Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Philologie et politique

À quoi sert encore la philologie?

Politique et philologie aujourd’hui
Frédéric Duval
p. 17-40

Abstracts

À l’heure où le statut des sciences humaines est fragilisé, cette contribution veut légitimer la philologie en interrogeant ses relations avec le politique. Limité chronologiquement aux dernières décennies, l’exposé, ouvert à plusieurs traditions nationales, privilégie l’espace français. Après une brève mais inévitable définition de la philologie, sont dans un premier temps passées en revue les fonctions politiques traditionnelles attachées à la discipline, telles qu’elles s’exerçaient déjà au temps d’un Gaston Paris. Sont ensuite examinées des fonctions qui ont pris depuis un plus grand relief, comme l’accès et la conservation du « patrimoine écrit», le salutaire décalage qu’instaure la philologie dans la course effrénée vers la modernité et enfin le terrain privilégiée qu’elle offre à l’expérience de l’altérité. La contribution se clôt par le regain de faveur qui semble toucher la philologie dans le sillage des « sciences du texte» et de l’herméneutique.

Top of page

Full text

1Qui pourrait nier que l’ère du soupçon se prolonge? Les sciences humaines, moins adaptées que les sciences dures pour répondre au dogme de la rentabilité, se sentent menacées, d’autant que les approches cognitivistes et le retour en force de l’herméneutique les ont forcées à abandonner leur prétention à une vérité absolue. L’approfondissement des connaissances, conjugué à une spécialisation toujours plus poussée et à un discours de plus en plus hermétique, a par ailleurs eu tendance à marginaliser les sciences humaines et à éloigner le chercheur du reste de la société, qui pourtant le finance.

  • 1 Voir par exemple S. Menant, « Littérature et enseignement : la réduction polymathique», Revue d’his (...)

2À l’orée du xxie siècle, les bilans se sont multipliés. La plupart s’interroge sur la place de telle ou telle discipline dans l’enseignement secondaire, débouché naturel de la recherche universitaire. L’histoire a partiellement échappé à ce débat grâce à l’instrumentalisation politique dont elle fait l’objet dans les collèges et les lycées : sa fonction, qui se rapproche de celle de l’éducation civique, n’est-elle pas de former un « bon citoyen»? La littérature, en revanche, concurrencée par la linguistique, l’image et l’argumentation, accusée de favoriser la reproduction des élites, a été mise en demeure de justifier sa place dans le système éducatif. Malheureusement, cette place semblait si évidente et si assurée qu’on avait depuis longtemps cessé de la défendre et de nourrir une argumentation en phase avec la société à laquelle on destinait l’enseignement de la littérature. À lire certains argumentaires, on se croirait volontiers revenus à la fin du xixe siècle1. La défense du latin et du grec a connu les mêmes difficultés et s’est largement discréditée en énumérant des arguments éculés, mille fois ressassés, qui ne pouvaient convaincre que ceux qui les utilisaient.

3Je tâcherai d’éviter cet écueil en m’interrogeant sur les relations actuelles entre le politique et la philologie. En France, ce sujet peut prêter à rire, parce que le philologue est surtout un personnage de roman, éloigné du monde, que l’on imagine âgé et perdu dans la poussière de ses papiers. En outre, cliché mis à part, la philologie n’est plus enseignée sous ce nom que dans quelques rares institutions, certes prestigieuses, mais assez marginales. La question n’est pourtant pas si incongrue qu’il y paraît à première vue. La philologie étant pratiquée dans un cadre public, elle est financée par l’argent des contribuables et doit à ce titre rendre des comptes à la société. Le maintien d’une activité philologique suppose une justification préalable afin d’asseoir sa reconnaissance et sa légitimité. À l’heure où les dépenses publiques sont examinées à la loupe, il n’est pas inutile de se demander à quoi sert encore la philologie.

  • 2 U. Bähler, Gaston Paris et la philologie romane, avec une réimpression de la Bibliographie des trav (...)
  • 3 Ibid., p. 220.

4Quoique salutaire, l’exercice est délicat. Comme l’a souligné Ursula Bähler, le discours philologique a perdu depuis longtemps son caractère autoréflexif2. Le contraste est immense entre la production d’un Gaston Paris, qui ne cesse de clamer l’intérêt de son travail pour la société, et les textes philologiques modernes, dont une grande majorité est marquée par « l’absence quasi totale de toute réflexion dépassant le strict cadre de l’objet étudié». Tout se passe comme si les considérations plus larges censées justifier les ressources allouées à la discipline n’étaient plus dignes d’être publiées. Face à la nécessaire légitimation de disciplines qui ne sont liées à aucune application concrète, l’attitude des universitaires français est souvent nonchalante. Certains se satisfont de la prétention d’être les héritiers de la « République des lettres», de former une intelligentsia, dont – on ne sait pourquoi – l’État ne saurait se passer. D’autres, plus hédonistes, savourent les délices tout égoïstes de leur tour d’ivoire et le privilège de ne pas avoir à partager les préoccupations du vulgaire. Enfin, quelques cyniques avouent bien volontiers en privé qu’ils sont des parasites de la société et que leur travail ne sert à rien, sinon à leur propre satisfaction. Il est vrai que, dans notre époque désenchantée, on ne croit plus guère, comme Gaston Paris, que l’accroissement des connaissances, « en déracinant les préjugés et en augmentant le savoir sur l’homme et sur le monde, mène[ra] à l’affranchissement matériel et moral de l’humanité»3.

  • 4 B. Cerquiglini, Éloge de la variante, Histoire critique de la philologie, Paris, Seuil, 1989.
  • 5 La Revue des langues romanes, CVI, 1, 2002a consacré à cet événement un numéro spécial, intitulé Ga (...)
  • 6 U. Bähler, « Philologie als Lebensform», Vox Romanica, LXIII, 2004, p. 153-168.

5À défaut de s’interroger sur la situation de la philologie hic et nunc, lors de la polémique sur la « nouvelle philologie», la plupart des philologues français ont éludé le débat, leur réponse consistant le plus souvent à réhabiliter les « dinosaures» attaqués par Bernard Cerquiglini4. C’est ainsi qu’on célébra bien fort en 2003 le centenaire de la mort de Gaston Paris5. Dans un article récent, U. Bähler propose une méditation sur la philologie comme mode de vie d’après Gaston Paris…6 Mais pourquoi faudrait-il continuer à se raccrocher à une autorité tutélaire qui vivait dans des conditions intellectuelles, scientifiques et sociales bien différentes des nôtres? Le monde de Paris et de Bédier est révolu. La réflexion de Gaston Paris sur la philologie s’inscrivait dans la « scientifisation» de la discipline, alors qu’aujourd’hui la philologie se « déscientifise», comme bien d’autres prétendues « sciences humaines». Il paraît plus économique et plus pertinent de poser directement le problème de la place, des méthodes et du rôle de la philologie en 2007, sans rappeler les positions aujourd’hui anachroniques de nos grands anciens.

  • 7 Voir F. Duval éd., Pratiques philologiques en Europe. Actes de la journée d’étude organisée à l’Éco (...)

6Limité chronologiquement, mon exposé le sera aussi géographiquement. Je suis trop conscient des différences de pratiques et de conceptions de la philologie d’un pays à l’autre de l’Europe pour prétendre à un discours à valeur générale7. Même si des exemples empruntés à diverses traditions nationales sont convoqués çà et là, le point de vue est celui d’un philologue français. Enfin, je me suis efforcé de ne pas confondre la philologie et l’ensemble des sciences humaines et de ne présenter que des arguments qui sont spécifiques à cette discipline. Seuls les arguments spécifiques, en effet, sont recevables : quand on défend l’enseignement de la littérature sous prétexte qu’il encourage la créativité, la portée de l’argument est faible, parce qu’un enseignement d’arts plastiques parvient au même résultat. Cette dernière limite impose de commencer par une inévitable définition de la philologie dans le champ des sciences humaines, avant d’en venir à ses rapports avec le politique.

Définir la philologie

  • 8 Aristote, Politiques, I, ii, § 10 : « Car un tel homme est du même coup naturellement passionné de (...)

7Un simple syllogisme pourrait suffire à prouver les liens entre philologie et politique. Au début de sa Politique, Aristote affirme que l’homme est un animal politique parce qu’il est un animal parlant, doué de logos et pas seulement de phone: le logos, langage et raison, est le médium par lequel on distingue le juste et l’injuste, grâce auquel, donc, on peut fonder une cité et débattre du bien public8. Comme la philologie étudie la parole des hommes, elle revêt ipso facto un statut éminemment politique.

8Ce raisonnement est évidemment trop hâtif, car la philologie, qui n’a jamais cessé d’être multiforme, ne se résume pas à l’étude généralisée de la production langagière. Au cours de sa longue existence, elle a pris de nombreuses acceptions, s’est spécialisée, a suivi des méthodes différentes et a généré des sous-disciplines. La célèbre définition de l’Encyclopédie montre bien l’embarras que l’on pouvait éprouver à la fin du xviiie siècle pour définir cette « espèce de science» :

  • 9 Diderot et d’Alembert, Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, (...)

philologie, s. f. (Littérat.) : espèce de science composée de grammaire, de poétique, d’antiquités, d’histoire, de philosophie, quelquefois même de mathématiques, de médecine, de jurisprudence, sans traiter aucune de ces matières à fond ni séparément, mais les effleurant toutes ou en partie.9

9Quelque deux cents ans plus tard, P. Zumthor, dans le bel article de l’Encyclopaedia Universalis consacré à la philologie, s’est trouvé aux prises avec les mêmes difficultés de délimitation :

  • 10 P. Zumthor, « Philologie», Encyclopaedia Universalis.

Le sens du mot « philologie» (spécialement imprécis dans l’usage français) ne peut guère se définir que par opposition avec d’autres termes, parfois à peine moins vagues : linguistique, critique littéraire, histoire de la littérature. Le champ d’application de la philologie recouvre partiellement les divers domaines ainsi désignés, tout en conservant une spécificité qui, il est vrai, s’est beaucoup estompée durant la première moitié du xxe siècle. […] Dans son acception la plus générale, la philologie peut être considérée de trois points de vue : elle vise à saisir, dans leurs manifestations linguistiques, le génie propre d’un peuple ou d’une civilisation et leur évolution culturelle; elle résulte de l’examen des textes que nous a légués la tradition en question; elle embrasse non seulement la littérature, mais tout l’écrit. Dans la pratique, la philologie tend à se ramener à l’interprétation textuelle des documents. On peut donc dire à la fois qu’elle est et qu’elle n’est pas une discipline particulière […].10

  • 11 Voir J. Arbuckle, « August Schleicher and the linguistics/philology dichotomy: a chapter in the his (...)

10L’histoire récente de la philologie, on le sait, est celle d’un fractionnement, qui a frôlé l’atomisation. Dans l’introduction de Die Sprachen Europas, publié à Bonn en 1850, August Schleicher a distingué pour la première fois la linguistique (qu’il appelait Glottik) et la philologie. Alors que la philologie étudie « das geistige Wesen und Leben eines oder mehrerer Volkstämme» et qu’elle appartient essentiellement à l’histoire, la linguistique n’entretient pas de liens directs avec l’histoire, bien qu’elle soit constitutive de l’histoire humaine11. Vers 1880, Gustav Gröber distingue à son tour une « philologie réelle» (Sachphilologie), liée aux textes, et une « philologie pure», consacrée à l’étude des documents anciens de la langue.

  • 12 Sur cette évolution, voir K. Busby, « Doin’ philology while the -isms strut», inTowards a synthesis (...)

11C’est ainsi que la philologie se révéla progressivement inadaptée à l’institution universitaire, dont la spécialisation croissante se prêtait mal à une discipline aux ambitions et aux méthodes pluridisciplinaires. L’évolution positiviste de la pratique philologique au cours du xixe siècle a presque naturellement conduit à la séparation, au sein de l’université, entre les disciplines qui s’attachent à la matérialité du texte et celles qui traitent de son interprétation12. L’étude du sens fut alors confisquée par l’herméneutique, dégagée des études bibliques. Tandis que se développait, en partie grâce aux néo-grammairiens, une linguistique bientôt indépendante, l’histoire de la littérature se constituait avec ses propres méthodes et son idéologie particulière. En France, la philologie fut rapidement absorbée par des départements de langue et de littérature. Les prétentions scientifiques de ses disciplines ancillaires ont également favorisé son démembrement : de la critique des textes se dégageaient la paléographie et la codicologie; de leur interprétation, la stylistique. Les réactions de certains contre ce qui leur apparaissait comme un émiettement freinèrent à peine cette évolution.

  • 13 Nous parlons ici de la France. En Italie, la situation est très différente, même si la définition r (...)
  • 14 Voir Margaret E. Winters et G. S. Nathan, « First he called her a philologist and then she insulted (...)

12On comprend que, dans ces conditions, la notion de philologie se soit beaucoup appauvrie et que le mot lui-même ait eu tendance à tomber en défaveur13. Une enquête menée auprès d’universitaires américains a montré qu’une partie d’entre eux ignoraient ce qu’était la philologie et que les autres la considéraient le plus souvent comme une branche « obsolète» de la linguistique14. En fait, le substantif « philologie» a pâti de la coexistence d’un sens très large et d’un sens étroit. La philologie recouvrait encore pour E. Curtius toute recherche savante sur la littérature; elle correspondait à l’étude archéologique du langage, de la littérature et de la culture en général, visant la reconstruction historique d’une époque irrémédiablement étrangère par l’effet du temps. Les acceptions plus restrictives ont depuis triomphé et la philologie, en France, réfère surtout à la critique textuelle et, plus précisément encore, à l’édition critique de textes. Mais comme, en vertu du cercle herméneutique, l’établissement d’un texte ne peut s’opérer sans reconstruction de la signification textuelle à travers l’interprétation grammaticale, individuelle, historique et générique, les contours de la philologie demeurent flous.

  • 15 Voir M. E. Winters et G. S. Nathan, art. cité, p. 360.

13Du fait de ses relations problématiques avec d’autres disciplines, dont le statut a fortement évolué depuis un siècle, la philologie pourrait se définir par une structure « prototypique» : au centre, figurerait l’« étude des textes écrits», en relation, d’une part, avec des études linguistiques (elles-mêmes réparties en linguistique historique et en linguistique générale) et, d’autre part, avec des études « culturelles», portant sur tous types de textes, mais de préférence littéraires15.

14Les rapports de la philologie avec d’autres disciplines ont fait couler beaucoup d’encre et dépendent fortement de traditions nationales. Selon qu’on adopte un point de vue historique ou actuel, les conclusions varient. Ainsi, la linguistique, de même que la critique littéraire sont historiquement des « sous-disciplines» de la philologie, mais le rapport de subordination a tendance à s’inverser au regard de la situation contemporaine : la philologie, réduite à l’ecdotique, se voit désormais couramment sommée de fournir des matériaux plus ou moins élaborés au linguiste et au critique.

  • 16 Une vue synthétique sur cette question est présentée par D. R. Kelley, « Philology and history», Th (...)
  • 17 « Étudier l’histoire d’une ancienne société dans les livres modernes, si remarquables que soient pl (...)

15Philologie et histoire ont été associées pendant des siècles16. L’étude philologique des textes devait aboutir à une histoire culturelle globale. Que l’orientation de la philologie fût textologique ou linguistique, elle s’inscrivait dans une perception historique des faits de langue et d’écriture. Au xixe siècle, l’histoire et la philologie ont revendiqué un statut critique et scientifique. L’historiographie s’est alors professionnalisée et a divorcé des préoccupations culturelles plus larges de ses fondateurs humanistes. Selon l’extension que l’on donne à la philologie, son articulation avec l’histoire varie. Si l’on entend la philologie comme établissement et interprétation des textes, elle est alors au service de l’histoire. La méthode historique définie par Fustel de Coulanges dans ses Questions historiques l’illustre parfaitement17. L’enseignement de la philologie romane à l’École des chartes correspond encore à cette orientation.

16Les liens entre philologie et linguistique ont été mis à mal en France par le structuralisme. La mutation de la linguistique en « sciences du langage» a sonné l’heure de son divorce avec la philologie de tradition humaniste. Du coup, l’érosion de la culture littéraire s’est nettement fait sentir dans le camp des linguistes, qui ont privilégié la formalisation théorique au contact avec les textes. L’une des conséquences les plus visibles est que la plupart des éditions de texte sont publiées en France par des chercheurs de formation littéraire. En Allemagne, où la question des rapports entre philologie et linguistique a donné lieu à maints débats, la fracture n’a pas été aussi importante, surtout dans le domaine de la philologie romane. L’Allemagne s’est, en effet, illustrée, durant tout le xxe siècle, par des travaux philologiques d’orientation linguistique et par un net intérêt pour l’histoire de la langue.

  • 18 Voir Storia della letteratura italiana, E. Malato dir., vol. 11, La critica letteraria dal Due al N (...)
  • 19 C. Segre, Ritorno alla critica, Turin, Einaudi, 2001, p. 83.

17Pour une philologie qui visait la compréhension d’une civilisation dans la totalité de ses pratiques symboliques, la littérature était un champ d’investigation majeur. La philologie et la critique littéraire se recoupaient donc partiellement. Aujourd’hui, la littérature n’est plus le centre de gravité de la culture et ne constitue plus un accès privilégié à l’ensemble des pratiques symboliques auxquelles la philologie comme science totale des civilisations s’intéressait. Dans son acception plus restreinte de critique textuelle, la place accordée à la philologie au sein des recherches littéraires et en particulier de la critique est particulièrement réduite en France. Même si la philologie contribue effectivement à faire progresser notre connaissance de la littérature, les manuels de critique littéraire à l’attention des étudiants réservent à la philologie une place réduite, quand elles l’évoquent. Là encore, des spécificités nationales se dessinent. La pente longtemps structuraliste de la critique française a rejeté l’approche philologique. La datation des textes, leur attribution, leur contexte immédiat de production et de réception sont des problèmes qui ont souvent été jugés trop peu formalisés ou théoriques pour avoir droit de cité. Ils relèvent de l’histoire littéraire et non de la prestigieuse critique. Il en va très différemment de l’Italie, où la tradition philologique irrigue et se fond avec la critique depuis les origines, comme le rappelle le récent volume de la Storia della letteratura italiana consacré à la critique18. La proximité des deux disciplines peut aller jusqu’à leur identification, notamment chez C. Segre : « Aggiungo che la filologia alla fine si rivela una cosa sola con la critica ; non solo, ma della critica possiede molte chiavi mancanti a chi sia estraneo al lavoro filologico.»19Outre la philologie d’auteur, la « critique des variantes d’auteur» constitue une branche active de la critique littéraire italienne contemporaine.

  • 20 Voir par exemple M. Contat et D. Ferrer, « Introduction», Pourquoi la critique génétique? Méthodes, (...)

18En France, l’étude des manuscrits modernes autographes a conduit au rapprochement de la critique et de la philologie au sein de la critique génétique. C’est pourtant une dimension polémique – en réaction à la philologie « traditionnelle» – qui a présidé à la « création» de la critique génétique, que les Italiens pratiquaient depuis longtemps déjà sous le nom de « philologie d’auteur». Malgré des emprunts massifs au structuralisme, la philologie « traditionnelle» a servi plus ou moins inconsciemment de modèle aux généticiens, qui continuent souvent à la caricaturer sans toujours chercher à tirer profit de l’expérience accumulée sur les manuscrits allographes20.

  • 21 Cité dans J.-P. Rioux et J.-F. Sirinelli, Histoire culturelle de la France, t. 4, Le temps des mass (...)

19En France, la philologie ne s’est pas remise du structuralisme et du succès à l’exportation de la French Theory. Par définition anti-structurale, la philologie ne pouvait abandonner l’homme, considéré par le courant anti-humaniste qui apparaît dans les années 1960 comme un artifice, masquant les réalités tangibles sécrétées par les structures profondes. Elle ne pouvait s’accommoder de la célèbre déclaration de Michel Foucault, dans Les mots et les choses (1966) : « De nos jours on ne peut plus penser que dans le vide de l’homme disparu.»21

  • 22 J. Allières, Manuel de linguistique romane, Paris, Champion, 2001. Signalons, en outre, que le prix (...)

20Devenue suspecte et honteuse, la philologie a réduit ses prétentions et a changé de nom. En France, on parle aujourd’hui d’« édition de texte». Aucun manuel de philologie française n’est disponible sur le marché. Quant au seul manuel de philologie romane récent22, il ne fait aucune place à la critique textuelle et traite uniquement de linguistique comparée. Les institutions qui, à l’instar de l’École des chartes ou de l’École pratique des hautes études, ont conservé des chaires de philologie romane sont marginales. Quant à l’université de Strasbourg, les chaires de linguistique et de philologie romane y sont rattachées au département de sciences du langage.

  • 23 B. Cerquiglini, op. cit.
  • 24 « The consensus seems to be that medieval philology has been marginalized by contemporary cognitive (...)

21Il faut ajouter que la crise provoquée par le structuralisme s’est trouvée poursuivie et redoublée à la fin des années 1980 par la polémique lancée par l’Éloge de la variante de Bernard Cerquiglini23. La philologie fut accusée d’être archaïque et emblématique d’une résistance farouche à la théorie. C’est ainsi qu’en 1990 Stephen G. Nichols prétendait, dans un article plein d’acrimonie, combattre la conception anachronique de la philologie et réduire du même coup son isolement par rapport aux autres sciences cognitives (linguistique, anthropologie, histoire, études culturelles)24. Loin d’être original, ce débat reprenait l’opposition mise en évidence par Vico dans le De nostri temporis studiorum ratione entre le sensus communis et la critica. Les études philologiques et historiques reposent par évidence sur le sens commun, puisque c’est lui qui commande l’existence morale et historique de l’homme, telle qu’elle prend forme dans ses actions et dans ses œuvres. Si la polémique a provoqué une autoréflexion bénéfique sur les pratiques philologiques, elle a surtout contribué, par l’outrance de certaines positions, dans un camp comme dans l’autre, à marginaliser encore davantage la philologie en France. Qualifiée de « vieille», la philologie s’est trouvée menacée à la fois par son absence de théorisation qui l’a fait rejeter par de nombreux intellectuels français et par son érudition aride, qui l’éloigne d’un large public.

Fonctions politiques traditionnelles de la philologie

22Dans ces conditions, on pourrait se demander quelles peuvent bien être les fonctions politiques de la philologie et s’il vaut encore la peine de poser cette question. Il est, en effet, manifeste que le rôle politique de la philologie s’est considérablement modifié depuis l’époque de Gaston Paris et de Joseph Bédier, tant à cause de l’évolution de la discipline qu’à cause de l’évolution de la société. Mais plusieurs de ses fonctions traditionnelles se maintiennent, même si elles ont subi un net repli.

Le philologue et l’intellectuel

  • 25 M. Winock, « À quoi servent (encore) les intellectuels?», Le débat, 110, 2000, p. 39-44, citation à (...)

23En France, la relation entre le politique et une discipline passe, entre autres, par la faculté de la dite discipline à produire des intellectuels. Cette espèce très hexagonale rassemble des « êtres de pensée qui, à certains moments, interviennent dans la vie politique par d’autres voies que la campagne électorale, le débat parlementaire, l’action gouvernementale […] pour rappeler des principes ou protester contre les abus de la raison d’État»25. L’homme de cabinet ou de bibliothèque, l’homme de science n’est donc pas un intellectuel stricto sensu s’il n’intervient pas directement dans le champ politique.

  • 26 U. Bähler, art. cité, p. 153.

24Les intellectuels sont nés en France avec le « J’accuse» de Zola et l’affaire Dreyfus. Or, plusieurs philologues de premier plan se sont impliqués dans l’Affaire, non en raison de leur conviction personnelle, mais, comme le souligne U. Bähler, « en raison de leur ethos professionnel, développé au cours du processus de scientifisation de leur discipline à partir des années 1860»26. Appelés à se prononcer sur la pièce maîtresse du procès, le fameux « bordereau» dont il fallait examiner l’écriture, ils contribuèrent à faire éclater la vérité.

  • 27 Loc. cit.

25Pour ces chercheurs, la philologie, « loin d’être une discipline scientifique dont l’impact se limite aux objets de recherche étudiés», est un « mode de pensée dont l’un des traits marquants était l’aspiration à l’universel et au dépassement de catégories invétérées, mais encore accédait au statut d’une véritable forme de vie»27. Les fondateurs de la philologie moderne sont convaincus et proclament dans leurs écrits que le philologue a un rôle à jouer dans la cité.

  • 28 Voir la mise au point définitive d’A. Corbellari, Joseph Bédier, écrivain et philologue, Genève, Dr (...)

26Mais l’implication dans le champ politique est affaire de personne plus que de discipline. Ainsi Joseph Bédier, véritable ambassadeur de la culture française, s’est-il « engagé» en insistant sur les aspects patriotiques de la littérature médiévale, terreau culturel de l’Europe. Son engagement durant la Première Guerre mondiale est désormais bien connu28. J. Bédier est l’auteur de la brochure intitulée Les crimes allemands d’après des témoignages allemands, parue en 1915. Quoiqu’il prétende mettre sa rigueur de philologue au service de l’examen des carnets allemands qu’il traduit, une étude fine révèle ses partis pris. Durant toute la guerre, l’état-major français a commandé à Bédier des articles publiés dans les journaux, qui ont été réunis en recueil en 1919, sous le titre de L’effort français.

27Au début du xxe siècle, les belles lettres n’avaient pas encore perdu le prestige que les sciences et techniques n’allaient pas tarder à leur ravir. Les professeurs d’université étaient fort peu nombreux, ce qui les exposait facilement sur la scène politique et leur conférait une audience ou, du moins, une autorité réelle. Les disciplines ne s’étaient pas atomisées en une multitude de spécialités extrêmement pointues. Du coup, les philologues conservaient une compétence généraliste qui justifiait des interventions plus nombreuses. En outre, l’écrit dominait encore pour quelque temps la culture. Enfin, et c’est peut-être l’essentiel, notre époque, caractérisée par la fin des idéologies, semble avoir sonné le glas des certitudes. À l’heure où Bédier faisait graver le mot « vérité» sur sa tombe, l’engagement était plus « facile». Depuis, la vérité s’est faite plurielle, mouvante et surtout inaccessible. Ces quelques mutations, que l’ont pourrait aisément détailler, montrent combien le champ d’action du philologue ex disciplina dans le domaine politique s’est restreint.

Philologie et corpus

28Du côté de l’édition des textes, les philologues ont contribué, surtout pour les périodes anciennes, à fixer le canon littéraire et culturel national en rassemblant des classiques. Ces entreprises éditoriales de grande ampleur, comme les Classiques français du Moyen Âge, ont contribué, par leurs débouchés dans l’enseignement, à forger une représentation mentale de la nation et à donner à ses membres des repères identitaires. Désormais, la liste des classiques est quasiment close et les textes inédits nouvellement publiés ont fort peu de chance de l’intégrer.

  • 29 R. T. Conn, The Politics of philology: Alfonso Reyes and the invention of the latin american litera (...)

29Mais, si le canon des classiques est fixé dans les pays de la vieille Europe, les philologues ont encore un rôle à jouer dans de nombreux pays, qui n’ont pas encore achevé le recensement et la publication de leur patrimoine littéraire. L’exemple mexicain d’Alfonso Reyes (1889-1959) est significatif à cet égard29. À partir de l’héritage philologique du xixe siècle européen, Reyes et le dominicain Pedro Henríquez Ureña entreprirent de confectionner, vers la fin de la dictature de Porfirio Díaz et au début de la révolution mexicaine, un corpus de textes littéraires et érudits rivalisant dans son ambition avec ceux d’Ernest Renan et de Matthew Arnold. S’appuyant sur les conceptions de Herder unissant langue, littérature et culture, leur travail servit de fondement à des revendications linguistiques, et par-delà politiques, sur l’espagnol, une langue qui devait appartenir autant aux Mexicains qu’aux Espagnols.

30À un niveau inférieur à celui de la sélection des textes, les normes scientifiques adoptées par les éditeurs ne sont pas sans conséquences politiques. En France, par exemple, les textes postérieurs au xvie siècle sont systématiquement présentés dans une orthographe modernisée. Les lecteurs ordinaires – non universitaires – de la littérature française n’ont donc de contact qu’avec un artefact linguistique qui accrédite l’idée d’une stabilité du système graphique et vient renforcer les réflexes puristes. La relation à la langue provoquée par cette modernisation tend à minorer les dialectes et les régionalismes, et par là à renforcer le jacobinisme, ce qui affecte la centralisation étatique et les identités régionales.

31Par ailleurs, face à l’accélération de l’histoire, à la déchristianisation et à la perte des références classiques latine et grecque, la réception des textes anciens requiert une annotation toujours renouvelée. Le travail du philologue, conçu comme la facilitation de l’accès aux textes du passé, ne se limite pas à l’établissement du texte. Le commentaire, qui repose souvent sur une accumulation de strates précédentes d’annotations, est une opération moins spectaculaire que l’établissement d’un corpus a nihilo, mais son enjeu est capital pour maintenir un contact avec le passé.

Philologie et prestige de la nation

  • 30 Voir par exemple I. Short, « Patrons and Polyglots: French Literature in Twelfth-Century England», (...)

32Aux grandes heures du médiévalisme (1860-1914), la rivalité philologique entre la France et l’Allemagne eut comme enjeu une partie du prestige national respectif. La Société des anciens textes françaisa ainsi servi à affirmer la richesse du patrimoine littéraire de la France à l’époque médiévale et à asseoir ses prétentions de berceau culturel de l’Europe. Quoique le nationalisme en cette matière ait beaucoup reflué, il n’en reste pas moins sensible de manière sous-jacente à plusieurs débats, comme dans la controverse qui oppose les tenants d’une origine occitane de la chanson de geste aux partisans de l’origine française. Quant aux philologues historiens de la langue française, ils ont longtemps rechigné à reconnaître à l’Angleterre la place qui lui revenait dans le passage à l’écrit du français. Ce n’est que récemment que des philologues d’origine britannique pour la plupart ont insisté sur ce fait30.

33Le prestige de la nation a également été mis en jeu en termes de pratiques philologiques. On sait à quel point la France fut influencée par la méthode lachmanienne appliquée aux textes du Moyen Âge par Gaston Paris. On sait également que l’intense activité des Allemands en philologie française menaça de prendre les Français de vitesse et, qu’à cet égard, la méthode conservatrice de Bédier, plus légère à mettre en œuvre que la méthode reconstructionniste de Lachmann, vint opportunément accroître le rythme des publications françaises. Au tournant du xixe et du xxe siècle, il ne tint qu’à Frédéric Godefroy, un homme en marge de l’institution académique, que le premier dictionnaire de l’ancien français ne fût celui d’Adolf Tobler.

34La dimension politique de cette compétition philologique, soulignée par un nationalisme exacerbé, n’est plus à l’ordre du jour. Il n’en demeure pas moins problématique, à mon sens, que les Français aient déserté l’édition critique des textes en ancien occitan. Même si le relais a été pris par des Italiens et, dans une moindre mesure, par quelques Anglais, Belges ou Allemands, cette désaffection a naturellement un impact sur la conscience linguistique, historique et politique de la France : elle prolonge tout en la niant la fracture entre oc et oïl et entretient un discours régionaliste peu fondé scientifiquement.

Philologie et étymologie politique

35Dans son orientation linguistique, la philologie s’est beaucoup intéressée à l’étymologie qui exige, tout comme la critique d’un document, un double examen, externe (histoire politique, migratoire, économique…) et interne (évolution phonologique, morphologique…). L’étymologiste doit également s’appuyer sur les témoins les plus anciens de la langue qu’il étudie, témoins édités et commentés par des philologues. Faite d’abductions et de déductions, la science étymologique laisse place à des incertitudes que comblent volontiers les a priorinationaux. C’est ainsi qu’un bon nombre d’étymons « franciques» donnés par Walter von Wartburg sont aujourd’hui remis en cause. L’importance du substrat celtique a également fait l’objet de nombreux débats, ayant pour toile de fond la valeur de la civilisation gauloise face à la culture allogène des Romains.

36Les questions étymologiques, loin de rester confinées dans les pages des dictionnaires savants, ont parfois des implications quotidiennes. En France, devant les fréquents emprunts à l’anglais, après une première réaction « négative» d’interdiction, le recours à l’étymologie a montré que les lexèmes importés étaient souvent des mots empruntés par le moyen anglais au français durant la période médiévale, à la suite de la conquête normande de 1066. Du coup, les emprunts modernes à l’anglais ne sont plus qu’un échange de bons procédés où le français est « gagnant», puisqu’on peut y voir un retour aux sources de son histoire lexicale. Ce type de discours a sensiblement influencé la politique linguistique à l’égard du franglais depuis quelques années.

  • 31 Voir M. Herzfeld, « Political Philology: everyday consequence of grandiose grammars», Anthropologic (...)

37C’est en Grèce, ces dernières années, que l’étymologie s’est invitée le plus ostensiblement sur la scène politique, les observateurs n’hésitant pas à parler de « Political Philology»31. Dans ce pays, l’étymologie est un objet important mais contesté d’un capital symbolique et un instrument de la pureté morale et culturelle. L’abandon du registre puriste (katharevousa) permet à certains acteurs dont la région ou l’ancienne langue étaient minorées de prôner des formes pures contre celles représentées par l’ancien idéal national glorifiant l’héritage athénien. Ces revendications linguistiques, appuyées sur des découvertes philologiques, ont des effets évidents sur les préférences morphologiques de la langue quotidienne comme sur le discours des hommes politiques grecs.

38Si les débats étymologiques n’ont plus, pour une langue aussi bien décrite que le français, l’importance qu’ils ont pu avoir dans le passé, l’étymologie a encore des implications politiques dans bien des langues ou familles de langues qui restent à décrire.

Quels rôles la philologie a-t-elle encore à jouer?

39Sur un mode mineur ou sur de nouveaux terrains géographiques, la philologie continue à occuper les fonctions politiques de jadis. Il n’empêche qu’elle paraît de plus en plus déconnectée de l’actualité et étrangère à l’ordre médiatique. Serait-elle donc réservée à une élite ou a-t-elle encore quelque chose à apporter à la société contemporaine dont l’évolution semble toujours plus rapide?

Philologie et patrimoine écrit

  • 32 Pour ce paragraphe sur le patrimoine, je me suis abondamment servi de J.-M. Leniaud, L’utopie franç (...)

40Depuis le début des années 1970, le substantif « patrimoine» désigne par métaphore des objets du passé transmis à la postérité en raison de leur intérêt historique et esthétique32. Dans la tradition française, c’est au moins depuis le xviiie siècle que le patrimoine fait l’objet d’un culte qui fonde la nation dans son passé et pour son avenir. La conservation du passé est une démarche politique reconnue, qui fonde la mémoire de la nation, de la communauté, aussi large soit-elle, du patrimoine vernaculaire au patrimoine mondial… La notion de patrimoine n’a cessé de se dilater. D’abord confinée au patrimoine artistique (surtout monumental), elle s’est étendue à l’ensemble des témoins du passé national, transformant en bien commun et en héritage collectif des enjeux traditionnels de la mémoire… On parle ainsi de patrimoine artistique, de patrimoine industriel, de patrimoine vernaculaire. Nombreux sont, en effet, les citoyens qui désirent sauvegarder le « petit patrimoine», celui propre à une corporation ou à un métier.

  • 33 J.-M. Leniaud, op. cit., p. 3.

41Parmi les différents types de patrimoine est apparu celui de « patrimoine écrit». La définition de cette sous-catégorie patrimoniale est délicate, car, comme le rappelle Jean-Michel Leniaud, « le patrimoine n’existe pas a priori; tout objet est susceptible d’en faire partie quand il a perdu sa valeur d’usage»33. Autrement dit, c’est la combinaison de plusieurs critères qui déclenche le processus d’adoption. Ces critères sont variables, mais les plus courants sont la valeur vénale, la valeur scientifique et la valeur de communication. Du coup, le patrimoine écrit regroupe à la fois des objets, livres, manuscrits ou imprimés, dont la valeur vénale est extrêmement élevée, et des textes dont l’intérêt scientifique ou intellectuel est exceptionnel. La relation entre le support et le contenu n’est aucunement stable : il n’est pas rare qu’un manuscrit superbement enluminé contienne un texte inférieur à celui d’un autre manuscrit dépourvu de décoration. De même, un livre de poche à bas prix peut fournir un texte meilleur qu’un tirage de tête sur beau papier. Le patrimoine textuel, objet de la philologie, n’est donc que partiellement analogue au patrimoine artistique plastique.

  • 34 A. Chastel, « La notion de patrimoine», Les lieux de mémoire, t. 2, La nation, vol. 2, Le territoir (...)

42Quels sont donc les liens de la philologie avec la notion politique de patrimoine? André Chastel remarquait que, dans le domaine artistique, l’appartenance au patrimoine est liée à la perte de fonction première34. Beaucoup d’églises sont davantage fréquentées par des touristes que par des fidèles. La préservation du patrimoine exige des efforts de la communauté. Ce sont ces efforts qui confèrent au patrimoine sa sacralité. Sans revenir sur le concept d’utilité appliqué à des objets esthétiques, il est évident que bien des textes anciens ont perdu leur fonction première d’appel à la conversion, d’aide à l’amendement moral, de préparation du bon chevalier ou de miroir du prince, mais qu’un effort doit être consenti pour que des lecteurs puissent y avoir accès, non seulement à travers le processus matériel de la multiplication du nombre de témoins disponibles (grâce à l’imprimé, au microfilm ou à la numérisation), mais aussi et surtout par un travail philologique de commentaire, d’annotation et de paraphrase qui assure son intelligibilité. Les efforts de conservation d’un texte ancien supposent cette double orientation. La préservation du patrimoine écrit doit prendre la forme d’une politique patrimoniale des textes et non simplement du livre.

  • 35 Voir P. Nora, « Entre mémoire et histoire, la problématique des lieux», Les lieux de mémoire, t. 1, (...)

43Comme l’a souligné Pierre Nora, l’explosion de la notion de patrimoine est liée à l’accélération de l’histoire, au basculement plus rapide dans un passé définitivement mort35. Devant l’accumulation prodigieuse de textes, le philologue, nécessaire passeur, effectue un travail de tri et de sélection qui permet de mettre à la disposition de ses contemporains, de façon lisible et intelligible, les témoins du passé. L’accélération de l’histoire, liée à l’impact de progrès techniques fulgurants sur les modes de vie, lance constamment de nouveaux défis aux philologues. La démarche philologique est provoquée par l’altérité de son objet. C’est pour cela qu’elle s’est d’abord consacrée à la littérature ancienne puis à la littérature médiévale. Aujourd’hui, un roman de Balzac, cent soixante-quinze ans après sa rédaction, nous est radicalement étranger.

44Par les sacrifices qu’elle impose à la société, la conservation du patrimoine nécessite d’être constamment justifiée. Tous les motifs peuvent être invoqués (instruction, paix sociale, progrès), à l’exception d’un seul : la recherche du plaisir. L’État protège le patrimoine en justifiant son action par sa rentabilité économique et sociale. Face à l’industrie touristique, au million de visiteurs qui se rend chaque année au Mont-Saint-Michel, la préservation et la valorisation du patrimoine textuel font pâle figure. L’enracinement du présent dans le passé constitue un projet politique, et non un enjeu industriel ou électoral aussi important que le tourisme. En France, la part de plus en plus importante prise par les régions dans la subvention de la recherche en sciences humaines encourage la redécouverte du patrimoine régional, mais ses effets pervers se font déjà sentir : des auteurs secondaires sont célébrés, alors que des textes fort intéressants qui ont le malheur d’être anonymes ou sans ancrage régional net sont laissés de côté.

  • 36 Rien n’empêche d’ailleurs que des éditions allégées soient ensuite proposées à un public plus large

45L’une des finalités principales des politiques patrimoniales est l’animation ou la médiation culturelle. Or le philologue a accumulé une grande expérience à ce sujet : même si son public est surtout constitué de spécialistes, son rôle se rapproche de celui du traducteur. L’éditeur de texte, comme le traducteur, doit rendre compréhensible le message d’une langue source (ancien et moyen français, par exemple) à des locuteurs d’une langue cible (français moderne). L’expérience des philologues n’a malheureusement pas toujours été capitalisée. L’apparat savant qui accompagne les éditions et rassure le lecteur sur la scientificité du travail a éloigné la philologie du citoyen de la « civilisation du loisir». Mais outre sa fonction rhétorique, l’apparat, qu’il soit consulté ou non, est un garde-fou herméneutique qui rappelle, au fil des pages, que la lecture d’un texte ancien ne va jamais de soi36. Seulement, de cette manière, la philologie perd définitivementcontact avec le citoyen et ne peut plus se prévaloir d’une « médiation culturelle» directe. En marge de la « consommation culturelle», la philologie risque d’être qualifiée d’anti-démocratique. Alors que le patrimoine est happé par l’État-spectacle, par la commercialisation et la médiatisation, la philologie ne se prête guère à la mise en scène.

  • 37 M. Fumaroli, « Conférence d’ouverture du colloque de Fribourg-en-Brisgau Littérature et démocratie» (...)
  • 38 « Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde : je (...)

46Quelle est donc la légitimité démocratique d’une discipline inadaptée à la masse? Tocqueville, dans la Démocratie en Amérique, prévoyait que la société égalitaire américaine pourrait sécréter une aristocratie de la fortune, mais qu’il était possible qu’elle produise également une aristocratie de l’esprit décalée par rapport à la culture de masse majoritaire37. Ce décalage fécond et souhaitable par rapport au conformisme démocratique devait en particulier s’appuyer sur la connaissance de l’Antiquité (savoir des élites par excellence). Dans la péroraison de la seconde Démocratie en Amérique, Tocqueville évoque le triomphe complet et despotique du conformisme de masse, qui va jusqu’à l’annihilation du libre arbitre38. Même si Tocqueville décrit dans des pages visionnaires le triomphe de la culture égalitaire de masse comme le principal danger de la démocratie, il n’explique pas comment produire, de manière juste et équitable, le décalage qu’il appelle de ses vœux. Toujours est-il que ce n’est pas parce que la philologie échappe à la culture des masses qu’elle doit cesser d’être cultivée. Elle est un instrument privilégié du décalage tocquevillien par le rapport qu’elle instaure avec le passé; l’essentiel est qu’elle soit publique, non qu’elle s’adresse à tout le public.

  • 39 Voir J. Zask, Art et démocratie. Peuples de l’art, Paris, PUF (Intervention philosophique), 2003, p (...)

47Une autre façon de régler le problème est d’examiner à la racine le rapport entre masse et démocratie. La philosophie pragmatiste, notamment celle de John Dewey, pense ainsi la démocratie « non comme un régime donnant à tout le monde la même chose, mais comme un ensemble d’institutions destinées à protéger, favoriser ou rétablir le développement de l’individualité de chacun»39. À l’opposé d’un système politique où régnerait la médiocrité, où le commun serait le moyen, le pouvoir du peuple celui de la masse, la démocratie serait la politique la plus hostile à la massification, puisqu’elle réglementerait les interactions humaines de sorte que l’individuation de chacun soit possible. La protection du développement de l’individualité de chacun est un aspect constitutif de la démocratie. Si l’on suit cette philosophie politique, la différence n’est plus synonyme d’égalité. On peut donc concevoir que des disciplines, qui ne peuvent certes pas s’adresser à tous comme la philologie, soient conçues comme démocratiques. Le reproche d’élitisme ne tiendrait plus. Fondé sur l’équation « différence = inégalité», il s’écroulerait de lui-même. Dans cette conception, c’est en revanche la pluralité qui importe, c’est-à-dire une situation où chacun occuperait une place qui lui convient, tout en accordant à autrui la possibilité d’avoir lui aussi une place. À cet égard, la philologie détient des atouts considérables, car elle offre l’accès à la pensée ou aux textes d’hommes du passé, au gré du développement de chacun, et s’oppose, par cette ouverture au passé textuel de l’humanité, à une culture uniformisée, sans goût ni saveur.

  • 40 P. Zumthor, art. cité.

48L’obstacle de la massification peut donc être levé : la philologie est bien fondée à préserver le patrimoine de la culture occidentale. C’est même sa fonction première. Comme le rappelait Paul Zumthor, c’est d’ailleurs en ce sens que « la philologie constitue l’une des marques et des clés de la civilisation européenne gréco-latine, telle qu’elle s’est maintenue, avec une certaine cohérence, jusqu’au xixe siècle»40. Par une mise en abîme, la philologie est à la fois partie intégrante du patrimoine occidental et un instrument éprouvé de sa sauvegarde. La confusion appauvrissante entre masse et démocratie ne doit pas empêcher la poursuite de ce long travail de réflexion et de méditation sur les textes qui a fondé notre culture.

Résister au « bougisme»

  • 41 P.-A. Taguieff, Résister au « bougisme», Démocratie forte contre mondialisation techno-marchande, P (...)

49La notion de patrimoine suppose une tension entre le dogme du progrès universel et celui de la modernité. Qualifier des textes anciens de patrimoniaux, c’est poser qu’ils n’ont pas été remplacés ou qu’ils ont toujours une valeur historique ou esthétique. Tournée vers le passé, la philologie n’est pas en phase avec le désir impérieux de modernité et de rupture, partout affiché. Mais loin de la disqualifier, ce décalage lui confère une posture de résistance, qui l’ancre, quoiqu’à contre-pied, dans le politique. Il est urgent que la notion de modernité soit déconnectée de la notion de progrès. Ce n’est pas parce que la philologie n’est pas nouvelle ou moderne qu’elle ne doit plus être. Au contraire même. Être philologue, c’est s’opposer à ce que Pierre-André Taguieff nomme le « bougisme», autrement dit une conception abâtardie du progrès « qui fait du mouvement une idole»41, alors que le progrès menait à un absolu et référait aux fins de l’homme. Selon Taguieff, les normes de la société bougiste sont simples : consommer toujours plus, communiquer plus rapidement, efficacité, flexibilité, rentabilité. Du coup, à quoi bon perdre son temps à regarder vers le passé. Face à une idéologie du « techno-marchand» qui vise à éliminer les peuples, les nations, les États souverains et à abolir l’espace politique, la philologie rappelle l’existence de racines et de cultures.

  • 42 M. Ignatieff, Blood and belonging: journey into the new nationalism, Londres, Penguin, 1993, p. 6.
  • 43 P.-A. Taguieff, op. cit., p. 38.

50Alors qu’il est parfaitement recevable de concevoir qu’une nation est formée, indépendamment de toute considération de race, de couleur, de croyance, de sexe, de langue ou d’ethnie, par tous ceux qui souscrivent à son idéal politique42, le glissement interprétatif qui fait du « droit de désappartenir» un devoir de « désappartenance» est bien plus discutable43. La norme moderne conduit à la rupture, voire à l’annulation du passé. On pensera simplement à la récente annulation des cérémonies de commémoration de la bataille d’Austerlitz au prétexte que Napoléon a rétabli l’esclavage dans les colonies. Faute de pouvoir être totalement ignoré, le passé devient motif de mea culpa à répétition, qui sont souvent autant d’anachronismes idéologiques. L’une des premières exigences de la philologie, par l’effort interprétatif qu’elle exige, consiste au contraire à se défaire du « chronocentrisme» ambiant, pour saisir l’intentio auctoris du texte étudié. À ce titre, la philologie est un exercice salutaire.

51Sa méfiance à l’égard de la modernité pour la modernité conduit inévitablement le philologue à devoir se justifier. Les tentatives visant à faire entrer la philologie dans la modernité tiennent d’une certaine façon au « bougisme» : la « nouvelle philologie», supérieure parce que nouvelle, s’est ainsi opposée à la « vieille philologie» et aux dinosaures. La résistance à la « nouvelle philologie» a prouvé que l’essentiel restait le texte et non l’habillage théorique qui permettait de mettre la discipline à la mode. Défendre la philologie – ni vieille ni moderne –, c’est défendre la liberté d’accéder aux connaissances; c’est également affranchir la connaissance scientifique des impératifs utilitaristes.

Philologie et patrimoine écrit

52À un niveau plus philosophique, la philologie est un terrain de prédilection pour l’expérience de l’altérité. Or l’expérience raisonnée de l’altérité est la condition sine qua non de la vie dans la cité. Pour que naisse un intérêt philologique, c’est-à-dire à la fois linguistique, historique et éditorial pour des textes, il faut que ceux-ci soient progressivement dépouillés de leur caractère d’évidence culturelle et mis à distance. Le processus d’interprétation, à la base de l’analyse philologique, ne véhicule pas en lui-même des valeurs précises, mais il provoque une conscience de la construction du sens qui implique automatiquement une sensibilité à la question du choix. D’après la célèbre définition de Jakobson, « la philologie est une lecture lue».

53Friedrich Schleiermacher (1768-1834), qui jeta les bases de l’herméneutique philologique, a adopté comme prémisse la non-compréhensibilité du texte : toute compréhension est toujours précédée par la non-compréhension. Cette non-compréhension est alors d’ordre méthodique. Vouloir comprendre un discours, c’est faire d’emblée comme si on ne comprenait pas. L’altérité, loin d’être un obstacle à l’interprétation, est ce qui pousse le lecteur à rechercher l’organisation interne de l’œuvre. Le travail de l’herméneutique se situe entre les deux pôles opposés de l’altérité et de la familiarité. Dans Symbolisme et interprétation, Todorov a également souligné que

[l]’interprétation (en tant que distincte de la compréhension) n’est pas […] un acte automatique : il faut que quelque chose, dans le texte ou en dehors de lui, indique que le sens immédiat est insuffisant, qu’il doit être considéré seulement comme le point de départ d’une enquête dont l’aboutissement sera un sens second.

  • 44 H. G. Gadamer, Vérité et méthode. Les grandes lignes d’une herméneutique philosophique, P. Fruchon, (...)
  • 45 Notion employée à propos de la littérature par J. Rancière, « L’inadmissible», Aux bords du politiq (...)

54Hans Georg Gadamer, qui a remis Schleiermarcher à l’honneur, a particulièrement insisté sur l’altérité temporelle dans l’acte herméneutique, montrant comment altérité et incompréhension étaient interdépendants44. Or c’est également la distanciation temporelle qui a joué un rôle déterminant dans l’histoire conjuguée de l’herméneutique et de la philologie, nées toutes deux de la volonté de commenter des textes d’époques antérieures à celle de l’exégète. L’altérité, en provoquant l’incompréhension, suscite également des hypothèses interprétatives et des désaccords entre exégètes. La philologie, comme la démocratie, enseigne le « dissensus»45.

Le retour à la philologie

55Depuis deux décennies, la philologie entendue comme « science du texte» semble connaître un regain d’intérêt. Ce retour en grâce s’explique principalement par le succès de l’herméneutique philosophique, qui rompt avec le structuralisme. Les travaux de Gadamer, en s’appuyant sur ceux de Schleiermarcher, rappellent l’origine philologique de l’herméneutique moderne qu’ils inscrivent dans une démarche historique revisitée par le Sein und Zeit de Heidegger. C’est ainsi que le triomphe actuel de l’herméneutique attire l’attention sur sa discipline-sœur, la philologie.

56Les sciences humaines subissent actuellement une révolution herméneutique. Alors que notre tradition scientifique exigeait des éléments vérifiables et formalisables, l’herméneutique a produit une rupture radicale en redonnant une place majeure à l’intuition. Or le paradigme interprétatif par excellence reste l’interprétation du texte. C’est à partir de cette expérience plurimillénaire que se sont construits et déclinés les schémas interprétatifs de toutes les sciences de l’homme. L’herméneutique philosophique repose sur l’extension radicale de l’objet interprété : elle considère que le monde est un texte. On comprend alors pourquoi la philologie joue un rôle dans le tournant herméneutique engagé par les sciences de l’homme.

  • 46 Charles Taylor, « Interpretation and the sciences of man», Philosophical Papers, Cambridge, Cambrid (...)

57Un exemple, emprunté à la philosophie politique, illustrera cette fonction de la philologie. Charles Taylor a plaidé à plusieurs reprises en faveur d’une science politique herméneutique pour éviter les écueils de l’empirisme logique, et notamment l’ethnocentrisme. Au début de l’un de ses articles majeurs sur la question, il utilise l’exemple de la lecture d’un texte pour démontrer la nécessité de dépasser les limites d’une science basée sur la vérification, « au profit d’une science des significations intersubjectives et communes incorporées à la réalité sociale»46. Sans utiliser le mot « philology», Taylor se propose de conjurer l’impasse où aboutit le modèle empiriste des sciences politiques et plus largement des sciences sociales, en s’inspirant de l’expérience acquise par l’humanité dans l’interprétation des textes. Le modèle empirique néglige trop souvent l’altérité et donc la connaissance de soi, qui sont, en revanche, à la base du puissant cercle herméneutique.

  • 47 Sur le « linguistic turn», voir l’ouvrage récent de E. A. Clark, History, theory, text: historians (...)

58Les liens entre philologie et sciences politiques ne sont que l’illustration d’une relation de la philologie à l’ensemble des sciences humaines. Mais l’histoire et la linguistique, deux disciplines historiquement liées à la philologie, sont particulièrement sensibles à cette évolution épistémologique. Le « linguistic turn» a resserré les liens qui s’étaient particulièrement distendus entre histoire et philologie47. Ce mouvement, qui s’est principalement développé aux États-Unis, a non seulement eu un impact sur la philosophie de l’histoire, mais aussi sur la pratique de l’histoire en général. Il a remis le texte au centre du mécanisme de reconstruction de l’histoire et de la narration historique. Amené par l’exportation de la French Theory de Foucault et de Derrida, mais aussi par l’influence déterminante de Gadamer et de la sémiotique, le « linguistic turn» fait fond sur le problème de l’interprétation : s’il est impossible de retrouver le sens original d’un document, faut-il se résigner à la « fin de l’histoire»? Même si cette extrémité a plusieurs fois été soulevée, le « linguistic turn» a surtout permis d’affiner les outils critiques utilisés par les historiens et d’accorder une place plus conséquente à la langue des documents. La linguistique textuelle et la sémantique historique se sont ainsi développées ainsi qu’une histoire de la langue d’orientation sociolinguistique. Pour explorer de façon rigoureuse ces nouveaux champs d’investigation, les historiens ont beaucoup emprunté aux méthodes philologiques et se sont parfois faits philologues.

59Particulièrement marquée par le structuralisme, la linguistique française semble également « réconciliée» avec la philologie. Ce revirement est surtout la conséquence d’un retour au texte et de l’éclatement du corset imposé par l’analyse phrastique. Dès que l’objet d’étude du linguiste dépasse le cadre de la phrase, il ne peut plus faire l’impasse sur les aspects pragmatiques de l’énonciation et de la réception, ainsi que sur les problèmes d’interprétation qu’ils posent.

  • 48 F. Rastier, Arts et sciences du texte, Paris, PUF, 2001.
  • 49 J.-M. Adam et U. Heidmann, Sciences du texte et analyse de discours : enjeux d’une interdisciplinar (...)

60En passant de la phrase au texte, la linguistique textuelle a rejoint les préoccupations de la philologie. Et puisque l’herméneutique permet désormais de combiner sans tabou une approche historique avec une démarche structurale, des linguistes ont cherché à synthétiser les apports des « sciences du texte», au rang desquelles figure, bien entendu, la philologie. C’est ainsi que François Rastier, dans Arts et sciences du texte a scruté succinctement les contradictions de la philologie et a proposé un modèle théorique de « philologie numérique» : il s’agit ici de répondre aux interrogations des linguistes du texte par l’encodage de corpus textuels, tout en s’inscrivant dans une tradition philologique48. Tout récemment, Jean-Michel Adam et Ute Heidmann ont publié un ouvrage collectif qui met nettement en évidence les interactions et la complémentarité possible entre sciences anciennes et sciences modernes du texte. La première partie de l’ouvrage est intégralement consacrée aux apports de la philologie à l’approche de la dimension textuelle des discours49. La philologie, qui véhiculait encore récemment l’image d’une discipline « obsolète», fait presque figure d’avant-garde.

61La sémantique historique, récemment réhabilitée, contribue également à améliorer l’image de la philologie, car elle intègre des motivations externes aux systèmes linguistiques traditionnellement pris en compte par la philologie. Des sémanticiens ont ainsi souligné que l’approche philologique rejoignait les sémantiques du stéréotype et du prototype. La conclusion du dernier chapitre du manuel de sémantique de Christian Baylon et Xavier Mignot encourage d’ailleurs un retour à la philologie :

  • 50 C. Baylon, X. Mignot et autres, Initiation à la sémantique du langage, H. Mitterand dir., Paris, Na (...)

La tradition historico-philologique, l’histoire des mots telle qu’elle est menée depuis plus d’un siècle, mais trop souvent ignorée ou dédaignée de nombreux linguistes, contient une masse d’observations empiriques, de mécanismes classificatoires et d’hypothèses explicatives qui peuvent être extrêmement profitables aux développements ultérieurs de la sémantique cognitive.50

62La philologie reviendrait-elle en grâce? Se serait-on aperçu que les sciences humaines ne pouvaient se passer de l’homme? Il est vrai que, tout comme l’herméneutique à laquelle elles sont liées, les nouvelles sciences cognitives situent l’homme au cœur de leurs préoccupations. Si ces disciplines considèrent avec intérêt la philologie, c’est parce qu’elle leur offre un capital intellectuel et cognitif sans égal : l’ensemble des efforts fournis par l’homme pour comprendre les textes. Si l’on ne peut plus nier l’influence de la philologie sur les nouvelles orientations des sciences humaines, il revient aux philologues de profiter de l’intérêt que suscite leur science chez d’autres chercheurs pour engager un dialogue constructif et faire part de leur expérience.

63La philologie est loin d’être toujours directement productive ou rentable, mais cette vieille dame – non que son âge doive la disqualifier –, qui vit dans le long terme, est étrangère aux cycles courts et à l’immédiateté. Ne voyons pas là une raison de la négliger, car son état importe à la vie de la cité, bien plus qu’on ne pourrait le croire d’emblée. Sans perdre totalement les fonctions qui l’avaient parfois projetée au devant de la scène à la fin du xixe siècle, la philologie demeure garante de notre connaissance du passé, autrement dit de notre identité. Elle est aussi une ressource inépuisable pour comprendre l’autre (et donc soi-même) et une référence encore indépassée pour réfléchir, même philosophiquement, à l’interprétation. Or l’interprétation fonde le choix et la décision de chaque citoyen.

  • 51 Voir à ce propos G. P. Caprettini, « Introduzione», La critica letteraria, op. cit., p. 5-45, l’exp (...)

64On pourrait rêver que le souhait de Gianfranco Contini se réalise, lui qui réclamait, il y a vingt ans, le droit à une « filologia quotidiana»51 : le lecteur averti, au contact d’une production langagière quelconque, se rendrait compte de son altérité (« differenzalità»), ce qui l’amènerait à exercer une forme particulière de compréhension; il comparerait le discours de l’autre avec sa propre langue, noterait les variantes, introduirait des compensations, des corrections afin de transformer le texte de départ en un texte d’arrivée de sens équivalent qui lui soit familier. Même si cette opération ne saurait être exempte d’erreurs, ce philologue du quotidien serait alors le citoyen idéal.

Top of page

Notes

1 Voir par exemple S. Menant, « Littérature et enseignement : la réduction polymathique», Revue d’histoire littéraire de la France, CII, 2002, p. 355-364.

2 U. Bähler, Gaston Paris et la philologie romane, avec une réimpression de la Bibliographie des travaux de Gaston Paris publiée par Joseph Bédier et Mario Roques (1904), Genève, Droz (Publications romanes et françaises, 234), 2004, Paris, p. 205.

3 Ibid., p. 220.

4 B. Cerquiglini, Éloge de la variante, Histoire critique de la philologie, Paris, Seuil, 1989.

5 La Revue des langues romanes, CVI, 1, 2002a consacré à cet événement un numéro spécial, intitulé Gaston Paris (1839-1903) : philologue, médiéviste, grammairien. L’année suivante a vu la publication d’un colloque Le Moyen Âge de Gaston Paris : la poésie à l’épreuve de la philologie. Actes du colloque (Collège de France, 27 et 28 mars 2003), M. Zink dir., Paris, Jacob, 2004.

6 U. Bähler, « Philologie als Lebensform», Vox Romanica, LXIII, 2004, p. 153-168.

7 Voir F. Duval éd., Pratiques philologiques en Europe. Actes de la journée d’étude organisée à l’École des chartes le 23 septembre 2005, Paris, École des chartes, 2006.

8 Aristote, Politiques, I, ii, § 10 : « Car un tel homme est du même coup naturellement passionné de guerre. Il est comme une pièce isolée au jeu de trictrac. C’est pourquoi il est évident que l’homme est un animal politique, bien plus que n’importe quelle abeille ou n’importe quel animal grégaire. Car, nous le disons souvent, la nature ne fait rien en vain. Et seul parmi les animaux l’homme est doué de parole.» (Aristote, La Politique, livre I, P. Pellegrin éd. et trad., Paris, Nathan, 1983.)

9 Diderot et d’Alembert, Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Neuchâtel, chez Samuel Faulche & Compagnie, 1775, t. 12, p. 508.

10 P. Zumthor, « Philologie», Encyclopaedia Universalis.

11 Voir J. Arbuckle, « August Schleicher and the linguistics/philology dichotomy: a chapter in the history of linguistics», Word, XXVI,1970, p. 17-31.

12 Sur cette évolution, voir K. Busby, « Doin’ philology while the -isms strut», inTowards a synthesis? Essays on the new philology, K Busby éd., Amsterdam-Atlanta, Rodopi (faux titre : Études de langue et littérature françaises, 68), 1993, p. 72.

13 Nous parlons ici de la France. En Italie, la situation est très différente, même si la définition reste tout aussi floue. Voir E. Raimondi, « La filologia moderna e le tecniche dell’età industriale», Techniche della critica letteraria, Turin, Einaudi, 1973, p. 71 : « Ad ogni modo resta il fatto che la filologia sembra riscuotere ora, al livello della cultura non specializzata, una stima abbastanza diffusa, sebbene tutt’altro che chiara e razionale.»

14 Voir Margaret E. Winters et G. S. Nathan, « First he called her a philologist and then she insulted him», inThe joy of grammar: a festschrift in honor of James D. McCawley, D. Brentari, G. N. Larson et L. A. MacLeod éd., Amsterdam, J. Benjamins, 1992, p. 351-367.

15 Voir M. E. Winters et G. S. Nathan, art. cité, p. 360.

16 Une vue synthétique sur cette question est présentée par D. R. Kelley, « Philology and history», The Encyclopedia of language and linguistics, R. E. Asher et J. M. Y. Simpson éd., Oxford – New York – Séoul, Pergamon Press, 1994, t. 6, p. 3011-3014.

17 « Étudier l’histoire d’une ancienne société dans les livres modernes, si remarquables que soient plusieurs de ces livres par le talent et par l’érudition, c’est toujours s’exposer à se faire une idée inexacte de l’Antiquité. Il faut lire les documents anciens, les lire tous, et si nous n’osons pas dire ne lire qu’eux, du moins n’accorder qu’à eux une entière confiance. Non pas les lire légèrement, mais avec une attention scrupuleuse et en cherchant, dans chaque mot, le sens que la langue du temps attribuait à chaque mot, dans chaque phrase la pensée de l’auteur.» (N.-D. Fustel de Coulanges, Questions historiques, revues et complétées, d’après les notes de l’auteur, C. Jullian éd., Paris, Hachette, 1893,p. 407.)

18 Voir Storia della letteratura italiana, E. Malato dir., vol. 11, La critica letteraria dal Due al Novecento, Rome, Salerno Ed., 2003.

19 C. Segre, Ritorno alla critica, Turin, Einaudi, 2001, p. 83.

20 Voir par exemple M. Contat et D. Ferrer, « Introduction», Pourquoi la critique génétique? Méthodes, théories, Paris, CNRS Éditions (textes et manuscrits), 1998, p. 7-10.

21 Cité dans J.-P. Rioux et J.-F. Sirinelli, Histoire culturelle de la France, t. 4, Le temps des masses. Le vingtième siècle, Paris (Points, H346), 2005 (1re édition 1998), p. 308.

22 J. Allières, Manuel de linguistique romane, Paris, Champion, 2001. Signalons, en outre, que le prix de vente de cet ouvrage le met hors de portée de la bourse de la plupart des étudiants.

23 B. Cerquiglini, op. cit.

24 « The consensus seems to be that medieval philology has been marginalized by contemporary cognitive methodologies, on the one side, while within the discipline itself, a very limited and by now grossly anachronistic conception of it remains far too current. This version, formulated under the impulse of political nationalism and scientific positivism during the second half of the nineteenth century, continues to circumscribe the “discipline” of medieval studies.» (S. G. Nichols, « Introduction: Philology in a Manuscript Culture», The New Philology, numéro spécial de Speculum, t. LXV, 1, 1990,p. 1.)

25 M. Winock, « À quoi servent (encore) les intellectuels?», Le débat, 110, 2000, p. 39-44, citation à la p. 39. Voir aussi id., Dictionnaire des intellectuels, Paris, Seuil, 1996 et id., Le siècle des intellectuels, Paris, Seuil, 1999.

26 U. Bähler, art. cité, p. 153.

27 Loc. cit.

28 Voir la mise au point définitive d’A. Corbellari, Joseph Bédier, écrivain et philologue, Genève, Droz (Publications romanes et françaises, 220), 1997.

29 R. T. Conn, The Politics of philology: Alfonso Reyes and the invention of the latin american literary tradition, Lewinsburg-Londres, Bucknell University Press – Associated University Press, 2002.

30 Voir par exemple I. Short, « Patrons and Polyglots: French Literature in Twelfth-Century England», Anglo-Norman Studies, 14, 1992, p. 229-249.

31 Voir M. Herzfeld, « Political Philology: everyday consequence of grandiose grammars», Anthropological linguistics, 39, 1997, p. 351-375.

32 Pour ce paragraphe sur le patrimoine, je me suis abondamment servi de J.-M. Leniaud, L’utopie française : essai sur le patrimoine, Paris, Mangès, 1992.

33 J.-M. Leniaud, op. cit., p. 3.

34 A. Chastel, « La notion de patrimoine», Les lieux de mémoire, t. 2, La nation, vol. 2, Le territoire, l’État, le patrimoine, P. Nora dir., Paris, Gallimard, 1996, p. 405-450.

35 Voir P. Nora, « Entre mémoire et histoire, la problématique des lieux», Les lieux de mémoire, t. 1, La République, Paris, Gallimard, 1984,p. xvii-xlii.

36 Rien n’empêche d’ailleurs que des éditions allégées soient ensuite proposées à un public plus large.

37 M. Fumaroli, « Conférence d’ouverture du colloque de Fribourg-en-Brisgau Littérature et démocratie», Revue d’histoire littéraire de la France, CV, 2, 2005, p. 263.

38 « Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde : je vois une foule innombrable d’homme semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils remplissent leur âme.» (A. De Tocqueville, De la démocratie en Amérique,E. Nolla éd., Paris, Vrin, 1990, t. 2, p. 265.)

39 Voir J. Zask, Art et démocratie. Peuples de l’art, Paris, PUF (Intervention philosophique), 2003, p. 3. Cet ouvrage stimulant inspire également la fin du paragraphe.

40 P. Zumthor, art. cité.

41 P.-A. Taguieff, Résister au « bougisme», Démocratie forte contre mondialisation techno-marchande, Paris, Mille et une nuits, 2001, p. 15.

42 M. Ignatieff, Blood and belonging: journey into the new nationalism, Londres, Penguin, 1993, p. 6.

43 P.-A. Taguieff, op. cit., p. 38.

44 H. G. Gadamer, Vérité et méthode. Les grandes lignes d’une herméneutique philosophique, P. Fruchon, J. Grondin et G. Merlio éd., Paris, Seuil (L’ordre philosophique), 1996.

45 Notion employée à propos de la littérature par J. Rancière, « L’inadmissible», Aux bords du politique, Paris, Gallimard (Folio essais, 434), 2004 (1re édition 1998), p. 175-201.

46 Charles Taylor, « Interpretation and the sciences of man», Philosophical Papers, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, vol. 2, p. 15-57, puis avec le titre « L’interprétation et les sciences de l’homme», La liberté des modernes, P. Lara trad., Paris, PUF (Philosophie morale),1997, p. 137-194, citation à la p. 187.

47 Sur le « linguistic turn», voir l’ouvrage récent de E. A. Clark, History, theory, text: historians and the linguistic turn, Cambridge (Ma.)-Londres, Harvard University Press, 2004 et Practicing history: new directions in historical writing after the linguistic turn, G. M. Spiege éd., New York, Routledge, 2005.

48 F. Rastier, Arts et sciences du texte, Paris, PUF, 2001.

49 J.-M. Adam et U. Heidmann, Sciences du texte et analyse de discours : enjeux d’une interdisciplinarité, Genève, Slatkine, 2005. Les articles consacrés à la philologie sont ceux de D. Maingueneau, « Philologie et analyse du discours», J.-M. Viprey, « Philologie numérique et herméneutique intégrative», J.-M. Adam, « Les sciences de l’établissement du texte et la question de la variation».

50 C. Baylon, X. Mignot et autres, Initiation à la sémantique du langage, H. Mitterand dir., Paris, Nathan, 2000 (2e édition, Paris, Armand Colin, 2005, p. 227).

51 Voir à ce propos G. P. Caprettini, « Introduzione», La critica letteraria, op. cit., p. 5-45, l’expression figure p. 40-41.

Top of page

References

Electronic reference

Frédéric Duval, « À quoi sert encore la philologie? », Laboratoire italien [Online], 7 | 2007, Online since 07 July 2011, connection on 25 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/128 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.128

Top of page

About the author

Frédéric Duval

Frédéric Duval, ancien élève de l’École des chartes, est maître de conférences de langue et littérature médiévales à l’université de Metz. Il a publié plusieurs éditions de textes français du XVesiècle et s’intéresse notamment aux pratiques philologiques et à leur théorisation.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page