Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2015

Margherita Quaglino (2013). Glossario leonardiano. Nomenclatura dell’ottica e della prospettiva nei codici di Francia

Firenze, Olschki (Biblioteca leonardiana. Studi e documenti), 4, 340 pages, 40€
Anna Sconza
Bibliographical reference

Margherita Quaglino (2013). Glossario leonardiano. Nomenclatura dell’ottica e della prospettiva nei codici di Francia. Firenze, Olschki (Biblioteca leonardiana. Studi e documenti), 4, 340 pages, 40€

Full text

1La collection Biblioteca Leonardiana de Leo Olschki est consacrée au patrimoine de Léonard de Vinci que la Biblioteca Leonardiana contribue à diffuser dans le monde entier, notamment par les archives virtuelles e-Leo (www.leonardodigitale.com), la précieuse base de données contenant l’intégralité des manuscrits de l’artiste-ingénieur. Le quatrième volume de cette collection est consacré à l’étude de la langue technique de l’optique et de la vision, avec une attention particulière aux douze Carnets conservés à l’Institut de France à Paris, ainsi qu’à la riche compilation Libro di pittura réalisée par Francesco Melzi, élève de Léonard.

2Traditionnellement nommée « optique », la science de la vision ne prend en réalité ce nom qu’après Léonard, à partir du deuxième, voire du troisième quart du xvie siècle, comme le précise l’éditrice Margherita Quaglino dans l’Introduction du Glossaire. Le lecteur est ainsi invité à suivre un parcours d’exploration autour de la vision qui va bien au-delà des limites chronologiques et matérielles des Carnets de l’artiste de Vinci.

3La valeur diachronique de cet ouvrages avant et extrêmement soigné est avant tout d’inscrire l’apport de l’artiste toscan dans la lente évolution de la langue scientifique. Ce parcours se déroule à partir de l’italien « vulgaire » du xiiie siècle jusqu’à l’affirmation d’une langue théorique des arts aux xvie-xviie siècles. Pour cela, l’éditrice a dû élargir son domaine d’investigation à de nombreux ouvrages d’époques antérieures, contemporaines et successives à celle de Léonard, afin de rendre sa juste place à l’apport novateur de l’artiste-écrivain.

4C’était déjà le cas dans le premier volume du Glossaire léonardien consacré à la langue de la mécanique et des engins (Glossario leonardiano. Nomenclatura delle macchine nei codici di Madrid e Atlantico, P. Manni et M. Biffi éd., Florence, Olschki, 2011). Dans ce volume, les éditeurs formés par l’Accademia della Crusca ont exploité des banques de données textuelles comme l’Archivio digitale dell’Opera di Santa Maria del Fiore ou le CD-ROM Art Theorist of the Italian Renaissance (ATIR).

5Suivant la même méthode, Margherita Quaglino se consacre à l’étude et au dépouillement des sources latines (par exemple, Pecham, Witelo, Viator) et de langue vulgaire citées par Léonard (par exemple, les vulgarisations de De aspectibus d’Alhazen ou de l’Optique d’Euclide), ou celles dont il pouvait facilement avoir connaissance (comme L. B. Alberti, L. Ghiberti, A. Manetti). L’éditeur a consulté la même base de données ATIR ainsi qu’un autre répertoire digitalisé de premiers textes en langue vulgaire, l’Opera del Vocabolario italiano (OVI). Simplifiée par l’interrogation informatique, cette étude permet d’observer les premières occurrences des termes utilisés par Léonard, tel avvenimento, basa, grado, idolo, immagine, etc., dans les traités scientifiques et philosophiques des xiiie et xive siècles, tels la Composizione del mondo de Restoro d’Arezzo (1282), le Tractatus algorismi de Jacopo da Firenze (1307), le Banquet de Dante (1303-1307) et les plus anciens commentaires de la Comédie.

6Chaque vocable est tout d’abord classé sous ses diverses significations dans le corpus léonardien, puis relié à d’autres termes (lemmi correlati) et enfin mis en dialogue avec des « correspondances » et d’autres textes littéraires et scientifiques, tant en latin qu’en langue vulgaire. La liste des « correspondances » et le commentaire qui suit chaque terme sont complétés par le dépouillement manuel d’un corpus ciblé de traités d’optique et de peinture, notamment du xvie siècle. Cette mise en contexte de chaque terme en fonction de l’usage fixe également les lignes directrices de la réception de certaines expressions techniques. Des expressions techniques comme angolo della contingenzia, angolo della refressione, battimento (au sens de la projection de l’ombre), fuggire (la fuite de lignes perspectives) sont en effet réemployées par des auteurs postérieurs à Léonard, tels B. Varchi, N. Tartaglia, G. Vasari, R. Borghini, G. P. Lomazzo, E. Danti, V. Scamozzi, A. Palladio, G. Galilée, pour ne citer que quelques noms.

7Les sources textuelles consultées, qu’elles précèdent ou succèdent à l’œuvre de Léonard, se révèlent ainsi être des termes de comparaison indispensables afin d’établir le classement des vocables de Léonard sur l’optique et la vision.

8À propos du classement choisi par l’éditrice, les termes sont rangés de manière innovante par subordination à des vocables de référence, qu’on peut qualifier d’iperlemmi. Cet ordonnancement témoigne d’une langue technique qui devient de plus en plus nuancée, précise et détaillée, au fil des découvertes de Léonard et de ses explorations constantes. Ces investigations se déroulent en parallèle au fleurissement de la théorie des arts en Italie entre le Quattrocento et le Cinquecento.

9Pour résumer, ce Glossaire témoigne de la manière dont l’artiste toscan explore la potentialité de la langue à partir de répertoires livresques. Il trouve en ces sources des termes utiles à définir un de ses domaines d’investigation privilégiés, celui de la vision, en tant que support indispensable à la peinture. La transposition de vocables issus du domaine littéraire ou de traités mathématiques et géométriques à celui de la pratique picturale s’enrichit souvent par un double type de juxtaposition : celle d’un nom à un syntagme prépositionnel et celle d’un nom à un adjectif.

10Le résultat de cette recherche est celui d’un lexique novateur qui atteint, selon Margherita Quaglino, « un niveau élevé d’abstraction conceptuelle et de formalisation ». On trouve ainsi condensé dans le lexique – imprensiva, piramide, colore dell’aria, perspettiva de’ perdimenti – l’évolution de la pensée de l’artiste au sujet de l’optique. Léonard part de la théorie platonicienne des espèces (spezie) ou simulacra des objets « recueillis » par l’œil et arrive à l’invention de la « perspective aérienne », à savoir la transformation progressive de l’intensité des teintes colorées selon leur distance de l’œil.

11Certains termes introduits par Léonard n’entreront dans la théorie de l’art qu’à partir de la seconde moitié du xvie siècle et persisteront tardivement jusqu’au xviiie siècle. Le Glossaire témoigne de l’inventivité de Léonard et pose de nouveau une question qui reste à approfondir : celle des sources soumises aux lecteurs par le biais du vaste panorama des « correspondances » textuelles. Les termes polysémiques employés par l’artiste-écrivain servent à concrétiser les phénomènes observés d’après nature, ce qui demeure l’aspect le plus fascinant de ce répertoire. Ce dernier photographie en effet une étape fondatrice de la genèse d’une langue technique capable d’atteindre un haut niveau de spécialisation, alors qu’elle est encore en plein cours de formation.

Top of page

References

Electronic reference

Anna Sconza, « Margherita Quaglino (2013). Glossario leonardiano. Nomenclatura dell’ottica e della prospettiva nei codici di Francia », Laboratoire italien [Online], Lectures, 2015, Online since 18 November 2015, connection on 25 June 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/914

Top of page

About the author

Anna Sconza

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page