica »54.

  • 55 Ibid., p. 962-964.

Monarchie I viii 2 : Propter quod dictum est : « Faciamus hominem ad ymaginem et similitudinem nostram » : quod licet “ad ymaginem” de rebus inferioribus ab homine dici non possit, “ad similitudinem” tamen de qualibet dici potest, cum totum universum nichil aliud sit quam vestigium quoddam divine bonitatis.55

  • 56 P. Shaw, Il volgarizzamento inedito della « Monarchia », ouvr. cité, p. 136.
  • 57 P. Shaw, La versione Ficiniana della « Monarchia », ouvr. cité, p. 336.
  • 58 Monarchey, trad. Herold, ouvr. cité, p. 22.
  • 59 Dante Alighieri, Monarchia, D. Quaglioni éd., ouvr. cité, p. 965.

23L’Anonyme florentin traduit soigneusement « uno vestigio della divina bontà »56 ; mais Ficin nous donne ici un magnifique exemple de son aptitude à reconnaître dans le texte de Dante des « sententie platoniche », en traduisant « perché lo huniverso non è altro che una honbra d’Iddio »57. La traduction allemande de Herold reflète à distance la version ficinienne : « die allgmain welt ist nichts anders dann ain gspür der gute Gottes »58. J’ai décidé de traduire par « nient’altro che un’impronta della bontà divina »59.

  • 60 Ibid., p. 996.

Monarchie I xi 14 : Quod autem recta dilectio faciat quod dictum est, hinc haberi potest : cupiditas nanque, perseitate hominum spreta, querit alia ; karitas vero, spretis aliis omnibus, querit Deum et hominem, et per consequens bonum hominis.60

  • 61 Berlin, Staatsbibliothek Preußischer Kulturbesitz, lat. folio 437, c. 89vb.
  • 62 Milan, Biblioteca Ambrosiana, D 119 inf., c. 5r ; Londres, British Library, Add. 6891, c. 3v ; Flor (...)
  • 63 Lucques, Biblioteca Capitolare Feliniana, 224, c. 220vb ; Londres, British Library, Add. 28804, c. (...)
  • 64 Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Pal. lat. 1729, c. 34v ; Milan, Biblioteca Triv (...)
  • 65 P. Shaw, La versione Ficiniana della « Monarchia », ouvr. cité, p. 340 ; Monarchey, ouvr. cité, p.  (...)
  • 66 New York, Pierpont Morgan Library, M. 401, c. 64ra ; Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana, Ashb (...)
  • 67 P. Shaw, Il volgarizzamento inedito della « Monarchia », ouvr. cité, p. 141.
  • 68 Paris, Bibliothèque nationale, lat. 4683, c. 32ra ; Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana, Ashb. (...)
  • 69 Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. lat. 9363, c. 49va ; Uppsala, Biblioteca C (...)
  • 70 Dantis Aligherii FlorentiniMonarchia, dans Andreæ Alciati iure consulti clariss, ouvr. cité, p. 72- (...)
  • 71 Dante, La Monarchie, trad. du latin de M. Gally, ouvr. cité, p. 103 ; A. K. Cassell, The « Monarchi (...)
  • 72 Dante Alighieri, Monarchia, G. Vinay éd., ouvr. cité, p. 64-65 et note 24.
  • 73 Id., Monarchia, M. Pizzica éd., ouvr. cité, p. 189 ; Dante’s Monarchia, trad. R. Kay, ouvr. cité, p (...)
  • 74 La Monarchie, Dante, Œuvres complètes (C. Bec et al.), ouvr. cité, p. 450.
  • 75 Monarchie (Monarchia), Dante, Œuvres complètes (A. Pézard), ouvr. cité, p. 647 et note 14.

24Parmi tous les manuscrits survivants de la Monarchie, seul B nous permet de lire distinctement perseitate61 ; en revanche on trouve dans A et Y perscitate, ainsi que dans L qui corrige : per sanctitate62 ; nous lisons aussi persitate dans les manuscrits F, N et Ph63 ; parcitate dans P et T64 ; per scĩtem dans M (Florence, Biblioteca Nazionale, XXX 239, c. 12r), qui peut avoir donné lieu à la version ficinienne « dispreg[i]ando la sotietà humana », suivie de Herold, qui traduit « die begirden jrenthalten selbs verachten die gsellschafft menschlicher versamblung suchen stats was anderer leüten ist »65. Les autres manuscrits ont des variations encore plus remarquables : c’est le cas de C et E, qui lisent per sanctitatem66, sans doute à l’origine de la version de l’Anonyme florentin : « per la santità delli huomini »67 ; ou de D, G et H, qui ont pro severitate68 ; ou encore des manuscrits S, U, V et Z, qui lisent respectivement per seritate, commoditate, persectate et per se veritate69. Enfin K, c’est-à-dire l’editio princeps, nous donne parseitate70. J’ai choisi de garder « perseità », conservé aussi par Bruno Nardi dans son commentaire et plus récemment par Michèle Gally (« perséité ») et par Anthony Cassell (« perseity »)71. Gustavo Vinay, par contre, préférait traduire « l’essenza dell’uomo »72, suivi par Pizzica (« la natura specifica dell’uomo »), Kay (« that which is specifically good for man »), Imbach (« unter Mißachtung des an sich Guten der Menschen »), Shaw (« the intrinsic nature of man »)73. François Livi traduit « méprisant l’humanité elle-même »74. Un peu malheureux et prolixe est en ce cas André Pézard, qui déclare qu’il propose une traduction « un peu longue » et donne cette version : « méprisant le contentement que les hommes trouvent à être ce qu’ils sont et à avoir ce qu’ils ont »75. J’ai suivi le commentaire de Nardi, quand il écrit :

  • 76 Monarchia, B. Nardi éd., dans Dante Alighieri, Opere minori, II, p. 342-344 : « Il concetto della “ (...)

Le concept de « perseità » comme le bien premier et absolu auquel aspire le désir naturel de tous les hommes, était alors commun à la philosophie et à la théologie à l’époque de Dante, et il semble que quelqu’un avait déjà inventé le mot perseitas, par exemple Ramon Llull, comme nous le lisons dans le Glossarium mediae et infimae Latinitatis de Ch. Ducange, qui aurait donné ce titre à son œuvre inédite De perseitate Dei ; Witte cite un passage d’Ockham [...]. Le même Witte a déclaré, oui, « barbarus » le terme « perseitas », mais aussi « Scholasticis familiaris » […]. Dans la phrase « perseitas hominum », hominum est génitif subjectif : les hommes tendent vers lui, c’est-à-dire au « bonum en soi », mais le fait même de le désirer, cela signifie qu’ils ne l’ont pas encore.76

  • 77 Ph. Guérin, « Intention de l’auteur ou volonté du texte? Pétrarque et Boccace sur la poésie : vols (...)

25Je ne sais pas si ma traduction est une bonne traduction au sens de Benjamin. Je sais juste que j’ai essayé de ne pas penser au « lecteur idéal » qui ne connaît pas le latin, et qui n’a pas la capacité et la chance de comprendre le texte original. Au contraire, j’ai essayé de trouver une attitude envers la langue dans laquelle j’ai traduit, qui pouvait « réveiller l’écho de l’original ». J’ai cherché à donner une traduction « transparente », à ne pas cacher l’original, à ne pas lui « faire d’ombre ». C’est pourquoi je fuyais comme la peste les anachronismes lexicaux en essayant de respecter la parole avant la proposition, et de ne pas trahir la syntaxe de Dante, même dans « l’éventualité de nuances interprétatives » (voir, par exemple, la discussion de Philippe Guérin à propos du signifié que j’ai proposé de donner au mot intentio dans Monarchie I ii 1)77. Ça n’a été pas toujours facile, et cette difficulté a peut-être donné lieu à des choix discutables, mais je n’aurais pas su ni pu faire autrement.

  • 78 A. Pézard, Avertissement, Dante, Œuvres complètes, ouvr. cité, p. xi-xlvi (p. xii).

26Par conséquent, si la question centrale à laquelle j’ai été invité à répondre est :« Quelle a été votre priorité en traduisant ? », j’espère avoir suffisamment répondu en montrant comment j’ai essayé de « réveiller l’écho de l’original » (ou du moins d’« en rendre quelque odeur »). Mais si vous me demandez d’être encore plus explicite, je dirai tout simplement que ma priorité a toujours été la fidélité au texte : encore une fois, il me faut rappeler la maxime de Benjamin selon laquelle tous les grands textes doivent contenir dans une certaine mesure entre les lignes leur traduction virtuelle (c’est pourquoi la version interlinéaire du texte sacré est l’archétype ou l’idéal de toute traduction) : en cherchant toujours, bien entendu et comme le disait André Pézard, à « manœuvrer en douceur »78.

Top of page

Notes

1 Mon édition commentée de la Monarchie, avec introduction et traduction, a été publiée, après plus de sept années de travail, dans la collection « I Meridiani » : Dante Alighieri, Monarchia, D. Quaglioni éd., dans Id., Opere, M. Santagata éd., II, Convivio, Monarchia, Epistole, Egloge, G. Fioravanti, C. Giunta, D. Quaglioni, C. Villa et G. Albanese éd., Milan, Mondadori, 2014, p. 807-1415. Voir aussi la même édition en volume autonome : Dante Alighieri, Monarchia, éd. commentée de D. Quaglioni, Milan, Mondadori (I Meridiani paperback), 2015.

2 Un effort très original et très intéressant a été donné en ce sens récemment par J. Steinberg, Dante and the Limits of the Law, Chicago, Chicago University Press, 2013.

3 Voir surtout l’excellente introduction de Mirko Tavoni dans son édition récente du De vulgari eloquentia de Dante Alighieri, dans Id., Opere, M. Santagata éd., I, Rime, Vita Nova, De vulgari eloquentia, C. Giunta, G. Gorni et M. Tavoni éd., introd. M. Santagata, Milan, Mondadori, 2011, p. 1065-1547. Voir aussi C. Di Fonzo, Dante tra diritto, teologia ed esegesi antica, Naples, Edises, 2012.

4 M. Tavoni éd., Introduzione, Dante, De vulgari eloquentia, ouvr. cité, p. 1067-1116 (p. 1068) : « È infatti nella pagina di apertura della Politica di Aristotele commentata da san Tommaso che Dante ha trovato la nozione di locutio, che egli pone come subiectum del suo trattato, definita come la facoltà distintiva dell’uomo che fa sì che l’uomo sia animale politico. Poiché il linguaggio è stato dato solo all’uomo ; poiché il fine del linguaggio è che gli uomini possano comunicare fra loro circa il bene e il male, il giusto e l’ingiusto, l’utile e il nocivo ; e poiché la natura non fa nulla di inutile, ne consegue che l’uomo ha come proprio fine, per natura, la società civile. »

5 Voir les considérations introductives dans mon article « La Vergine e il diavolo. Letteratura e diritto, letteratura come diritto », Laboratoire italien, 5, Droit et littérature, M. Cau et G. Marchetto éd., 2004, p. 39-55.

6 À propos de la relation entre droit et langage, on peut voir surtout les réflexions contenues dans le recueil d’articles de P. Fiorelli, Intorno alle parole del diritto, Milan, Giuffrè (Per la storia del pensiero giuridico moderno, 69), 2008.

7 Bartoli a Saxoferrato, In secundam ff. Novi partem commentaria, Venetiis, Apud Iuntas, 1567, in l. Stipulatio, ff. De verborum obligationibus, § Eadem autem, an alia lingua respondeatur (D. 45, 1, 1, § 6), n. 4, fol. 4r.

8 P. Fiorelli, « La lingua del diritto e dell’amministrazione », dans Storia della lingua italiana, L. Serianni et P. Trifone éd., II, Turin, Einaudi, 1994, p. 553-597, maintenant dans Id., Intorno alle parole del diritto, ouvr. cité, p. 1-66 (p. 21) : « nell’età di Dante e di Cino, gli statuti cominciano a esser presi in più seria considerazione dagli uomini di toga, che ne studiano la giustificazione teorica e la compatibilità col diritto comune ; e tra gli statuti i volgari non sono più l’eccezione, pur restando una minoranza ».

9 Ibid., p. 14-15 : « Accade così che il diritto si vesta di nuove forme, anche in fatto di lingua [...]. Di là dalle Alpi, già nel Dugento non sembra un sacrilegio volgere in lingua volgare gli stessi testi di Giustiniano ; di qua, si dovrà aspettare la metà del Cinquecento per le Institutiones volgarizzate. ». Pour l’un des meilleurs exemples dans la littérature juridique en langue vulgaire du xvie siècle, voir D. Quaglioni et F. Todescan, « Introduzione. Dalla sapienza civile alla politica », dans L.  Sartorello, Le due Repubbliche. Bartolo e Machiavelli in un dialogo inedito di Francesco Sansovino. Con l’edizione del Dialogo della pratica della ragione, Florence, Centro Editoriale Toscano (Politeia. Scienza e Pensiero, 46), 2010, p. 9-16.

10 Voir D. Quaglioni, « Machiavelli e la lingua della giurisprudenza », dans Langues et écritures de la République et de la guerre. Études sur Machiavel, A. Fontana, J.‑L. Fournel, X. Tabet et J.-C. Zancarini éd., Gênes, Name (Storia delle idee e delle istituzioni politiche. Medioevo ed Età moderna. Studi e testi, 7), 2004, p. 177-192, et Id., « Politica e diritto in Guicciardini », dans Bologna nell’età di Carlo V e Guicciardini, E. Pasquini et P. Prodi éd., Bologne, Il Mulino, 2002, p. 181-195, tous deux maintenant dans Id., Machiavelli e la lingua della giurisprudenza. Una letteratura della crisi, Bologne, Il Mulino, 2011, p. 57-75 et 77-91.

11 « Allocuzione ad un magistrato », dans Niccolò Machiavelli, Opere, I, C. Vivanti éd., Turin, Einaudi-Gallimard, 1997, p. 713-715 ; voir D. Quaglioni, « Machiavelli, the Prince and the Idea of Justice », Italian Culture, 32, 2, 2014, p. 110-121.

12 La meilleure mise au point récente sur les problèmes philologiques des œuvres dites mineures de Dante est celle de G. Albanese, « Nota al testo », dans Dante Alighieri, Egloge, G. Albanese éd., dans Id., Opere, II, M. Santagata éd., ouvr. cité, p. 1593-1783 (p. 623-1633).

13 Dante Alighieri, Monarchia, D. Quaglioni éd., dans Opere, II, M. Santagata éd., ouvr. cité, p. 978-981 ; Id., Monarchia, éd. commentée par D. Quaglioni, ouvr. cité, p. 80-83. Voir l’entrée « Rettitudine » dans Enciclopedia dantesca, IV, Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana, 1973, p. 894.

14 Dante Alighieri, Convivio, G. Fioravanti  éd., Canzoni, C. Giunta éd., dans Id., Opere, II, M. Santagata éd., ouvr. cité, p. 3-805 (p. 694). La traduction française et les commentaires sont ceux d’A. Pézard : Banquet (Convivio), dans Dante, Œuvres complètes, Paris, Gallimard (Pléiade),1965, p. 273-546 (p. 496).

15 Dante Alighieri, Rime, C. Giunta éd., dans Id., Opere, I, M. Santagata éd., ouvr. cité, p. 3-744 (p. 514), avec commentaire, p. 520-522 et 531. C’est la chanson CIV dans l’édition de Michele Barbi éd. (Rime, dans Le Opere di Dante, texte critique 1921 de la Società Dantesca Italiana, introd. E. Ghidetti, Florence, Le Lettere, 2011), 47 dans l’édition de Gianfranco Contini (Rime, dans Opere minori, I, 1, Milan-Naples, Ricciardi, 1984) et 13 dans celle de Domenico De Robertis (Florence, Le Lettere, 2002).

16 Rimes (Rime), Dante, Œuvres complètes, trad. et comment. A. Pézard,ouvr. cité, p. 85-271 (p. 206).

17 Monarchia, B. Nardi éd., Dante, Opere minori, II, Milan-Naples, Ricciardi, 1979, p. 239-503 (p. 328-329).

18 Dante Alighieri, Monarchia, texte, introd. et comment. G. Vinay. Appendice : « Le Epistole politiche tradotte », Florence, Sansoni, 1950, n. 3, p. 54-55. Pour la traduction de Marsile Ficin, voir P. Shaw, « La versione Ficiniana della “Monarchia” », Studi danteschi, LI, 1978, p. 289-407 (p. 338).

19 Dante Alighieri, Monarchia, G. Vinay éd., ouvr. cité, n. 3, p. 55.

20 Idem, trad. et comment. R. Kay, Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, 1998, p. 52.

21 Dante Alighieri, Monarchia, G. Vinay éd., ouvr. cité, p. 55.

22 Idem, M. Pizzica éd., introd. G. Petrocchi, Milan, Rizzoli, 1988, p. 185 ; Idem, trad. N. Marcelli et M. Martelli, comment. C. Di Rienzo, langue vulgaire M. Ficino et F. Furlan, Milan, Mondadori, 2004, p. 1-162 (p. 24). Les meilleures traductions de ce passage, à mon avis, sont celles publiées par M. Gally, La Monarchie, trad. du latin par Id., précédé de « La modernité de Dante » par C. Lefort, Paris, Belin, 1993, p. 99 (« une forme de rectitude, ou de règle, qui exclut ce qui n’est pas droit ») ; ou par P. Shaw éd., Monarchy, Cambridge, Cambridge University Press (Cambridge Texts in the History of Political Thought), 1996, p. 15-16 (« a kind of rectitude or rule which spurns deviation from the straight path to either side ») ; ou encore par F. Livi, La Monarchie, Id., Œuvres complètes, trad. nouvelle revue et corrigée, avec un index des noms de personnes et de personnages, sous la dir. de C. Bec, avec R. Barbone, F. Livi, M. Scialom et A. Stäuble, notes et index de C. Bec, Paris, Librairie générale française, 1996, p. 437-516 (p. 449) (« une forme de rectitude ou de règle excluant toute forme de gauchissement »).

23 Voir R. Imbach, Dante, la philosophie et les laïcs. Initiations à la philosophie médiévale I, Fribourg, Éditions universitaires Fribourg / Paris, Cerf, 1996.

24 Voir mon séminaire Notizie dagli scavi : per la nuova edizione della « Monarchia » di Dante, sur le site internet « La Clé des Langues » : http ://cle.ens-lyon.fr/italien/notizie-dagli-scavi-per-la-nuova-edizione-della-monarchia-di-dante-145040.kjsp.

25 D. Quaglioni, « Un nuovo testimone per l’edizione della “Monarchia” di Dante : il manoscritto Additional 6891 della British Library », dans L’antisémitisme en Italie dans le second xxe siècle, P. Bertilotti et B. Primerano éd., Laboratoire italien, 11, 2011, p. 231-279.

26 Dantis Alligherii,De Monarchia libri III, codicum manuscriptorum ope emendati per Carolum Witte, Vindobonae, Sumptibus Guilielmi Braumüller, 1874 ; Dantis Alagherii,De Monarchia libri III, rec. Ludovicus Bertalot, Gebennae, In Aedibus Leonis S. Olschki. Prostat etiam Florentiae ac Romae apud eundem bibliopolam, MCMXX ; Monarchia, E. Rostagno éd., Le opere di Dante, texte critique 1921 de la Società Dantesca Italiana, ouvr. cité supra, note 15 ; Dante Alighieri, Monarchia, P. G. Ricci éd., Società Dantesca Italiana / Edizione Nazionale, Milan, Mondadori, 1965 ; Idem, P. Shaw éd., Società Dantesca Italiana / Edizione Nazionale, Florence, Le Lettere, 2009.

27 Voir Dante Alighieri, Monarchia, Lateinisch/Deutsch. Studienausgabe. Einleitung, Übersetzung und Kommentar bei R. Imbach und Ch. Flüeler, Stuttgart, Reclam, 1989. Pour les commentaires de Vinay, Nardi et Kay, voir supra, notes 17-18 et 20.

28 Monarchia, trad. L. Adamo, Dante Alighieri, Tutte le opere, L. Blasucci éd., Florence, Sansoni, 1965, p. 247-316 ; Monarchia, trad. A. Ronconi, Dante Alighieri, Monarchia. Epistole politiche, introd. F. Mazzoni, Turin, ERI, 1966, p. 1-203 ; Idem, préface, trad. et notes F. Sanguineti, Milan, Garzanti, 1985 ; Idem, P. Gaia éd., dans Opere minori di Dante Alighieri, Turin, Utet, 1986, II, p. 471-781. Pour les autres traductions, voir supra, notes 18 et 22.

29 Monarchie (Monarchia), Dante, Œuvres complètes, trad. et comment. A. Pézard, ouvr. cité, p. 631-740 ; pour les autres traductions, voir supra, note 22.

30 Dante, Monarchia, P. Shaw éd., Cambridge, Cambridge University Press, 1995 ; Idem, édition électronique sur DVD-Rom, Leicester, Scholarly Digital Editions / Società Dantesca Italiana, 2006 ; A. K. Cassell, The « Monarchia » Controversy. An Historical Study with Accompanying Translations of Dante Alighieri’s Monarchia, Guido Vernani’s « Refutation of the “Monarchia” Composed by Dante », and Pope John XXII’s Bull « Si fratrum », Washington D.C., The Catholic University of America Press, 2004 (désormais : The « Monarchia » Controversy) ; pour les autres traductions, voir notes 20 et 22.

31 Voir supra, note 27.

32 Pour le texte de l’Anonyme florentin, voir P. Shaw, « Il volgarizzamento inedito della “Monarchia” », Studi danteschi, XLVII, 1970, p. 59-224 ; pour Ficin, voir supra, note 18 ; l’editio princeps a été publiée dans un mélange humaniste sur la juridiction impériale, l’année du traité du Cateau-Cambrésis : Dantis Aligherii FlorentiniMonarchia, dans Andreæ Alciati iure consulti clariss, De formula Romani Imperii Libellus, Accesserunt non dissimilis argumenti, Dantis FlorentiniDe Monarchia libri tres, Radulphi CarnotensisDe translatione Imperii libellus, Chronica M. Iordanis, Qualiter Romanum Imperium translatum sit ad Germanos, Omnia nunc primum in lucem edita, Basileae, per Ioannem Oporinum, 1559, p. 53-179 ; de la même année, la traduction de Herold : Monarchey, Oder Dasz Keyserthumb zu der wolfart diser Welt von nöten : Den Römern billich zugehört und allein Gott dem Herren sonst niemands hafft seye auch dem Bapst nit, Herren Dantis Aligherii des Florentiners ein zierlichs büchlein in drey teyl außgeteilt, Durch Basilium Ioannem Heroldt (désormais : Monarchey) ; dans le colophon : Getruckt zu Basel durch Niclaus Bischoff der jüngeren jm Jare M.D.Lix. Voir F. Cheneval, Die Rezeption der « Monarchia » Dantes bis zur Editio Princeps im Jahre 1559. Metamorphosen eines philosophischen Werkes, Munich, Wilhelm Fink, 1995 ; Voir Id., « La réception de la “Monarchie”, ou Les metamorphoses d’une œuvre philosophique », Vivarium, 34, 1996, p. 254-267.

33 W. Benjamin, « Die Aufgabe des Übersetzers », dans Id., Gesammelte Schriften, IV, 1, Herausgegeben von T. Rexroth, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1980, p. 9-21 ; « La tâche du traducteur », dans Œuvres, I, présentation R. Rochlitz, Paris, Gallimard, 2000, p. 244-261. Voir A. Berman, L’Âge de la traduction. « La tâche du traducteur » de Walter Benjamin, un commentaire, texte établi par I. Berman avec la collaboration de V. Sommella, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2008 ; voir aussi D. Quaglioni, « Walter Benjamin. Dal frammento all’eternità », dans Leggere i tempi. Culture, religioni e civiltà a confronto, I, F. Lo Mastro éd., Vicenza, Istituto di Storia, 2012, p. 43-57.

34 W. Benjamin, La tâche du traducteur, texte cité, p. 255.

35 Ibid.

36 Voir H. Kelsen, Die Staatslehre des Dante Alighieri, Vienne-Leipzig, Deuticke, 1905 ; La teoria dello Stato in Dante, con un saggio di V. Frosini su Kelsen e Dante, Bologne, Massimiliano Boni, 1974 ; voir M. Cau, « Hans Kelsen et la théorie de l’État chez Dante », Droit et littérature, ouvr. cité, p. 125-150, et plus récemment A. Merlino, Storia di Kelsen. La recezione della Reine Rechtslehre in Italia, Naples, Editoriale Scientifica, 2013.

37 W. Benjamin, « La tâche du traducteur », ouvr. cité, p. 255.

38 Voir J. Oeschger, « Nachwort », Dante Alighieri, Von der Monarchey, deutsch von Basilius Johann Heroldt, Bâle, 1559, Bâle-Stuttgart, Schwabe & Co., 1965, p. 245-254.

39 Voir supra, notes 18 et 32.

40 P. Shaw, La versione Ficiniana della « Monarchia », ouvr. cité, p. 314-315 : « C’è nel Ficino una costante tendenza a semplificare la sintassi, ad abolire la subordinazione a favore di un discorso più spedito, meno complicato […]. Meno evidente a prima vista è il fatto che la versione del Ficino è libera anche in un altro senso, cioè a dire nel prendersi delle notevoli libertà rispetto al testo di Dante. »

41 Ibid., p. 314 : « La stessa tendenza a semplificare il discorso, ad eliminare tutto quello che sa di latino, si manifesta nella traduzione di singole parole. Il Ficino regolarmente evita la parola difficile, latineggiante : vel eius locumtenentem diventa hovero bisognia che in luogho suo sia hun altro. Anche questa è una tendenza costante : legis latori diventa a·ccolui che·ppone la legge, legis executori è a·ccolui che·lla mette inn-assegutione, oligarchie sono quelle in che pochi reghono, e così via. Perfino parole in verità non molto difficili vengono “discomposte” in questa maniera : posteris diventa a quelli che dopo loro verranno. L’anonimo, in tutti questi casi tranne l’ultimo, conserva la forma latineggiante. »

42 Ibid., p. 314-315 : « I pregi della versione ficiniana derivano allora in primo luogo dalla perfetta padronanza delle due lingue che adopera e dalla sicurezza di sé che gli permette di abbandonare una precisa corrispondenza con l’originale laddove egli lo ritiene opportuno. Dove l’anonimo dà una versione così letterale che segue normalmente il testo latino parola per parola, il Ficino traduce liberamente, senza esitazioni o inibizioni. Il suo senso intuitivo del genio naturale delle due lingue gli permette di trovare una perfetta forma italiana per esprimere le idee di Dante. Dove l’anonimo sembra incatenato, intrappolato dalla forma latina, la versione del Ficino ha la chiarezza, la naturale eleganza di un discorso “pensato” in italiano. Si direbbe che si tratta di un processo istintivo, spontaneo, e ci sembra perfettamente compatibile coll’abitudine del Ficino di dettare ad alta voce le sue versioni ad uno scriba, di “improvvisare” per così dire la sua versione. Coll’anonimo, invece, lo sforzo di comprendere e poi di tradurre traspira in ogni riga : mai carte più sudate delle sue. »

43 Ibid., p. 315 : « la libertà con cui il Ficino traduce il testo di Dante è davvero sorprendente, radicale e audace, e va molto oltre il gusto mimetico istintivo che nasce da un giusto senso delle possibilità espressive di due lingue diverse. »

44 Ibid. : « Bernardo del Nero non sapeva il latino, ma era ansioso di usufruire di volgarizzamenti per istruirsi, per farsi una cultura […]. In Bernardo del Nero, e uomini del suo tipo, vediamo il lettore ideale che il Ficino aveva in mente quando preparava la sua versione della Monarchia. Ed è proprio il carattere di questo lettore ideale, la modestia delle sue fondamenta culturali, che ci aiuta a capire questa seconda libertà, che va interpretata in rapporto col preciso scopo di diffondere la cultura ad un ceto borghese non istruito. Il volgarizzamento, come genere, fa da ponte fra il mondo culturale di Bernardo del Nero, non dotto, non filosofo, e quello dell’“uomo dottissimo e filosafo platonicho” che fu il Ficino. »

45 Ibid., p. 327 (« Prohemio di Marsilio Ficino florentino sopra la Monarchia di Dante, tradotta da·llui di latino in lingua toschana, a Bernardo del Nero et Antonio di Tuccio Manetti, ciptadini florentini »).

46 Dante Alighieri, Monarchia, D. Quaglioni éd., ouvr. cité, p. 502.

47 P. Shaw, La versione Ficiniana della « Monarchia », ouvr. cité, p. 328.

48 P. Shaw, Il volgarizzamento inedito della « Monarchia », ouvr. cité, p. 127 (Incomincia il libro di Dante Alighieri di Florence, chiamato Monarchia, cioè principio d’ordine di reggiere, etcetera).

49 Dante Alighieri, Monarchia, G. Vinay éd., ouvr. cité, p. 3.

50 Monarchia, B. Nardi éd., ouvr. cité, p. 241.

51 Dante Alighieri, Monarchia, préface, introd. et notes de F. Sanguineti, ouvr. cité, p. 3.

52 Dante, Monarchy, trad. et éd. par P. Shaw, ouvr. cité, p. 3.

53 Uguccione da Pisa, Derivationes, édition critique princeps de E. Cecchini et G. Arbizzoni, S. Lanciotti, G. Nonni, M. G. Sassi et A. Tontini, Florence, SISMEL-Galluzzo, 2005, II, p. 342.

54 Dante Alighieri, Monarchia, D. Quaglioni éd., ouvr. cité, p. 503.

55 Ibid., p. 962-964.

56 P. Shaw, Il volgarizzamento inedito della « Monarchia », ouvr. cité, p. 136.

57 P. Shaw, La versione Ficiniana della « Monarchia », ouvr. cité, p. 336.

58 Monarchey, trad. Herold, ouvr. cité, p. 22.

59 Dante Alighieri, Monarchia, D. Quaglioni éd., ouvr. cité, p. 965.

60 Ibid., p. 996.

61 Berlin, Staatsbibliothek Preußischer Kulturbesitz, lat. folio 437, c. 89vb.

62 Milan, Biblioteca Ambrosiana, D 119 inf., c. 5r ; Londres, British Library, Add. 6891, c. 3v ; Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana, LXXVIII 1, c. 235v.

63 Lucques, Biblioteca Capitolare Feliniana, 224, c. 220vb ; Londres, British Library, Add. 28804, c. 8v ; le manuscrit autrefois coté Phillipps, c. 36va, est désormais introuvable.

64 Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Pal. lat. 1729, c. 34v ; Milan, Biblioteca Trivulziana, 642, c. 139v.

65 P. Shaw, La versione Ficiniana della « Monarchia », ouvr. cité, p. 340 ; Monarchey, ouvr. cité, p. 33.

66 New York, Pierpont Morgan Library, M. 401, c. 64ra ; Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana, Ashb. 619, c. 7v.

67 P. Shaw, Il volgarizzamento inedito della « Monarchia », ouvr. cité, p. 141.

68 Paris, Bibliothèque nationale, lat. 4683, c. 32ra ; Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana, Ashb. 1590, c. 6v ; Budapest, Országos Széchényi Könyvtár, 212, c. 5r.

69 Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. lat. 9363, c. 49va ; Uppsala, Biblioteca Carolina Rediviva, P 133, c. 11r ; Venise, Biblioteca Nazionale Marciana, 4534, c. 2va ; Znojmo, Moravský zemský archiv v Brně, Státní okresní archiv Znojmo, AMZ-II/306, c. 6v.

70 Dantis Aligherii FlorentiniMonarchia, dans Andreæ Alciati iure consulti clariss, ouvr. cité, p. 72-73.

71 Dante, La Monarchie, trad. du latin de M. Gally, ouvr. cité, p. 103 ; A. K. Cassell, The « Monarchia » Controversy, ouvr. cité, p. 121. Cette traduction du mot perseitate a été encore jugée « incompréhensible » par C. Fantazzi dans son compte rendu du livre de Cassell, dans International Journal of the Classical Tradition, 13, 1, 2006, p. 156-160.

72 Dante Alighieri, Monarchia, G. Vinay éd., ouvr. cité, p. 64-65 et note 24.

73 Id., Monarchia, M. Pizzica éd., ouvr. cité, p. 189 ; Dante’s Monarchia, trad. R. Kay, ouvr. cité, p. 59 ; Dante Alighieri, Monarchia (R. Imbach et Ch. Flüeler), ouvr. cité, p. 91 ; Dante, Monarchy (P. Shaw), ouvr. cité, p. 18.

74 La Monarchie, Dante, Œuvres complètes (C. Bec et al.), ouvr. cité, p. 450.

75 Monarchie (Monarchia), Dante, Œuvres complètes (A. Pézard), ouvr. cité, p. 647 et note 14.

76 Monarchia, B. Nardi éd., dans Dante Alighieri, Opere minori, II, p. 342-344 : « Il concetto della “perseità” come primo e assoluto bene, al quale anela il desiderio naturale di tutti gli uomini, era ormai comune alla filosofia e alla teologia al tempo di Dante, e pare che già qualcuno avesse coniato anche il vocabolo perseitas ; per es., Raimondo Lullo, a quanto si legge nel Glossarium mediae et infimae latinitatis di Ch. D. Ducange, ne avrebbe fatto il titolo dell’opera inedita De perseitate Dei ; il Witte cita un passo di Occam [...]. Lo stesso Witte dichiarava, sì, “barbarus” il termine “perseitas”, ma “Scholasticis familiaris” [...]. Nella frase “perseitas hominum”, hominum è genitivo soggettivo : gli uomini tendono ad essa, cioè al “bonum per se” ; ma il fatto stesso di desiderarla significa che non l’hanno ancora ». Voir Dantis Alligherii De Monarchia libri III, codicum manuscriptorum ope emendati per Carolum Witte, ouvr. cité, p. 20 et note 69.

77 Ph. Guérin, « Intention de l’auteur ou volonté du texte? Pétrarque et Boccace sur la poésie : vols de mots et mots attrapés au vol », Parole rubate, 10 (2014), p. 21-51 (p. 25 et note 9, p. 24).

78 A. Pézard, Avertissement, Dante, Œuvres complètes, ouvr. cité, p. xi-xlvi (p. xii).

Top of page

References

Electronic reference

Diego Quaglioni, « « Manœuvrer en douceur ». Traduction et philologie des textes politiques : la Monarchie de Dante », Laboratoire italien [Online], 16 | 2015, Online since 02 December 2015, connection on 20 July 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/896 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.896

Top of page

About the author

Diego Quaglioni

Università di Trento

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page