Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Massimo Baioni, Risorgimento in camicia nera. Studi, istituzioni, musei nell’Italia fascista

Stéphanie Lanfranchi
p. 276-279
Bibliographical reference

Massimo Baioni, Risorgimento in camicia nera. Studi, istituzioni, musei nell’Italia fascista, Turin, Carocci editore, Pubblicazioni del Comitato di Torino dell’Istituto per la Storia del Risorgimento Italiano, 2006, 291 pages, 32,60 €.

Full text

1Depuis ses tout premiers travaux publiés à la fin des années 1980, Massimo Baioni a toujours envisagé les questions de l’histoire à travers le prisme de l’historiographie et de la mémoire. Tout en rappelant en exergue du présent ouvrage que les mémoires et les mythes sont « autre chose » que l’histoire, l’auteur fonde son étude sur le parti pris selon lequel parfois – et notamment dans le cas du Risorgimento, où confluent les thèmes forts de la conscience identitaire nationale – « storia e memoria, veicolate da un fitto e variegato reticolo di canali educativi e di supporti istituzionali, si sono così intrecciate, spesso si sono giustapposte, rendendo complicata l’individuazione precisa del confine che ne separa le rispettive dimensioni » (p. 6).

2C’est donc nourri de cette conviction que, depuis près de quinze ans, Massimo Baioni étudie tout particulièrement l’évolution de l’historiographie sur le Risorgimento, en variant les angles d’attaque et les perspectives. Les perspectives temporelles tout d’abord : dans son livre publié en 1994, La « Religione della Patria ». Musei e istituti del culto risorgimentale (1884-1918) [Quinto di Treviso, Pagus edizioni], il est question du culte du Risorgimento dans l’Italie libérale, de 1884 à 1918 ; le présent ouvrage, publié en 2006, s’inscrit dans la continuité du précédent, et analyse l’évolution et l’organisation des études historiques sur le Risorgimento durant le Ventennio fasciste. Les perspectives thématiques et institutionnelles ensuite : pour donner à voir la pluralité des lieux de « fabrication de la mémoire » durant cette période, et notamment pour prendre en considération différents niveaux d’élaboration, Massimo Baioni a choisi comme objets d’études privilégiés les musées du Risorgimento de plusieurs villes italiennes, ainsi que plusieurs centres d’études sur le Risorgimento à la vocation institutionnelle et scientifique divergente. En 1997 déjà, il avait publié un article dans la revue Passato e presente sur la création et la gestion de l’Istituto per la storia del Risorgimento italiano pendant le fascisme (« Fascismo e Risorgimento : L’Istituto per la storia del Risorgimento italiano », Passato e Presente, XV, 1997, n° 41, p. 45-75). Son domaine d’études s’élargit ici et se diversifie pour englober désormais des instituts concurrents : on y trouve encore, bien entendu, la Società nazionale per la storia del Risorgimento italiano, qui, fondée en 1907, devient en 1935 l’Institut susmentionné ; mais aussi le Comitato nazionale per la storia del Risorgimento italiano, un organisme gouvernemental créé en 1906 et dissous en 1933.

3Le livre qui nous est offert aujourd’hui apparaît donc comme une œuvre de synthèse après une décennie d’études extrêmement détaillées et analytiques, où les nombreuses collaborations de Baioni dans le débat historiographique sur le Risorgimento et le fascisme, aux côtés d’historiens italiens et français spécialistes des deux périodes, tels que Mario Isnenghi, Gilles Pécout et Gabriele Turi, semblent avoir porté leurs meilleurs fruits. Exploitant en effet les fonds des instituts et des musées du Risorgimento, ainsi que les archives privées de quelques grands protagonistes de l’historiographie sous le Ventennio comme Gioacchino Volpe et surtout Cesare Maria De Vecchi Di Val Cismon, Baioni parvient à reconstituer le panorama complexe des études sur le Risorgimento et du culte mémorial qui va s’organisant durant les années 1920 et 1930.

4Son exposé allie la scansion chronologique à celle plus proprement thématique. Le premier chapitre met en évidence la manière dont, après la Première Guerre mondiale, les interprétations nationalistes du Risorgimento s’intègrent naturellement dans les structures historiographiques du fascisme montant. Aussi les musées du Risorgimento des villes-phares du nationalisme et de l’irrédentisme italien d’après-guerre, Trente et Trieste, sont-ils ici étudiés avec une attention particulière, comme lieux de transition idéologique caractéristiques d’une époque charnière. Les trois chapitres successifs se concentrent, en revanche, sur les années 1930, car une nouvelle époque s’ouvre pour l’historiographie du Risorgimento avec les célébrations décennales de la marche sur Rome en 1932. Elle vise désormais à ancrer le fascisme dans l’histoire nationale, en le présentant comme l’aboutissement d’un processus que le Risorgimento n’aurait fait qu’entamer, mais, hormis ce point consensuel, de fortes divergences existent au sein même des rangs fascistes. La ligne interprétative de De Vecchi di Val Cismon consiste en l’accentuation du rôle de la dynastie des Savoie dans l’histoire du processus unitaire, et en une considération prépondérante, sinon exclusive, de son versant militaire. Un tel parti pris rend le discours sur le Risorgimento strictement événementiel, s’opposant ainsi à l’école de Volpe, qui cherche à en retracer les origines et le développement par le biais d’études sociales, économiques et culturelles sur les xviiie et xixe siècles italiens. Enfin, la position de Giovanni Gentile donne un éclairage plus philosophique à la question du Risorgimento, pour insister davantage sur les précurseurs d’une théorie de l’État parmi les patriotes du xixe siècle, en premier lieu sur Mazzini et Gioberti.

5Ces divergences théoriques, longuement décrites dans le troisième chapitre, se reflètent déjà dans le chapitre précédent, où Baioni décrit la dynamique des pouvoirs entre ces protagonistes du monde culturel fasciste et la nouvelle répartition des organes et des institutions liés à l’histoire du Risorgimento. Après la tentative avortée de Gentile de faire mainmise sur ce secteur de l’historiographie en dissolvant le Comitato nazionaleen 1933 et en le refondant dans l’Istituto storico per l’età moderna e contemporanea en 1934, c’est finalement son « adversaire », De Vecchi di Val Cismon, qui en prend le contrôle, en cumulant la présidence de la Giunta Centrale per gli studi storicien 1934, la direction de la Società (puis Istituto) nazionale per la Storia del Risorgimentoet de son organe officiel, Rassegna storica del Risorgimento. C’est alors l’interprétation « sabaudo-fascista » du Risorgimento qui prévaut nettement à la fin des années 1930 au sein de l’historiographie du régime, sous la houlette de De Vecchi et d’Alberto Maria Ghisalberti, le secrétaire général de l’Istituto. Le dernier chapitre traite de l’influence que cette ligne, désormais considérée comme officielle, parvient à exercer auprès des structures locales, et notamment auprès des musées du Risorgimento situés dans les différentes villes italiennes. Dans ce mouvement du centre vers la périphérie, Baioni prête une attention particulière au musée de Turin, dans la mesure où il profite du rôle prépondérant attribué par cette interprétation historiographique à la région du Piémont. Enfin l’épilogue retrace les dernières heures de l’historiographie fasciste sur le Risorgimento pendant la Seconde Guerre mondiale, en décrivant l’inévitable ralentissement de sa production, mais aussi son orientation manifeste vers les thèmes de l’impérialisme méditerranéen.

6Au terme de ce parcours chronologique, qui, d’une guerre à l’autre, mène le lecteur à travers l’analyse approfondie des principales structures, interprétations et personnalités de l’histoire du Risorgimento, il est possible de nuancer considérablement, voire d’infirmer totalement l’assertion simpliste héritée de la critique de Croce, selon laquelle, d’une part, le fascisme représenterait historiquement un anti-Risorgimento et, de l’autre, que les termes de fascisme et de culture seraient antithétiques. Il ressort de cette étude au contraire un débat complexe et dynamique, nourri de multiples foyers, et s’exprimant au travers de nombreuses institutions concurrentes. Or, ces dernières, tout en cherchant à inscrire le fascisme dans la continuité de l’histoire italienne et donc à le légitimer, n’ont pas seulement contribué à enrichir l’interprétation du Risorgimento ; elles ont également participé à l’éducation patriotique et historique de générations entières d’Italiens – simples visiteurs de musées – mais surtout d’historiens, dont les fruits scientifiques constituent la culture historiographique de l’après-guerre. Au demeurant, le propos de Baioni n’est certainement pas de réhabiliter les contenus et les méthodes de l’historiographie sur le Risorgimento à l’époque fasciste, mais son ouvrage permet de mieux comprendre le terreau culturel, les enjeux idéologiques et les dynamiques de pouvoir qui marquent la formation de la plupart des historiens italiens d’après-guerre.

Top of page

References

Electronic reference

Stéphanie Lanfranchi, « Massimo Baioni, Risorgimento in camicia nera. Studi, istituzioni, musei nell’Italia fascista », Laboratoire italien [Online], 8 | 2008, Online since 07 July 2011, connection on 20 July 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/105

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page