Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Caroline Callard, Élisabeth Crouzet-Pavan et Alain Tallon (sous la direction de), La politique de l’histoire en Italie. Arts et pratiques du réemploi (xive-xviie siècle)

Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2014, 360 pages, 24 €
Laurent Baggioni
Bibliographical reference

Caroline Callard, Élisabeth Crouzet-Pavan et Alain Tallon (sous la direction de), La politique de l’histoire en Italie. Arts et pratiques du réemploi (xive-xviie siècle), Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2014, 360 pages, 24 €.

Full text

1L’ampleur chronologique choisie par les concepteurs du volume reflète leur volonté d’adopter une large perspective, ouverte sur les derniers siècles du Moyen Âge et le début de la modernité. Ce parti permet de mettre en lumière un ensemble de schèmes intellectuels et de pratiques politiques qui persistent au-delà des ruptures consacrées par l’historiographie, et révèlent ce que les premiers siècles des temps modernes doivent, non seulement à l’Antiquité restaurée, mais encore et surtout à ce Moyen Âge finissant, véritable terreau d’une régénération du rapport au temps. Dans son introduction, Élisabeth Crouzet-Pavan replace précisément la question du réemploi dans le cadre plus large d’un questionnement sur les rapports de l’histoire et du temps, et rappelle que les usages du passé apparaissent en premier lieu sous la forme d’utilisations politiques de l’histoire, relevant ainsi de plein droit de l’histoire politique elle-même. De ce constat découlent le caractère volontairement pluriel et hétérogène des objets étudiés et la volonté d’interpréter les usages du passé à l’aune de la complexité intrinsèque du présent, considéré comme un « puzzle sémiologique » (p. 14).

2Reflétant cette pluralité, les dix-huit articles de l’ouvrage sont rassemblés en quatre rubriques : « Se souvenir de Rome » ; « Libertas : emplois et réemplois » ; « Dieux, héros et saints » ; « Pesanteur des mots, dynamisme des structures ». Au-delà de cette répartition, l’unité du volume est assurée par l’existence d’un fil directeur fermement relayé par chacune des contributions : la question des usages politiques de l’histoire, qui révèle ainsi son indéniable fécondité. Ce thème unique, qui traverse l’ensemble des subdivisions et des textes, possède par ailleurs l’avantage de contourner ‑ sans les ignorer ‑ les réflexions méthodologiques ou philosophiques sur les rapports entre temps et écriture de l’histoire et de rendre plus fidèlement justice à la variété des pratiques. Les « arts du réemploi » apparaissent ainsi comme une caractéristique essentielle de l’histoire italienne des quatre siècles considérés, et leur étude permet de surcroît de rouvrir, d’une manière qui se veut plus adhérente aux pratiques réelles, la question d’une histoire des temporalités.

3Dans la première partie, quatre articles traitent de la mémoire de l’ancienne Rome entre le xiie et le xvie siècle. L’étude de Paolo Grillo témoigne de ce que la notion de réemploi doit à l’archéologie et à l’histoire de l’art : proposant une nouvelle interprétation du programme iconographique de la Porta Romana de Milan, P. Grillo soutient que la fonction motrice de la cité milanaise dans l’alliance anti-impériale des années 1170 s’est accompagnée d’une mobilisation d’une mémoire politique de Milan comme capitale impériale entre le iiie et le ve siècle ; dans l’article suivant, Jean-Claude Maire-Vigueur démontre avec quelle acuité historique et quelle constance les Romains eux-mêmes recoururent à de multiples réutilisations de concepts et d’institutions politiques de l’Antiquité, non seulement dans le but de répondre à un besoin de légitimité de certaines institutions, mais également afin de régler les rapports entre les différents groupes sociaux face au pape et à l’empereur ; consacrée au xve siècle, l’enquête menée par Amedeo De Vincentiis concerne les stratégies de positionnement pontifical à l’égard de la ville sous Martin v, Eugène iv, Nicolas v, Pie ii, Paul ii et Sixte iv. Loin de vouloir à tout prix remodeler la ville en profondeur, les souverains pontifes – à l’exception de Nicolas v – ne la modifient qu’avec prudence, privilégiant les travaux d’amélioration ou de restauration, de sorte que le rétablissement du pouvoir pontifical sur la ville est caractérisé par une forme de conservatisme ; le dernier article de la section, celui de Benoît Schmitz, pointe les enjeux politiques sous-jacents à l’emploi du terme imperium par la papauté au siècle suivant : si dans un premier temps, les soutiens théoriques de la papauté eurent recours à ce terme pour faire face au double défi de la Réforme et de l’autonomisation des souverainetés temporelles, la fin du siècle voit au contraire l’usage de l’imperium se déprécier au profit de la juridiction universelle de l’Église fondée sur sa nature spirituelle.

4La deuxième partie de l’ouvrage, regroupe des articles qui traitent soit prioritairement de la pratique institutionnelle, soit de l’idéologie politique au sens large, soit des deux à la fois. Les différentes analyses permettent ainsi d’inquiéter efficacement la continuité sémantique et conceptuelle du terme de « libertas ». Lorenzo Tanzini soumet les lettres publiques de Coluccio Salutati à une enquête diachronique qui met en lumière un jeu constant entre transposition rhétorique et réflexion historique. C’est sous une autre forme qu’apparaissent les limites du réemploi dans l’article de Clémence Revest : centrée sur la figure de Brutus, l’analyse de la « fabrique du héros » révèle un art oratoire soucieux de « garantir un équilibre des rapports admis entre idéal historique et réemploi politique », car la foi des humanistes en l’applicabilité des exemples antiques ne va pas sans une conscience des limites de cette exemplarité ; demeurée à l’écart d’une réflexion théorique marquée par le développement de l’humanisme, l’expérience lucquoise, retracée par Diane Chamboduc de Saint Pulgent, témoigne d’une prudence plus grande encore, dans sa manière de déployer une « approche concrète et stratégique » aussi bien dans la mise en forme de la mémoire communale que dans le travail de refonte des normes. Deux articles portant sur le xvie siècle révèlent ensuite les fortunes variables de l’idéal de « libertas » au xvie siècle : le premier, de Carlo Bitossi, concerne la ville de Gênes sous domination espagnole : le maintien de la liberté (désormais conçue comme l’indépendance de la cité sous tutelle espagnole) y est conçu comme indissociable d’une stabilité politique fondée sur l’union des différentes composantes nobiliaires. L’analyse des dissensions persistantes permet de mettre en lumière l’existence d’une frange minoritaire continuant à concevoir polémiquement la « libertas » comme pratique républicaine. Salvatore Lo Re examine de son côté trois textes littéraires évoquant le meurtre du Duc Alexandre par Lorenzino de’ Medici et perçoit la vitalité du républicanisme de certains exilés florentins et la dimension authentiquement politique de leur inspiration, tournée vers une restauration de la liberté florentine.

5La troisième partie, consacrée aux « Dieux, héros et saints », déconstruit en réalité la continuité idéale qui peut exister entre le projet idéologique d’une autorité politique et ses réalisations effectives confiées à des auteurs ou des artistes. Analysant les différents niveaux de présence de la mémoire sacrée dans la chronique des Villani, Anna Benvenuti parvient à démontrer comment la stratification des usages de sources religieuses, et notamment hagiographiques, reflète la politique d'intervention menée par les autorités municipales dans le tissu urbain, politique investissant de plein droit le « système sémantique de la religio citadine » (p. 197) ; Jean-Baptiste Delzant s’emploie à replacer les décorations du corridor du palais Trinci à Foligno dans une histoire de longue durée des cycles narratifs héroïques encomiastiques, pratique à la fois artistique et littéraire, appréhendée comme une authentique « pratique culturelle et politique » et déployée tout au long des xive et xve siècles ; le travail de Paolo Cozzo sur le duché de Savoie nous met en présence d’une véritable fabrique de mythes destinés à renforcer le lien entre la dynastie et l’empire d’une part et d’autre part à se conformer à un modèle de prince défenseur de l’orthodoxie contre l’hérésie, fabrique qui investit notamment et de façon singulière la figure de l’empereur Constantin ; l’article de Marie Lezowski s’intéresse enfin aux actes du procès Giuseppe Ripamonti (prêtre historiographe dépendant du Collège ambrosien), qui fut accusé d’avoir tenté de fuir Milan pour se soustraire à l’autorité de son mécène, Frédéric Borromée : la réception judiciaire du texte est décrite comme un ensemble de réemplois textuels, à la fois avérés ou supputés, et interroge l’écart entre les projets du commanditaire et leur réalisation effective.

6Dans la dernière partie, « pesanteur des mots, dynamisme des structures », le lecteur s’attendrait à ce que soit mise en lumière la créativité des pratiques politiques aux dépens d’une forme de viscosité lexicale. Certains articles analysent plutôt la persistance de schèmes conceptuels et de pratiques caractéristiques de la fin du Moyen Âge jusqu’à une époque avancée de la première modernité. Marco Gentile analyse les différentes formes de vengeance qui structurent les relations entre les familles aristocratiques lombardes ainsi que leur mémoire lignagère au xve siècle, tandis qu’Edward Muir interroge le type de domination exercé par Venise sur le Frioul, considérant comme inopérante la terminologie de la théorie politique, dans la mesure où aucune catégorie ne rend véritablement compte de la façon dont Venise conçut et traita ce territoire comme une « frontière » ; Filippo di Vivo, quant à lui, décrit minutieusement les instruments d’archivage de la chancellerie secrète vénitienne du début du xviie siècle, donnant aux usages de l’histoire un sens nettement technique et pratique ; Angela De Benedictis confronte deux lectures de la « liberté » bolonaise, celle de Camillo Pelotti, patricien immergé dans la vie politique, et celle de Giacomo Certani, religieux professeur de droit : la confrontation fait surgir le même refus que la liberté de Bologne pût être amputée ou même supprimée, refus exprimé au moyen de diverses justifications historiques, notamment une revendication des « mores » bolonais. Dans le dernier article, Angelantonio Spagnoletti examine la place de l’histoire dans l’éducation des princes italiens entre le xvie et la première moitié du xviie siècle, signalant la prévalence incontestée de l’exemplarité antique aux dépens de l’histoire contemporaine, dominée par Machiavel et Bodin.

7De façon indubitable, l’ampleur des questions traitées tout comme la variété des phénomènes étudiés ancrent l’histoire des temps dans une histoire des faits. Il en résulte un sentiment de discontinuité et de fragmentation qui naît des heurts entre les temporalités, quoique affleurent parfois les traces de phénomènes de longue durée (l’histoire de l’exemplarité humaniste, celle de la « libertas » ou encore le « républicanisme citadin »). C’est ainsi souvent dans la confrontation du long terme et des faits examinés que surgit la véritable spécificité du « passé » ainsi construit. Une telle approche appelle et reflète la nécessité de penser la construction historique du présent, ainsi que la composition des temps, question qui, si elle a souvent été abordée de façon abstraite et excessivement théorique, demeure une authentique question historique, éminemment transdisciplinaire. Loin de renvoyer dos à dos, dans deux sphères étanches, les mots et les structures, l’ouvrage présenté illustre combien les instruments ‑ tels que le réemploi ‑ communs à l’histoire institutionnelle, l’histoire de l’art, l’histoire littéraire ou l’histoire de la langue peuvent se montrer féconds dans le champ de l’interprétation des phénomènes politiques.

Top of page

References

Electronic reference

Laurent Baggioni, « Caroline Callard, Élisabeth Crouzet-Pavan et Alain Tallon (sous la direction de), La politique de l’histoire en Italie. Arts et pratiques du réemploi (xive-xviie siècle) », Laboratoire italien [Online], Lectures | 2016, Online since 29 September 2016, connection on 29 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/999

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page