Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Présentation

Laboratoire italien se propose de constituer un lieu de réflexion et de débat pour quiconque s’intéresse à l’Italie en tant que laboratoire politique. Postuler un « laboratoire politique » italien signifie considérer l’Italie, dans sa pluralité et diversité, du Moyen Âge à nos jours, comme un lieu de réalisations et de réflexions politiques spécifiques qui ont pu avoir quelque importance au-delà des frontières de la péninsule. Concevoir l’Italie comme un « laboratoire » signifie aussi, sur le plan de la méthode, promouvoir des analyses fondées sur des expériences autant que sur des textes et des concepts. Il ne s’agit donc pas seulement de faire dialoguer les auteurs mais de les inscrire dans l’histoire brûlante de leur cité et, tout à la fois, dans les traditions textuelles – juridique, littéraire, philosophique, etc. – qu’ils modifient ou enrichissent, de donner de la vie à leurs mots et de les replacer dans le champ des objectifs qu’ils servent et des enjeux qu’ils dévoilent.
Chaque numéro de Laboratoire italien comporte un dossier monographique, des articles de varia, des publications de textes et documents inédits et des lectures d’ouvrages récemment publiés.
Laboratoire italien est une revue publiée par ENS Éditions et qui bénéficie du soutien de l’UMR 5206 Triangle (ENS de Lyon / Université de Lyon) et du Dipartimento di scienze giuridiche de l’Université de Trente.

Latest issue
14/2014
Paroles d’exil. Culture d’opposition et théorie politique au XVIe siècle

Douze ans après une première livraison sur le thème de La République en exil, xve-xvie siècles (Laboratoire italien 3/2002), où était traitée la question des (nombreux) exilés politiques républicains italiens au xvie siècle dans leurs relations avec les États modernes naissants dans le reste de l’Europe, Laboratoire italien a choisi de reprendre cette réflexion sous un angle partiellement différent, et en tenant compte des études qui se sont multipliées depuis lors sur la question. Le sommaire de ce numéro est guidé par un double parti pris. En premier lieu, il s’est agi cette fois de montrer comment la recherche sur l’exil politique à l’intérieur de la péninsule ne peut répondre à une analyse locale et suppose une approche internationale de l’objet d’étude. L’exil politique devient ainsi l’un des multiples champs d’action et banc d’essai de la politique de puissance, en temps de paix comme en temps de guerre. En second lieu, on s’est intéressé à la reprise de l’expérience de l’exil comme opérateur de la réflexion historique dans les siècles suivants, que ce soit dans les pages de Muratori ou dans celles beaucoup plus récentes de Hans Baron.