Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

La réception de Foscolo dans l’Italie fasciste

La ricezione di Foscolo nell’Italia fascista
Stéphanie Lanfranchi
p. 197-219

Abstracts

L’article analyse la réception de l’œuvre d’Ugo Foscolo et son évolution durant les années 1920 et 1930 en étudiant d’abord les critiques littéraires proches du régime fasciste. Tout en revendiquant une continuité avec la tradition critique du xixe siècle, ces critiques présentent des caractéristiques spécifiques, liées à un dessein plus général de réécriture de l’histoire littéraire italienne. Foscolo est présenté comme un héraut de l’italianité, dont la lecture est censée renforcer la conscience et l’orgueil de l’identité nationale, mais aussi, de plus en plus, comme un précurseur de multiples aspects de l’idéologie fasciste. À cette critique engagée dans un projet de légitimation historique du fascisme par le recours à des précurseurs supposés, s’oppose ensuite une nouvelle génération de foscolistes hostiles ou indifférents au régime qui, en affirmant l’autonomie et la primauté de l’art dans le texte littéraire, contestent le parti pris de ces lectures et donnent lieu à une polémique dont les enjeux ne sont pas que littéraires.

Top of page

Full text

  • 1 Plusieurs spécialistes de l’œuvre de Foscolo ont récemment souligné le désintérêt relatif de la cri (...)

1Le peu d’intérêt que les lecteurs et la critique témoignent à l’égard de l’auteur des Sepolcri aujourd’hui, et que relèvent parfois avec une pointe de regret les spécialistes de l’œuvre de Foscolo1, ne saurait faire oublier le succès dont celle-ci a joui à d’autres époques de l’histoire italienne. Auteur fétiche de Mazzini, Foscolo était sûrement parmi les écrivains italiens que la génération du Risorgimento a le plus lus, le plus aimés et érigés en modèle. Comment expliquer alors cet oubli relatif après la Seconde Guerre mondiale ?

2La période fasciste – qui sépare cette génération de celles de l’après-guerre – n’est pas étrangère au phénomène de désamour vis-à-vis de l’œuvre de Foscolo. C’est à cette époque en effet que la fortune de celle-ci connaît son apogée : son sort est ainsi lié à des interprétations et à des lectures qui portent profondément les traces de l’idéologie fasciste et qui marquent durablement de leur sceau la réception d’un classique de la littérature italienne.

  • 2 Cette prolifération n’est pas entièrement due aux célébrations liées au centenaire de la mort du po (...)

3Il n’est certes pas aisé de mesurer la fortune d’un auteur. Cependant, aussi bien d’un point de vue quantitatif que qualitatif, la prolifération d’ouvrages critiques, de monographies, de biographies, d’éditions critiques, d’articles dans les années vingt et trente2 est bien là pour témoigner d’un intérêt réel, riche et constant pour l’auteur. Nous nous trouvons face à une multitude de lectures de Foscolo qui, dans leur variété, témoignent de la vivacité du débat autour de son œuvre et de sa pensée ; un débat où s’expriment aussi bien des critiques fascistes – et nous verrons que les courants fascistes sont nombreux et qu’ils n’offrent pas toujours une interprétation unique des mêmes textes – qu’antifascistes.

  • 3 C’est à partir de 1933 que sortent, par exemple, les premiers volumes de l’édition nationale des œu (...)

4La critique de Foscolo, dès les années vingt, ne se pose pas en rupture avec celle qui l’a précédée. Un effort réel est fait pour combler les lacunes bibliographiques que déplorent les spécialistes, et pour offrir un plus vaste choix d’éditions critiques de qualité3. Mais cela se fait sans remettre en cause les méthodes et les principaux résultats de la critique du xixe siècle et du début du xxe. La plupart des lectures fascistes s’inscrivent au contraire dans une tradition critique, dont elles reprennent les formules – celle de poeta-vate utilisée par Mazzini jouira par exemple d’un succès durable –, et les partis pris méthodologiques. Le metodo storico et son approche philologique érudite du texte littéraire, bien que datant plutôt du début du siècle, restent encore un modèle, notamment avec les travaux de Michele Barbi ou de Vittorio Cian. D’une façon plus générale l’essence de la critique du siècle précédent et son approche de l’œuvre de Foscolo sont confirmées, car elles restent d’ordre moral et idéologique, et non pas esthétique. Ce sont par ailleurs les mêmes textes de Foscolo qui, dans cette optique, sont le plus cités et étudiés : le roman épistolaire, les sonnets, les Sepolcri, et, de plus en plus, les écrits politiques.

5S’il y a une continuité certaine et revendiquée avec les résultats critiques antérieurs, une évolution est cependant indéniable dans les lectures de Foscolo que nous offrent les années vingt et trente. Cette évolution est d’autant plus frappante qu’elle ne relève pas, dans la plupart des cas, d’un changement dans l’approche du texte qui reste traditionnelle, mais de l’interprétation idéologique des contenus de l’œuvre qui reflète davantage une transformation du climat politique. C’est ainsi que se dessine, au sein de la critique sympathisante du régime, un phénomène de fascistizzazione progressive du discours sur Foscolo. On passe en effet de la sensibilité typiquement sansepolcrista pour les thèmes de l’activisme et de l’héroïsme chez Foscolo dans les années vingt, à une attention beaucoup plus soutenue dans les années trente pour les écrits sur l’État.

  • 4 Pour la définition des Due Italie, voir le discours de Gentile prononcé le 8 mars 1925 dans la Sala (...)

6Mais tout au long de la période l’intérêt pour Foscolo reste constant, car dans le projet de reconstruction d’une histoire littéraire et intellectuelle de l’Italie conçu par Giovanni Gentile, et repris par la plupart des critiques dont nous analyserons les travaux, Foscolo est un des « anneaux » qui permet de relier le fascisme à une tradition romaine, puis italienne, et qui marque le début de cette Italie nouvelle, la Seconda Italia, dont le fascisme était censé être le véritable aboutissement4.

Foscolo éducateur et « prophète » du fascisme

  • 5 G. Vidari, « Intorno al valore educativo dell’arte foscoliana », dans Studi su Ugo Foscolo, Turin, (...)

7Les critiques des années vingt sont particulièrement sensibles au charme que Foscolo exercerait, selon eux, sur le public contemporain, et notamment sur les plus jeunes. Et c’est justement parce qu’ils prennent d’abord en compte ce public jeune, dont ils considèrent le caractère malléable et influençable, que leurs jugements sur le poète et sur son œuvre sont souvent accompagnés de considérations didactiques et de débats sur la responsabilité morale et pédagogique de cette lecture dans la formation des esprits. Il ne s’agit guère, en réalité, d’une problématique nouvelle, car au siècle précédent déjà elle avait donné lieu à de nombreuses polémiques. Si Mazzini avait toujours affirmé la valeur d’exemplum que Foscolo devait représenter pour les générations de la Nuova Italia, celle-ci était en revanche vivement contestée par Tommaseo et par tous ceux qui, comme lui, s’inscrivaient dans une tradition de pensée catholique et libérale et soulignaient l’immoralité d’un livre tel que l’Ortis, justifiant le suicide. De fait, la question de la moralité de la pensée de Foscolo est si épineuse qu’elle n’est pas encore tout à fait close à la fin des années vingt. C’est ce que prouve un article de 1927 dans lequel l’auteur se demande encore : « Comment résoudre le contraste entre la puissance éducative tant célébrée de l’art de Foscolo et son scepticisme radical quant à la justification objective des idéaux moraux5 ? » Si la question reste ouverte, on peut néanmoins affirmer sans hésitation que le parti pris de la critique des années vingt s’inscrit, dans son ensemble, dans la continuité de Mazzini et non de Tommaseo.

8Dans la plupart des cas, on juge en effet que le scepticisme et le pessimisme athée de Foscolo ne sont que des fragments, somme toute négligeables, de sa pensée. Ils ne forment pas une doctrine cohérente et de ce fait ne constituent pas un danger moral pour les jeunes lecteurs ; ils ne remettent donc pas en cause l’impact généralement positif de cette lecture. La portée éducative de la poésie de Foscolo est au contraire considérée comme doublement efficace. Elle est d’une part esthétique – le « jeune esprit » est transporté par la beauté du vers, porteuse de spiritualité – et d’autre part morale, grâce à l’héroïsme des sentiments évoqués.

9Cette considération sur la vertu formatrice de l’œuvre de Foscolo s’élargit ensuite, jusqu’à englober un public plus important, qui n’est plus seulement composé des jeunes générations, mais du peuple italien dans sa totalité. Foscolo est alors présenté comme le poète qui s’est chargé d’éduquer ce peuple, de lui donner des valeurs aptes à devenir les colonnes portantes d’un idéal commun de patrie. Il devient un éducateur national et sa poésie un ciment idéologique national qui, de ce fait, a encore un rôle à jouer dans l’Italie issue du Risorgimento.

  • 6 B. Mosca, « … fuor del pelago alla riva ». Commemorazione foscoliana, discours prononcé en janvier (...)

10Ce rôle ne peut être dissocié, dans la rhétorique typique des années vingt, de la problématique de l’homme de lettres et de sa fonction au sein de la société civile et politique. Il s’agit d’une constante dans les œuvres théoriques de Giovanni Gentile et dans nombre de discours officiels, qui n’ont pas de mots assez durs pour qualifier ces letterati qui dans l’histoire italienne se sont réfugiés dans leur art comme dans une Tour d’ivoire et ont regardé les évènements du monde dalla finestra, sans jamais s’engager personnellement. Foscolo représente à cet égard l’opposé du letterato, lui qui a assumé et revendiqué la dimension morale et politique de son activité, et qui n’a guère hésité à mettre sa propre vie en danger en tant que soldat. La critique parle volontiers de sa conception de l’art comme d’un « sacerdoce moral », comme d’une mission qui consisterait à former une conscience nationale forte. Elle ne tarit pas d’éloges : « Après deux siècles de poésie sans conscience, lâche, charlatanesque, pédante, adulatrice, voilà enfin un vers qui crée et ne chante point seulement ; et il crée la nouvelle morale », pouvait-on entendre dans un des discours commémoratifs de 19276. On remarque d’ailleurs, à ce propos, que la critique n’hésite pas à attribuer à Foscolo ce leitmotivde la propagande fasciste, en insistant très lourdement sur les jugements négatifs qu’il aurait formulés à l’égard de ces hommes de lettres qui se tenaient à l’écart des événements historiques. En revanche, cette même critique se garde bien de mettre en évidence son éloignement et son désengagement croissants face à l’actualité politique italienne, en particulier après 1815. Elle ne relève pas non plus la permanence que certains critiques antifascistes, quant à eux, perçoivent tout au long de l’iter littéraire du poète, d’une conception de l’art et de la beauté comme refuge, comme unique vérité dans un monde où tout est illusion. C’est en définitive l’idéal de l’intellectuel militant, engagé dans la révolution fasciste, qui se reflète dans ce portrait de Foscolo, que la propagande veut ériger en modèle.

  • 7 A. Marpicati, Il Dramma politico di Ugo Foscolo, Milan, Alpes, 1928, p. 192.

11Dans les années trente, on retrouve la même idée de « sacerdoce moral », mais exacerbée, et revêtue d’une dimension encore plus solennelle. Foscolo aurait eu la volonté et le dessein de parvenir par son art à « reconstruire dans l’esprit des Italiens la conscience civile et la religion nationale7 ». Le terme de religion est récurrent désormais, et désigne plus qu’un simple sentiment patriotique, car il relève de la foi et de l’obligation morale :

  • 8 G. Dolci, Foscolo, Messine, Casa Editrice Giuseppe Principato, 1936, p. 370.

La patria è al centro e in cima all’anima del Foscolo, non come astrazione o motivo di retorica o diversivo o facile ripiego alla mancanza d’ispirazione originale, ma come realtà concreta, vivente, tragica, dolorosa, come imperativo morale e politico8.

  • 9 On renverra notamment à l’introduction et aux chapitres ii et v d’Emilio Gentile, Il Culto del litt (...)
  • 10 Pour une analyse du régime fasciste comme tentative de mise en place d’un « État éducateur », et la (...)
  • 11 C’est ainsi qu’Arturo Marpicati formule son adresse aux lecteurs en exergue de son anthologie de te (...)

12Ces considérations révèlent un lieu commun de la rhétorique de cette décennie qui dépasse largement les frontières de la critique littéraire. Avec l’instauration du régime fasciste, on assiste en effet au développement d’un phénomène de sacralisation de la politique. On pourrait ainsi aisément insérer cette réception particulière de l’œuvre de Foscolo parmi les exemples que cite l’historien Emilio Gentile dans Il culto del littorio9 pour décrire la véritable liturgie politique que met en place le régime. La poésie de Foscolo n’est plus seulement éducative, elle est aussi investie d’une fonction liturgique moderne en ce qu’elle alimente le culte de la patrie propre au fascisme ; et ce culte n’a plus grand chose en commun avec le patriotisme du siècle précédent. De la lecture pédagogique et éducative on est donc passé dans les années trente à une forme de catéchisme politique qui s’adresse toujours de préférence aux plus jeunes, et qui répond à une stratégie fasciste de plus grande envergure, celle d’un « État éducateur » qui forme la conscience de l’uomo nuovo10. Foscolo devient alors une sorte de professeur et de prêcheur idéal, qui éduque les jeunes consciences aux principes fondateurs du patriotisme et du fascisme, et que les critiques recommandent vivement à la lecture des « Jeunes fascistes de l’avant-garde, orgueil de la Patrie et de Mussolini11. »

13Mais si pour la critique fasciste Foscolo est un éducateur du peuple, avec une mission politique et civile qui s’inscrit dans un contexte historique précis, il est aussi, et peut-être surtout, le précurseur d’événements historiques advenus après sa mort. Il s’agit là d’un thème récurrent, que la critique du xixe siècle avait déjà amplement développé, en particulier avec Mazzini. La célèbre formule de poeta-vate désignait le caractère avant-coureur de la pensée de Foscolo qui annonçait déjà en partie l’esprit du Risorgimento. Cette formule jouit d’un large succès dans les années vingt, où l’on insiste beaucoup sur l’influence que Foscolo aurait exercée sur la génération qui devait réaliser l’unité italienne, et ce même dans ses œuvres les plus pessimistes. Ces dernières auraient néanmoins, dans leur désespoir, indiqué à la postérité la voie du Risorgimento et la foi en l’avenir glorieux de la patrie.

14L’image d’un Foscolo prophète convient parfaitement, d’autre part, à cette critique fasciste toujours très sensible aux arguments irrationnels, aux thèmes de la vision et à un patriotisme à la connotation spirituelle très forte, alors qu’elle ignore le contenu matérialiste et pessimiste de la pensée du poète. Ce parti pris interprétatif est surtout manifeste dans la lecture des Sepolcri. Cette œuvre est le plus souvent perçue comme profondément religieuse, car le poète parviendrait, grâce à sa foi et à une tension poétique et spirituelle extrême, à transmettre l’expérience de sa « vision », tout comme Dante l’avait fait avant lui :

  • 12 V. Rossi, « L’anima e la poesia di Ugo Foscolo », Educazione fascista, an VI, 1, janvier 1928, p. 1 (...)

Egli cantò, rivelandola primo, la poesia dell’anima italiana memore della sua storia dolorosa e gloriosa e tesa verso una nuova storia di sacrificio e di grandezza. […] non ci fu, dopo Dante, spirito di poeta, che vivesse in più stretta comunione del Foscolo, con la storia passata e presente del suo popolo. […] Dalla meditazione del passato, il solitario attinge ispirazione d’amore e di speranza, ed esce italico vate, destinato a cantare i novelli eroi della patria12.

15Ce qui caractérise la lecture fasciste du thème mazzinien du poeta-vate, c’est en fait moins l’image d’un poète-prophète que le contenu même de la prophétie. Dans les années vingt on remarque déjà une tendance confirmée dans la décennie suivante, qui consiste à ne point limiter la vision de Foscolo au Risorgimento, mais à l’étendre jusqu’à un point toujours plus récent de l’histoire, c’est-à-dire à la participation de l’Italie à la première guerre mondiale, et enfin à la « Révolution fasciste ».

  • 13 Giovanni Gentile revient à de très nombreuses reprises sur ce sujet, mais nous citerons surtout I P (...)

16Cette extension de la prophétie, qui transforme ipso facto Foscolo en prophète du fascisme, paraît d’autant moins abusive aux critiques des années trente que, dans d’autres domaines, les autorités compétentes de l’historiographie de l’époque tel Gioacchino Volpe, ou de l’histoire de la pensée théorique et philosophique, comme Giovanni Gentile, cherchent à établir une continuité et une filiation idéales entre le mouvement du Risorgimento et l’avènement du fascisme qui viendrait le compléter et le couronner. Dans cette optique, des personnages tels que Foscolo se révèlent particulièrement « utiles » car ils constituent le lien entre tradition et modernité, passé et présent, tout en restant attachés à une image strictement nationale. Cela permet ainsi de nier toute influence étrangère, et en particulier française, dans le processus du Risorgimento, et de renforcer l’hypothèse, avancée par Gentile, d’une révolution fasciste fondée sur la tradition nationale13 :

  • 14 V. Rossi, « L’anima e la poesia di Ugo Foscolo », art. cité, p. 16

Travalicando tutta la prima fase del Risorgimento politico, [Foscolo] si congiunge a noi, a questa Italia ringiovanita e ravvalorata dalla guerra e dalla novissima rivoluzione, che egli presagiva con mesto e dubbioso desiderio, scrivendo : « Se verrà un giorno l’Italia vera, io l’avrò giudice pia14. »

Foscolo, poète de l’italianité

17La volonté de rendre le processus du Risorgimento autant que possible nostrano, indigène, reflète un souci constant de l’historiographie et de la critique littéraire fascistes : prouver la totale italianité des événements marquants et des principales œuvres d’art de l’Italie. Le terme d’italianité revient si souvent dans les ouvrages critiques sur Foscolo dès les années vingt, qu’il paraît indispensable d’en proposer une définition, bien que les auteurs qui l’emploient à de si nombreuses reprises ne s’embarrassent jamais de le faire. En effet il recoupe des valeurs assez vagues, dont on ne perçoit la portée originale qu’en les distinguant du patriotisme, auquel elles sont toujours associées.

18Amour de la patrie et patriotisme sont probablement parmi les concepts les plus fréquemment utilisés par les critiques des années vingt, pour exprimer le terreau idéologique de toutes les œuvres de Foscolo. L’Italie est partout, même dans les textes – comme les Grazie notamment – qui semblent très éloignés de ce type de thématiques. Mais il s’agit d’une clef de lecture communément admise, et confortée par toute une prestigieuse tradition critique qui remonte, nous l’avons dit, jusqu’à Mazzini. La nouveauté qu’introduit l’idée d’italianité réside essentiellement dans la définition négative qu’elle propose de l’identité italienne. Il ne s’agit plus seulement désormais, comme dans la perspective patriotique, de rechercher les caractères propres d’une nation qui cherche à réaliser sa construction et son indépendance, mais plutôt d’exclure tout ce qui n’est pas proprement et entièrement italien. L’italianité est donc avant tout une définition négative qui conduit à la « révision autarcique » du patrimoine culturel et historique. Dans cette optique, les analyses des textes de Foscolo se déploient sur deux fronts en particulier : il s’agit d’une part de démontrer que les sources et les références majeures de l’auteur sont italiennes et, d’autre part, d’inscrire celui-ci dans un patrimoine national pour qu’il serve à son tour de relais dans ce jeu strictement indigène de filiations et d’influences entre les grands hommes de la pensée et de la littérature italiennes.

19Le premier versant de ce projet critique s’articule autour des travaux sur les sources, et autour de l’éternel débat qui oppose la vision d’un Foscolo à la sensibilité poétique classique, à celle d’un précurseur du mouvement romantique. Ces deux domaines classiques de la critique prennent ici néanmoins des teintes idéologiques tout à fait inédites.

  • 15 A. Rostagni, Poesia e estetica classica, Turin, Loescher, 1927, p. 20-21.

20La plupart des critiques fascistes s’accordent pour affirmer que c’est le modèle latin, en tant que couronnement de l’ordre et de l’harmonie propres à l’esprit classique, qui a inspiré l’écriture de Foscolo. Dans cette recherche d’une italianité, la revendication de ce modèle comporte de fait une double négation. Tout d’abord, on refuse la composante hellénique dans la formation artistique du poète, car l’affirmation de Rome se fait en général toujours contre Athènes : « […] la littérature latine […] occupe une position qui lui est propre, avec des tendances intellectuelles et esthétiques particulières qui la démarquent déjà du caractère grec et qui la poussent plus loin, plus près de nous les Modernes15 ». Mais l’héritage classique est aussi systématiquement mis en opposition avec les courants de pensée modernes qui ont conduit à la Révolution Française, et s’enrichit ainsi d’une portée idéologique remarquable. Dans cette perspective en effet, la poésie de Foscolo devient :

  • 16 L. Rizzo, La Poesia sepolcrale in Italia, Naples, Perrella Editore, 1927, p. 191.

[…] la vittoria del Classicismo in tutte le sue manifestazioni più fervide di armonia, ordine, ricostruzione. Ricostruzione, soprattutto, della Patria, alla quale si può pervenire solo rigenerando la coscienza nazionale. E la vittoria del Classicismo si afferma sull’anarchia del Romanticismo16.

21Le refus de l’influence romantique de la part des critiques fascistes doit être néanmoins nuancé. Ils ne peuvent certes pas ignorer le rôle exercé par le courant romantique sur le réveil des nationalismes en Europe, et en particulier sur le processus qui a mené au Risorgimento italien. Or le fascisme tient à se présenter toujours comme la continuité et l’aboutissement de ce processus. Il s’avère donc nécessaire de distinguer le romantisme politique, qui a conduit aux mouvements d’indépendance nationale divers peuples européens au xixe siècle, d’un romantisme largement représenté par la pensée de Rousseau :

  • 17 F. Carli, « Classicismo, romanticismo e fascismo », Nuova Antologia, novembre-décembre 1927, p. 168

Siano grazie a questo romanticismo politico, senza il quale noi non avremmo avuto l’integrazione della Patria : ma non è contro di esso che il Fascismo reagì, è contro la sua degenerazione ; è soprattutto contro l’ispirazione roussoista del romanticismo politico che il Fascismo reagì. Perché accanto al Romanticismo dei liberatori della Patria, ci fu quello di coloro che, consapevolmente o inconsapevolmente, dissolvevano le patrie e la vita sociale17.

  • 18 Cette citation est tirée de l’article « Foscolo » de l’Enciclopedia italiana treccani dans la premi (...)

22Rousseau constitue un modèle qu’il s’agit à tout prix de nier. Il est en effet tenu pour responsable, dans le domaine littéraire, de la « maladie du siècle », c’est-à-dire du sentimentalisme exacerbé, de la mélancolie morbide qui s’oppose à la vision fière, active et héroïque du poète que tient à véhiculer l’imaginaire fasciste ; et dans le domaine politique l’incompatibilité des théories de Rousseau avec l’idéologie fasciste semble totale. On cherche donc à minimiser l’influence de Rousseau sur Foscolo, aussi bien dans la formation de ses idées politiques que comme modèle littéraire. Les nombreux travaux sur les sources des Ultime lettere di Jacopo Ortis tendent par exemple à refuser la ressemblance et le lien avec les romans épistolaires de Goethe et de Rousseau, pour affirmer au contraire l’originalité absolument indigène de cette œuvre. Malgré certaines influences indéniables, selon les critiques des années trente qui radicalisent cette position, « il est certain que notre poète […] a su tout transformer et retravailler, et qu’il a donné à tout un aspect nouveau, une forme nouvelle, une empreinte nouvelle et une couleur nouvelle et originale18 ».

  • 19 C’est ce que soutient notamment Carlo Morandi, dans son article « L’attività politica del Foscolo n (...)

23Le souci d’italianité est peut-être encore plus manifeste dans les biographies de Foscolo, fort nombreuses aussi bien dans les années vingt que dans les années trente. Si aucun biographe sérieux ne peut faire l’impasse sur les premières convictions politiques de Foscolo, où se ressentent manifestement les échos des idées jacobines et de la philosophie des Lumières, celles-ci sont systématiquement associées à la « naïveté » et à « l’immaturité » de la jeunesse. Elles ne constituent finalement, dans cette optique, qu’un moment nécessaire dans sa formation, destiné à être dépassé par l’expérience et la réflexion. Dans la réécriture fasciste de la biographie foscolienne, tous les événements et toutes les œuvres sont ainsi présentés comme les étapes d’un chemin qui s’éloigne progressivement des utopies et des illusions françaises. Les espoirs politiques cristallisés autour du personnage de Bonaparte, déçus ensuite par le traité de Campoformio, rentrent parfaitement dans ce schéma « gallophobe ». L’année 1798 devient celle de la clarification politique de Foscolo, qui devancerait en cela la majorité des hommes de lettres de son époque. Les biographes insistent notamment sur les articles publiés cette année-là sur le Monitore italiano, qui témoigneraient de sa condamnation désormais sans appel du courant démocratique, considéré comme « démagogique19 ».

24Dans ce portrait de la vie de Foscolo – qui ressemble étonnamment à un parcours cathartique, menant de l’obscurité des illusions jacobines à la lumière d’une conception plus mûre et plus réaliste de l’histoire et de la politique – le rôle que les biographes attribuent à sa lecture des Classiques de la littérature latine et italienne est tout à fait central. Des auteurs tels que Machiavel, Vico, Alfieri et Cuoco sont présentés comme autant d’antidotes à la gangrène idéologique française dans la formation politique et artistique du poète. Après l’égarement de la jeunesse, l’ayant conduit vers des idées et des œuvres étrangères, Foscolo retrouve la strada maestra de la tradition italienne dans laquelle il s’inscrit. C’est là le second versant de cette quête de l’italianité que nous avions signalée, qui caractérise notamment la critique fasciste des années trente. Il ne s’agit plus désormais d’un travail érudit de recherche des sources, mais d’une véritable reconstruction historique, qui tend à prouver que Foscolo fait partie intégrante d’un mouvement, du développement d’une idée politique qui mène de Rome à Mussolini.

  • 20 C. Del Vento, « Un allievo della Rivoluzione ». Ugo Foscolo dal « noviziato letterario » al « nuovo (...)

25C’est dans ce sens que sont interprétées certaines œuvres de Foscolo telles que le sonnet Te nudrice alle muse…,où il défend la poésie latine contre le projet de loi proposé par Giuseppe Lattanzi et discuté au Grand Conseil de la République Cisalpine en août 179820. Il était question de remplacer l’enseignement du latin par celui du français, or Foscolo s’y opposa fermement en revendiquant l’importance de l’apprentissage du latin pour défendre l’Italie de l’invasion linguistique et politique française. Le patrimoine culturel latin acquiert ainsi une valeur politique pour la critique. Comme l’écrit Arrigo Solmi :

  • 21 A. Solmi, L’Idea dell’unità italiana nell’età napoleonica, Modène, soc. tip. Modenese, 1934, p. 110

Nonostante la sua servitù, nonostante le sue divisioni, l’Italia aveva conservato fino allora integro il patrimonio della sua latinità, estrema reliquia dell’antica possanza, e questa latinità restava sempre a base del suo diritto. Il sonetto a difesa della lingua latina […] muove dall’esaltazione dell’antica civiltà, rimasta integra nella lingua e nei costumi italiani, per affermare una continuità storica21.

26Cet extrait nous montre clairement que les critiques fascistes insistent assez lourdement sur l’exaltation de la grandeur de Rome dans les écrits politiques de Foscolo, alors que celle-ci caractérise davantage, et avant tout, l’idéologie fasciste. La foi en une « mission universelle » de Rome que le régime doit mener à bien, le sens de l’ordre et de la discipline, ainsi que le modèle d’un État fort et stable sont les trois principes inspirés de cette prétendue filiation avec le patrimoine latin ; ce n’est donc pas un hasard, comme nous le verrons, si la critique cherche justement à les retrouver dans la « doctrine » politique attribuée à Foscolo.

  • 22 A. Marpicati, « Dante e il Foscolo », Civiltà fascista, an VI, 4, avril 1939, p. 333.
  • 23 C’est ce que soutient par exemple Aida Cavazzani Sentieri dans son essai Ugo Foscolo e i primordi d (...)

27Plus encore que l’héritage romain, la critique proche du régime cherche à identifier des relations de continuité qui lient de façon exclusive Foscolo à la tradition italienne. Une grande attention est ainsi portée aux écrits sur Dante et sur Machiavel en particulier, car leurs œuvres sont considérées comme un « rempart » contre toute influence étrangère. Dante devient alors une garantie d’italianité du point de vue de la langue, lui qui est défini par Foscolo comme « le correcteur et le sauveur des Lettres et de la langue italienne au siècle de la Révolution Française22 ». Machiavel est présenté comme l’auteur italien qui aurait contrecarré l’influence exercée par les idées jacobines sur le jeune esprit de Foscolo : c’est de lui qu’il aurait hérité son réalisme politique mais aussi, selon certains critiques, l’affirmation de la nécessité de la violence et surtout du recours à un « chef23 ».

28Symbole et concrétisation de cette conception particulière de l’italianité, l’église de Santa Croce – déjà célébrée dans les Sepolcri pour son rôle fédérateur vis-à-vis du peuple italien – devient l’icône préférée de la critique fasciste. Elle accueille en effet les tombeaux des grands hommes, parmi lesquels Dante, Machiavel et, bien sûr, Foscolo, perpétuant ainsi le prestige de la tradition italienne. Elle réunit de fait la plupart de ces figures de l’histoire culturelle italienne que le fascisme essaie de présenter comme autant de précurseurs de son idéologie, de façon à lui donner une légitimation historique et une assise dans le patrimoine culturel national.

Entre activisme et doctrine de l’État : à la recherche d’un précurseur de l’idéologie fasciste

  • 24 Outre le célèbre dernier vers de Forse perché della fatal quiete : « quello spirto guerrier ch’entr (...)
  • 25 D. Spadoni, « Il Foscolo cospiratore nel 1813-1814 », dans Studi su Ugo Foscolo, Turin, Chiantore, (...)
  • 26 L’hypothèse de Spadoni suscite aujourd’hui encore des débats parmi les spécialistes de l’œuvre de F (...)

29De façon tout à fait récurrente et significative, la critique fasciste des années vingt insiste sur les récits – romancés et parfois même hyperboliques – des faits et gestes du poète. Elle trace ainsi le portrait d’un homme de lettres pour qui l’action a toujours primé sur la pensée et sur la parole ou, mieux encore, pour qui la parole elle-même était une forme d’action, une arme pour intervenir sur la réalité du monde. Ces récits mettent notamment en relief l’héroïsme dont aurait fait preuve le poète lors des batailles, et opèrent une sorte de transposition anachronique du mythe du poète-soldat de la Grande Guerre. Ils aiment à revenir en particulier sur le « sentiment militaire » que Foscolo aurait exprimé dans ses actes et également dans certains textes24. Ils développent parallèlement l’hypothèse d’une conjuration avortée en avril 1814, dont il aurait été à l’origine, dans le but de réaliser par d’autres moyens l’indépendance italienne qu’il voyait si compromise. Cette thèse, formulée dans un article de 192725, jouit d’un très large succès dans les années trente, et est même admise, après la guerre, par une partie de la critique plus récente26. Elle conforte bien évidemment l’idée d’un activisme et d’un héroïsme irréductibles de Foscolo, faisant toujours face aux aléas de l’histoire. Ces traits supposés de son caractère sont d’ailleurs souvent comparés à ceux de son personnage Jacopo Ortis. Mais alors que ce dernier se suicide, Foscolo dépasserait le désespoir suscité par la condition misérable de l’Italie pour en arriver à un activisme plus constructif, qui se manifeste d’abord dans son engagement comme soldat, puis dans la décision finale de l’exil.

  • 27 A. Marpicati, Il Dramma politico di Ugo Foscolo, op. cit., p. 112 et passim.

30Même s’il s’agit de thèmes récurrents tout au long de la période fasciste, on peut néanmoins déceler un léger glissement dans les années trente. Les critiques ont désormais tendance à donner une dimension plus tragique à la biographie de l’auteur, surtout dans le récit de ses expériences guerrières et de ses années d’exil. C’est ainsi que, dans un manuel pour lycéens, on souligne par exemple la volonté de Foscolo, pourtant promu capitaine, de vivre « la vie dure des soldats », ou que l’on décrit minutieusement l’épisode de sa blessure à la cuisse27. Et c’est aussi dans des termes hyperboliques que la critique fasciste dans son ensemble parle du « sacrifice » de l’exil :

  • 28 G. Dolci, Foscolo, op. cit., p. 138.

È questo il momento eroico della vita di Ugo ; gli elementi politici, estetici, morali del suo pensiero si uniscono a creare in lui la figura esemplare che ha la fatalità degli eroi, la necessità delle idee vittoriose, la bellezza del sacrificio dei martiri28.

  • 29 Nous renvoyons pour ces formules à la distinction désormais classique proposée par Renzo De Felice (...)

31Au fond l’activisme de Foscolo, bien qu’il constitue un trait du personnage sur lequel les critiques continuent à revenir de façon constante, n’est pas perçu de la même façon tout au long du Ventennio. À bien y regarder, c’est un thème auquel sont plus sensibles les fascistes des années vingt en ce qu’il renvoie aux mythes de la guerre, de la jeunesse combattante et vigoureuse. Et ce sont là les mythes fondateurs d’une certaine idéologie fasciste liée aux souvenirs du squadrismo, au sansepolcrismo et à l’époque du « fascisme-mouvement29 ». Dans les années trente en revanche, l’exaltation de l’activisme de Foscolo ne se fait plus dans les mêmes termes : il s’agit plutôt de dramatiser le récit de ses faits et gestes, afin de le présenter comme un martyr. Nous retrouvons alors dans la construction du mythe du martyr un autre élément qui relève de la liturgie politique des années trente, et de cette sacralisation du discours politique que nous avons déjà évoquée.

32Pour les critiques fascistes des années trente, qui s’intéressent désormais plutôt aux écrits politiques dans lesquels il élabore une théorie de l’État, l’activisme de Foscolo ne constitue plus l’enjeu majeur du point de vue idéologique. L’existence même d’une véritable théorie de l’État dans la pensée de Foscolo est en réalité contestable : ses écrits nous livrent en effet des fragments épars, sans formulation linéaire d’une doctrine politique. C’est pourquoi la critique avait renoncé auparavant à parler de théorie ; et, bien qu’elle s’intéressât aux idées politiques de Foscolo, elle concentrait son attention sur certains passages précis, qu’elle considérait de façon isolée, sans chercher à les intégrer dans un système unifiant. La grande nouveauté des années trente consiste justement à ne plus les envisager comme des fragments épars, mais comme les éléments d’un système. Or, on comprend bien les risques de déformation qui naissent de ce projet de reconstitution d’une doctrine politique qui, stricto sensu, n’existe pas. Pour combler les lacunes ou remédier aux contradictions que présentent les écrits politiques inachevés et non systématiques de Foscolo, les critiques reprennent généralement çà et là les éléments qui servent le mieux leur propre propos et écartent tout simplement ceux qui le réfuteraient. Grâce à ce procédé méthodologiquement contestable, ils n’ont aucun mal à élaborer des théories qui semblent annoncer l’idéologie fasciste. Comme l’écrit Arturo Marpicati :

  • 30 A. Marpicati, Il Dramma politico di Ugo Foscolo, op. cit., p. 5 et passim.Les italiques sont de l’a (...)

Le sue idee non sono tutte accettabili, ma molte sul concetto dello Stato, sulla forza, sulla demagogia, sulle sette, sull’educazione militare della gioventù, e via dicendo, hanno così autentico gusto e piglio mussoliniano, che colorano e illuminano spesso la sua prosa d’un avvincente fascino attuale30.

33Dans ce cas aussi le nouveau climat politique des années trente peut expliquer, du moins partiellement, cette tendance de la critique fasciste dans la lecture des œuvres de Foscolo. Désormais, au « fascisme-mouvement » qui déterminait la sensibilité aux thèmes de l’activisme, succède un second moment de l’histoire fasciste, le « fascisme-régime » qui s’articule autour de la définition du rôle absolu de l’État, la mise en place du régime totalitaire.

  • 31 Pour l’idée de « sacrifice » de la pensée de Foscolo par Salvatorelli nous renvoyons à l’ouvrage de (...)
  • 32 C. Curcio, L’Eredità del Risorgimento, Florence, La Nuova Italia, 1931.

34C’est en effet à l’élaboration d’une théorie de l’État que sont consacrées les études les plus importantes sur la pensée de Foscolo dans les années trente, menées non seulement par des critiques littéraires, mais aussi par des historiens et en particulier des spécialistes de l’histoire de la pensée politique. Il convient par ailleurs de remarquer que c’est un antifasciste qui formule de la façon la plus explicite l’interprétation selon laquelle Foscolo aurait souhaité un État qui ne différait pas, somme toute, de celui réalisé par le fascisme un siècle plus tard. Luigi Salvatorelli – dont l’ouvrage Il Pensiero politico italiano dal 1700 al 1870, publié en 1935, constitue une œuvre importante de la culture antifasciste – « sacrifie » Foscolo d’une certaine façon au profit d’autres auteurs italiens, en acceptant la lecture antidémocratique et fascisante qu’on en donnait31. Il contribue surtout, avec l’historien Carlo Curcio, proche du régime, à faire de Foscolo le précurseur de l’idée d’un État national32. Selon Salvatorelli, on retrouve dans la pensée de Foscolo l’idée, propre à Hobbes, d’un état de nature où règnerait la condition d’un bellum omnium contra omnes. Par conséquent, seul l’établissement de l’État pourrait garantir une possibilité de justice et de paix par le biais de la force. Pour Curcio, la conception de l’État serait indissociable chez Foscolo de sa conscience patriotique. La révolution italienne devait réaliser l’indépendance de la patrie, mais surtout aboutir à la création d’un État unitaire, capable de renouer avec une tradition nationale et en même temps d’ouvrir sur une période nouvelle. Ces deux lectures, bien que faisant appel à deux traditions de pensée différentes (Hobbes d’une part, l’essor des nationalismes dans l’Europe du xixe siècle de l’autre), conviennent en fin de compte à la vision de l’État dessinée par les idéologues fascistes, et en particulier par Giovanni Gentile, qui présente l’État comme la solution au problème identitaire des Italiens, et comme l’instance politique suprême, condition indispensable pour une véritable liberté collective et individuelle.

  • 33 C’est par exemple la conclusion à laquelle arrivent Uberto Rivarola, dans Le idee politiche di Ugo (...)

35La question de l’État a partie liée avec de nombreuses problématiques en matière politique, qui suscitent de riches débats au sein de la critique des années trente. Les discussions s’articulent tout d’abord autour de la définition de la nature du régime souhaité par Foscolo. Nous trouvons ainsi quelques critiques qui renvoient à sa préférence – affirmée à de nombreuses reprises – pour le modèle républicain. Mais le plus souvent ce sont les textes tardifs du poète – dans lesquels il déclare que la monarchie convient mieux à l’État italien – qui retiennent l’attention exclusive des critiques33.

36Dans cette même optique, la critique proche du régime cherche à définir les attributs de l’État souhaité par Foscolo. Mais de fait il s’agit d’attributs du régime totalitaire fasciste, tels que l’importance des armes ou le rôle de la force qui prévaut sur celui des lois. L’attribut central qu’ils mettent en valeur est tiré de la polémique que Foscolo mène contre les sectes et qui devient à leurs yeux une dénonciation de l’effet néfaste de la multiplicité des partis pour l’intégrité de l’État :

  • 34 A. Cavazzani Sentieri, Ugo Foscolo e i primordi del Risorgimento nazionale, op. cit.

« A rifare l’Italia bisogna disfare le sette » cioè il rimedio vero sta nel riunire in un’opinione sola tutte le fazioni. […] il Foscolo non fa distinzione tra setta e partito ; è del parere che i partiti si nutrano di « passioncelle e pregiudizi » mentre le nazioni, e più di tutte la nostra, hanno bisogno di nobili e grandi passioni e di opinioni giuste e nobili34.

  • 35 C. Morandi, dans « L’attività politica del Foscolo nel triennio repubblicano », art. cité,affirme : (...)
  • 36 L. Salvatorelli, Il Pensiero politico italiano dal 1700 al 1870, Turin, Einaudi, p. 230 et passim.

37En abolissant la distinction entre les « sectes », responsables de ce municipalismo italien35 qui a retardé l’indépendance du pays, et les partis – une réalité politique propre au xxe siècle –, le discours politique de Foscolo est aisément déformé, et aboutit à la légitimation du parti unique. Cette déformation est critiquée par l’antifasciste Salvatorelli, qui rétablit la distinction entre les partis et les sectes. Ces dernières, rappelle-t-il, ne se soucient pas du bien commun de la patrie, car elles visent à sauvegarder des intérêts particuliers et secrets, alors que dans les partis les opinions, même divergentes, concordent toujours quand l’enjeu est national. Selon Salvatorelli, tout en dénonçant les sectes, Foscolo souhaitait avant tout un État garant de la liberté et qui, de ce fait, accueillît en son sein une pluralité de partis, pour éloigner tout risque de tyrannie36.

  • 37 Ibid., p. 162 et passim.

38Si dans ce cas Salvatorelli « sauve » la pensée de Foscolo d’une interprétation fascisante pour la rapprocher d’une conception plus libérale de la vie politique, il souligne en revanche le caractère réactionnaire de ses analyses des couches sociales. Pour Foscolo en effet, seule la noblesse serait investie d’une mission politique, alors que la bourgeoisie serait cantonnée à un rôle de médiatrice entre la monarchie et la noblesse, et le peuple, quant à lui, totalement écarté de la chose publique. Salvatorelli remarque que cette configuration ne correspond plus à celle des grands pays européens du début du xixe siècle, où au contraire l’émergence de la bourgeoisie et des masses populaires est une donnée historique majeure37. Les critiques fascistes insistent, eux aussi, sur la méfiance de Foscolo à l’égard des classes populaires, et ils aiment à citer très fréquemment une phrase tirée de la Lettera apologetica de Foscolo qui contribue à l’image d’une pensée profondément antidémocratique : « Alla plebe non bisogna dar fuorché piena libertà di lavoro, altari, severissimi giudici. » Salvatorelli se distingue, en revanche, des lectures fascistes qui soutiennent que Foscolo aurait attribué aux « classes moyennes » le rôle le plus important, puisque la noblesse lui paraissait trop divisée et déchirée. Cette référence aux « classes moyennes » – terme qui renvoie à une réalité et à un discours politique du xxe siècle – s’inscrit en effet dans le dessein de faire de Foscolo un précurseur du fascisme, dans la mesure où ces classes sociales constituent le « socle » principal du régime et les destinataires privilégiés de sa propagande.

39Nous avons déjà vu que c’est une caractéristique de la critique des années trente que de rechercher systématiquement les éléments de la pensée de Foscolo qui en feraient un précurseur du fascisme. Comme l’écrit Giulio Dolci :

  • 38 G. Dolci, Foscolo, op. cit., p. 367.

L’Italia di oggi onora in Ugo Foscolo uno dei suoi più grandi precursori, uno dei suoi più passionali annunziatori e profeti. Non c’è bisogno di esagerare i lineamenti foscoliani per adattarli retoricamente alla nuova temperie storica38.

40C’est dans cette optique aussi que l’on attribue à Foscolo une réflexion développée sur le chef de l’État, qui représente la force et l’autorité. Par la récupération de ce thème, plusieurs critiques vont jusqu’à tenter de démontrer que celui qui incarnerait le modèle dessiné par Foscolo au xixe siècle n’est autre que Mussolini :

  • 39 A. Cavazzani Sentieri, Ugo Foscolo e i primordi del Risorgimento nazionale, op. cit., p. 34.

[Foscolo] intende accentrare gl’Italiani intorno ad un duce, pronto a cadere o a vincere con noi.
Il suo proclama può sembrare reboante e rettorico, ma egli scrive sotto l’impressione delle recenti, miracolose liberazioni. Risuscitare dopo tanto tempo quel suo entusiasmo con le stesse tinte parrebbe impossibile ; eppure specialmente oggi noi comprendiamo la sua esultanza che a torto fu definita fanatismo, perché l’abbiamo provata con ugual trasporto in questa Era Fascista nella quale il grande Condottiero della riscossa riaccese ne’ nostri petti le fiamme sopite e restaurò la vecchia Italia dandole posizioni di predominio39.

  • 40 À ce sujet, voir le livre d’Emilio Gentile, Il Culto del Littorio. La sacralizzazione della politic (...)

41On ne peut guère dissocier ces lectures du climat politique dans lequel elles voient le jour, car on y décèle aisément les traces du culte du chef qui caractérise ces années-là40. La critique fasciste opère ici clairement une manipulation des contenus idéologiques de l’œuvre littéraire, à des fins de propagande. Elle est représentative en cela d’une volonté d’intervention et de contrôle sur le monde de la culture, dans le cadre de la mise en place du régime totalitaire. Il serait néanmoins erroné de croire que ce contrôle ne laissait pas de zones d’inertie dans les études littéraires et que d’autres lectures de Foscolo n’étaient pas possibles. Cette période – et notamment les années trente au cours desquelles le processus de fascistizzazione s’affirme davantage en Italie – est en effet aussi celle de l’émergence d’une nouvelle génération de critiques, qui proposent une interprétation toute différente. Parmi eux, on dénombre des foscolistes de renom de l’après-guerre, en particulier Mario Fubini, Luigi Russo et Giuseppe De Robertis.

Zones d’ombre et de débat

42Il n’est pas possible ici de présenter une analyse détaillée des travaux de ces critiques, qui sont par ailleurs bien mieux connus aujourd’hui que ceux dont nous avons parlé jusqu’à présent. Pour reconstituer le débat autour de l’œuvre de Foscolo dans les années vingt et surtout trente, il convient néanmoins de signaler l’existence d’un discours alternatif, qui rompt avec l’idée d’une lecture unique. L’œuvre de Foscolo est suffisamment ample, variée et souvent fragmentaire pour contenir une multitude de zones d’ombre, auxquelles on peut attribuer des sens différents, voire opposés. C’est pourquoi la critique foscolienne devient un terrain de bataille idéal pour la confrontation d’opinions, de méthodologies et, en définitive, d’idéologies qui dépassent bien souvent le domaine littéraire.

  • 41 Tels sont les traits saillants du portrait de Foscolo que dresse Fubini à la fin des années vingt, (...)
  • 42 Francesco Flora décrit ainsi le poète dans son ouvrage Foscolo, Milan, Soc. Ed. Nazionale, 1940.
  • 43 On peut citer notamment les travaux d’A. Viscardi, « Note foscoliane », La Cultura, vol. VII, fasc. (...)

43Nous avons vu que la critique fasciste avait, dès les années vingt, élaboré une véritable mythologie autour du personnage de Foscolo, présenté comme un héros de l’histoire italienne en quête perpétuelle d’action. La nouvelle génération de critiques cherche, quant à elle, à « saboter » le mythe du poète héros. Elle oppose à ce portrait martial et viril l’image d’un homme incapable de se confronter aux brusques changements que comporte l’actualité politique de son époque, trouvant refuge dans ses livres41, au caractère mélancolique, avec une forte propension aux larmes42. Or ce sont là des traits culturels et psychologiques qui renvoient à un « type » déterminé que le fascisme abhorre : l’homme romantique, impuissant, inactif et asocial. Parfois d’ailleurs Foscolo est représenté non seulement comme un romantique, mais plus encore comme un poète dont la sensibilité aurait été décadente avant l’heure43. Fubini souligne par exemple en 1928 la récurrence du thème de la mort dans ses œuvres et sa complaisance évidente dans le récit de sa propre douleur :

  • 44 M. Fubini, Ugo Foscolo : saggio critico,op. cit., p. 69.

Di decadentismo è visibile una vena notevole nella personalità del Foscolo. Decadentistico è il terrore dell’aridità sentimentale […] ; decadentistica è l’indifferenza spesso ostentata per le vicende politiche ; decadentistica la rappresentazione di sé medesimo, come di individuo dominato da passioni di cui conosce la perversità, ma a cui non vuole e non sa resistere44.

  • 45 Ibid., p. 8
  • 46 C’est en particulier ce que relève A. Caraccio, dans un essai rédigé en français, Ugo Foscolo, l’ho (...)

44Parallèlement au mythe du poète héros, c’est aussi celui du poeta-vate qui est doublement ébranlé. D’une part, Fubini met en cause la critique qui, depuis le xixe siècle, a toujours voulu donner à Foscolo le caractère hybride du précurseur, « destiné, comme tout précurseur, à rester à mi-chemin, en deçà de la Terre Promise45 », et ne l’a jamais considéré comme un homme de son temps. D’autre part, des critiques toujours plus nombreux s’attaquent à l’idée d’une stricte italianité de la pensée de Foscolo. Ils tendent au contraire à mettre en avant, dans une optique cosmopolite, les affinités qui inscrivent son œuvre dans un paysage et un courant littéraires européens, dépassant largement le contexte national. De façon plus polémique, certains d’entre eux font remarquer que, dans son exil à Londres, Foscolo affirmait qu’il se sentait de moins en moins italien et de plus en plus grec, ce qui entame sérieusement l’idée d’une conscience nationale inébranlable, fondement du mythe du poeta-vate46.

  • 47 Cette nécessité de nier le matérialisme athée de Foscolo devient d’ailleurs d’autant plus urgente d (...)
  • 48 E. De’ Negri, « La logica della necessità e l’estetica della libertà del Foscolo », Civiltà moderna(...)

45Mais plus encore que sur le personnage de Foscolo, c’est sur sa pensée philosophique que ces jeunes critiques reviennent et apportent une nouvelle interprétation. On a vu que la critique fasciste avait totalement passé sous silence le matérialisme et le sensualisme de Foscolo, si ce n’est pour les reléguer au rang d’illusions de jeunesse, liées à son intérêt éphémère pour la philosophie des Lumières. En réalité, la critique fasciste ne peut accepter l’absence de spiritualité chez Foscolo47 ; l’un de ses objectifs majeurs est donc de lui attribuer à tout prix une foi, un sentiment religieux. La « nouvelle » critique n’hésite pas en revanche à donner de la valeur à cette absence. Sa conception matérialiste du monde déterminerait chez Foscolo un pessimisme profond, sans que cela le mène cependant – et c’est bien là son courage, nous disent ces critiques – à un refuge dans une forme quelconque de spiritualité. En dehors du matérialisme tout ne serait qu’illusion, y compris l’amour pour la patrie lui-même. Bien évidemment, la critique fasciste ne peut tolérer ce rabaissement des idéaux patriotiques. La critique alternative, en revanche, exploite ce concept d’illusion, qui constitue dans la pensée de Foscolo le pendant du réalisme pessimiste de ses opinions politiques. Dans un article unique en son genre, en ce qu’il renverse totalement l’image d’un Foscolo antidémocratique et antilibéral, De’ Negri sape les bases de la lecture fasciste en affirmant que « Pour Foscolo l’art représente l’antipolitique48 ».

46Il s’agit là d’une conviction partagée par bon nombre de ces jeunes critiques, même si par ailleurs leurs travaux divergent autant par les méthodes que par les résultats. Ils revendiquent tous en effet une autre approche de l’œuvre de Foscolo, qui corresponde mieux à la conception que l’auteur lui-même avait de l’art. Ils dénoncent l’absence, dans la critique foscolienne, de critères esthétiques et d’une méthodologie propre au fait littéraire aussi bien au xixe qu’au xxe siècle. Or, l’attention que Foscolo attribuait à la parole poétique, à sa force d’évocation plastique et musicale ainsi qu’à son autonomie irréductible, justifie a priori une lecture plus proche du texte. C’est avec ce parti pris qu’ils affrontent la lecture des œuvres fétiches de la critique fasciste, en en proposant une tout autre interprétation. Ils affirment notamment que la poésie des Sepolcri dépasse la thématique patriotique, le contexte et les contingences historiques, pour devenir un exemple de poésie pure, possédant une valeur éternelle. Pour De’ Negri les Sepolcri « n’ont plus l’apparence d’un chant politique, mais celle de la vengeance d’un poète et d’un esthète à l’égard de la politique ».

47Mais c’est à une autre œuvre que cette critique alternative donne sa préférence : Le Grazie. Celle-ci convient en effet tout particulièrement à leur méthode de lecture par la préciosité de ses formes et par son sujet qui paraît si éloigné de tout intérêt politique ou historique. Elle a, de plus, été largement délaissée par la critique antérieure et constitue donc un terrain relativement vierge. Elle devient de fait dans les années trente le théâtre d’une confrontation entre les diverses tendances de la critique foscolienne, où s’opposent ceux qui voient en elle la célébration d’une conception cathartique de la poésie et ceux qui ne veulent pas « abandonner » ce texte aux « chevaliers servants d’une esthétique vide » et revendiquent une lecture patriotique. Cela donne lieu à une polémique assez virulente, dont on voit bien que l’enjeu n’est pas strictement littéraire, car elle met face à face deux conceptions de l’art, mais surtout oppose des intellectuels sympathisants ou adhérents au fascisme à des intellectuels dont les positions antifascistes sont de plus en plus déclarées. Il y a donc dans ce débat une sorte de superposition du credo esthétique en matière de critique littéraire et du credo politique. Cela n’échappe pas à Vittorio Cian, homme d’influence dans le monde culturel des années trente, quand il s’en prend à cette génération de jeunes partisans de la poésie pure

  • 49 V. Cian, « Rassegna foscoliana », Giornale storico della letteraturaitaliana, 92, 1928 (compte rend (...)

[…] non per nulla appartenente ad una giovine generazione freddamente cerebrale, malata d’una specie di fobia di quanto sa di allotrismo o di pratico o di impuro, e quindi di politica e di patriottismo, sorta mentre funzionava egregiamente un noto spegnitoio d’ogni idealità nazionale, anche con sinistri effetti retroattivi nella storia, nella poesia e nella critica49.

48Malgré la virulence de ces propos, l’histoire littéraire a finalement retenu les travaux de cette critique alternative et antifasciste, alors qu’elle a, pour l’essentiel, jeté aux oubliettes ceux d’intellectuels compromis avec le fascisme tels que Vittorio Cian ou Arturo Marpicati. Mais bien que les lectures fascistes aient été totalement écartées des anthologies et des bibliographies de l’après-guerre, leur souvenir semble avoir eu un impact indéniable sur la réception de Foscolo.

49À partir de l’immédiat après-guerre, dans une Italie soucieuse de renouer avec une tradition démocratique sur laquelle reconstruire une identité nationale différente de celle proposée par le fascisme, Foscolo paie les conséquences de son succès d’avant-guerre. Comme l’écrit Christian Del Vento :

  • 50 C. Del Vento, « Quelques considérations sur la fortune historiographique de Foscolo », art. cité, p (...)

Les historiens de la littérature, occupés à proposer une nouvelle lecture du Risorgimento qui rejetât les valeurs culturelles de l’Italie libérale et fasciste, s’interrogeaient en effet sur la défaite de la perspective démocratique aux origines de l’Italie moderne : Foscolo, qui sortait tout juste de l’interprétation qu’en avait donné l’historiographie nationaliste, apparaissait, en dépit de son indéniable flamme révolutionnaire, trop compromis dans une idéologie antidémocratique et conservatrice, voire ouvertement réactionnaire50.

Bien que ses textes ne soient plus lus, la critique fasciste a donc laissé une trace durable sur la réception de Foscolo et peut être retenue comme en partie responsable du désamour et du désintérêt pour son œuvre dans l’après-guerre. Son impact, bien qu’en négatif, est peut-être encore visible dans la critique récente, qui a tendance à laisser de côté la dimension politique des écrits de Foscolo. C’est pourquoi une meilleure connaissance de ces textes oubliés peut s’avérer utile. Ils permettent en outre d’examiner sous une autre perspective non seulement l’œuvre de Foscolo, mais aussi la question du rapport entre fascisme et historiographie littéraire. À travers l’exemple de Foscolo, c’est une véritable stratégie de légitimation propre au fascisme qui se manifeste. Les critiques fascistes ont recherché dans le patrimoine historique, culturel et littéraire italien une forme d’intégration en se référant à de supposés « précurseurs ». Ils se sont servis de Foscolo comme d’un garant de la profonde « italianité », de la nécessité « sacrée » du mouvement fasciste, censé réaliser les attentes encore insatisfaites d’un « grand homme » de la patrie.

50Les œuvres de Foscolo, pour les raisons que nous avons évoquées, se prêtent à des interprétations fort différentes, et parfois très radicales. Elles ont été le théâtre d’une confrontation entre idéologies, courants et personnalités opposés et offrent l’occasion d’étudier les modalités d’instrumentalisation idéologique dans la lecture des auteurs classiques italiens.

  • 51 G. Gentile, « Che cosa è il fascismo », dans Opere, Politica e Cultura, op. cit., vol. XLV, p. 7-37
  • 52 On citera notamment les récentes recherches d’Angelo D’Orsi ou de Gabriele Turi sur la question du (...)

51Le « cas Foscolo » représente un exemple éloquent des méthodes que la critique fasciste a appliquées, dans la lecture de certains auteurs qui posent, plus que d’autres, le problème de l’identité italienne. D’autres classiques appartenant à la même période historique que Foscolo, celle de l’émergence de la question nationale, ont été l’objet de ces interprétations. C’est en effet, selon Giovanni Gentile, avec des auteurs comme Parini, Alfieri, Foscolo et Leopardi que prend fin la longue « décadence » italienne et que voit le jour la « Nuova Italia » dont se réclame le fascisme51. Un travail exhaustif sur ces relectures fascistes des classiques du xviiie et du xixe siècle permettrait de montrer la complexité et les enjeux de cette opération de reconstruction historiographique menée, de façon systématique, par les intellectuels proches du régime. Après des travaux récents sur les intellectuels italiens durant le Ventennio52, une étude sur l’« historiographie littéraire » fasciste contribuerait à montrer comment, en dépit de sa volonté de modernité, le fascisme italien s’est caractérisé aussi par son désir de s’inventer un passé et de s’inscrire dans une tradition culturelle italienne. Citons pour conclure les indications que donne Giovanni Gentile aux critiques et intellectuels fascistes en vue de cette reconstruction, qu’il définit comme une « révision » :

  • 53 G. Gentile, « Revisione », Regime fascista, 1, janvier 1926, à présent dans Opere, Politica e cultu (...)

Io consigliai una volta ad alcuni giovani miei amici una collezione di Pagine Fasciste, nella quale si sarebbero dovuto raccogliere pagine di sapore fa-scista di scrittori prefascisti ; e io stesso pensavo di contribuirvi con un Mazzini fascista, composto di brani degli scritti del democratico Mazzini. Il concetto è che in molti dei nostri scrittori, nei migliori, sono elementi in cui oggi possiamo vedere un precorrimento del fascismo. E sono gli elementi più vitali dei loro scritti ; quelli che più li fecero apprezzare quando di fa-scismo nessuno parlava. E se non si vuol parlare di precorrimento, si può dire (che è lo stesso) che il fascismo raccoglie nella sua sintesi vivente molti degli elementi sparsi nel pensiero precedente italiano, e, si intende, d’altre nazioni.
Bisogna perciò rivederli questi nostri scrittori, come bisogna rivedere tutta la nostra cultura53.

Top of page

Notes

1 Plusieurs spécialistes de l’œuvre de Foscolo ont récemment souligné le désintérêt relatif de la critique de l’après-guerre pour cet auteur, notamment par rapport à d’autres auteurs de l’Ottocento italien, comme Leopardi. Nous renvoyons en particulier aux ouvrages de référence de W. Binni, Foscolo, storia e poesia, Turin, Einaudi, 1982 ; M. T. Lanza, Foscolo in Storia della Critica, n° 16, Palerme, Palumbo, 1977 ; C. Del Vento, « Quelques considérations sur la fortune historiographique de Foscolo », Chroniques italiennes,61, 2000, p. 85-102, qui tracent un panorama de l’histoire de la fortune de l’œuvre de Foscolo depuis le xixe siècle jusqu’à nos jours.

2 Cette prolifération n’est pas entièrement due aux célébrations liées au centenaire de la mort du poète en 1927, même si cette occasion y a sûrement contribué.

3 C’est à partir de 1933 que sortent, par exemple, les premiers volumes de l’édition nationale des œuvres de Foscolo, publiée par Le Monnier en collaboration avec le ministère de l’Instruction publique.

4 Pour la définition des Due Italie, voir le discours de Gentile prononcé le 8 mars 1925 dans la Sala dei Cinquecento à Florence, dans « Che cosa è il fascismo », in Id., Opere, Politica e cultura, vol. XLV, Florence, Le Lettere, 1990, p. 7-37.

5 G. Vidari, « Intorno al valore educativo dell’arte foscoliana », dans Studi su Ugo Foscolo, Turin, Chiantore, 1927, p. 343-351.

6 B. Mosca, « … fuor del pelago alla riva ». Commemorazione foscoliana, discours prononcé en janvier 1928 devant les élèves du lycée classique de Lanciano.

7 A. Marpicati, Il Dramma politico di Ugo Foscolo, Milan, Alpes, 1928, p. 192.

8 G. Dolci, Foscolo, Messine, Casa Editrice Giuseppe Principato, 1936, p. 370.

9 On renverra notamment à l’introduction et aux chapitres ii et v d’Emilio Gentile, Il Culto del littorio. La sacralizzazione della politica nell’Italia fascista, Bari, Laterza, 1994, consacrés à l’analyse de la religion civile sur laquelle veut prendre appui le régime fasciste, autour de symboles patriotiques parfois hérités du Risorgimento, et que les intellectuels sont censés diffuser.

10 Pour une analyse du régime fasciste comme tentative de mise en place d’un « État éducateur », et la description des différents aspects de sa stratégie en matière de politique culturelle, voir le récent ouvrage de G. Turi, Lo Stato educatore. Politica e intellettuali nell’Italia fascista, Bari, Laterza, 2002.

11 C’est ainsi qu’Arturo Marpicati formule son adresse aux lecteurs en exergue de son anthologie de textes de Foscolo, intitulée Il Dramma politico di Ugo Foscolo, dont la seconde édition (Bologne, Zanichelli, 1934) est conçue pour les lycéens et les collégiens.

12 V. Rossi, « L’anima e la poesia di Ugo Foscolo », Educazione fascista, an VI, 1, janvier 1928, p. 1-20.

13 Giovanni Gentile revient à de très nombreuses reprises sur ce sujet, mais nous citerons surtout I Profeti del Risorgimento, Florence, Vallecchi, 1928, ainsi que les divers textes rassemblés dans les volumes 45 et 46 des Opere, Politica e cultura, op. cit.

14 V. Rossi, « L’anima e la poesia di Ugo Foscolo », art. cité, p. 16

15 A. Rostagni, Poesia e estetica classica, Turin, Loescher, 1927, p. 20-21.

16 L. Rizzo, La Poesia sepolcrale in Italia, Naples, Perrella Editore, 1927, p. 191.

17 F. Carli, « Classicismo, romanticismo e fascismo », Nuova Antologia, novembre-décembre 1927, p. 168.

18 Cette citation est tirée de l’article « Foscolo » de l’Enciclopedia italiana treccani dans la première édition de 1949. Les italiques se trouvent dans le texte original.

19 C’est ce que soutient notamment Carlo Morandi, dans son article « L’attività politica del Foscolo nel triennio repubblicano », publié en 1927 dans Studi su Ugo Foscolo, op. cit. Il y affirme que « Il 1798 è l’anno della chiarificazione politica del Foscolo : né è da credere che vi influisca solo la pace di Campoformio ; ma piuttosto la ripugnanza di fronte ai furori giacobini e al servilismo dei bonapartisti » (p. 535-536) et que, d’autre part, la période où Foscolo rédige des articles pour le Monitore italiano reflète clairement l’évolution de sa pensée politique, avec la critique de la politique menée par la France et celle du mouvement démocratique.

20 C. Del Vento, « Un allievo della Rivoluzione ». Ugo Foscolo dal « noviziato letterario » al « nuovo classicismo » (1795-1806), Bologne, CLUEB, 2003, p. 91-94.

21 A. Solmi, L’Idea dell’unità italiana nell’età napoleonica, Modène, soc. tip. Modenese, 1934, p. 110.

22 A. Marpicati, « Dante e il Foscolo », Civiltà fascista, an VI, 4, avril 1939, p. 333.

23 C’est ce que soutient par exemple Aida Cavazzani Sentieri dans son essai Ugo Foscolo e i primordi del Risorgimento nazionale, Modène (Collezione storica del Risorgimento italiano, vol. IX), 1934. Elle va même jusqu’à formuler l’hypothèse que le général Championnet aurait représenté pour Foscolo « la figure du despote, non dissemblable du prince de Machiavel » (p. 31).

24 Outre le célèbre dernier vers de Forse perché della fatal quiete : « quello spirto guerrier ch’entro mi rugge», c’est un passage de la lettre à Montevecchio, écrite le 10 mars 1809, qui est souvent cité : « L’andare alla guerra mi lusinga segretamente lo spirito inquieto e marziale che vive nascostamente dentro di me e che ama la mia patria. »

25 D. Spadoni, « Il Foscolo cospiratore nel 1813-1814 », dans Studi su Ugo Foscolo, Turin, Chiantore, 1927, p. 555-560

26 L’hypothèse de Spadoni suscite aujourd’hui encore des débats parmi les spécialistes de l’œuvre de Foscolo, entre ceux qui n’y voient qu’une invention de la critique fasciste et ceux qui, comme C. Del Vento, soutiennent sa véridicité en s’appuyant notamment sur de nouveaux documents qui la confirmeraient (voir C. Del Vento,« Foscolo e “gli antichi amici dell’indipendenza” », Rivista di letteratura italiana, XIII, 1-2, 1995, p. 79-136).

27 A. Marpicati, Il Dramma politico di Ugo Foscolo, op. cit., p. 112 et passim.

28 G. Dolci, Foscolo, op. cit., p. 138.

29 Nous renvoyons pour ces formules à la distinction désormais classique proposée par Renzo De Felice entre le fascisme-mouvement qui caractérise le phénomène du squadrismo et le début des années vingt, et le fascisme-régime des années trente, celui de la mise en place du régime totalitaire.

30 A. Marpicati, Il Dramma politico di Ugo Foscolo, op. cit., p. 5 et passim.Les italiques sont de l’auteur.

31 Pour l’idée de « sacrifice » de la pensée de Foscolo par Salvatorelli nous renvoyons à l’ouvrage de C. Del Vento, « Un Allievo della Rivoluzione ». Ugo Foscolo dal « Noviziato letterario » al « Nuovo Classicismo » (1795-1806),op. cit., p. 17-19.

32 C. Curcio, L’Eredità del Risorgimento, Florence, La Nuova Italia, 1931.

33 C’est par exemple la conclusion à laquelle arrivent Uberto Rivarola, dans Le idee politiche di Ugo Foscolo, Rome, Libreria del Littorio, 1929, p. 75 et passim, A. Solmi, Ugo Foscolo e l’Unitàd’Italia, op. cit., p. 137 et passim ainsi que A. Cavazzani Sentieri, Ugo Foscolo e i primordi del Risorgimento nazionale, op. cit., p. 123.

34 A. Cavazzani Sentieri, Ugo Foscolo e i primordi del Risorgimento nazionale, op. cit.

35 C. Morandi, dans « L’attività politica del Foscolo nel triennio repubblicano », art. cité,affirme : « I due nemici della nostra unità furono il municipalismo e il cosmopolitismo : supe-rarli e trovare il giusto mezzo nel concetto attuato di nazione, è lo sforzo dei pensatori indigeni, la fatica dell’ultimo settecento italiano. »

36 L. Salvatorelli, Il Pensiero politico italiano dal 1700 al 1870, Turin, Einaudi, p. 230 et passim.

37 Ibid., p. 162 et passim.

38 G. Dolci, Foscolo, op. cit., p. 367.

39 A. Cavazzani Sentieri, Ugo Foscolo e i primordi del Risorgimento nazionale, op. cit., p. 34.

40 À ce sujet, voir le livre d’Emilio Gentile, Il Culto del Littorio. La sacralizzazione della politica nell’Italia fascista, op. cit., où l’auteur montre que l’exaltation de la figure de Mussolini devient l’activité principale de la « fabbrica del consenso » des années trente.

41 Tels sont les traits saillants du portrait de Foscolo que dresse Fubini à la fin des années vingt, dans son essai Ugo Foscolo : saggio critico, Turin, Fratelli Ribet, 1928.

42 Francesco Flora décrit ainsi le poète dans son ouvrage Foscolo, Milan, Soc. Ed. Nazionale, 1940.

43 On peut citer notamment les travaux d’A. Viscardi, « Note foscoliane », La Cultura, vol. VII, fasc. 8, juillet 1928 et de M. Marcazzan, Didimo Chierico, Milan, Libreria degli Omenoni, 1930, qui insistent sur la profonde modernité de la conception de l’art qu’avait Foscolo, tentant même un rapprochement – dans le cas de Viscardi – avec la poétique de D’Annunzio.

44 M. Fubini, Ugo Foscolo : saggio critico,op. cit., p. 69.

45 Ibid., p. 8

46 C’est en particulier ce que relève A. Caraccio, dans un essai rédigé en français, Ugo Foscolo, l’homme et le poète, Paris, Hachette, 1934, et que les critiques proches du régime – en particulier Vittorio Cian dans un compte rendu publié dans le Giornale storico della letteratura italiana qu’il dirige – contestent très vivement pour sa mise en cause de l’italianité de Foscolo.

47 Cette nécessité de nier le matérialisme athée de Foscolo devient d’ailleurs d’autant plus urgente dans les années trente, suite aux accords du Latran.

48 E. De’ Negri, « La logica della necessità e l’estetica della libertà del Foscolo », Civiltà moderna, vol XII, 1940. On remarquera que l’interprétation antifasciste de la pensée politique de Foscolo, présentée comme profondément démocratique, est d’autant plus exceptionnelle et significative, dans le contexte de la fin des années trente, que De’ Negri est un philosophe de formation, élève de Gentile, et qu’il écrit cet essai dans l’Allemagne nazie où il étudie et travaille depuis quelques années en qualité de lecteur.

49 V. Cian, « Rassegna foscoliana », Giornale storico della letteraturaitaliana, 92, 1928 (compte rendu du livre de M. Fubini, Ugo Foscolo : saggio critico).

50 C. Del Vento, « Quelques considérations sur la fortune historiographique de Foscolo », art. cité, p. 95-96.

51 G. Gentile, « Che cosa è il fascismo », dans Opere, Politica e Cultura, op. cit., vol. XLV, p. 7-37.

52 On citera notamment les récentes recherches d’Angelo D’Orsi ou de Gabriele Turi sur la question du rapport que les intellectuels italiens entretiennent avec le fascisme (voir G. Turi, Il Fascismo e il consenso degli intellettualli, Bologne, Il Mulino, 1980 ; Id., Lo Stato educatore : politica e intellettuali nell’Italia fascista, op. cit., et A. D’Orsi, Intellettuali nel Novecento italiano, Turin, Einaudi, 2001).

53 G. Gentile, « Revisione », Regime fascista, 1, janvier 1926, à présent dans Opere, Politica e cultura, op. cit., vol. XLV, p. 413-417.

Top of page

References

Electronic reference

Stéphanie Lanfranchi, « La réception de Foscolo dans l’Italie fasciste », Laboratoire italien [Online], 5 | 2005, Online since 07 July 2011, connection on 28 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/440 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.440

Top of page

About the author

Stéphanie Lanfranchi

Stéphanie Lanfranchi est élève à l’École normale supérieure de Paris. Elle prépare un DEA en langue et littérature italiennes portant sur Giovanni Gentile, sa réforme scolaire et son influence sur les études littéraires italiennes dans l’Italie fasciste (université de Paris VIII).

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page