Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
La République en exil (XVe-XVIe siècles)

Les exilés italiens et l’anti-machiavélisme français au XVIe siècle

Paolo Carta
Translated by Romain Descendre
p. 93-117

Abstract

L’auteur s’interroge sur la lecture des œuvres de l’anti-machiavélisme huguenot que firent les exilés républicains italiens en France durant le XVIe siècle. Les relations entre les exilés italiens sont étudiées à partir de la correspondance inédite du lettré florentin Jacopo Corbinelli qui vécut sous la protection de Catherine de Médicis, devenant d’abord le précepteur du duc François d’Alençon puis le lecteur d’Henri III.

Top of page

Editor's notes

Traduit de l’italien par Romain Descendre

Full text

La polémique contre les exilés italiens en France et l’anti-machiavélisme

  • 1 Sur ce thème, voir essentiellement : F. Meinecke, Die Idee der Staatsräson in der neueren Geschicht (...)
  • 2 Voir sur ce point S. Mastellone, Venalità e machiavellismo in Francia (1572-1610), op. cit., p. 67- (...)

1L’idée selon laquelle la longue époque de l’anti-machiavélisme démarre avec l’« italianisation » progressive de la politique française dans la seconde partie du XVIe siècle fait l’objet du consensus des historiens1. L’attention que ceux-ci ont consacrée à ce phénomène a permis de mieux définir les caractéristiques des défenseurs et des adversaires de l’œuvre de Machiavel. On a parlé d’une première phase de l’anti-machiavélisme en France, succédant au massacre de la Saint-Barthélémy : les huguenots dénoncent la politique « machiavéliste » de la cour, encouragée par les exilés italiens qui briguent les bénéfices publics garantis par la reine mère Catherine de Médicis. Dans un second moment, la polémique huguenote est redoublée par un anti-machiavélisme résolument catholique qui atteint son apogée après la constitution de la Ligue2.

  • 3 Cf. G. Procacci, Machiavelli nella cultura europea, op. cit., p. 83-121 ; 433-453.

2Je ne m’attacherai pas ici à la polémique catholique, peu originale, à tel point qu’elle recoupe entièrement, à la fin du XVIe siècle, les positions apparues lors des premières tentatives de mise à l’Index de Machiavel3. Je préfère discuter des relations qu’il put y avoir entre les machiavélistes – les exilés italiens à la cour de France – et les anti-machiavélistes huguenots et Politiques.

  • 4 Ibid., p. 455. Je m’appuie sur le chapitre « Gli zélateurs del sovrano falsi machiavélistes » du li (...)
  • 5 J. Brodskij, The Condition We Call Exile, repris in Dall’esilio, Milano, Adelphi, 1987, p. 31-32.

3À ce sujet, il a été écrit que la figure de Jacopo Corbinelli pouvait être considérée « come la personificazione di quei fuorusciti italiani, contro i quali inveiva la libellistica ugonotta, che erano sciamati in Francia e vi avevano importato le male arti dell’irreligiosità, della rapacità fiscale e, in una parola, del “machiavellismo”, riuscendo ad occupare cariche di grande importanza e ad esercitare un ruolo nella vita politica del paese »4. Dû à des raisons politiques, religieuses ou judiciaires, l’exil produit des effets d’accélération biographique dans la vie de celui qui en fait l’expérience et le pousse « verso la condizione in cui tutto quel che resta a un uomo è lui stesso e la sua lingua, senza più nessuno o nulla in mezzo » ; d’un jour à l’autre, il parvient « là dove normalmente occorrerebbe una vita per arrivare »5. Outre une leçon d’humilité, la condition de l’exil lui impose de chercher une nouvelle situation publique, en un lieu où il puisse espérer être en sécurité ou conserver une liberté de pensée plus ou moins grande. Pour Jacopo Corbinelli, comme pour beaucoup d’autres Italiens qui en firent leur patrie adoptive, la France assurait les garanties nécessaires. Toutefois, il est important de comprendre que leur nouvelle condition leur permit d’observer la réalité florentine - dont ils avaient été expulsés ou qu’ils avaient délibérément abandonnée – ainsi que la réalité politique française qui les avait accueillis avec un détachement critique que l’historiographie a généralement eu du mal à relever, trop occupée par la polémique qui entoure le nom du secrétaire florentin et dans laquelle les exilés furent impliqués malgré eux.

  • 6 La question a été soulevée par S. Mastellone in Venalità e machiavellismo in Francia (1572-1610), o (...)

4Ces exilés possédaient-ils une pensée politique qui leur était propre, ou furent-ils plutôt une cible facile, parmi d’autres, de la recrudescence de mécontentements qui s’est manifestée durant la crise plus profonde des institutions juridiques, politiques et religieuses du royaume ?6 Quelle attitude adoptèrent-ils face aux traités politiques qui nourrissaient contre eux l’exaspération publique ?

  • 7 A. Gramsci, Quaderni del carcere, III, V. Gerratana (éd.), Torino, Einaudi, 1975, Quaderno 13, p. 1 (...)
  • 8 Ibid., p. 1574.

5Afin d’apporter une réponse à ces interrogations, il est indispensable de prendre en compte non seulement la polémique à l’encontre des « Italo-français », mais aussi les propositions positives et constructives que les juristes huguenots et les Politiques faisaient pour le royaume de France, dans des traités que l’historiographie a longtemps catalogués de façon indifférenciée dans l’« anti-machiavélisme français ». Les exemples les plus représentatifs de ces traités sont le Discours contre Machiavel d’Innocent Gentillet (1576), les Vindiciæ contra tyrannos attribuées tantôt à Languet, tantôt à Duplessis Mornay, tantôt aux deux, mais publiées sous le pseudonyme de « Stephanus Junius Brutus » (1579), et enfin la République de Jean Bodin (1576). Un jugement plus historiciste nous amène à répéter avec Gramsci que dans le cas de ces auteurs « non si tratta di antimachiavellici, ma di politici che esprimono esigenze del tempo loro » dont la forme polémique « è pura accidentalità letteraria »7. Puisque le terrain français de la polémique anti-machiavélienne était indiscutablement plus complexe et plus avancé qu’en Italie sur le plan politique et juridique, classer une figure comme Bodin parmi les anti-machiavéliens est, selon Gramsci, « questione assolutamente estrinseca e superficiale » : « In Francia il Machiavelli serviva già alla reazione, perché poteva servire a giustificare che si mantenesse perpetuamente il mondo in “culla” […] quindi bisognava essere “polemicamente” antimachiavellici »8. Rappeler cette intuition de Gramsci, ce n’est pas soutenir que la polémique anti-machiavélienne en France n’a été qu’une simple « façade », et encore moins nier son existence : il suffirait, pour réfuter cette démarche, de rappeler la réalité même de l’anti-machiavélisme, ainsi que le très grand nombre de pamphlets qu’il a suscités au XVIe siècle. Plus simplement, il s’agit d’affirmer que le nom de Machiavel fut l’instrument d’une bataille idéologique et que, comme tel, il a été possible de le plier aux opportunités et aux exigences du moment.

6C’est donc à juste titre que l’anti-machiavélisme français fait partie de l’histoire idéologique européenne du début de l’époque moderne, dont il constitue peut-être le chapitre central. Cependant, dans le cadre de l’histoire de la pensée, il faut absolument remarquer que les idées les plus innovantes de ces années-là, celles qui étaient destinées à durer et qui sont nées de la réflexion politique sur la crise institutionnelle du royaume, furent entièrement ou en grande partie étrangères à la polémique anti-machiavélienne dont elles se revêtaient. La pensée politique du début de l’époque moderne est un enchevêtrement de savoirs, où l’expérience pratique n’a pas moins d’importance que la formation juridique, la théologie, l’économie et l’histoire. Si elle se nourrit des œuvres et de la sagesse de Machiavel, c’est presque toujours afin de repenser le problème ancien des limites du pouvoir et d’en révéler les insuffisances face aux événements politiques et religieux qui avaient donné vie à une réalité institutionnelle entièrement nouvelle, au futur incertain. Les exilés italiens en France ne furent pas étrangers à ces réflexions. Je n’ai pas l’intention d’aborder de façon exhaustive les particularités de leur pensée politique – thème qui n’a pas encore fait l’objet d’une étude approfondie - mais, si l’on entend dépasser l’opposition simpliste du machiavélisme et de l’anti-machiavélisme, il sera pour le moins opportun de montrer la position que les exilés adoptèrent face aux écrits de ceux qui s’attaquaient aux nouvelles mœurs politiques italiennes introduites en France par les machiavélistes.

Innocent Gentillet et la « nouvelle façon de gouverner » italienne

  • 9 Matago, Monitoriale adversus Italogalliam sive antifrancogalliam Anthonii Matharelli, Papire Masson (...)
  • 10 Pour la biographie de Gentillet et la bibliographie le concernant, cf. C. E. Rathé, « Innocent Gent (...)
  • 11 I. Gentillet, Discours contre Machiavel, op. cit., Première partie, Préface, p. 16 : « Car ne sont- (...)

7Conjuguant leurs attaques contre les conseillers italiens avec leur soutien au duc d’Alençon, deux juristes huguenots, François Hotman et Innocent Gentillet, engagèrent la polémique. Publiant sa Francogallia en 1573, le premier soutenait qu’il était conforme aux coutumes du royaume que François d’Alençon succède au trône à la place de son aîné Henri d’Anjou, coupable de ne pas avoir su empêcher le massacre de la Saint-Barthélémy. Deux ans plus tard, dans l’Italogallia sive antifrancogallia (1575), pamphlet polémique écrit sous le pseudonyme de « Matago » et adressé à l’« italianizant » Papire Masson, Hotman imputait l’appauvrissement du peuple français, ainsi que les disputes religieuses et la corruption des coutumes du royaume, à l’augmentation du nombre d’Italiens nommés aux plus hautes charges institutionnelles9. Un an plus tard, le Genevois d’adoption Innocent Gentillet alla plus loin en publiant son Discours sur les moyens de bien gouverner et maintenir en bonne paix un royaume ou autre principauté, divisez en trois parties : asavoir, du conseil, de la religion et police que doit tenir un prince. Contre Nicolas Machiavel Florentin, connu à tort sous le titre Anti-Machiavel10. Faisant précéder l’édition du Discours par d’autres textes eux aussi centrés sur le problème de l’avenir institutionnel du royaume, Gentillet est l’un des premiers à associer les termes « machiavélistes » et « Italiens ou Italianisez »11. Il pose la question en termes de lutte entre deux façons de penser la politique : une manière française qui devait beaucoup à la tradition juridique italienne du droit commun, et une autre manière totalement « nouvelle », « machiavéliste », contraire non seulement aux principes de justice traditionnels du royaume de France, mais encore plus à ceux du droit commun.

  • 12 Ibid. : « Et mesmes si l’on veut aujourd’huy obtenir quelque chose en Cour, et avoir bonne et sudai (...)
  • 13 Ibid., Epistre, p. 4.
  • 14 Ibid, Première partie, Préface, p. 11 : « Tant ils en font grand’estime, suyvans et observans ses e (...)
  • 15 Le parallèle France-Turquie qui, chez Bodin, « assurgerà a vera e propria “degnità” politica median (...)

8Le déclin progressif de l’administration de la justice du royaume représente le premier signal menaçant de l’arrivée à la cour des nouvelles mœurs politiques italiennes. Les Italiens nommés aux plus hautes charges du royaume, qui ne maîtrisent pas la langue française, altèrent « les termes de justice et des ordonnances Royaux ». Sur le plan juridique, l’incompréhension de la signification des mots français implique avant tout, selon Gentillet, le bouleversement des principes qu’ils expriment. En ce sens, l’entrée à la cour d’un « langage messeresque », d’un « gergon », au lieu de la langue française, avait favorisé une véritable révolution politique qui finirait par miner définitivement les fondements juridiques du royaume12. Les « François degenereux et abastardis leurs adherans, qui favorisent à leurs tyrannies et oppressions »13 contribuent au déclin du sens de la justice dans le royaume. Ils ont constamment entre leurs mains les œuvres de Machiavel, comme un curé tient un bréviaire, alors que ni le Principe ni les Discorsi ne contiennent rien de sacré ; les écrits de Machiavel deviennent pour Gentillet « l’Alcoran des Courtisans »14. Non moins que les Turcs, que Machiavel avait osé comparer au royaume de France dans le chapitre IV du Principe, les machiavélistes favorisent la transformation de la monarchie royale en un modèle despotique et tyrannique15.

  • 16 I. Gentillet, Discours contre Machiavel, op. cit., Préface, p. 14-15.
  • 17 Ibid., p. 15.
  • 18 N. Machiavelli, Il principe, introduction et notes de F. Chabod, L. Firpo (éd.), Torino, Einaudi, 1 (...)
  • 19 I. Gentillet, Discours contre Machiavel, op. cit., Préface, p. 15.

9Si, pour Gentillet, on peut comprendre la conduite des Italiens en France, conforme à leurs mœurs du moment, la volonté des Français d’abandonner leurs coutumes, persuadés d’une supériorité de la pratique politique italienne, ne peut être justifiée en aucune manière. Ceux qui appartiennent à la « nation de Machiavel » et « qui tiennent les principaux estats au gouvernement de France » ont en effet abandonné « l’ancienne façon de gouverner de nos ancestres François, pour introduire et mettre en usage en France la nouvelle façon de gouverner de leur pays »16. Cela est dû, d’un côté, à l’appréciation que chacun a pour « les meurs, façons, coustumes, et autres choses de son propre pays, que du pays d’autruy »17 et, de l’autre, à ce que Machiavel leur avait appris dans le chapitre III du Principe en écrivant que « i Franzesi non intendevano dello Stato »18 : « Machiavel, leur grand docteur, descrie bien en telle sorte la France, et le gouvernement qu’elle avoit de son temps, en blasmant et reprenant la conduite des François en afaires d’estat, que cela peut aisément avoir persuadé à ses disciples de changer la maniere de gouverner Françoise en Italienne »19.

  • 20 Ibid., Première partie, Maxime III, p. 107-108. Gentillet fait référence aux Discorsi, II, 31 (N. M (...)
  • 21 Ibid., p. 108. Sur tout cela cf. P. D. Stewart, Innocent Gentillet e la sua polemica antimachiavell (...)

10En somme pour Gentillet, tout comme pour Hotman, la paix du royaume ne pouvait être rétablie qu’en le réformant dans la lignée de sa tradition juridique et institutionnelle, celle que Froissart, Commynes et Seyssel avaient vantée et qui était étrangère à l’idée machiavélienne de l’État. En aucun cas la « nouvelle façon de gouverner » ne pouvait être introduite en France, si ce n’est au prix d’une démolition de l’architecture complexe des limitations du pouvoir souverain, garantie par les lois fondamentales du royaume. Dans la troisième maxime de la première partie du Discours, il ajoutait en outre que ces Français « italianizants », disposés à subvertir l’ordre juridique du royaume, n’étaient même pas en mesure de comprendre pleinement la signification du Principe et des Discorsi. C’était Machiavel en effet qui avait écrit que « le Prince ne se doit fier aux estrangers »20. Et même si, dans ce cas précis, le secrétaire florentin faisait référence aux sbanditi, Gentillet s’empressait d’ajouter : « Je n’ay pas mis icy en avant ceste Maxime de Machiavel, pour la reprouver car elle est bien veritable en la sorte qu’il la deduit et entend »21. Les termes « estrangers » et « italiens » avaient donc pour Gentillet la signification d’exilés, de sbanditi, de malfaiteurs, de repris de justice et de conspirateurs qui avaient trouvé refuge à la cour.

  • 22 I. Gentillet, Discours contre Machiavel, op. cit., Troisième partie, Préface, p. 215. Sur le traité (...)
  • 23 On trouve l’avis opposé in F. Ercole, Da Bartolo all’Althusio, Firenze, Le Monnier, 1932, puis in R (...)
  • 24 I. Gentillet, Discours contre Machiavel, op. cit., Troisième partie, Préface, p. 215-216.

11Toutefois, le plus important pour nous est que Gentillet retenait que la « nouvelle façon de gouverner » s’inspirait d’une lecture de Machiavel, à la fois inexacte et totalement contraire à la meilleure tradition institutionnelle de l’Italie et au droit commun longtemps célébré en Europe. Machiavel accusait les Français de ne rien entendre à l’État mais, en comparaison avec la « monarchie royale » française, l’État auquel il pensait avait toutes les caractéristiques de la tyrannie. Ainsi Gentillet pouvait-il légitimement écrire que dans l’art de la tyrannie « Machiavel à la verité s’est monstré estre un grand docteur, voire plus grand que Bartole. Car Bartole […] en son traité qu’il a escrit de la Tyrannie, n’a point enfoncé la matiere si profond que fait Machiavel »22. En opposant Machiavel à Bartolo da Sassoferrato dont l’enseignement, loin d’avoir été oublié, était toujours vivant en France et en Italie23, Gentillet peut discuter de la tyrannie et des actions dont Bartolo – « qui est un docteur fort renommé en droit civil » - avait montré qu’elles rendaient manifeste la dégénérescence du gouvernement juste en une tyrannie ex parte exercitii24 :

La premiere action, c’est quand il fait mourir les puissans et excellents personnages d’entre ses sujets, de crainte qu’ils ne s’eslevent contre sa Tyrannie. La seconde, quand il travaille et afflige les gens de bien et sages, de peur qu’ils ne descouvrent ses vices au peuple. La troisieme action, quand il s’essaye d’abolir les estudes et lettres, afin que la sagesse ne se puisse apprendre. La quatriesme, quand il defend les assemblées et congregations licites et honnestes, craignant qu’on ne s’esleve contre luy. La cinquiesme, quand il a des espions par tous endroits, pour crainte qu’il a qu’on ne parle mal de ses meschantes actions. La sixiesme, quand il maintient divisions entre ses sujets, afin que l’une partie se craigne de l’autre, et que ne l’une ne l’autre ne s’esleve contre luy. La septiesme, quand il s’efforce de maintenir ses sujets pauvres, afin qu’eux estans occupez aux moyens de gagner leur vie, ils ne puissent rien machiner contre luy. La huitiesme, quand il cerche d’entretenir guerre, pour affoiblir ses sujets, et abolir les estudes, et se rendre fort pour son besoin. La neufiesme, quand il se fie plus aux estrangers qu’à ses subjets, et qu’il se sert de garde estrangere. Et la dixiesme action, c’est quand il y à partialité entre ses subjets, et qu’il adhere plus à l’une partie qu’à l’autre.

  • 25 Ibid.
  • 26 C’est ainsi que le lit C. E. Rathé, « Innocent Gentillet and the First Antimachiavel », art. cit., (...)

12« Or en toute ceste doctrine de Bartole », demandait Gentillet au lecteur, « y trouverez-vous un seul poinct, que Machiavel n’ait voulu appliquer et enseigner au Prince ? »25 Bien évidemment, il ne s’agit pas là du texte d’un philologue, d’un chercheur machiavélien du XIXe siècle, ni même d’un simple polémiste, et donc il importe peu de savoir si Gentillet fut « injuste » avec l’œuvre du secrétaire florentin26. Son anti-machiavélisme réside entièrement dans son affirmation du caractère inapplicable de la « nouvelle façon de gouverner » à un modèle « constitutionnel » tel que la monarchie royale française, dont il pensait que les fondations juridiques suffisaient encore à préserver le peuple d’une dégénérescence tyrannique du pouvoir souverain. En ce sens, lorsqu’on le lit uniquement comme un chapitre de l’histoire de l’anti-machiavélisme, ou dans le seul but d’évaluer la fiabilité de son interprétation des textes de Machiavel, le Discours n’apporte rien ou presque sur le plan de la pensée politique. En revanche, son rôle devient fondamental lorsqu’on recherche, derrière les diverses contestations opposées aux maximes de Machiavel, les lignes du projet politique que proposait Gentillet, et dont il espérait la réalisation concrète. À travers les trois colonnes surmontées d’une couronne qui figurent sur le frontispice de son œuvre et qui reflètent la tripartition du volume, on reconnaît le conseil, la religion et la police, mais surtout les trois lois fondamentales, les pivots « du royaume de France » sans lesquels tout l’édifice public est destiné à s’écrouler :

  • 27 I. Gentillet, Discours contre Machiavel, op. cit., Première partie, Maxime I, p. 48-49 : « Quant à (...)

Ne peut le Prince abolir les loix fondamentales de sa principauté, sur lequelles son estat est fondé […] car ce seroit s’abolir et ruiner soy-mesme. Comme en France le Roy ne pourroit abolir la Loy Salique, ni les trois estats, ni la Loy de non aliener les pays et provinces unies à la Couronne, car le Royaume et la Royauté sont fondez sur ces trois poincts, qui sont comme les trois colomnes qui soustiennent le Royaume et le Roy27.

  • 28 La même année exactement que le Discours de Gentillet parut la République de Jean Bodin, pour qui i (...)

13De même en aucune manière le prince ne peut changer la loi naturelle approuvée par le « sens commun » de tous les hommes. Le dessein politique (nous dirions aujourd’huiconstitutionnel) de Gentillet fut repris et développé par les Politiques, qui allèrent jusqu’à élaborer une idée nouvelle et durable de la souveraineté, de ses prérogatives et de ses limites28.

  • 29 P. D. Stewart, Innocent Gentillet e la sua polemica antimachiavellica, op. cit., p. 112-115.
  • 30 Ibid., p. 146 : « Car je m’asseure qu’il y en a qui n’ont point besoin de ceste declaration, parce (...)

14Toutefois, cela était prévisible, ce ne furent pas les réflexions sur ces thèmes qui alimentèrent la réaction des lecteurs italiens au lendemain de la parution du Discours. Cet ouvrage provoqua un ressentiment immédiat à travers la communauté italienne genevoise, ce qui contraignit probablement Gentillet à publier, en mai 1576, la Déclaration de l’auteur des discours contre Machiavel, pour satisfaire aux plaintifs d’aucuns Italiens29. Là il affirmait qu’en rédigeant le Discours il n’avait été guidé par « aucun esprit passionné contre la nation Italienne » ; les meilleurs esprits comprendraient certainement, sans le besoin d’une justification obligée et artificielle, qu’il n’avait jamais voulu attaquer des personnes particulières, mais uniquement leurs vices30. Il admettait en outre que l’Italie était par tradition une nation respectable ; s’il avait écrit son traité c’était parce qu’il devenait urgent de répondre à ceux qui tentaient de subvertir les ordres du royaume par une pratique politique entièrement nouvelle, dont il entendait démontrer l’extranéité complète à la tradition juridique française et italienne.

15Tout cela avait lieu à Genève, mais comment la cour reçut-elle cette polémique engagée par Gentillet sur les exilés italiens, là même où résidait la colonie des machiavélistes qu’il attaquait ? Comment, par exemple, Jacopo Corbinelli perçut-il la polémique, lui que l’historiographie présente comme l’archétype de l’exilé italien et le connaisseur le plus attentif des textes machiavéliens à la cour ? Pour le comprendre, il faut relater comment « messer Corbinello » devint « cortegiano fino alle medolla », puisque sa vie est caractérisée par divers aspects propres à l’exil italien au XVIe siècle.

Un exilé florentin à la cour d’Henri III : Jacopo Corbinelli

  • 31 G. Procacci, Machiavelli nella cultura europea dell’età moderna, op. cit., p. 455.
  • 32 Ibid.

16Selon Davila, c’est en compagnie de Corbinelli et de Baccio del Bene qu’Henri III avait l’habitude de se retirer « ogni giorno, dopo pranzo, a leggere Polibio, Tacito e, più spesso, i Discorsi e il Principe di Machiavelli, onde ricavare da quelle segrete letture regola e norma per i suoi disegni e piani politici nella difficile congiuntura in cui gli era toccato in sorte di regnare »31. Indiscutablement, le témoignage de Davila a incité l’historiographie politique à associer le nom de Corbinelli au machiavélisme de la cour. Ce souvenir a encore été amplifié par le témoignage contenu dans les Thuana, recueil de sentences attribuées à Jacques Auguste de Thou, où l’on peut lire que Jacopo Corbinelli, « homme de bonnes mœurs », aurait professé « une religion politique, à la florentine »32.

17On doit pourtant se demander s’il faut prendre ces deux témoignages à la lettre, notamment celui de Davila. Dans une situation aussi difficile, il n’est pas aisé de savoir si l’historien des guerres civiles entendait révéler un détail de la vie des deux courtisans, plutôt que du seul Henri III. Cependant on ne sait presque rien des séminaires que tenait Corbinelli sur des textes qu’aucun « homme d’État » de l’époque ne pouvait ignorer. Le témoignage de Davila se réfère à une période postérieure à 1573, lorsque Corbinelli commença à faire partie de l’entourage d’Henri III de manière stable, en qualité de « lecteur » du roi ; mais il est important de faire la distinction entre les passions personnelles et les devoirs du courtisan, entre le lecteur passionné de Machiavel et le machiavéliste.

  • 33 Sur Corbinelli, cf. P. Rajna, « Jacopo Corbinelli e la strage di S. Bartolomeo », Archivio Storico (...)
  • 34 Voir les témoignages sur le sujet in J. Rinuccio Galluzzi, Istoria del Granducato di Toscana sotto (...)
  • 35 G. Benzoni, « Corbinelli Iacopo », art. cit., p. 751.
  • 36 Cette lettre fut publiée à la moitié du XIXe dans le recueil Lettere d’uomini illustri del sec. XVI(...)
  • 37 Ibid., p. 31. Sur les dissensions entre Corbinelli et Varchi, dont on trouve la trace dans son Herc (...)

18Né à Florence le 12 décembre 1535, Jacopo Corbinelli obtint son diplôme de docteur en droit civil et en droit canon au Studio de Pise en 155833. En 1559, de retour à Florence, il se consacra au commentaire d’un exemplaire manuscrit de la Commedia de Dante qui avait appartenu à Pier Vettori. L’année suivante, son frère Bernardo fut banni et déclaré rebelle après que sa ferveur républicaine l’eut conduit à participer à la tentative de conjuration de Pandolfo Pucci contre Côme Ier. Les biens de toute la famille furent aussi confisqués34. Peut-être parce qu’il était impliqué à plus d’un titre dans cette affaire, Jacopo prit le chemin de Rome et chercha un protecteur en la personne de Benedetto Varchi35. Celui-ci s’empressa de le recommander comme secrétaire à Annibal Caro ainsi qu’à Lorenzo Lenzi, évêque de Fermo, lequel était sur le point d’occuper la charge de vice-légat à Avignon. Dans sa lettre, Varchi faisait l’éloge des lettres de noblesse de Corbinelli et insistait surtout sur sa « scienza […] della lingua greca, della latina e della toscana, oltra la cognizione delle buone lettere », et outre son éloquence il rappelait sa « principale professione delle leggi civili e canoniche »36. En dépit de ce portrait d’une personne savante, grave et sage, attributs alors indispensables pour occuper une charge dans le milieu ecclésiastique, ces recommandations n’eurent aucun effet, notamment parce que Corbinelli tomba vite en disgrâce auprès de son protecteur à Rome37. Fréquentant assidûment les exilés florentins de Rome, soupçonné d’avoir participé à la tentative de conspiration anti-médicéenne, considéré à l’instar de son frère comme un ennemi potentiel de Côme, Jacopo Corbinelli fut à plusieurs reprises invité à comparaître en jugement à Florence, dès le 21 mars 1562, sans suite. Le 25 juin, avant même la fin du délai imparti qui avait été repoussé au mois de septembre, sa « désobéissance » provoqua cette sentence :

  • 38 Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, ms. Barberini 5356, fol. 197r. Cf. R. Calderini (...)

Sendo tu stato dechiarato incorso in pena di ducati 1000 et in oltre di fatto confinato per anni cinque nel fondo della torre di Volterra, nella qual torre, passato il tempo dell’infrascritto con salvo ti dovessi rappresentare infra 15 dì prossimi futuri subsequenti et non ti rapresentando, ti intendessi incorso in pena et bando del capo et confiscatione de beni in caso di inobservatione senza altra dechiaratione da farsi38.

19Malgré tout, il jugea opportun de ne pas se présenter devant les Otto di guardia e di balia, et préféra l’exil à une condamnation désormais certaine.

  • 39 Parmi ceux qui furent en contact avec ce cercle, on trouve Postel, Claude Dupuy, Girolamo Mercurial (...)
  • 40 Ce témoignage est repris dans l’important volume de R. Mazzei, Itinera Mercatorum. Circolazione di (...)
  • 41 P. Simoncelli, La lingua di Adamo, op. cit., p. 119.
  • 42 Milan, Biblioteca Ambrosiana, B 9 inf., fol. 62r (Lyon, 14 mars 1568) : « Altro non mi sovviene da (...)
  • 43 Juste après cette rencontre eut lieu une querelle avec Giannotti, à propos d’un exemplaire manuscri (...)

20Selon ce qu’il déclara par la suite, il s’engagea ainsi dans une « vita randagia » qui, durant plusieurs années, l’empêcha de retourner dans sa ville natale et le contraignit à voyager. Il se rendit dans un premier temps à Padoue, où il connut Gian Vincenzo Pinelli. Le célèbre lettré napolitain s’était récemment installé dans cette ville, où il réunissait l’un des cercles intellectuels hétérodoxes les plus intéressants de l’Italie de la fin du XVIe siècle, autour de sa bibliothèque constamment enrichie d’ouvrages rares et précieux39. Entre les deux hommes naquit une amitié sincère, alimentée par un bon nombre de lettres que Corbinelli envoya constamment à Padoue depuis son exil, jointes à des « balle di libri ». En 1565 il fit une apparition à Vienne, où il chercha de l’aide auprès du marchand florentin Antonio Girolami ; celui-ci manifesta sa fidélité à Côme en déclarant, à propos d’un exilé si dangereux, ne pas avoir voulu « dargli ricetto in casa, né tener seco conversazione »40. Décidé à rejoindre son frère Bernardo, Jacopo partit à Lyon durant les premiers mois de l’année suivante, là où les exilés florentins étaient en train de constituer « il più forte centro di politica antimedicea e di propaganda repubblicana di cui si abbia mai avuto notizia »41. Là il se mit à fréquenter assidûment les boutiques des libraires, récupérant à bon marché des volumes précieux et réfléchissant à des projets éditoriaux. Son séjour lyonnais fut constamment animé de discussions savantes en compagnie d’autres exilés italiens, au cours desquelles Corbinelli n’hésitait pas à défendre contre Castelvetro la paternité machiavélienne des Ritratti delle cose di Francia, dont il avait l’intention d’établir l’édition et la traduction en français. Bien que l’impossibilité de retourner à Florence lui pesât, et malgré la surveillance constante des sicaires florentins qui avaient tenté de tuer son frère en plus d’une occasion, il rassembla à Lyon de nombreux volumes rares, profitant de la dispersion de la bibliothèque de Piero Strozzi42. Cependant, Corbinelli put faire jusqu’en 1568 des déplacements en Italie, où il revit Pinelli et le vieil exilé républicain Donato Giannotti, fréquentateur assidu du cercle de Padoue43.

  • 44 . On a dit qu’il fit paraître à Lyon un petit volume pour dénoncer le fait, mais avec un faux lieu (...)
  • 45 B 9 inf., fol. 97r (Paris, 7 juillet 1569) : « Io non ho scritto da un pezzo in qua a V. S. perché (...)

21Cette « vita randagia » dura ainsi de nombreuses années, jusqu’à ce que l’exilé obtienne enfin d’être accueilli à la cour, ce qui avait l’avantage de garantir pour lui et pour sa famille une certaine stabilité économique et lui permettait d’espérer se consacrer méthodiquement à l’étude et à l’édition. Cependant, les sicaires de Côme avaient trouvé son frère et l’avaient assassiné : cela compromettait sa situation et il manifesta son intention de se rendre à Londres44. Bien que l’assassinat de Bernardo n’ait pas simplifié l’obtention d’un sauf-conduit royal pour son voyage, Corbinelli put malgré tout partir en Angleterre et y séjourner tout l’été45.

22On peut difficilement affirmer que son désir de devenir un « courtisan » fut déterminé d’une manière ou d’une autre par une conviction politique personnelle quant au destin du royaume de France. Il s’agissait plus simplement de la possibilité de donner une signification publique à son exil, qui lui permette de se protéger de la persécution des exilés et des rebelles républicains poursuivis par Côme.

  • 46 B 9 inf., fol. 7r (Paris, non daté, mais avant avril 1570) : « Io ve ne vorrei parlare a bocca perc (...)
  • 47 Ibid., fol. 11r (Paris, non daté).
  • 48 Ibid., fol. 34r (Paris, « La sera di San Martino 1569 »).

23Bien que Corbinelli ait gagné l’estime d’Henri de Mesmes dès son premier séjour à Paris, ses premiers contacts avec la cour n’eurent lieu que durant les années 1569-1570, lorsqu’il entra en grâce auprès de la veuve Del Bene et devint le précepteur de ses enfants. Il dit à Pinelli qu’il avait été très étonné de l’importance que l’on donnait à l’éducation en France. Les mœurs italiennes lui semblaient fort différentes, et il n’hésitait pas à déclarer que cela provoquait des effets divergents dans le domaine politique46. C’est grâce à cette charge que l’exilé put entrer en relation avec Catherine de Médicis, qui lui donna pratiquement libre accès à la bibliothèque royale ainsi qu’aux livres prohibés, en lui procurant « licentia di poter tenere tutto come historiografo »47. Il put alors récupérer pour Pinelli un grand nombre de volumes parmi lesquels figurent les écrits de Bodin, d’Henri Estienne, de Du Bellay, et en 1569 déjà il signalait qu’il avait « trovato bellissime cose et speso assai » pour des livres « di Stato et di questo tempo et che narrono ben queste cose et questi humori proibiti come il diavolo, et che ne va le forche a chi fussi trovato sospetto »48. Il s’agissait d’œuvres écrites par des « ugonotti di testa », ou en tout cas par des auteurs qui avaient « qualche pizzicore d’ugonotto ». Indubitablement, ses liens avec le monde réformé et tout ce qui en était issu ne se limitaient pas à sa seule passion de bibliophile, et on ne sait pas jusqu’à quel point ils influèrent sur le rôle que la reine allait lui confier peu après en le nommant précepteur de son fils, le duc François d’Alençon, l’espoir futur des Politiques.

  • 49 Sur ses rapports avec Postel, cf. P. Simoncelli, La lingua di Adamo, op. cit.
  • 50 G. Negri, « Corbinelli Giacomo », art. cit., p. 326. Preuve de ce sentiment sincère (plus de la par (...)

24Durant cette période, Corbinelli et les autres exilés furent marqués par la vitalité intellectuelle de leur patrie adoptive. Le savant qu’il était dialoguait aussi bien avec les gens de la cour qu’avec les réformés, qu’il trouvait tous stimulants pour des raisons différentes49. Cet anti-médicéen recherché, fréquentant huguenots et hérétiques, très proche dans un premier temps des diplomates pontificaux opposés à la politique florentine, méritait bien le jugement de son ami intime, le chancelier Michel de L’Hôpital pour qui « Corbinelli era l’unico che la corte non aveva guastato »50. Le monde de la cour lui donnait l’opportunité de faire connaître ses qualités intellectuelles ; les traités des réformés attisaient ses profondes convictions anti-tyranniques, celles-là mêmes que ses concitoyens restés au pays avaient perdues, pensait-il. La langue florentine, qu’il n’avait jamais abandonnée durant son exil, conservait ces principes mieux que toute autre, et c’est sur elle qu’il concentra son intérêt. L’édition de textes en langue vulgaire annotés, diffusés en Italie grâce à Pinelli, était pour lui un moyen de retrouver sa patrie. À Lyon il publie l’Ethica di Aristotele ridotta in compendio da ser Brunetto Latini (1568), à Paris le Corbaccio de Boccace (1569), suivi par Più consigli et avvertimenti de Francesco Guicciardini (1576), Dantis Aligerii praecellentis poetae de vulgari eloquentia (1577), La Fisica de Paolo Del Rosso (1578) et le De Principatu de Mario Salamonio (1578).

25Où, si ce n’est à la cour, aurait-il pu disposer d’une bibliothèque exceptionnelle et d’un imprimeur royal capable de garantir avec une certaine aisance la réalisation de ses projets éditoriaux ? S’il y eut quelque intention politique dans ses introductions et dans ses lettres de dédicace adressées à Catherine de Médicis puis à Henri III, il me semble difficile de la lier à une aspiration personnelle pour la réforme de l’État français.

Jacopo Corbinelli et l’anti-machiavélisme

  • 51 Ibid., Paris, 16 février 1570, fol. 112r.

26Dès ses premiers contacts avec la cour, Corbinelli perçut la corruption des mœurs que les Italiens avaient importée dans le Royaume. C’est pourquoi sa condition de courtisan ne le satisfaisait pas, car elle ne lui permettait pas de donner à ses intérêts le sens public qu’il recherchait. Il est donc intéressant de remarquer comment, dans les descriptions de sa vie qu’il fait à Pinelli, se cache en fait la déception de l’exilé face à la réalité courtisane, et en particulier face aux pratiques mises en œuvre par ses concitoyens florentins : « Dei Fiorentini plebei credesi sempre ogni tristizia » écrivait-il à Pinelli le 16 février 157051. En effet, certains Florentins avaient déjà entrepris de le présenter sous un mauvais jour auprès de la reine mère :

  • 52 Ibid.

V’ho detto quel che io disegno fare et scusate se io non posso essere così sollecito perché io vi premetto che io non ho causa di dormire tutti i miei sonni et m’è stato già fatto de’ tomi co la Regina et io ho havuto che fare ; vorrei poterne contare le bellezze di certi nostri52.

27Il ajoutait que la condition qui lui était faite à la cour correspondait parfaitement au caractère des Florentins, ces hommes corrompus qui étaient nés pour être esclaves et pour céder face au pouvoir :

  • 53 Ibid. Le terme « tavolaccino » signifie « serviteur ». Cf. le Vocabolario degli accademici della Cr (...)

Chi dice Fiorentino dice tristo, maligno, da poco, nemico di se stesso et della vita, soprattutto dice homo natus ad servitutem et paratus, dice un huomo da rallegrarsi del gran Duca, et di quei lucchi et tavolaccini ; dice un huomo che non s’avvide, il misero, d’esser burlato sotto il giogo. Ecco qualche cosa de’ fatti miei53.

  • 54 Corbinelli ne suivit pas le Duc à La Rochelle en 1573, et une lettre du nonce Antonio Maria Salviat (...)
  • 55 B 9 inf., fol. 127r (Paris, 14 septembre 1570).

28Ces mots de Corbinelli confirment que le mécontentement provoqué par les conseillers florentins, exposé en toutes lettres dans le Discours de Gentillet, pouvait malgré tout être compris, voire partagé, par les courtisans et même par les exilés florentins. Les expressions de Corbinelli contrastent indubitablement avec les traits de sa personnalité tels que les a présentés l’historiographie, et avec l’idée d’un défenseur acharné de la « florentinité » de la cour française. On dira que ces témoignages sont des confessions faites en privé, à un moment de grand découragement, avant le massacre de la Saint-Bathélémy et avant que l’éditeur italien n’entre définitivement au service du successeur de Charles IX, Henri III54, et que son attitude à l’égard d’un monde qui le protégeait devait nécessairement changer par la suite. En tout état de cause, il n’est pas rare de rencontrer ce type de critiques du monde de la cour dans la correspondance de Corbinelli. Toutefois, comme il le disait à Pinelli, « bisogna stare in corte perché i franzesi tengono che quei sieno più di conto che più stanno là a perder tempo : et quei che non vi vanno, tengono che non vi vadino perché si reputino insuffitienti »55.

  • 56 À propos de Donato Giannotti et de son utilisation de l’adjectif « tirannico » en un sens bartolien (...)
  • 57 D. Giannotti, Republica fiorentina, op. cit., p. 255-256. Cf. R. von Albertini, Firenze dalla repub (...)
  • 58 G. Silvano, « Introduction », art. cit., p. 13.
  • 59 Sur le projet d’édition de l’Apologia cf. P. Simoncelli, La lingua di Adamo, op. cit., p. 156-157.

29Malgré son engagement à la cour, Corbinelli n’avait jamais abandonné ses convictions anti-médicéennes et républicaines qu’il entendait exprimer au moyen de l’édition. De la sorte, ce qu’il répétait à propos des Florentins reflétait parfaitement sa pensée politique. Durant ces années-là, le rejet du régime florentin des Médicis et l’inquiétude face à la détérioration tyrannique du royaume, mise en évidence dans les traités huguenots, étaient tout à fait compatibles avec la vie de cour. Mieux, le sentiment anti-tyrannique d’origine bartolienne étant un fondement essentiel de leur credo politique56, les exilés républicains pouvaient retrouver dans les écrits des huguenots et des Politiques les thèmes qui avaient fait l’objet des traités républicains florentins durant la première moitié du siècle. La polémique anti-machiavélienne et le rejet des « Italo-français » qui s’y exprimait pouvaient aussi servir à la polémique contre le peuple florentin que Corbinelli accusait d’avoir accepté passivement la tyrannie médicéenne. Ainsi l’exilé pouvait-il faire redouter au vieux Giannotti une édition de la Republica fiorentina où était invoquée la venue d’un « nouveau Brutus »57. Composée dans les années 1530, la Republica était précédée d’une dédicace « compromettante » au cardinal Niccolò Ridolfi, ferme opposant à la « Seigneurie » d’Alexandre de Médicis, dans laquelle Giannotti exaltait le tyrannicide, réfléchissait à l’instauration d’un ordre nouveau et durable, et espérait une libération prochaine de Florence. Selon les intentions de Giannotti, c’était sur ce terrain idéologique qu’il devait être possible de réunir la république florentine en exil58. Il n’est pas nécessaire d’insister sur le sens que pouvait revêtir la publication de la Republica fiorentina dans le cadre de l’exil en France et d’un projet éditorial qui comprenait aussi l’Apologia del tirannicidio du « second Brutus » florentin, le célèbre Lorenzino de Médicis, assassin du « tyran » Alexandre de Médicis59. Bien que le projet n’ait pas eu de suite, on peut soutenir que l’intention politique de Corbinelli n’était pas de répliquer à la polémique de l’« anti-machiavélisme » contre la « nouvelle façon de gouverner » italienne. Et cette polémique, qu’il était disposé à comprendre sinon à partager, avait moins de sens que les idéaux politiques qu’elle véhiculait et qui lui étaient si familiers.

  • 60 B 9 inf., fol. 131r (Paris, 4 novembre 1570). R. Calderini-De Marchi, Jacopo Corbinelli, op. cit., (...)
  • 61 Cf. S. Mastellone, Venalità e machiavellismo, op. cit., p. 52.
  • 62 Sur ce point cf. D. Quaglioni, « L’iniquo diritto. Regimen regis e ius regis nell’esegesi di I Sam. (...)
  • 63 Du reste, l’auteur du Réveil prenait ouvertement position contre « ce méchant Florentin Machiavel » (...)

30L’admiration pour Brutus trouvait alors un nouvel essor en France, comme le révèle une lettre du 4 novembre 1570, dans laquelle l’exilé manifestait son approbation inconditionnelle du Discours de la servitude volontaire d’Étienne de La Boétie, le texte anti-tyrannique français le plus important de la seconde moitié du XVIe siècle : « Vorrei poter haver copia d’una scrittura che io ho visto in francese elegantissimo : de voluntaria servitute che Bruto stesso non harebbe detto meglio. Io l’ho letta et è cosa dotta et recondita, ma per questo tempo pericolosa »60. Durant cette période, le manuscrit de la Servitude volontaire jouissait d’une bonne circulation dans les milieux réformés, au point que Montaigne lui-même, dix ans plus tard, fut contraint de défendre comme il put son ami La Boétie en présentant ce traité comme un simple exercice scolastique de jeunesse. L’éloge de la liberté vénitienne contenu dans ce court écrit contribua largement à alimenter le mythe de la République, créant une distinction entre « Italiens » et « Vénitiens » que Gentillet adopta dans son œuvre. En même temps que le mythe républicain de Venise (dont le régime avait été jusqu’alors présenté dans les traités français comme un gouvernement mixte)61, La Boétie réhabilitait le pouvoir de la volonté humaine et de la désobéissance, seule apte à mettre un terme à la tyrannie. En prenant comme point de départ le moment où le peuple juif renonça à sa liberté en demandant à Dieu un souverain par la bouche de Samuel (I Sam. 8)62, La Boétie recherchait les mécanismes qui conduisent un peuple à choisir de se soumettre délibérément au pouvoir d’un seul homme. Il s’agissait alors d’une œuvre « dangereuse » : ce n’est pas un hasard si elle fut par la suite publiée en partie dans le Réveil-Matin (1574), célèbre recueil anonyme adressé aux catholiques et aux protestants au moment le plus fort de la crise des institutions politiques du royaume de France. Inclu dans le Réveil-Matin, le Discours de la servitude volontaire put ainsi être lu dans une perspective anti-tyrannique et donc, selon l’opinion commune, anti-machiavéliste63.

  • 64 B 9 inf., fol. 196v (Paris, 20 septembre 1577).

31Il ne semble pas que Corbinelli lisait ces textes comme un machiavéliste, et on ne peut pas dire non plus que son comportement était uniquement dicté par sa passion pour la bibliophilie. Il était parfaitement en mesure de distinguer les situations politiques française et florentine. Selon lui les Florentins devaient se réapproprier les sentiments anti-tyranniques qui animaient les huguenots, et que ces derniers avaient acquis grâce à leur connaissance de la tradition juridique et politique italienne de la fin du Moyen Âge. Cette voie désormais négligée dans sa patrie, il la voyait encore vive dans les écrits les plus féroces contre le souverain et les Italiens de la cour. C’est pourquoi il put affirmer à propos de l’œuvre de Gentillet64 :

Vorrei che V. S. havesse quel libro che è stato fatto franzese credo io dall’Hottomanno contra le dottrine del Machiavello ; libro per un huomo di Stato sopra ogni altro libro a mio giuditio desiderabile ; come che quasi tutti lo biasimino perché niuno l’ha quasi letto, cioè potuto leggere et se io fussi più giovane io vorrei che fosse taliano per la mia città.

  • 65 Cf. supra, note 30.

32Corbinelli attribuait le Discours à François Hotman, c’est-à-dire au plus grand juriste huguenot de son temps, et le considérait comme le meilleur traité sur l’État publié en France. Fort critique à l’égard des Florentins, Corbinelli se moquait de ceux qui condamnaient ce livre uniquement parce qu’il était écrit « contre Machiavel » et contre les vices de ses concitoyens : en effet, l’aspect le plus intéressant du Discours n’était pas la polémique anti-machiavélienne. Il s’agissait d’un livre que la plupart avaient condamné avant même d’avoir pu le lire (donc uniquement parce qu’il contenait l’expression « contre Machiavel » dans son titre) : ils n’avaient pas la possibilité de le faire en raison de sa circulation limitée, due à la dangerosité de l’œuvre ou au fait qu’elle était écrite par un juriste et donc destinée au seul lecteur savant et qualifié, en mesure de comprendre et d’apprécier pleinement les particularités du projet institutionnel et de ses nombreuses précisions doctrinales. D’autre part, le désir qu’il soit traduit pour Florence n’a rien d’étonnant. L’idéal politique de Corbinelli le portait à considérer que ce texte était en mesure de remuer suffisamment ses concitoyens et de les faire réfléchir sur leur propre nature de peuple « natus ad servitutem et paratus». Corbinelli ne faisait dans sa lettre aucune allusion à la polémique contre les exilés italiens. Il confirmait ainsi l’idée que Gentillet avait déjà exprimée dans sa Declaration de l’auteur des discours contre Machiavel, pour satisfaire aux plaintifs d’aucuns Italiens : « ils savent bien par les livres des historiens et autres bons autheurs et conoissent bien par la suitte des matieres que j’ay traittées » quelles sont les raisons de ses attaques contre les vices des Italiens, sans qu’il soit besoin de clarifications ou de justifications ultérieures65.

  • 66 I. Gentillet, Discours contre Machiavel, op. cit., Troisième partie, Maxime VIII, p. 307.
  • 67 Ibid.
  • 68 Ibid., p. 308-309 : « La VII verité est, Qu’il est licite à chascun sujet, honnorable et meritable, (...)

33Ce qui attirait le plus Corbinelli dans les traités huguenots était donc l’idéal anti-tyrannique dont ils se réclamaient. Dans le cas du Discours, outre les thèmes que nous avons déjà évoqués, Corbinelli n’était certainement pas insensible à une justification du tyrannicide qui faisait appel à l’autorité de Boccace, dont il avait publié le Corbaccio et qu’il défendait contre d’incessantes tentatives de censure, présenté par Gentillet comme un éminent philosophe moral de la meilleure tradition italienne. En partant du chapitre XVII du Principe de Machiavel, Gentillet condamnait fermement le crimen laesae maiestatis, affirmant que celui qui se rend coupable d’un tel crime mérite « double mort »66. Toutefois il n’hésitait pas à ajouter : « il est licite à chascun sujet, selon les loix morales, naturelles, et divines, d’occire sans aucun mandement iceluy traistre et desloyal tyran, et non pas seulement licite, mais aussi, honorable et meritoire »67. À l’appui du caractère licite du tyrannicide il présentait douze raisons théologiques, morales et juridiques, dont « trois secondes raisons des douze sont fondées sur de trois Philosophes moraux », et parmi eux la « troisieme authorité est de Bocace, qui dit qu’on peut faire conjuration et employer les armes contre un tyran, et que c’est une chose tressaincte et necessaire, qu’un tyran ne doit estre appellé ne Roy ne Prince, et qu’il n’est point de plus agreable sacrifice que du sang d’un tyran »68. Il s’agit là d’un passage qui n’échappa certainement pas à l’exilé florentin.

  • 69 T 167 sup., fol. 70r : « Scritta con sonno et quasi senza lume, perdonami V. S. Credo che noi siamo (...)
  • 70 Ibid.

34L’intérêt de Corbinelli pour les traités huguenots et pour les œuvres de l’« anti-machiavélisme » ne s’arrête pas au Discours de Gentillet, comme le montre une lettre qu’il écrivit à Pinelli « con sonno e quasi senza lume », sans doute le 20 décembre 158069. L’exilé informait son ami qu’il avait reçu de Iacopo Castelvetro, depuis Londres, un livre « stampato non so dove » intitulé « Vindiciae contra tyrannos d’uno Junius Brutus. Dicono essere cosa bellissima, ma non prima havuto in mano che mi è bisognato lasciarlo a un mio signore. Insomma parla della legittima potestà che hanno i principi contro a’ suoi sudditi et dei sudditi contro i loro principi ; è un bel latino et grande l’eruditione a quel poco che in mezza hora ho potuto vedere »70.

  • 71 Je reprends l’expression « Repubblica fiorentina in esilio » à l’essai de P. Simoncelli, La lingua (...)
  • 72 T 167 sup., fol. 70r : « Il Re ama Parigi, ma i parigini non amano il Re. Non so quel che si sarà » (...)

35L’admiration du plus éminent lecteur italien de Machiavel à la cour pour le Discours de Gentillet, pour les Vindiciae et pour la Servitude volontaire, confirme que l’histoire du machiavélisme et de l’anti-machiavélisme en France suit un chemin plus accidenté que ne l’ont dit les études qui y ont été consacrées jusqu’à présent. Les protagonistes de la « repubblica fiorentina in esilio » retrouvaient dans les écrits des juristes huguenots les racines doctrinales et l’idéal politique qui les avaient accompagnés lorsqu’ils avaient quitté l’Italie71. L’aspiration républicaine pouvait encore conserver un sens pour Florence, alors qu’elle n’en avait aucun lorsqu’on la rapportait à la tradition et à la réalité institutionnelle du royaume de France. En effet, les conseils politiques que Corbinelli était tenu, comme serviteur, de dispenser à Henri III – ce roi qui « aimait Paris » mais n’était pas aimé par les « Parisiens »72 – étaient tout autres. Ce n’est pas en attribuant à Corbinelli une lecture républicaine de Machiavel que l’on peut dénouer les fils de ces séminaires machiavéliens à la cour, mais bien plutôt en enquêtant sur le Machiavel des républicains en exil. À cette fin, il est nécessaire d’insérer tous les témoignages en notre possession (ses gloses des Discours, les notes de son édition des Ricordi de Guicciardini, ainsi que les fréquents renvois inclus dans le De Principatu de Mario Salamonio), dans un contexte intellectuellement plus riche d’enseignements que la seule polémique anti-machiavéliste.

Apostille : « Sendo questo regno libero, e che ognuno ci può stare »

  • 73 Cf. P. Simoncelli, Il cavaliere dimezzato. Paolo del Rosso fiorentino e letterato, Milano, Franco A (...)
  • 74 Négotiations Diplomatiques de la France avec la Toscane, documents recueillis par G. Canestrini et (...)

36Afin d’éclaircir l’éloge que fait Corbinelli du Discours d’Innocent Gentillet, il peut être utile de s’arrêter sur le moment particulier où il fut écrit. Sur le plan strictement biographique, ce qui ralluma la flamme anti-tyrannique de l’exilé – laquelle allait se concrétiser dans un programme éditorial très politique – relevait pour une part de la succession des diplomates florentins, qui provoqua une recrudescence de la chasse aux proscrits73. Le 26 juin 1576, le Siennois Sinolfo Saracini, accompagné de son secrétaire Curzio da Picchena, avait succédé à Vincenzo Alamanni en qualité d’ambassadeur florentin en France. Il fut vite évident que les nouveaux représentants avaient l’intention de s’engager personnellement dans l’élimination des exilés politiques toscans en France, à l’aide d’un réseau d’espions74. À la demande du grand-duc François de Médicis, Sinolfo Saracini concentra ses premiers efforts sur deux amis de Corbinelli, Antonio Capponi et Francesco Alamanni, en ligne de mire dès février 1577.

37Dans une lettre au grand-duc François, Saracini affirmait :

  • 75 Négotiations Diplomatiques, op. cit., p. 112-113.

Da che io venni in Francia, mi è stato sempre nell’animo di usare ogni cauta diligenza perché questi due scellerati portino in qualche parte la pena del loro enorme peccato ; e con questa intenzione persuadendomi che il patrocinio del duca di Nemours gli poteva fare molto rispettare, feci operare che ne fussino privati ; il che mi successe con vituperio loro e con vergogna dei fautori75.

  • 76 Ibid., p. 113.
  • 77 Ibid., p. 132.
  • 78 G. Benzoni, « Corbinelli Jacopo », art. cit., p. 755.
  • 79 Sur Pier Capponi, voir la lettre de Saracini à François de Médicis, datée du 20 janvier 1578, in (...)
  • 80 Saracini à François de Médicis, 2 février 1578, ibid., p. 138 : « Il signor Annibale Chiaramonte di (...)
  • 81 Ibid., p. 432-434.

38Étant donnés les liens que ces deux exilés entretenaient avec des personnes influentes qui leur offraient protection, Saracini déclarait vouloir franchir ces obstacles en s’adressant à « uomini più pratichi del paese, o paesani propri a questa impresa »76. Cette même année, de novembre à décembre, Pier Capponi fut d’abord agressé en Angleterre, puis Troilo Orsini fut assassiné à Paris par un sicaire du grand-duc, Stefano Caraccioli, au grand désappointement de Catherine de Médicis77. Les soupçons tombèrent vite sur Saracini, que l’on considéra directement impliqué dans les faits, et le bruit courut que le duc de Guise avait ordonné de l’assassiner. Après avoir cru que son refuge à la cour garantissait sa sécurité, croyant « essere già passato in oblivione », Corbinelli dut se rendre compte au contraire qu’il était resté « confitto nella memoria nemica »78. Face à ces persécutions, qui visaient aussi à neutraliser ceux qui leur « sumministravano protezione »79, le groupe des proscrits florentins répondit en organisant l’assassinat de Curzio da Picchena, justement chez Jacopo Corbinelli, selon les révélations que fit à Saracini un espion infiltré dans le groupe, Annibale Chiaramonti80. L’enchaînement des homicides d’exilés se poursuivit sans trêve jusqu’en novembre 1581 lorsque, après avoir banni définitivement Curzio da Picchena, Henri III ordonna qu’aucun homicide commandé par le grand-duc ne soit plus toléré en France. Catherine de Médicis traita personnellement la question avec le nouveau représentant florentin, le successeur de Saracini, Andrea Albertani. Celui-ci en informa le grand-duc en ces termes81 :

La Regina Madre mi disse : « Non pensi il granduca, ch’io abbi procurato questo contro di lui ; ma non posso già negare, ch’io non lasciassi passare il negozio di precedenza come volse il Re, senza mai farne parola. Questo lo confesso ; e lo feci, perché veggo che il granduca non tien conto di me ; anzi, con tanto dispiacere mio e del Re, ci ha fatto ammazzare sugli occhi il signor Troilo Orsini e altri, che non ci pare ben fatto, sendo questo regno libero, e che ognuno ci può stare ».

  • 82 Ibid., p. 433.
  • 83 Ibid.
  • 84 Ibid., p. 434.

39L’action intentée par le grand-duc contre les exilés politiques en France portait atteinte à la liberté du royaume, en portant préjudice en premier lieu à la liberté de mouvement. C’était ce que Catherine de Médicis entendait sauvegarder, même au détriment de ses relations personnelles et diplomatiques, et elle distinguait nettement la réalité florentine du royaume de France. L’opposition au régime médicéen n’impliquait donc pas nécessairement une même aversion envers le royaume d’accueil. L’ambassadeur tentait alors de persuader la reine de l’opportunité de son soutien à l’action légitime du grand-duc, tout acte contre Florence constituant non seulement une attaque contre un allié politique fidèle mais aussi contre l’honneur de son lignage. Pour ces raisons, Albertani affirmait que même Orsini ne méritait pas « di vivere tanto ». Ce qui était fait contre les Florentins proscrits, qui le restaient aussi en exil, avait pour fin de « levar l’animo a ognuno di cospirare contro i loro principi ». La traditionnelle liberté du royaume que la reine entendait protéger fermement impliquait la protection de la cour pour les exilés politiques, et cela provoquait à Florence de sérieux motifs d’inquiétude : « La Maestà Sua », répliquait l’ambassadeur, « non solo non piglia protezione degli affari suoi [du grand-duc], ma […] anco riceve e favorisce i suoi ribelli, come gli fusse nemica capitale ; e quando non hanno dove ripararsi altrove, se ne vengono a questa corte ben visti, soccorsi di denari e di ogni altra comodità, come Sua Maestà ha fatto ultimamente a Pier Capponi »82. Ils discutèrent ce point « un pezzo », et Albertani assurait n’avoir « perdonata nessuna […] con la libertà che si usa qua, sempre però con quel rispetto e modestia che si deve parlare alla Maestà Sua, e con sua licenza »83. Puis ils reprirent la question initiale84 :

Alla fine io tornai al negozio, e le dissi : « Madama, lassati questi propositi da banda, io la supplico di operare di maniera che il Re si risolva a satisfare al granduca, mio signore, questo poco di resto che gli deve ». E Sua Maestà mi disse : « Dovrebbe il granduca non si perdere questa corona, come ha mostro di fare sin qui ». Io le soggiunsi : « Madama, Vostra Maestà ha torto a tener questi propositi del granduca ché sa pure i servizii che ne ha ricevuti, e con quanta volontà ; ma se nascono de’ disgusti, che Vostra Altezza non ne può far altro, e che loro medesimi se li sono procacciati ». « Or basta, disse Sua Maestà ; scrivete a Sua Altezza che non proceda più di questa maniera, e massime in non fare ammazzare persona in questo regno ; perché il Re, mio figliuolo, non lo comporterà » – « Né anco Vostra Maestà, le replicai io, dovrebbe comportare che simili persone avessino la ritirata sicura in questa corte, come hanno avuto sino ad ora ; che sarebbe cagione di levar l’animo a ognuno di cospirare contro i loro principi ». E qui finì questo ragionamento, durato un gran pezzo.

  • 85 Sur tout cela je me permets de renvoyer à mon article « I primi editori dei Ricordi di Francesco Gu (...)

40Ce témoignage, que nous rapportons intégralement, révèle les motifs qui poussèrent un grand nombre d’exilés politiques italiens à choisir la France pour terre d’accueil. Il révèle aussi que Catherine de Médicis considérait que l’opposition aux Médicis était pleinement compatible avec les responsabilités de la cour, et que l’on pouvait tolérer et protéger la présence de groupes d’opposition républicaine dans un royaume « libre ». Il ne fait aucun doute qu’elle connaissait l’idéal républicain d’un grand nombre des courtisans et des conseillers du roi, comme le montre l’introduction de Corbinelli à la première édition des Ricordi de Guicciardini, dédiée à la reine mère85.

41Certes, pour Corbinelli comme pour les autres exilés qui avaient volontairement décidé de ne pas se soumettre au jugement du régime florentin dont ils ne reconnaissaient pas la légitimité, le tyran était toujours le grand-duc de Toscane. De là aussi le désir de traduire en italien et d’appliquer au cas florentin les écrits huguenots qui exprimaient si clairement leur pensée au sujet d’un « pouvoir légitime » que les sujets ont « contre leurs princes », et qui alléguaient un grand nombre de sources italiennes. Comme pour La Boétie, la cible n’était pas tant le tyran que ses serviteurs, dans ce cas précis les Florentins restés dans leur patrie, ou ceux qui parmi les exilés mettaient en scène dans leurs écrits de tatillonnes escarmouches académiques, en évitant de s’engager ouvertement sur le plan politique. La prise de position de Catherine de Médicis pour la défense des exilés florentins révèle aussi que les sentiments politiques de Corbinelli étaient largement partagés par un grand nombre des proscrits. En ce sens, l’étude de la pensée politique des exilés italiens au XVIe siècle, des formes de propagande qu’ils mirent en œuvre, de leurs tentatives de donner naissance à des réseaux de relations dans toute l’Europe dans l’idée de créer une véritable « république en exil », offre aussi sur le plan de l’histoire idéologique européenne la possibilité de repenser certaines simplifications historiographiques, et en premier lieu l’opposition d’un anti-machiavélisme français et d’un machiavélisme italien à la cour d’Henri III.

Top of page

Notes

1 Sur ce thème, voir essentiellement : F. Meinecke, Die Idee der Staatsräson in der neueren Geschichte, München-Berlin, 1924, trad. fr. de M. Chevalier, L’idée de raison d’État dans les temps modernes, Genève, Droz, 1973 ; S. Mastellone, Venalità e machiavellismo in Francia (1572-1610). All’origine della mentalità politica borghese, Firenze, Olschki, 1972 ; G. Procacci, Machiavelli nella cultura europea dell’Età moderna, Roma-Bari, Laterza, 1995 ; A. M. Battista, Politica e morale nella Francia dell’età moderna, A. M. Lazzarino Del Grosso (éd.), Genova, Name, 1998 ; A. E. Baldini et A.M.Battista, « Il dibattito politico nell’Italia della Controriforma : Ragion di Stato, machiavellismo, utopia », Il pensiero politico, XXX, 1997, p. 393-439. Pour une bibliographie plus détaillée, voir A.E.Baldini, « Ragion di Stato, Tacitismo, Machiavellismo e Antimachiavellismo tra Italia ed Europa nell’età della Controriforma. Bibliografia (1860-1999) », in La Ragion di Stato dopo Meinecke e Croce. Dibattito su recenti pubblicazioni, Atti del seminario internazionale di Torino 21-22 ottobre 1994, A. E. Baldini (éd.), Genova, Name, 1999, p. 223-265.

2 Voir sur ce point S. Mastellone, Venalità e machiavellismo in Francia (1572-1610), op. cit., p. 67-68 ; A. M. Battista, « Sull’antimachiavellismo francese del secolo XVI », Storia e politica, I, 1962, p. 413-447, repris in Politica e morale nella Francia dell’età moderna, op. cit., p. 75-107.

3 Cf. G. Procacci, Machiavelli nella cultura europea, op. cit., p. 83-121 ; 433-453.

4 Ibid., p. 455. Je m’appuie sur le chapitre « Gli zélateurs del sovrano falsi machiavélistes » du livre de S. Mastellone, Venalità e machiavellismo in Francia (1572-1610), op. cit., p. 73-92 et sur une lettre de Jacopo Corbinelli citée par R. Calderini-De Marchi in Jacopo Corbinelli et les érudits français, Milano, Hoepli, 1914, p. 175, puis par P. Simoncelli in La lingua di Adamo : Guillaume Postel tra accademici e fuoriusciti fiorentini, Firenze, Olschki, 1984, p. 122-123 note 21.

5 J. Brodskij, The Condition We Call Exile, repris in Dall’esilio, Milano, Adelphi, 1987, p. 31-32.

6 La question a été soulevée par S. Mastellone in Venalità e machiavellismo in Francia (1572-1610), op. cit., p. 40, ainsi que par G. Procacci in Machiavelli nella cultura europea, op. cit., p. 463, où il déclare ne pouvoir « ricavare alcuna conclusione asseverativa circa gli orientamenti politici del Corbinelli ».

7 A. Gramsci, Quaderni del carcere, III, V. Gerratana (éd.), Torino, Einaudi, 1975, Quaderno 13, p. 1573-1576.

8 Ibid., p. 1574.

9 Matago, Monitoriale adversus Italogalliam sive antifrancogalliam Anthonii Matharelli, Papire Masson, s. l., 1575. Polémiquant avec l’« italianizant » Papire Masson, Hotman écrivait dans le Monitoriale : « Omnes gabellae, douanae tributa, talliae et vectigalia publica sunt inter manus Italorum publicanorum. Totum Lugdunum est plenum Italis publicanis, plena Lutetia […] ipsi sugunt sanguinem et medullam miserae plebis Franco-gallicae. Qui fuerunt inventores tot talliarum et impositorum, quibus pauper populus excoriatur ? Italogalli. Qui fuerunt consiliatores belli et promotores tantae infamiae quam nos Catholici accepimus in Delphinatu ? Italogalli. Qui sunt hodie qui impediunt pacem in Gallia suis mendaciis et sophisticis inventionibus ? Italogalli » (p. 19). Voir sur ce texte S. Mastellone, Venalità e machiavellismo in Francia (1572-1610), op. cit., p. 39-40. Pour une biographie intellectuelle d’Hotman cf. D. R. Kelley, François Hotman. A Revolutionary’s Ordeal, Princeton, Princeton University Press, 1973 et la bibliographie qui s’y trouve, ainsi que l’essai de V. Conti sur l’activité de

conseiller exercée par Hotman, « Bodin e Hotman : due pareri a confronto (1566) », Il pensiero politico, VIII, 1975, p. 340-354, et enfin l’étude désormais classique de P. G. Bietenholz sur le milieu intellectuel à Bâle, Basle and France in The Sixteenth Century. The Basle Humanists and Printers in Their Contacts with Francophone Culture, Genève, Librairie Droz, 1971. Sur l’histoire de la publication du Brutum Fulmen commandé par le prince Henri de Navarre, je me permets de renvoyer à mon article « Nunziature apostoliche e censure ecclesiastiche », in Censura ecclesiastica e cultura politica in Italia tra Cinquecento e Seicento, VI giornata Luigi Firpo, Atti del Convegno, Torino 5 marzo 1999, C. Stango (éd.), Firenze, Olschki, 2001, p. 155-169.

10 Pour la biographie de Gentillet et la bibliographie le concernant, cf. C. E. Rathé, « Innocent Gentillet and the First Antimachiavel », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, XXVII, 1965, p. 186-225, ainsi que « Introduction », in I. Gentillet, Anti-Machiavel : édition de 1576, Genève, Droz, 1968, p. 1-16 ; P. D. Stewart, Innocent Gentillet e la sua polemica antimachiavellica, Firenze, La Nuova Italia, 1969. L’édition à laquelle je me réfère est : I. Gentillet, Discours contre Machiavel, nouvelle édition conforme au texte original français comprenant des variantes, introduction et notes de A. D’Andrea et P. D. Stewart, Firenze, Casalini Libri, 1974.

11 I. Gentillet, Discours contre Machiavel, op. cit., Première partie, Préface, p. 16 : « Car ne sont-ce pas Machiavelistes (Italiens ou Italianisez) qui manient le seaux de la France, dictent les edits, font les despeches dedans et dehors le Royaume, qui tiennent les plus beaux gouvernemens, et les fermes du Domaine ? ».

12 Ibid. : « Et mesmes si l’on veut aujourd’huy obtenir quelque chose en Cour, et avoir bonne et sudaine despeche, il faut savoir parler le langage Messeresque : parce que ces Messers oyent volontiers ceux qui savent parler leur gergon, et n’entendent pas bien le François, mesmes les termes de Justice et des ordonnances Royaux. Dont chascun peut penser comment ils peuvent bien observer et faire observer les loix de France, dont ils n’entendent pas seulement les termes ».

13 Ibid., Epistre, p. 4.

14 Ibid, Première partie, Préface, p. 11 : « Tant ils en font grand’estime, suyvans et observans ses enseignemens et Maximes, ne plus ne moins que font les Turcs l’Alcoran de leur grand prophete Mahumet ».

15 Le parallèle France-Turquie qui, chez Bodin, « assurgerà a vera e propria “degnità” politica mediante le nozioni contrapposte di “monarchie seigneuriale” e “monarchie royale” », fut un thème dominant de la polémique contre les machiavélistes : la constatation que Machiavel fait dans ce chapitre sera interprétée à la suite de Gentillet comme « un incitamento a instaurare anche in Francia un regime alla Turca », c’est-à-dire un État où les sujets sont gouvernés « per servi ». Cf. G. Procacci, Machiavelli nella cultura europea, op. cit., p. 174-175.

16 I. Gentillet, Discours contre Machiavel, op. cit., Préface, p. 14-15.

17 Ibid., p. 15.

18 N. Machiavelli, Il principe, introduction et notes de F. Chabod, L. Firpo (éd.), Torino, Einaudi, 1961, p. 18. Sur ce passage célèbre, cf. R. Ridolfi, Vita di Niccolò Machiavelli, Firenze, Sansoni, 19787, p. 393 : « Il famigerato “machiavellismo”, padre e figliuolo dell’antimachiavellismo, nacque, crebbe, fu battezzato in terra di Francia, in odio a chi un giorno aveva detto che i Francesi non s’intendevano dello stato ».

19 I. Gentillet, Discours contre Machiavel, op. cit., Préface, p. 15.

20 Ibid., Première partie, Maxime III, p. 107-108. Gentillet fait référence aux Discorsi, II, 31 (N. Machiavelli, Discorsi sopra la prima deca di Tito Livio, G. Inglese [éd.], introduction de G. Sasso, Milano, Rizzoli, 1984, p. 378-379).

21 Ibid., p. 108. Sur tout cela cf. P. D. Stewart, Innocent Gentillet e la sua polemica antimachiavellica, op. cit., p. 54.

22 I. Gentillet, Discours contre Machiavel, op. cit., Troisième partie, Préface, p. 215. Sur le traité de Bartolo voir D. Quaglioni, Politica e diritto nel Trecento italiano. Il « De tyranno » di Bartolo da Sassoferrato (1314-1357). Con l’edizione critica dei trattati « De Guelphis et Gebellinis », « De regimine civitatis » e « De tyranno », Firenze, Olschki, 1983.

23 On trouve l’avis opposé in F. Ercole, Da Bartolo all’Althusio, Firenze, Le Monnier, 1932, puis in R. von Albertini, Firenze dalla repubblica al principato. Storia e coscienza politica, Torino, Einaudi, 1970, p. 304-305. Voir à ce propos O. Cavallar, « Il tiranno, i dubia del giudice ed i consilia dei giuristi », Archivio Storico Italiano, CLV, 1997, n. 572-573, p. 265-345 ; sur l’usage des traités de Bartolo, voir en particulier les p. 298-302. Sur la base d’une importante documentation concernant l’activité juridique de Francesco Guicciardini, l’étude de Cavallar remet en discussion ces deux textes classiques et surtout les thèses de D. Marrara, « Il problema della tirannide nel pensiero di Francesco Guicciardini e di Francesco Vettori. L’abbandono della teoria di Bartolo alla luce della nuova realtà fiorentina e italiana », Rivista di Storia del diritto italiano, XXXIX, 1966, p. 99-154.

24 I. Gentillet, Discours contre Machiavel, op. cit., Troisième partie, Préface, p. 215-216.

25 Ibid.

26 C’est ainsi que le lit C. E. Rathé, « Innocent Gentillet and the First Antimachiavel », art. cit., p. 186-225.

27 I. Gentillet, Discours contre Machiavel, op. cit., Première partie, Maxime I, p. 48-49 : « Quant à l’autre poinct, qui est que le Prince ne peut abolir les loix fondamentales de sa Principauté, il est aussi bien clair de soy-mesme. Car si un Prince avoit pouvoir d’abbatre les fondements de sa Principauté, il s’abbatroit et ruineroit soy-mesme, et son estat ne dureroit point : parce que le premier estourdy et mal sage qui y parviendroit, le renverseroit sans dessus dessous ».

28 La même année exactement que le Discours de Gentillet parut la République de Jean Bodin, pour qui il n’était plus du tout nécessaire de masquer derrière la polémique anti-machiavéliste son projet de réforme du droit public français. C’est dans cette œuvre que les lois fondamentales du royaume – que Gentillet avait présentées suivant l’enseignement de Théodore de Bèze – trouvèrent leur place dans une théorie de l’État plus articulée. Cf. D. Quaglioni, I limiti della sovranità. Il pensiero di Jean Bodin nella cultura politica e giuridica dell’età moderna, Padova, Cedam, 1992, p. 227-246. Pour une comparaison entre les positions de Gentillet et le panorama juridique français, il est encore utile de consulter le volume de C. Collot, L’école doctrinale de droit public de Pont-à-Mousson (Pierre Grégoire de Toulouse et Guillaume Barclay) (fin du XVIe siècle), Paris, Pichon et Durand-Auzias, 1965.

29 P. D. Stewart, Innocent Gentillet e la sua polemica antimachiavellica, op. cit., p. 112-115.

30 Ibid., p. 146 : « Car je m’asseure qu’il y en a qui n’ont point besoin de ceste declaration, parce qu’ils savent bien par les livres des historiens et autres bons autheurs et conoissent bien par la suitte des matieres que j’ay traittées, que je ne me suis point attaché aux personnes, mais au vices notoires de la nation Italienne et autres peuples ».

31 G. Procacci, Machiavelli nella cultura europea dell’età moderna, op. cit., p. 455.

32 Ibid.

33 Sur Corbinelli, cf. P. Rajna, « Jacopo Corbinelli e la strage di S. Bartolomeo », Archivio Storico Italiano, s. V, XXI, 1898, p. 54-103 ; R. Calderini-De Marchi, Jacopo Corbinelli et les érudits français, op. cit. ; R. Calderini-De Marchi et A. De Marchi, Autori greci nelle epistole di Jacopo Corbinelli, Milano, Hoepli, 1915 ; G. Cardascia, « Un lecteur de Machiavel à la Cour de France », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, I, 1938, p. 446-452 ; S. Mastellone, Venalità e machiavellismo in Francia, op. cit., p. 74-76 ; M. Grendler, « A Greek Collection in Padua : The Library of Gian Vincenzo Pinelli (1535-1601) », Renaissance Quarterly, XXXIII, 1980, p. 386-416 et « Book Collecting in Counter-Reformation Italy. The Library of Gian Vincenzo Pinelli (1535-1601) », Journal of Library History, XVI, 1981, p. 143-151 ; G. Benzoni, « Corbinelli Iacopo », in Dizionario Biografico degli Italiani, XXVIII, Roma, Istituto della Enciclopedia Italiana, 1983, p. 750-760 ; G. Procacci, « Un “fuoruscito” lettore del Machiavelli : Jacopo Corbinelli », in Machiavelli nella cultura europea dell’età moderna, op. cit., p. 455-464 ; P. Simoncelli, La lingua di Adamo, op. cit., en particulier les p. 115-166 ; et enfin mon article « La lettera di Jean Bodin a Barnabé Brisson in una traduzione coeva », Il pensiero politico, XXXIII, 2000, n. 1, p. 63-93.

34 Voir les témoignages sur le sujet in J. Rinuccio Galluzzi, Istoria del Granducato di Toscana sotto il governo della casa Medici, II, Firenze, Per Gaetano Cambiagi stampatore granducale, MDCCLXXXI, p. 5-8.

35 G. Benzoni, « Corbinelli Iacopo », art. cit., p. 751.

36 Cette lettre fut publiée à la moitié du XIXe dans le recueil Lettere d’uomini illustri del sec. XVI, Lucca, 1853, p. 50-51 et reproduite in R. Calderini-De Marchi, Jacopo Corbinelli, op. cit., p. 30 note 1.

37 Ibid., p. 31. Sur les dissensions entre Corbinelli et Varchi, dont on trouve la trace dans son Hercolano, cf. P. Simoncelli, La lingua di Adamo, op. cit., p. 115-117.

38 Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, ms. Barberini 5356, fol. 197r. Cf. R. Calderini-De Marchi, Jacopo Corbinelli, op. cit., p. 28-29.

39 Parmi ceux qui furent en contact avec ce cercle, on trouve Postel, Claude Dupuy, Girolamo Mercuriale, Giovanni Botero, un futur pape tel que Clément VIII, Francesco Patrizi et même, selon toute probabilité, Giordano Bruno. Voir mon article « La lettera di Jean Bodin a Barnabé Brisson in una traduzione coeva », art. cit., p. 63-66, et surtout à présent le travail important de G. V. Pinelli et C. Dupuy, Une Correspondance entre deux humanistes, éditée avec Introduction, Notes et Index par A. M. Raugei, Firenze, Olschki, 2001.

40 Ce témoignage est repris dans l’important volume de R. Mazzei, Itinera Mercatorum. Circolazione di uomini e beni nell’Europa centro-orientale 1550-1560, Lucca, Pacini Fazzi Editore, 1999, p. 343.

41 P. Simoncelli, La lingua di Adamo, op. cit., p. 119.

42 Milan, Biblioteca Ambrosiana, B 9 inf., fol. 62r (Lyon, 14 mars 1568) : « Altro non mi sovviene da dirvi se non che alquante settimane viddi la libreria del Signor Piero Strozzi, cioè quello avanzaticcio dalle mani della Regina et del Cardinale et d’altri, il quale nondimeno è molto bello ; et massimamente d’alcuni libri greci, per la legatura di quella et per la diligenza che vi si vede usata per rappezzare i buchi delle carte consumate, perché paiono antiche et molti ve n’è logori et si vede che erano havuti in deliciis da chi gli haveva : et si sa ancora che il passato Signor Piero non perdonava a spesa alcuna per ottenere le cose più rare come si vede ancor nelle sue arme et mentre visse, dalla guardaroba sua non uscì mai niente perché le voleva per sé ». Le volume en question, ainsi que le volume T 167 sup., conservé lui aussi à la Biblioteca Ambrosiana de Milan et auquel nous ferons plusieurs fois référence, contient presque uniquement des lettres de Jacopo Corbinelli à Gian Vincenzo Pinelli ; je me contenterai donc dorénavant d’indiquer l’abréviation du volume, suivie du lieu et de la date d’envoi lorsqu’ils sont signalés.

43 Juste après cette rencontre eut lieu une querelle avec Giannotti, à propos d’un exemplaire manuscrit de la Repubblica fiorentina que Corbinelli possédait et qu’il avait entrepris de gloser et d’annoter. Giannotti demandait que le manuscrit lui soit restitué, afin d’éviter que sa circulation le compromette. Corbinelli fit une copie de la Republica, origine du différend qui ne prit fin qu’au début de l’année 1569, lorsque l’exilé se déclara prêt, depuis Paris, à restituer « il libro occasione di tanti mali ». Mais comme cela était prévisible, il voulut en garder une copie, actuellement conservée à la Bibliothèque nationale de Paris. Le manuscrit possédé par Corbinelli est copié à partir du ms. Magliabechiano XXX 230 (Florence, Biblioteca Nazionale Centrale). Sur ce manuscrit, voir G. Bisaccia, « L’autografo della Repubblica Fiorentina di Donato Giannotti », La Bibliofilia, LXXVIII, 1976, p. 189-225 ; G. Cadoni, L’utopia repubblicana di Donato Giannotti, Milano, Giuffrè, 1978, p. 151-175 ; D. Giannotti, Republica Fiorentina, éd. critique et introduction de G. Silvano, Genève, Droz, 1990 ; S. Albonico, « Nota ai testi », in Storici e politici del Cinquecento, I, A. Baiocchi et S. Albonico (éds), Milano-Napoli, Ricciardi, 1994 (La Letteratura italiana. Storia e testi, 31), p. 1015-1021.

44 . On a dit qu’il fit paraître à Lyon un petit volume pour dénoncer le fait, mais avec un faux lieu de publication : La morte del monsignor Corbinelli, Francfort, 1570. Cf. G. Negri, « Corbinelli Giacomo », in Istoria degli scrittori fiorentini, Ferrara, per Bernardino Pomatelli, 1722, p. 325-326. Corbinelli donne à Pinelli un bref compte rendu de l’assassinat de Bernardo dans une lettre envoyée depuis Paris le 27 juin 1569 (B 9 inf., fol. 95r) ; cf. R. Calderini-De Marchi, Jacopo Corbinelli, op. cit., p. 45.

45 B 9 inf., fol. 97r (Paris, 7 juillet 1569) : « Io non ho scritto da un pezzo in qua a V. S. perché stavo su le mosse, né potevo credere che il Re non mi havessi a concedere il salvo condotto come non mi concedeva se non era l’occasione della morte di mio fratello, con la quale ho persuaso che mi vogli lasciar partire, acciò non stia con timore che il duca facci impiccar hor me in Parigi ».

46 B 9 inf., fol. 7r (Paris, non daté, mais avant avril 1570) : « Io ve ne vorrei parlare a bocca perché ci harei troppo a scrivere, et certo che chi ha occasione di esercitare la sua gioventù in questo modo come s’usa qua, può esser atto a far di quelle cose che non è atto forse nessun d’Italia, et di questo n’ho l’esperienza per le mani, et certo è gran ventura. Io so ben che Pier Vettori vorrebbe poter parlare latino, et continuamente, come sanno far questi putti », écrivait-il à propos de son premier emploi comme instituteur.

47 Ibid., fol. 11r (Paris, non daté).

48 Ibid., fol. 34r (Paris, « La sera di San Martino 1569 »).

49 Sur ses rapports avec Postel, cf. P. Simoncelli, La lingua di Adamo, op. cit.

50 G. Negri, « Corbinelli Giacomo », art. cit., p. 326. Preuve de ce sentiment sincère (plus de la part du « vieux » chancelier que du courtisan, qui nourrissait pour sa part quelques réserves), Michel de L’Hôpital dédia une épître horacienne à Corbinelli (où l’on peut lire « Tu servare modum nosti prope solus in aula / Et praeferre bonas inhonestis quaestibus artes »), dont le Florentin promettait d’envoyer une copie à Pinelli. Cf. R. Calderini-De Marchi, Jacopo Corbinelli, op. cit., p. 179-182. Une copie du testament du chancelier envoyée avec l’« épître horacienne » se trouve dans le recueil manuscrit de Pinelli conservé à la Biblioteca Ambrosiana de Milan, S 98 sup, fol. 168. Corbinelli disait de Michel de L’Hôpital « che non è malo huomo » et le comparait à Caton (T. 167 sup., fol. 38r).

51 Ibid., Paris, 16 février 1570, fol. 112r.

52 Ibid.

53 Ibid. Le terme « tavolaccino » signifie « serviteur ». Cf. le Vocabolario degli accademici della Crusca, In Venezia, Appresso Giovanni Alberti, MDCXII, sub voce « Tavolaccio » : « Dicesi far tavolaccio, che vale grande apparecchio. E forse da questo, a servo di magistrati, il quale, oltre agli altri servigi, gli serve a’ conviti loro, è detto tavolaccino » ; sub voce « Berroviere » : « Per donzello, tavolaccino, e simil ministr. della giustizia. Lat. accensus, apparitor ». On peut facilement consulter la version électronique du dictionnaire sur le site internet : http://vocabolario.biblio.cribecu.sns.it/Vocabolario/html/.

54 Corbinelli ne suivit pas le Duc à La Rochelle en 1573, et une lettre du nonce Antonio Maria Salviati, envoyée au cardinal de Côme Tolomeo Gallio le 10 août 1573, nous informe que « il re di Pollonia [Henry d’Anjou] comincia ad attendere alla lingua latina, et italiana, et si essercita con Iacomo Corbinelli Fiorentino che era a servitii di Mons. il Duca » (Correspondance du Nonce en France. Antonio Maria Salviati [1572-1578], I, 1572-1574, éditée par P. Hurtubise, Rome, École Française de Rome, 1975, p. 605).

55 B 9 inf., fol. 127r (Paris, 14 septembre 1570).

56 À propos de Donato Giannotti et de son utilisation de l’adjectif « tirannico » en un sens bartolien, cette idée a été très bien défendue par G. Silvano, « Introduction », in D. Giannotti, Republica fiorentina, op. cit., p. 7-52.

57 D. Giannotti, Republica fiorentina, op. cit., p. 255-256. Cf. R. von Albertini, Firenze dalla repubblica al principato, op. cit., p. 159.

58 G. Silvano, « Introduction », art. cit., p. 13.

59 Sur le projet d’édition de l’Apologia cf. P. Simoncelli, La lingua di Adamo, op. cit., p. 156-157.

60 B 9 inf., fol. 131r (Paris, 4 novembre 1570). R. Calderini-De Marchi, Jacopo Corbinelli, op. cit., p. 191 (les notes de Calderini-De Marchi sont reprises par N. Panichi, Plutarchus redivivus ? La Boétie e i suoi interpreti, Napoli, Vivarium, 1999, p. 20-22 et Bibliographie). Ce témoignage montra de façon incontestable la fausseté de la thèse d’Armaingaud (cf. désormais sur cette question M. Magnien, Étienne De La Boétie, Paris-Rome, Memini, 1997, Bibliographie des escrivains français 7, p. 77-82). Suivant R. Calderini-De Marchi, Corbinelli pourrait avoir vu un manuscrit de la Servitù Volontaria dans la bibliothèque d’Henri de Mesmes (cf. B 9 inf. fol. 60r), ou encore dans celle de Claude Dupuy qui en possédait une copie. Grâce à leur correspondance, nous savons maintenant que Gian Vincenzo Pinelli avait reçu de Dupuy les œuvres de Xénophon et de Plutarque traduites par La Boétie, ainsi que ses vers latins et français publiés à la demande de Montaigne chez l’imprimeur royal F. Morel en 1571. À ce sujet, cf. G. V. Pinelli et C. Dupuy, Une Correspondance entre deux humanistes, op. cit., I, p. 164 et II, p. 562.

61 Cf. S. Mastellone, Venalità e machiavellismo, op. cit., p. 52.

62 Sur ce point cf. D. Quaglioni, « L’iniquo diritto. Regimen regis e ius regis nell’esegesi di I Sam. 8, 10-17 e negli specula principum del tardo Medioevo », in Specula principum, éd. A. De Benedictis avec la collaboration de A. Pisapia, Frankfurt am Main, V. Klostermann, 1999 (Ius Commune 117), p. 209-242.

63 Du reste, l’auteur du Réveil prenait ouvertement position contre « ce méchant Florentin Machiavel » ainsi que contre les courtisans athées et épicuriens (cf. S. Mastellone, Venalità e machiavellismo, op. cit., p. 40-41). Il est intéressant de remarquer que dès le 4 octobre 1580 le nonce en France Anselmo Dandino écrivait à Rome qu’outre de nombreux livres hérétiques, les libraires français imprimaient et vendaient des pamphlets contre le roi et sa mère, comme le « Reveil-matin e la République di Jean Bodin » (Correspondance du Nonce en France, Anselmo Dandino. 1578-1581, éditée par I. Cloulas, Paris, Boccard, 1970, p. 744-745). Toutefois la fortune « anti-machiavélienne » de la Servitude volontaire n’implique pas que l’œuvre ait répondu à une intention anti-machiavélienne. La superposition de ces deux niveaux a provoqué pendant longtemps une polémique factice, déclenchée par l’essai de J. Barrère, Estienne de la Boétie contre Nicolas Machiavel. Étude sur les mobiles qui ont déterminé Estienne de la Boétie à écrire le « Discours de la Servitude volontaire », Bordeaux, A. Mollat, 1908. Sur tout cela cf. M. Magnien, Étienne De La Boétie, op. cit., p. 85-88.

64 B 9 inf., fol. 196v (Paris, 20 septembre 1577).

65 Cf. supra, note 30.

66 I. Gentillet, Discours contre Machiavel, op. cit., Troisième partie, Maxime VIII, p. 307.

67 Ibid.

68 Ibid., p. 308-309 : « La VII verité est, Qu’il est licite à chascun sujet, honnorable et meritable, d’occire un tyran par aguet et espiemens, et de dissimuler pour le pouvoir faire. Je le preuve premierement par l’authorité du Philosophe moral Bocace sus allegué. Item par l’exemple du Roy Jehu, qui dissimula d’approuver le service de Baal, pour attraper ses sacrificateurs, dont il est loué. Item par l’exemple de Joiada, que fit tuer Athalia par trahison, dont il est loué. Item de Judith, qui tua Holofernes par dissimulations, dont elle est louée. C’est la plus propre mort dequoy tyrans doyvent mourir que de les occire vilainement, par aguet et espiemens ».

69 T 167 sup., fol. 70r : « Scritta con sonno et quasi senza lume, perdonami V. S. Credo che noi siamo a XX di Dicembre 1580 ».

70 Ibid.

71 Je reprends l’expression « Repubblica fiorentina in esilio » à l’essai de P. Simoncelli, La lingua di Adamo, op. cit., p. 120.

72 T 167 sup., fol. 70r : « Il Re ama Parigi, ma i parigini non amano il Re. Non so quel che si sarà ». En ce sens, je partage les remarques de G. Procacci sur les apostilles machiavéliennes de Corbinelli (G. Procacci, Machiavelli nella cultura europea, op. cit., p. 462-463). Cependant, si l’on parle d’une pensée politique de l’exilé florentin, il faut moins la chercher dans ses idées sur la politique française que dans l’idéal d’une réforme de Florence qu’il poursuivit avec un intérêt toujours plus grand.

73 Cf. P. Simoncelli, Il cavaliere dimezzato. Paolo del Rosso fiorentino e letterato, Milano, Franco Angeli, 1990, p. 181-198.

74 Négotiations Diplomatiques de la France avec la Toscane, documents recueillis par G. Canestrini et publiés par A. Desjardins, Paris, Imprimerie Impériale, 1859, IV, p. 74. Cf. G. Benzoni, « Corbinelli Jacopo », art. cit., p. 755.

75 Négotiations Diplomatiques, op. cit., p. 112-113.

76 Ibid., p. 113.

77 Ibid., p. 132.

78 G. Benzoni, « Corbinelli Jacopo », art. cit., p. 755.

79 Sur Pier Capponi, voir la lettre de Saracini à François de Médicis, datée du 20 janvier 1578, in Négotiations Diplomatiques, op. cit., p. 136.

80 Saracini à François de Médicis, 2 février 1578, ibid., p. 138 : « Il signor Annibale Chiaramonte disse alli dì passati al secretario, che si guardasse, sapendo di certo che si trattavano pratiche per ammazzarlo ; poi venne da me e mi disse il medesimo, ma con espressa proibizione di non voler essere nominato in simile materia […] soggiungendo di più che tutte queste pratiche si trattavano in casa di Jacopo Corbinelli ».

81 Ibid., p. 432-434.

82 Ibid., p. 433.

83 Ibid.

84 Ibid., p. 434.

85 Sur tout cela je me permets de renvoyer à mon article « I primi editori dei Ricordi di Francesco Guicciardini e la tradizione aristotelica », in Aristotelian Political Tradition in the Renaissance : Between Familia and Civitas, Atti del meeting RSA-Chicago 29-31 march 2001, Torino, Giappichelli, à paraître.

Top of page

References

Electronic reference

Paolo Carta, « Les exilés italiens et l’anti-machiavélisme français au XVIe siècle », Laboratoire italien [Online], 3 | 2002, Online since 07 July 2011, connection on 25 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/366 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.366

Top of page

About the author

Paolo Carta

Paolo Carta enseigne l’histoire de la pensée politique à l’Université de Trente. Il s’est occupé de la fortune de Machiavel au XXe siècle, de la politique ecclésiastique européenne au XVIe siècle et de la circulation des idées politiques entre France et Italie à la fin de la Renaissance.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page