Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Filippo De Vivo, Information and Communication in Venice. Rethinking Early Modern Politics

Romain Descendre
p. 264-267
Bibliographical reference

Filippo De Vivo, Information and Communication in Venice. Rethinking Early Modern Politics, Oxford University Press, Oxford, 2007, 312 pages, 60 £.

Full text

1Machiavel ne croyait pas aux prophètes désarmés : à ses yeux, la persuasion sans la force, le verbe sans l’épée ne suffisaient pas à affermir un pouvoir (De principatibus, 6). Un siècle plus tard, reprenant le topos rhétorique de la guerre des mots dans un sens non métaphorique, Paolo Sarpi formulait un tout autre jugement : « La matière livresque semble chose de peu d’importance car seulement faite de mots, mais de ces mots proviennent les opinions du monde, qui sont cause de dissensions, de séditions et enfin de guerres. Ce sont des mots, certes, mais ils entraînent avec eux des troupes armées. » (Sopra l’officio dell’inquisizione, Scritti giurisdizionalistici, p. 190) C’est sur l’écart frappant entre ces deux affirmations que s’ouvre le livre de Filippo De Vivo. À Venise, avec la « guerre des écritures » qui fit suite à l’Interdit de 1606, les usages politiques de l’information et de la communication prirent une telle importance qu’ils donnèrent le sentiment que les mots étaient bel et bien devenus des armes.

2L’originalité de l’ouvrage de De Vivo tient cependant au fait qu’il ne propose pas une nouvelle histoire de l’Interdit, ni même une analyse des pamphlets qui ont participé aux batailles de cette « altra sorte di guerra, fatta con scritture » (Sarpi, Istoria dell’Interdetto). Il jette une lumière nouvelle sur ce qu’a signifié cet événement, à partir d’une analyse systématique des usages politiques de la communication au xvie et au début du xviie siècle, sous toutes ses formes langagières, « orale, manuscrite et imprimée : depuis les débats dans les assemblées jusqu’aux rapports manuscrits, aux pamphlets, aux rumeurs et aux graffiti » (p. 2). Ce faisant, il aide à penser différemment l’histoire politique du début de l’âge moderne – et en ce sens, le sous-titre n’est pas trompeur. Ce sont notamment les séparations, souvent trop rigides, entre histoire politique, histoire sociale et histoire du livre que cette étude rend plus poreuses.

3À partir d’une quantité et d’une variété impressionnantes de sources, l’auteur expose d’abord les modalités de la circulation de l’information dans les trois espaces de l’appareil gouvernemental (chap. 1, Government), de l’arène politique (chap. 2, Political arena) et de la ville (chap. 3, City), puis la multitude des interactions entre ces trois champs (chap. 4, Communicative transactions). La communication à l’intérieur même des conseils et des assemblées était strictement réglée et contrôlée, pour non seulement préserver le secret des débats vis-à-vis de l’extérieur, mais cacher l’idée même qu’il puisse y avoir des désaccords entre plusieurs factions. Le Collegio est la pièce centrale d’une mécanique de transmission de l’information vouée à assurer l’unanimité entre les patriciens, notamment dans le cadre du Sénat et du Grand Conseil. L’étouffement de toute forme de conflit au moyen d’une institutionnalisation du secret est au cœur du « républicanisme » vénitien. Mais la collégialité du gouvernement rend ce secret utopique et est au contraire à la source d’une diffusion importante de l’information politique. La vie politique vénitienne dépasse largement le cadre des seuls organes de gouvernement et se déploie dans des espaces publics (broglio, ridotti, places) où les patriciens ne cessent de communiquer avec le reste de la ville, utilisant bien souvent à des fins privées des documents officiels et des informations réservées. Venise regorge de professionnels de l’information – diplomates, informateurs, secrétaires, écrivains et rédacteurs d’avvisi – dont les profits proviennent des multiples fuites issues de l’intérieur même du gouvernement. Le public de l’information politique est plus vaste encore et comprend tous les groupes sociaux, qui parlent régulièrement des cose del mondo dans des lieux de communication multiples mais bien définis : dans les librairies, les échoppes de tissu, les tavernes et, plus encore, chez les apothicaires et les barbiers. Une grande partie de la population participe ainsi à des discussions concernant un monde dont elle n’est pas censée avoir connaissance. L’étude précise de différents cas d’interaction entre les trois champs définis – les publications officielles et leur réception, les pasquinades, la diffusion manuscrite de paternosters anti-espagnols – permet à l’auteur de montrer que l’information ne consiste pas en un écoulement goutte à goutte, de haut en bas, mais en une « polyphonie urbaine », marquée par des conflits d’interprétation incessants. Comme l’avait fait remarquer Zuccolo, les barbiers discutaient effectivement de ce qui était fait ou n’était pas fait selon la raison d’État, mais avec un esprit critique et démystificateur qui ne pouvait que déplaire aux autorités.

4Ce n’est qu’après cette longue enquête sur le « système de la communication à Venise » que le livre traite directement de l’Interdit de 1606 (chap. 5, The System Challenged: The Interdict of 1606-7 ; chap. 6, Propaganda? Print in context). Les historiens de l’Interdit ont généralement analysé la réponse des autorités vénitiennes à Rome en insistant particulièrement sur le rôle des pamphlets. L’auteur montre que ceux-ci furent un pis aller, auquel les autorités ne se résignèrent qu’après s’y être longtemps opposées, lorsque l’affaire atteignit un degré de publicité tel qu’elles ne pouvaient plus s’y soustraire. Elles mirent d’abord en place une véritable « stratégie dénégatoire », consistant non pas tant à s’opposer au Monitorio papal qu’à en nier l’effectivité : il leur suffit pour cela d’empêcher qu’il fût publié et diffusé. Pouvant ainsi prétexter ne pas avoir connaissance de l’Interdit, le clergé continuait de célébrer les offices en disposant d’une protection légale. En ce sens, la communication ne fut pas seulement un instrument du conflit, elle en fut surtout l’enjeu. En retour, la réplique du pape consista à diffuser largement l’Interdit de façon manuscrite, au moyen de lettres copiées en d’innombrables exemplaires, mais aussi à travers la publication d’avvisi manuscrits – ce qui permet à l’auteur d’illustrer un point sur lequel il insiste à plusieurs reprises : le rôle prépondérant des manuscrits dans la circulation de l’information politique, bien plus décisif que ne l’ont généralement pensé les historiens. L’affaire ne tarda pas à provoquer une « explosion de la communication » : à travers les sermons, la diffusion de nouvelles et de rumeurs, la prolifération de cartelli et de graffiti, l’Interdit fut d’abord une guerre de la parole avant de devenir une guerre de pamphlets imprimés. Dans un tel contexte, la stratégie de dénégation de la Sérénissime ne pouvait plus tenir : son message était brouillé et elle était dès lors dans l’obligation de le rendre public.

5Contrairement aux historiens qui l’ont précédé, Filippo De Vivo n’analyse pas tant le contenu des pamphlets que les conditions dans lesquelles ils ont été produits, diffusés et reçus. Loin d’être réductibles à de la propagande ou assimilables à une expression naturelle du républicanisme vénitien, les pamphlets naquirent dans le cadre de la compétition (niée par l’idéologie républicaine) entre les factions de patriciens. Ce n’est qu’après la diffusion massive des pamphlets romains (notamment ceux de Bellarmino et de Baronio), et au moment où la situation internationale se dégradait nettement pour Venise, en août 1606, que le Collegio se résolut à approuver la publication des pamphlets. Ceux-ci avaient avant tout pour fonction d’affirmer le consensus et l’unité des Vénitiens face au « scandale » provoqué par Rome. Mais ils eurent surtout pour effet d’encourager la discussion et l’esprit critique, auprès d’un public très large (et c’est une spécificité vénitienne, distincte notamment de l’élitisme du scepticisme des libertins en France). De Vivo montre notamment que les messages véhiculés par les pamphlets étaient relayés sous différentes formes, écrites et orales, qui purent à l’occasion se retourner contre les intérêts de la République. C’est la raison pour laquelle le gouvernement vénitien reprit vite sa position habituelle, secret et censure restant la règle en matière de publications politiques. Loin d’être le point culminant et héroïque du « républicanisme » vénitien, la guerre des écritures fut une parenthèse exceptionnelle, qui laissa place ensuite aux méthodes traditionnelles de gestion des conflits internationaux, la négociation des diplomates et les armes des soldats.

6L’un des principaux apports de ce livre tient à la critique qu’il permet de formuler à l’égard des deux principaux modèles interprétatifs qui président à l’histoire de l’information et de la communication politique : propagande et opinion publique. L’auteur montre de façon convaincante et précise que l’information politique, même dans une société d’Ancien Régime, ne se résume en aucun cas à une imposition verticale et hiérarchique. Elle procède à la fois d’une multitude d’enjeux, publics et privés, et d’une circulation complexe, faite d’inattendus effets en retour. On ne les perçoit vraiment que lorsque l’on prend en considération les différents médias et supports à travers lesquels procède cette circulation, d’où la nécessité de ne pas se limiter aux seuls imprimés. Un tel tableau met ainsi en lumière le caractère extrêmement limité de la notion de propagande, même lorsqu’elle est utilisée pour rendre compte de pamphlets dont certains ont reçu le soutien des autorités politiques. À l’inverse, le livre de De Vivo incite à redéfinir, à étendre chronologiquement et à complexifier la notion habermasienne de sphère publique. Il apparaît que bien des aspects de l’esprit critique que Habermas datait de la fin du xviiie siècle, avec le développement de la presse bourgeoise et des lieux de sociabilité littéraire, sont déjà présents dans la société vénitienne du xvie siècle. Surtout cette sphère publique ne peut être pensée comme le produit libéral d’une société bourgeoise opposée à l’État : l’esprit critique qui s’y manifeste est souvent provoqué, voire manipulé par des membres des institutions gouvernementales – comme le montrent, par exemple, les cas de cartelli ou de pamphlets se présentant, grâce au dialecte, comme l’œuvre d’hommes du peuple. Ce livre peut ainsi être lu comme un hommage à la fascinante complexité politique de l’information : ni autonome, ni contrôlée par le pouvoir, elle est au cœur des luttes et des tensions qui opposent les multiples acteurs du conflit politique.

Top of page

References

Electronic reference

Romain Descendre, « Filippo De Vivo, Information and Communication in Venice. Rethinking Early Modern Politics », Laboratoire italien [Online], 8 | 2008, Online since 07 July 2011, connection on 24 June 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/94

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page