Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Droit et littérature

Présentation

Maurizio Cau and Giuliano Marchetto
Translated by Pérette-Cécile Buffaria and Jean-Louis Fournel
p. 7-12

Full text

« En réalité, il n’est pas sans intérêt de savoir quels problèmes se posent les poètes. Et les réponses qu’ils apportent à leurs questions doivent intéresser tout être pensant. Il ne fait pas de doute que les problèmes juridiques ne sont pas des problèmes particuliers qui ne concernent que les juristes. À tous points de vue, le droit est plutôt l’une des plus hautes expressions culturelles, telles que l’art et la religion. »
H. Fehr, Das Recht in der Dichtung, Berne, Francke, 1931, p. 11.

1L’intérêt pour la question « droit et littérature » comme domaine d’investigation s’est affirmé de façon significative pendant ces dernières décennies au niveau international, avec cependant des différences sensibles d’un pays à un autre. Le dialogue entre sphère littéraire et dimension juridique s’est instauré récemment dans un cadre interdisciplinaire, où l’on s’est efforcé de résoudre le hiatus qui s’est dessiné entre les différents domaines scientifiques au cours des siècles passés. L’interdisciplinarité, qui découle en partie de l’exigence de pallier les carences inhérentes à la spécialisation des diverses disciplines, est une tendance qui s’est affirmée dans le domaine scientifique. Au milieu des années quatre-vingt déjà, on parlait de l’interdisciplinarité comme d’un phénomène réparateur nécessaire face à la parcellarisation toujours croissante du savoir, et encore comme d’une forme inélectutable d’organisation de la réflexion scientifique, utile pour accentuer, différencier ou relativiser les capacités de perception des diverses disciplines.

2La nécessité d’un tel effort est née, à vrai dire, de la distance toujours croissante qui s’est instaurée entre des domaines qui faisaient jadis référence à une matrice commune humaniste et qui, en quête d’un statut autonome, ont revêtu les caractères de disciplines scientifiques indépendantes en perdant, voire en reniant, le cas échéant, leur origine commune. Si l’on remonte au Moyen Âge et au début de l’époque moderne, on peut observer que les liens entre la langue et le droit, la sphère littéraire et la dimension juridique, ont été très étroits dans la tradition occidentale ; on peut aussi songer à la confiance de Vico dans l’alliance du droit et de la poésie, ou encore à l’intime conviction de Jacob Grimm, tout à la fois philologue raffiné et historien du droit reconnu, que droit et poésie naissent d’un même lit.

3Le terrain d’investigation du « droit et de la littérature » se prête particulièrement bien à une interaction entre différents savoirs, mais la tentative parfois spécieuse de faire dialoguer ces deux sphères, y compris dans des cadres où un tel dialogue ne se trouve pas pleinement justifié, a conduit, dans certains cas, à un appauvrissement des potentialités d’approche interdisciplinaire entre lettrés et juristes et de la portée critique qu’une telle réflexion conserve. Si l’on veut éviter les écueils des analyses qui ne sont pas toujours fertiles et qui, notamment aux États-Unis, sont conduites, en partie aussi en vue de légitimer l’existence d’une matière d’enseignement voire d’un champ disciplinaire autonome intitulé Droit et littérature, il peut être opportun de considérer avec une attention accrue, à l’intérieur d’un cadre plutôt générique qui comprend les rapports entre science littéraire et science juridique, certains moments historiques pendant lesquels une osmose fertile s’est établie entre ces savoirs.

4Les contributions contenues dans le dossier de ce numéro entendent montrer comment, à différentes époques, le droit et la littérature, ou, dans un sens plus large, la sapientia civilis et les studia humanitatis ont connu une vocation naturelle au dialogue. Le regard de l’historien permet de comprendre que les difficultés actuelles du juriste de penser la littérature comme un moment intrinsèque à sa profession, sont propres à l’époque actuelle et ne sont pas la conséquence nécessaire d’une altérité irréductible pour ce qui est des compétences et des connaissances.

5En simplifiant considérablement les choses, on peut soutenir que, pendant les deux derniers siècles, ce qui a caractérisé le droit en Europe continentale (les pays qui font l’expérience de la common law mériteraient, cela va de soi, une considération spécifique) est, d’une part, la réduction du droit à la loi, et, d’autre part, la prétention à élaborer la science juridique en des termes essentiellement dogmatiques, en lui attribuant de ce fait le statut épistémologique propre des prétendues sciences exactes, cela avec l’intime conviction que seules ces dernières sont susceptibles de parvenir à des résultats non négligeables et à un degré de certitude que l’expérience de l’Ancien Régime ne permettait semble-t-il pas. Le résultat en a été que la jurisprudence a vu ses marges de manœuvre réduites à l’élaboration de concepts directement issus de la loi, dont la vérité réside tout entière dans sa cohérence avec le système et dans l’appareil législatif de l’État. Dans le même temps, le juge –en théorie tout au moins– aurait dû, si ce n’est se réduire à être un simple exégète, à tout le moins limiter considérablement l’espace de son interprétation, manifestement contraint qu’il était par les instruments fournis par la loi elle-même qui était le garant de cette interprétation.

6Il est indéniable que cette réduction du droit tout entier à une norme générale et abstraite d’ordre législatif, et la réduction du juge à l’état de pur et simple exégète de la volonté souveraine, a marqué le passage du juriste comme interprète créateur du droit et détenteur d’une sapientia civilis au sens le plus noble du terme, au juriste comme exégète et dépositaire d’une science caractérisée par son degré élevé de technicité, fort éloignée de la dimension de prudentia qui l’a toujours caractérisé.

7La séparation du droit et de la littérature, et les tentatives qui en découlent visant à redonner vie à un dialogue interdisciplinaire entre ces deux domaines, nous semblent donc dépendre étroitement de la conception du droit propre à notre époque.

8La prétendue impossibilité de toute évaluation de la science juridique, qui se présente comme la garantie même de l’existence de cette science en tant que savoir certain, a conduit à trancher le lien qui la rattachait au monde des valeurs, au monde de l’éthique, de la morale et de l’histoire. Tout se passe comme si l’objet de la science juridique n’était pas l’homme historiquement déterminé mais bien plutôt des concepts élaborés et hypostasiés par une dogmatique juridique (des concepts qui, à l’issue d’une phase créative, finissent par demeurer prisonniers d’eux-mêmes).

9L’article de Paolo Carta qui ouvre le dossier part de l’examen critique des principales perspectives qui ont été définies au sein du mouvement Droit et littérature afin de faire apparaître la persistance de thèmes et de noyaux propres à la tradition humaniste chez plusieurs des grands juristes italiens du xxe siècle, car pour ces derniers la science juridique demeura aussi et surtout une science morale. Du même coup, l’examen de cet « humanisme juridique du xxe siècle » constitue ainsi une introduction problématique à ce dossier, entre autres parce qu’il permet de montrer comment la dimension éthique ne peut pas ne pas constituer un point de référence fondamental pour la réflexion juridique.

10Ce constat nous renvoie à l’expérience juridique du Moyen Âge et des débuts des temps modernes, un moment de l’histoire où les liens entre le droit et l’éthique étaient encore solides, ce qu’illustrent les contributions de Diego Quaglioni, Giuliano Marchetto et Stefano Andres. Diego Quaglioni montre notamment comment au Moyen Âge, une époque dans laquelle la jurisprudence, vera philosophia, était dotée d’une fonction substantiellement créative, le droit était l’espace dans lequel la littérature s’inscrivait et s’intégrait : de ce fait, il devenait le miroir d’une expérience littéraire qui était chargée d’une force éminemment normative. C’est en effet seulement avec l’affirmation d’une conception toute moderne du droit comme ordre normatif de la contrainte –ayant pour conséquence la contraction de la science juridique en savoir purement technique– que l’on en est arrivé à considérer les textes littéraires comme des sources extra-juridiques. Une présence massive des sources littéraires dans l’œuvre et le raisonnement du juriste caractérisait par exemple l’œuvre du jurisconsulte du xvie siècle Giovanni Nevizzano d’Asti analysée dans l’article de Giuliano Marchetto. La foi dans la rationalité et dans le poids axiologique d’un droit qui n’avait pas encore renoncé à ses vieux liens avec l’éthique et la rhétorique permet au juriste une féconde rencontre avec l’artista, à partir de leur terrain commun : celui des valeurs de l’homme « raisonnable », doué de raison. Une ultime confirmation nous arrive de l’étude sur la vengeance privée aux xiie et xiiie siècles, dans l’article de Stefano Andres : il en ressort qu’un problème juridique qui pose des questions fondamentales de nature éthique était affronté grâce à un dialogue serré entre hommes de lettres et juristes. Sur le plan méthodologique, de tels liens manifestent à quel point l’étude des institutions et des questions juridiques aussi bien que celle de la littérature de cette époque ne devraient jamais renoncer à rendre compte de la proximité de ces deux champs de réflexion et de ces deux sources de pratiques.

11La fin de l’expérience juridique du diritto comune ne conduit pas par ailleurs à une totale disparition de tout rapport entre les deux dimensions. Rien d’étonnant donc à ce que le xixe siècle, le siècle de la codification, nous offre des figures comme celle dont traite Pérette-Cécile Buffaria, à savoir le juriste et homme de lettres Alberto Pisani, alias Carlo Dossi. La formation humaniste et la production littéraire de Carlo Dossi influent sur Alberto Pisani qui se montre sceptique par rapport à un droit peu « raisonnable », dont serait exclu le « bon sens ».

12La science juridique européenne, plus généralement, s’est d’ailleurs souvent tournée avec intérêt vers la tradition littéraire pour y puiser des suggestions et des concepts susceptibles d’être transcrits dans des points de doctrines juridico-politiques tout à fait précis. C’est bien ce qui ressort de l’étude conduite par Maurizio Cau sur l’œuvre que Hans Kelsen consacra à la pensée politique de Dante : dans cette œuvre le juriste autrichien, tout à sa tentative de reconstruire une doctrine de l’État chez Dante, récupère dans la tradition littéraire des catégories conceptuelles qui s’avèreront ultérieurement centrales dans sa réflexion la plus achevée.

13En somme, il existe une tradition des relations qui lient la science juridique et les humanitates, tradition qui, quoique parfois sous-jacente, semble avoir connu une existence tenace et ne jamais avoir tout à fait disparu. Une tradition que l’historien a le devoir de rappeler en attirant l’attention de ceux –hommes et femmes de lettres, critiques et juristes– qui réfléchissent de nos jours sur les liens qui existent entre droit et littérature. Deux exemples nous en sont donnés dans ce numéro de Laboratoire italien par les contributions d’Andrea Marchisello (rendant compte du Colloque international de Vérone –8-10 mai 2003– consacré au Diritto patrimoniale nella letteratura del Rinascimento) et de Stefania Stoffella et Charlotte Winckler à propos de la journée d’études qui s’est tenue à Trente sur le Processo a Paolo Orgiano (1605-1607), publié récemment par Claudio Povolo.

14Bien plus que comme une somme de tropes où puiser des représentations significatives du droit saisi dans son effectivité, la littérature peut être considérée comme une sorte de catalyseur de ces principes suprajuridiques qui doivent (et peuvent) constituer le fondement du droit positif. Si l’on s’éloigne d’une vision du droit fondée sur la nécessité et l’autorité, et si l’on tente de fonder l’ordre juridique sur la reconnaisance de traditions culturelles et juridiques communes, la littérature peut constituer un domaine de recherche fécond. Comme l’a soutenu Gustavo Zagrebelsky, « ce qui est réellement fondamental ne peut jamais être posé, pour cette raison-même, mais doit toujours être présupposé. Aussi les grands problèmes du droit ne se trouvent-ils pas dans les constitutions, dans les codes, dans les lois, dans les décisions des juges ou dans d’autres expressions similaires du “droit positif” auxquelles les juges ont à faire, pas plus qu’ils n’y sauraient trouver leurs solutions. Les juristes savent fort bien que tant la racine commune de leurs croyances et de leurs certitudes que celle de leurs doutes et de leurs antagonismes, se trouve toujours ailleurs. Pour trouver ce qui les unit et ce qui les oppose, il faut plonger plus profond ou, ce qui revient au même, s’élever plus haut, dans ou vers ce qui n’est pas exprimé ». Et c’est même dans cette reprise du caractère « humaniste » de la science juridique, du contexte et des propositions que celle-ci partage avec la sphère littéraire, que l’on peut reconnaître aujourd’hui le sens que prend l’intérêt renouvelé pour la question « du droit et de la littérature ». Sans aller nécessairement jusqu’à employer des expressions aussi radicales que celles de Karl Kraus dans la Vienne du début du xxe siècle, au point de dire comme lui qu’« il n’y a de civilisation que là où les lois de l’État sont des pensées shakespeariennes traduites sous forme de paragraphes », on peut cependant soutenir que la littérature peut constituer un lieu privilégié où l’on peut observer et analyser les principes fondamentaux de l’organisation sociale et leur caractère pré-juridique. Nouvelle preuve, s’il en était besoin, que, pour arriver à une pleine compréhension des rapports entre les dimensions juridique et littéraire, on ne peut se passer de les réinscrire dans une perspective historique.

Top of page

References

Electronic reference

Maurizio Cau and Giuliano Marchetto, « Présentation », Laboratoire italien [Online], 5 | 2005, Online since 07 July 2011, connection on 26 June 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/257 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.257

Top of page

About the authors

Maurizio Cau

Maurizio Cau est docteur en histoire du droit (université de Trente) avec une thèse (à paraître prochainement) sur la pensée politique et juridique de l’écrivain autrichien Karl Krauss. Il a aussi publié quelques études consacrées à la pensée politique de Walter Benjamin. Il a été boursier pendant une année au Max Planck Institut für europäische Rechtsgeschichte de Francfort avec un projet de recherche sur la théorie de la souveraineté chez Hermann Heller. Il a également participé à l’édition critique des écrits d’Alcide De Gasperi.

By this author

Giuliano Marchetto

Giuliano Marchetto enseigne l’histoire du droit à l’université de Trente. Docteur en histoire du droit italien (université de Milan) avec une thèse sur La Separazione dei coniugi nella dottrina canonistica classica (secc. xiii-xv), il a publié des articles sur l’institution matrimoniale dans la doctrine juridique médiévale, sur les rapports entre droit et théologie au Moyen Âge et à l’époque moderne, et sur l’interpretatio iuris chez les juristes du droit commun (ius commune).

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page