Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Charles Quint maître du monde : entre mythe et réalité. Juan Carlos D’Amico

Caen, Presses universitaires de Caen, 2004, 293 pages, 16 euros.
Jean-Louis Fournel
p. 237-239
Bibliographical reference

Charles Quint maître du monde : entre mythe et réalité. Juan Carlos D’Amico. Caen, Presses universitaires de Caen, 2004, 293 pages, 16 euros.

Full text

1En notre temps où le mot d’empire tend à devenir soit la métaphore un peu vague d’un système de domination que l’on a quelque mal à cerner – et donc à contrôler… –, soit la métonymie d’un pouvoir conjuguant ancrage territorial et hégémonie idéologico-militaire, il n’est pas sans intérêt de s’interroger sur la façon dont un souverain européen entreprit de reprendre à son compte une tradition impériale vieillie en se faisant couronner en 1530 au cœur d’une Italie qui sortait de quatre décennies de guerres ininterrompues. Ce n’est donc pas une énième biographie de Charles Quint qui nous est ici proposée, mais une réflexion sur les raisons et les formes d’un tournant historique (et théorique) dans le parcours du plus célèbre des Habsbourg d’Autriche. Or ce que met bien en évidence l’ouvrage de D’Amico, c’est que ce choix n’allait pas de soi et que l’interprétation que l’on peut en donner s’avère complexe et non exempte de contradictions. Rien n’est simple dans le cheminement qui conduit le roi Charles dans la cathédrale de Bologne un jour de février 1530 : ni la décision initiale, ni les discours divers de l’entourage royal sur le bien-fondé de ce parti pris, ni le voyage nécessaire pour le mettre en œuvre, ni les tractations diplomatiques qui précèdent pour réorganiser la carte politique de l’Italie, ni les débats juridiques entre la papauté et l’entourage du souverain pour fixer les formes de la cérémonie (dont la charge symbolique interdit de les considérer comme de simples détails), ni même le lieu du sacre, ou plutôt des sacres puisqu’il s’agit d’un triple couronnement – pluralité fort bien explicitée dans l’ouvrage de D’Amico.

2Pour tenter de démêler l’écheveau, il convenait de reprendre un par un les éléments constitutifs de l’événement non pour en donner le sens unique, mais pour mettre en lumière le faisceau de significations qui s’y croisent et s’y entremêlent. C’est ce que fait Juan Carlos D’Amico en traitant tour à tour des débats animés sur la question impériale parmi les conseillers de Charles Quint (Gattinara, Guevara, Alfonso de Valdés) ou parmi ceux qui ont pu influencer sa décision (Érasme, Castiglione), de l’organisation d’un voyage vers l’Italie comme une action de guerre et non comme une simple promenade triomphale, des discours et autres écrits sur le cadre juridique du couronnement, des âpres négociations pour fixer le cadre symbolique de la cérémonie à venir, avant d’en venir, à la fin, à l’analyse serrée des narrations du fait historique. Le moment décrypté n’est donc enfermé ni dans le statut d’épisode ni dans celui d’événement singulier fortement ritualisé : au contraire, il met au jour une série d’équilibres historiques et théoriques difficiles à maintenir, concernant la nature même du pouvoir impérial et générant, selon les cas et les moments, de savantes compositions, des contaminations implicites ou l’exclusion d’un des termes (entre la tradition médiévale et la tradition classique, entre le message de paix et l’action de guerre, entre le tropisme espagnol et l’universalisme, entre l’éclatement territorial italien et l’unification impériale, entre le juridisme et les rapports de force, entre la sacralisation et la politique d’intérêts, entre la légitimité pontificale et les prétentions impériales, etc.). Du même coup, l’ambition de Charles qui apparaît et se définit dans le(s) sacre(s) de Bologne n’est probablement pas de gouverner le monde dans son intégralité, mais plutôt de s’assurer une très moderne hégémonie sur l’Europe. Les Turcs le gênent moins comme mécréants que comme menace permanente sur ses possessions familiales d’Europe centrale, ou sur les relations maritimes entre ses domaines, et comme alliés de revers de son principal ennemi, le roi de France François Ier. Dans cette mesure, l’ouvrage de D’Amico sur le couronnement de Bologne est une analyse d’une création impériale nouvelle et inédite plutôt que d’une répétition fatiguée de rituels anciens, dépoussiérés à la hâte. La tradition juridique et symbolique médiévale n’est revivifiée que pour s’adapter au projet singulier d’un souverain moderne. Nous en trouvons d’ailleurs un indice fort, D’Amico le montre bien, dans le fait que l’événement bolonais est constitutif d’une évolution en profondeur de l’image de Charles Quint, qui ne fera que se renforcer dans les années qui suivent au travers d’un « processus d’héroïsation » du souverain. Le livre échappe donc largement à une focalisation un peu répétitive sur la simple déconstruction des fêtes, des entrées, des cérémonies et des triomphes, qui aurait pu le limiter à une contribution trop générique à l’étude des imaginaires et des représentations du pouvoir, inscrite dans le cadre d’une sorte d’anthropologie historique. Le sacre de Bologne n’est donc plus seulement l’aboutissement attendu, le point d’orgue des guerres d’Italie, comme la pure sanction de la victoire militaire des troupes de Charles et le point de départ symbolique de la pax hispanica sur la péninsule. La lecture de l’événement se complexifie et devient l’espace d’une histoire plurielle qui n’est pas seulement ancrée dans l’étude symbolique du cérémonial et de ses rituels. Dans ce cadre-là, le mythe, tiré de l’Évangile de Jean, de l’unification du troupeau chrétien sous un seul berger est certes un instrument de propagande, mais il s’avère aussi le ferment d’une politique où l’universalisme (qui n’est pas l’unité), loin de relever seulement d’une manipulation rhétorique, tente de s’imposer comme l’horizon des relations internationales. S’il en va ainsi, ce n’est pas seulement pour des raisons symboliques, mais parce que, selon une affirmation de la conclusion du livre, dont on aurait d’ailleurs aimé qu’elle soit davantage développée dans le corps de l’étude, « on assiste ainsi à une transformation de l’idée impériale qui ne sera plus liée à son origine germanique mais qui se légitimera uniquement en tant que suprématie d’ordre politique et militaire ».

Top of page

References

Electronic reference

Jean-Louis Fournel, « Charles Quint maître du monde : entre mythe et réalité. Juan Carlos D’Amico », Laboratoire italien [Online], 6 | 2006, Online since 07 July 2011, connection on 25 March 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/239

Top of page

About the author

Jean-Louis Fournel

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page