Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Marco Vanzulli, La scienza di Vico. Il sistema del mondo civile

Pierre Girard
p. 272-274
Référence(s) :

Marco Vanzulli, La scienza di Vico. Il sistema del mondo civile, Milan, Mimesis Edizioni, 2006, 310 pages, 30 €.

Texte intégral

1L’étude que nous offre Marco Vanzulli se distingue, dans l’incroyable vitalité actuelle des recherches vichiennes, par l’originalité de son approche. Pour résumer, on peut discerner deux grandes tendances dans la recherche sur Vico. La première consiste à isoler un des aspects de sa pensée, à le développer et à lui donner le statut d’une clé de lecture permettant d’accéder à une œuvre souvent déconcertante, tant par sa forme que par son statut philosophique. Cette perspective, qui offre du reste des résultats intéressants, a été particulièrement développée ces dernières années, notamment autour des notions de rhétorique, de politique ou de métaphysique. La seconde perspective, plus classique dans ce type d’études, consiste au contraire à aborder la pensée de Vico à travers sa réception dans l’histoire des idées. Le problème de savoir quelle est la place exacte de Vico dans la querelle des Anciens et des Modernes, le statut et la validité d’une interprétation historiciste de sa pensée, son prétendu archaïsme (ou à l’inverse sa modernité absolue) sont des questions qui ont été abordées et ont occupé une bonne partie de la critique ces dernières années. Sans nier l’apport de telles perspectives dans une interprétation de Vico, il n’en reste pas moins qu’à chaque fois, il s’agit d’expliquer le philosophe napolitain en dehors de son propre système, soit en en isolant un aspect particulier et en lui donnant, de manière parfois discutable, le statut de prisme herméneutique, soit en se focalisant sur sa réception et sur sa « fortune ». Dans cette perspective, et à nouveau malgré l’étonnante vitalité des études vichiennes, rares sont les lectures qui tentent d’aborder le philosophe napolitain de manière globale, de tenter une véritable confrontation avec son système et donc d’en offrir une lecture générale. Le plus souvent, Vico est considéré comme une sorte de réservoir à concept, chacun trouvant au sein de son système la confirmation de sa propre pensée, de sa propre approche. Il en ressort qu’une des grilles de lecture classique consiste à souligner l’extrême « originalité » de Vico, sans que jamais cette originalité soit précisée ou, pour le moins, fasse l’objet d’un accord, certaines lectures voyant cette originalité dans l’archaïsme de la pensée vichienne, d’autres, au contraire, la décelant dans son statut d’avant-garde des problématiques les plus actuelles, par exemple en linguistique, en poétique ou même en psychopédagogie.

2Ce détour par l’état actuel de la recherche sur Vico est nécessaire pour prendre la mesure de l’approche offerte par Marco Vanzulli dans son dernier essai sur Vico. Chercheur à l’université de Milan-Bicocca, Marco Vanzulli développe depuis plusieurs années des recherches innovantes sur le penseur napolitain. On peut citer en particulier une première étude, qui a fait date, consacrée au rapport entre Vico, Hegel et Croce (La scienza nuova delle nazioni e lo spirito dell’idealismo. Su Vico, Croce e Hegel, Milan, Guerini e Associati, 2003), ainsi que les articles qui paraissent dans les Quaderni materialisti, revue dont il est un des principaux animateurs. La perspective de Marco Vanzulli est tout autre dans la Scienza di Vico et propose une lecture beaucoup plus ambitieuse de la pensée vichienne. Il s’agit dans ce texte de revenir au cœur du projet vichien, à savoir sur la nature scientifique de sa Scienza nuova et sur la spécificité de son objet, la « nature commune des nations ». Le plus souvent la critique évite de penser la tension qui résulte de la mise en rapport entre un réquisit épistémologique à prendre au sens fort du terme et un objet qui, par son aspect vague, insaisissable, semble échapper, par sa nature même, aux catégories d’une science de tradition galiléo-cartésienne. Le risque de ces interprétations consiste soit à nier la volonté scientifique de Vico, avec souvent comme conséquence interprétative le fait de ranger le philosophe napolitain parmi les critiques de tradition « humaniste » de la pensée cartésienne, sans que cet « humanisme » soit jamais précisément défini, ou, inversement, de chercher à montrer que Vico forge ex nihilo une science nouvelle, aussi bien pour son objet que pour ses méthodes. Le risque est alors de transformer cette science en un ensemble vague, qui perde toute la vigueur épistémologique que Vico entend fermement lui donner. La force de l’analyse de Marco Vanzulli consiste au contraire à vouloir penser cette double exigence de Vico, malgré le paradoxe apparent. La Scienza nuova est une science au sens fort du terme, qui renvoie à un véritable projet épistémologique, et qui s’affronte à un objet nouveau, le « monde civil des hommes ». La force de Vico est précisément de maintenir jusqu’au bout cette tension et d’élaborer les conditions de possibilité de son dépassement. L’approche de Marco Vanzulli consiste précisément, dans une étude très détaillée et fondée sur les recherches les plus récentes, à sérier les étapes qui permettent à Vico d’aboutir à un tel projet. Le premier chapitre (Vico scienziato) souligne la scientificité du projet vichien, et les cadres épistémologiques qui soutiennent un tel projet, à savoir un nouveau rapport à la jurisprudence, à la rhétorique et aux sciences de la nature. Ces cadres sont relus à partir d’une analyse serrée d’un des principes épistémologiques les plus célèbres de Vico, le verum-factum qui est étudié en seconde partie. La mise en place de ces cadres épistémologiques permet par la suite au chercheur de développer ce qui est au cœur de sa lecture de Vico, à savoir l’idée que la Scienza nuova développe une « méta-anthropologie ». La perspective est ambitieuse et séduisante, dans la mesure où elle se fait l’écho de la tension existante au cœur du système vichien, mais surtout de l’articulation que sa pensée offre entre les systèmes métaphysiques traditionnels issus de l’âge classique et la définition d’une nouvelle anthropologie qui se développe dans le Settecento italien (il suffit, par exemple, de penser à la figure d’Antonio Genovesi). L’étude de Marco Vanzulli s’appuie en particulier sur l’originalité de l’herméneutique vichienne du mythe, véritable « clé » de la Scienza nuova, qui passe par une redéfinition de la sagesse, de la philologie et plus généralement du monde civil. Il n’est évidemment pas possible de détailler la richesse des analyses contenues dans cette étude. Il suffit simplement d’en souligner l’extrême clarté, clarté qui doit être comprise comme une ligne d’interprétation qui assume explicitement sa nouveauté. Pour le dire en termes poppériens, la force de cette lecture de Vico est de prendre le risque d’être « falsifiable », critiquable, mais, du même coup, d’être à même d’offrir une interprétation véritablement nouvelle de Vico, qui aborde le philosophe napolitain non pas sur tel ou tel aspect, mais sur son projet épistémologique général. Il s’agit là d’une qualité rare dans la critique et qui devrait permettre à cette lecture de faire date dans les études sur Vico.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Girard, « Marco Vanzulli, La scienza di Vico. Il sistema del mondo civile », Laboratoire italien [En ligne], 8 | 2008, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/99

Haut de page

Auteur

Pierre Girard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page