Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2015

Sebastiano Valerio (2015). Letteratura, scienza e scuola nell’Italia post-unitaria. Pascoli Graf Trezza

Firenze, Franco Cesati Editore, 95 pages, 10 €
Clélie Chanéac
Bibliographical reference

Sebastiano Valerio (2015). Letteratura, scienza e scuola nell’Italia post-unitaria. Pascoli Graf Trezza. Firenze, Franco Cesati Editore, 95 pages, 10 €

Full text

1Le livre de Sebastiano Valerio est composé de quatre études sur les programmes scolaires en Italie de 1860 aux années 1890. Après l’unité politique du pays, le système scolaire représente en effet un enjeu crucial : il s’agit de « faire les Italiens » grâce à une éducation nationale, pour donner une base solide au nouvel État unitaire.

2L’ouvrage Letteratura, scienza e scuola nell’Italia post-unitaria s’insère donc pleinement dans les travaux de recherche sur la formation d’une culture italienne nationale et sur l’école après 1860, avec toutefois une perspective originale : Valerio remarque à très juste titre que l’élaboration des premiers programmes scolaires en 1860 correspond à un bouleversement général des connaissances. En effet, c’est justement à partir des années 1860 que certains progrès techniques et scientifiques, les découvertes de Darwin sur l’évolution et la sélection naturelle, ainsi qu’une tendance philosophique qui commence à percer en Italie, le positivisme, remettent en cause les fondements mêmes du savoir enseigné jusqu’alors, caractérisé par un hégélisme traditionnel et des tendances néo-classiques. Il s’agit alors, pour Sebastiano Valerio, d’étudier comment les intellectuels de l’époque, souvent en contact avec le ministère de la « Pubblica Istruzione », réagissent à un tel renouvellement des acquis : quel rôle et quelle place attribuer aux sciences « dures » et aux nouvelles méthodes de recherche à l’école et dans leurs propres travaux ?

3Le premier chapitre, intitulé « Darwinismo, Medioevo e Rinascimento in una polemica sulla Rivista di Filosofia Scientifica », montre que certains intellectuels italiens embrassent avec enthousiasme le « darwinisme » : ils appliquent rigoureusement les lois de l’évolution (lois de l’hérédité, de la sélection naturelle, de l’adaptation…) aux phénomènes historiques et artistiques pour expliquer leur apparition et leur progression. C’est le cas, par exemple, du professeur Gaetano Trezza, qui fait ainsi rentrer dans les « sacri penetrali dell’accademia il metodo evoluzionistico » : « né puo esservi un metodo per lo studio della natura ed uno per lo studio della storia : la legge delle formazioni cosmiche è la stessa ». Un problème se pose alors : si l’évolution est un progrès continu, si l’évolution historique est déterminée par des lois, que signifie la brusque interruption du progrès intellectuel au Moyen Âge? Comment expliquer la décadence ? Diverses explications voient le jour. Pour Trezza, l’évolution ne fait pas marche arrière, mais elle peut s’interrompre si elle rencontre des obstacles. Pour le professeur Giuseppe Checchia, l’évolution mène forcément vers le progrès ; le Moyen Âge n’est pas une intermittence, il a au contraire préparé la Renaissance : les valeurs éthiques de la culture chrétienne et le merveilleux chrétien ont nourri une tradition et une littérature classiques qui s’épanouissent pleinement à la Renaissance. Pour Enrico Morselli, directeur de la Rivista di Filosofia Scientifica, évolution ne veut pas dire progrès absolu : dans les formations biologiques comme dans les formations historiques, il existe une possibilité de dégénérescence ou d’atavisme. Pour Giovanni Bon, l’histoire italienne de l’art et de la politique peut se définir comme la survie et le triomphe final de la « romanità pagana » à travers les ténèbres du Moyen-Âge : les formes antiques s’adaptent aux nouveaux milieux, elles survivent en se transformant parfois.

4Sebastiano Valerio fait le choix d’interpréter cette polémique essentiellement comme un aspect et un effet du darwinismo en Italie. Ces tentatives de concevoir l’art comme la production naturelle d’une époque ont en réalité une tradition antérieure à la diffusion des théories de Darwin. En France, et pour ne parler que du xixe siècle, Hippolyte Taine avait déjà cherché à imposer une conception similaire de l’art. Valerio cite certes Taine comme une source d’inspiration pour Giovanni Bon, mais il consacre Darwin comme l’autorité scientifique dominante de l’époque, comme la figure scientifique la plus populaire, qui éclipse les autres et marque profondément l’imaginaire de ses contemporains. La diffusion rapide et le succès des théories de Darwin marquent en effet le début de la formation d’une pensée biologique systématique chez les intellectuels italiens.

5En outre, les passages cités par Valerio montrent que les interprétations de la théorie de l’évolution par Graf, Checchia, Bon et Morselli sont très libres : ces intellectuels ont essentiellement une lecture biaisée de l’évolutionnisme de Darwin. D’une part, ils le confondent avec le lamarckisme, et d’autre part, ils n’ont pas conscience que pour Darwin, les lois de l’évolution ne peuvent expliquer que les phénomènes biologiques et naturels, et non les phénomènes historiques et culturels : il s’agit d’un modèle biologique qui ne peut s’appliquer à l’art.

6Les deuxième et troisième chapitres, d’une actualité troublante, analysent la polémique des années 1890 sur la réduction, voire la suppression, du latin et du grec dans les collèges et les lycées italiens. Ferdinando Martini, ministre de la « Pubblica Istruzione » du premier gouvernement Giolitti, s’interroge sur la place à accorder à ces langues mortes dans l’enseignement. Il souhaite en effet adapter les contenus pédagogiques à l’époque moderne. Les avancées de la science lui imposent de donner plus de place aux sciences physiques et aux sciences naturelles, « utiles » pour le progrès scientifique et technique, et donc pour le bien-être futur de la société. Dans la répartition horaire des enseignements, le poids croissant des sciences dures se fait donc au détriment du latin, du grec et des humanités en général, sommées de justifier leur utilité dans le monde moderne et de démontrer un but pratique « nel secolo dei raggi X ».

7Ces propositions de réformes scolaires provoquent les réactions variées de nombreux intellectuels, minutieusement relatées par Sebastiano Valerio.

8Arturo Graf, professeur et positiviste italien, va dans le sens du gouvernement : il incarne la « ribellione dello spirito moderno contro la tirannide classica ». Les lettres classiques, sujettes aux lois de l’évolution et de la survivance du plus apte, mourront d’elles mêmes, « sopraffatte dalla necessità dei tempi ». L’étude des lettres classiques va contre le sens de l’histoire, elle est « antistorica » : « Come evoluzionista, non posso ammettere che la coltura d’un altro tempo sia posta alla base della coltura nostra ». L’idée que l’Antiquité, dépassée, inutile, est un obstacle au développement de la modernité apparaît également chez Morselli : « Noi dobbiamo vivere nel nostro vissuto, e non in un mondo morto, di cui la morale, e le condizioni intellettuali erano diverse ». Graf et Morselli proposent de remplacer les langues mortes par les langues vivantes pour inscrire l’éducation des Italiens dans la modernité européenne. Les analyses de Valerio montrent que ces intellectuels ont le sentiment de vivre un changement d’époque, une entrée dans la modernité.

9D’autres intellectuels, dont Pascoli, défendent l’enseignement des lettres classiques, qui n’est pas en contradiction avec l’époque. L’argument le plus fréquent est politique et identitaire : l’étude de la latinité renforce le sentiment d’appartenance à l’identité nationale italienne. Les exemples de beauté, de perfection, de vertu « italique » produisent chez les Italiens l’orgueil d’être les héritiers directs d’un patrimoine culturel inestimable, et la conscience d’appartenir à une grande nation et à une grande civilisation. Pour Pascoli, renoncer à son passé, c’est renoncer à soi-même et hypothéquer son identité future. En outre, apprendre les langues mortes est un exercice intellectuel très formateur, apte à donner de la méthode, une « forma mentis » aux élèves. Les mathématiques, pour Pascoli et pour les professeurs Agnoloni et D’Ovidio, ne sont pas une meilleure gymnastique que le latin ou le grec, car elles restent froides et abstraites, alors que les lettres classiques offrent une éducation morale et citoyenne en plus d’exercer l’intelligence. Pascoli, en particulier, souligne les limites éthiques d’une science qui, sans culture humaniste, risque de rester un pur fait technique et de créer des individus déshumanisés, sans morale et sans conscience. Les lettres classiques véhiculent des valeurs éternelles (la liberté, l’indépendance, les bonnes coutumes citoyennes, l’amour de la patrie, de la famille et de l’humanité) qui doivent impérativement être transmises. Il ne peut y avoir de véritable science sans véritable conscience, l’une et l’autre doivent aller de pair : « crescente scienza vuol dire crescente coscienza », « il poeta è quello […] che della scienza fa conscienza ».

10Quant au professeur Checchia, il retourne l’argument de « l’évolution » qui est un des points forts de l’argumentation des adversaires des lettres classiques : puisque chaque phénomène est lié au précédent, le présent (l’Italie moderne) n’est pas compréhensible sans le passé (l’Antiquité romaine) et on ne peut préparer le futur sans avoir conscience des lois de l’évolution. Étudier les lettres classiques donnerait conscience de ces lois aux jeunes, qui seraient par la suite plus à même de préparer le futur.

11Les passages cités par Valerio montrent que cette polémique, a priori essentiellement centrée sur l’école, reflète les angoisses et les bouleversements de cette époque obsédée par sa propre décadence physique et morale : pour Checchia, Chiarini et Barzellotti, l’art antique est « ver[o] e semplice, nobile e san[o]», il représente la jeunesse du monde et du genre humain avec spontanéité et force, et pourrait donc servir de modèle à un nouveau type de naturalisme (conçu comme retour à la nature) capable de contrecarrer la névrose moderne, produit « d’una vita tutta artificiale e riflessa » (Barzellotti). En outre, les citations de ces deux chapitres du livre montrent très bien que ces intellectuels ressentent à quel point la nouvelle science positive met en crise la représentation du « mondo dei fenomeni » (Barzellotti), que l’on ne peut plus appréhender avec les instruments de la science traditionnelle et de la philosophie métaphysique.

12Enfin, le dernier article, intitulé Dante, l’Unità d’Italia e la nuova filologia, s’intéresse au rôle attribué à Dante et à son œuvre pendant les luttes du Risorgimento et dès les premiers programmes scolaires de l’école italienne.

13Pendant le Risorgimento, le mythe de Dante est fondé sur la sélection et l’emphase du caractère politique et prophétique de son œuvre : il s’agissait notamment de montrer comment Dante avait dépassé la dimension « communale » dans laquelle il était né pour s’ouvrir à un horizon culturel et politique plus large.

14Après l’Unité, la finalité de l’enseignement littéraire de Dante est de donner aux jeunes un « battesimo d’italianità », en les faisant sortir de l’école « innamorati della nostra letteratura e della nostra lingua » (Regolamento e programmi per i ginnasi del Regno, 1884).

15Sebastiano Valerio remarque toutefois qu’après 1860, Dante redevient peu à peu un objet d’étude « normal » pour la critique littéraire : Michele Barbi et Giosue Carducci condamnent les interprétations excessivement politiques de l’œuvre du « prophète national », qui ont masqué d’autres aspects tout aussi importants de son œuvre, comme par exemple sa finalité morale.

16Les sciences et les humanités sont donc considérablement redéfinies à l’école de l’Italie post-unitaire. L’intérêt majeur du travail de Valerio est sans doute d’avoir exploité des textes d’intellectuels peu connus mais qui ont finement analysé leur époque et ses enjeux philosophiques et moraux. Le livre de Valerio est en cela une mine d’excellentes pistes bibliographiques pour qui veut cerner les problématiques essentielles du second xixe siècle italien.

Top of page

References

Electronic reference

Clélie Chanéac, « Sebastiano Valerio (2015). Letteratura, scienza e scuola nell’Italia post-unitaria. Pascoli Graf Trezza », Laboratoire italien [Online], Lectures, Online since 18 November 2015, connection on 19 August 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/909

Top of page

About the author

Clélie Chanéac

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page