Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Documents et interprétations

La vision de l’histoire de Venise par les libéraux français de la Restauration : un article d’Adolphe Thiers, en 1823, sur l’Histoire de la république de Venise (1819) de Pierre Daru

La rappresentazione della storia veneziana da parte dei liberali francesi della Restaurazione : un articolo di Adolphe Thiers, nel 1823, sulla Histoire de la république de Venise (1819) di Pierre Daru
Xavier Tabet
p. 221-239

Abstracts

L’Histoire de la république de Venise (1819, en sept volumes) de Pierre Daru (1767-1829) fut pendant des décennies le seul ouvrage de cette importance en Europe, et il obtint dès sa parution un réel succès auprès du public, au point d’être réédité deux fois du vivant de Daru. Au xixe siècle, la vision que l’Europe a eu du passé de Venise s’est construite pour partie à travers sa lecture. La lecture de l’ouvrage de Daru par Adolphe Thiers en 1823, l’année même où il commence à publier son Histoire de la Révolution française, est emblématique de la vision du passé et des traditions politiques de Venise qu’auront les libéraux français sous la Restauration. La critique du modèle vénitien a alors pour principal objet de poser les bases d’une conception libérale et constitutionnelle de la monarchie, à une époque où les libéraux et les ultras s’affrontent à propos de l’interprétation à donner à la Charte de 1814.

Top of page

Full text

1Le texte d’Adolphe Thiers (1797-1877) que nous republions ici a paru en deux parties dans la revue libérale Le Mercure du dix-neuvième siècle, les 5 et 23 juillet 1823. Il s’agit d’un article sur la deuxième édition (1821) de l’Histoire de la république de Venise de Pierre Daru (1767-1829), publiée pour la première fois en 1819. Par-delà l’intérêt qu’elle présente du point de vue de la circulation et de la « fortune » du célèbre ouvrage de l’ancien ministre de la guerre de Napoléon, cette courte « recension » de Thiers, l’année même où il commence à publier son Histoire de la Révolution française (1823-1827), est tout à fait emblématique de la vision de l’histoire et des traditions politiques de l’ancienne république aristocratique, disparue à jamais en 1797, qui était celle de la majeure partie des « libéraux » français de 1815 à 1848.

  • 1 Pour la biographie de Daru, nous renvoyons à H. de La Barre de Nanteuil, Le Comte Daru ou l’adminis (...)
  • 2 Voir, à ce propos, C. Delacroix, F. Dosse et P. Garcia, Les Courants historiques en France (xixe-xx(...)
  • 3 Voir à présent P. Daru, Histoire de la république de Venise, texte et notes établis par A. Fontana (...)

2Les quatre éditions de l’Histoire de la république de Venise au cours de la première moitié du xixe siècle (1819, 1821, 1826 et 1853), ainsi que la traduction en allemand (1824) et en italien (1832 et 1838), témoignent de l’intérêt qu’a pu susciter en France et en Europe l’ouvrage monumental (sept volumes dans la première édition) de Pierre Daru. Cet ouvrage fut pendant des décennies le seul de cette importance en Europe, et il obtint dès sa parution un réel succès auprès du public, au point d’être réédité deux fois du vivant de Daru. Au xixe siècle, la vision que l’Europe a eu du passé de Venise s’est construite pour partie à travers sa lecture. Comme le remarquait de façon significative Adolphe Thiers, « l’Histoire de la république de Venise, par M. Daru, doit être placée parmi les grandes compositions du genre, et l’Europe savante lui a déjà décerné le rang le plus distingué ». Les modèles historiographiques de Daru – homme de sensibilité et de culture tout à fait « classiques », une de ces « têtes carrées […] qui veulent tout ramener au positif », comme le définissait avec sarcasme Chateaubriand1 – sont plutôt à rechercher dans l’histoire philosophique du xviiie siècle, en particulier l’Histoire du siècle de Louis XIV, de Voltaire. Néanmoins son projet historique s’inscrit déjà dans la volonté, qui sera ensuite celle de ces historiens libéraux de l’époque romantique que seront Guizot, Thierry, Thiers, ou Michelet, de faire une histoire « totale », « intégrale » ; une histoire de la « civilisation », comme l’appellera Guizot, liant événements historiques et faits sociaux2. Aujourd’hui encore, par la richesse de sa documentation et par le « grand style » dans lequel elle est écrite, l’Histoire de la république de Venise constitue un ouvrage de référence qui méritait d’être republié, presque deux siècles après sa parution3. C’est une histoire « événementielle », au meilleur sens du terme, une histoire politique, militaire et diplomatique, celle d’un État « impérial » tout autant que « régional ». Mais c’est d’abord une pièce maîtresse dans l’histoire du mythe de l’ancienne république. Premier grand récit complet d’une république millénaire disparue en 1797 lors de la campagne d’Italie du général Bonaparte, elle portait l’estocade au mythe de la « perfection » du gouvernement de la Sérénissime.

  • 4 P. Daru, Histoire de la république de Venise, Paris, Firmin Didot, 1853, l. XXXIX, chap. i (nous ci (...)
  • 5 Ibid., VII, i.
  • 6 Ibid., VI, ix.
  • 7 Ibid., VII, i.
  • 8 Ibid., XI, xxxi.

3À l’époque où les « jeunes historiens » français que sont Thiers, Thierry, Guizot ou Mignet, présentent la Révolution française comme la victoire définitive, en France, du Tiers État sur l’aristocratie, dans l’Histoire de la république de Venise celle-ci constitue aussi un point d’aboutissement ; mais cet aboutissement est, pour Venise, la fin définitive d’une histoire dont l’aristocratie était le vice caché. Pour Daru, le régime vénitien ne représentait pas le modèle idéal de régime « mixte », réunissant toutes les qualités de la monarchie, de l’aristocratie et de la démocratie, décrit par les historiens vénitiens à partir du xvie siècle. S’inscrivant dans une longue tradition d’écrits français qui, de Bodin à Amelot de la Houssaye et à Montesquieu, avaient critiqué le modèle aristocratique vénitien, Daru estime qu’à Venise « l’autorité du législateur, du juge, l’influence de l’administration et le pouvoir discrétionnaire de la police se trouvaient réunis dans les mêmes mains4 ». Et il se livre à une critique de ce système de gouvernement, fondé sur « l’usurpation » du pouvoir, « vicieuse dans son origine5 ». Certes, l’auteur de l’Histoire ne nie pas la légitimité de l’existence d’une aristocratie, liée à l’inégalité inévitable dans une société où « la force, la supériorité des talents, ont dû assurer partout et toujours une supériorité sociale6 ». Mais il dénonce ses prétentions à vouloir accaparer pour elle-même le pouvoir et les privilèges qui lui sont liés, car « on ne peut reconnaître dans la société qu’un homme ou plusieurs aient, par le seul acte de leur volonté, le droit de se déclarer les maîtres des autres7 ». Les deux principaux inconvénients de ce gouvernement, « le plus vindicatif de tous les gouvernements », étaient d’une part que le pouvoir des patriciens n’y était balancé par aucun contrepoids, et d’autre part que ce « gouvernement ombrageux », pour qui « le talent est toujours suspect », avait mis au nombre de ses maximes de « rabaisser soigneusement l’orgueil ou la gloire de ceux qui se sont élevés par […] d’éclatants services8 », interdisant toute espérance au « mérite ».

  • 9 Pour l’histoire de la Restauration et des débats politiques entre libéraux et ultras à propos de l’ (...)

4Ce réquisitoire contre le système aristocratique, fondé sur la confusion des pouvoirs et dans lequel « il n’y avait de pouvoir que pour quelques-uns, de liberté pour personne », doit être replacé dans le cadre politique français de la Restauration. Pour le libéral de 1819 qu’était Daru, ancien fidèle de Napoléon, attaché aux principes de 1789 bien que très critique à l’égard des « dérives » jacobines de la Révolution, il s’agissait aussi de pointer, fût-ce de façon indirecte, les dangers pour la France d’une lecture « aristocratique » de la Charte de 1814. Cette lecture était celle des « ultras ». À la fois nostalgiques de leurs positions perdues et héritiers d’une « réaction aristocratique » qui avait déjà combattu, par le passé, la centralisation imposée par l’absolutisme, les ultras aspiraient à une royauté décentralisée et imprégnée d’un esprit féodal enjolivé par le premier romantisme. Quant aux libéraux, inspirés par le modèle anglais, partisans de doctrines « à la fois nouvelles et conservatrices, antirévolutionnaires sans être rétrogrades » (Guizot), terminer la Révolution signifiait pour eux construire un gouvernement représentatif stable, établir un régime garant des libertés et fondé sur la raison. Ils soutenaient donc une politique de compromis et de réconciliation entre les « deux France », celles des élites aristocratiques et bourgeoises ; une politique tentée par Louis XVIII et son ministre Decazes, qui voulaient faire de la monarchie un pouvoir fort, dégagé de l’emprise aristocratique, en instituant un juste milieu également éloigné de la Révolution et de l’Ancien Régime et en rendant possible un régime de réconciliation dont les formes nouvelles étaient présentées comme le prolongement naturel de celles du passé9.

  • 10 P. Daru, Histoire de la république de Venise, op. cit., XI, i.
  • 11 Ibid., XXIV, xi.
  • 12 Ibid., II, lxxxiii.

5Malgré le réquisitoire en règle contre le « système » aristocratique vénitien – un réquisitoire qui prend tout son sens à l’intérieur du débat politique français de la Restauration – l’ancien intendant de la maison de l’Empereur qu’était Daru est cependant loin de ne voir que des défauts dans le gouvernement, l’administration et la politique de l’ancienne république. Ainsi, il ne peut manquer de reconnaître qu’à partir de la fermeture oligarchique du sénat, à la fin du xviiie siècle, le régime aristocratique a pu durer pendant cinq siècles, et que les Inquisiteurs d’État, « les conservateurs de l’ordre et de la paix publique », ont permis le maintien de l’indépendance vénitienne. Certes cette institution redoutée était un temple élevé à la crainte, mais le mystère qui l’entourait était justement le secret de son efficacité et la preuve de la « science du gouvernement » des Vénitiens. Et de fait, parallèlement à la critique de ce système que ne pouvait accepter le libéral de 1819, on trouve aussi dans l’Histoire de nombreux éloges de la « Realpolitik » du gouvernement vénitien. Daru admet que cette république puissante fut aussi redevable de sa prospérité au fait d’avoir eu un gouvernement immuable, régulier et stable, pratiquant « une politique circonspecte et persévérante à la fois, qui savait épier les occasions et les faire naître10 ». Ce gouvernement, dans lequel il y avait « un puissant principe de force et de vie », fit preuve de présence d’esprit et de fermeté dans les circonstances périlleuses, comme après la défaite d’Agnadel (1509). Et l’homme d’État français reconnaît que les Vénitiens surent, en de très nombreuses occasions de leur histoire, faire taire toutes les passions, « excepté l’enthousiasme national11 », et conserver cette constance immuable dans l’adversité, qui « appartient plus particulièrement à l’aristocratie qu’à toute autre espèce de gouvernement12 ».

  • 13 Ibid., XXXIX, xiv.
  • 14 Ibid., XXII, xiv.
  • 15 Ibid., XXVI, xvi.
  • 16 Ibid., XXVIII, xi.

6En outre, s’il est vrai que, pour l’ancien administrateur de la grande armée, c’est de l’« administration » plus encore que de la « constitution » que dépend le bonheur des peuples, Daru admet qu’à Venise « le peuple était gouverné avec douceur, mis à portée de satisfaire facilement à ses besoins ; en un mot assez heureux, et même agréablement distrait par des fêtes, des spectacles, qu’un gouvernement grave d’ailleurs, mais qui avait des vues d’utilité, prenait soin de multiplier13 ». Enfin, s’il est un domaine dans lequel Daru admire ce corps politique dont « les passions semblaient bannies14 », c’est bien celui de son attitude à l’égard de l’Église et de la puissance pontificale, ce « vieil ennemi, souvent repoussé15 ». Le gouvernement vénitien avait su non seulement tenir le clergé sous la coupe de l’État, mais aussi s’opposer à l’autorité de l’inquisition ecclésiastique et à l’influence des jésuites, « l’ordre religieux le plus redoutable et le plus accoutumé à s’immiscer dans les secrets de l’État et dans les intérêts temporels16 ». Évoquant l’épisode de l’Interdit (1605), et la résistance de Venise au pouvoir du pape, à une époque où « presque toutes les nations tremblaient devant la puissance pontificale », l’historien français reconnaît à la Sérénissime le grand mérite d’avoir su devancer les autres nations en ce domaine de la « science du gouvernement ».

7Ainsi, il n’est pas étonnant de constater que dans les nombreuses pages que l’auteur de l’Histoire consacre à la question de la « décadence » de Venise, il n’attribue jamais celle-ci aux seuls « vices » politiques du régime vénitien. Si la puissance de la Sérénissime atteignit son apogée à la fin du xve siècle, lorsque Venise était sans aucun doute non seulement l’État le plus puissant d’Italie mais un véritable empire maritime, il estime que ce sont des causes indépendantes de la prudence humaine qui entraînèrent le déclin de Venise. L’une des causes essentielles de sa décadence, à partir du xvie siècle, est naturellement la découverte de l’Amérique, qui changea les routes du commerce, et fit que Venise dut renoncer à sa suprématie commerciale et maritime. Mais Daru évoque aussi, comme autre cause essentielle du déclin de la république aristocratique, la conquête de Constantinople par les Turcs (1453), qui représenta pour la reine de l’Adriatique une menace et une source d’avanies permanentes. D’autant plus que la conquête de la Terre ferme par les Vénitiens, réalisée entre le xive et le xve siècle, amenait alors Venise à diriger sa politique sur les moyens de s’agrandir, et à détourner une partie de ses forces du commerce et des conquêtes au-delà des mers, les véritables fondements de sa puissance et de sa prospérité.

8Dans le bref portrait historique de Venise que trace Adolphe Thiers, le jeune historien de la Révolution française s’attache à retracer dans ses grandes lignes, mais avec précision, la formation de la puissance d’une république qui a représenté, depuis le Moyen Âge, « un centre d’où l’on peut contempler les plus grandes révolutions du globe, et dans lequel on voit s’en opérer qui ne sont pas moins remarquables ». Thiers suit ainsi Daru dans le récit des origines « démocratiques » de la république millénaire. À une époque, celle du haut Moyen Âge, où « la féodalité avait inondé toute l’Europe », Venise avait échappé seule à cette « invasion », et « l’égalité y régnait entre des fugitifs, des pêcheurs, des marchands de sel ». Il partage aussi l’analyse des causes économiques et des étapes de la décadence de Venise, représentative de la « triste condition de l’Italie moderne » ; lorsque l’Italie « qui avait été le centre de l’Ancien-Monde, dut demeurer partagée entre les deux parties du Nouveau », alors « les richesses ont eu une autre source ; le commerce a eu une autre voie, un autre centre […] et la puissance de Venise a passé dans Albion ».

9Mais ce qui est particulièrement significatif c’est que Thiers, comme Daru, centre son analyse sur « l’usurpation aristocratique » du xiiie siècle et sur la fermeture oligarchique de 1297 qui réduisit les doges à « une puissance presque nulle ». Certes il est singulier que la ville qui fut le « séjour de la plus parfaite égalité » devînt alors le siège de « l’aristocratie la plus tenace » ; d’autant plus qu’à cette époque une « turbulente démocratie » était instaurée, pour un temps, dans d’autres républiques marchandes italiennes, telle Florence. Néanmoins cette « usurpation » n’étonne pas le libéral qu’était Thiers, dans la mesure où, « parce qu’on a toujours l’ambition de ce qu’on peut », « l’une des tendances ordinaires de l’aristocratie est de diminuer sans cesse le pouvoir suprême, s’il en existe un dans l’État ». Ce « complot aristocratique » était à l’origine de l’inquisition politique et de la création du Conseil des Dix, c’est-à-dire de ces magistratures redoutées, à la puissance « invisible et présente », dans « un gouvernement qui faisait de la conservation le seul principe de sa morale ». Mais ce « complot » était aussi responsable, selon Thiers, de la « complète immobilité » de la société vénitienne ; en effet, lorsque le pouvoir se réduisit entre les mains de quelques-uns, à partir de la fin du xiiie siècle, « l’aristocratie, sans confusion, sans lutte violente, s’aristocratisa elle-même ».

10Estimant qu’« une société s’achève toujours sur son premier modèle, et se développe d’une manière conforme à ses commencemens », Thiers explique la disparition de la république de Venise comme le résultat de cette « immobilisation » de la société, induite par le régime oligarchique. Certes l’aristocratie vénitienne était « naturelle », dans la mesure où ses « racines » se trouvaient « au fond du sol » de l’ancienne république, plongées dans ses traditions séculaires. En outre, tout comme Daru, le jeune libéral ne remet pas en question la nécessité, pour une société, de posséder une aristocratie. Mais ce sont les conséquences de l’usurpation du pouvoir par cette classe qu’il met en évidence. L’effet de la « complète immobilité » du système vénitien à l’époque moderne fut bien, pour les deux historiens français, la disparition fulgurante de la vieille république, lorsque apparut « le conquérant français de l’Italie ».

11On pourrait citer de nombreuses autres recensions de l’ouvrage de Daru parues dans les revues libérales de l’époque, qui confirmeraient que la critique du modèle vénitien avait alors pour principal objet de poser les bases d’une conception libérale et constitutionnelle de la monarchie. Nous nous limiterons au texte paru en juillet 1819 dans cette autre importante revue libérale qu’était Le Constitutionnel. Son auteur, Lemontey, estime lui aussi que l’ouvrage de Daru est d’une grande actualité pour la France de la Restauration : « […] on agiterait aujourd’hui peu de questions politiques, écrit en effet Lemontey, qui ne trouvassent dans la vaste composition de Monsieur Daru des principes ou des faits propres à y jeter la lumière ». La principale leçon réside, pour l’auteur de cet article très élogieux à l’égard de l’Histoire, dans le tableau historique d’une « oligarchie » vénitienne coupable d’avoir usurpé le pouvoir « par la ruse et la violence », réduisant d’abord le monarque « à l’état de captif » avant de réduire la république elle-même « à l’état d’un corps gangrené et d’un fantôme qu’un souffle a détruit ». Si Lemontey ne relève pas, pour sa part, le paradoxe de la longévité d’un système pourtant si décrié, il pointe en revanche les risques d’une dérive aristocratique pour la France postrévolutionnaire : « S’il existait un pays, écrit-il en effet, où la noblesse ayant vu démolir l’édifice féodal, et désespérant, au moins pour un temps, d’en remonter les débris, travaillait à ressaisir la tyrannie par l’accaparement des emplois publics, la similitude de cette entreprise avec l’usurpation des nobles vénitiens ferait dans un tel ouvrage de M. Daru une lecture éminemment utile. »

12En 1823, presque trente ans après sa disparition politique, Venise continuait pourtant à représenter, pour les Français, une sorte d’énigme, un objet de mystère évoquant, comme l’écrivait Adolphe Thiers, « les idées de la richesse commerciale, de la volupté italienne et asiatique », le « luxe » byzantin, mais aussi « le despotisme et les plaisirs dissolus qui l’accompagnent ». Ce « byzantinisme » vénitien s’incarne en particulier, pour le collaborateur du Mercure, dans le mode d’élection du doge, auquel « si l’histoire n’était pas là, on ne croirait point » ; « composée de cinq tirages et de cinq scrutins », cette élection lui apparaît comme le fruit de « la manie d’un peuple commerçant de transposer le calcul partout ».

13Malgré la critique virulente du système aristocratique et de ses effets historiques néfastes, on retrouve aussi, dans cette lecture du passé vénitien, la même ambiguïté que chez Daru. Ainsi, Thiers ne manque pas, à son tour, de s’étonner de la mystérieuse longévité d’un État dont la durée avait semblé défier le temps, malgré l’immobilisme de ses institutions ; un État qui « présenta le phénomène singulier d’une république dans laquelle on ne vit ni un Périclès, ni un César, ni un Médicis, et qu’après quinze siècles d’existence, le conquérant français de l’Italie trouva se gouvernant encore d’après ses propres et immuables lois ».

14Son expérience d’homme d’État avait appris à Daru que « pour commander il faut s’environner de quelque chose de merveilleux » : il admirait Venise pour avoir su faire des pratiques secrètes des Inquisiteurs et des Dix une forme de gouvernement par le « merveilleux », dans laquelle « plus les coups de l’autorité étaient inattendus, inexplicables, plus ils produisaient de l’effet ». Le jeune historien français qu’était Adolphe Thiers, promis lui aussi à une brillante carrière d’homme d’État, ne pouvait à son tour échapper à l’étrange fascination « asiatique » pour « cette puissance invisible et présente qui avait même défendu de la louer » ; une puissance énigmatique, que l’on n’osait « ni juger, ni haïr, ni aimer », et dont « les coups prompts, inattendus […] étaient considérés comme ceux de la foudre céleste ». Ainsi, malgré la dénonciation de la « tyrannie » du gouvernement vénitien et des pratiques du Conseil des Dix et des Inquisiteurs – « l’assassinat, l’enlèvement, l’empoisonnement » – Thiers n’a jamais publié l’article annoncé à la fin de son texte ; un article dans lequel il entendait faire connaître « quelle est la morale d’un gouvernement qui fait de sa conservation le seul principe de sa morale, et quel est, pour l’espèce humaine, pour sa dignité, pour ses progrès, l’effet de sa complète immobilité ».

15En réalité, le texte du Mercure du dix-neuvième siècle semble plutôt représenter une sorte d’étude préparatoire aux pages qu’il consacre à la chute de la Sérénissime dans son Histoire de la Révolution française, qu’il commence à publier la même année. La disparition de l’ancienne république, lors de la campagne d’Italie, y est alors expliquée en partie par la haine que le gouvernement vénitien nourrissait à l’égard des Français, qu’il se préparait à trahir et à surprendre dans un moment de péril pour les armées de Bonaparte. Sans aucun rapport avec le scandaleux partage de la Pologne, auquel il est souvent comparé, « le partage des États vénitiens [décidé à Campoformio] n’avait rien qui ressemblât à l’attentat célèbre qu’on a si souvent reproché à l’Europe ». Il est en revanche présenté comme le résultat de « l’aveuglement ordinaire à toutes les aristocraties », qui avait empêché toute transaction, « et rendu une révolution inévitable ». Venise, ce « corps usé », « prêt à se disloquer », avait aussi mérité sa mort politique, puisque « sa constitution était la plus inique d’Europe […], sa perfidie et sa lâcheté ne lui donnaient aucun droit ni à l’intérêt ni à l’existence » ; l’État détruit était une « aristocratie despotique », « ennemie irréconciliable de la liberté ».

16Dans cette histoire « nationale » de la Révolution française, écrite par celui qui deviendrait le chantre de la réaction conservatrice sous la Deuxième République, celle-ci devait être « justifiée » pour être mieux « achevée » ; « achevée » comme l’avait été Venise, c’est-à-dire plutôt « trahie », diront par la suite certains républicains français, tel Lanfrey dans sa belle Histoire de Napoléon (1867-1875). Quoi qu’il en soit, dans la longue marche vers la « liberté » décrite par le libéral de 1823, il fallait bien que naisse la « nouvelle société » que Napoléon avait déjà consolidée, « à l’abri de son épée ». La virulence des propos d’Adolphe Thiers, dans son Histoire de la Révolution française, avait pour principal objet d’absoudre l’« attentat » contre le « corps usé » de l’ancienne Sérénissime, perpétré par le jeune général qui allait « sous les formes monarchiques, continuer la Révolution dans le monde ».

17Et pourtant, dans une Europe où la Révolution française avait accéléré les mutations et les transformations, Venise était destinée à représenter le mythe d’un monde immuable, soustrait au temps. Ce « paradis perdu » était peut-être un paradis de plombs, de crimes et de châtiments, mais il était, comme on le sait, destiné à faire rêver les hommes du xixe siècle. En 1823, le libéral qu’était Thiers semble avoir une attitude double à l’égard de Venise. Le partisan de la nouvelle société née de la Révolution française justifie l’attentat perpétré contre la république aristocratique déchue, mais il ne peut lui non plus échapper au mystère « asiatique » qui était celui de l’ancienne reine des mers.

Note sur la présente édition

18Nous avons tenu à conserver l’orthographe de l’article de Thiers, sa ponctuation ainsi que son usage des majuscules. Le lecteur ne s’étonnera donc pas de lire, conformément à l’usage de l’époque, « monumens », « conquérans », « développemens », « continens », etc. ou encore « dès-lors », « long-temps », « non-seulement », « Nouveau-Monde », « Ancien-Monde », etc. Nous avons également maintenu la francisation des noms et des lieux. Nous avons en revanche corrigé les quelques coquilles présentes dans le texte d’origine.

Premier article

Adolphe Thiers, « Histoire de la république de Venise, par M. Daru, deuxième édition », Le Mercure du dix-neuvième siècle, 5 juillet 1823, p. 619-624.

19L’Histoire est l’un des genres auquel notre siècle est plus particulièrement propre. L’imagination ne nous domine pas trop ; les connaissances politiques et économiques ont fait des progrès considérables ; nous avons acquis plus de goût pour l’étude des anciennes mœurs, et pour leur peinture fidèle et pittoresque ; nous avons donc acquis les qualités justement nécessaires pour faire revivre les peuples avec leurs institutions, leur esprit et leur physionomie particulière. Aussi comptons-nous déjà plusieurs monumens remarquables, et que nous pouvons, avec assurance, opposer à ceux qui ont honoré l’Angleterre.

20L’Histoire de la République de Venise, par M. Daru, doit être placée parmi les grandes compositions du genre, et l’Europe savante lui a déjà décerné le rang le plus distingué. Elle se rapproche, par la gravité, la rectitude du jugement, et l’universalité des connaissances, des histoires écrites par les Anglais ; mais elle est plus pittoresque, ce nous semble, et sans faire autant image que pourraient le désirer les disciples de Walter Scott, elle offre cependant une narration assez animée et des peintures assez vivantes. Cependant le mérite dramatique n’en est pas le mérite essentiel, et ne devait pas l’être. Il faut, pour atteindre à l’effet du drame, prendre une époque, une action isolée ; il faut diminuer le nombre des rôles pour leur assurer plus d’importance, et donner enfin au sujet l’unité, sans laquelle il n’y a point d’intérêt véritable. Mais dans une histoire générale qui embrasse quinze siècles, le sujet n’est plus telle ou telle action, c’est le peuple lui-même, et la formation successive de sa puissance et de sa constitution particulière. Mais un peuple est un être abstrait ; les modifications qu’il a reçues du sol, sur lequel il s’est développé, des occupations auxquelles il s’est livré, des voisins qu’il a eus, offrent un long phénomène moral et politique, qui attache l’esprit par la génération des causes et des effets, mais qui excite et attache peu l’imagination. Pour instruire la raison il faut des masses, pour toucher le cœur il faut des individus. L’Histoire de Venise ne devait donc pas avoir les mêmes qualités que celle de Pologne par Rhulières ; elle devait offrir le tableau des institutions les plus singulières qui aient existé, et expliquer l’établissement vaste d’une puissance qui ne résidait ni dans le territoire, ni dans la population, mais dans l’industrie. C’est ce que M. Daru a exécuté en savant et en homme d’État. L’immensité des matériaux, la sagacité des recherches, la juste appréciation des événemens et des institutions, feront toujours le mérite essentiel de son ouvrage, et en assureront la durée.

21Au nom de Venise se réveillent les idées de la richesse commerciale, de la volupté italienne et asiatique, et surtout d’une aristocratie sombre, défiante et formidable. Venise date de l’invasion des barbares ; elle a dominé pendant tout le moyen âge ; elle en a fait le luxe ; elle a lié l’Orient à l’Occident pendant dix siècles ; elle lie le monde ancien au monde moderne : c’est un centre d’où l’on peut contempler les plus grandes révolutions du globe, et dans lequel on voit s’en opérer qui ne sont pas moins remarquables. Sous les Romains, la puissance, la richesse, la civilisation, n’avaient pas dépassé les Alpes. L’Égypte, la Syrie, l’Asie-mineure, la Grèce, le demi-cercle qu’embrasse l’Apennin, le littoral des Gaules, de l’Espagne et de l’Afrique, formaient une circonférence où s’était enfermée toute la civilisation de l’Ancien Monde. D’un point de cette circonférence, Rome la dominait tout entière. Mais lorsque la propagation eut lieu au-delà des Alpes et des grands fleuves, l’Ancien-Monde se partagea en deux régions, l’Orient et l’Occident ; il n’y eut plus alors un seul centre de domination, il s’en forma deux : celui de l’Orient fut reculé vers l’Asie et porté à Constantinople ; celui d’Occident ne demeura à Rome que quelques instans, et il fut tantôt dans les Gaules, sous Charlemagne, tantôt en Germanie, sous les empereurs. Dès-lors l’Italie, qui avait été le centre de l’Ancien-Monde, dut demeurer partagée entre les deux parties du Nouveau ; elle fut disputée entre les Grecs et les Francs, entre les barbares du Nord et ceux de l’Orient, entre les Hongrois, les Sarrasins, les Normands ; elle fut le théâtre de guerres, de ravages et d’excursions continuelles ; déchirée, démembrée, elle appartint à vingt maîtres ; et cette terre, autrefois centrale et siège d’une puissance unique, n’exista plus qu’en lambeaux, et fut privée de l’avantage de former un seul État. Sa position intermédiaire entre les deux régions nouvelles, et sa division en deux parties par les Alpes et l’Apennin, sont la cause de cette triste condition de l’Italie moderne.

22Cependant elle a dû un grand avantage à cette situation singulière, c’est de voir des peuples libres s’élever au milieu des conquérans qui se la disputaient ; des républiques se former au sein même du système féodal, et fournir un des plus énergiques spectacles qu’ait jamais donnés l’humanité. Gênes, Pise, Florence, Venise et les villes lombardes offrent les plus intéressantes variétés et les plus grands développemens ; elles ne sont pas moins héroïques que l’ancienne Grèce ; leur génie pour les arts est aussi grand, et s’il est moins pur, s’il est plus mêlé parce qu’elles étaient placées entre les images de l’ancien monde et du nouveau, et qu’elles avaient vu tous les peuples se croiser sur leur sol, il est du moins plus varié, plus original et plus profond.

23Entre toutes ces républiques, Venise n’en est pas la moins remarquable ; elle a été la plus durable, la plus différente, et celle dont la puissance a été la plus étendue. Les anciens Vénitiens, ou Venetes, occupaient le rivage de la Lombardie. Padoue était leur ville principale, et ils en possédaient plusieurs autres sur les rives du Pô, de l’Adige, de la Piave et du Tagliamento. Les incursions des Barbares les obligèrent à chercher un refuge sur les îles qui bordent les embouchures de ces divers fleuves. Poursuivis, attaqués même dans leur asile, ils se retranchèrent dans la plus inaccessible de leurs îles, celle de Rialto, et ils jetèrent sur des écueils, et au milieu d’un marais, les fondemens de la superbe Venise. La pêche fut leur première occupation. Le sel qu’ils recueillaient sur leurs rives fut leur premier objet d’échange avec les peuples voisins, et bientôt ils eurent ainsi des vaisseaux nombreux et des marins intrépides.

24Les premiers ennemis qui vinrent à leur rencontre, furent les pirates de l’Adriatique et de Narenta ; ils les soumirent et s’emparèrent des rives de la Dalmatie. Maîtres bientôt du golfe, ils le parcouraient pour le compte de toutes les villes, et échangeaient pour elles leurs produits. Bientôt ils coururent en Orient ; transportant ses richesses au fond de l’Adriatique, ils les faisaient remonter le long des fleuves nombreux qui descendent des Alpes, et faisaient pénétrer jusque dans l’ancienne Germanie le luxe asiatique. Toute la Méditerranée devint leur empire ; ils longeaient les côtes de l’Espagne, passaient le détroit des Colonnes, franchissaient les caps Finistère et Ortégal, et venaient jusqu’à l’embouchure du Rhin, demander ou offrir les produits de l’industrie du moyen âge. Mais ils eurent leurs émules, et, dans un golfe, celui que l’Italie forme avec la France, ils trouvèrent de terribles ennemis, les Génois ; et on vit d’une part les Pisani, les Zéno disputant l’empire de la mer aux Doria ; les Vénitiens l’emportèrent, et restèrent seuls maîtres de la Méditerranée. Pour la guerre comme pour la paix, ils étaient le lien de l’Occident et de l’Orient ; on les vit en effet transporter les croisés en Asie, prendre part à leurs exploits, et les continuer contre la puissance des Turcs, lorsque ceux-ci succédèrent à l’empire grec. Leur puissance ainsi établie a duré jusqu’à la découverte du Nouveau-Monde. Alors les richesses ont eu une autre source ; le commerce a eu une autre voie, un autre centre. D’autres insulaires ont parcouru et dominé les mers, et la puissance de Venise a passé dans Albion. Ainsi l’humanité s’avance sur le globe, et d’îles en îles, de continens en continens, on voit errer les lumières, les richesses et la puissance.

25Tel est le tableau de l’existence des Vénitiens. Mais leurs institutions sont bien autrement fameuses que leur commerce et leur puissance. Venise rappelle, avant tout, le conseil des dix et le carnaval, c’est-à-dire le despotisme et les plaisirs dissolus qui l’accompagnent ; et c’est ce qui intéresse le plus dans son histoire.

26Nous nous en occuperons dans un autre article.

Deuxième article

Adolphe Thiers, « Histoire de Venise, par M. Daru. – Établissement de l’aristocratie vénitienne », Le Mercure du dix-neuvième siècle, 23 juillet 1823, p. 111-122.

27Les savans qui étudient la nature s’extasient souvent sur la variété infinie de ses productions ; je voudrais bien que les publicistes remarquassent aussi cette variété infinie de mœurs, d’institutions, de caractères, que présente l’histoire des peuples. Dans les sables, au milieu de îles, sur les vastes continens, dans les terres riches ou arides, voyez comme l’homme toujours le même se diversifie cependant, et végète, si l’on peut dire ainsi, d’une manière toujours nouvelle ! Que l’on compare le nomade d’Afrique ou de l’Arabie, à celui du grand désert de Gobi ou des extrémités polaires de la Russie ; que l’on compare les peuples guerriers d’autrefois à ceux d’aujourd’hui ; les commerçans de l’antique Phénicie, d’Athènes, de Carthage, à ceux de Venise, des villes anséatiques, de l’Angleterre actuelle et de la nouvelle Amérique ; quelle diversité infinie avec des ressemblances cependant frappantes ! Combien de manières différentes de s’enrichir, de s’administrer, de périr ! Le fraisier de Bernardin de Saint-Pierre, où se succédaient tant de mille insectes, ne présentait pas plus de variétés, ni une succession plus changeante. Qu’il est beau, qu’il est vrai, ce mot de Leibnitz en parlant de l’univers : la variété dans l’unité. C’est la création parfaitement définie. La seule Italie du moyen âge présente à la fois Milan, Pise, Gênes, Florence, Venise, Rome, Naples, c’est-à-dire les puissances agricole, militaire, commerciale et religieuse qui luttent ensemble et offrent des aspects si divers. Entre les villes commerçantes elles-mêmes, entre Florence et Venise, que de différences ! Et entre Gênes et Venise qui ont de commun non-seulement le commerce, mais la situation maritime, combien d’oppositions encore ?

28La position insulaire des Vénitiens au fond d’un golfe, au milieu d’une multitude de peuples jaloux, semblait les destiner à donner un singulier exemple de mœurs et d’institutions. La féodalité avait inondé toute l’Europe ; elle avait traversé les Alpes, envahi la Lombardie, et avec les Normands elle était venue des bords de l’Océan s’établir dans l’Italie méridionale. Ainsi donc l’Aristocratie militaire dominait partout. Venise, sans territoire et composée de quelques atterrissemens, avait échappé seule à cette invasion ; l’égalité y régnait entre des fugitifs, des pêcheurs, des marchands de sel ; et tandis que l’aristocratie la plus tenace devait succomber dans toutes les villes voisines pour faire place à une turbulente démocratie, l’aristocratie militaire devait s’établir à Venise même, séjour de la plus parfaite égalité.

29L’aristocratie militaire a eu deux destinées en Italie. Une partie, assez puissante pour résister aux villes, se constitua à part, et forma ces duchés, ces baronies, petites puissances monarchiques qui traitaient avec les petites républiques dont elles étaient entourées. L’autre partie de l’aristocratie, n’étant point assez puissante en territoire, fut absorbée par les villes, s’y retira, et voulut y acquérir une influence supérieure. Une lutte s’engagea entre elle et la bourgeoisie industrielle ; et il en résulta ces longues convulsions, après lesquelles la démocratie la plus violente fut suivie d’un despotisme absolu. À Venise, au contraire, aucune aristocratie imposée ne voulut s’établir. Chacun partit de l’égalité ; bientôt par l’effet de la croissance naturelle, il y eut des riches, il y eut des pauvres, il y eut des habiles et des ignorans ; une aristocratie naturelle s’établit peu à peu, et, sans de trop grandes convulsions, elle finit par devenir formidable. L’aristocratie ne se superpose pas, elle ne s’établit pas de main d’homme ; il faut qu’elle croisse dans le pays même, et qu’elle ait ses racines naturelles au fond du sol qu’elle veut dominer. Soyez donc le plus habile, le plus riche, le plus utile, vous serez le plus fort, vous pourrez même devenir le tyran de vos égaux ; mais il faut avoir commencé d’abord par être le meilleur.

30Les diverses îles dont se composait le petit État vénitien nommaient chacune un commissaire, qui dans la langue latine du sixième siècle dut se nommer un tribun. Ces commissaires réunis réglaient les affaires de la colonie. Mais quand ses intérêts se compliquèrent, quand elle ne fut plus assez faible pour être sans ennemis, le danger à repousser fit sentir la nécessité d’une direction unique, et un jour de péril on nomma un chef, qui s’appela Doge. Le besoin ne voit que le moment présent. Le besoin était d’avoir une seule direction, et on n’alla pas au-delà, on ne prévit pas l’abus de la toute-puissance dans une même main. Le doge avait une espèce de dictature à vie, il faisait la paix, la guerre ; il commandait les armées, il levait des impôts ; et quand il lui fallait de l’aide ou des conseils, il appelait à son choix quelques-uns des citoyens les plus considérés des îles, et leur réunion, qui devint depuis le sénat, s’appela la réunion des pregadi, c’est-à-dire des priés.

31Les doges usèrent ou trop, ou mal de leurs pouvoirs ; ils voulurent même le rendre héréditaire. Souvent la multitude qui les nommait tumultueusement, les destituait de même, et ne leur laissait pas la vie en leur ôtant le pouvoir. De cinquante doges, cinq abdiquèrent, neuf eurent les yeux crevés, et cinq furent massacrés. En 1172, Venise en guerre avec l’empereur d’Orient, dépouillée de ses comptoirs, battue sur ses flottes, ravagée par la peste, réduite enfin à la dernière extrémité, poignarda son doge Vital Michieli. Les principaux citoyens sentaient l’inconvénient de ces désordres ; et la multitude se trouvait dans cet état de confusion et de péril, où elle sent le besoin d’être dirigée, et où elle est décidée à s’en remettre aux mains des plus habiles. Dans cette situation, on eut recours au seul corps constitué à Venise : c’était un tribunal composé de quarante magistrats, et chargé de distribuer la justice. On le nommait la quarantie.

32Plusieurs fois on voit dans l’histoire la magistrature être appelée au rôle important de législateur. La cause en est facile à saisir : de tous les services publics, le plus indispensable étant celui de la justice, le pouvoir judiciaire se trouve là même où il n’y a pas encore de pouvoir établi ; naturellement alors on s’adresse à lui pour créer tous les autres : c’est ce qui eut lieu à Venise ; la quarantie fut chargée de rédiger un règlement qui fut accueilli sans contestation.

33Les assemblées populaires étaient désordonnées ; on résolut donc que chaque quartier de la ville nommerait chaque année deux commissaires, et que ceux-ci désigneraient, sur la population entière, les quatre cent soixante-dix citoyens les plus dignes de la représenter. Cette manière de nommer un électeur, au lieu de désigner directement les élus, a été constante à Venise, et s’est reproduite dans toutes ses institutions. C’était l’inconvénient d’une élection tumultueuse dont on venait de souffrir ; il était naturel qu’on transportât ce droit à un petit nombre plus capable de choisir ; et une fois l’habitude prise, elle se développe, se renforce et se reproduit partout. Ainsi, après avoir donné à douze électeurs le droit de choisir les quatre cent soixante-dix membres du Grand Conseil, ils en firent de même pour le doge. Il n’était plus nommé par le peuple, ni même par le grand conseil ; mais le grand conseil élisait onze électeurs, lesquels élisaient le doge. Le grand conseil avait la souveraineté, et le doge l’exécution. Cependant, pour éviter de convoquer un conseil de cent soixante-dix membres, pour les affaires courantes (car la terreur du grand nombre dominait), un conseil intermédiaire de soixante lui fut adjoint pour les régler. Ainsi, tandis que les quatre cent soixante-dix avaient les affaires générales ou la législation, les soixante avaient les affaires particulières ou l’administration. Rien n’était plus simple qu’un établissement pareil. Ce n’était plus la multitude qui gouvernait, mais c’était elle qui nommait les électeurs chargés de nommer le gouvernant.

34Cet état de choses dura un certain temps. L’existence politique se trouvant ainsi concentrée, les passions agirent fortement entre les grandes maisons auxquelles était échu le pouvoir ; les haines de familles s’ensuivirent ; et par suite les brigues pour l’élection du doge. La manière dont on s’y prit pour les prévenir est assez remarquable, et montre à la fois la singulière habitude d’élire toujours des électeurs, et la manie d’un peuple commerçant de transporter le calcul partout. Trente membres du grand conseil, tirés au sort, se réduisaient à neuf par un second tirage. Ces neuf désignaient quarante électeurs provisoires, lesquels, soumis à l’approbation du grand conseil, devaient réunir sept voix pour être maintenus sur la liste. Le sort les réduisait encore à douze. Ces douze en nommaient vingt-cinq ; ces vingt-cinq, soumis à une nouvelle approbation du grand conseil, devaient obtenir neuf voix. Approuvés, ils s’éliminaient encore et ne restaient que neuf ; ceux-ci en nommaient quarante-cinq ; ces quarante-cinq, encore ballottés par le grand conseil, puis encore réduits à onze par le sort, nommaient quarante-un électeurs définitifs.

35Si l’histoire n’était pas là, on ne croirait point à cette élection, composée de cinq tirages et de cinq scrutins successifs. Elle est la combinaison de deux habitudes invétérées, la délégation électorale et le calcul.

36Il était naturel que les grandes familles reparussent plus fréquemment dans le grand conseil ; elles composèrent ainsi une espèce de noblesse toute locale, dont l’empire était irrésistible, parce que ses progrès étaient lents et insensibles. D’ailleurs, dans un État circonscrit et parfaitement isolé, à l’abri des invasions et des mélanges de population, les habitudes et les traditions sont plus durables. On a vu à Venise des usages insignifians qui remontaient à dix siècles. On conservait le nom des familles dites Tribunitiennes, c’est-à-dire de celles qui, avant l’établissement des doges, avait exercé le tribunat. Tout y tendait donc à la fixité. Les grandes familles se mettaient en possession durable du grand conseil ; les familles inférieures se classaient, par l’effet d’un niveau naturel, dans les rangs inférieurs ; elles occupaient dans l’État toutes les places de la secrétairerie. On instituait une charge, celle de chancelier, qui était le chef de toutes les secrétaireries, et qui avait le premier poste après celui du doge. Tous les citadins ou membres de la classe intermédiaire y pouvaient parvenir. Ils avaient ainsi la seconde place de l’État ; tandis que la noblesse avait la première par le doge.

37L’une des tendances ordinaires de l’aristocratie est de diminuer sans cesse le pouvoir suprême, s’il en existe un dans l’État. À Venise la puissance du doge était absolue dans l’origine. Si la souveraineté électorale fût restée à la multitude, le doge, quoique électif aurait toujours conservé la toute-puissance réelle, parce qu’une multitude ne peut avoir la prétention de régner de fait. Elle est capricieuse dans le don du pouvoir, violente dans la manière d’en venger l’abus ; mais dans l’intervalle de l’élection à la mort de son élu, elle lui laisse une toute-puissance qu’elle ne peut pas limiter. L’aristocratie au contraire, composant le petit nombre habile, voulait faire ce dont elle était capable, c’est-à-dire gouverner, parce qu’on a toujours l’ambition de ce qu’on peut. Elle réduisit donc le doge à une puissance presque nulle. Sa charge ne fut bientôt qu’honorifique, au moyen des réformes qu’à la mort de chaque doge, on faisait à l’institution. Ainsi on lui avait d’abord imposé des conseillers obligés. Bientôt il ne put rien faire sans eux, pas même ouvrir une dépêche ; enfin il perdit la plupart de ses attributions exécutives dont le sénat et diverses commissions s’emparèrent ; il demeurait sans doute entouré d’une grande pompe ; on lui faisait certaines communications à genoux ; mais c’est à genoux aussi qu’on s’était présenté au doge Foscari, pour qu’il signât la condamnation de son fils.

38Ces conquêtes de l’aristocratie sur le dogat et le peuple furent insensibles comme dans toutes les œuvres de la nature. On a vu que le grand conseil avait la souveraineté ; il ne restait au peuple qu’une seule fonction, celle de nommer les électeurs qui nommaient le grand conseil lui-même. Le grand conseil s’en empara et eut la désignation des électeurs qui devaient le recomposer. C’était là s’attribuer à lui-même sa propre composition. Dès-lors les mêmes familles devaient y être ramenées plus souvent encore, et il n’y avait plus qu’un pas à faire pour les y fixer irrévocablement ; c’était de rendre héréditaire la qualité de conseiller. La proposition fut faite, mais elle ne réussit pas d’abord ; des oppositions se manifestèrent ; enfin un doge persévérant et ambitieux, ennemi du peuple qui l’avait humilié, fit réussir ce complot aristocratique. Un décret attribua aux seules familles qui avaient, depuis quelques années, figuré dans le grand conseil, le droit d’y siéger toujours et exclusivement à toutes autres. L’élection fut abolie et remplacée par l’hérédité. Les enfans avaient le droit de siéger dans le grand conseil, du vivant même de leur père, et dès qu’ils avaient atteint l’âge de vingt-cinq ans. Un registre renferma le nom des familles qui avaient ce droit inné de former le grand conseil, et il devint fameux sous le titre du Livre d’Or.

39Ainsi se consomma l’usurpation aristocratique à Venise : ce n’était pas sans opposition de la part des familles exclues ; mais on donna des espérances aux moins indociles, et on proscrivit les autres. Des conspirations devaient se tramer contre un établissement pareil ; le soin de la conservation devint le principal pour lui, et l’inquisition politique résulta de l’usurpation. La conspiration du marin Boconio fut découverte et punie. Celle des Querini, conduite avec beaucoup de prudence et de hardiesse, se poursuivit jusqu’au jour de l’exécution, jusqu’à une bataille même, et ne fut déjouée que par une victoire. Ses ramifications avaient été immenses, on nomma une commission de dix membres pour découvrir les complices. Cette commission devait durer dix jours. Elle fut prorogée pour dix encore, puis pour vingt, ensuite pour deux mois, pour dix mois, pour un an, pour cinq ans, pour dix ans, et enfin pour toujours. Ainsi fut établi le fameux conseil des dix.

40Ce conseil était chargé de surveiller toutes les tentatives dirigées contre l’État, non-seulement de la part des populaires, comme on les appelait, mais de la part des nobles eux-mêmes. Les tentatives du clergé et du pape, pour faire prédominer la puissance spirituelle, celle des étrangers pour s’ingérer dans les affaires de la république, étaient surveillées avec un soin constant, et punies sur un simple soupçon, d’une manière secrète, terrible et inévitable. Les plus grandes têtes étaient soumises à la juridiction du conseil des dix, et toute puissance, même celle du doge, cessait devant la sienne. On en connaîtra bientôt toute la puissance.

41L’aristocratie se trouvait ainsi parfaitement constituée et défendue ; mais quelque immobilisée que fût la marche sociale par cet établissement aristocratique, il demeurait un reste de mouvement, parce qu’il n’est jamais possible de paralyser complètement une société quelconque. Il reste toujours un souffle de vie ; et c’était surtout dans l’aristocratie, où s’était concentrée toute l’existence politique, que pouvaient se rencontrer les discordes, les ambitions, les fortunes subites d’un usurpateur. Mais une société s’achève toujours sur son premier modèle, et se développe d’une manière conforme à ses commencemens. L’aristocratie sans confusion, sans lutte violente, s’aristocratisa elle-même. Bientôt le grand conseil fut privé des plus importantes attributions ; il n’avait plus que les élections, l’approbation des lois et la création des impôts nouveaux, c’est-à-dire presque rien ; car, dans un État comme Venise, on faisait peu de lois nouvelles, on établissait peu d’impôts extraordinaires. La paix, la guerre, l’administration des deniers publics, c’est-à-dire le véritable gouvernement de l’État, appartenait au sénat, et, dans le sénat, aux sages grands. Le conseil des dix lui-même s’était aristocratisé aussi, et s’était réduit à une magistrature secrète et terrible, composée de trois individus, appelés inquisiteurs d’État. Ces trois inquisiteurs étaient trois membres que le conseil des dix choisissait dans son sein, sans que personne les connût, car leur nom n’était jamais au bas de leurs actes, et ils n’agissaient qu’avec l’autorité du conseil des dix. Par la multitude des espions de toutes les classes populaires, citadins, nobles, prélats, qu’ils avaient à leur gage, l’administration entière de l’État se trouvait sous leur surveillance, et ils réparaient la moindre faute, ou la moindre ambition par les moyens perfectionnés du conseil des dix, c’est-à-dire par l’assassinat, l’enlèvement, l’empoisonnement, etc. Nous les ferons connaître plus tard.

42Ces magistratures, soit celles du sénat, soit celles du conseil des dix, étaient temporaires ; aucune ne s’étendait au-delà d’une année. Tous les influens y arrivaient à leur tour ; la tyrannie n’était pas un monopole ; chacun l’exerçait quelques jours pour le maintien de l’État et pour en assurer la durée. Seulement les magistratures revenaient plus souvent dans les mêmes mains des plus influens ; mais si cette supériorité devenait alarmante, l’ostracisme secret du conseil des dix veillait pour le maintien de l’égalité aristocratique, et pour empêcher une usurpation. C’est grâce à ce moyen et à l’obstacle que présentait la magistrature honorifique du dogat, que Venise se maintint république, et présenta le phénomène singulier d’une république où l’on ne vit ni un Périclès, ni un César, ni un Médicis, et qu’après quatorze ou quinze siècles d’existence, le conquérant français de l’Italie trouva se gouvernant encore d’après ses propres et immuables lois.

43Telle était donc la situation de Venise. Le peuple, assez doucement administré, avait pris telle habitude de ne pas s’occuper des affaires de l’État, qu’il les regardait comme une région supérieure et toute divine dont son imagination ne devait pas approcher. Les coups prompts, inattendus, des inquisiteurs étaient considérés comme ceux de la foudre céleste ; on baissait les yeux, et, le doigt sur la bouche, on s’imposait silence sans oser ni juger, ni haïr, ni aimer cette puissance invisible et présente qui avait même défendu de la louer. Les coups portaient rarement sur le peuple qui avait depuis longtemps renoncé à tout, mais souvent sur la noblesse qui se surveillait elle-même avec une inquiétude jalouse et cruelle. La noblesse composait à elle seule une autre république dont chaque membre pouvait, caché à tous pendant neuf mois, enveloppé d’un voile impénétrable, armé du poignard et du poison, pouvait, dis-je, ostraciser les autres, et supprimer en un instant celui dont le cœur eût nourri une pensée trop haute.

44Beaucoup de gens pourraient bien admirer une institution pareille. Je leur ferai connaître, dans un autre article, quelle est la morale d’un gouvernement qui fait de sa conservation le seul principe de sa morale, et quel est, pour l’espèce humaine, pour sa dignité, pour ses progrès, l’effet de cette complète immobilité.

Top of page

Notes

1 Pour la biographie de Daru, nous renvoyons à H. de La Barre de Nanteuil, Le Comte Daru ou l’administration militaire sous la Révolution et l’Empire, Paris, Peyronnet, 1966 ; et plus récemment B. Bergerot, Daru, intendant général de la grande armée, Paris, Tallandier,1991.

2 Voir, à ce propos, C. Delacroix, F. Dosse et P. Garcia, Les Courants historiques en France (xixe-xxe siècles), Paris, Armand Colin, 2002 (en particulier le chapitre i, consacré à la naissance de l’histoire contemporaine), ainsi que G. Lefebvre, La Naissance de l’historiographie moderne, Paris, Flammarion, 1971.

3 Voir à présent P. Daru, Histoire de la république de Venise, texte et notes établis par A. Fontana et X. Tabet, Paris, Laffont (Bouquins), 2 vol. , 2004. Pour des considérations plus approfondies sur l’ouvrage de Daru, le débat politique français de la Restauration, ainsi que l’historiographie vénitienne au xixe siècle, nous renvoyons le lecteur à notre introduction à ces deux volumes, ainsi qu’à celle d’Alessandro Fontana sur le mythe de Venise sous l’ancien régime et au xixe siècle en Europe.

4 P. Daru, Histoire de la république de Venise, Paris, Firmin Didot, 1853, l. XXXIX, chap. i (nous citons à partir de la dernière édition parue de l’ouvrage).

5 Ibid., VII, i.

6 Ibid., VI, ix.

7 Ibid., VII, i.

8 Ibid., XI, xxxi.

9 Pour l’histoire de la Restauration et des débats politiques entre libéraux et ultras à propos de l’interprétation de la charte de 1814, voir F. Démier, La France du xixe siècle (1814-1914), Paris, Le Seuil, 2000. Parmi les ouvrages de référence sur l’histoire de la Restauration, nous renvoyons également à G. de Bertier de Sauvigny, La Restauration, Paris, Flammarion, 1955 ; et, plus récemment, E. de Waresquiel et B. Yvert, Histoire de la Restauration (1814-1830), Paris, Perrin, 1996.

10 P. Daru, Histoire de la république de Venise, op. cit., XI, i.

11 Ibid., XXIV, xi.

12 Ibid., II, lxxxiii.

13 Ibid., XXXIX, xiv.

14 Ibid., XXII, xiv.

15 Ibid., XXVI, xvi.

16 Ibid., XXVIII, xi.

Top of page

References

Electronic reference

Xavier Tabet, « La vision de l’histoire de Venise par les libéraux français de la Restauration : un article d’Adolphe Thiers, en 1823, sur l’Histoire de la république de Venise (1819) de Pierre Daru », Laboratoire italien [Online], 5 | 2005, Online since 07 July 2011, connection on 26 June 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/441 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.441

Top of page

About the author

Xavier Tabet

Xavier Tabet est maître de conférences à l’université de Paris VIII. Ses travaux portent sur la pensée politique et la littérature italienne au xixe siècle. Il vient de publier (en collaboration avec Alessandro Fontana) chez Robert Laffont, dans la collection Bouquins (2 vol. ), la nouvelle édition de l’Histoire de la république de Venise de Pierre Daru.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page