Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
L'épreuve de la nouveauté

La « troisième Venise » : un mythe italien de l’entre-deux-guerres

Xavier Tabet
p. 137-172

Abstracts

L’article s’emploie à décrire les traits caractéristiques de « l’idéologie de la vénétianité » (Mario Isnenghi) élaborée à Venise autour de la Première Guerre mondiale à une époque où Venise devient la capitale du nationalisme adriatique, puis dans l’entre-deux-guerres lorsque Giuseppe Volpi fait figure de doge symbolique de la ville. La construction du nouveau mythe nationaliste et moderniste de Venise s’opère à travers des écrits d’historiens vénitiens ainsi qu’à travers des œuvres littéraires mettant en scène la ville et ses traditions ; mais elle passe également par des essais destinés à des publics plus vastes, des articles de journaux ou de revues, des discours prononcés et imprimés, des textes écrits aussi par des ingénieurs, ou encore des urbanistes et des « hygiénistes » de la ville et de sa mairie. La vaste production de « discours demodernité » qui voient le jour à Venise, en particulier dans les années1920, est liée à la conception et au développement du port industriel de Marghera. Quant aux reconstructions historiques du passé impérial de la Sérénissime, réalisées de façon plus ou moins scientifique et documentée dans les années1930, elles ne prennent tout leur sens que dans le cadre de la politique impérialiste du fascisme italien.

Top of page

Full text

  • 1 Voir Alessandro Fontana, « Civitas metaphysica », Venezia nell’Ottocento, G. Pavanello et G. Romane (...)

1Lorsque l’on examine l’histoire du mythe de Venise, sur son versant littéraire et artistique, mais aussi sur son versant historiographique, on est tenté de considérer qu’il s’agit, en Europe, d’une question circonscrite essentiellement au xixesiècle. Avec la Première Guerre mondiale s’achève, comme on le sait, le xixesiècle ; mais c’est aussi la « grande illusion » vénitienne qui prend fin en Europe. Les esthètes et les condottieres qui avaient fait de cette ville leur patrie élective rejoignent leurs armées respectives. Venise cesse, à l’aube du xxesiècle, d’être cette « ville métaphysique »1 qui semblait soustraite à l’histoire depuis sa mort politique, et qui incarnait pour les romantiques et les décadents du xixesiècle une sorte de refuge face à la modernité industrielle et aux laideurs du progrès.

  • 2 Lucien Fabre, Bassesse de Venise, Paris, NRF, 1924, p. 68.

2Certes au début du xxesiècle, en France, dans le domaine littéraire, Venise est toujours l’enjeu d’un débat, et même d’une querelle, entre ses admirateurs et ses adversaires. Mais ce débat porte en réalité davantage sur l’héritage barrésien, et sur une volonté de plus en plus diffuse d’en finir avec le symbolisme et la culture du « rêve ». C’est ainsi que les essais de Lucien Fabre (Bassesse de Venise, 1924) et de Georges Ravène (Défense de Venise, 1928) portent en réalité sur Maurice Barrès et la sensibilité décadente. S’en prendre à Venise –ville qui ne serait que « facilité »,» apparences », « faux-semblants » et « fantômes », ville « vague » et « inhumaine », « ennemie de l’esprit » –, c’est à présent s’en prendre à ce qu’elle incarne, puisque sa seule faute serait en réalité de présenter inlassablement, selon Lucien Fabre (1899-1952), « le défilé de tous les ilotes de la littérature »2.

  • 3 Ibid., p. 68.
  • 4 Ibid., p. 56.
  • 5 Georges Ravène, Défense de Venise. Colloque avec M. Lucien Fabre, Paris, Éditions Bossard, 1928, p. (...)

3Dénoncer la « bassesse contagieuse » de Venise, son « paroxysme », son « goût de décrépitude, de pourriture et de mort », qui « pipe certaine sorte assez commune de tempéraments poétiques », cela signifie exprimer son aversion à l’égard « des êtres qui ne se possèdent plus », en proie à « cet extrême de l’ébranlement intérieur qui ne tend à rien moins qu’à la dissociation, […] à la désertion ravie de la personne, à sa fusion panthéistique, à l’évaporation du moi »3. À travers la volonté d’en finir avec le symbolisme, il s’agit d’abord d’affirmer, avec Paul Valéry, que la « rêverie » et le « sommeil » sont l’antipode de la poésie, « car la poésie n’est point dans le sommeil mais dans la veille »4. Ainsi, dans cette polémique, Venise n’est plus qu’un prétexte, l’occasion d’affirmer un « amour de ce qui naît pour mourir » ; pour Barrès aussi, selon Georges Ravène, elle n’était du reste que « l’exquis et romantique et silencieux décor où la voix du musicien atteignait à la magique puissance »5.

  • 6 Pierre Daru, Histoire de la république de Venise, A. Fontana et X. Tabet éd., Paris, Robert Laffont (...)

4De même, dans le domaine historiographique, et toujours pour se limiter à la France, si la question de l’aristocratie vénitienne a été, depuis l’Histoire de la république de Venise (1819) de Pierre Daru6, l’un des points centraux du débat historique au xixesiècle, elle cesse d’être un véritable enjeu historiographique après la Première Guerre mondiale. Publié en 1915, le livre de Charles Diehl, Une république patricienne. Venise,imprégné par ailleurs de la stimmung post-romantique, peut se lire comme le dernier témoignage de la longue controverse politique sur la valeur d’un gouvernement présenté comme étant « purement aristocratique ».

  • 7 Pour la période relative au Quarantotto, voir Piero Del Negro, « Il 1848 e dopo », Storia di Venezi (...)

5En Italie en revanche, il n’en va pas de même. On peut même dire qu’il fallait d’une certaine façon que s’achève le mythe européen de Venise pour que naisse un mythe italien, et plus encore vénitien, de Venise. Du reste le mythe italien de Venise se développera en grande partie, à l’époque nationaliste puis fasciste, en réaction au mythe européen, comme s’il fallait que Venise cesse d’être une ville européenne pour qu’elle puisse devenir italienne. Cette « nationalisation » de Venise, l’Italie du post-Risorgimento n’avait pu la réaliser. L’intégration tardive de Venise, en 1866, dans le royaume unifié avait signifié pour la ville une sorte d’énième mort politique. Après la disparition de l’Ancien Régime en 1797, la « trahison » de Campoformio, puis la cession définitive de Venise et de la Vénétie à l’Autriche en 1815 lors du congrès de Vienne, l’épisode républicain de 1848-1849 avait été vécu comme une sorte de rachat, de rédemption, d’une ville trop souvent « vendue et revendue ainsi qu’un ballot de ses anciennes marchandises », selon l’expression de Chateaubriand. Le Quarantotto était donc destiné à rester dans les consciences vénitiennes et italiennes comme un épisode glorieux. En 1866, en devenant italienne et en entrant dans la jeune nation italienne, l’ancienne « dominante » perdait en revanche définitivement son rôle de capitale politique de la région. Ainsi, en dépit de la rhétorique patriotique et nationale, Daniele Manin, le héros vénitien de 1848, allait être un personnage bien plus célébré, commémoré, et statufié à Venise que ne le seront jamais le Génois Garibaldi ou les Piémontais Victor Emmanuel et Cavour, les « grands hommes » de l’unité italienne7.

  • 8 Voir à ce sujet Giandomenico Romanelli, « Venezia nell’Ottocento : ritorno alla vita e nascita del (...)

6La défiance entre l’ancienne reine des mers et la jeune nation, dans laquelle elle devait pourtant prendre place, était du reste réciproque. Dans l’Italie du post-Risorgimento, le modèle de gouvernement aristocratique ne pouvait convenir ni aux républicains ni aux libéraux italiens ralliés à la cause de la monarchie piémontaise. L’histoire en grande partie insulaire de la république aristocratique ne prenait que difficilement place dans les tentatives de reconstruction, ou d’invention, d’une histoire nationale italienne. C’est ce que montre, de façon significative, la manière dont est présentée l’histoire de la Sérénissime dans les manuels scolaires de la jeune Italie8. Celle qui en 1797 n’avait pas su résister avec « patriotisme » aux menaces des « étrangers » pouvait désormais sans dommage être abandonnée aux romantiques, puis aux esthètes et aux décadents cosmopolites, qui en firent au xixesiècle leur « patrie élective ». Quant à Venise, elle n’en finissait pas, après le Risorgimento, d’élaborer le deuil de sa grandeur perdue, à la fin d’un siècle qui avait été pour elle, du point de vue de la production historique, celui des travaux de pieuse récupération, archivage, conservation et vénération de la mémoire perdue de l’ancienne République – le siècle des Tiepolo, Tassini, Cicognara, Romanin, puis Molmenti.

  • 9 Mario Isnenghi, L’Italia del fascio, Florence, Giunti, 1996, p. 50.
  • 10 Renato Camurri, « La classe politica nazionalfascista », Storia di Venezia, op. cit., II, p. 1358.
  • 11 Maurizio Rebershak, « Gli uomini capitali : il “gruppo veneziano” (Volpi, Cini e gli altri) », Stor (...)
  • 12 M. Isnenghi, « Fine della storia », Venezia. Itinerari per la storia della città, S. Gasparri, G. L (...)
  • 13 Marco Fincardi, « Gli “anni ruggenti” del Leone. La moderna realtà del mito di Venezia », Contempor (...)

7Or, au tournant du siècle, les choses changent à Venise, lorsque celle-ci, à la veille de la Première Guerre mondiale, devient la capitale du nationalisme adriatique italien, son « centre d’élaboration et de légitimation »9, la ville où se constitue, à l’époque du sindaco d’oro, Filippo Grimani (1850-1921), maire de 1895 à 1920, un véritable bloc de droite, formé par l’union, en partie conflictuelle, des trois droites : la droite libérale et conservatrice, la catholique, et enfin la « nouvelle droite » nationaliste, lorsque Venise deviendra en 1915 « la capitale du nationalisme italien »10. C’est à cette époque qu’émerge à Venise une nouvelle classe dirigeante, une nouvelle aristocratie de l’argent lorsque se forme, autour du nouveau doge symbolique de Venise, Giuseppe Volpi (1877-1947) – personnage central de l’impérialisme italien durant les années qui précédèrent la Première Guerre mondiale, gouverneur de la Tripolitaine de 1921 à 1925, puis ministre des Finances de Mussolini de 1925 à 1928 et président de la Confindustria de 1934 à 1943 –, une nouvelle classe politique, financière, mais aussi culturelle, « singulier mélange d’ancien et de nouveau caractéristique en général de l’industrialisation italienne dans sa phase d’expansion au début du siècle »11. Ce groupe dirigeant est composé d’industriels comme Vittorio Cini (1885-1977), « ami fraternel » de Giuseppe Volpi, et Achille Gaggia (1875-1953), alliés à des membres éminents de vieilles familles du patriciat vénitien comme Piero Foscari (1865-1923) et Filippo Grimani ; mais elle est composée aussi d’intellectuels comme Gino Damerini (1881-1967) – défini par Mario Isnenghi comme un des principaux « interprètes du passage de la phase d’accumulation de la mémoire à la réanimation et à la re-signification de Venise et de la vénétianité »12 –, Elio Zorzi (1892-1955), qui fut « parmi les intellectuels fascistes le plus direct porte-parole des industriels dans le domaine de la culture »13, ou encore Antonio Fradeletto (1858-1930). Cette nouvelle classe dirigeante, mélange de bourgeoisie aspirant à d’anciennes formes de distinction et d’aristocratie embourgeoisée, constitueun bloc solide d’industriels et d’intellectuels liés de façon inextricable par des relations remontant à plusieurs dizaines d’années ; elle va élaborer un nouveau mythe de Venise, qui va prendre forme au moment où elle pense et projette la construction du port industriel de Marghera.

  • 14 Voir M. Reberschak, « Gli uomini capitali… », op. cit., p. 1255-1313; R. Camurri, « La classe polit (...)

8C’est en effet entre la parution du roman vénitien de D’Annunzio, Il Fuoco, en 1900, et la décision de construire Porto Marghera, en 1917, au plus fort de la guerre, que se dessinent les traits principaux du nouveau mythe nationaliste de Venise. Autour de la Première Guerre mondiale s’opère la véritable nationalisation de Venise, qui est alors pleinement appelée à nouer de véritables liens avec l’Italie, tout en ne renonçant à aucun des privilèges de la venezianità. C’est à travers la construction du port industriel de Marghera que Venise est appelée à s’adapter à la modernité, à se dessiner un nouveau visage, tout en ne devant renoncer à aucun des fastes de son prestigieux passé. Les traits du portrait mythique de la « nouvelle Venise » ne devront par la suite qu’être affinés dans les années1920 et 1930, lorsque s’affirmera pleinement le mythe de la « grande Venise » voulue par le Conte di Misurata, GiuseppeVolpi, et les « hommes capitaux » de la « classe politique nationale-fasciste »14.

  • 15 Storia di Venezia. L’Ottocento e il Novecento, Rome, Enciclopedia italiana Treccani, 1998, 3 volume (...)
  • 16 Voir en particulier Venezia nell’Ottocento. Immagini e miti, G. Pavanello et G. Romanelli dir., Mil (...)
  • 17 M. Isnenghi, « Fine della storia? », op. cit., p. 426.

9Aujourd’hui, la récente publication par l’Enciclopedia Treccani et la fondation Ciorgio Cini des trois volumes de la Storia di Venezia consacrés au xixe et au xxesiècle prouve que désormais les historiens sont loin de considérer que l’histoire de Venise s’arrêterait en 179715. Le regain d’intérêt pour le xixesiècle date désormais d’une bonne vingtaine d’années. À partir du début des années1980 une série d’expositions sur le xixesiècle vénitien a contribué à montrer l’étendue des activités industrielles et la variété de la vie intellectuelle et artistique dans la Venise de cette époque16. Aujourd’hui, c’est avec le xxesiècle, et surtout avec la première partie du siècle, que les historiens vénitiens et italiens entendent se mesurer. La publication de cet ouvrage monumental, qui prouve que pour les Vénitiens l’histoire de cette ville reste en grande partie une histoire « nationale », a certainement contribué à combler en partie la lacune que pointait Mario Isnenghi lorsqu’il estimait, au cours des années1990, que la Venise fasciste restait « un univers qui est en grande partie encore à explorer et à éclairer »17. Dans une ville où la continuité de la classe dirigeante entre fascisme et république a été particulièrement forte, et où la classe politique fasciste a pu, dans son écrasante majorité, éviter les cours d’assises et l’épuration de l’immédiat après-guerre, il va de soi que la chose n’a longtemps pas été aisée à réaliser. Le fait que la fondation Giorgio Cini – créée en 1951 par celui qui accepta en février1943 d’être le ministre des Communications de Mussolini – ait voulu réaliser cette entreprise, témoigne d’un réel changement et d’une volonté désormais partagée d’historiciser une période tout à fait complexe de l’histoire de la ville, comme le souligne du reste Mario Isnenghi dans son introduction à la partie de l’ouvrage consacrée au xxesiècle.

  • 18 Voir M. Infelise, « Venezia e il suo passato… », Storia di Venezia, II, p. 967-989; voir également (...)
  • 19 Voir L’ingenieria civile a Venezia. Istituzioni, uomini, professioni da Napoleone al fascismo, F. C (...)
  • 20 Voir La « grande Venezia ». Una metropoli incompiuta tra Ottocento e Novecento, G. Zucconi éd., Ven (...)
  • 21 Voir Paola Somma, Venezia nuova. La politica della casa. 1893-1941, Venise, Marsilio, 1983.

10Le renouveau des études historiques sur le xxesiècle vénitien va de pair avec une approche désormais très attentive à la dimension politique des traditions historiographiques. Pourtant force est de constater que si des travaux de synthèse ont été réalisés au sujet de l’historiographie vénitienne du xixesiècle18, aucun travail n’a été intégralement consacré à l’historiographie nationaliste et fasciste de Venise. Il va de soi que nous ne pourrons en tracer, dans le cadre de cette étude, que les lignes et les parcours essentiels, sans prétendre à aucune forme d’exhaustivité ; et ce d’autant plus que la construction du nouveau mythe nationaliste de Venise s’opère certes à travers des écrits d’historiens, mais également à travers des essais destinés à des publics plus vastes, des articles de journaux, des discours prononcés et imprimés, des textes parfois écrits aussi par des ingénieurs19, ou encore des urbanistes20 et des « hygiénistes »21 de la ville et de sa mairie, mais aussi à travers des œuvres littéraires mettant en scène la ville et ses traditions. Seule la prise en compte de façon non compartimentée et non strictement disciplinaire de cet ensemble de discours, tenus sur la ville et son destin historique, permet de saisir les caractéristiques essentielles de ce nouveau mythe de Venise à l’époque du nationalisme et du fascisme. Venise est alors plus que jamais un objet de discours. Ces discours sont parfois liés à des projets utopiques, à des projets d’urbanisme ou de développement de la ville qui ne virent jamais le jour. Mais ils sont aussi souvent liés, de façon très étroite, à des réalisations effectives. C’est ainsi, comme nous le verrons, que la vaste production de « discours de modernité », qui voient le jour à Venise dans les années1920, est liée à la conception et au développement du port industriel. Quant aux reconstructions historiques du passé impérial de la Sérénissime, réalisées de façon plus ou moins scientifique et documentée dans les années1930, elles ne prennent tout leur sens que dans le cadre bien réel de la politique impérialiste du fascisme italien.

  • 22 Gino Damerini, D’Annunzio e Venezia, Milan, Mondadori, 1943.
  • 23 Voir Paolo Alatri, Nitti, D’Annunzio e la questione adriatica, Milan, Feltrinelli, 1959.
  • 24 L’expression est de Mario Isnenghi, « D’Annunzio e l’ideologia della venezianità », D’Annunzio e Ve (...)
  • 25 M. Isnenghi, Presentazione à M. Damerini, Gli ultimi anni del Leone. Venezia 1929-1940, Padoue, Il (...)

11En 1943, le livre de Gino Damerini, D’Annunzio e Venezia22, qui représente toujours aujourd’hui la principale source pour l’étude des rapports entre D’Annunzio et Venise, rappelait que la ville était « à l’origine de toute l’attitude lyrique, politique et guerrière » du poète. Mais ce livre tardif, écrit à la veille de l’effondrement du régime par l’un des principaux acteurs culturels du national-fascisme vénitien, constituait aussi le témoignage le plus éclatant de la dette culturelle et politique contractée à l’égard du poète par ce que l’on a appelé le « groupe impérialiste » vénitien. Ainsi, pour reconstruire les traits principaux de la mythologie politique de la « nouvelle Venise » du xxesiècle, il faut partir des écrits vénitiens de Gabriele D’Annunzio, et de l’action réelle et symbolique du poète à Venise, de 1895 jusqu’à l’entreprise de Fiume en 1919-1920, dont Venise constituera la principale base logistique23. Les écrits vénitiens de D’Annunzio, en particulier son roman Il Fuoco et l’œuvre théâtrale La Nave, vont contribuer à forger un nouveau credo idéologique, une nouvelle « idéologie de la vénétianité »24 qui deviendra celle du groupe impérialiste vénitien, constitué dès l’avant-guerre autour de Piero Foscari. Fondateur en 1911, avec Federzoni et Corradini, de l’hebdomadaire L’Idea nazionale, Piero Foscari joua pour sa part, dans l’avant-guerre, le rôle d’anneau de conjonction entre le nationalisme des holdings industriels et le nationalisme littéraire et dannunzien ; il était destiné à devenir par la suite, comme l’a écrit Mario Isnenghi, « un maître et un symbole pour deux générations de Vénitiens de droite »25.

  • 26 M. Isnenghi, « D’Annunzio e l’ideologia della venezianità », op. cit., p. 238.

12C’est ainsi à travers D’Annunzio, et grâce à l’appui de Piero Foscari et du groupe nationaliste vénitien, que l’on passe de la phase d’accumulation de la mémoire, au xixesiècle, à celle de l’invention d’une « vénétianité héroïque » au xxesiècle26. Dans la première partie du Fuoco, intitulée « Épiphanie du feu », Stelio Effrena, double fictionnel de Gabriele D’Annunzio, reprend le discours que l’auteur avait lui-même prononcé en 1895 lors des cérémonies de clôture de la première Biennale internationale d’art de Venise, alors qu’il parlait pour la première fois en public, inaugurant un type d’éloquence qui était destiné à faire école. D’Annunzio s’en prend alors aux représentants du romantisme et du décadentisme européen qui se complaisaient dans des évocations mortuaires de la ville, ne voyant en elle qu’« un grand reliquaire inerte » ou encore « un asile de paix et d’oubli ». Leur présence, écrit l’auteur, « ne pèse pas plus que les algues vagabondes qui flottent près des escaliers des palais marmoréens » ; leur langueur ne fait qu’augmenter dans la ville la « singulière odeur de choses maladives ». Ce n’est en effet qu’aux « âmes graciles », àcelles qui cachent « quelque plaie inavouable » et ont consenti à « un renoncement final », que Venise apparaît comme « une clémente cité de mort enlacée par un étang soporifique ». Refusant la conception romantique d’une ville décrépite et putride, le poète reconnaît à la « ville anadyomène », comme il l’appelle dans Le Feu, « la vertu à certaines heures de stimuler la puissance de la vie humaine en excitant tous les désirs jusqu’à la fièvre ». La ville de pierre et d’eau, « pure ville d’art », n’est plus évoquée comme un lieu de mort, d’abandon de soi et de « tristesse inerte » ; bien au contraire, elle nous montre « la possibilité d’une douleur transfigurée dans la plus efficace énergie stimulante ».

13Comparable uniquement à Rome, Venise devient donc une Città di Vita, c’est-à-dire d’énergie et d’ivresse, dans laquelle le poète sent que sa vie « se multiplie avec une rapidité vertigineuse » et que ses pensées « s’enflamment comme par l’imminence du délire ». Dans la pensée vitaliste et dionysiaque de D’Annunzio, pour ceux qui savent contempler cette « ville dominatrice » et « l’attirer à soi par les vertus de la pensée », Venise offre « le secret de la victoire sur la vie ». Elle est la ville féminine par excellence où l’artiste magicien, l’Imaginifico, pourra « créer dans la joie », « magnifier son propre rêve de beauté et de domination » et offrir « une vie plus belle et plus forte » à tous ceux auxquels il a annoncé « la transfiguration du monde par le prodige d’un art nouveau ».

  • 27 Cité par Gino Damerini, « La Nave cinquant’anni dopo », Quaderni dannunziani, fasc. XIV-XV.
  • 28 Voir Paolo Puppa, « La Nave a Venezia », D’Annunzio e Venezia, E. Mariano dir., op. cit.

14Quant à la représentation à Venise, le 25 avril 1908, jour de Saint-Marc, sous l’égide de la Lega navale italiana, de La Nave, « œuvre très singulière, comme l’écrit D’Annunzio, modelée avec la boue de la lagune et l’or de Byzance, et avec le souffle de ma plus ardente passion de l’Italie »27, elle fut voulue par Foscari et acceptée par le maire, Filippo Grimani. Celui-ci reçoit des mains mêmes du poète le manuscrit de la pièce comme « gage et preuve d’amour » pour Venise, au grand dam des autorités ecclésiastiques vénitiennes indignées par le paganisme dannunzien, et au risque de rompre la coalition « clerico-modérée » sur laquelle s’appuyait Grimani. Dans La Nave28sont représentées les origines de Venise, au viesiècle, et la soif de liberté et de puissance des premiers habitants, héritiers de Rome ; « un peuple libre d’exilés », menacé par les barbares et ayant compris que la liberté ne pouvait leur venir que de la mer.

  • 29 M. Isnenghi, L’Italia del fascio, op. cit., p. 50.
  • 30 Ibid., p. 49.
  • 31 G. Damerini, « La Nave cinquant’anni dopo », op. cit., p. 3.
  • 32 M. Isnenghi, L’Italia del fascio, p. 78.

15Cette « tragédie adriatique » constitue un événement symbolique fort dans le « processus de réutilisation des stéréotypes de la vénétianité »29, de ce « bric-à-brac » historique vénitien, dans une optique nationaliste. Parrainé par ces deux éminents représentants de l’ancienne aristocratie vénitienne que sont Foscari et Grimani, D’Annunzio se fait en retour « interprète […] des anciennes et des nouvelles aristocraties, visant à opérer une réinvention de la tradition qui ne soit plus crépusculaire, mais énergique et modernisatrice »30. En outre, comme le reconnaîtra bien des années plus tard Gino Damerini, « La Nave fut considérée généralement comme un appel aux armes de la jeune nation »31. En affirmant, dans La Nave,« la patria è sulla nave », « patria ai veneti tutto l’Adriatico », D’Annunzio alimente en effet la « machine mythologique » du nationalisme adriatique ; une « machine mytho-poïétique »32 qui appuiera de façon si efficace, quelques années plus tard, en 1915, l’intervention de l’Italie dans la Première Guerre mondiale, puis l’occupation de la ville de Fiume, après la guerre, lorsque les nationalistes estimeront, à la suite du traité de Versailles, en 1919, que la victoire a été une « victoire mutilée ».

  • 33 Ibid., p. 59.

16Durant la guerre, la présence de D’Annunzio à Venise est chargée d’une forte connotation symbolique ; c’est de là qu’il effectue ses vols vers Vienne avec son escadre La Serenissima, et c’est aussi à Venise qu’il écrit, en 1916, après avoir été blessé, son célèbre poème Notturno, dans sa casetta rossa, la petite maison rouge sur le Grand Canal, dans laquelle Barrès, entre autres, lui rendra visite. En outre, en mettant l’accent sur Trieste dans ses discours de guerre, et en reléguant au second plan la question de Trento et des frontières alpines, D’Annunzio contribuait à alimenter le mythe adriatique de Venise ; en se faisant le chantre d’une « guerre sans frontières »33 symbolisée par Trieste, il semblait fixer comme objectifs l’obtention de frontières plus vastes et indéfinies, celle de Trieste, dans le cadre d’une guerre maritime et aérienne, bien éloignée de celle de l’infanterie italienne, vécue dans la boue des tranchées. Il pointait également les frontières de l’Istrie et de la Dalmatie, qui représentaient pour les Vénitiens le passé glorieux de la Sérénissime. Ainsi, lorsque D’Annunzio affirmait en 1915, dans un texte publié en France et intitulé La très amère Adriatique, que « la possession de l’Adriatique nous appartient par droit divin et par droit humain », ce droit dérivait d’abord, selon lui, de « l’héritage moral et matériel de Venise ». Après la guerre, et avant d’entreprendre l’écrit de Fiume, dans sa Lettre aux Dalmates (janvier1919), D’Annunzio écrit que « la civilisation n’est que la splendeur de la lutte incessante », et il revendique une Italia più grande, nécessitant l’obtention d’une « paix romaine » qui lui restituerait la possession de « ses Alpes » et de « sa mer ». Appelant les Dalmates, ces anciens sujets de la Sérénissime, à de nouvelles « pâques véronaises », il compare le traitement réservé à l’Italie par Wilson et Clemenceau à « l’infamie de Campoformio » ; et il associe de façon désormais indissociable sa passion pour l’Adriatique, le thème du Mare nostro, le passé glorieux de la Sérénissime et l’avenir de l’Italie.

  • 34 Voir Bruna Bianchi, « Venezia nella grande guerra », Storia di Venezia, I, p. 349-419.
  • 35 Ezio Maria Gray, Venezia in armi, Milan, Treves, 1917; voir également U. Bognolo, Venezia eroica, R (...)
  • 36 Ibid., p. 75.

17On peut donc dire qu’avec la Première Guerre mondiale s’opère de façon définitive l’italianisation de Venise et de son passé. L’exaltation de la gloire de l’ancienne République, de ses traditions et de ses anciennes possessions, est mise au service de la cause nationaliste italienne. Avec la guerre, dans laquelle Venise s’est trouvée en première ligne face à l’ennemi autrichien, la ville, dans laquelle avait été instauré un état de véritable dictature militaire34, aurait payé son tribut de souffrance et d’héroïsme à la cause italienne. La population vénitienne aurait, durant la guerre, retrouvé un esprit spartiate. Comme l’écrit l’écrivain nationaliste Ezio Maria Gray (1885-1969) dans Venezia in armi (1917), un des ouvrages les plus significatifs de la « littérature de guerre » vénitienne d’inspiration nationaliste35, Venise avait « su si courageusement et stoïquement supporter la crise terrible de la guerre, et démontrer qu’elle était bien au-dessus du destin que l’on était en train de lui créer ». Une fois disparue « l’industrie des hôtels, des photographes, des cicérones, des marchands de curiosités vénitiennes et des antiquaires » qui la transformait en « souk tunisien », la ville redevenue silencieuse, rendue à son mystère, avait été débarrassée de ses forestieri, les « étrangers ». Nombre d’écrivains et d’hommes de lettres – « ceux qui rappelaient son passé et ceux qui proclamaient son avenir »36 – étaient accourus de toute l’Italie pour sa défense, de Gabriele D’Annunzio à Rosso di San Secondo et Giovanni Papini ; échappant enfin aux « divertissements et langueurs » de l’avant-guerre, Venise aurait alors retrouvé la « gaillarde physionomie de son Quarantotto », lorsque la ville de Daniele Manin avait été assiégée et affamée par ces mêmes Autrichiens.

  • 37 Ibid., p. 6.

18Au terme de la guerre, estimait donc Gray en 1917, Venise, « véritable reine et maîtresse d’un Adriatique ouvert à nos droits en Orient », ne pourrait renouer avec « ses indolences et ses indulgences » d’antan ; elle ne pourrait s’isoler à nouveau « de l’organisme complexe de la vie nationale pour redevenir un musée, un lieu de rendez-vous de désœuvrés »37. En recueillant pour l’Italie les fruits espérés de la victoire, à savoir l’Adriatique et la partie de l’Orient qui étaient autrefois siennes, Venise était appelée à devenir « le plus digne messager impérial de la nouvelle Italie impériale ». C’est alors qu’elle comprendrait, selon Gray, combien était éphémère sa « vie de fête passée », lorsqu’il lui semblait que le plus haut degré de la civilisation résidait dans « l’offre passive de son immense patrimoine de beauté statique » ; elle saurait alors, estimait l’auteur, qu’il existe une autre forme de beauté, « la beauté de dominer », qui n’est pas incompatible avec la civilisation industrielle.

  • 38 Piero Foscari, « La Dalmazia e il problema strategico dell’Adriatico », La Dalmazia. Sua italianità (...)
  • 39 Ibid., p. 166.

19Quant aux discours de guerre de Piero Foscari, qui avait commandé en novembre 1895 la sanglante répression coloniale de Mogadiscio, et à qui avait été confiée durant la première guerre la défense anti-aérienne de la ville, ils expriment eux aussi parfaitement, de façon certes moins poétique que ceux de D’Annunzio ou de Gray, l’exploitation nationaliste du passé vénitien. L’avenir italien de Venise, son italianité, va en effet de pair avec une relecture tout à la fois vénitienne et romaine, de l’histoire de l’Italie. En 1915, à la veille de l’entrée en guerre de l’Italie, dans un texte sur La Dalmatie et le problème stratégique de l’Adriatique, le Dalmatico, comme l’appelait D’Annunzio, écrit que l’Italia più grande ne se construira que par l’annexion de l’archipel dalmate et du versant maritime des Alpes, « la véritable frontière orientale de l’Italie »38 ; sous le nom de Trieste, afin de « résoudre tous nos problèmes orientaux et en particulier le problème adriatique », Foscari revendiquait ainsi pour l’Italie de l’après-guerre « les quatre provinces adriatiques encore autrichiennes, le Frioul oriental, l’Istrie, Fiume et la Dalmatie »39. Le futur sous-secrétaire aux Colonies, dans les gouvernements Boselli (1916) puis Orlando, estime ainsi que « ce doit être une règle élémentaire pour une nation maritime d’empêcher, à quelque prix que ce soit, que les positions stratégiques autour de ses côtes soient entre les mains d’autrui ». C’est pour cette raison que Rome se serait emparée de la Dalmatie avant même de s’en prendre à Carthage, et que Venise aurait conquis Zara avant de s’étendre sur sa Terre-Ferme.

  • 40 P. Foscari, « Nel cinquantenario della liberazione del Veneto dal dominio austriaco » : ce texte se (...)
  • 41 P. Foscari, « La Dalmazia e il problema strategico dell’Adriatico », op. cit., p. 200.
  • 42 Ibid., p. 198.
  • 43 P. Foscari, « Nel cinquantenario della liberazione del Veneto… », op. cit., p. 185.
  • 44 Ibid., p. 200.

20Plus généralement, c’est en se revendiquant de « la millénaire histoire romaine et vénitienne » que Foscari légitime le dessein impérialiste de la nation italienne. Il ne s’agit en effet, comme il le dit en 1916 lors du « Cinquantenaire de la libération de la Vénétie de la domination autrichienne », d’une « loi de toute race (stirpe) élue », une « nécessité sacrée que nous-mêmes, par deux fois, avons apprise de Venise et de Rome »40. La Terza Italia, dans la pensée de Foscari, doit succéder à Rome et à Venise, qui a conservé, dans les « siècles obscurs », « l’esprit et la grandeur latine sur les mers, quand la terre était esclave »41. En effaçant les effets de la « trahison de Campoformio », il s’agit de récupérer une mer qui, « jusqu’alors, pendant deux mille ans, avait été, à travers la domination de Rome et Venise, sans interruption et exclusivement italienne ». Par les conquêtes adriatiques et méditerranéennes, estime donc Foscari, « vers l’Orient asiatique et africain », « s’ouvre pour la troisième fois le cours de notre histoire »42. Le Risorgimento avait déjà réuni ces deux villes « impériales » qu’étaient Rome et Venise ; mais afin d’accomplir pleinement « le contenu éthique de son existence nationale », cet « idéal » que le Risorgimento n’avait que partiellement atteint, le peuple italien se devait encore de récupérer, selon le leader nationaliste, son ancienne grandeur politique et économique et sa dignité internationale43. La pleine « renaissance » de la puissance italienne passait par un retour aux « voies de l’Orient, qui furent vénitiennes, qui seront demain italiennes », comme l’écrivait Foscari à la fin de son discours44.

  • 45 Antonio Fradeletto, « La storia di Venezia e l’ora presente », La lettura, XVI, n° 3, 1er mars 1916 (...)
  • 46 Sur Fradeletto, voir en particulier Daniele Ceschin, La voce di Venezia. Antonio Fradeletto e l’org (...)
  • 47 Emilio Franzina, Venezia, Bari, Laterza, 1986, p. 137.

21Parmi les textes les plus significatifs, à cette époque, de cette volonté à la fois d’inscrire l’histoire italienne dans le socle même de l’histoire vénitienne, et de relier le passé vénitien au présent italien, il convient d’évoquer un texte de 1916 d’Antonio Fradeletto intitulé « La storia di Venezia e l’ora presente »45. Certes Antonio Fradeletto, le secrétaire général de la Biennale, ne peut être inclus dans le groupe nationaliste et impérialiste vénitien46. Son adhésion à la cause de l’« intervention » avait du reste été tardive et tourmentée. Dans l’avant-guerre, le conférencier renommé avait commencé sa carrière politique parmi les démocrates radicaux ; il avait été proche de l’ancien maire Riccardo Selvatico, avant de devenir un « progressiste repenti »47, à la suite des grèves ouvrières de 1904 qui allaient contribuer à renforcer à Venise le pacte entre modérés, conservateurs et catholiques. Évoluant au fur et à mesure vers un anti-giolittisme de plus en plus virulent, jugeant l’attitude du gouvernement de Giolitti trop timide à l’égard des socialistes sur le plan intérieur et trop prudente à l’égard de l’Autriche sur le plan extérieur, il s’était également fait le critique sévère du libéralisme et du parlementarisme dans un texte intitulé « Dogmi e illusioni della democrazia » (1913). Plus tard, en sa qualité de sous-secrétaire d’État à l’Instruction, puis de ministre des Terres libérées, durant six mois en 1919 dans le gouvernement Orlando, il favorisera lui aussi la réalisation rapide de l’entreprise de Porto Marghera.

22Il n’est donc pas étonnant que l’on retrouve dans ce texte, qu’il faut replacer dans le contexte militaire de son époque, les accents nationalistes qui étaient ceux de Foscari. L’article de 1916 de Fradeletto constitue une reconstruction synthétique, et bien entendu très schématique, de l’ensemble du passé vénitien ; l’auteur entend montrer que « l’Italie rentre aujourd’hui dans le chemin qui fut celui de l’ancienne Venise ». L’histoire de la Sérénissime fut à la fois, selon lui, « municipale » (par ses origines), « italienne », c’est-à-dire aussi « latine » (dans la mesure où ses populations étaient formées de gens qui avaient fui « l’invasion germanique »), et enfin « mondiale » (par son expansion maritime et terrestre). Cette histoire était caractérisée fondamentalement par trois « luttes » : pour l’Adriatique, contre les Habsbourg, et enfin contre les Turcs. Dans ces trois luttes, l’auteur perçoit « les préludes lointains de l’heure présente » ; et Fradeletto expose, à la lumière de cette actualité, les traits principaux de ces trois moments de l’histoire vénitienne. Il accorde une importance toute particulière, comme cela se comprend, à l’opposition aux « Allemands », dans laquelle il voit, « alors comme à présent », l’opposition entre le principe « latin » d’une aristocratie civile, héritière de l’esprit de Rome, et le principe féodal « teuton », et plus généralement l’opposition entre l’âme latine et l’âme germanique. Quant à l’opposition aux Turcs, auxquels l’Italie de 1916 se trouvait à nouveau confrontée, elle représente, selon Fradeletto, « le chapitre héroïque de l’histoire vénitienne », lorsque la Sérénissime défendit « la ferveur de la foi chrétienne contre l’islamisme, l’orgueil de la race (stirpe), le refus de la civilisation face à toute forme de barbarie exotique ». Enfin, sans nier la décadence vénitienne à partir du xviesiècle, lorsque débute pour l’Italie aussi la période « politiquement la plus triste », l’auteur estime que Venise et le Piémont furent, après la perte de l’indépendance florentine, « les seuls lieux où l’on parlât encore d’indépendance italienne ». Il évoque, dans une image saisissante, une république déclinante, au xviiesiècle, auréolée de son glorieux passé, et transmettant au duc de Savoie, Charles EmmanuelI, le symbolique étendard des espérances nationales italiennes. Au terme de son parcours historique – ou plutôt de son raccourci historique –, et après avoir rappelé les principales guerres que connut Venise, de Chioggia à Cambrai, Chypre, et Candie, Fradeletto évoque « l’âme stoïque et héroïque » du peuple vénitien, qui se cache « sous cette apparence fascinante de formes et de couleurs qui aux ignorants et à ceux qui n’ont pas de mémoire ne parle que de beauté et de joie ».

  • 48 A. Fradeletto, Venezia antica e Italia moderna, Rome, 1928.

23En 1928, Fradeletto reprendra l’essentiel de son propos de 1916 dans un opuscule dont le titre manifeste clairement la réalisation du processus de « nationalisation » du passé vénitien : Venezia antica e Italia moderna48. Il rappellera sa thèse selon laquelle « Venise peut se vanter auprès de l’Italie moderne de cet ineffaçable mérite : avoir poursuivi l’œuvre de Rome, en irradiant sur l’autre rive la civilisation latine et en s’opposant à ce que l’Adriatique devienne un lac barbare ». Il affirme aussi, de façon plus ferme encore qu’auparavant, que Venise fut l’ancien État italien « qui mena la politique la plus clairement nationale ». Quant à l’Italie moderne, après avoir évoqué les démêlés de Mussolini avec la Yougoslavie, Fradeletto conclut par l’espoir qu’elle saura tirer les leçons de l’histoire de l’ancienne Venise, qui fut « non pas impérialiste par un dessein calculé, mais expansionniste par nécessités croissantes de vie […], consciente depuis les temps les plus lointains que la défense de l’Adriatique était en même temps défense de la sécurité de l’Italie ».

  • 49 M. Isnenghi, « D’Annunzio e l’ideologia della venezianità », op. cit., p. 243.

24L’évocation de ce corpus de textes plutôt répétitifs montre de toute évidence que c’est autour de la guerre que se constitue pleinementune vision orgueilleuse de la vénétianité, fondée sur une imbrication étroite d’éléments vénitiens et d’éléments nationaux, qui représente l’apport spécifique de Saint-Marc à la culture nationale-fasciste. De ce point de vue, on peut dire que l’utilisation de l’histoire vénitienne, dans cette opération de fondation d’une « idéologie de la vénétianité », prouve que la guerre a bien permis de « passer du nationalisme du Risorgimento, qui est aussi celui des interventistes démocrates, à celui du début du siècle, avec la possibilité de rapprocher le droit fondé sur l’Histoire de celui fondé sur la force »49.

25Le nouveau mythe de Venise est à présent pleinement italien. Mais il est aussi fondamentalement moderniste. En effet, ce n’est pas seulement le passé vénitien qui doit se fondre dans le destin de l’Italie. La Venezia antica ne doit pas seulement s’imbriquer dans l’Italia moderna ; elle doit aussi coexister avec la Venezia moderna. Deux livres, aux titres presque semblables, écrits par deux personnalités éminentes du monde de la politique, de l’industrie et de la culture vénitiennes, expriment parfaitement la nécessité de ce rapport entre les « deux Venise » : il s’agit du livre de 1921 d’Antonio Fradeletto, Venezia antica e nuova, et de celui de 1939 de Giuseppe Volpi, Venezia antica e moderna, sur lesquels nous reviendrons par la suite. Les années qui séparent ces deux livres, aux thèses si proches, sont à peu près celles du Ventennio fasciste.

  • 50 M. Isnenghi, « Introduzione », Storia di Venezia, II, p. 1155.
  • 51 R. Camurri, « La classe politica… », op. cit., p. 1365.
  • 52 Voir Giulia Albanese, Alle origini del fascismo. La violenza politica a Venezia 1919-1922, Padoue, (...)
  • 53 R. Camurri, « La classe politica… », op. cit., p. 1394.

26Certes, il est difficile d’affirmer de façon péremptoire qu’il existerait une seule vision fasciste de Venise. Le fascisme constitue du reste à Venise, selon le jugement d’un des connaisseurs les plus avisés de cette période, un phénomène « difficile à décoder »50. À Venise, où il prit pied de façon très précoce, lorsque Davide Giordano mit fin à « l’ère Grimani » en devenant en octobre1920 le premier maire fasciste à être élu en Italie, le fascisme conservera par la suite une tonalité plus nationaliste et capitaliste, mais aussi plus dannunzienne et aristocratique que mussolinienne et plébéienne ; de sorte que l’on a pu parler, au sujet du fascisme vénitien, d’une « anomalie sur le plan national »51. Après le retrait de la vie politique de Marsich en juin1922, un des principaux représentants d’un fascisme « anarchiste », fidèle à l’esprit de 1919, fondamentalement antiparlementariste et hostile à la transformation du « mouvement » en « parti »52, le fascisme à Venise conservera un aspect « droitiste », celui d’un fascisme d’ordre incarné essentiellement par Giovanni Giurati (1876-1970), notable du régime, ministre des Terres libérées en 1923 puis secrétaire général du Parti national-fasciste entre 1930 et 1931, et « référent de Volpi à l’intérieur du fascisme »53.

  • 54 Mario Mainardis, dans Giuseppe Volpi. Ricordi e testimonianze, Venise, 1959, p. 38; selon Mainardis (...)
  • 55 Sur Venise au xixe siècle, voir en particulier, sur le plan de l’urbanisme, Giandomenico Romanelli, (...)
  • 56 Pompeo Molmenti, I nemici di Venezia, E. Zorzi éd., Bologne, Zanichelli, 1924; voir également, publ (...)

27La question de la nouvelle Venise est bien au cœur de la réflexion des hommes politiques, des industriels et des intellectuels de la classe dirigeante vénitienne du Ventennio, gravitant autour de Volpi, nouveau doge symbolique de la ville. Pourtant la question de la modernité à laquelle la nouvelle Venise devrait savoir s’adapter remonte elle aussi à l’avant-guerre. Elle avait été, dès le début du siècle, au cœur du débat autour de la construction de Porto Marghera, dont Foscari et Volpi furent parmi les acteurs principaux. En effet, en dépit de ce que dira un proche collaborateur de Volpi, selon lequel « Porto Marghera sortit de l’esprit de Volpi vivant et complet dans toutes ses caractéristiques comme Minerve sortit tout armée de la tête de Jupiter »54, c’est l’ingénieur Luciano Petit qui avait été, au tout début du siècle, le concepteur du port industriel ; quant à Foscari, il en avait été le théoricien, avant que Volpi ne devienne le véritable réalisateur de cette idée révolutionnaire et décisive pour l’avenir de Venise que fut la construction de ce nouveau port sur la Terre-Ferme. En outre, l’industrialisation de Venise, et le débat autour de cette question, n’est pas propre au xxesiècle. En effet, réalité sur laquelle ont beaucoup insisté les travaux récents, Venise était déjà une ville industrielle au xixesiècle, en particulier grâce à l’activité d’entrepreneurs étrangers et de Vénitiens d’origine juive55 ; des débats virulents avaient du reste opposé les partisans d’une industrialisation de Venise, les « innovateurs », aux partisans d’un conservatisme intégral de la ville, les « conservateurs ». À l’image de Pompeo Molmenti (1852-1928), le « défenseur de Venise », représentant d’une droite traditionaliste et passéiste, ceux-ci s’étaient déjà opposés aux assainissements, aux élargissements et aux démolitions voulues par le « Plan régulateur et d’assainissement » de 1891, ils voyaient dans les partisans de l’industrialisation des « ennemis de Venise »56.

  • 57 Voir à ce sujet Andrea Zannini, « La costruzione della città turistica », Storia di Venezia, II, p. (...)
  • 58 M. Isnenghi, « Introduzione », Storia di Venezia, II, p. 1155.

28Si l’industrialisation de Venise ne date pas du xxesiècle, le modèle de développement industriel de la ville qui avait été proposé au xixesiècle était encore néanmoins essentiellement « néo-insulaire », puisqu’il s’agissait d’importer dans la ville des structures industrielles. Ainsi le maire Filippo Grimani avait été le promoteur d’une politique visant à l’expansion de l’activité industrielle, mais aussi au développement touristique et mondain du Lido, annexé à la commune de Venise depuis 1883, et où l’Hôtel des Bains (1899) et l’Excelsior (1908) avaient été construits au tout début du siècle57. Autour de l’île de la Giudecca en particulier, souvent considérée alors comme une « Manchester italienne » et située à proximité du port maritime de Santa Marta, c’était bien à l’intérieur de Venise qu’était conçu le développement industriel de la ville. Or le projet théorisé par Piero Foscari, « trait d’union symbolique entre une mémoire non invalidante et l’action »58, avait pour principale caractéristique d’« exporter » sur la Terre-Ferme, aux Botteghini, les implantations industrielles de la ville. Ceci constituait d’une part une amplification radicale du processus de retournement de la ville vers la Terre-Ferme, initié de fait au xixesiècle par la construction de la voie ferrée en 1846 ; mais il s’agissait aussi, d’autre part, d’une rupture plutôt radicale avec la politique néo-insulaire de la ville qui avait caractérisé le xixesiècle. Au terme d’un vif débat entre ceux qui voulaient la construction d’un port industriel à la Giudecca, estimant que « le port de Venise devait être là où est Venise », et les partisans de la solution de Marghera, qui estimaient que « Venise était là où était son port », c’est la solution de Marghera qui l’avait emporté.

  • 59 Cesco Chinello, Porto Marghera. 1902-1926. Alle origini del « problema di Venezia », Venise, Marsil (...)
  • 60 « L’operazione Marghera non fu il prodotto di una elementare navigazione di piccolo cabotaggio di c (...)
  • 61 Cesco Chinello, Storia di uno sviluppo capitalistico. Porto Marghera e Venezia. 1951-1973, Rome, Ed (...)
  • 62 Sur la naissance de Porto Marghera, voir également le texte de M. Reberschak déjà cité, ainsi que l (...)
  • 63 M. Reberschak, « L’industrializzazione di Venezia », Itinerari per la storia della città, S. Gaspar (...)

29Notre propos n’est évidemment pas d’évoquer ici de façon détaillée l’histoire de cette opération industrielle, dont la réalisation concrète débute en 1917, au milieu même d’une guerre qui représenta à Venise, comme ce fut du reste le cas pour toute l’Italie, un accélérateur industriel. Quoi qu’il en soit, après un itinéraire administratif extrêmement rapide, comme une sorte de récompense due à la ville au milieu des souffrances toutes particulières qu’elle endurait durant la guerre, la décision de construire Porto Marghera avait été adoptée par le gouvernement italien sans que ni le conseil communal de Venise ni le parlement italien aient été appelés à participer à la rédaction du décret-loi sur Porto Marghera. Projetée par le principal groupe industriel et financier de la ville, la SADE (Società adriatica di elettricità), fondée en 1905 et contrôlée par Foscari et Volpi, en collaboration avec la Banca commerciale italiana, cette entreprise – dont la réalisation du port d’Antivari, au Monténégro, avait constitué, dans l’avant-guerre, une sorte de « répétition générale »59 – ne représente pas une opération de « petit cabotage » local60, mais bien un événement majeur dans l’histoire du capitalisme italien de l’entre-deux-guerres ; Venise est censée alors devenir pour l’Adriatique ce qu’étaient Marseille pour la Méditerranée et Rotterdam pour la mer du Nord et l’Atlantique. L’histoire des origines, de la réalisation et du développement du port industriel, « construit grâce à l’argent public, donné par le pouvoir aux grands groupes monopolistes et source de profits incalculables »61, a du reste été racontée de façon très documentée dès les années1970 dans les ouvrages de Cesco Chinello, Storia di uno sviluppo capitalistico. Porto Marghera e Venezia. 1951-1973, et Porto Marghera. 1902-1926. Alle origini del « problema di Venezia ». Ces travaux ont montré la façon dont l’État italien avait cédé gratuitement des terrains bonifiés pourtant par l’État, tandis que la mairie s’engageait à construire les infrastructures de services de toute la zone, en particulier la construction du centre urbain de Marghera62. Il s’agit plutôt de voir comment se développe, en marge et à l’appui de cette réalisation, tout un ensemble de discours portant à la fois sur le passé et sur l’avenir de Venise, qui constitue un véritable corpus de textes différents par leur nature mais relativement homogènes dans leur contenu, dans la mesure où s’y distinguent assez nettement les traits essentiels du nouveau mythe moderniste de Venise ; et ce à un moment où, comme l’a écrit l’historien Maurizio Reberschak, autour de la construction de Porto Marghera, l’histoire de Venise devient « non plus seulement celle d’un “groupe vénitien” (Volpi, Cini, Gaggia et les autres), mais l’histoire d’une ville mondiale qui aspirait à reconquérir ses ascendances internationales, et l’histoire d’un capitalisme mondial qui aspirait au lustre d’une ville-image »63.

30Celle qui devait être la Venise de demain est pensée en effet comme un curieux mélange entre la « Venise ancienne », que l’on va commencer à considérer comme un centre historique, conservant ses fonctions directionnelles, et la « Venise moderne » située sur la Terre-Ferme, à Porto Marghera et à Mestre. C’est à travers tout un ensemble de discours que l’on tente de souder le passé et le présent de Venise, de rendre compatibles les mythologies du passé avec les réalisations, mais aussi les utopies, de l’avenir ; car, bien entendu, il ne s’agit pas, dans l’esprit de cette classe industrielle et politique et de ses intellectuels, de véritablement opposer les deux Venises, mais plutôt de les faire coexister. En 1926, lorsque la ville de Mestre, après Marghera, est incorporée dans le territoire de Venise, commence pour cette petite ville rurale l’histoire de son chaotique développement comme « périphérie urbaine » de la « ville » de Venise ; mais du point de vue vénitien, la « grande commune » – ce que l’on appelle alors la grande Venezia – est vécue symboliquement comme la construction d’un nouveau dogado pour la ville. Une « troisième Venise » prend alors théoriquement naissance, pensée comme étant à la fois moderne et ancienne. Quant au pont routier qui allait être réalisé en 1933, le long de la voie ferrée, il constituait, après la construction de l’ancienne voie ferrée à l’époque de la domination autrichienne, une des principales réalisations du régime fasciste à Venise, et était censé relier de façon plus étroite les deux Venises, pour réaliser la nuova Venezia.

31Il n’est pas étonnant que le thème à la fois vitaliste, moderniste et industriel de la nouvelle Venise, soit déjà illustré par les écrits nationalistes de Foscari, dès le début du siècle puis autour de la Première Guerre mondiale. Contrairement à l’ingénieur Luciano Petit, qui ne percevait que la dimension technique et l’intérêt industriel de ce projet, le leader nationaliste vénitien savait associer vision industrielle et vision politique de l’avenir de Venise. Son ouvrage de 1917, Per il più largo dominio di Venezia. La città e il porto, précédé d’une préface de Giuseppe Fusinato, est ainsi celui dans lequel se lit le mieux le projet idéologique général qui sous-tendait cette réalisation industrielle. Dans sa préface à l’ouvrage du leader nationaliste, Fusinato critique essentiellement la vision de Venise des étrangers. Il stigmatise ainsi, de façon caricaturale, celle des voyageurs français et anglais ; celle de Barrès en particulier, qui « offrait à la bêtise des snobs cosmopolites sa Mort de Venise », mais aussi celle de Chateaubriand, qui avait déclaré lors de son premier voyage n’y avoir vu que « quelques bons tableaux », ainsi que celle de Ruskin, à qui Venise n’était « apparue que comme une ruine ». Estimant que « Venise est sans doute parmi les villes italiennes la moins connue, peut-être par les étrangers, mais certainement aussi par les Italiens », et après avoir rappelé qu’à partir de l’ouverture en 1880 de son port marchand de Santa Marta Venise « avait de fait reconstruit, dans un silencieux effort, son économie marchande », Fusinato estime que « grande est sa renommée, grande la fascination qu’elle exerce […], mais sa vie intime, la place qu’elle occupe, sa fonction dans l’économie nationale, les énergies qui mûrissent en elle dans le silence de sa lagune […] semblent échapper à la curiosité de ses innombrables visiteurs et à l’intelligence de ses nombreux admirateurs ». Il s’en prend donc aux « bavardages affectueux » des « rhéteurs de l’esthétisme », pas assez conscients de la nécessité de faire accéder la ville à la modernité. En revanche, la modernité désirée pour Venise devait permettre à la ville, depuis cette Terre-Ferme qui avait été auparavant son stato da terra, de retrouver « son naturel empire sur l’Adriatique », et par là même, de servir la nouvelle Italie qui naîtrait de « la grande crise rédemptrice » de la guerre.

  • 64 Il s’agit là de problèmes souvent soulevés par Raffaello Vivanti, le responsable à l’époque, mais a (...)
  • 65 P. Foscari, Per il più largo dominio di Venezia. La città e il porto,Milan, Treves,1917, p. 73.
  • 66 Ibid., p. 81.
  • 67 Foscari estime ainsi que « l’aumentare dei sobborghi realizza infatti l’ideale di fondere completam (...)
  • 68 Ibid., p. 93.

32Quant à Foscari, il estimait, dans son texte de 1917, que la création de Marghera allait permettre non seulement, d’un point de vue physique, d’endiguer l’avancée des paludes et des germes de malaria vers la ville, mais également, d’un point de vue humain, de résoudre la question du surpeuplement de Venise et d’améliorer les conditions d’hygiène dans lesquelles vivait le petit peuple vénitien64. L’expansion vénitienne en Terre-Ferme était ainsi censée résoudre à la fois « deux importants problèmes, celui de la démographie et celui du bâtiment »65. La population ouvrière devait en effet trouver dans la « ville-jardin » de Marghera des conditions de vie plus décentes qu’à Venise. Celle-ci était en quelque sorte appelée à se « normaliser », à s’homologuer à d’autres villes européennes comme Londres ou Berlin, mais aussi italiennes comme Milan et Naples, dans lesquelles on assistait alors à « ce grand mouvement de la population qui se transfère du centre vers la périphérie »66, à cette « émigration » vers les « faubourgs »67 qui s’expliquait par une « chasse à l’espace » de la part des populations du centre-ville, et qui se justifiait en tant qu’ « immédiate nécessité matérielle et morale »68.

  • 69 Ibid., p. 99.

33Pourtant ce n’était pas, malgré tout, en tentant vainement d’adapter intégralement l’ancienne Venise aux nécessités de la vie moderne, en élargissant les rues et en abattant des édifices, que l’on pourrait résoudre les problèmes vénitiens : « Si nous ne changeons pas résolument de système, avertissait en effet Foscari, nous continuerons à dépenser des millions pour tenter de concilier les exigences liées à la vie moderne et à l’augmentation de la population avec le respect de l’art et de l’histoire, sans réussir à satisfaire les premières et à garantir la seconde. » En ce sens, la ville de Rome, dans laquelle les réalisations architecturales de l’Italie post-unitaire avaient été faites au sein même de la ville archéologique et médiévale, représentait aux yeux du Vénitien un exemple à ne pas suivre. Et Foscari, de façon assez innovatrice pour l’époque, proposait pour Venise une « spécialisation », c’est-à-dire une répartition géographique, des activités. Si Marghera devait être le lieu de la grande production industrielle, la zone de Saint-Marc et de Rialto devait rester « la ville des affaires », « la vraie City »69. Le lido devait pour sa part, dans le cadre d’une pensée « hygiéniste », servir pour « la récréation et l’hygiène de toute notre population » ; quant à la Giudecca et Murano elles étaient censées conserver leurs industries traditionnelles, navales, mécaniques et artisanales. D’une façon générale, la dissociation entre la « Venise ancienne » et la « Venise nouvelle » était ainsi, à tous égards, présentée comme le véritable moyen de préserver l’ancienne Venise, de sauvegarder « l’intégrité de la ville, non seulement dans ses monuments, mais aussi dans la physionomie générale de la ville », tout en lui réinventant un véritable destin « moderne ».

  • 70 Marinetti, Boccioni, Carrà, Russolo, « Contro Venezia passatista. 27 aprile 1910 », dans Filippo To (...)
  • 71 Ibid., p. 34.
  • 72 F. T. Marinetti, « Uccidiamo il Chiaro di Luna », Teoria e invenzione futurista, op. cit., p. 14-26
  • 73 Ibid., p. 15.
  • 74 Marinetti et al., « Contro Venezia passatista », op. cit.,p. 34.
  • 75 Ibid.
  • 76 Voir Guido Perocco, Le origini del’arte moderna a Venezia (1908-1920), Trévise, Canova, 1972.
  • 77 Pour l’histoire de la Biennale, voir E. Di Martino, La Biennale di Venezia. 1895-1995, Milan, Elect (...)
  • 78 Comme l’écrit Laura Lepri (« La parabola del futurismo veneziano : 1910-1925 », Studi novecenteschi(...)
  • 79 Marinetti et al., « Contro Venezia passatista », op. cit., p. 34.

34La modernité voulue par les réalisateurs de Porto Marghera n’est ainsi pas celle que Marinetti, le principal représentant du futurisme italien, avait imaginée pour la ville. Certes, il s’agit bien, pour Foscari aussi, de lutter contro Venezia passatista70, « contre la Venise passéiste ». Il s’agit bien aussi, d’une certaine façon, comme le voulait Marinetti, de « guérir et cicatriser cette ville putrescente, plaie magnifique du passé »71 ; c’est-à-dire de « tuer le clair de lune »72, de « libérer Venise de son vénal clair de lune pour chambre meublée », et tout cela grâce à la guerre, « notre unique espérance »73. Les thèmes nationalistes correspondent en partie aux « répudiations » de ceux qui, en 1910, vociféraient contre « la Venise des étrangers, marché d’antiquaires falsificateurs, calamité du snobisme et de l’imbécillité universels, lit défoncé par des caravanes d’amants […] cloaque suprême du passéisme »74. Tout comme Foscari et le groupe des industriels de l’électricité, les futuristes, qui appelaient de leurs vœux « le règne de la divine Lumière électrique », entendaient « préparer la naissance d’une Venise industrielle et militaire qui puisse dominer la mer Adriatique, grand lac italien »75. Ainsi, il n’est pas étonnant que ce soient justement les nationalistes vénitiens qui appuient dans les années1910 les expositions futuristes de Cà Pesaro76, en opposition à la gestion conservatrice de la Biennale77 de la part de la vieille droite traditionaliste des notables. En outre unfuturisme autochtone survivra à Venise dans les années 1920, alors que la saison des
avant-gardes était pour l’essentiel achevée dans le reste de l’Italie78. Néanmoins, malgré les liens indéniables entre nationalisme vénitien et futurisme, il ne s’agit pas, dans l’esprit des théoriciens d’une « grande Venise » industrielle, d’opposer de façon radicale une Venise ancienne et une Venise moderne, comme nous l’avons dit, mais plutôt de les faire cohabiter harmonieusement. Loin de vouloir « combler les vieux canaux puants avec les décombres des vieux palais croulants et lépreux », loin de vouloir « abolir les courbes sinueuses des vieilles architectures », comme le voulait Marinetti79, la Venise moderne est pensée par le groupe impérialiste vénitien comme une protection et une garantie d’existence pour la Venise ancienne.

  • 80 M. Isnenghi, L’Italia del fascio, op. cit., p. 55.

35Ainsi dans son ouvrage de 1920, Amor di Venezia, Gino Damerini n’oppose pas de façon drastique les « nostalgies du passé » aux nécessités du présent, en particulier celles d’agrandir Venise par la création d’un port industriel et de faciliter les communications (par exemple en créant dans la ville des tunnels souterrains traversant le Grand Canal). Estimant qu’il faut procéder « par des adaptations progressives », il refuse l’idée selon laquelle il faudrait remplacer une civilisation par une autre. Il refuse aussi l’idée qu’il y aurait incompatibilité entre la « poésie » du passé et les nécessités de la vie moderne. « À Venise, regrette-t-il cependant, pour l’immense majorité de ceux qui n’ont rien à faire, la poésie, le silence, l’intimité ne signifient rien d’autre que sommeil et torpeur. » Pour celui qui apparaît encore, en 1920, du vivant de Molmenti, comme un modernistemodéré, « partagé entre les deux pôles d’une droite traditionaliste et passéiste et d’une nouvelle droite émergente et modernisatrice »80, les véritables ennemis sont ces « faux esthètes », « faux artistes », « faux amoureux » de la ville, pour lesquels Venise « pour être belle a besoin d’être exclusivement vieille, exclusivement sale, exclusivement décrépite ». Damerini estime même, dans le chapitre de son ouvrage intitulé « Essai sur une psychologie du mouvement à Venise », que Venise est à sa façon une ville du mouvement, grâce aux possibilités offertes au transport par ses voies d’eau, et ce en dépit des conceptions des « amoureux de l’esthétique pure », pour lesquels n’existe qu’une Venise « romantique et sentimentale », une « Venise de la tradition et de la convention », incarnation de la « perfection de la survie du passé dans le présent », une « ville morte », « ville où l’on ne travaille pas, où le mouvement est inexistant, où les industries ne comptent pas ». Bien évidemment, pour Damerini, c’est le nouveau port industriel de Marghera qui doit permettre à Venise de sortir définitivement de sa « torpeur » et de se transformer en une « métropole lagunaire qui dans vingt ans sera à nouveau la dominante de l’Adriatique et des voies de l’Orient et de l’Europe centrale ».

  • 81 M. Reberschak, « L’industrializzazione di Venezia », op. cit., p. 387.

36Dans l’entre-deux-guerres, les ouvrages de Fradeletto (Venezia antica e nuova, 1921) et de Volpi (Venezia antica e moderna, 1939), cités précédemment, sont bien représentatifs de la tendance à considérer l’existence de deux Venises. L’ouvrage de Fradeletto s’ouvre ainsi par un chapitre intitulé « L’âme de l’ancienne Venise », et se clôt par un chapitre consacré à Venezia nuova. Néanmoins les deux Venises ne sont pas présentées comme étant simplement en opposition. En habile « navigateur des temps et des tendances »81, l’auteur cherche au contraire à établir une dialectique entre passé et présent, et théorise de façon explicite une « troisième Venise », qui ne serait ni une « superbe nécropole » ni une ville « brutalement modernisée », mais une Venise conciliativa, une ville de la « conciliation » entre tradition et modernité :

  • 82 Il s’agit, bien sûr, des rives de la lagune sur lesquelles sont édifiées les installations industri (...)
  • 83 A. Fradeletto, Venezia antica e nuova, Turin, 1921, p. 241.

je voyais une plus grande Venise, embrassant deux Villes : – l’ancienne, l’immortelle, qui conservait inviolé son sanctuaire de monuments, son musée de splendeurs vivantes dans la magnificence du ciel et le murmure des eaux; – la nouvelle, étendue vers les rives de la lagune, occupée avec une fiévreuse ardeur aux activités marchandes, sans craindre de se heurter à des obstacles vénérables, et au contraire heureuse et orgueilleuse de racheter, de peupler, de vivifier une plage boueuse et déserte82. Et je résumais cette vision en une comparaison : « Un très pur joyau d’art ancien, serti dans l’acier vibrant du travail moderne. »83

  • 84 Ibid., p. 20.
  • 85 Ibid., p. 19.

37D’un point de vue historique, dans cet ouvrage de 1921, où se retrouve l’essentiel des stéréotypes constitutifs de la nouvelle « idéologie de la vénétianité », Fradeletto développe en partie les mêmes thèmes que ceux de 1916 ; des thèmes qu’il continuera à décliner tout au long des années vingt. L’histoire de Venise sert à justifier les ambitions et les revendications de l’Italie moderne qui « rentre aujourd’hui dans le socle marqué par la petite Venise ancienne » ; et Fradeletto disserte ainsi sur « l’histoire de Venise et les revendications de l’Italie » (titre du chapitreV). L’histoire de Venise est ici évoquée dans des termes non seulement « nationaux », mais également d’une façon conforme à une pensée de la force et de l’énergie. Ainsi, selon Fradeletto, les « fondements naturels de la grandeur de Venise » furent non seulement l’isolement au milieu de sa lagune qui la protégea des invasions et des agressions étrangères, mais aussi « la lutte quotidienne avec des éléments traîtres qui, en trempant avec vigueur sa fibre, constitua un réservoir profond d’énergies pour l’avenir », ainsi que « l’homogénéité ethnique et sociale, entendue non pas comme paix interne […] mais comme absence d’antagonismes organiques, irréductibles, de lignées, de classes et de forces économiques ». C’est bien l’absence de conflit qui expliquerait, en bonne partie, la grandeur de Venise, dont l’action politique « semble obéir au principe de la force ». À Venise, estime en effet Fradeletto, « la loi ne surgit pas d’une idée abstraite, mais émane de la constatation des faits concrets » ; quant à la logique de l’action politique de la Sérénissime, elle était, selon Fradeletto, d’« attribuer le pouvoir suprême aux corps constitués de l’État, et le minimum de pouvoir aux individus qui en font partie »84. Mais c’est aussi, selon Fradeletto, son régime aristocratique qui aurait assuré à la République aristocratique, dès les premiers temps, sa longévité et sa puissance ; cet « esprit aristocratique se fait habitude bien avant de se traduire dans l’officialité des lois », de sorte que dès les origines de Venise « la soi-disant démocratie » n’aurait existé que « dans les apparences extérieures »85. Quant à l’aristocratie vénitienne, « qui n’était pas née de l’invasion et de la conquête », mais qui « avait dans ses veines le même sang que le peuple », l’auteur en fait un vibrant éloge : il évoque « l’exemple de cette race (razza) vénitienne qui se conserve intacte de toute inoculation exotique », « une gens latine dans ses institutions et dans son âme, qui a survécu dans un coin éloigné à la catastrophe de la civilisation impériale ».

  • 86 Louis de Mas Latrie, De l’empoisonnement politique dans la république de Venise, Paris, Imprimerie (...)

38Fradeletto est donc loin de renier la « religion de la mémoire » vénitienne. De même il entend défendre l’histoire de Venise contre ses détracteurs, « les écrivains dévoués à la France et à l’Autriche » ; il s’en prend ainsi de façon générique à « l’école romantique » dont « les motifs d’inspiration principaux furent la passion, la violence et le mystère », mais aussi, plus précisément, à ceux qui, à l’image du français Mas Latrie86, et en dépit des témoignages d’attachement de la population au régime aristocratique vénitien jusqu’aux tout derniers jours de la République, « furent bien heureux de recueillir et d’aggraver ultérieurement les accusations précédentes, car tout ce qui discréditait Venise pouvait se convertir en argument indirect de défense pour ceux qui, depuis Campoformio, l’avaient vendue et revendue ». Néanmoins, il conclut son ouvrage en estimant qu’il ne faut pas être « esclaves de la tradition, prise dans sa forme extérieure, dans sa signification littérale, plutôt que saisie dans son esprit intime » ; le souvenir est bénéfique, écrit-il, « lorsqu’il illumine l’intellect, lorsqu’il sert à lui faire comprendre ce qui devait nécessairement advenir et ce qui devait tout aussi nécessairement disparaître. Mais si le souvenir éblouit et contribue à nourrir l’inutile orgueil, il est trompeur et dangereux ».

  • 87 A. Fradeletto, Venezia antica e nuova, op. cit., p. 257.

39À présent, passé le moment de la nationalisation de Venise, de son intégration dans « l’Italie moderne », Fradeletto insiste donc bien sur la nécessité de concilier les deux Venises, et de penser « une vaste et sagace œuvre de coordination entre deux programmes, l’un visant à la formation et à la mise en valeur du nouveau centre industriel et urbain, l’autre à conserver, et même accroître la vie et le lustre du célèbre centre historique »87. Citant de façon élogieuse le texte de Foscari de 1917, Fradeletto estime que seule la solution voulue par le leader nationaliste et par Giuseppe Volpi permettra de soustraire Venise à l’étouffement et à l’isolement – « cet isolement qui autrefois faisait son attrait et sa force, mais qui à présent, s’il avait persisté, serait devenu sa ruine irréparable » –, mais aussi de l’adapter aux exigences de la vie moderne « sans altérer sa physionomie unique au monde ». Quant au pont routier, dont Fradeletto est bien entendu un partisan, il le conçoit non seulement comme le moyen technique de relier « les deux rives de la plus grande Venise », c’est-à-dire de « relier les deux termes, les deux aspects, du problème vénitien », mais aussi comme « un symbole tangible de ce rapprochement entre l’idéal et le réel qui se produit dans les formes supérieures, c’est-à-dire plus complexes, de l’existence ». La « troisième Venise » est finalement celle qui opère la jonction entre « vie » et « poésie », entre « la poésie de la contemplation » et « la nécessité de l’action ». En ce sens la vision de Fradeletto, bien qu’en rupture explicite avec toute forme de passéisme, apparaît comme celle d’un moderniste modéré ; elle est bien représentative de celle de la classe dirigeante volpienne.

  • 88 La proximité manifeste entre ces deux ouvrages a du reste été soulignée et commentée par M. Rebersc (...)
  • 89 Giuseppe Volpi, Venezia antica e moderna, Rome, 1939, p. 19.
  • 90 Ibid., p. 23.

40En 1939, le livre de Volpi, Venezia antica e moderna, ne fera que reprendre, dans sa théorisation de la « troisième Venise », ce qui peut être considéré comme une sorte de vulgate88. Ainsi, les racines historiques de Venise sont présentées comme interamente italiche, et son histoire « tout imprégnée de l’esprit romain, à tel point qu’elle n’est que l’histoire des institutions romaines » ; c’est elle qui a rempli, en assurant la domination de l’Adriatique, la fonction de « sentinelle de la civilisation latine », de défenseur des « suprêmes valeurs de la civilisation occidentale ». Même à l’époque de sa décadence, à partir du xviesiècle, la Sérénissime est présentée comme « le seul État de la péninsule où pourra se faire entendre une voixfière et digne pour la défense de l’honneur et de la liberté du peuple italien »89. Quant à sa chute, en 1797, elle est présentée comme un refus, de la part de celle qui fut un « prototype de l’État oligarchique »90, de se plier aux nouveaux diktats de l’époque, « expression dynamique de philosophes, de libéraux, de bourgeois et de juifs ». Enfin, la résistance aux Autrichiens de 1848-1849, autour de Daniele Manin et de Nicolò Tommaseo, est comme de coutume décrite comme le « rachat » du « renoncement » de 1797. Quant à l’intégration de Venise dans l’Italie unifiée en 1866, elle n’est en revanche même plus évoquée, à une époque où la rupture entre l’État fasciste et l’ancienne Italie libérale se veut complète.

  • 91 Ibid., p. 7.

41Se revendiquant d’Ippolito Nievo et de Gabriele D’Annunzio, mais aussi désormais de Benito Mussolini, Volpi voit certes en Venise un « reliquaire de choses vivantes et de choses mortes, un asile de paix et d’oubli […], un centre de vie et d’art », mais il ajoute qu’« aujourd’hui que l’Italie a reconquis – guidée par le Duce – sa grande tradition historique, à savoir l’Empire, un nouveau cycle de vie s’est ouvert à Venise aussi, à Venise qui participe avec orgueil à la restauration de la mission impériale de notre peuple »91. Ce texte se différencie donc de celui de Fradeletto, antérieur à l’avènement du fascisme, par une accentuation du thème impérial, caractéristique, comme nous le verrons, des années trente. Les Vénitiens, définis de façon mussolinienne comme un peuple de « conquérants, de navigateurs, de marchands, de combattants, de fondateurs d’Empire », sont à présent appelés à renouer avec leur passé impérial. Les qualités de la « race […] aussi vigilante que forte, aussi sereine que courageuse, aussi prudente qu’audacieuse » des « navigateurs vénitiens » sont celles de la mystique de l’action et de l’énergie du fascisme.

42Ce n’est à présent plus seulement l’Italie qui doit s’inscrire dans le « socle » de l’histoire vénitienne, mais c’est le fascisme lui-même qui est appelé, de façon explicite, à reprendre les « motifs inspirateurs de la Venise héroïque », à savoir :

  • 92 Ibid., p. 27.

la centralisation unitaire du commandement; l’exaltation constante du citoyen envers la patrie; la concentration des volontés dans l’action impériale; le regard pointé toujours vers le lendemain sans s’attarder trop sur le passé; le dépassement de soi quotidien qui nous enrichit en expérience et en forces[…], le dévouement complet, jusqu’à la mort, de l’individu à l’Idée et à l’Homme qui le personnifie.92

43Naturellement, la réalisation du port industriel, voulue « grâce au concours unanime des Vénitiens et du gouvernement fasciste » et définie comme « une des plus grandes entreprises de notre siècle », est présentée à la fois comme le point d’orgue de cette fascisation du passé et de l’identité de Venise, et comme une façon à la fois nouvelle et ancienne de concevoir le destin de la ville, d’une « Venise ressuscitée, et en marche vers son immanquable destin ». Et c’est en reprenant presque à l’identique les termes d’Antonio Fradeletto que Giuseppe Volpi évoque une « troisième Venise », « songe devenu réalité » :

  • 93 Ibid., p. 29.

Celle-ci embrasse deux Venise. D’une part, l’ancienne, l’historique, l’immortelle : celle qui doit conserver pour toujours inviolé son sanctuaire de monuments et son musée vivant de splendeurs, entre l’enchantement du ciel et le murmure des eaux, chère pour l’éternité aux fidèles de la beauté. Et d’autre part, une Venise nouvelle, étendue aux marges de la lagune, vouée avec entrain aux fiévreuses activités marchandes : en somme une grande ville industrielle, traversée de canaux profonds, de rues amples, et peuplée d’usines résonnantes.93

44La Venezia antica est conçue comme un « glorieux centre historique » d’où aurait surgi, par « irradiation », un « centre nouveau », « libre de toute entrave dans son activité moderne ». La « Venise moderne », celle du port industriel et de la « ville-jardin » accueillant ses ouvriers, c’est la « nouvelle Venise terrestre : surgie de la mer comme l’ancienne, et qui de la mer attend sa richesse », celle qui était censée permettre à la ville de se tourner à nouveau vers « l’orient qui est le destin historique de Venise ». En échappant aux sirènes des « romantiques à outrance », pour lesquels « la ville incomparable constituait une expression suprême de beauté justement à cause de la langueur de sa décadence », les Vénitiens sont appelés à retrouver « la vérité goethienne selon laquelle “la poésie suprême est dans l’action” ».

  • 94 « Le Tre Venezie, écrit Marco Fincardi, non si stanca mai di proclamare il dogma che la città è una (...)

45Encore relativement timide au début des années vingt, le discours moderniste, toujours lié à Porto Marghera, deviendra réellement dominant avec l’avènement du fascisme et après la mort de Pompeo Molmenti (1928), signataire en 1925 du manifeste des intellectuels antifascistes de Benedetto Croce et défenseur le plus éminent de « l’ancienne Venise ». Le dépouillement des deux principales revues mensuelles de la ville, durant le Ventennio, à savoir la Rivista di Venezia ainsi que Le Tre Venezie94 – la revue dirigée par le fils de Giovanni Giurati –donne la mesure de l’importance de ce discours moderniste tendant à présenter une Venise réinventée comme ville de vie et d’énergie, ville de la vitesse. Celui-ci se retrouve de façon claire lors de la réalisation du pont routier au début des années trente ; une réalisation qui marque la défaite définitive des antipontisti, les adversaires du pont, dont Pompeo Molmenti était le chef de file.

  • 95 R. Camurri, « La classe politica… », op. cit., p. 1417.
  • 96 Signé T. V.

46Bien que la nécessité de préserver « l’ancienne Venise » ne soit jamais remise en question, la réalisation du pont routier, inauguré le 25avril1933 en présence du prince héritier et béni par le cardinal La Fontaine, permet désormais de présenter cette entreprise non seulement comme une œuvre majeure du régime, mais aussi comme la définitive sortie de Venise de l’archaïsme. Comme l’a écrit l’historien Renato Camurri, « la Venise volpienne permettait au fascisme d’exalter de façon rhétorique les aspects moder-
nistes de sa propre culture politique et de disposer d’une formidable caisse de résonance pour la diffusion de mythes, de cultes et d’images collectifs »95. C’est ainsi que dans le rapport sur « Le nouveau visage de Venise après dix ans de fascisme », dans le numéro d’octobre1932 de la Rivista di Venezia – un numéro entièrement consacré aux entreprises vénitiennes accomplies lors de la décennie fasciste –, cette réalisation est présentée comme une victoire éclatante remportée contre l’esthétisme et le passéisme de ceux qui entretiennent la « mélancolie provinciale » de Venise : « Une résistance presque séculaire faite de craintes extravagantes pour l’intégrité de la ville prit fin, écrit Carlo Suppiej, face au tableau admirable des énergies tendant à soustraire Venise à sa mélancolie provinciale afin de lui attribuer une fonction plus large à l’intérieur de la nation, à la hauteur de sa tradition commerciale et historique. » Le pont est présenté en mai1933, dans Le Tre Venezie, dans un article intitulé « Une magnifique entreprise du régime »96, comme une réalisation dont le but est de « faire d’une ville que l’on disait archéologique, essentiellement lyrique et romantique, une créature énergique, lui rendre son ancienne splendeur, la doter de deux puissants poumons, lui indiquer la voie de la rescousse » ; là encore le pont, symbole de la nouvelle modernité vénitienne, est censé garantir en même temps « l’intégrité artistique de la ville ».

  • 97 Ainsi, un article de Giannino Omero Gallo, du numéro d’octobre 1936 des Tre Venezie, est significat (...)
  • 98 Voir l’article paru dans les Tre Venezie, en avril 1931, sous le pseudonyme de « Il raffio », et in (...)
  • 99 Rivista di Venezia, avril 1933, p. 162.

47Le lien entre les « deux Venises » est toujours mis en valeur97 ; et c’est au nom de la « sauvegarde de l’ancienne nécessité de la nouvelle Venise » que Gino Damerini justifie, dans un article d’avril1933 de la Rivista di Venezia, la réalisation du Ponte del Littorio inauguré le 25avril1933, jour de Saint-Marc. Une fois dépassées les polémiques fomentées par ses adversaires, « quand les esthètes et les romantiques le désapprouvaient comme dangereux pour la beauté de la ville », le pont, écrit Damerini, « libère définitivement [Venise] de sa ségrégation millénaire », la réveille de sa « torpeur extatique forcée » d’avant-guerre, lui permettant de redevenir une città di vita98. Mais en même temps le pont est censé avoir « une nette fonction de sauvegarde, puisqu’il tend à transférer hors de la ville ancienne tout ce qui est susceptible de nuire à son histoire et à son architecture » ; il est présenté non seulement comme « une jetée reliant de façon harmonieuse deux centres vitaux », mais aussi comme un instrument ayant une « fonction psychologique », « celle de détruire la légende d’une Venise flasque qui vit de mémoire et d’hôtels, une légende déjà injuste par le passé, et de toute façon à présent dépassée par la réalité exemplaire de son activité »99. Les deux Venises sont présentées comme indissolublement liées dans la mesure où la nouvelle réveille et protège l’ancienne, qui à son tour anoblit et grandit la nouvelle par le prestige de son passé. Le pont est ainsi présenté, de façon explicite, comme le trait d’union entre la Venise de Volpi et celle de Carpaccio, « un indice de cette harmonieuse transfusion de fonctions et d’héritages historiques dans l’organisme totalitaire de la grande patrie ».

  • 100 Marco Fincardi, « I fasti della “tradizione” : le cerimonie della nuova venezianità », Storia di Ve (...)
  • 101 Giuseppe Marzemin, Le origini romane di Venezia, Rome, Società italiana per il progresso delle scie (...)

48Au cours des années trente, et surtout dans la deuxième moitié de la décennie, à partir du renforcement du caractère totalitaire du régime au moment de l’alliance définitive avec l’Allemagne nazie, tous les thèmes constitutifs de l’idéologie de la vénétianité continueront à être développés jusqu’à satiété. Néanmoins, dans le domaine des études historiques, on assiste à une accentuation impérialiste et totalitaire du discours, et en particulier à une insistance croissante sur le thème de la romanité de Venise. Si la nationalisation de Venise passait nécessairement par sa romanisation, il était ainsi particulièrement important d’établir la romanité non seulement du « sang » et de la « race » des Vénitiens, mais aussi de leurs institutions politiques. C’est en liant indissociablement la vénétianité à la romanité que l’on pouvait d’une part éviter une optique régionaliste bannie par le fascisme, et d’autre part, comme l’a écrit l’historien Marco Fincardi, « insérer l’histoire vénitienne comme centre d’une identité latine et nationale que les constructeurs de l’État unitaire avaient jusqu’alors centrée – pour des raisons culturelles et dynastiques – sur les traditions toscanes et piémontaises »100. C’est ce que s’emploie alors à faire Giuseppe Marzemin dans ses travaux sur Le origini romane di Venezia101 ; des travaux salués par une des « plumes » éminentes du régime, Elio Zorzi, dans un article intitulé « Romanità di Venezia » paru en novembre1938 dans Le Tre Venezie, car ils ont le mérite, selon Zorzi, de montrer que Venise, loin de rien devoir aux Lombards, « conservait jalousement ses trésors de romanité non seulement dans les races nobles et non nobles de son peuple […] mais également dans l’esprit de ses institutions civiles et politiques, et dans sa fidélité constante à l’empire d’Orient, de sorte que le byzantinisme domina à Venise en tant que continuité naturelle et légale de la romanité, là où c’est justement dans la défense contre les Lombards que se forme et s’affirme l’esprit national des Vénitiens et que se manifeste la nécessité d’avoir ce commandement unique, ce dux, qui était un élément caractéristique des institutions byzantines ».

  • 102 Elio Zorzi, Venezia, Milan, Istituto per gli studi di politica internazionale, 1940, p. 10.

49Ce rapport intrinsèque entre l’empire de Rome et celui de Venise – un empire qui a préservé jusqu’au seuil du xixesiècle, selon Zorzi, tout à la fois « la continuité de la conception impériale romaine et le sentiment profond de sa propre identité nationale » – constitue du reste une particularité qui distinguerait Venise des autres républiques maritimes italiennes telles Gênes, Amalfi et Pise ; contrairement à Venise, fait remarquer Elio Zorzi dans un article d’avril 1940 des Tre Venezie sur « L’empire de Venise à l’exposition des terres d’outre-mer », celles-ci n’ont jamais construit un empire « national ». C’est cette même thèse selon laquelle seule Venise aurait construit un empire national – une thèse censée affirmer la supériorité de Venise sur les autres repubbliche marinare – que développe Elio Zorzi dans son ouvrage sur Venise publié en 1940 : « Ce sentiment de nationalité […] est une des caractéristiques qui distinguent le mieux l’impérialisme vénitien de celui des autres républiques maritimes italiennes. »102 En distinguant Venise des autres repubbliche marinare, on empêchait de réduire son expansion au seul domaine de l’économie et du commerce, puisque la grandeur de Venise se devait d’être avant tout politique.

  • 103 Voir Camillo Manfroni, « Venezia colonizzatrice », Le Tre Venezie, février 1927.
  • 104 Voir, sur la question du colonialisme italien, l’ouvrage récent de Nicola Labanca, Oltremare. Stori (...)
  • 105 Voir ainsi son article dans le numéro de novembre 1934 des Tre Venezie, « Spirito della colonizzazi (...)
  • 106 Bruno Dudan, Il dominio veneziano di Levante, Bologne, Zanichelli, 1938.
  • 107 Voir également B. Dudan, L’italianità della Dalmazia negli ordinamenti e statuti cittadini, Milan, (...)

50En outre la romanité de Venise et la tradition impériale vénitienne – à travers l’évocation d’une Venezia colonizzatrice103 – servent de base à la justification des ambitions italiennes en Dalmatie, celles de la quarta sponda, la « quatrième rive », mais plus généralement de fondement historique au colonialisme italien, ou du moins à sa frange « adriatique », plus intéressée par les Balkans que par les colonies africaines104. Parmi les différents historiens proches du régime, Bruno Dudan est l’un de ceux qui, dans ses travaux de divulgation parus dans la revue Le Tre Venezie comme dans ses écrits plus scientifiques, ont le plus insisté sur la nécessité d’inscrire « l’esprit de la colonisation italienne » dans les traces de la République vénitienne105 ; et l’on retrouve dans les écrits de Bruno Dudan les lieux communs de la vision nationaliste du passé vénitien, à savoir le rapport à la romanité et la contribution de Venise à la longue histoire de l’unification italienne. C’est ainsi que Dudan affirme, dans son ouvrage sur Il dominio veneziano di levante publié en 1938 par l’Institut national de culture fasciste106, que « Venise ressentit et plus tard alimenta dans l’Empire romain d’Orient surtout l’influence de cette pensée latine qui, garantissant la liberté vénitienne, devait devenir partie essentielle et vivante de la nature politique des Vénitiens ». Quant à l’histoire de l’apparition de la puissance de Venise et de la genèse de sa domination politique, elle constituerait, selon Dudan, une « leçon d’énergie » pour l’Italie moderne et une justification de ses ambitions coloniales en Dalmatie. Mais c’est en particulier à travers l’histoire coloniale vénitienne et « la force de la romanité vénitienne » que Dudan peut évoquer une « romanité de la Dalmatie », comme s’intitule un de ses articles paru en janvier1935 dans Le Tre Venezie107.

51Dès son ouvrage de 1933 sur Il diritto coloniale e le sue basi economiche, c’est à partir de la tradition vénitienne que l’historien entend fonder « les bases scientifiques du droit colonial moderne », ce droit colonial sur lequel, selon Dudan, « repose une si grande partie de la prospérité des nations modernes ». Ainsi, dans sa préface à cet ouvrage, Arrigo Solmi, affirme que « le droit colonial vénitien, fondé sur des bases romaines, est lié à la genèse et à la vie même de l’État vénitien ». Mais surtout, le droit colonial vénitien est censé fournir le modèle d’un véritable droit colonial italien, où les colonies ne forment pas des noyaux de sujets anonymes, mais où elles forment la base même de l’État, conformément au principe de Varron, mis en exergue par Dudan, selon lequel coloniae nostrae ite conditae ut Roma. Ce droit colonial vénitien est fondé en particulier sur le principe de la famille puisque c’était à travers le gouvernement des familles que Venise administrait ses colonies, sur le modèle du système aristocratique en vigueur dans la « dominante » ; ce « traditionalisme vénitien » correspondait donc, selon l’historien, à une conception du stato famigliare dans lequel l’individu se devait d’être entièrement subordonné à la collectivité.

52Dans un article des Tre Venezie de décembre1938, très élogieux à l’égard des travaux de Bruno Dudan, Arturo Pompeati, voit lui aussi dans le régime vénitien un modèle d’« État autoritaire », destiné à ne pas convenir aux conceptions de la liberté « franco-anglaises », fondées sur « l’immortel droit de l’individu, qui à partir de Napoléon a servi trop souvent de corde pour étrangler les peuples faibles ». L’auteur s’en prend ainsi à ceux qu’il appelle les « historiens partisans » qui, de Sismondi à Daru, se seraient employés à « jeter de la boue sur le cadavre de la république disparue, coupable de toutes sortes de fautes envers la liberté », et à forger au xixesiècle ces lieux communs d’une tradition d’inspiration libérale, celle en Italie de Capponi et Vieusseux, présentée comme hostile à Venise. Contre cette vulgate, qualifiée alors par les auteurs proches du régime de massonico-democratica, Arturo Pompeati entend rétablir la dignité de l’ancien patriciat, défini, dans les termes d’une rhétorique fasciste, comme « une aristocratie constructive, militante, héroïque ».

  • 108 G. Damerini, « Il corso di storia veneta », Ateneo veneto, n° 131, 1940, p. 232-235.

53En 1940 l’actualisation totalitaire des thèmes de cette historiographie impérialiste vénitienne se fait particulièrement explicite, en particulier dans les cours d’histoire vénitienne donnés par Gino Damerini à l’Ateneo veneto en avril et en mai108 ; des cours dans lesquels Damerini revendique l’utilité qu’il y aurait, du point de vue de la compréhension des cycles évolutifs de l’humanité et des nations, à « réduire à des schémas synthétiques et critiques de longues périodes historiques ». L’Italie de 1940, alliée à l’Allemagne dans la guerre en cours, est appelée à renouer avec la « mission de civilisation accomplie par l’Empire romain » ; cette mission aurait été aussi celle de Venise, née à l’origine comme par une sorte de « contre-
attaque venant de Rome ». Venise aurait en effet « opéré constamment dans le sillage de la lumière idéale représentée pour elle par l’héritage de Rome », avant de devenir « un pont jeté afin de poursuivre, en la maintenant vivante, la mission de la Rome antique, jusqu’à la naissance de la terza Roma » ; et l’État vénitien d’ancien régime est présenté comme un État « parfait », dans la mesure où le pouvoir individuel de chacun y était annulé. Quant à la constitution aristocratique de Venise, qui excluait le peuple de toute participation aux affaires, elle est présentée comme le fruit du « miracle de l’État vénitien ». Ce miracle vénitien allait de pair avec « une mystique de la confiance du peuple dans la classe gouvernante qui avait été exprimée par le peuple » ; il se résumait, selon Damerini, « dans cette harmonie hiérarchique de l’intelligence et du travail, anticipatrice à de nombreux égards de l’époque mussolinienne ».

54Du point de vue colonial, le livre de 1943 de Gino Damerini, Le isole jonie nel sistema adriatico. Dal dominio veneziano a Bonaparte, publié par l’Istituto per gli studi di politica internazionale de Milan –l’institution qui, avec l’Istituto di studi adriatici « Piero Foscari » de Venise présidé par Mario Nani Mocenigo, promeut ce type de travaux vénitiens d’inspiration nationale-fasciste–, représente un dernier et significatif exemple, dans les tout derniers temps du « Ventennio », de justification des ambitions du régime fasciste par l’histoire vénitienne. Dans le chapitre final, intitulé « La valeur stratégique des îles ioniennes dans la nouvelle Europe », les armées de l’alliance italo-germanique sont censées lutter pour la libération de la Dalmatie afin de clore enfin « le cycle ouvert par le traité de Campoformio par la démocratie française » :

L’Italie fasciste, héritière et continuatrice de Rome peut faire à présent siennes, avec un droit qui découle de son histoire et de sa civilisation millénaire, les raisons qui ont été tour à tour celles de Napoléon, de la Russie et de l’Angleterre, pour s’attribuer avec les îles ioniennes la faculté de clore la mer Adriatique, redevenue aujourd’hui notre mer à l’intérieur de notre plus vaste espace vital.

  • 109 E. Sestan, « Roberto Cessi storico », Archivio veneto, 88, 1969; F. Seneca, « L’opera storica di Ro (...)

55Bien entendu il serait tout à fait abusif d’accréditer l’idée selon laquelle l’ensemble de l’historiographie vénitienne des années1920 et 1930 se serait alignée sur les positions exposées dans le cadre de notre recherche. Une des formes possibles de la résistance aux généralisations de cette historiographie impérialiste passait sans doute par l’affirmation d’une méthode historique rigoureuse, fondée sur le refus des grandes entre-prises de « totalisation » historiographique. Ainsi Roberto Cessi, qui joua dans l’après-guerre un rôle au sein du parti socialiste en tant que député tout en devenant alors l’historien de Venise le plus reconnu, fut sans aucun doute l’un de ceux qui surent « résister », durant le Ventennio, à la vulgate des historiens ou essayistes proches du régime. Comme E.Sestan et F.Seneca dans leurs articles commémoratifs de 1969 et 1970 sur Roberto Cessi109, on peut interpréter le fait que l’historien n’ait, avant 1945, jamais rien publié sur l’époque napoléonienne et le Risorgimento comme une sorte de répugnance à aborder un domaine qui, selon E.Sestan, « durant le Ventennio était devenu l’arène dans laquelle couraient à bride abattue les historiens improvisés ou alignés au régime ». Ainsi le livre de Roberto Cessi sur Le origini del Risorgimento date de 1945, tandis que celui sur Campoformido date de 1947.

  • 110 Roberto Cessi, La repubblica di Venezia e il problema adriatico, Padoue, Cedam, 1943.
  • 111 Voir Paolo Preto, « Roberto Cessi », Dizionario biografico degli Italiani.

56Certes, l’historien a prouvé, dans les deux volumes de son travail de 1929 sur Venezia ducale, les liens très forts unissant Venise à Rome. Quant aux thèmes « adriatiques », ils ont été au cœur de son travail historique, dans son livre de 1943 sur La repubblica di Venezia e il problema adriatico110. De même c’est à lui que Giovanni Gentile, en dépit de son attitude de détachement à l’égard du régime, a confié la quasi-totalité des notices concernant Venise dans l’Enciclopedia Treccani ; des notices dans lesquelles on sent souvent poindre la « fierté » vénitienne111. Mais, fidèle à sa méthode fondée sur un examen scrupuleux des sources, dépourvu de préjugés, celui qui estimait que le travail de l’historien se devait d’être une « palestre de vérité » n’a jamais sacrifié à la rhétorique de ceux qui entendaient alimenter le mythe nationaliste et impérialiste vénitien.

  • 112 G. Volpi, Marco Polo, navigatore veneziano, Rome, 1926.

57Ainsi, il semble impossible de ne pas percevoir la portée à la fois politique et polémique des dernières lignes de l’article de Cessi sur « L’œuvre de Marco Polo », paru en juillet1929 dans la Rivista di Venezia. En conclusion de son étude portant sur un « personnage-culte » de la vulgate fasciste, auquel le comte Volpi lui-même avait consacré une étude112, l’historien met en garde contre les trop faciles actualisations et généralisations, et il affirme la nécessité que le travail historique soit mené « avec sérieux et sévérité dans la méthode, en bannissant les différentes logomachies ». C’est bien ces « logomachies » totalisantes que critique aussi Mario Brunetti dans le compte-rendu élogieux qu’il fait, dans ce même numéro de la Rivista di Venezia, de l’ouvrage sur Rialto que venaient de publier Roberto Cessi et Annibale Alberti. Ainsi, en 1929, Brunetti regrette de façon explicite que l’histoire de Venise soit « trop souvent menée, aujourd’hui encore, à partir de généralités vides ». Il reconnaît en revanche dans le travail des deux historiens vénitiens une de ces recherches qui, « s’appuyant sur le terrain certain du document, interprété avec pénétration, savent en tirer les éléments d’une vision qui, tout en étant vénitienne, est nécessairement universelle ».

  • 113 M. Fincardi, « I fasti della “tradizione”… », op. cit., p. 1509.
  • 114 Ibid., p. 1520.

58Comme l’a montré Marco Fincardi dans son travail sur les fêtes et cérémonies vénitiennes à l’époque fasciste, s’il est vrai qu’« à la moitié de 1942, la légende d’une renaissance de Saint-Marc atteint son apogée justement grâce à la propagande de guerre »113, à partir de la fin de 1942, en revanche, lorsqu’il apparaîtra de plus en plus évident que le régime était destiné à s’écrouler, la ville va peu à peu se défaire, sous le patronage des institutions ecclésiastiques et bientôt sous l’égide de la Démocratie chrétienne, des mythes de puissance élaborés par les théoriciens de la « grande Venise ». On assistera alors à une réhabilitation tacite des visions romantiques et décadentes de la ville, celle d’une « Venise sentimentale » illustrée alors par l’œuvre poétique d’un Diego Valeri. On assistera également à une « dénationalisation » de la ville, dans laquelle s’élaborera peu à peu « l’image d’une Venise hors de l’histoire après son annexion au royaume d’Italie, ou tout au moins une ville immergée dans des problèmes qui lui seraient propres »114 ; celle d’une ville fragile, une ville d’art, une ville-musée qui doit avant tout être préservée. Dans l’imminence de la chute du fascisme, commence à poindre le thème de la sauvegarde d’une ville patrimoine, fondamentalement pacifique, et qui aspire à devenir mondiale dans un sens désormais non nationaliste et impérialiste.

  • 115 M. Reberschak, « Dichiarazioni d’intenti : sindaci e programmi nel dopoguerra a Venezia (1945-1951) (...)
  • 116 Voir M. Reberschak, « Vittorio Cini », Dizionario biografico degli Italiani.

59Dans l’après-guerre, la vision orgueilleuse de la vénétianité ne fonctionnera définitivement plus d’un point de vue idéologique dans l’Italie de la Démocratie chrétienne et du Parti communiste, lorsque l’on prétendra gouverner d’abord « avec le sentiment et avec le cœur », comme le dira le premier maire élu à Venise dans l’après-guerre, le communiste Giobatta Gianquinto115. Mais surtout il apparaîtra de façon toujours plus évidente que la « nouvelle Venise », loin de protéger l’« ancienne », représente pour elle une menace, en particulier du fait des modifications que le port industriel faisait subir à l’écosystème lagunaire. Venise, de « modèle » est alors devenu un « problème », comme l’exprime le titre du grand colloque international organisé en 1962 par la fondation Giorgio Cini, afin d’établir un diagnostic sur l’état déjà alarmant de la ville, et intitulé justement Il problema di Venezia. Dans ce colloque pourtant, l’un de ses principaux promoteurs, Vittorio Cini – l’ancien ministre des Communications de Mussolini et commissaire général de l’Exposition universelle qui aurait dû avoir lieu à Rome pour célébrer les vingt ans du fascisme – ne faisait que réaffirmer la validité du « modèle vénitien » élaboré par les théoriciens de la terza Venezia. Si Cini affirmera par ailleurs que la construction du pont routier avait été une erreur pour le développement de la ville, en revanche le centre historique continuait à être conçu essentiellement comme une « île » à préserver et à destiner à des fonctions touristiques et adminis-tratives tandis qu’à Marghera et à Mestre revenaient les productions et les services116.

  • 117 Voir, à ce sujet, Xavier Tabet, « “Sauver Venise” ou les métamorphoses du mythe », Revue des Deux M (...)
  • 118 Voir, pour la reconstruction de ces débats actuels, Giovanni Distefano et Giannantonio Paladini, St (...)

60En 1966, la très violente inondation que subit Venise représentera de toute évidence un tournant dans la représentation que l’on commencera à se faire de la ville. Paradoxalement, si le fascisme avait en quelque sorte soustrait Venise au monde, en entretenant l’illusion qu’il était possible d’affranchir la ville de sa propre histoire, de créer une « autre Venise », sa fragilité et le danger de sa disparition la restituaient à la communauté internationale. Si Venise redevenait pleinement une « ville mondiale », il revenait donc au monde de la sauver. Venise devenait aussi une métaphore planétaire, celle des risques que faisait courir la modernité industrielle au patrimoine naturel et artistique de la planète. « Sauver Venise » devenait alors peut-être un nouveau mythe117. Il va aujourd’hui de pair, dans notre époque postindustrielle, avec la recherche d’une nouvelle modernité pour la ville, respectueuse de sa spécificité et de sa différence ; une nouvelle modernité qui passe tout à la fois par le refus des mythes futuristes et modernistes visant à homologuer la ville à la Terre-Ferme, mais aussi par la défiance à l’égard des tentations isolationnistes, bien présentes aujourd’hui dans la ville, de ceux qui souhaitent pour elle un « retour à l’île »118 et la plus grande clôture sur elle-même.

Top of page

Notes

1 Voir Alessandro Fontana, « Civitas metaphysica », Venezia nell’Ottocento, G. Pavanello et G. Romanelli dir., Milan, Electa, 1983.

2 Lucien Fabre, Bassesse de Venise, Paris, NRF, 1924, p. 68.

3 Ibid., p. 68.

4 Ibid., p. 56.

5 Georges Ravène, Défense de Venise. Colloque avec M. Lucien Fabre, Paris, Éditions Bossard, 1928, p. 51.

6 Pierre Daru, Histoire de la république de Venise, A. Fontana et X. Tabet éd., Paris, Robert Laffont (Bouquins), 2004, 2 volumes.

7 Pour la période relative au Quarantotto, voir Piero Del Negro, « Il 1848 e dopo », Storia di Venezia.L’Ottocento e il Novecento, Rome, Enciclopedia italiana Treccani, 1998, I, p. 107-189.

8 Voir à ce sujet Giandomenico Romanelli, « Venezia nell’Ottocento : ritorno alla vita e nascita del mito della morte », Storia della cultura veneta, VI, Vicence, Neri Pozza Editore,1986;Mario Infelise, « Venezia e il suo passato. Storie, miti, “fole” », Storia di Venezia, op. cit., II, p. 967-989. À propos de l’historiographie vénitienne du xixe siècle, voir également Gino Benzoni, « Dal rimpianto alla ricostruzione storiografica », Venezia e l’Austria, G. Benzoni et G. Cozzi dir., Venise, Marsilio, 1999.

9 Mario Isnenghi, L’Italia del fascio, Florence, Giunti, 1996, p. 50.

10 Renato Camurri, « La classe politica nazionalfascista », Storia di Venezia, op. cit., II, p. 1358.

11 Maurizio Rebershak, « Gli uomini capitali : il “gruppo veneziano” (Volpi, Cini e gli altri) », Storia di Venezia, op. cit., II, p. 1260.

12 M. Isnenghi, « Fine della storia », Venezia. Itinerari per la storia della città, S. Gasparri, G. Levi, P. Moro éd., Bologne, Il Mulino, p. 419.

13 Marco Fincardi, « Gli “anni ruggenti” del Leone. La moderna realtà del mito di Venezia », Contemporanea, n° 3, juillet 2001, p. 24.

14 Voir M. Reberschak, « Gli uomini capitali… », op. cit., p. 1255-1313; R. Camurri, « La classe politica nazionalfascista », op. cit., p. 1355-1439. Sur Giuseppe Volpi, voir en particulier Sergio Romano, Giuseppe Volpi. Industria e finanza tra Giolitti e Mussolini, Venise, Marsilio, 1997.

15 Storia di Venezia. L’Ottocento e il Novecento, Rome, Enciclopedia italiana Treccani, 1998, 3 volumes (Mario Isnenghi a dirigé la partie consacrée au xxe siècle tandis que Stuart Woolf a dirigé celle consacrée au xixe siècle).

16 Voir en particulier Venezia nell’Ottocento. Immagini e miti, G. Pavanello et G. Romanelli dir., Milan, Electa, 1983.

17 M. Isnenghi, « Fine della storia? », op. cit., p. 426.

18 Voir M. Infelise, « Venezia e il suo passato… », Storia di Venezia, II, p. 967-989; voir également G. Benzoni, « Dal rimpianto alla ricostruzione storiografica », op. cit.

19 Voir L’ingenieria civile a Venezia. Istituzioni, uomini, professioni da Napoleone al fascismo, F. Cosmai et S. Sorteni dir., Venise, Marsilio, 2001.

20 Voir La « grande Venezia ». Una metropoli incompiuta tra Ottocento e Novecento, G. Zucconi éd., Venise, Marsilio, 2001.

21 Voir Paola Somma, Venezia nuova. La politica della casa. 1893-1941, Venise, Marsilio, 1983.

22 Gino Damerini, D’Annunzio e Venezia, Milan, Mondadori, 1943.

23 Voir Paolo Alatri, Nitti, D’Annunzio e la questione adriatica, Milan, Feltrinelli, 1959.

24 L’expression est de Mario Isnenghi, « D’Annunzio e l’ideologia della venezianità », D’Annunzio e Venezia, E. Mariano dir., Rome, Bulzoni, 1991.

25 M. Isnenghi, Presentazione à M. Damerini, Gli ultimi anni del Leone. Venezia 1929-1940, Padoue, Il Poligrafo, 1988, p. 17. Voir aussi Cesco Chinello, « Foscari », Dizionario biografico degli Italiani.

26 M. Isnenghi, « D’Annunzio e l’ideologia della venezianità », op. cit., p. 238.

27 Cité par Gino Damerini, « La Nave cinquant’anni dopo », Quaderni dannunziani, fasc. XIV-XV.

28 Voir Paolo Puppa, « La Nave a Venezia », D’Annunzio e Venezia, E. Mariano dir., op. cit.

29 M. Isnenghi, L’Italia del fascio, op. cit., p. 50.

30 Ibid., p. 49.

31 G. Damerini, « La Nave cinquant’anni dopo », op. cit., p. 3.

32 M. Isnenghi, L’Italia del fascio, p. 78.

33 Ibid., p. 59.

34 Voir Bruna Bianchi, « Venezia nella grande guerra », Storia di Venezia, I, p. 349-419.

35 Ezio Maria Gray, Venezia in armi, Milan, Treves, 1917; voir également U. Bognolo, Venezia eroica, Rocca San Casciano, 1918.

36 Ibid., p. 75.

37 Ibid., p. 6.

38 Piero Foscari, « La Dalmazia e il problema strategico dell’Adriatico », La Dalmazia. Sua italianità. Suo valore per la libertà d’Italia nell’Adriatico, Gênes, A. F. Formiggini, 1915, p. 168.

39 Ibid., p. 166.

40 P. Foscari, « Nel cinquantenario della liberazione del Veneto dal dominio austriaco » : ce texte se trouve dans le volume d’écrits de Foscari, Per l’Italia più grande, réunis et préfacés en 1928 par l’ancien leader nationaliste Luigi Federzoni, alors ministre des Colonies (Rome, Edizioni della Rassegna Italiana, 1928, p. 190). Voir également P. Foscari, Interessi italiani nel Mediterraneo e nuovi diritti sulla Dalmazia, 1916.

41 P. Foscari, « La Dalmazia e il problema strategico dell’Adriatico », op. cit., p. 200.

42 Ibid., p. 198.

43 P. Foscari, « Nel cinquantenario della liberazione del Veneto… », op. cit., p. 185.

44 Ibid., p. 200.

45 Antonio Fradeletto, « La storia di Venezia e l’ora presente », La lettura, XVI, n° 3, 1er mars 1916 (La lettura était alors la revue mensuelle du Corriere della Sera).

46 Sur Fradeletto, voir en particulier Daniele Ceschin, La voce di Venezia. Antonio Fradeletto e l’organizzazione della cultura tra Ottocento e Novecento, Padoue, Il Poligrafo, 2001.

47 Emilio Franzina, Venezia, Bari, Laterza, 1986, p. 137.

48 A. Fradeletto, Venezia antica e Italia moderna, Rome, 1928.

49 M. Isnenghi, « D’Annunzio e l’ideologia della venezianità », op. cit., p. 243.

50 M. Isnenghi, « Introduzione », Storia di Venezia, II, p. 1155.

51 R. Camurri, « La classe politica… », op. cit., p. 1365.

52 Voir Giulia Albanese, Alle origini del fascismo. La violenza politica a Venezia 1919-1922, Padoue, Il Poligrafo, 2001.

53 R. Camurri, « La classe politica… », op. cit., p. 1394.

54 Mario Mainardis, dans Giuseppe Volpi. Ricordi e testimonianze, Venise, 1959, p. 38; selon Mainardis, proche collaborateur de Volpi, Marghera était censé, dans l’esprit de son créateur, « serbare intatta la città nel manto delle sue preziose reliquie senza precludere al suo popolo l’accesso alle nuove forme del progresso ».

55 Sur Venise au xixe siècle, voir en particulier, sur le plan de l’urbanisme, Giandomenico Romanelli, Venezia Ottocento. Materiali per una storia architettonica e urbanistica della città nel secolo XIX, Rome, Officina Edizioni, 1977; Giorgio Bellavitis et G. Romanelli, Venezia, Bari, Laterza, 1985.

56 Pompeo Molmenti, I nemici di Venezia, E. Zorzi éd., Bologne, Zanichelli, 1924; voir également, publié en France, P. Molmenti, Venise et ses lagunes, Paris, Artaud, 1929. À propos de Molmenti, voir Monica Donaglio, Un esponente dell’élite liberale : Pompeo Molmenti politico e storico di Venezia, Venise, Istituto veneto di Scienze, Lettere ed Arti, 2004.

57 Voir à ce sujet Andrea Zannini, « La costruzione della città turistica », Storia di Venezia, II, p. 1123-1154; et E. Franzina, Venezia, op. cit. (en particulier le chapitre « L’eredità dell’Ottocento e le origini della politica di massa », p. 117-152).

58 M. Isnenghi, « Introduzione », Storia di Venezia, II, p. 1155.

59 Cesco Chinello, Porto Marghera. 1902-1926. Alle origini del « problema di Venezia », Venise, Marsilio, 1979, p. 85.

60 « L’operazione Marghera non fu il prodotto di una elementare navigazione di piccolo cabotaggio di capitali e imprenditoria locali : si configura invece come l’esito complesso e articolato di investimenti di capitali finanzieri e industriali, di iniziative di concentrazione strutturali e settoriali, di inserimento nei mercati nazionali e internazionali » (M. Rebershak, « Gli uomini capitali… », op. cit., p. 1264).

61 Cesco Chinello, Storia di uno sviluppo capitalistico. Porto Marghera e Venezia. 1951-1973, Rome, Editori Riuniti, 1975, p. 12.

62 Sur la naissance de Porto Marghera, voir également le texte de M. Reberschak déjà cité, ainsi que le chapitre « L’economia » dans E. Franzina, Venezia, op. cit.

63 M. Reberschak, « L’industrializzazione di Venezia », Itinerari per la storia della città, S. Gasparri, G. Levi, P. Moro dir., Bologne, Il Mulino, 1997, p. 385.

64 Il s’agit là de problèmes souvent soulevés par Raffaello Vivanti, le responsable à l’époque, mais aussi dans l’entre-deux-guerres, de l’Ufficio d’igiene de la ville; voir à ce sujet, entre autres publications de ce haut fonctionnaire, Raffaello Vivante, « L’igiene pubblica in Venezia », Rivista mensile della Città di Venezia, février 1927.

65 P. Foscari, Per il più largo dominio di Venezia. La città e il porto,Milan, Treves,1917, p. 73.

66 Ibid., p. 81.

67 Foscari estime ainsi que « l’aumentare dei sobborghi realizza infatti l’ideale di fondere completamente i vantaggi della vita cittadina e quelli della vita sana e semplice della campagna ».

68 Ibid., p. 93.

69 Ibid., p. 99.

70 Marinetti, Boccioni, Carrà, Russolo, « Contro Venezia passatista. 27 aprile 1910 », dans Filippo Tomasino Marinetti, Teoria e invenzione futurista, Milan, Mondadori, 1996, p. 33-34.

71 Ibid., p. 34.

72 F. T. Marinetti, « Uccidiamo il Chiaro di Luna », Teoria e invenzione futurista, op. cit., p. 14-26.

73 Ibid., p. 15.

74 Marinetti et al., « Contro Venezia passatista », op. cit.,p. 34.

75 Ibid.

76 Voir Guido Perocco, Le origini del’arte moderna a Venezia (1908-1920), Trévise, Canova, 1972.

77 Pour l’histoire de la Biennale, voir E. Di Martino, La Biennale di Venezia. 1895-1995, Milan, Electa, 1995.

78 Comme l’écrit Laura Lepri (« La parabola del futurismo veneziano : 1910-1925 », Studi novecenteschi, 34 décembre 1987, p. 167), « nella prima metà degli anni venti, in fase di smantellamento di ogni avanguardia italiana, si segnala invece a Venezia un rigurgito “orientato” del futurismo che serve di supporto ideologico-culturale a una trasformazione effettiva, in corso di compimento, della città lagunare ».

79 Marinetti et al., « Contro Venezia passatista », op. cit., p. 34.

80 M. Isnenghi, L’Italia del fascio, op. cit., p. 55.

81 M. Reberschak, « L’industrializzazione di Venezia », op. cit., p. 387.

82 Il s’agit, bien sûr, des rives de la lagune sur lesquelles sont édifiées les installations industrielles de Porto Marghera.

83 A. Fradeletto, Venezia antica e nuova, Turin, 1921, p. 241.

84 Ibid., p. 20.

85 Ibid., p. 19.

86 Louis de Mas Latrie, De l’empoisonnement politique dans la république de Venise, Paris, Imprimerie nationale – Klincksieck, 1893.

87 A. Fradeletto, Venezia antica e nuova, op. cit., p. 257.

88 La proximité manifeste entre ces deux ouvrages a du reste été soulignée et commentée par M. Reberschak, « L’industrializzazione… », op. cit., p. 387-389.

89 Giuseppe Volpi, Venezia antica e moderna, Rome, 1939, p. 19.

90 Ibid., p. 23.

91 Ibid., p. 7.

92 Ibid., p. 27.

93 Ibid., p. 29.

94 « Le Tre Venezie, écrit Marco Fincardi, non si stanca mai di proclamare il dogma che la città è una fucina d’attività e di vigore fascista, che solo anime malate di romantici stranieri credono di poter ridurre allo stereotipo di luogo dove contemplare l’idea di morte o la propria malattia interiore, senza accorgersi che nei cantieri locali e regionali starebbe rinascendo la potenza destinata a dominare il Mediterraneo » (« Gli “anni ruggenti” del Leone », op. cit., p. 6).

95 R. Camurri, « La classe politica… », op. cit., p. 1417.

96 Signé T. V.

97 Ainsi, un article de Giannino Omero Gallo, du numéro d’octobre 1936 des Tre Venezie, est significatif de ce « double régime » de la vénétianité fasciste, qui n’est jamais totalement abandonné au seul profit du modernisme : « Le Zattere, romantica passeggiata di innamorati di Venezia e palestra della gioventù più animosa. » Aux « Zattere di Ruskin », figées dans leur immobilité, il oppose celle des gymnastes et des nageurs, celle de la « giovinezza d’Italia », cette « gioventù vivace, sana, tipicamente fascista » pour laquelle le sport contribuait au « miglioramento della razza ».

98 Voir l’article paru dans les Tre Venezie, en avril 1931, sous le pseudonyme de « Il raffio », et intitulé « Venezia città di vita ».

99 Rivista di Venezia, avril 1933, p. 162.

100 Marco Fincardi, « I fasti della “tradizione” : le cerimonie della nuova venezianità », Storia di Venezia. L’ottocento e il Novecento, Rome, Enciclopedia italiana Treccani, 1998, vol. 2, p. 1489.

101 Giuseppe Marzemin, Le origini romane di Venezia, Rome, Società italiana per il progresso delle scienze, 1938.

102 Elio Zorzi, Venezia, Milan, Istituto per gli studi di politica internazionale, 1940, p. 10.

103 Voir Camillo Manfroni, « Venezia colonizzatrice », Le Tre Venezie, février 1927.

104 Voir, sur la question du colonialisme italien, l’ouvrage récent de Nicola Labanca, Oltremare. Storia dell’espansione coloniale italiana, Bologne, Il Mulino, 2002.

105 Voir ainsi son article dans le numéro de novembre 1934 des Tre Venezie, « Spirito della colonizzazione italiana. Sulle orme della repubblica veneta ».

106 Bruno Dudan, Il dominio veneziano di Levante, Bologne, Zanichelli, 1938.

107 Voir également B. Dudan, L’italianità della Dalmazia negli ordinamenti e statuti cittadini, Milan, Istituto per gli studi di politica internazionale, 1943.

108 G. Damerini, « Il corso di storia veneta », Ateneo veneto, n° 131, 1940, p. 232-235.

109 E. Sestan, « Roberto Cessi storico », Archivio veneto, 88, 1969; F. Seneca, « L’opera storica di Roberto Cessi », Archivio storico italiano, CXXVIII, 1970.

110 Roberto Cessi, La repubblica di Venezia e il problema adriatico, Padoue, Cedam, 1943.

111 Voir Paolo Preto, « Roberto Cessi », Dizionario biografico degli Italiani.

112 G. Volpi, Marco Polo, navigatore veneziano, Rome, 1926.

113 M. Fincardi, « I fasti della “tradizione”… », op. cit., p. 1509.

114 Ibid., p. 1520.

115 M. Reberschak, « Dichiarazioni d’intenti : sindaci e programmi nel dopoguerra a Venezia (1945-1951) », Chiesa, società e stato a Venezia, B. Bertoli dir., Venise, Edizioni Studium Cattolico Veneziano, 1994, p. 242.

116 Voir M. Reberschak, « Vittorio Cini », Dizionario biografico degli Italiani.

117 Voir, à ce sujet, Xavier Tabet, « “Sauver Venise” ou les métamorphoses du mythe », Revue des Deux Mondes, juin 2005 (États d’urgence), p. 145-160.

118 Voir, pour la reconstruction de ces débats actuels, Giovanni Distefano et Giannantonio Paladini, Storia di Venezia. 1797-1997, vol. III, Dalla Monarchia alla Repubblica, Venezia, Supernova, 1997, en particulier la partie intitulée « Ritorno nell’isola », p. 193-450.

Top of page

References

Electronic reference

Xavier Tabet, « La « troisième Venise » : un mythe italien de l’entre-deux-guerres », Laboratoire italien [Online], 6 | 2006, Online since 07 July 2011, connection on 22 May 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/199 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.199

Top of page

About the author

Xavier Tabet

Xavier Tabet est maître de conférences en italien à l’Université Paris VIII. Ses travaux portent sur la pensée politique et la littérature italiennes de la Révolution française au fascisme. Ouvrages parus : Pierre Daru, Histoire de la république de Venise, Paris, Laffont, 2004, 2volumes (édition réalisée en collaboration avec Alessandro Fontana) ; Machiavel, Discours sur la première décade de Tite-Live, Paris, Gallimard, 2004 (traduction et annotation en collaboration avec Alessandro Fontana) ; Scritti sul Principe di Niccolò Machiavelli, Rovereto, Nicolodi, 2004 (en collaboration avec Paolo Carta et Christian Del Vento) ; Langue et écriture de la république et de la guerre. Études sur Machiavel, Turin, Name Edizioni, 2004 (ouvrage sous la direction d’Alessandro Fontana, Jean-Louis Fournel, Xavier Tabet, Jean-Claude Zancarini).

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page