Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Christiane Klapisch-Zuber, Retour à la Cité. Les magnats de Florence (1340-1440)

Jean-Louis Fournel
p. 235-237
Référence(s) :

Christiane Klapisch-Zuber, Retour à la Cité. Les magnats de Florence (1340-1440), Paris, Éditions de l’EHESS, 2006, 519 pages, 40 euros (traduction en préparation pour Viella editrice, Rome).

Texte intégral

1Les fonds d’archives florentins sont bien fournis et ouvrent toujours la possibilité de nouveaux travaux sur de vieux sujets. Si l’on change de point de vue, si l’on déplace un peu la perspective, la recherche bouge aussi et une œuvre d’importance peut en naître, un travail qui aille au-delà de son sujet affiché et qui échappe aux modes. Comment partir des lectures précédentes d’un sujet classique sans en prendre systématiquement le contre-pied, a priori, mais en les respectant et en les nuançant, c’est ce que nous montre Christiane Klapisch-Zuber. Ainsi un sujet vieilli peut acquérir une nouvelle charge herméneutique. L’ouvrage monumental que l’historienne médiéviste du genre, de la famille et du lignage vient de publier sur les magnats de Florence relève de cette histoire animée, où les chiffres, le travail prosopographique et les tableaux ne sont là que pour donner plus de chair à la narration des parcours personnels et des sentiments de ces hommes et femmes de Toscane.

2Le livre s’inscrit de fait explicitement dans la reprise d’un vieux thème sur lequel se sont penchés de grands historiens italiens du xixe siècle, tels Gaetano Salvemini (avec son ouvrage de jeunesse, mais fondamental, Magnati e popolani dal 1280 al 1295, 1899) ou Niccola Ottokar (Il comune di Firenze alla fine del Dugento, 1926). Repris plus récemment par un groupe d’élèves d’Elio Conti (S. Raveggi, M. Tarassi, D. Medici, P. Parenti, Ghibellini, guelfi e popolo grasso. I detentori del potere politico a Firenze nella seconda metà del Dugento, 1978), le thème acquiert ici un poids inédit parce que la chronologie privilégiée n’est plus celle des heurts les plus connus, et les plus évidents, entre les « magnats» et le gouvernement de la cité (à savoir à la fin du xiiie siècle, autour des ordinamenti di giustizia) : il s’agit ici, en effet, de déplacer le projecteur sur la période suivante entre la tyrannie du duc d’Athènes et la venue au pouvoir de Côme l’Ancien, soit de 1340 à 1440. Du même coup, l’enjeu ne se restreint pas à un travail d’histoire sociale et/ou d’histoire politique classique. Il est lui aussi déplacé dans deux directions. D’une part, le travail permet d’évaluer les formes complexes (et parfois contradictoires) de constitution du groupe dirigeant florentin (une élite dont la crise à la fin du xve siècle est pour beaucoup dans l’émergence d’une nouvelle pensée républicaine au cours de la grande saison de la pensée politique florentine), et ce sans se contenter de catégories parfois simplistes comme celles de la « rupture» et de la « continuité». D’autre part, le livre de Christiane Klapisch-Zuber permet de nourrir une importante réflexion méthodologique sur l’évolution et les formes de déploiement d’une catégorie comme celle de « magnat», en dépassant la logique de la sociologie institutionnelle et en questionnant les usages des archives financières ou judiciaires, tout comme le recours aux sources « narratives» ou l’articulation entre l’imaginaire politique et la réalités des alliances ou des conflits. Au-delà, c’est bien la grande thèse machiavélienne de la productivité des luttes de factions florentines – et de sa comparaison avec les « tumultes» romains exemplaires – qui peut être convoquée.

3Pour l’historienne, il s’agit en effet de « remettre en selle le débat un peu éculé entre l’État et la famille, en l’attaquant par un nouvel angle, celui de l’instrumentalisation de la parenté par l’État» (p. 11) afin de mieux étudier la spécificité florentine qui consiste à étendre au domaine politique une exclusion qui frappait les magnats dans les autres communes, avant tout au nom de la lutte contre la violence privée endémique des grandes familles. Par là même, est ici étudiée la permanence d’un groupe social à travers l’analyse de sa continuité et de son héritage symbolique et mythique (ne serait-ce que dans le lexique de la politique florentine).

4Le livre est divisé en trois parties intitulées « Circonscrire, définir», « Contrôler» et « S’adapter / S’insérer». Le propos avance ainsi de la définition d’un groupe social à partir d’un point de vue extérieur à lui-même (au nom de l’image que la ville choisit de construire de celui-ci) jusqu’aux différentes formes institutionnelles que la cité met sur pied pour endiguer le danger que représenteraient les magnats pour la république, avant de se conclure par les divers dispositifs imaginés par les magnats pour contourner les interdits. Le nouveau groupe dirigeant ne remplace pas le précédent mais intègre une partie de celui-ci tout en proclamant vouloir l’exclure à jamais. La logique à l’œuvre tend ainsi à dépasser la confrontation des clans familiaux et ouvre la voie à des rapports différents entre famille et État. La clarté du propos est de plus renforcée par la présence dans le livre d’une série de tableaux et graphiques qui ont un véritable rôle puis, surtout, d’une riche bibliographie et d’un long index qui font de ce volume un ouvrage de consultation.

5La première partie du livre de Christiane Klapisch-Zuber montre comment le groupe dirigeant popolano construit une image du magnat fondée sur des caractéristiques récurrentes synthétisées dans quelques mots qui reviennent sans cesse (nobiltà, potenza, ricchezza, violenza) – notamment dans les très nombreux actes d’accusation contre les magnats. La persécution des magnats aide ainsi à définir a contrario la nature du régime républicain en vigueur dans la cité et fixe les cadres d’un paradigme pour l’historiogaphie citadine qui va marquer y compris la pensée politique florentine du xvie siècle, celle des Machiavel, Guicciardini, Vettori, Giannotti, etc. Comme pour des frères siamois, il semble bien que popolani et magnats aient besoin les uns des autres pour vivre ou plutôt pour « se dire» et « se penser», bref pour se projeter dans une histoire collective.

6L’un des instruments les mieux adaptés pour approcher la catégorie de magnat est évidemment l’archive judiciaire (d’autant plus importante pour l’historien que l’écrit y est essentiel). Dans le cas présent, le droit dans son déploiement quotidien circonscrit l’espace dans lequel la logique vulgairement binaire initialement privilégiée (popolo vs magnati) devient plus dialectique et plus évolutive, plus historique en somme. Le jeu des lois et des arrêtés est partie prenante du jeu des mots et des images. Toute la deuxième partie du livre présente ainsi avec une précision et un sens de la nuance impressionnants l’arsenal juridique mis en chantier par le Comune. Le tableau qui est brossé est ici contradictoire, voire paradoxal, car deux objectifs sont toujours poursuivis en même temps : contrôler les magnats (ce qui signifie pour partie contrôler la peur qu’ils continuent à susciter dans le popolo), voire les punir (y compris les punir d’exister), mais aussi leur redonner une place dans la vie de la république. Cette ambivalence continuelle (parfois même vertigineuse dans le récit qui nous en est donné) encourage de complexes stratégies entre familles et à l’intérieur d’une même famille pour maximiser les gains et minimiser les pertes, stratégies que le livre illustre avec une multitude d’exemples.

7La troisième partie du livre, plus « politique» et « économique», s’arrête ensuite sur les formes que prend l’insertion des magnats dans un système évolutif d’alliances, de ruptures, de renoncements, de revendications, d’interdits. L’enjeu est ici d’habiliter de nouveau les magnats à l’exercice des charges politiques et administratives dans la république florentine. Les efforts en ce sens passent souvent par une « popularisation» des magnats (leur inscription officielle au sein du popolo) et par une notable diminution de l’endogamie du groupe. Le résultat en est la diminution drastique du nombre officiel des « magnats», perceptible dans (et sanctionnée par) la dernière vague de « popularisation» voulu par Côme l’Ancien en 1434. Une sorte de « nobiltà civica» est ainsi en voie de constitution, une noblesse mélangée qui mêle groupes familiaux et valeurs du popolo grasso et des magnats, la marchandise et l’épée, selon le titre du dernier chapitre du livre. L’autre résultat collatéral moins évident et bien souligné dans la conclusion de l’ouvrage est le croissant interventionnisme de l’État florentin dans la vie des familles pour redéfinir le périmètre des clans et les configurations des consorterie, comme dans une tentative permanente d’éliminer les menaces des groupes isolés sur la définition d’un ben vivere collectif.

8Comme on l’aura compris, le livre de Christiane Klapisch-Zuber sur les « magnats de Florence» n’est pas seulement un essai sur un groupe social de la cité à l’automne du Moyen Âge mais une contribution essentielle pour l’histoire de la république florentine et pour la compréhension de l’arrière-plan qui nourrit, quelques décennies plus tard, la réflexion des acteurs du grand tournant de la pensée politique moderne au temps des guerres d’Italie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Fournel, « Christiane Klapisch-Zuber, Retour à la Cité. Les magnats de Florence (1340-1440) », Laboratoire italien [En ligne], 7 | 2007, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/154

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Fournel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page