Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Débat

L’édition des cours et les « pistes» de Michel Foucault

Entretiens avec Mauro Bertani, Alessandro Fontana et Michel Senellart
Christian Del Vento et Jean-Louis Fournel
Traduction de Christian Del Vento et Jean-Louis Fournel
p. 173-198

Texte intégral

  • 1 M. Foucault, « Il faut défendre la société». Cours au collège de France. 1976, Paris, Gallimard-Seu (...)

« Je voudrais être un petit peu clair sur ce qui se passe ici, dans ces cours. Vous savez que l’institution où vous êtes, et où je suis, n’est pas exactement une institution d’enseignement. […] Je ne considère donc pas ces réunions du mercredi comme des activités d’enseignement, mais plutôt comme des sortes de comptes rendus publics d’un travail que, par ailleurs, on me laisse faire à peu près comme je veux. Dans cette mesure-là, je me considère comme absolument tenu, en effet, de vous dire à peu près ce que je fais, où j’en suis, dans quelle direction va ce travail; et dans cette mesure-là, je vous considère comme entièrement libres de faire, avec ce que je dis, ce que vous voulez. Ce sont des pistes de recherche, des idées, des schémas, des pointillés, des instruments : faites-en ce que vous voulez. À la limite cela m’intéresse, et cela ne me regarde pas. Cela ne me regarde pas dans la mesure où je n’ai pas à poser des lois à l’utilisation que vous en faites. Et cela m’intéresse dans la mesure où, d’une manière ou d’une autre, ça se raccroche, ça se branche sur ce que je fais.»1
(Michel Foucault, leçon du 7 janvier 1976)

1Comme tous les professeurs au Collège de France, Michel Foucault tenait chaque année un cours dont la seule exigence était qu’il portât sur un sujet inédit et fût ouvert à tous. Michel Foucault ne s’occupa jamais de publier ses cours : il possédait pour la plupart d’entre eux des notes précises et, à partir du quatrième cours, il existe des enregistrements autorisés par lui et réalisés par Gilbert Burlet (de nombreux autres participants enregistraient d’ailleurs de façon plus ou moins systématique ces mêmes cours). Après sa mort, en 1984, fut publié en 1989 par Julliard un Résumé des cours. 1970-1982 (titres et présentations officielles de tous les cours au Collège de France tels qu’ils étaient publiés chaque année dans l’annuaire du Collège de France). La situation en était là quand, à la fin des années 1980, s’engagea le débat sur la publication des cours, au nom du constat que leur absence éditoriale facilitait des publications plus ou moins fiables et, pour la plupart, non autorisées de tel ou tel fragment de cours dans différents pays du monde. Le cheminement qui conduit au projet de publication intégrale des cours montre combien, dans la question très philologique du statut de l’enseignement oral et des modalités légitimes de son éventuelle transcription et diffusion écrite, se mêlent des considérations politiques (comment les cours peuvent servir la pensée d’un auteur et défendre sa présence dans le champ du débat public) et juridiques fondamentales (d’un côté, le respect des dispositions de l’auteur, qui dans le cas d’espèce ne voulait pas qu’on lui fît après sa mort « le coup fait à Kafka» en publiant des textes inédits, de l’autre, le respect des droits des héritiers). La philologie politique passe aussi par ce type de considérations : l’histoire de la publication de ces cours nous en offre une illustration.

Des cours à la publication : chronologie et problème juridique

C. Del Vento et J.-L. FournelMauro Bertani, pouvez-vous nous rappeler les circonstances dans lesquelles est né le premier projet de publication des cours de Foucault en Italie?

2M. Bertani Entre 1987 et 1988, à la suite de la publication de certains cours ou de certains résumés de cours en Allemagne et aux États-Unis (notamment « Freiheit und Selbstsorge» et « Discourse and Truth» en 1985, « Vom Licht des Krieger zur Geburt der Geschichte» en 1986) sont pris les premiers contacts avec certains éditeurs italiens (Einaudi, Boringhieri) afin de leur proposer d’engager, en Italie, la publication de la série complète des cours de Foucault. Le 5 décembre 1988, Ferrero se dit ainsi prêt pour Einaudi à « publier le séminaire sur les modalités d’écriture de l’Histoire d’Hérodote au xviiie siècle» (nom qu’il donnait au cours de 1976). Il ajoutait être « fortement intéressé par la publication des autres séminaires»; mais, le 9 mars 1989, les héritiers de Foucault, contactés par Ferrero, l’informent qu’ils ont passé un accord avec Le Seuil pour la publication en cassette de certains cours avec une option sur les autres. Ferrero déclare alors qu’il discutera de l’affaire avec Le Seuil à Francfort. Peu après, il m’annonce qu’Einaudi renonce au projet. Il en va de même peu après avec Pietro Gelli pour Garzanti. J’avais commencé par ailleurs depuis 1987 une collaboration éditoriale avec la maison d’édition Ponte alle Grazie de Florence (GEF, Gruppo editoriale fiorentino) : il s’agissait, après la traduction du livre de Paul Rabinow et Hubert L. Dreyfuss sur Foucault, sortie en 1988, de mettre en chantier une collection intitulée « Spazi genealogici», dont les premiers volumes allaient être Contro il simbolico d’Enzo Melandri (publié en 1989), Genealogia della psicoanalisi de Michel Henry et Polizia dell’anima d’Alessandro Fontana (tous deux publiés en 1990). Dans ce contexte, M. Giudici de Ponte alle Grazie nous propose de mettre en chantier une édition des cours de Foucault. Après la renonciation des premiers éditeurs, nous (c’est-à-dire les quatre noms figurant sur le frontispice du premier volume des cours, à savoir Mauro Bertani, Gilbert Burlet, Alessandro Fontana, Valerio Marchetti) acceptons cette proposition et en février 1989 est conclu avec nous quatre un contrat de direction de collection et un contrat de préparation d’édition des treize cours de Foucault disponibles en cassette, publication qui devait commencer à l’automne 1989 et se conclure en 2000.

3Le contrat prévoyait que l’éditeur s’engageait au « paiement des royalties dues à des tiers» (i.e. les héritiers de Foucault) et à verser, à partir de la première réédition, des droits d’auteur de 2 % à l’Associazione culturale Michel Foucault, présidée par Stefano Mistura et enregistrée à Piacenza. Pendant l’hiver 1989 est officiellement terminé le travail d’édition sur le cours de 1976 (nous étions alors convaincus qu’un accord était en cours de négociation entre l’éditeur et les héritiers). Plusieurs changements ont lieu entretemps à la tête de la maison d’édition florentine sans que ne soient remis en cause les engagements. Entre-temps, à l’automne 1989, Le Seuil édite deux cassettes avec les leçons inaugurales des cours de 1978 (« Sécurité, territoire, population») et de 1979 (« Naissance de la biopolitique»), sans annoncer ni prévoir quoi que ce soit d’autre pour l’avenir. Le premier volume de l’édition italienne sort en mai 1990 sous le titre Difendere la società. Dalla guerra delle razze al razzismo di stato (édition établie par Mauro Bertani et Alessandro Fontana). Le texte présente un appareil de notes très différent de celui de son édition française de 1997 – sans parler des quelques erreurs ou coquilles somme toute pas si nombreuses que cela vu l’état des cassettes, et le fait que nous n’eûmes pas accès aux notes de cours manuscrites de Foucault. Quoi qu’il en soit, plusieurs éditions en d’autres langues furent faites de ce cours (comme par exemple le volume Genealogia del racismo, sorti en Argentine chez Caronte en 1996) et on peut dire que cette petite édition « pirate» – puisque c’est ainsi que certains commentateurs la définiront – aura au moins eu le modeste mérite de contraindre à tenir compte de Foucault en un temps où beaucoup préféraient ignorer complètement son œuvre et sa pensée.

CDV et JLF — À quel moment le problème juridique se pose-t-il de façon aiguë? Quels en sont les attendus et les conséquences?

4MB — À l’automne 1990, Dominique Seglard demande de pouvoir publier la leçon du 17 mars dans Les Temps Modernes, ce qui advient en février 1991. La leçon est ensuite reprise, discutée, commentée un peu partout dans le monde et surtout aux États-Unis (il existe sur ce point une petite bibliographie qui montre comment pendant un certain temps c’est bien cette leçon-là et non l’ensemble du volume qui a orienté et déterminé la discussion, non sans quelques quiproquos et malentendus). Dans le même temps, les Éditions du Seuil écrivent le 19 novembre 1990 à Ponte alle Grazie – sans que nous en soyons informés – que, ayant appris le projet d’édition des cours du Collège de France, ils signalent à l’éditeur florentin qu’« en ce qui concerne les livres 7 et 8 annoncés dans votre dépliant publicitaire, nous avons, par contrat du 14 février 1989, le droit de poursuivre toute contrefaçon et exploitation en cas de divulgation des textes non autorisés». Au même moment, et sans que pour ma part je n’en sache rien, l’avocat parisien Gérald Bigle, représentant de Francine Marie Solange Foucault, « épouse Fruchaud», et de Denys Paul Foucault, écrit à Ponte alle Grazie en enjoignant à l’éditeur de « procéder immédiatement à la cessation de cette parution, de rapatrier les ouvrages non autorisés, et de procéder à leur destruction». J’apprendrai plusieurs années plus tard en recevant par erreur de l’avocat de l’éditeur un dossier de la correspondance entre les parties qu’il avait répondu au nom de l’éditeur que ce dernier avait « acheté, par contrat le 12.2.1989, le texte “établi” des leçons tenues par Michel Foucault au Collège de France de 1971 à 1984, qui lui a été cédé par le “Comité pour l’édition des cours de M. Foucault au Collège de France”, composé par MM. Bertani, Burlé (sic), Fontana et Marchetti. Ces membres ont affirmé que l’enregistrement avait été réalisé à la demande de M. Foucault et que M. Foucault lui-même avait autorisé la divulgation de ces textes». Évidemment, rien de ce qui est déclaré dans ce courrier ne correspond à la vérité puisque le contrat manifeste clairement, d’une part, que c’est pour des raisons purement contractuelles que l’éditeur fera référence en ces termes à Bertani, Fontana, etc., « ci-dessous dénommés solidairement “le comité pour l’édition des cours de Michel Foucault au Collège de France”» (ce qui sera constitué est, en fait, une Associazione culturale Michel Foucault, à but non lucratif de type loi de 1901) et, d’autre part, que « l’éditeur, considérant que le comité est en possession des enregistrements originaux des cours prononcés au collège de France par Michel Foucault, de 1971 à 1984, enregistrements réalisés par Gilbert Burlet à la demande de Michel Foucault lui-même, s’engage à publier intégralement, en langue italienne, les 13 cours…». Comme on peut le voir donc aucune clause commerciale, aucun achat et encore moins de trace d’une quelconque investiture de la part de Foucault. En effet, pour ce qui concerne le versement des droits, il est dit explicitement qu’il allait s’agir simplement des « rétributions du comité» dans le cadre des « tâches assurées […] pour la réalisation de chacune des publications» (p. 2). L’avocat de la maison d’édition florentine déclare ensuite que cette dernière est toute prête à verser aux ayant-droits les « éventuels droits d’exploitation économique dont résultera l’existence [de l’édition des cours]». Je ne sais rien des échanges entre les avocats par la suite, mais je souhaite souligner avant tout deux choses : d’une part, la manœuvre de l’éditeur consistant à faire peser sur nos épaules toutes les responsabilités pénales et, d’autre part, la concomitance avec la publication dans Les Temps Modernes.

5De fait, au début du mois d’avril, Bigle présente au tribunal de grande instance de Paris pour le 23 mai une « assignation en référé», adressée dans l’ordre à : 1) M. Alessandro Fontana; 2) M. Mauro Bertani; 3) M. Valerio Marchetti; 4) M. Gilbert Burlet; 4) Gruppo editoriale fiorentino (Ponte alle Grazie); 5) Éditions Gallimard Les Temps Modernes. Dans ce document, on reproche à notre édition de constituer « une traduction “sauvage” en langue italienne à partir d’une transcription non vérifiée de bandes magnétiques qui a été réalisée sans aucun contrôle quant au fond des textes, ni bien entendu sur leur forme» et on demande de procéder « immédiatement à la cessation de toutes parutions litigieuses, de rapatrier les ouvrages non autorisés et de procéder à leur destruction». Il y est fait état d’un document signé avec différentes personnes, faisant partie d’un prétendu « Comité pour l’édition des cours de Michel Foucault au Collège de France» (inventé par l’éditeur florentin Ponte alle Grazie), que l’on considère à très juste titre comme dépourvu de tout droit sur les cours de Foucault. Le document demande aussi que l’on remette aux héritiers « tous matériels litigieux, y compris bandes magnétiques et transcriptions» et que l’on condamne « les défenseurs à payer aux requérants une somme de 10 000 F par application des dispositions de l’article 700 du NCPC» et de « les condamner également aux dépens».

6À la suite de quoi Alessandro Fontana choisit un avocat, maître Alfonsi, pour nous représenter et nous défendre devant ce tribunal, le 23 mai. Malgré toutes les pièces que nous lui fournissons pour attester notre bonne foi, notre probité et l’absence absolue d’un quelconque but lucratif de la part de personnes dont les bibliographies personnelles montrent par ailleurs la fidélité à l’enseignement de Foucault, maître Alfonsi reste sur le fond convaincu de notre culpabilité! C’est l’intelligence du juge qui, en l’occurrence, nous tire d’affaire : le premier vice-président du tribunal Jean Favard, après avoir pris connaissance du dossier et avoir écouté les deux parties – et, au titre d’« intervenant volontaire», Daniel Defert, assisté par l’avocat Christian Revon – décide de proposer la nomination de l’ex-ambassadeur Stéphane Hessel comme « médiateur entre les parties en litige» dans le but d’atteindre « l’accord des parties sur une solution amiable».

7Du même coup, au cours de l’été 1991, furent organisées différentes rencontres avec Stéphane Hessel auxquelles participèrent aussi Daniel Defert, François Ewald (qui représentait alors l’Association pour le centre Michel-Foucault) et Pierre Nora, comme représentant de Gallimard (plutôt hostile au « groupe italien»). Face à cette attaque en règle de Nora, nous avons constitué un dossier de presse sur les comptes rendus de notre édition et avons surtout souligné que nous avions toujours insisté auprès de l’éditeur sur la nécessité d’obtenir une autorisation des héritiers, que nous n’avions pas touché de droits d’auteur et que nous avions jugé urgent d’engager ce travail pour une seule raison : protéger les cours de toute utilisation abusive et des éditions pirates qui commençaient à sortir, en rendant par ailleurs à Foucault l’hommage dû à son enseignement : nous disions d’ailleurs dans la premessa à notre édition notre « riconoscenza» par rapport à cet enseignement et disions vouloir rendre possible « la transmission d’un savoir». Au terme de ces discussions, S. Hessel remit au juge un rapport dans lequel il constatait l’accord des parties sur l’abandon de l’édition italienne et la destruction des exemplaires encore détenus par l’éditeur, sur la reconnaissance de sa faute par Gallimard (pour l’édition dans Les Temps Modernes d’une des leçons) et, c’est le point essentiel, sur la nécessité de prendre en considération « l’éventualité d’une publication écrite des cours de Michel Foucault au Collège de France et les arguments en sa faveur développés : cette édition devrait être conduite avec toutes les précautions nécessaires par une équipe pluridisciplinaire constituée autour du Centre Foucault qu’anime M. Ewald (en outre, en cas de publication “M. Fontana […] serait appelé, avec d’autres, à coopérer à ce travail”)». Cet accord permet l’extinction de l’action légale et pose les bases d’une préparation des éditions des cours en accord avec les héritiers. Le 12 novembre 1991, le juge remet sa sentence qui reprend les propositions de Stéphane Hessel.

8Au début de l’année 1992, les héritiers de Foucault décident d’accepter la proposition de procéder à la publication des cours au Collège de France. Un contrat est conclu pour une coédition Gallimard-Le Seuil et un comité éditorial dirigé par François Ewald et Alessandro Fontana est constitué; il est composé de Mauro Bertani, Frédéric Gros, Jacques Lagrange, Valerio Marchetti, Michel Senellart, avec Daniel Defert comme consultant extérieur. Une première réunion répartit la responsabilité de la préparation des différents volumes, l’ordre de leur publication, les critères d’édition du cours de 1976.

CDV et JLF — Au-delà des questions strictement « philologiques» sur lesquelles nous allons revenir plus loin dans l’entretien avec Alessandro Fontana et Michel Senellart, quelles furent pour vous les motivations politiques d’un tel projet d’édition? Quels liens pouvez-vous établir entre ce projet d’édition et la conjoncture de l’époque?

  • 2 Pour ne citer que deux cas, on peut songer à cet égard aux utilisations, d’ailleurs différentes, fa (...)

9MB — Au lendemain de la mort de Michel Foucault, nous étions quelques-uns à considérer que la publication de ses cours au Collège de France relevait d’une forme d’urgence et d’une véritable nécessité. Après en avoir discuté avec Georges Canguilhem, dans un café de la place de la Sorbonne, nous avons décidé – non sans vaincre d’innombrables résistances, incertitudes, perplexités, réticences ou refus – de nous lancer dans cette entreprise éditoriale et s’imposa à nous, comme seconde nécessité, celle de commencer par le cours de 1976, probablement le plus excentrique par rapport au parcours de Foucault. Maintes circonstances et bien des raisons nous poussaient à le faire. La dernière des raisons n’était d’ailleurs pas le regret exprimé à plusieurs reprises par Foucault lui-même – par exemple, à l’occasion d’une discussion advenue au sein du département de psychanalyse de l’université de Vincennes – à propos du dernier chapitre de La volonté de savoir : Foucault soulignait en effet, en le déplorant, qu’au moment de la sortie du livre ce chapitre n’avait pas été pris en considération, discuté et peut-être même pas – disait-il – lu, bien que ce fût selon lui le plus important. Or, dans ce dernier chapitre, Foucault thématisait les concepts de biopolitique et de biopouvoir – ce n’était d’ailleurs pas la première fois qu’il le faisait, mais c’était là, certes, la première fois qu’il les abordait avec un tel degré de systématicité et de rigueur théorique. Parmi les autres raisons qui nous ont conduits à choisir de commencer par ce cours de 1976, l’un de ces cours les plus énigmatiques, voire les plus inquiétants (si l’on en juge au moins par certaines des réactions qu’a suscitées sa publication), un cours où le regard généalogique, à savoir un certain usage de l’histoire, fait sa propre généalogie, il y a avant tout la conjoncture de l’époque, caractérisée par un phénomène que Jacques Lacan avait diagnostiqué comme une nouvelle montée du racisme, une monté qui s’annonçait alors, et dont il est facile aujourd’hui de parler, mais dont bien peu de gens à l’époque avaient pris la mesure. Or, Foucault avait déjà posé le problème, implicitement, dans l’Histoire de la folie, à propos des doctrines sur la dégénérescence, et, explicitement et ouvertement, dans la Naissance de la clinique, quand il avait soulevé la question du contrôle médical des « populations» et des « races». Comme je l’ai rappelé plus haut, à l’occasion d’un débat sur La volonté de savoir qui se déroula en 1977, auprès du département de psychanalyse de Paris 8, Foucault avait déclaré qu’il pensait que ses lecteurs n’étaient jamais arrivés au dernier chapitre du livre (intitulé « Droit de mort et pouvoir sur la vie»), qui selon lui constituait « le fond du livre». Et, en effet, c’était justement dans ce cinquième chapitre qu’était ébauché le cadre général dans lequel auraient dû prendre place les livres à venir et qui étaient annoncés (La chair et le corps, La croisade des enfants, La femme, la mère et l’hystérique, Les pervers, Populations et races) et que nous ne lirons jamais. C’était là, disait Foucault, qu’était indiqué le thème global des recherches qu’il allait entreprendre et là qu’étaient présentées les justifications théoriques du projet de recherche sur la biopolitique. Il s’agissait de travailler sur « ce qui fait entrer la vie et ses mécanismes dans le domaine des calculs explicites et fait du pouvoir-savoir un agent de transformation de la vie humaine» et sur l’un des champs d’application fondamentaux du biopouvoir, c’est-à-dire le problème du contrôle et du gouvernement des « populations», la « régulation des populations». C’était encore là qu’était désigné clairement l’enjeu de cette affaire : la « résistance au racisme», sous sa forme moderne « étatique» et « biologisante». Or il nous semblait que tout cela serait resté comme en suspens – et encore indéterminé – si quelqu’un n’avait pu mettre à la disposition des lecteurs le cours de 1976. Il s’agissait de rendre possible l’adjonction à ce chapitre d’une analyse comme celle qui est développée dans le cours et qui sert de charnière entre les disciplines et les biopouvoirs, entre les dispositifs de normalisation dont tout le monde faisait à ce moment-là un usage désinvolte et le contrôle dont il semble qu’aujourd’hui on ne puisse pas ne pas parler. Bref, il nous paraissait juste de partir d’un cours qui allait permettre d’éclaircir une série de thèmes et de questions qu’abordait Foucault durant ces années-là et qui, autrement, auraient pu paraître inintelligibles, ou simplement banalement polémiques (pensons, par exemple, au problème de la médicalisation). En même temps, nous voulions partir du cours qui nous semblait, peut-être avec quelque ingénuité, le plus politique de tous ses cours. Nous ne comprenions peut-être pas alors qu’en réalité tous les cours sont un espace de déploiement pour la politique de Foucault et que nous allions contribuer à faire émerger une série de quiproquos, d’incompréhensions, de malentendus dans lesquels nous sommes encore pris aujourd’hui2.

Qu’est-ce qu’un cours de Foucault? Quelques questions de philologie politique

C. Del Vento et J.-L. Fournel Pourquoi éditer ces cours?

10A. Fontana — Pour répondre à cette question je reprendrai les raisons pour lesquelles M. Hessel fut convaincu de l’honnêteté intellectuelle de notre démarche. Il prit, en effet, sa décision sur la base de trois considérations : d’abord, l’absence de tout but lucratif de la part de l’équipe italienne; ensuite, le fait que la publication des cours mettrait à la disposition du public le laboratoire de la pensée de Foucault; enfin, et surtout, l’usage clandestin des enregistrements de Foucault – utilisés par des gens peu scrupuleux pour écrire des thèses, des articles, voire des livres – usage que l’on n’aurait pu arrêter qu’en établissant une édition ne varietur des cours. À ces trois justifications, j’en avais ajouté deux autres : d’un côté, Foucault avait déjà accepté la publication de deux leçons de ses cours dans Microfisica del potere (un recueil de textes et d’interventions de Foucault que j’avais préparé avec Pasquale Pasquino, qui connut un surprenant succès de librairie dans l’Italie de la fin des années 1970 et qui fut très discuté notamment dans l’extrême gauche italienne); de l’autre, publier les cours c’était aussi ne plus les réserver à un cercle restreint de happy few parisiens.

11Bref, éditer des cours cela signifiait restituer enfin un des trois pans de l’activité intellectuelle de Michel Foucault, un pan entier et essentiel, celui de l’enseignement, d’ordinaire délaissé par rapport aux deux autres volets mieux connus des livres et des interventions dans des débats ou entretiens (Foucault fut peut-être un des philosophes qui donna le plus d’entretiens au xxe siècle!). Ce sont là trois types d’activité, trois registres d’intervention. Les cours, pour commencer, problématisent un domaine dans ce laboratoire d’une pensée en fusion où Foucault tend presque toujours à déplacer la question (sur le mode « on croit que les choses fonctionnent comme ça mais ce n’est pas le cas»). Dans les livres, c’est une autre rhétorique qui est mise en œuvre : elle est d’ailleurs servie par le style propre de Foucault, le style d’un grand écrivain. J’ai envie de dire que même si tout ce qu’il écrit était faux il faudrait continuer à le lire! Les livres approfondissent certaines des pistes mises au jour dans les cours. Le troisième registre, celui des interventions publiques (tribunes libres, articles d’actualité, entretiens, etc.), relève de ce que Deleuze appelait « les lignes d’actualisation», ce retour libre sur les questions souvent posées autrement dans les cours ou dans les livres qu’illustre l’édition de Dits et écrits par Daniel Defert et François Ewald. Le cours relève donc d’une phase inaugurale, aurorale, de la pensée; celle-ci connaît dans les livres une mise en forme technique (et esthétique – le style) et elle se prolonge dans les interventions selon les questions qui lui sont posées. Et il serait intéressant pour bien comprendre la démarche intellectuelle de Foucault d’étudier la spécificité et la complémentarité de ces trois registres, comme je le demandais en 1985 dans une intervention que j’ai faite à Milan au cours d’un colloque sur l’« Effetto Foucault» (publié sous ce titre l’année suivante).

12Quoi qu’il en soit, il y a une unité profonde entre ces trois composantes de la production intellectuelle de Foucault : à les disjoindre, on risquerait de perdre le sens de son trajet philosophique. Parmi ces cours, il y en a certains qui sont passés dans des livres publiés. D’autres, les cours plus immédiatement politiques, celui de 1976 « Il faut défendre la société» ainsi que ceux publiés récemment par Michel Senellart (« Sécurité, territoire, population», 1977-1978, et « Naissance de la biopolitique», 1978-1979), ne sont jamais passés à la forme livre. Quant aux derniers cours, certains ont été partiellement publiés sur la base des interventions de Foucault à l’étranger : c’est le cas de Discorso e verità, publié en Italie avec une introduction de Remo Bodei, qui reprend partiellement la question de la parresia, de la libre parole, qui avait fait l’objet des deux derniers cours inédits dont F. Gros prépare actuellement la publication.

13M. Senellart — Unité profonde, incontestablement, mais le lien est variable. Certains cours, on le voit bien, sont en prise sur une actualité plus immédiate ou plus urgente que d’autres. C’est le cas, par exemple, des cours sur la « société punitive» ou sur le « pouvoir psychiatrique» – disons, plus généralement, les cours des années 1972 à 1975. Je ne crois pas, d’ailleurs, que l’on puisse vraiment distinguer les « cours politiques» des autres cours, sauf à reconduire une définition étroite de la politique que toute la démarche de Foucault vise précisément à contester. Tous les cours de Foucault, en un sens, sont « politiques», même s’ils traitent de questions qui ne ressortissent pas au domaine traditionnel de la philosophie ou de la science politique. Il arrive, parfois, que la dimension politique s’efface presque entièrement, comme dans le cours de 1980 « Du gouvernement des vivants», qui porte sur la direction de conscience chrétienne, où Foucault laisse de côté l’analyse de la forme générale de pouvoir à l’intérieur de laquelle s’organisent les pratiques chrétiennes de subjectivation. Ce point, toutefois, avait fait l’objet de longs développements dans le cours de 1978 (voir les leçons des 8, 15 et 22 février sur le pouvoir pastoral). Il faut donc, pour bien comprendre le cours de 1980, le resituer dans la continuité des deux précédents.

14Cela étant, en dépit de leur unité, les trois éléments du triptyque n’ont pas tout à fait la même ampleur ou ne présentent pas le même degré d’achèvement. La documentation des leçons sur le néolibéralisme allemand et américain est beaucoup plus récente, limitée (et souvent de seconde main) que celle des leçons sur l’économie politique classique, la police, dans le cours de 1978, ou encore sur l’Œdipe-roi, au début du cours de 1980, sur lesquels Foucault travaillait depuis longtemps. Les cours doivent donc se lire à des niveaux très différents : tantôt galeries anciennes, profondes, solidement étayées, que Foucault revisite ou dont il explore de nouveaux prolongements; tantôt forages récents, dont il traite les premiers résultats; tantôt encore simples relevés topographiques, en vue d’une fouille plus systématique. À cela s’ajoute le temps propre de l’élaboration du cours. Foucault, on le sait, travaillait vite. Il écrivait ses cours (d’après ce que m’a dit Daniel Defert) la veille de la séance, après de longues journées de travail en bibliothèque. Le choix des matériaux est évidemment lié à cette temporalité spécifique de la préparation du cours, qui n’est pas du tout celle de l’écriture d’un livre. Il est essentiel de s’en souvenir – les cours, même édités, ne sont pas des livres – et c’est, je crois, l’une des fonctions essentielles de l’appareil critique (on y reviendra) que de le mettre en évidence.

15Le rapport cours/livre, lui-même, n’est nullement univoque. Il faut écarter l’idée, je crois, selon laquelle les cours seraient en quelque sorte l’esquisse ou la mise en chantier de livres. C’est vrai de certains d’entre eux dont on retrouve le contenu dans les livres publiés : « La société punitive», par exemple, dans Surveiller et punir, ou « Subjectivité et vérité» dans L’usage des plaisirs. De même, « L’herméneutique du sujet», comme l’écrit Frédéric Gros, est-il « comme le substitut d’un livre projeté, réfléchi, qui n’a jamais paru» (Situation du cours, p. 497). Mais d’autres cours, comme « Le pouvoir psychiatrique», font retour sur un livre ancien (l’Histoire de la folie, en l’occurrence) pour le compléter et en infléchir le projet. D’autres encore, tels ceux de 1979 et 1980, ouvrent un chantier dont on ne sait pas quel usage Foucault se réservait de faire plus tard, mais qui n’a donné naissance à aucun projet de livre connu. « Il faut défendre la société», à l’exception de la dernière leçon, reprise en partie dans La volonté de savoir, est demeuré sans suite.

CDV et JLF — Voulez-nous expliquer ce que sont pour vous ces cours? De quelle manière les cours se lient-ils aux écrits édités de Foucault?

  • 3 M. Foucault, « Le combat de la chasteté», Communications, 35, 1982, n° spécial « Sexualités occiden (...)
  • 4 M. Senellart, « Michel Foucault : gouvernementalité et raison d’État», La pensée politique, 1, 1993 (...)

16MS — Les cours de Foucault représentent d’abord, pour moi, un souvenir extrêmement fort, puisque je les ai suivis de 1972 à 1976. Pour un étudiant en philosophie qui n’était pas très à l’aise dans l’université de l’époque, ces cours ouvraient des espaces de réflexion très excitants. Ils bousculaient les repères convenus, déplaçaient les questions familières et mettaient en scène des figures – le fou, l’anormal, le prisonnier – qui n’avaient pas de place dans l’enseignement « académique». Le cours de 1976, « Il faut défendre la société», en particulier, m’avait enthousiasmé. C’est celui, sans doute, qui exerça alors l’impulsion la plus forte sur mon travail. Il marquait à la fois, de la part de Foucault, la fin d’un cycle, un changement de style et un renouvellement profond (avec l’hypothèse du biopouvoir) de ses schèmes d’analyse. On sentait qu’avec ce cours quelque chose basculait – en direction de quoi? On ne le savait pas trop. La volonté de savoir, paru quelques mois après, précisait certes un peu les intentions de Foucault. Mais le silence qui suivit ce livre (jusqu’à la publication, en 1984, des deux volumes suivants de l’Histoire de la sexualité, dans une perspective très différente de celle initialement annoncée) ne fit qu’accroître les incertitudes. Pendant plusieurs années, le travail de Foucault devint plus souterrain. Je veux dire qu’il s’engagea dans une réflexion – sur l’histoire du « gouvernement», le libéralisme, les procédures chrétiennes de subjectivation, etc. – qui ne trouvait pas son prolongement immédiat dans la publication d’un livre (il y a, bien sûr, Les aveux de la chair, dont la première rédaction date des années 1979-1980, mais qui est resté inédit, à l’exception d’un chapitre sur Cassien3). Ces cours-là, je ne les ai pas entendus alors et ne les ai découverts que bien après la mort de Foucault. L’importance, notamment, de ceux de 1978 et 1979 sur la « gouvernementalité», que j’ai édités en 2004, me parut telle que je voulus les présenter dans un article publié, en 1993, par la revue de l’EHESS La pensée politique4. Ce fut ma petite contribution au débat, ouvert au début des années 1990, sur la nécessité ou non (sans parler des aspects juridiques de la question) de publier les cours.

17AF — Les cours sont pour moi l’espace par excellence dans lequel peut se construire une lecture différente de Foucault qui serait fondée, pour reprendre une distinction qu’il a faite lui-même dans l’introduction à L’usage de plaisirs, sur une « dépréhension» (opposée à la simple « compréhension» de ce qui est dit) : pour lire un auteur il faut parfois en effet se déprendre de soi-même, ne pas se contenter de le « comprendre» (c’est-à-dire toujours peu ou prou de le traduire et de l’interpréter), et s’engager dans une sorte d’exercice sur soi pour changer soi-même plutôt que pour apprendre, pour se transformer soi-même plutôt que pour acquérir un savoir ou une connaissance accrue. Selon moi, il est très difficile de le lire comme ça, donc on ne le lit pas et on fait de la scolastique foucaldienne! C’est une des raisons, à mon avis, pour lesquelles, si l’édition des cours est un succès d’édition mondial (ils sont traduits dans de très nombreuses langues), elle n’a pas suscité et ne suscite pas vraiment de débat intellectuel animé en France. Foucault reste encore gênant, quels que soient les coups de chapeau génériques adressés à son œuvre. Et les cours sont souvent encore plus gênants que les livres dans la mesure où, justement, ils proposent des « pistes» et des hypothèses dont l’auteur lui-même n’a pas expérimenté toute la validité. Le cours est une mise à l’épreuve de la pensée, un exercice de la pensée à l’état pur, un exercice qui déplace par rapport à la tradition universitaire, à la quiétude des savoirs établis et des disciplines. Il ne relève jamais d’une simple accumulation de savoirs. On a là quelque chose d’ardu. C’est difficile à lire car il est malaisé pour le lecteur de mettre à l’épreuve sa propre pensée par rapport à celle de Foucault.

CDV et JLF — Comme dans le cas de Lacan il y a un problème majeur, celui de la transcription de ce qui a été dit. Il faut intervenir, introduire la ponctuation, insérer les paragraphes, etc. Il y a le risque de trahir l’auteur. Comment faire?

18MS — Le seul risque, à vrai dire, est de ne pas ponctuer le texte comme l’aurait fait Foucault, mais quelques virgules de plus ou de moins, selon la façon que l’on a de « sentir» le texte et de lui imprimer un certain rythme, ne changent rien au sens des phrases elles-mêmes. Quant à la division en paragraphes, elle répond à des articulations généralement très bien marquées par Foucault dans son exposé oral ou nettement perceptibles dans le mouvement de l’analyse et suit, autant qu’il est possible, la disposition du manuscrit. Ce n’est pas à ce niveau-là, purement formel, que se situe le danger de trahison, mais à celui de l’établissement du texte proprement dit, i.e. de la restitution de la parole, ou plutôt de la transformation d’une parole prononcée, souvent improvisée (Foucault prend beaucoup de libertés par rapport à son manuscrit, lui-même très inégalement rédigé) en un texte lisible et grammaticalement correct. Certaines opérations vont de soi : élimination des termes de ponctuation orale (« bon», « euh», etc.), suppression des répétitions purement redondantes, correction des petites fautes d’accord et des lapsus mineurs, etc. Que faire, en revanche, des expressions et tournures familières (« ça» au lieu de « cela», « en gros», etc.)? Comment reconstruire une phrase en cas d’anacoluthe? Quel sort réserver aux phrases laissées inachevées? La règle est de rester le plus fidèle possible au texte et de ne faire que les interventions jugées indispensables. Sur ce point, cependant, tous les éditeurs des cours n’ont pas exactement la même façon de procéder. Ainsi le texte établi par Jacques Lagrange, dans son édition du cours de 1974 (Le pouvoir psychiatrique) est-il à la fois plus lisse et plus « écrit» que celui des cours dont je me suis occupé. J’ai tenu, pour ma part, à faire entendre le caractère oral des cours et à signaler, par des crochets et, parfois, des notes infrapaginales, mes interventions sur le texte retranscrit (conjectures en cas d’enregistrement inaudible, remplacement d’un mot par un autre, etc.).

19AF — Le cas de Lacan est très différent puisque lui-même a très explicitement chargé son gendre Jacques-Alain Miller, et lui seul, de préparer la publication de ses cours et que, par ailleurs, me semble-t-il, on disposait de relevés sténographiés desdits cours qui ont servi de base à l’édition. En outre, dans ces cours de Lacan, le texte est livré au lecteur dépourvu de toute note et de tout appareil critique et il faut croire la transcription du transcripteur sur parole. Par ailleurs, sur cette question, le vrai risque de trahison me semble de transformer un texte oral en un texte écrit (ce qui correspond à un vieux réflexe universitaire) en perdant ce qu’a été vraiment le cours avec ses limites, ses erreurs, ses incertitudes et ses tâtonnements. Il faut rester fidèle à l’oralité des cours et nous étions, nous sommes, tous d’accord sur ce point au sein du groupe de personnes qui se chargent de l’édition des cours.

CDV et JLF — Ne court-on pas là le risque d’une « monumentalisation» des cours, d’une cristallisation de la pensée que le cours est justement censé empêcher? Et ce d’autant plus quand le propos du cours n’est pas repris et retravaillé dans un livre par la suite (ou dans des entretiens)?

20AF — Pour éviter cela, il faut comparer les trois registres de travail et d’intervention intellectuelle que nous évoquions tout à l’heure. Le cours est un « commencement» et doit être pris comme tel. Cela pose d’ailleurs le problème capital de savoir comment il faut lire ces cours. Un cours ne se lit pas comme un livre. Plus que sur les thèmes, les positions et les problèmes foucaldiens, il faudrait un jour faire un travail sur « l’activité philosophique de Foucault», sur une modalité de pensée qui ne paraît pas s’embarrasser de trop grands scrupules philologiques (quelle édition utiliser? réfléchir sur l’établissement du texte? prendre en compte toute l’œuvre d’un auteur dès lors qu’on le considère comme essentiel?). Ainsi, quand il parle de Machiavel, il n’en parle pas comme un spécialiste, il le situe dans la perspective du problème de la gouvernementalité et ne cite pas les Discours. « Qu’est-ce que penser pour Foucault?» est donc pour moi une question plus importante que de m’interroger sur les lacunes de sa documentation ou sur la fiabilité des éditions de textes qu’il pratique. On est ravi d’avoir des éditions de textes plus fiables grâce aux travaux de l’ecdotique, mais les philologues patentés ne doivent pas, à mon sens, exercer d’intimidation à propos de la question essentielle que je viens d’évoquer. C’est peut-être là l’un des enjeux essentiels du lien entre philologie et politique, pour citer le thème du dossier de votre revue, car il n’y a pas de pensée véritable qui ne soit pas, en dernière instance, politique, ne serait-ce que parce qu’elle se construit contre ce qui a été précédemment pensé, et la politique se moque de la philologie. Il est donc difficile de poser à un philosophe comme Foucault des problèmes d’ordre trop strictement philologique! Pour reprendre un mot de Foucault, sa pensée (et peut-être notamment sa pensée en fusion dans ses cours) reste une « bombe» et notamment, je pense, une bombe contre tout fétichisme du texte. Les philosophes ont d’ailleurs travaillé pendant des siècles sur des textes faux et mal établis sans que cela n’interdise évidemment le développement de leur pensée propre. Et il n’y a, à mon sens, aucun risque de « monumentalisation» dans la reprise textuelle de la parole prononcée, si l’on considère le cours – ainsi que je l’ai déjà dit – comme un « commencement» de la pensée. Qu’est-ce que le « commencement»? Non pas la reprise ou l’approfondissement de ce que l’on sait déjà, non pas la discussion avec tel ou tel auteur, à l’intérieur de telle ou telle discipline (histoire des idées, histoire du droit, des doctrines politiques, etc.). Le « commencement» est ce que Foucault appelait la « problématisation» à partir de l’invention de concepts nouveaux (par exemple la « gouvernementalité»). Et s’il y a approfondissement et discussion cela se fait à la fin, après coup pour ainsi dire. Toujours à propos de ce risque présumé de monumentalisation, on pourrait aussi rappeler l’utilité du va-et-vient entre les notes de cours et les enregistrements, comme allée et venue entre l’écrit et la parole : il sert en effet à montrer comment a été fait le cours en tant que compromis entre des choses écrites et des choses dites.

CDV et JLF — La situation a-t-elle été rendue plus compliquée parce qu’il était difficile de se prévaloir des textes des cours (puisqu’ils pouvaient être considérés, à proprement parler, comme des inédits et, donc, tomber sous le coup de l’interdiction testamentaire de Foucault) ? Les enregistrements peuvent-ils être considérés comme la « dernière volonté » de Foucault vis-à-vis de ses cours ? Si l’« écrit » est plus riche, le « dit » doit-il prévaloir sur l’« écrit » quand bien même il y aurait un obstacle légal ?

21MS — Sur ce point, les choses ont un peu évolué depuis le début de la publication des cours. La position initiale de Daniel Defert était de ne citer le manuscrit que pour remédier à une difficulté grave de transcription ou corriger une erreur manifeste de Foucault (date ou citation inexacte, par exemple). Les premiers cours publiés, par la suite, comportent très peu de références au manuscrit. Il est apparu, cependant, que le manuscrit contenait parfois des développements importants non repris dans le cours, soit pour des raisons de temps, soit parce qu’il s’agissait d’esquisses préparatoires. Frédéric Gros, en 2001, en a cité de longs extraits dans sa Situation du cours. Fort de ce précédent, et sans aucune réticence de la part de Daniel Defert, j’ai inséré, en note, de longs passages du manuscrit dans mon édition, lorsque de telles citations venaient utilement compléter ou éclairer le texte. Vous voyez qu’il ne s’agit, en aucune façon, de faire prévaloir l’écrit sur le dit. La distinction entre les deux textes demeure strictement maintenue au profit du texte oral. L’écrit, quant à lui, n’est utilisé qu’à titre de document, dans les limites d’une citation partielle requise, ou souhaitable, pour une meilleure intelligibilité du cours. C’est toute autre chose que de publier séparément l’intégralité d’un texte manuscrit non destiné à la publication. J’ai trouvé un certain nombre de textes de cette sorte dans les dossiers de Foucault (introductions à son séminaire du Collège de France, analyses de concepts, notes plus ou moins élaborées en vue de conférences, etc.). Cela, bien sûr, tombe sous le coup de l’interdiction testamentaire de publication d’inédits.

22AF — Les manuscrits des cours sont-ils des inédits? Il est difficile de trancher. Le fait que Frédéric Gros et Michel Senellart aient cité ces notes préparatoires relève à mon sens d’une question plus théorique que légale sur le statut de l’inédit. Quoi qu’il en soit ce qui a été dit reste ce qui a été dit. Mais rien n’interdit de penser qu’un autre type d’édition des cours aurait pu ou pourra être envisagé (dans quelques dizaines d’années et par des chercheurs d’une autre génération plus détachés du moment historique auquel Foucault a appartenu) en tenant compte systématiquement des manuscrits des cours. Je suis convaincu pour ma part que toute édition est provisoire. À cet égard, je pense que ce va-et-vient éventuel entre cours et manuscrits, engagé déjà par Frédéric Gros et Michel Senellart, est beaucoup plus important que l’établissement de notes au texte. On peut mieux voir, en effet, ce qui a été ajouté ou retiré au dernier moment, ne serait-ce que pour faciliter une meilleure compréhension des auditeurs du cours pour lesquels certaines analyses auraient eu du mal à « passer».

CDV et JLF — Si on retrouve dans l’édition des cours la logique d’une édition classique, fondée sur la méthode de la collation, entre la transcription du texte lu avec le texte écrit, qui permet d’apprécier les différences et d’en signaler certaines au lecteur dans les notes, vous avez cependant renoncé à établir un apparat des variantes. Que pouvez-vous nous dire sur ce point? Qu’en est-il, par ailleurs, des trois premiers cours, dont les enregistrements ont été perdus? Faut-il les publier à partir du manuscrit? Ne s’agit-il pas là bel et bien d’un inédit? Par ailleurs, est-il légitime de se demander si Foucault aurait été d’accord pour ce faire?

23MS — Le caractère souvent schématique du manuscrit, encore une fois, ainsi que les grandes libertés que prend Foucault par rapport à ses notes rendaient tout à fait vain l’établissement d’un tel apparat des variantes. Mais vous faites allusion, sans doute, à ce qu’annonce l’« Avertissement», publié au début de chaque cours : « Un astérisque en pied de page signale les variantes significatives des notes utilisées par Foucault par rapport à ce qui a été prononcé.» (p. x) Il ne s’agit, en aucune façon, comme dans l’édition critique d’un texte ancien, reconstruit à partir de plusieurs manuscrits, d’établir le relevé des variantes entre les témoins, afin de démontrer, par le jeu des différences et des concordances, la pertinence de la lecture retenue. À cet égard, l’expression « variantes significatives», empruntée à la philologie, est peut-être un peu inexacte ou trompeuse. Ce sont moins les variantes, qui n’ont pas à être prises en compte en tant que telles, que les précisions, éclaircissements ou développements complémentaires apportés par le manuscrit, qui peuvent être retenus par l’éditeur dans un souci d’intelligibilité.

24Quant au choix de ne pas fonder l’édition sur les textes manuscrits, rien à voir avec une obligation légale : le vrai cours, et le seul, c’est celui que prononce Foucault. Peut-être en va-t-il autrement des cours des premières années, apparemment plus rédigés (j’avais le sentiment, en l’écoutant en 1972, que Foucault lisait un texte entièrement écrit). Daniel Defert travaille actuellement à l’édition du cours de 1971, « La volonté de savoir». En l’absence d’enregistrement, c’est évidemment le texte écrit qui sera publié – ce qui ne peut se faire, toutefois, que s’il présente toutes les conditions de lisibilité suffisantes et qu’il ne soit pas nécessaire de l’« arranger». Dans ce cas, il y a vraisemblablement très peu de différences entre le texte écrit et celui effectivement dit par Foucault. La question de savoir si celui-ci « serait d’accord» me paraît dépourvue de sens : s’il était vivant, il n’aurait pas publié ses cours en l’état et nous ne nous poserions pas ces problèmes de méthode.

25AF — La publication à partir du manuscrit des trois premiers cours dont nous n’avons pas les cassettes pose des questions tout à fait différentes de celles qui naissent de la publication des autres cours à partir d’un enregistrement (et même de celles que posent une publication à partir d’une retranscription de la parole prononcée). On peut effectivement se demander si Foucault aurait accepté qu’on publie les manuscrits de ses cours; mais une telle interrogation n’a pas beaucoup de sens car, à mon avis, Foucault n’aurait jamais accepté qu’on publie de ses cours de son vivant (et ce même à partir des cassettes). Il y avait aussi une sorte de souveraine modestie de Foucault, une sorte de réserve vis-à-vis de la publication à tout prix de son travail, et de ses cours surtout. La décision a été prise, pour des raisons auxquelles j’ai déjà fait allusion, de publier ce qui était dit, ce qui était rendu public; et donc, pour cette même raison, on publiera aussi ce dont nous ne possédons que le manuscrit préparatoire au cours. Pourquoi? C’est encore une fois une question de « commencement», la trace cette fois du commencement de son enseignement au Collège de France. À condition toutefois de répéter encore une fois que les cours offrent des « pistes» pour un public libre de les utiliser, libre de les utiliser non pour écrire des livres « sur» Foucault, mais pour poursuivre le type de travail qu’il faisait et appelait à faire. Or il y a des milliers d’ouvrages et d’articles sur la pensée de Foucault, mais en fin de compte assez peu d’ouvrages « foucaldiens». Il a toujours pensé qu’on ne devait pas faire une exégèse infinie sur sa propre pensée; il détestait d’ailleurs l’exégèse même s’il a été souvent son propre exégète car, à chaque fois qu’il prenait un tournant, il tentait de l’expliquer en montrant comment, bien qu’il fût un philosophe de la discontinuité, il existait des formes de continuité dans ses problématisations (dans le livre de Rabinow, il affirme qu’il n’a jamais abandonné le problème du « pouvoir» même quand il parlait de « gouvernementalité»).

CDV et JLF — Certains éditeurs, parmi lesquels vous-même, Michel Senellart, ont indiqué aussi les données contextuelles (bruits ambiants, épisodes circonstanciels, etc. – c’est le cas aussi de l’édition de « L’herméneutique du sujet» menée à bien par Frédéric Gros). Pourquoi ce choix? On trouve ainsi différentes indications, du type : « on lui fait passer un papier», « rires», etc. Jusqu’où est-il vraiment utile de fonder l’édition sur une transcription intégrale des enregistrements quand bien même cela n’est pas en rapport avec le contenu des cours. Les réactions du public à une question, à une observation de Foucault, font-elles partie du cours? Est-il important de connaître la forme sous laquelle une question a été posée dès lors que l’essentiel est constitué par la question en elle-même et, bien évidemment, par la réponse de Foucault? Y a-t-il eu une réflexion préalable sur cet aspect de l’édition?

  • 5 « Je suis surpris que vous riiez, parce que c’est tout de même, à très peu de chose près, la défini (...)

26MS — Ce type d’indications demeure assez rare. Pour ma part, j’ai choisi, selon ma règle constante, de ne signaler ces éléments – rires, bruits, etc. – que lorsqu’ils étaient nécessaires à l’intelligence du texte. Le seul exemple, en fait, dans mon édition se trouve dans la dixième leçon du cours de 1980, « Naissance de la biopolitique», p. 256. Foucault vient d’énoncer la définition que donne Gary Becker du crime (« Toute action qui fait courir à un individu le risque d’être condamné à une peine.»). Si j’indique, entre parenthèses : « Quelques rires», c’est parce que Foucault manifeste aussitôt son étonnement par rapport au bruit de la salle5. Nécessité, donc, de faire entendre la cause de cette remarque. De façon plus générale, l’intégration de telles données contextuelles dans le texte permet de rappeler la présence du public auquel s’adresse Foucault (et auquel il pose parfois des questions du genre : « Vous me laissez encore cinq minutes?»). Ce sont de petites touches qui évoquent une ambiance ou introduisent des sortes de césures orales dans un discours qui peut apparaître, à la lecture, comme très écrit.

27La même question se pose pour les éléments purement anecdotiques : Foucault disant qu’il a la grippe, s’excusant d’arriver en retard à la suite d’un embouteillage ou de devoir partir plus tôt à cause d’une réunion… Fallait-il les conserver? À l’attitude assez puriste du début, dans le groupe de travail – établir un texte aussi proche que possible de la forme du livre – a succédé, sur ce point, une position plus souple. Si c’est utile pour rendre compte de l’économie générale du cours (pourquoi, par exemple, une séance est plus courte qu’une autre, pourquoi tel développement s’est trouvé abrégé, ou supprimé, par rapport au manuscrit), alors il faut le garder, quitte à paraphraser la phrase de Foucault entre crochets, comme je l’ai fait dans « Sécurité, territoire, population», p. 319, ou à la reporter dans une note infrapaginale. Mais tout ceci n’a pas vraiment fait l’objet d’une réflexion préalable entre nous. Ce sont des aspects du travail qui ont été discutés à l’occasion de la lecture des éditions en chantier et (à la différence d’autres questions relatives à la Situation du cours ou à l’appareil critique) laissés, pour l’essentiel, à l’appréciation de chacun des éditeurs.

CDV et JLF — Quels critères ont été choisis pour la rédaction des notes?

28MS — Distinguons, d’abord, les notes infrapaginales, appelées par un asté­risque, de celles regroupées en fin de leçon. Les premières explicitent l’intervention de l’éditeur signalée dans le texte par des crochets. Par exemple, p. 178 de « Sécurité, territoire, population», j’ai remplacé le mot « prenant», utilisé par Foucault, par « accordant», qui s’imposait ici, et ai cité le premier mot en note (« M. F. : prenant»). Ce type de note est plus fréquent dans mon édition que dans les précédentes. Il m’a paru nécessaire pour mettre à nu le travail fait sur le texte et justifier le choix proposé. Si j’écrivais « accordant» au lieu de « prenant» sans signaler la substitution par des crochets, le lecteur qui voudrait comparer le texte avec l’enregistrement (il y en a qui se livrent à cet exercice avec une acribie très tatillonne!), serait en droit, sinon de me reprocher cette intervention, du moins de se demander dans quelle mesure je ne réécris pas à ma guise le texte foucaldien. Mais si je me contentais d’écrire « accordant» entre crochets, sans autre explication, je n’offrirais pas au lecteur le moyen d’apprécier la justesse de ma correction. Je me mets, moi, à la place de ce lecteur qui veut (c’est du moins ainsi que je le conçois) avoir sous les yeux le texte à la fois le plus lisible (niveau de la mise entre crochets) et le plus authentique possible (niveau de la note infrapaginale). L’autre fonction de ces notes en pied de page est de citer des passages du manuscrit qui viennent combler une lacune de l’enregistrement ou, comme je l’ai déjà rappelé, compléter un moment du développement oral.

29Quant aux notes de fin de leçon, ce sont celles qui ont fait l’objet des discussions les plus longues, au début de la mise en route du projet éditorial et par la suite encore, à l’occasion, notamment, du volume publié par Valerio Marchetti. Les critères étaient les suivants : expliciter les références ou allusions faites par Foucault (en ayant à l’esprit que ce qui pouvait être clair pour les auditeurs ou, plus généralement, le public cultivé de l’époque ne l’était peut-être plus pour un lecteur d’aujourd’hui); mettre en évidence, lorsque c’était possible, les sources utilisées; ne jamais commenter le texte ni le surcharger d’un appareil critique trop lourd. Sans doute la tendance, dans les premiers temps, était-elle assez minimaliste. Il est apparu assez vite, toutefois, que cette attitude n’est guère aisée à tenir et que le principe initial – le moins de notes possible – devait être assoupli, ou plutôt modulé en fonction de la nature des cours (tous les cours n’appelant pas le même type d’annotations).

30AF — Il y a une quinzaine d’années, au début du travail collectif de préparation de l’édition complète des cours, nous avons pris le parti de notes légères excluant tout débat et tout commentaire. J’ai moi-même quelques réticences par rapport aux notes trop nombreuses car il me semble qu’il faut prendre garde à ne pas faire des notes comme s’il s’agissait d’un livre dont on serait l’auteur. En effet, au-delà d’un fait parfaitement logique et compréhensible, à savoir que chacun rédige aussi des notes en fonction de ses compétences et de ses intérêts, un certain type de notes donne l’impression au lecteur qu’il se trouve non plus en face d’un cours mais d’un livre. La question se pose de façon encore plus aiguë pour les traductions dans les autres langues où s’ajoute à cela le fait que le traducteur choisit parfois une langue beaucoup plus écrite que celle des cours, ce qui produit en quelque sorte une forme de falsification philologique du texte. Ma réticence par rapport aux notes explique d’ailleurs le rôle capital que j’assigne à la « situation du cours» qui constitue l’élément le plus original du dispositif éditorial que nous avons collectivement choisi. Cette « situation» est censée reconstituer la conjoncture historique dans laquelle naît le cours, les débats de l’époque, les traces de lectures que Foucault aurait pu faire, des livres qu’il aurait pu utiliser même s’il ne les cite jamais (il cite d’ailleurs très rarement ses contemporains). Bref, il s’agit de donner des éléments épars d’interprétation, mais sans toucher au caractère instable, inachevé et initial de la parole à l’œuvre dans le cours. Peut-être faudrait-il d’ailleurs ajouter à l’édition des cours, quand elle sera achevée, un apparat critique qui reprendrait les index analytiques de chaque volume, les index des auteurs et des ouvrages cités, etc., comme cela a été fait par exemple pour certaines éditions des œuvres complètes de Freud (par exemple en Italie et en Grande-Bretagne). Il serait aussi intéressant d’analyser les trajets d’un cours à l’autre, les rapports des cours avec les livres, etc.

CDV et JLF — Des choix différents ont été faits, nous semble-t-il, par les différents éditeurs : certains ont annoté avec beaucoup de parcimonie, d’autres avec exubérance. Est-il légitime d’annoter abondamment alors que Foucault était lui-même très sobre dans l’annotation? Comment cela peut-il se justifier, voire s’avérer nécessaire, pour répondre à certaines critiques d’historiens, surtout quant à sa documentation? Y a-t-il chez Foucault une forme d’ambivalence – voire une forme de contradiction – entre une réticence envers toute érudition excessive et la revendication de l’appartenance à la « grande, tendre et chaleureuse franc-maçonnerie de l’érudition inutile»?

31MS — J’observerai tout d’abord que prendre comme modèle le mode d’annotation pratiqué par Foucault dans ses propres livres revient à entretenir la confusion entre livres et cours et à tirer les seconds vers la forme des premiers. Or, je l’ai déjà souligné, c’est précisément parce que les cours ne sont pas des livres et qu’il importe de maintenir cette différence aussi visible que possible que ce travail d’édition soulève des problèmes spécifiques. La légitimité des solutions adoptées, dès lors, ne saurait s’évaluer par rapport à une quelconque volonté de Foucault dont les responsables éditoriaux seraient les oracles. Elle ne peut découler que de la nécessité interne du travail lui-même, selon les règles générales fixées au départ.

  • 6 M. Foucault, « À propos des faiseurs d’histoire», Dits et écrits : 1954-1988, D. Defert et F. Ewald (...)

32À votre seconde question sur la contradiction partielle ou l’ambivalence de Foucault à l’égard de l’annotation érudite, je ne sais pas répondre (et ne sais s’il faut répondre : y a-t-il à « rendre compte» de ces tensions qui font la richesse et la complexité d’une personnalité?). Je rappellerai simplement la position qu’il défendait, en 1983, à propos de l’éthique du travail intellectuel – ce travail, auquel nul n’est forcé, qui consiste à écrire des livres, à « mettre des notes, à faire des bibliographies, à poser des références» (c’était à l’occasion d’une polémique autour d’un livre de Jacques Attali, Histoire du temps). « […] Le principal de cette éthique, disait Foucault, c’est avant tout de respecter [des] règles techniques [de documentation, de recherche, de vérification] et de faire connaître celles qu’on a utilisées.» Éthique qui procédait essentiellement, à ses yeux, du « respect à l’égard du lecteur». « Un travail doit dire et montrer comment il est fait.»6 Voilà le principe. On peut toujours discuter ensuite du style de l’annotation, plus sobre ou plus fleuri : affaire de goût, en quelque sorte. Mais ce qui importe vraiment, c’est cette exigence de « transparence technique» qui est, pour Foucault, la condition de la « liberté d’usage» du lecteur.

  • 7 M. Foucault, Naissance de la biopolitique : cours au Collège de France, 1978-1979, M. Senellart éd. (...)

33Appliqué à l’édition des cours, ce principe joue à un double niveau, puisqu’il s’agit à la fois de montrer « comment est fait» le cours (la documentation de Foucault, son mode d’utilisation) et comment se fait le travail d’édition lui-même, non seulement sur le plan de l’établissement du texte, mais sur celui de l’identification des sources ou de l’explicitation du propos de Foucault. C’est la règle à laquelle je me suis efforcé de rester fidèle : donner au lecteur le maximum de précisions nécessaires à l’intelligence du texte (d’où la nécessité, parfois, de longues citations ou de développements un peu circonstanciés). Un exemple : dans « Naissance de la biopolitique», Foucault fait dire à Bentham que « le panoptique, c’est la formule même d’un gouvernement libéral»7. Formule étonnante! Cette phrase, si Bentham l’a réellement écrite, est assurément de première importance. Le problème est qu’elle ne se trouve nulle part dans les œuvres publiées dont Foucault pouvait avoir connaissance en 1979. Le rôle de l’éditeur est alors de rendre compte de cette phrase, bien qu’elle n’existe pas chez Bentham. J’ai donc formulé quelques hypothèses dans ma note, mais, ce faisant, j’ai été conduit à suggérer que Foucault, en fait, avait mal interprété la pensée de Bentham. Comment faire autrement? L’impératif de « transparence technique» oblige à sortir des limites d’une stricte annotation référentielle et à proposer une explication qui réponde le mieux possible à l’attente du lecteur. J’aurais pu me contenter, sans doute, de dire que la phrase ne se rencontre pas, sous cette forme, dans les textes de Bentham, et laisser le soin aux commentateurs de justifier ou de discuter l’énoncé foucaldien, mais c’eût été une annotation paresseuse, qui, loin de remplir sa fonction, aurait frôlé la négligence : je n’ai pas trouvé, débrouillez-vous… (Quand vraiment je n’ai pas trouvé la source d’une citation, je le dis tout net : ainsi, par exemple, dans « Sécurité, territoire, population», la note 32 p. 339, à propos de deux citations de Claude Fleury.) Il y a là, peut-être, une frontière un peu ténue entre justification d’une référence (ou de l’absence de référence) et commentaire, mais non pas glissement ou dérapage. Le commentaire, c’est le redoublement du texte foucaldien par un autre texte qui s’autorise un certain supplément de savoir, mais dont le lecteur, fondamentalement, n’a pas besoin pour bien comprendre le texte qui lui est donné à lire. Alors que la note justificative ou explicative répond (ou, du moins, devrait répondre) à un tel besoin. À vous, aux lecteurs, de juger si cette distinction est appliquée avec rigueur.

34AF — La question de savoir comment Foucault utilisait ce qu’il lisait reste pour partie un mystère. Parfois des auteurs qui sont importants pour lui ne sont jamais cités (c’est le cas de Heidegger, dont il souligne dans un de ses derniers entretiens la place qu’il a pu occuper dans son parcours intellectuel). Souvent les auteurs mettent le lecteur sur une fausse piste en ne citant pas ce qui est important pour eux. Cette interrogation est aussi liée à la question de savoir comment il lisait les textes et tout cela concerne un problème essentiel – dont Senellart parle plus haut – à savoir la « fabrique du texte». Un travail sur ce point permettrait peut-être de comprendre comment il se fait que Foucault nous donne souvent l’étrange impression de rendre pertinent tout ce qu’il lit, d’où le fait qu’il puisse se passer des auteurs plus attendus (ainsi, quand il parle de raison d’État, Palazzo compte plus pour lui que Botero) au profit d’auteurs dits mineurs, ces auteurs mineurs qu’il dit « assujettis» et qui semblent prendre à partir des problèmes qu’il se pose une importance qu’ils n’ont pas dans la tradition des disciplines universitaires auxquelles ils peuvent être rattachés. Voilà pourquoi, pour Foucault, à partir de la question de la « gouvernementalité», Palazzo pouvait être plus important que Botero, plus important que Machiavel lui-même. Si on leur pose la question des « effets de pouvoir» (et non la question de la vérité du propos), toute une série de textes mineurs pour la tradition universitaire deviennent d’ailleurs importants. De plus, ce qui compte pour toute réflexion sur l’annotation des cours, il choisit souvent de lire les textes non dans leur édition critique la plus fiable mais dans celle qui a été utilisée par la tradition, car le texte n’existe que dans les lectures qui en sont faites et qui en ont été faites. C’est le cas de la traduction de Beccaria qu’il lit dans l’édition de Faustin-Hélie, publiée en 1856, laquelle reproduit la traduction de Morellet de 1765, traduction approuvée par l’auteur malgré les manipulations qui y sont opérées sur le texte original. Bref, l’attitude de conservation monumentale domine sans doute trop fort notre époque et contribue à dépolitiser la philologie.

CDV et JLF — Alessandro Fontana défend le choix d’une annotation qui permettrait de reconstruire la bibliothèque de Foucault, les livres sur lesquels il travaillait, tout en se rappelant que Foucault lisait dans les livres et faisait dire aux livres plus qu’il n’y avait écrit dedans. Qu’en pensez-vous?

  • 8 É. Thuau, Raison d’État et pensée politique à l’époque de Richelieu, Paris, Armand Colin, 1966 (réé (...)
  • 9 F. Meinecke, Die Idee der Staatsräson in der neueren Geschichte (1924) (traduction française de M.  (...)
  • 10 F. Bilger, La pensée économique libérale de l’Allemagne contemporaine, Paris, Librairie générale de (...)
  • 11 L. Donnadieu, La théorie de l’équilibre, étude d’histoire diplomatique et de droit international, t (...)

35MS — Je partage entièrement cette conception. Reconstruire la bibliothèque, mais aussi l’« atelier» de la fabrication des cours : les livres et la manière de s’en servir. Il importe de ne pas séparer l’un et l’autre. La bibliothèque relative aux cours, en effet, n’est pas tout à fait la même que celle utilisée en vue des livres. L’archive n’y a pas le même statut. Pour les cours (ceux, du moins, dont je me suis occupé), Foucault s’appuie souvent sur des travaux de seconde main, dont l’autorité scientifique est reconnue. Il est intéressant de noter, en particulier, de la part d’un auteur tenu pour quelque peu dédaigneux des productions académiques, l’usage qu’il fait des thèses de doctorat. Celles-ci constituent, bien souvent, sa source principale. Comme je l’ai montré dans mon édition, c’est de la thèse d’Étienne Thuau, Raison d’État et pensée politique à l’époque de Richelieu8, qu’il tire l’essentiel de son information sur la raison d’État (il n’avait pas lu, alors, – mais l’a-t-il jamais lu? – le livre de Meinecke9, évoqué dans sa conférence de 1979, « Omnes et singulatim : vers une critique de la raison politique»). De même, est-ce la thèse de François Bilger sur La pensée économique libérale de l’Allemagne contemporaine10 qui nourrit, pour la plus grande part, son analyse de l’ordo-libéralisme allemand. Ces thèses sont parfois très anciennes. J’ai eu la surprise, ainsi, de constater que Foucault tirait un grand nombre de ses références sur la politique de l’équilibre européen, aux xviie et xviiie siècles, d’une vieille thèse de Léonce Donnadieu publiée en 190011 (cela, je ne l’aurais pas découvert sans le secours des notes préparatoires que Daniel Defert m’a permis de consulter).

  • 12 M. Foucault, Sécurité, territoire, population : cours au Collège de France, 1977-1978, M. Senellart (...)
  • 13 G. A. Palazzo, Discorso del governo e della ragion vera di stato, Naples, pour G. B. Sottile, 1604 (...)

36Cela étant, on ne peut pas prétendre que Foucault fasse dire à ces livres, pour reprendre votre expression, « plus que ce qu’il y a écrit dedans». Non, il en tire le meilleur parti en vue de son argumentation, mais ne leur impose pas de distorsion. Tout autre, en revanche, est le cas de l’archive proprement dite. Là, il arrive que Foucault sollicite très librement le texte et en offre une lecture que d’aucuns, au nom de la rigueur savante, peuvent juger désinvolte. Sans récuser ce point de vue, je crois nécessaire, néanmoins, de rapporter l’archive ou, plus exactement, la fonction que lui attribue Foucault, à l’économie spécifique du cours, d’une part, et à sa temporalité, de l’autre. Économie du cours : l’archive joue un rôle très différent selon que le cours a pour objet l’analyse d’un corpus bien défini (psychiatrique, par exemple) ou l’ouverture d’un champ nouveau de problématisation, telle que la « gouvernementalité», avec ce que cela implique de provisoire et d’inachevé. Foucault en est bien conscient lorsqu’il dit à ses auditeurs : « Tout ceci, ces réflexions sur la gouvernementalité, cette très vague esquisse du pastorat, etc., ne prenez pas ça pour argent comptant, bien entendu. Ce n’est pas du travail achevé, ce n’est même pas du travail fait, c’est du travail en train de se faire, avec tout ce que cela peut comporter bien sûr d’imprécisions, d’hypothèses – enfin c’est des pistes possibles, pour vous si vous le voulez, pour moi peut-être.»12 L’archive, donc, comme support d’un travail en train de se faire, c’est-à-dire d’un travail qui se fait, quasiment, dans le temps même de l’exposition, sans le recul d’une longue réflexion ni l’appui d’une documentation longuement accumulée – un travail qui s’invente au fur et à mesure qu’il progresse. C’est là sa temporalité particulière, liée non seulement à la durée du cours, mais aussi à la nouveauté, pour Foucault lui-même, des pistes qu’il explore. Rien d’étonnant, dès lors, si Foucault surlit (si l’on peut dire) certains textes, comme, par exemple, le traité sur la raison d’État de Palazzo13, auquel il accorde une importance bien excessive par rapport à son rôle historique (d’autres auteurs, comme Ammirato ou Zuccolo, non cités par Foucault, méritaient assurément une bien plus grande considération). Mais cet écrit était l’un des rares, avec le traité de Botero, à avoir fait l’objet d’une traduction française au xviie siècle. Foucault, qui ne lisait pas (ou mal) l’italien, utilise donc la version française qu’il a pu consulter quelques jours plus tôt à la Bibliothèque nationale. Question de rapidité, encore une fois, d’efficacité démonstrative. Aux spécialistes, s’ils le veulent, de corriger la lecture proposée, avec toute la sévérité philologique requise. Mais l’essentiel, pour Foucault, ne se joue pas sur ce plan-là – et l’on peut dire : tant mieux! car c’est à ce prix que ses cours nous donnent aujourd’hui encore à penser.

37C’est dans cet écart entre la lecture interprétative (j’allais dire interprétante), à chaud, de Foucault et la lecture froide, objectivante, distanciée, de l’éditeur, toujours un peu plus savant, nécessairement, que Foucault lui-même grâce au recul dont il bénéficie, que se situe la difficulté du travail d’établissement des notes. Faut-il se contenter de donner les références, le plus exactement possible, ou rétablir la « vérité» du texte auquel renvoie Foucault? J’ai déjà évoqué ce point, tout à l’heure, avec l’exemple d’une citation de Bentham. La meilleure solution, en général, est de donner en note toutes les précisions souhaitables sur l’auteur cité (quitte, là, à se montrer plus « savant» que Foucault) et le texte dont est tirée la citation afin de la resituer dans son contexte immédiat.

CDV et JLF — Doit-on, par exemple, signaler des ouvrages parus après la rédaction des cours, voire la mort de Foucault, sur les mêmes sujets? Si oui, est-il possible, voire légitime, d’actualiser (et comment procéder pour ce faire) le texte de Foucault en l’insérant dans le débat actuel? Ne risque-t-on pas l’anachronisme?

  • 14 M. Stolleis, Histoire du droit public en Allemagne, 1600-1800, Paris, PUF (Fondements de la politiq (...)

38MS — En principe, non : pas de mention des ouvrages postérieurs à la rédaction du cours et référence aux seuls livres effectivement lus par Foucault (ou dont on suppose qu’il les a vraisemblablement lus). Le risque, sinon, était de faire de longues notes bibliographiques. Certains, d’ailleurs, n’ont pas résisté à cette tentation, comme en témoigne l’appareil critique du cours sur le pouvoir psychiatrique. La seule limite à ce principe réside, à mon sens, dans la considération de l’intérêt du lecteur : il peut être utile, exceptionnellement, de lui signaler un ouvrage récent qui se rapporte à l’un des thèmes traités par Foucault. Alors que la littérature sur la science allemande de la police est encore si indigente, comment, par exemple, ne pas citer le grand livre de Michael Stolleis sur le droit public impérial et la science de la police, paru en 1988 et traduit en français dix ans plus tard14? Mais je suis tout à fait d’accord avec vous sur l’anachronisme qu’il y a à vouloir insérer le texte de Foucault dans le débat actuel.

Haut de page

Notes

1 M. Foucault, « Il faut défendre la société». Cours au collège de France. 1976, Paris, Gallimard-Seuil, 1997, p. 3. Il s’agit du propos introductif du premier cours de cette année-là.

2 Pour ne citer que deux cas, on peut songer à cet égard aux utilisations, d’ailleurs différentes, faites de la théorie du biopouvoir par A. Negri et par G. Agamben.

3 M. Foucault, « Le combat de la chasteté», Communications, 35, 1982, n° spécial « Sexualités occidentales», p. 15-25.

4 M. Senellart, « Michel Foucault : gouvernementalité et raison d’État», La pensée politique, 1, 1993, p. 276-303 (traduction italienne, Archivio della Ragion di Stato, 2, 1994 ; nouvelle traduction italienne, partielle, Governare la vita. Un seminario sui Corsi di Michel Foucault al Collège de France (1977-1979), S. Chignola dir., Vérone, Ombre corte, 2006, p. 11-36).

5 « Je suis surpris que vous riiez, parce que c’est tout de même, à très peu de chose près, la définition que le code pénal français, et par conséquent tous les codes qui s’en sont inspirés, donnent du crime […].»

6 M. Foucault, « À propos des faiseurs d’histoire», Dits et écrits : 1954-1988, D. Defert et F. Ewald éd., avec la collaboration de J. Lagrange, Paris, Gallimard, 1994, t. IV, p. 413-414.

7 M. Foucault, Naissance de la biopolitique : cours au Collège de France, 1978-1979, M. Senellart éd.; F. Ewald et A. Fontana dir., Paris, Gallimard-Seuil, 2004, p. 69 (séance du 24 janvier 1979).

8 É. Thuau, Raison d’État et pensée politique à l’époque de Richelieu, Paris, Armand Colin, 1966 (réédition, Paris, Albin Michel (Bibliothèque de l’évolution de l’Humanité), 2000.

9 F. Meinecke, Die Idee der Staatsräson in der neueren Geschichte (1924) (traduction française de M. Chevallier, L’idée de la raison d’État dans l’histoire des Temps modernes, Genève, Droz, 1973).

10 F. Bilger, La pensée économique libérale de l’Allemagne contemporaine, Paris, Librairie générale de droit, 1964.

11 L. Donnadieu, La théorie de l’équilibre, étude d’histoire diplomatique et de droit international, thèse pour le doctorat ès sciences politiques (université d’Aix-Marseille), Paris, A. Rousseau, 1900.

12 M. Foucault, Sécurité, territoire, population : cours au Collège de France, 1977-1978, M. Senellart éd., F. Ewald et A. Fontana dir., Paris, Gallimard-Seuil, 2004, p. 139 (séance du 15 février 1978).

13 G. A. Palazzo, Discorso del governo e della ragion vera di stato, Naples, pour G. B. Sottile, 1604 (traduction française d’A. de Vallières, Discours du gouvernement et de la raison vraye d’Estat, Douai, imprimerie De Bellire, 1611). Voir M. Foucault, Sécurité, territoire, population, op. cit. (séance du 15 mars 1978).

14 M. Stolleis, Histoire du droit public en Allemagne, 1600-1800, Paris, PUF (Fondements de la politique), 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Del Vento et Jean-Louis Fournel, « L’édition des cours et les « pistes» de Michel Foucault », Laboratoire italien [En ligne], 7 | 2007, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/144 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.144

Haut de page

Auteurs

Christian Del Vento

Christian Del Vento est maître de conférences à l’université de Caen, où il enseigne la langue et la littérature italiennes. Ses recherches portent sur la littérature, l’histoire et la pensée politique italiennes des XVIIIe et XIXe siècles, mais aussi sur l’histoire de la critique littéraire et l’historiographie aux XIXe et XXe siècles. Il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages, parmi lesquels le volume « Un allievo della Rivoluzione». Ugo Foscolo tra « apprendistato» letterario et « nuovo classicismo» (1795-1806). Avec P. Carta et X. Tabet, il a publié Scritti sul Principe di Niccolò Machiavelli di Angelo Ridolfi e Ugo Foscolo (2004). À l’occasion du bicentenaire de la mort de Vittorio Alfieri, en 2003, il a publié le catalogue de l’exposition Quand Alfieri écrivait en français. Vittorio Alfieri et la culture française, en collaboration avec G. Santato. Plus récemment, il a écrit avec X. Tabet Venise au XIXe siècle. La construction d’un mythe européen : problèmes historiographiques et représentations littéraires (2006). Il prépare actuellement un volume consacré à la bibliothèque de Vittorio Alfieri, en cours de publication dans l’édition nationale des Œuvres de Vittorio Alfieri.

Articles du même auteur

Jean-Louis Fournel

Jean-Louis Fournel est professeur à l’université Paris 8, où il enseigne l’histoire et la culture de la Renaissance italienne. Il appartient par ailleurs à l’UMR 5206 Triangle du CNRS (ENS LSH, Lyon). Ses recherches portent sur la pensée politique italienne ainsi que sur l’histoire de la langue vulgaire et de la rhétorique à la Renaissance. Il a traduit et commenté avec Jean-Claude Zancarini Le Prince de Machiavel, Paris, PUF, 2000; les Écrits politiques de Savonarole, Paris, Seuil, 1993 et, de Guicciardini, L’Histoire d’Italie, Paris, Laffont, 1996, les Écrits politiques, Paris, PUF, 1997 et les Avertissements politiques, Paris, Cerf, 1988. Toujours avec Jean-Claude Zancarini, il a publié La politique de l’expérience. Savonarole, Guicciardini et le républicanisme florentin, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2002 ainsi que Les guerres d’Italie. Des batailles pour l’Europe, Paris, Gallimard (Découvertes), 2003. Il dirige actuellement le projet ANR « Naissance et développement d’une pensée de la guerre des guerres d’Italie aux traités de Westphalie (1494-1648)».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page