Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Justice et armes au XVIe siècle

Présentation

Diego Quaglioni et Jean-Claude Zancarini
p. 5-7

Texte intégral

1Le dossier « Justice et armes au xvie siècle » que nous proposons dans ce numéro 10 de Laboratoire italien envisage les changements et parfois les bouleversements que l’état de guerre introduit dans la pensée de la politique et dans le droit, la façon également dont la pensée politique et le droit rendent compte de ces bouleversements induits par la guerre. L’Italie est évidemment le point de départ de cette réflexion, mais nous sommes amenés à considérer des auteurs qui écrivent dans d’autres pays et qui envisagent les effets de la guerre en d’autres pays, notamment la France des guerres civiles.

2Notre référence aux liens qu’entretiennent la justice et les armes découle volontairement de l’usage que fait Machiavel de cette formule qui, comme on le sait, provient des premières lignes de la préface des Institutiones de Justinien (« Imperatoriam maiestatem non solum armis decoratam sed etiam legibus oportet esse armatam, ut utrumque tempus, et bellorum et pacis, recte possit gubernari. ») Machiavel emploie l’expression dès 1506, dans la Cagione dell’ordinanza : « Qui dit empire, royaume, principat ou république […] dit justice et armes. Vous [= les seigneurs de Florence], de la justice, vous n’en avez pas beaucoup et des armes pas du tout ; et la seule façon de ravoir l’une et l’autre est de s’ordonner pour les armes. » Dans le Prince, chapitre 12, au moment où il commence à énoncer ses idées concernant les « armes propres » et sa critique des « armes mercenaires », il énonce à nouveau que le fondement de tout État est constitué de ces deux éléments indissociablement liés :

Les principaux fondements que doivent avoir tous les États, les vieux comme les nouveaux ou les mixtes, sont les bonnes lois et les bonnes armes ; et puisqu’il ne peut y avoir de bonnes lois là où il n’y a pas de bonnes armes, et que là où il y a de bonnes armes il faut bien qu’il y ait de bonnes lois, je laisserai de côté les propos sur les lois et je parlerai des armes.

3La façon dont il énonce ici la nécessité du lien justice et armes, bonnes lois et bonnes armes est l’indice certain de la prise en compte d’une nouveauté qui – sans remettre en question la formulation de la tradition juridique, en rappelant que le pouvoir juridiquement fondé (l’imperium) s’identifie à la double nécessité de la justice et des armes et en insistant sur l’interdépendance entre ces deux fondements de l’État – indique que son analyse de la « qualité des temps qui courent », son analyse donc de la situation historique que connaît l’Italie au moment où il écrit, l’amène à faire un choix : laisser de côté les lois et parler des armes, c’est donc définir la période considérée comme déterminée par la guerre, et c’est dire que l’entreprise de renouvellement doit porter – dans la conjoncture présente – sur les armes.

4Notre hypothèse de travail consiste en effet à considérer que toute cette période est marquée par une « qualité des temps » définie par la guerre et que c’est cette qualité des temps qui va produire, dans les décennies suivantes, une transformation de la réflexion politique et historique sur certaines des questions centrales de la pensée politique moderne. L’année 1494, avec l’arrivée en Italie de l’armée de Charles VIII, ouvre une période d’un demi-siècle de guerre incessante qui fait de la péninsule l’enjeu principal de la lutte entre les grandes monarchies européennes pour l’hégémonie en Europe. Après la signature du traité du Cateau-Cambrésis en 1559, s’ouvre en France une période de « troubles » qui dure jusqu’à la fin du siècle et que l’on qualifiera ici de guerres civiles. Durant cette époque, la guerre devient la composante essentielle de la réflexion sur l’état du monde et son fonctionnement. La guerre, et ses formes nouvelles, i nuovi modi del guerreggiare, modifient « les États et les façons de les gouverner », elle modifie également la façon de penser et d’écrire la politique, l’histoire et le droit.

5Ce sont ces modifications, parfois radicales mais toujours à mettre en lien avec une tradition, que nous envisageons dans ce dossier. Le parcours que nous ébauchons n’est certes pas exhaustif mais touche cependant certains des aspects et des auteurs centraux de ce processus qui met en jeu le lien entre justice et armes : Machiavel et Guicciardini qui pensent la politique et la guerre au prisme de l’histoire de leur présent (Jean-Claude Zancarini, « Machiavel et Guicciardini. Guerre et politique au prisme des guerres d’Italie ») ; Alberico Gentili – et, avec lui, deux autres grands penseurs du droit, Bodin et Grotius – qui, tout en restant solidement ancré dans la tradition du droit commun, accepte de se confronter avec l’histoire des guerres de son temps, en fait même un matériau de son élaboration doctrinale (Diego Quaglioni, « Pour une histoire du droit de guerre au début de l’âge moderne. Bodin, Gentili, Grotius » ; Christian Zendri, « Alberico Gentili e il De iure belli. Metodo e fonti » ; Giuliano Marchetto, « Una guerra giusta per una giusta pace. Il diritto dei trattati nel De iure belli libri tres di Alberico Gentili » ; Paolo Carta, « Dalle guerre d’Italia del Guicciardini al diritto di guerra di Alberico Gentili ») ; Pietro Duodo, analyste des guerres civiles françaises et, avec lui, la tradition diplomatique vénitienne et les juristes français qui pensent les « troubles » de leur pays et font émerger ce faisant une pensée juridique, politique et historiographique nouvelle (Romain Descendre, « Les “troubles” et les “ordres”. Les guerres civiles et les institutions de la France dans la relazione de l’ambassadeur vénitien Pietro Duodo (1598) ») ; enfin, le filon des auteurs d’utopies (More, Patrizi et Campanella) dont le lien avec leur propre présent historique n’apparaît jamais aussi clairement que dans la façon dont ils traitent de la question de la guerre (Jean-Louis Fournel, « Les guerres de l’utopie. Considérations sur Thomas More, Francesco Patrizi et Tommaso Campanella »). La présence permanente de la guerre, donc, et la façon dont les uns et les autres, avec leurs outils de pensée et leur tradition, sans renoncer à leur tradition mais en sachant qu’ils ne peuvent se contenter de la répéter telle quelle pour comprendre ce qui se passe sous leurs yeux, se confrontent à cette réalité, tentent de l’analyser et de la penser, essaient également de penser grâce à elle, ou avec elle, la politique et le droit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diego Quaglioni et Jean-Claude Zancarini, « Présentation », Laboratoire italien [En ligne], 10 | 2010, mis en ligne le 24 janvier 2012, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/497 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.497

Haut de page

Auteurs

Diego Quaglioni

Université de Trente

Articles du même auteur

Jean-Claude Zancarini

Université de Lyon, UMR 5206 Triangle (ENS Lyon)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page