Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Angelo Ventrone, Il nemico interno. Immagini, parole e simboli della lotta politica nell’Italia del Novecento

Laura Fournier-Finocchiaro
p. 241-244
Bibliographical reference

Angelo Ventrone, Il nemico interno. Immagini, parole e simboli della lotta politica nell’Italia del Novecento, Rome, Donzelli, 2005, X-339 pages, ill., 27 euros.

Full text

1Dans un contexte historiographique où les chercheurs sont invités à relire et réinterpréter les faits historiques grâce à des « sources» non traditionnelles, Angelo Ventrone nous propose son histoire de la lutte politique dans l’Italie contemporaine à travers la reproduction et l’analyse de plus de cent images (affiches, tracts, vignettes, cartes postales), recueillies dans des archives publiques et privées. Son volume, divisé en deux parties, une partie introductive et une partie consacrée aux illustrations, offre une contribution importante par le matériel qu’il propose aux études sur la propagande politique en Italie, qui connaissent un nouvel essor aujourd’hui (voir, pour la période de l’Italie républicaine, le volume collectif The Art of Persuasion. Political Communication in Italy from 1945 to the 1990s, Luciano Cheles et Lucio Sponza éd., Manchester, Manchester University Press, 2001). Ventrone propose ici pour la première fois une sélection de représentations iconographiques couvrant tout le xxe siècle et tous les « camps» politiques, avec le but déclaré de montrer que la violence de la propagande politique, véhiculée par des images et des symboles très variés, n’est ni l’apanage des périodes de conflits ni celui des périodes de dictature. La dialectique démocratique, qui prend la forme de l’affrontement entre communisme et anticommunisme dans l’Italie du second après-guerre, conserve en grande partie les mêmes modes d’expression que ceux qui sont élaborés dans les décennies précédentes, et la force de séduction du modèle basé sur l’opposition ami / ennemi pèse encore aujourd’hui sur l’expression de la confrontation politique.

2Dans la première partie du volume, l’auteur synthétise chronologiquement les différentes étapes de la lutte politique en Italie tout au long du xxe siècle. Ventrone, qui se place dans une perspective strictement contemporaine, remarque que l’utilisation de la figure de l’ennemi intérieur comme instrument de lutte politique est perfectionné au cours de la Première Guerre mondiale (alors que la politique de l’ennemi en Italie a des racines bien plus anciennes, voir les contributions présentées dans le volume L’Italie menacée. Figures de l’ennemi du xvie au xxe siècle, textes réunis et présentés par Laura Fournier-Finocchiaro, Paris, L’Harmattan, 2004). La propagande politique élaborée en temps de guerre a pour objectif la persécution de l’adversaire, mais elle est aussi une opération défensive contre le négatif, le mal : dans la pratique, elle se traduit par la diabolisation de l’autre, peint avec des traits monstrueux. Dans la représentation de l’ennemi, il est établi un lien essentiel entre élément moral et élément physique. C’est surtout après la défaite de Caporetto, en octobre 1917, que Ventrone remarque que l’intensité du conflit provoque de profondes transformations dans le rapport entre l’État et la société; il constate un changement de nature de la politique, lié à la militarisation de la société et à la diffusion du langage de la guerre, ainsi qu’au besoin de rites de cohésion : tout ceci implique une séparation nette et irréversible entre ami et ennemi.

3La thèse défendue par l’auteur est qu’en Italie l’État, les institutions, les partis ont vécu dans un climat de lutte permanent, de rhétorique et de propagande mordante, dès l’opposition en 1914 entre les interventionnistes et les neutralistes. Ventrone met en lumière les permanences des mécanismes, les leitmotive repris inlassablement, la continuité de l’iconographie politique (notamment entre fascisme et après-guerre), tout en étant attentif aux évolutions et aux changements de sens des images selon les différents contextes historiques. Il fait une analyse intéressante du lien entre ennemi intérieur et ennemi extérieur : souvent, l’ennemi intérieur est considéré comme tel en tant qu’allié d’un ennemi extérieur, dont il reproduit les caractères négatifs et qui l’a en quelque sorte « contaminé». Ventrone s’arrête ainsi sur l’importance de la construction de la figure de l’ennemi allemand dans l’imaginaire symbolique de l’ennemi tout court : notamment le lien qui est crée entre les raisons culturelles ou psychologiques du mal qu’il incarne et la morphologie anatomique de la « race» qu’il représente. La représentation de l’Allemand symbolise la coïncidence entre la figure du sauvage et celle de l’hypermoderne, qui constitue un cocktail mortel pour ses adversaires. Plusieurs reproductions montrent l’ennemi allemand avec les traits d’un être monstrueux, tantôt vampire, tantôt squelette sanguinolent, pour représenter sa soif de conquêtes et sa férocité. Les allégories de l’ennemi allemand vont ensuite forger une matrice pour les images de l’ennemi intérieur. Au début du xxe siècle, d’autres éléments se mettent en place dans la symbolique de l’ennemi, comme le matérialisme et la figure du capitaliste, représenté sous les traits d’un riche bourgeois ventru, les doigts couverts de bagues et le chapeau haut de forme, fumant un cigare avec un sourire de satisfaction béate. La période fasciste est relativement peu représentée dans le volume, ayant fait l’objet de nombreuses publications récentes.

4Après la Seconde Guerre mondiale, Ventrone perçoit d’importantes traces du régime fasciste dans la lutte politique et donc dans son iconographie. L’adversaire politique continue en effet à être perçu comme un ennemi intérieur privé de toute légitimité à gouverner le pays. Le schématisme manichéiste fasciste ami/ennemi a habitué les Italiens aux manipulations rhétoriques et a laissé des traces profondes dans les mentalités et les comportements politiques : il est désormais impossible de penser les adversaires autrement que comme des dégénérés, trompeurs du peuple, des individus uniquement prêts à défendre leurs propres intérêts et à spéculer sur la bonne foi des autres. Il en découle de grandes ressemblances entre la période fasciste et la guerre froide qui voit s’affronter les deux camps ennemis des communistes et des catholiques. On retrouve notamment le même climat de guerre larvée permanente, d’état d’urgence constant et de campagne électorale sans trêve, mais avec une différence fondamentale : il ne faut pas oublier que le fascisme luttait contre la démocratie, il véhiculait la conviction que les différences de faits étaient en réalité des différences de droit et avait une conception pessimiste de l’humanité. Tandis que les deux principaux partis italiens de l’après-guerre se déclarent quant à eux démocratiques et convaincus de la rationalité des individus. Leur propagande, contrairement à l’abrutissement totalitaire, est aussi éducation à la démocratie : tandis que la propagande fasciste privilégiait les images visant à produire l’identification des spectateurs et à empêcher le détachement critique, par le langage de la violence et la mortification de l’ennemi, les images démocratiques invitent à la réflexion critique, notamment par le biais de l’ironie et l’utilisation de la satire. Le communisme et le catholicisme ont des racines communes : comme l’aversion du fascisme et la volonté de donner naissance à un État libéral et démocratique. Néanmoins, l’objectif de diffuser les idées du propre parti demeure plus important que l’éducation à la démocratie. Enfin, l’expérience du fascisme a également enrichi l’iconographie de thèmes et de représentations nouvelles : il suffit de voir, par exemple, comment la propagande communiste accoste la démocratie chrétienne et le fascisme et, de l’autre côté, comment la propagande catholique cultive le lien entre le communisme et la mort.

5Après les trois premières décennies de vie républicaine, qui présentent une forte unité du point de vue des contenus, d’importants changements sont apportés par l’adoption du langage publicitaire et des techniques de marketing qui entrent dans les campagnes électorales. Ainsi, les années 1970 sont caractérisées par l’utilisation de la bande dessinée et la primauté des textes qui prennent le dessus sur les images.

6Enfin l’histoire récente nous montre l’explosion de l’influence de la publicité et du moyen télévisuel sur la propagande politique : l’outil iconographique est potentialisé par la multiplication des supports et la diversification des messages suivant le support utilisé. Les vieux stéréotypes liés à la confrontation directe entre les forces du bien d’un côté et les forces du mal de l’autre continuent à avoir bonne presse, mais on peut remarquer le passage progressif de la « propagande» à la « persuasion». La priorité est la construction d’un rapport direct et d’une relation amicale avec l’électorat. Ventrone insiste sur la centralité du corps dans les images de propagande (voir notamment les campagnes électorales de Silvio Berlusconi), tandis que la figure de l’ennemi disparaît quasiment des représentations iconographiques de Forza Italia. En revanche, la rhétorique de l’anticommunisme est omniprésente dans les écrits et les discours de Berlusconi, montrant bien que les images et les textes ont désormais des fonctions distinctes. Enfin, au cours des dernières décennies, c’est surtout du côté des partis populistes, notamment de la Ligue du Nord, que la force communicative des images est la plus largement exploitée.

7Malgré toutes les précautions prises par l’auteur dans la partie introductive du recueil, la succession des images dans la seconde partie provoque un certain trouble chez le lecteur : en effet, il apparaît difficile dans la pratique de distinguer les différences de discours suivant les époques et la vision de la lutte politique qui en découle porte à une grande confusion. La rhétorique antifasciste et de la gauche italienne en général se retrouve mêlée à l’idéologie grossière et raciste du fascisme et les distinctions culturelles et philosophiques, les motivations et les passions finissent par être noyées dans une soupe uniforme, sans tenir compte des responsabilités historiques des uns et des autres. En somme, c’est au lecteur de donner le poids qui lui sied à la distinction entre « propagande» et « persuasion», (trop) rapidement évoquée par Ventrone, pour saisir le sens radicalement différent de la lutte politique dans une société démocratique.

Top of page

References

Electronic reference

Laura Fournier-Finocchiaro, « Angelo Ventrone, Il nemico interno. Immagini, parole e simboli della lotta politica nell’Italia del Novecento », Laboratoire italien [Online], 7 | 2007, Online since 07 July 2011, connection on 25 July 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/158

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page