Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Caroline Callard, Le Prince et la République. Histoire, pouvoir et société dans la Florence des Médicis au XVIIe siècle

Dora d’Errico
p. 268-271
Bibliographical reference

Caroline Callard, Le Prince et la République. Histoire, pouvoir et société dans la Florence des Médicis au XVIIe siècle, Paris, Presses universitaires de la Sorbonne (collection CRM, Centre Roland-Mousnier), 2007, 458 pages, 30 €.

Full text

1Le présent ouvrage très dense et très riche de Caroline Callard, qui est du reste issu de sa thèse de doctorat, a comme objectif ce qui peut d’abord sembler être une gageure, faire ni plus ni moins l’autopsie d’un vide. Le vide historiographique si décrié et vilipendé laissé par la période du duché, puis du grand-duché de Toscane. Ce qui met la puce à l’oreille de l’enquêtrice infatigable qu’est Caroline Callard, ce sont justement les jugements si sévères et sans appel sur ce moment historique et politique, mou et servile, qui aurait été incapable d’écrire son histoire. Que signifie une telle sévérité, une telle unanimité ? Même véhémence, en effet, des historiens illuministes (voir Riguccio Galuzzi) à l’impitoyable Sismondi qui accuse les Médicis d’avoir érigé la violence et la vendetta en mode de gouvernement. Et jusqu’à Furio Diaz et Eric Cochrane qui font le portrait d’un siècle où la critique dégénère en d’inoffensifs récits scandaleux, où l’histoire devient érudition détachée, et où la philosophie se fait éloge des princes.

2Il ne s’agit pas pour Caroline Callard de s’inscrire dans la lignée de ces historiens qui se disputent le sens des dépouilles du xviie siècle, ni de réhabiliter ou d’enterrer définitivement une période. Il s’agit plutôt de revenir à ces dépouilles de l’historiographie, mieux, de repartir de leur cruelle absence. L’auteur nous invite alors à faire avec elle l’expertise d’un vide, à revenir sur les lieux d’une disparition, qui fut celle de l’activité historienne.

3Pour toucher ce vide, pour comprendre l’absence inédite de publication de livres d’histoire pendant la période, Caroline Callard s’emploie d’abord à examiner les mécanismes visibles et concrets de leur suppression : ceux de la censure, lieu de dévoilement de la raison d’État, mais aussi le mécanisme de désengagement des autorités de toute « politique de l’imprimé » avec la très symbolique suppression de la charge d’historiographe en 1601, puis de l’imprimerie grand-ducale et de son privilège. Mais l’État dynastique peut-il réellement se passer d’investir l’histoire ? Comment pourrait-il faire l’économie d’un récit des origines ? Les formes de légitimation historique existent nécessairement. Si elles ne passent pas par l’écriture de l’histoire, il faut élargir à tous les discours par lesquels se revendique et s’exhibe une identité historique. L’étude des mécanismes producteurs de la marginalisation et de « l’anéantissement de l’historiographie » n’est donc que le premier palier des recherches menées par Caroline Callard, qui ne clôt pas là son enquête. Puisque l’écriture se dérobe et que l’enquêtrice ne peut que scruter l’immensité d’un vide, elle déplace l’analyse de l’étude d’un corpus (l’histoire) à celle des hommes, qui, d’une façon ou d’une autre, l’incarnent (historiens, historiographes, amateurs des choses du passé, collectionneurs, érudits…). Commençons donc par suivre la genèse de ce vide, pour comprendre par la suite la nécessité de ce déplacement.

4L’auteur commence ainsi par faire rigoureusement l’autopsie du vide historiographique, et n’est pas longue à poser son diagnostic, qui lui est d’ailleurs soufflé par Bernardo Segni et son Trattato dei Governi di Aristotele : Côme souffre du complexe d’Amasis, il n’ose pas, comme le fit ce roi égyptien pour soumettre ses sujets, faire fondre la bassine où il urine en statue de dieu vénérée par le peuple. C’est, en effet, le déficit de légitimité de « la métamorphose de Côme », « devenu quasiment de citoyen privé un très grand prince » (Bernardo Davanzati) lors de son élection au trône ducal de Florence, qui va porter à l’écriture de l’histoire un coup très rude, dans la mesure où est taboue la question du passage de la République au principat, et par suite toute la période républicaine. L’entreprise de ce qu’on a appelé la « seconde école historiographique florentine » est dans cette perspective un échec, puisqu’elle ne résout pas la question de la métamorphose, toujours occultée, escamotée par divers tours de passe-passe. Et le duc ne retient aucun des rares récits qui justifient le passage de la bassine au totem. D’où le refus de publication opposé à Segni qui suggérait au nouveau prince d’exposer le plus visiblement possible sa métamorphose, de l’exhiber dans un faste éclatant. Même sort pour Scipione Ammirato qui s’ingénie pourtant à dissimuler la métamorphose en la fondant dans un récit dynastique linéaire et réconciliateur. Seul le premier tome de ses Histoires florentines paraît en effet ; le second, consacré à la période 1439-1574, n’est pas vu d’un bon œil par Côme, qui préfère le silence. Ou plus exactement, qui lui préfère d’autres réponses, à son goût plus efficaces, pour résorber le complexe d’Amasis : une politique culturelle raffinée, la refondation de l’université de Pise, la transformation monumentale de la capitale, et un mécénat littéraire très actif.

5La perte de vitesse de l’historiographie est donc renforcée par la mise en place d’une censure d’État, bien moins sévère cependant que celle qui sévissait au temps de la République. La censure grand-ducale est en effet une censure plus « douce », sa méthode mélange l’incitation (prestige de l’imprimatur grand-ducal, privilège honorifique, mais qui n’a rien d’obligatoire) et la coercition (censure préventive d’un contrat qui stipule qu’« on ne pourra imprimer aucune chose sans en avoir eu auparavant l’autorisation de son excellence […] afin que l’on veille toujours à ce que ces choses soient bonnes et approuvées et sans dommage pour la foi et pour son Altesse » ASF, M.M. 314, ins 13). Même si, à la différence de la censure ecclésiastique, qui bénéficie dans les archives d’une grande visibilité, la censure laïque, qui opère en amont de la production, « au niveau des mécanismes invisibles » de la censure préventive et de l’autocensure, est peu productive en archives, il ne faut surtout pas minimiser son rôle et son importance.

6Dans ce désaveu général de l’historiographie, il faut cependant faire une place à part à la décennie 1637-1647 qui lui redonne une place de premier rang. Avec la polémique lancée par Victor-Amédée de Savoie, l’élection au pontificat d’un Barberini et la « guerriciola » de Castro, l’histoire devient de nouveau un enjeu pour les États qui publient de très nombreux textes, dont certains jusque-là demeurés manuscrits. Mais l’exhumation du passé florentin ne passe pas par une impulsion nouvelle donnée au genre historiographique. L’élite lettrée du grand-duché n’est toujours pas productrice d’histoire. Ce sont des textes anciens qui sont (ré)édités (les chroniques, des histoires étrusques, Guichardin et Machiavel, réduits et/ou modifiés). La guerre ne sort donc pas l’historiographie de la profonde crise dans laquelle elle est entrée. Elle n’a été qu’une arme vite abandonnée à la fin du conflit.

7On voit désormais nettement qu’en dehors de cette parenthèse, à laquelle il faut donner sa dimension politique très contextuelle, le « vuoto » historiographique a bel et bien existé, orchestré de main de maître par les Médicis qui ont veillé dans un premier temps à ce que l’origo temporelle où s’enracinait leur pouvoir restât vide. On ne peut donc plus renvoyer ce vuoto à des contraintes économiques et à la crise de l’imprimerie toscane. Caroline Callard est ainsi parvenue à faire émerger une double profondeur dans la marginalisation de l’historiographie : celle de l’action de la censure qui saigne l’historiographie contemporaine, immanquablement aux prises avec la question embarrassante du passé républicain, et la tendance plus profonde d’évitement de l’écriture de l’histoire comme mode de légitimation. Mais si « l’historiographie a disparu », l’histoire, elle, est encore bien présente. Le déplacement, annoncé plus haut, de l’enquête vers d’autres lieux que celui de la production historiographique fait alors l’originalité de l’enquête de Caroline Callard, toujours à la recherche de ce qui fonde, dans l’utilisation du passé, la légitimité des grands-ducs, la métamorphose de ces simples citoyens en princes.

8Car après le silence des débuts de règne, il s’agit pour le pouvoir de se laver du soupçon de tyrannie. Les grands-ducs se font pour cela des « princes malgré eux ». Le genre épidictique et son « histoire lénifiante » s’y emploie d’abord, avec la Vie de Côme de Cini (1606) : le principat de Côme est légitime puisqu’il a été voulu, « quasi contro a sua voglia », par la providence qui a choisi un membre de la branche cadette, la plus républicaine. La continuité républicaine et la légitimité du régime sont per miracolo sauvées par Dieu. Raconter le destin fatal de l’accession au pouvoir, telle est la fonction des nouveaux usages du passé, qui passent moins par la traditionnelle écriture de l’histoire que par d’autres formes d’investissement du passé. En effet, les grands-ducs font vivre, à leur cour, l’histoire par d’autres moyens, ils s’entourent de la présence d’hommes qui incarnent, chacun à leur manière, le savoir historique : Antonio da Sangallo, le gardien du secret d’État, Paganino Gaudenzio, le précepteur du prince, et Carlo Antonio Manzini, l’historiographe officiel. Les princes recourent également à des supports différents : images et gestes sont utilisés délibérément. En témoignent les cinq chantiers du palais Pitti, de 1635 à 1642 ; menés par Giovanni da San Giovanni, les chantiers d’architectes et sculpteurs dans les jardins de Boboli, la réalisation de la grotte du Cortile, de la fontaine de l’Artichaut et de la statue de Dovizia.

9L’examen des fresques du palais Pitti permet à l’auteur de montrer la récupération symbolique du motif républicain par le régime dans sa dimension exclusivement morale. Au palais Pitti, la République florentine est ainsi vidée de son contenu historique et politique, de manière à marquer une continuité, et à résoudre ainsi la question des origines du principat. De même que les images, les gestes sont convoqués par les grands-ducs pour donner une épaisseur historique à leur pouvoir. Ils instaurent à partir de 1680 la célébration annuelle de l’anniversaire de Côme l’Ancien à San Lorenzo, où ils mettent en scène, dans une « geste commémorative », la dimension sacrificielle et providentielle de leurs personnes, dont les vertus chrétiennes auraient permis de mettre fin aux « discordes civiles » et aux « guerres intestines » du passé florentin (voir l’Orazione in lode di Cosimo Pater Patriae du chanoine de San Lorenzo, Salvino Salvini, pour une célébration en hommage de Côme).

10Ces « motifs » iconographiques et commémoratifs font du « républicanisme » de leurs héros un paradigme purement moral, caractérisé par l’humilité, la générosité, la douceur, la pitié, dont la dimension politique est soigneusement effacée. La perte de compréhension historique de l’action humaine, son atemporalité religieuse, sert un État qui a intérêt à donner à ses actes l’éclat inscrutable du miracle. Ainsi, les grands-ducs, tout en se passant de la case « historiographie », sont parvenus à construire une image du passé de Florence et de l’origine de leur pouvoir. En faisant confluer les deux images du héros chrétien luttant pour la paix et celle du prince mécène, ils ont élaboré une autre histoire sans référent à la République (dans son acception politique), une histoire qui est tout à la fois histoire toscane, histoire religieuse et histoire des arts.

11Et à ceux qui aimeraient croire qu’à cette disparition de l’historiographie répond la spectaculaire prolifération de pratiques collectionneuses qui assurent la préservation de l’héritage communal et républicain, avec l’exceptionnel travail d’exhumation d’archives fait par les anciennes élites, Caroline Callard répond qu’accaparer les grandes icônes du passé communal dans une mémoire familiale n’est en rien dangereux pour le pouvoir grand-ducal. Ce n’est pas le signe d’une nostalgie d’un modèle politique du comune. C’est au contraire la manifestation de la privatisation du panthéon républicain, sa simple mémorialisation, qui contribue à faire de l’histoire des Florentins, non pas une histoire collective, mais une histoire des « hommes privés » de la cité. La seule véritable voix discordante, que les Médicis ne peuvent faire taire, c’est, pour l’auteur, « l’envahissante mémoire des pierres » qui raconte l’histoire de fantômes, celle des grands spectres républicains peuplant l’espace florentin. Mais les traces de ces fantômes sont par définition insaisissables, fragiles et fragmentaires.

Top of page

References

Electronic reference

Dora d’Errico, « Caroline Callard, Le Prince et la République. Histoire, pouvoir et société dans la Florence des Médicis au XVIIe siècle », Laboratoire italien [Online], 8 | 2008, Online since 07 July 2011, connection on 29 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/96

Top of page

About the author

Dora d’Errico

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page