Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Justice et armes au XVIe siècle

Pour une histoire du droit de guerre au début de l’âge moderne. Bodin, Gentili, Grotius

Diego Quaglioni
Translated by Traduction de Jean-Louis Fournel

Abstracts

Dans l’historiographie consacrée à la guerre et à la pensée politique de la guerre, un lieu commun a la vie dure : la science moderne du droit international ne se développerait qu’à travers une émancipation de la théologie d’abord, de la « philosophie du droit » ensuite. Bien au contraire, le droit de guerre moderne, comme tentative de « neutralisation » de la résolution des conflits entre États souverains à travers la constitution d’un système de principes juridico-politiques extra-étatiques, passe par une histoire doctrinale longue et complexe, au cours de laquelle, au soir de la très riche époque de la scolastique théologico-juridique, marqué par la réflexion de Machiavel et de Guicciardini et en lien étroit avec les premiers traités des « praticiens » du droit militaire, s’imposent les grandes œuvres de Bodin (1576), d’Alberico Gentili (1598) et de Grotius (1625), toutes trois dépositaires de la longue symbiose entre théologie et droit qui a donné naissance à la modernité politique.Isabelle Boutoux2011-05-31T09:13:00Isabelle Boutoux2011-05-31T09:13:00

Top of page

Full text

  • 1 Un bon exemple de la saturation « idéologique » du thème et de la nécessité de trouver une issue au (...)

1La présence, dans le titre de cet article, d’une liste « exemplaire » comme celle qui énumère l’un après l’autre les noms de Bodin, Gentili et Grotius entend indiquer seulement l’existence d’un nœud problématique, non pas celle d’une lignée génétique et évolutive reliant les doctrines du droit de guerre. Pour reprendre dans les doctrines l’examen de ce nœud problématique et de sa dépendance par rapport à la tradition doctrinale, il convient de remonter aux sources de la pensée juridico-politique moderne, au moment même où de nombreux schémas interprétatifs au lourd contenu idéologique, imposés rapidement et récemment dans ce domaine de recherche, manifestent tout aussi vite leur fragilité et leur vulnérabilité1.

  • 2 C. Vivanti, « “Iustitia et armi” nell’Italia di Machiavelli », in Guerra e pace, W. Barberis éd., T (...)
  • 3 J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, La Grammaire de la République. Langages de la politique chez Fran (...)

2Corrado Vivanti, dans une remarquable étude sur « Iustitia et armi » nell’Italia di Machiavelli, publiée dans le vol. XVIII des Annali de la Storia d’Italia de la maison d’édition Einaudi, rappelait le célèbre jugement de Guicciardini qui, dans les Storie fiorentine, au moment de traiter des mutations soudaines d’un siècle fanatique et cruel, mettait en relation les pratiques de gouvernement des États et les « façons de la guerre » (e’ modi delle guerre)2. À partir du même point d’ancrage, plus récemment, il a été remarqué avec acuité que, pour Guicciardini, « la guerre, et les bouleversements qu’elle induit, est l’horizon même de l’écriture »3 :

Dans les Storie fiorentine, une formule résume la coupure que produit l’arrivée en Italie des troupes de Charles VIII : « Ed era entrata in Italia una fiamma ed una peste che non solo mutò gli stati, ma e’ modi ancora del governargli ed e’ modi delle guerre... » Le lien y est d’emblée établi entre guerra, stato et governo. Avec le début des guerres pour la domination de l’Italie s’ouvre ainsi aux yeux de l’auteur une nouvelle époque, une nouvelle condizione de’ tempi. Guicciardini ne va pas cesser d’interroger les bouleversements introduits par la guerre et les nouvelles façons de la mener, les conséquences pour les États et pour les hommes, dans un parcours où se mêlent tentatives de définitions et conscience que la catastrophe est irréductible à la raison, conscience déjà présente dans la double image des fléaux incontrôlables qui frappent l’Italie en 1494.

  • 4 Je me permets de renvoyer à ce que j’ai écrit récemment à ce propos, à deux reprises : D. Quaglioni(...)
  • 5 Voir mon intervention au colloque de Paris, Machiavel : la République et la guerre, 25-28 novembre (...)
  • 6 C. Vivanti, Niccolò Machiavelli. I tempi della politica, Rome, Donzelli, 2008, p. xii et p. 218 (tr (...)

3« Les façons de la guerre » (e’ modi delle guerre) ne sont pas seulement les formes de leur conduite, les règles et les techniques militaires, à savoir l’« art de la guerre » tel qu’on l’entendait chez les écrivains de traités sur la discipline militaire au xvie siècle4. De ce nœud entre guerre et droit, entre « justice et armes », comme dans l’hendiadyin machiavélien, il m’avait semblé ainsi important de mettre en évidence la racine justinianéenne en 19985, dans une étude largement citée par Vivanti dans son livre récent intitulé Machiavelli. I tempi della politica 6.

  • 7 Voir D. Quaglioni, « Politica e diritto in Guicciardini », in Bologna nell’età di Carlo V e Guiccia (...)
  • 8 R. Ridolfi, Vita di Girolamo Savonarola, Firenze 19816, p. 129 (réédition avec un avertissement de (...)

4« Les façons de la guerre », dans cette perspective, ce sont aussi, sinon surtout, les principes et les règles qui légitiment et disciplinent l’usage de la violence publique : « iustitia et armi », justement, dans la dimension, ici, de la puissance extérieure des États, c’est-à-dire dans leurs relations régulées par le droit des gens7. Dans cette expression se concentre l’ensemble des questions naissant d’un frottement caractéristique et toujours plus accentué entre deux termes, droit et guerre, au fil d’un siècle qui court de 1494 – l’année des guerres d’Italie, avec l’entrée à Florence de Charles VIII, « la lance sur la cuisse en signe de conquête »8 – à 1594, l’année de l’entrée à Paris de l’« hérétique » Henri de Bourbon, et qui se clôt vraiment en 1598, l’année de la paix entre France et Espagne et de la mort de Philippe II.

  • 9 Une stimulante synthèse problématisée de la question se trouve dans J.-L. Fournel et J.‑C. Zancarin (...)

5La guerre n’est plus un événement relégué dans la pathologie des relations sociales et du pouvoir public, enfermée entre des limites déterminées d’ordre éthico-religieux et juridiques, mais elle se dévoile comme une expérience dont on peut écrire une « science » et comme élément indispensable à la nouvelle politique de puissance. La réalité même des rapports sociaux et politiques s’inscrit dans une nouvelle vision du monde, dans laquelle la centralité de la vie morale – la liberté – et du droit qui en exprime la substance contraignante, est remplacée par la centralité de la force des armes qui relève d’une nécessité. La nouvelle Europe, émergeant dans un bain de sang du naufrage d’un ordre où dominent sans partage deux grandes puissances universelles antagonistes, est l’Europe des équilibres de puissance à l’échelle du continent9.

  • 10 A. Fontana, « Les ambassadeurs après 1494 : la diplomatie et la politique nouvelles », in Italie 14 (...)
  • 11 M. Bandello, Le Novelle, II, 12, in Tutte le opere de Matteo Bandello, F. Flora éd., I, Milan, Mond (...)

6Après 1494, on le sait, tout change : « Tout va changer : les stratégies de la guerre, les techniques des batailles, la conduite des États, la stabilité des gouvernements », selon les mots d’Alessandro Fontana10. La littérature du xvie siècle nous renvoie l’écho de la perception de ce changement, de l’appréhension, pourrait-on dire, de l’« accélération de l’Histoire » produite par la guerre. L’envie vient de rappeler encore une fois les mots que, dans la nouvelle XII de la deuxième partie de son recueil, Matteo Bandello attribue à Gian Antonio Gribaldi Mofa, frère cadet de Matteo, le grand juriste partisan de la Réforme religieuse, défenseur de Servet, une des premières victimes du conflit religieux ouvert dans les années 1560 : « La guerre a tout gâché et toutes les belles et bonnes coutumes ont été laissées de côté » (« La guerra ha guasto il tutto, e tutte le belle e buone consuetudini si son poste da canto »)11 !

  • 12 Les six livres de la Republique de J. Bodin Angevin. Ensamble une Apologie de Rene Herpin, Paris, J (...)

7Cette plainte, qui pleure la « vie délicate » (delicatezza del vivere) de jadis et la « familiarité de la socialité » (domestichezza del conversar insieme) que l’on a perdue, s’élève dans le Piémont d’après l’invasion française de 1536, mais elle est lancée à la veille de cette paix qui allait changer les équilibres italiens et européens car elle diminua « l’estat de France, qui s’estendoit iusques aux portes de Milan » et plaça « le Duc de Savoye, comme une barriere entre l’Italie et la France, pour clorre le passage aux François de plus aspirer, ny rien quereler en Italie »12.

  • 13 C. Vivanti, « “Iustitia et armi” nell’Italia di Machiavelli », art. cité, p. 341.
  • 14 M. Bandello, Le Novelle, II, 12, in Tutte le opere di Matteo Bandello, op. cit., p. 789.
  • 15 P. B. Albensis, De re militari et de bello, I, 1 («  De belli origine, et antiquitate »), n. 3, in (...)

8Il ne s’agissait pas seulement de « rêver à la fin du xve siècle comme à un paradis perdu », selon ce qu’a écrit Vivanti dans une page suggestive13, ou du moins il ne s’agissait pas seulement d’un rêve de restauration du bon vivre commun et de l’aimable conversation des temps passés (« notre pays pourrait même revenir à ce qu’il était autrefois », dit Gribaldi)14. Il s’agissait du sentiment d’une scission, tout à fait inédite dans sa radicalité, entre le droit et la force, d’un avertissement général sur le caractère inéluctable de la guerre et le changement qui du même coup était advenu, en Italie et au-delà des Alpes. Le fait s’avérait plus fort que le droit. Voilà pourquoi le juriste piémontais Pietrino Belli, dans son De re militari et bello (figurant parmi les sources de Grotius, ce texte fut écrit à la veille de 1559 mais publié quand le conflit religieux avait déjà explosé en France), remarque que les guerres n’auront jamais de fin, comme un mal qui ne s’éteindra qu’avec la fin du monde, « donec orbis ipse deficiat »15.

9La radicalisation du problème de la justice dans la guerre est l’un des traits les plus caractéristiques de la pensée du xvie siècle et, en particulier, de la pensée juridique, dans laquelle il se présente comme une thématique médiévale que l’on a portée à ses conséquences les plus extrêmes. La longue saison du droit commun avait cru dans le droit divin-naturel et dans le droit des gens, « raison commune du genre humain », comme à des limites infranchissables pour le pouvoir, tant dans les relations internes à la communauté politique que dans les relations avec les organismes politiques vivant dans l’orbite d’un unique ordre universel.

  • 16 Pour la tradition doctrinale, voir F. H. Russell, The Just War in the Middle Ages, Cambridge, Cambr (...)
  • 17 E. Cortese, Il diritto nella storia medievale, II, Il Basso Medioevo, Rome, Il Cigno Galileo Galile (...)

10Cette tradition ne s’arrête pas à la seule doctrine des canonistes à propos du droit de guerre et de la guerre juste, qui se fonde sur le Decretum Gratiani déjà dans la seconde moitié du xiie siècle et qui trouve son expression la plus haute chez les décrétalistes et dans la théologie morale du milieu du xiiie siècle, prémisse indispensable de la « codification » des principes de la guerre licite (auctoritas superioris, iusta causa, recta intentio)16. S’il est vrai que revient au droit canonique le soin d’enquêter et d’organiser les « raisons de la guerre et de la paix », en référence à un critère distinctif aussi élémentaire que fondamental, qui est celui de l’attribution à l’Église et à son droit du pouvoir de discipliner de façon exclusive ce qui relève de la sphère spirituelle, dans laquelle figure le « péché » que constitue tout recours non justifié aux armes ou l’abus que l’on peut en faire en cas de guerre, il n’en reste pas moins vrai qu’une réflexion doctrinale, issue du droit civil, concernant la discipline des armes côtoie et croise le droit canonique à partir au moins de la première moitié du xiiie siècle. Ce n’est pas un hasard si le droit civil choisit de fonder le ius belli et le ius militare sur l’autorité du droit féodal, ramené dans l’orbite de la tradition romaniste et des titres de re militari du Digeste et du Code Justinien. Dans les Libri feudorum et dans leurs apparats interprétatifs, on peut déjà distinguer un cadre normatif et doctrinal nouveau, justement parce qu’il naît à l’intérieur, selon l’analyse de Cortese, d’un « problème féodal qui diffère » du thème spécifiquement canoniste de la guerre juste : il s’agit de la question « de l’obligation du vassal de répondre à l’appel aux armes de son seigneur », à savoir la discipline des obligations militaires contractées par le pacte de fidélité passé sous serment17.

11C’est pourquoi justement, au début de l’âge moderne, le processus complexe consistant à répertorier et organiser l’héritage normatif et doctrinal de la fin du Moyen Âge, dans le domaine de la théologie et du droit, apparaît comme très important. Ce processus a d’ailleurs ses signes avant-coureurs dans les traités du xive et du xve siècle, avec leur annonce précoce de la crise du paradigme universaliste (de Bartole à Baldo, de Giovanni da Legnano à Martino Garati).

  • 18 Pour la biographie du grand juriste de Pérouse, il est encore nécessaire de recourir à F. Calasso, (...)
  • 19 Voir D. Quaglioni, Politica e diritto nel Trecento italiano. Il « De tyranno » di Bartolo da Sassof (...)
  • 20 Je renvoie à ce que j’ai développé de façon plus ample dans une étude déjà lointaine : D. Quaglioni(...)
  • 21 Une édition critique du Dialogo della pratica della ragione de Sansovino a été préparée par L. Sart (...)
  • 22 Liber testimoniorum des Bartolus von Sassoferrato, v. Militaris prudentia, [92], in S. Lepsius, Der (...)

12Bartole notamment, par la centralité de sa pensée et de ses écrits, accumulés peu à peu jusqu’à constituer le corpus monumental attribué à l’auteur par la tradition que l’on a coutume d’appeler « bartoliste », propose des nouveautés qui ne peuvent être en rien négligées18. Son long Tractatus represaliarum constitue ainsi, au début de la deuxième moitié du xive siècle, le tournant de la littérature de droit public dans le droit commun concernant la guerre et sa légitimation dans le domaine du droit civil, avec un éloignement caractéristique par rapport à la théologie (et au droit canonique), rapidement intégré par la nouvelle époque19. L’exposition de la militaris prudentia dans le « catalogue des vertus » de l’inachevé Tractatus testimoniorum (dans lequel elle est précédée par l’iconomica, par la regnativa et par la politica sive civilis prudentia), montre que la doctrine juridique a atteint un niveau de développement qui la rapproche désormais de sa transformation en un savoir qui, de façon humaniste, s’avère omni-compréhensif20. Ce n’est pas un hasard si c’est précisément au début des années 1540 (au lendemain de la mort de Francesco Guicciardini), dans le Dialogo della pratica della ragione de Francesco Sansovino vulgarisant presque entièrement le Tractatus testimoniorum21, que la doctrine de Bartole, déjà inspirée d’une façon humaniste au modèle de Végèce, est associée à un renvoi au Machiavel de l’Art de la guerre (« come dice il Machiavello »)22.

  • 23 Pour un plus ample développement de ce qui est ici posé, voir D. Quaglioni, « Guerra e diritto nel (...)

13Si Machiavel ne pouvait ignorer, au début du xvie siècle, la doctrine des grands maîtres du droit commun, on imagine aisément ce qu’il en était des praticiens, pris à tort pour des épigones paresseux d’une tradition théorique désormais épuisée, qui, dans la crise italienne et européenne, sont en fait à l’origine des premières tentatives de consolidation du droit de guerre et du droit militaire. Ouverts aux courants érudits et historicisants de l’humanisme juridique, ils étaient en effet attentifs à résoudre l’antithèse qui venait de leur être proposée entre guerre et droit par les courants iréniques à l’œuvre dans la culture humaniste et réformée23.

  • 24 La perspective indiquée en son temps par Virgilio Ilari (V. Ilari, L’interpretazione storica del di (...)

14L’agonie du monde médiéval est lente et, même si s’avère rapide l’éclipse de l’idée d’un (double) tribunal suprême auquel recourir dans les controverses entre nations, l’idée selon laquelle c’est dans l’expérience de la doctrine du droit commun que réside la base de toute discipline des relations entre les peuples et du droit de guerre est beaucoup moins rapide à s’effacer. On peut même dire que l’époque humaniste, avec sa récupération érudite des antiquités romaines à la recherche d’un nouvel ordonnancement des institutions juridiques, n’a pas accéléré mais au contraire ralenti sensiblement ce processus, composant les sources de la tradition du droit romain et les nouvelles normes issues de l’expérience historique, selon une formule qui, à partir du Machiavel des Discours, se glisse dans la littérature docte, en se transformant en comparatisme historico-juridique, jusqu’à aboutir à cet idéal de concorde essentielle entre histoire et héritage doctrinal qui caractérise la physionomie du droit public européen à partir de la deuxième moitié du xvie siècle24.

  • 25 Une proposition schématique de périodisation, encore acceptable comme hypothèse de travail pour la (...)

15L’unité d’un tel système connut sa première crise seulement quand fut mis en cause de façon progressive, puis, à la fin, rejeté, le rôle du droit commun (et de la notion théologico-juridique de droit naturel, telle qu’elle fut élaborée dans la doctrine médiévale) comme source pour le traitement du ius belli moderne. Mais, dans le creuset même de ce siècle fanatique et cruel que fut le xvie siècle, la tradition médiévale manifeste une étonnante capacité de résistance et de renouvellement dans l’élaboration de la forme moderne du ius belli, au sein duquel, à côté du droit de guerre comme « droit à la guerre » (ius ad bellum, à savoir l’ensemble des « raisons » qui justifient la guerre, rendant licite l’usage de la violence publique), on commence à distinguer de façon toujours plus nette le droit de guerre (ius in bello, à savoir l’ensemble des principes et des règles qui, dans le conflit, légitiment et disciplinent les actions des belligérants) et plus généralement une nouvelle réglementation juridique des relations et traités internationaux25.

  • 26 Voir D. Quaglioni, La sovranità, Rome-Bari, Laterza, 2004.

16L’émergence du problème du « droit de guerre et de paix », à cause de l’assimilation de la guerre à un processus judiciaire, où le recours à la violence publique n’était pensable que comme l’usage d’une force légitimée par des règles éthico-juridiques indisponibles se trouve donc au centre de l’histoire de l’affirmation historique de la plénitude du pouvoir d’État et de ses prétentions à se considérer comme absolutus, y compris par rapport aux normes du droit des gens26.

  • 27 Voir C. Vivanti, Lotta politica e pace religiosa in Francia fra Cinque e Seicento, Turin, Einaudi, (...)

17C’est pourquoi, dans le dernier quart du xvie siècle, la République de Bodin est lue bien au-delà du chapitre 8 du livre I auquel s’est largement limité la plupart des lecteurs modernes. Le lien entre les guerres de religion et la doctrine du droit de guerre contenu dans la République est manifeste, tout autant que l’est le nœud entre exercice de la souveraineté intérieure et recherche d’un ordre entre États souverains. La coïncidence de la première édition française de la République et de la convocation des états généraux de Blois, avec l’échec de l’appel à la guerre comme instrument de construction d’une unité religieuse du royaume, fait même de la République de Bodin le témoin de l’essor de l’autonomie de l’individu sous forme de liberté de conscience, à côté de la souveraineté de l’État comme pouvoir arbitral, étranger aux conflits religieux en tant que pouvoir « neutre », capable d’imposer sa médiation entre tous les camps en présence27.

  • 28 Voir D. Quaglioni, « Il “machiavellismo” di Jean Bodin (République, V, 5-6) », Il pensiero politico(...)
  • 29 M. Isnardi Parente, « Introduzione », in I sei libri dello Stato di Jean Bodin, I, M. Isnardi Paren (...)
  • 30 Pour la confrontation entre les éditions françaises (la princeps date de 1576 ; la dernière édition (...)

18De l’ambiguïté supposée du concept bodinien de guerre juste, de la difficulté de trouver une définition claire et de l’adapter à la conception bodinienne du pouvoir, j’ai déjà souligné en d’autres lieux ce qu’il convenait de dire28. Je rappellerai seulement ici que, alors que dans les éditions françaises on peut constater une dépendance de la conception du bellum iustum par rapport à la formule du droit romain (la guerre juste est la guerre légitimement déclarée), avec l’omission significative du principe de la légitime défense tiré du droit naturel et donc dans les limites d’une conception que l’on peut dire sécularisée du bellum iustum, avec exclusion de tout jugement éthique, avec pour résultat une « intégrale justification du fait de guerre comme fondé exclusivement par la réalité même du pouvoir et d’un pouvoir légalement constitué »29, dans la réécriture latine de la République, il est tout aussi manifeste que Bodin adhère à des schémas doctrinaux moins rigides et plus proches du corpus des doctrines de la tradition du droit commun30.

  • 31 Pour la biographie du juriste (San Ginesio, 14 janvier 1552 - Londres, 19 juin 1608), voir A. De Be (...)

19En définitive, ce qui apparaît avec une certaine force dans la version latine des chapitres 5 et 6 du livre V, est le principe du droit de nature selon lequel vim vi licet repellere, à savoir une justification de la guerre fondée essentiellement sur son caractère défensif. Absent dans les éditions précédentes de la République, ce principe deviendra le fondement des doctrines ultérieures du droit de guerre, surtout dans le De iure belli d’Alberico Gentili, le grand juriste et théologien de formation bartoliste qui, en 1576, choisit la voie de l’exil pour fait de religion et qui fut, dans l’Allemagne et dans l’Angleterre de la fin du xvie siècle et du début du xviie siècle – c’est-à-dire sur la même scène que son ami Giordano Bruno –, le témoin le plus important de la rencontre des doctrines du droit commun avec l’humanisme juridique31.

  • 32 D. Quaglioni, « Introduzione », art. cité, in A. Gentili, Il diritto di guerra (De iure belli libri (...)
  • 33 A. Gentili, De iure belli libri III, op. cit., I, 1, p. 3 ; cf. A. Gentili, Il diritto di guerra, o (...)
  • 34 Voir D. Quaglioni, « Introduzione », in A. Gentili, Il diritto di guerra (De iure belli libri III), (...)

20Le Bodin de la République est le point de départ et la principale référence de la doctrine gentilienne. Les renvois à la République tressent un fil que l’on reconnaît distinctement dans la trame du De iure belli, l’œuvre majeure de Gentili, publiée à Hanau, près de Francfort en 159832. Bodin y est présent de la première à la dernière page, tant pour l’acceptation du paradigme impératif de la doctrine de la souveraineté, que pour l’usage de formulations et d’arguments déjà élaborés et parachevés par Bodin : cela va du premier rappel – polémiquant avec les interprètes du droit justinien – « quos huius iuris bellici imperitissimos ait merito Ioannes Bodinus »33, jusqu’à l’aboutissement du traité, avec les allégations répétées à propos de la restitution des droits des exilés, en passant par toutes les principales questions construites au fil du texte. Si Gentili n’adhère pas toujours aux positions de Bodin, il témoigne d’un très grand respect à son égard et affirme sa dette envers une tension globale vers une science du droit comme science des universaux, suivant une transition significative vers la nouvelle époque du droit naturel moderne34.

  • 35 A. Gentili, De iure belli libri III, op. cit., libro I, cap. 10, p. 71 ; cf. Id., Il diritto di gue (...)
  • 36 Ibid., De iure belli, libro I, cap. 13, p. 95 ; cf. Id., Il diritto di guerra, p. 86.
  • 37 Pour plus d’approfondissements, voir D. Quaglioni, « Introduzione », in A. Gentili, Il diritto di g (...)

21Gentili manifeste une attention constante envers la doctrine du juriste angevin, par exemple sur la question de la guerre pour la défense de la religion : « Mihi tamen placet disputatio Bodini, ut vi non sit utendum contra subditos, qui aliam amplexentur religionem »35; ou même à propos du caractère défensif de la guerre : « Bene Bodinus. Iustum bellum, quibus necessarium »36; ou encore sur la question de la défense préventive ; ou encore, dans une perspective critique, sur le problème des alliances défensives ; ou encore à propos de la confiance à avoir en son ennemi ; ou encore sur les otages ou sur les dommages de guerre, ou sur le célèbre passage de Bodin qui établit une distinction entre la dimension matérielle de la civitas et son ordonnancement ; ou encore, en désaccord total avec Bodin, à propos de l’institution de l’esclavage ; ou encore sur le caractère contraignant des promesses entre souverains ; ou encore sur la violation des traités entre inégaux ; ou sur les traités d’amitiés ; ou enfin sur le respect des traités de la part des successeurs37.

  • 38 D. Panizza, Alberico Gentili, giurista ideologo nell’età elisabettiana, op. cit., p. 91.

22Dans un effort infini de synthèse et de sélection de la tradition du droit commun, Gentili construit un « système normatif » à base historico-doctrinale, qui peut s’appuyer sur une pluralité de sources pour sa construction d’une discipline juridique autonome à propos des relations entre sujets souverains « qui iudicem non habent et superiorem »38.

  • 39 V. I. Comparato, « From Machiavellism to the End of the Seventeenth Century », in D. Quaglioni et V (...)
  • 40 H. Grotius, De iure belli ac pacis libri tres, in quibus ius naturae et gentium item iuris publici (...)
  • 41 H. Grotius, De iure belli ac pacis libri tres, op. cit., Prolegomena, § 3, p. 5-6.

23Dans cette perspective, Gentili est la clé de voûte d’une construction progressive de Bodin à Grotius, en direction de ce qui a été nommé « the spirit of the seventeenth century »39. Le De iure belli ac pacis de Grotius (1583-1645) est un livre écrit pro iustitia, « pour la justice », comme nous le lisons dans la dédicace au roi de France Louis XIII, sous la protection duquel le juriste hollandais s’était placé, en tant qu’exilé pour des motifs religieux40. La dédicace elle-même est un éloge de la justice, dans les relations internationales comme dans le gouvernement des États, et l’œuvre tout entière est inscrite dans le cadre d’une polémique néo-stoïcienne et cicéronienne, à l’encontre de toute conception utilitariste et relativiste de la justice41.

  • 42 Ibid., Prolegomena, § 5, p. 7.
  • 43 Ibid., I, 1, § 10, p. 34-36 : « Ius naturale est dictatum rectae rationis indicans, actu alicui, ex (...)

24Pour Grotius, toute doctrine qui réduit le droit aux normes changeantes établies selon les temps et les lieux pour un pur motif d’utilité est une doctrine négatrice à la fois du droit et de la justice, puisque cette dernière, en s’opposant à l’utilité et au droit du plus fort, apparaît aux tenants d’une telle doctrine comme une folie pure et simple : « proinde aut nullam esse iustitiam ; aut si sit aliqua, summam esse stultitiam »42. D’où l’exigence de souligner avec la plus grande force possible le caractère immuable du droit naturel, et même indépendant de la libre volonté de Dieu, en tant que le Dieu-Équité et Vérité ne pourrait jamais se contredire en voulant le contraire de ce qui est juste. D’où aussi la définition du droit naturel par Grotius comme base ferme de tout ordre humain et surtout du « droit des gens » établi par consensus et pacte entre les nations43.

25L’œuvre de Grotius a pour résultat la fondation d’un nouveau paradigme du « droit des gens », c’est-à-dire de ce que plus tard, à partir de la fin du xviiie siècle, on appellera le « droit international ». Un système de rapports de type contractuel, fondé sur le principe jus-naturaliste de la nécessité de l’obéissance aux pactes ( pacta sunt servanda). La pensée juridique de Grotius inaugure ainsi les temps modernes, en transportant au-delà de la ligne de crête du début du xviie siècle la tradition du droit naturel classique et médiéval, en la rénovant et en la transmettant à l’époque de l’absolutisme juridique.

  • 44 Ibid., Prolegomena, § 38 et § 55, p. 19 et p. 27.
  • 45 Voir D. Quaglioni, « Introduzione », in A. Gentili, Il diritto di guerra (De iure belli libri III), (...)

26Grotius fait l’éloge des juristes qui, comme Bodin et Gentili justement, ont apporté au droit « la lumière de l’histoire » (historiarum lucem)44, bien qu’il accuse Bodin de n’avoir pas distingué correctement le droit de la politique. Mais ni la polémique contre les juristes médiévaux manquant de sens historique, ni celle contre les arguties des juristes de son temps, n’éloignent totalement Grotius de la longue tradition juridique du droit de guerre. Il y a dans sa pensée l’héritage tout entier du Moyen Âge, pour lequel tant la déclaration que l’exécution d’un acte de force licite (et donc non sujet à punition tant pour le for extérieur que pour le for intérieur) présupposent l’existence d’une autorité supérieure aux parties, de causes « raisonnables », c’est-à-dire pouvant être soutenues à partir de raisons juridiquement fondées et de règles de comportement communément partagées. Dans cette mesure, la guerre, tant comme extension à la sphère publique du principe – tiré du droit naturel – de la légitime défense (moderamen inculpatae tutelae), dont l’exercice est sous-tendu par les réquisits de la proportionnalité et de l’immédiateté de la réponse à une action violente, tant comme autorisation à user d’une contrainte exécutoire contre qui a occupé de façon illicite le bien d’autrui, n’échappe pas à une instance essentielle de juridicisation. Exercice des armes et droit ne sont d’aucune façon séparables et l’histoire des « raisons » de la guerre coïncide donc avec l’histoire du noyau principal du droit commun public45.

  • 46 V. Ilari, L’interpretazione storica del diritto di guerra romano…, op. cit., p. vi.
  • 47 Voir D. Quaglioni, « Guerra e diritto nel Cinquecento : i trattatisti del “ius militare” », art. ci (...)
  • 48 A. Gentili, De iure belli libri III, op. cit., II, 2, p. 210 ; cf. Id., Il diritto di guerra, op. c (...)

27Comme je l’ai rappelé ailleurs, l’on a pu soutenir que l’affaire de la naissance de la science moderne du droit international se développe seulement « à travers l’émancipation par rapport à la théologie d’abord et par rapport à la philosophie du droit ensuite »46, et que cette thèse, toute discutable qu’elle soit, est parfaitement défendable à la seule condition que l’on se réfère à la dimension qui prévaut après le xviiie siècle, à savoir la dimension moderne et achevée du ius gentium47. Si la République de Bodin, le De iure belli d’Alberico Gentili et le De iure belli ac pacis de Grotius, avec leur aspiration à la fondation d’un droit de guerre « scientifique » et placé hors de l’espace de l’État (comme le dit Gentili : « lex est non reipublicae, sed extra rempublicam »)48, peuvent être aussi comptés au nombre des témoignages de ce processus d’émancipation, ceci advient en liaison avec un système de sources dans lequel théologie et droit se font concurrence (et ne se contentent pas de se coordonner et de se mêler). Il ne s’agit pas non plus pour eux de se contenter de ce conflit mais plutôt, justement, d’ébaucher cette « longue symbiose » dont il a été indiqué qu’elle fut la composante essentielle du rationalisme occidental et la matrice même du droit public européen moderne : une composante dotée d’une force d’ordonnancement longue et persistante, capable de construire un réseau dont les fondements émergent encore, par moments, des profondeurs de notre civilisation juridique.

Top of page

Notes

1 Un bon exemple de la saturation « idéologique » du thème et de la nécessité de trouver une issue aux impasses du conceptualisme « à la Schmitt » se trouve aujourd’hui dans les deux tomes volumineux du numéro 38 des Quaderni fiorentini per la storia del pensiero giuridico moderno, 2009, intitulé I diritti dei nemici. À côté des essais qui reproposent une lecture « scientifique » des schématismes de Schmitt (G. Preterossi, « L’ovvia verità del “politico”. Diritto e ostilità in Carl Schmitt », I, p. 43-73 ; F. Ruschi, « Communis hostis omnium. La pirateria in Carl Schmitt », II, p. 1215-1275), on trouve aussi d’autres contributions qui, dans la section consacrée à « I nemici nell’ordine internazionale », apportent une lumière nouvelle sur des aspects non marginaux de l’histoire du droit de la guerre à l’âge moderne (A. A. Cassi, « Lo ius in bello nella dottrina giusinternazionalista moderna. Annotazioni di metodo e itinerari d’indagine », p. 1141-1167 ; S. Pietropaoli, « Jus ad bellum e jus in bello. La vicenda teorica di una « grande dicotomia » del diritto internazionale », p. 1169-1214 ; F. Mancuso, « Le Droit des gens come apice dello jus publicum europaeum ? Nemico, guerra, legittimità nel pensiero di Emer de Vattel », p. 1277-1310 ; L. Nuzzo, « Un mondo senza nemici. La costruzione del diritto internazionale e il controllo delle differenze », p. 1311-1381 ; M. Senellart, « Droit de l’humanité et humanisation de la guerre selon J.-C. Bluntschli [1808-1881] », etc.).

2 C. Vivanti, « “Iustitia et armi” nell’Italia di Machiavelli », in Guerra e pace, W. Barberis éd., Turin, Einaudi, 2002, p. 337-365 (p. 343) et n. 17. Pour la célèbre citation, voir F. Guicciardini, Storie fiorentine, R. Palmarocchi éd., Bari, Laterza, 1932, p. 117.

3 J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, La Grammaire de la République. Langages de la politique chez Francesco Guicciardini (1483-1540), Genève, Droz, 2009, p. 275.

4 Je me permets de renvoyer à ce que j’ai écrit récemment à ce propos, à deux reprises : D. Quaglioni, « La disciplina delle armi fra teologia e diritto. I trattatisti dello ius militare », in Militari e società civile nell’Europa dell’età moderna, C. Donati et B. R. Kroener éd., Bologne, Il Mulino, 2007, p. 447-462 ; Id., « Guerra e diritto nel Cinquecento. I trattatisti del “ius militare” », in Studi di storia del diritto medievale e moderno, 2, F. Liotta éd., Bologne, Monduzzi, 2007, p. 191-210.

5 Voir mon intervention au colloque de Paris, Machiavel : la République et la guerre, 25-28 novembre 1998, publiée en Italie cinq ans avant la publication des Actes de ce colloque (D. Quaglioni, « Machiavelli e la lingua della giurisprudenza », Il pensiero politico, XXXII, 1999, p. 171-185) puis rééditée sous le même titre dans Langues et écritures de la République et de la guerre. Études sur Machiavel, A. Fontana, J.-L. Fournel, X. Tabet, J.-C. Zancarini éd., Gênes, Name, 2004 (Storia delle idee e delle istituzioni politiche. Medioevo ed Età moderna. Studi e testi, 7), p. 177-192. Sur ce volume, voir la recension de J. H. Geerken, in Renaissance Quarterly, 59, 2006, p. 842-844.

6 C. Vivanti, Niccolò Machiavelli. I tempi della politica, Rome, Donzelli, 2008, p. xii et p. 218 (trad. française, Paris, Desjonquères, 2007, sur laquelle voir la recension de J.-L. Fournel in Laboratoire italien, 8, 2008, p. 256-258).

7 Voir D. Quaglioni, « Politica e diritto in Guicciardini », in Bologna nell’età di Carlo V e Guicciardini, E. Pasquini et P. Prodi éd., Bologne, Il Mulino, 2002, p. 181-195.

8 R. Ridolfi, Vita di Girolamo Savonarola, Firenze 19816, p. 129 (réédition avec un avertissement de E. Garin et des notes de A. F. Verde, Florence, Le Lettere, 1997, p. 72).

9 Une stimulante synthèse problématisée de la question se trouve dans J.-L. Fournel et J.‑C. Zancarini, Les guerres d’Italie. Des batailles pour l’Europe (1494-1559), Paris, Gallimard (Découvertes-Histoire), 2003, sur lequel on peut lire ma recension in Il pensiero politico, XXXVI (2003), p. 362-363. Voir aussi, sur ce point, les contributions rassemblées dans le beau volume Città in guerra. Esperienze e riflessioni nel primo ’500. Bologna nelle « guerre d’Italia », G. M. Anselmi et A. De Benedictis éd., Bologne, Minerva, 2008.

10 A. Fontana, « Les ambassadeurs après 1494 : la diplomatie et la politique nouvelles », in Italie 1494, études réunies et présentées par A. Ch. Fiorato, Paris, 1994, p. 143-178 (p. 148).

11 M. Bandello, Le Novelle, II, 12, in Tutte le opere de Matteo Bandello, F. Flora éd., I, Milan, Mondadori, 1934, p. 789. Voir D. Quaglioni, « Il “secolo di ferro” e la nuova riflessione politica », in C. Vasoli, Le filosofie del Rinascimento, P. C. Pissavino éd., Milan, Mondadori, 2002, p. 326-349 (p. 326) ; voir aussi D. Quaglioni, « “Iis, qui vix locum tutum inveniunt”. Giuristi, riformatori, fuorusciti. Matteo Gribaldi Mofa († 1564), in La République en exil, P. Carta et L. De Los Santos éd., Laboratoire Italien, 3, 2002, p. 85-103 (p. 87-88).

12 Les six livres de la Republique de J. Bodin Angevin. Ensamble une Apologie de Rene Herpin, Paris, Jacques du Puis, 1583, V, 1, p. 676. Pour la traduction italienne, voir I sei libri dello Stato, J. Bodin, III, M. Isnardi Parente et D. Quaglioni éd., Turin, UTET, 1997, p. 45.

13 C. Vivanti, « “Iustitia et armi” nell’Italia di Machiavelli », art. cité, p. 341.

14 M. Bandello, Le Novelle, II, 12, in Tutte le opere di Matteo Bandello, op. cit., p. 789.

15 P. B. Albensis, De re militari et de bello, I, 1 («  De belli origine, et antiquitate »), n. 3, in Tractatus universi iuris, XI, Venetiis 1584, fol. 335vA. Voir L. Marini et P. Craveri, « Belli, Pierino », in Dizionario biografico degli Italiani, VII, Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana fondata da Giovanni Treccani, 1965, p. 673-578, avec les études recueillies dans le volume Un giurista tra principi e sovrani. Pierino Belli a 500 anni dalla nascita, Atti del Convegno di studi (Alba, 30 novembre 2002), R. Comba et G. S. Pene Vidari éd., Alba, 2004. Voir aussi D. Quaglioni, « Guerra e diritto nel Cinquecento », art. cité, p. 191-210 ; Id., « La disciplina delle armi tra teologia e diritto », in Militari e società civile nell’Europa dell’età moderna (secoli XVI-XVIII), op. cit., p. 447-462.

16 Pour la tradition doctrinale, voir F. H. Russell, The Just War in the Middle Ages, Cambridge, Cambridge University Press, 1975, p. 258-291, et ma recension de ce livre dans La Cultura, XVI, 1978, p. 497-500. Pour des réflexions additionnelles, surtout dans le domaine du droit civil et du droit féodal, voir D. Quaglioni, « Le ragioni della guerra e della pace », in Pace e guerra nel Basso Medioevo, Atti del Convegno storico internazionale, Todi, 12-14 octobre 2003, Spoleto, Centro italiano di studi sull’Alto Medioevo, 2004, p. 113-129.

17 E. Cortese, Il diritto nella storia medievale, II, Il Basso Medioevo, Rome, Il Cigno Galileo Galilei, 1995, p. 433, n. 109.

18 Pour la biographie du grand juriste de Pérouse, il est encore nécessaire de recourir à F. Calasso, « Bartolo da Sassoferrato », in Dizionario biografico degli Italiani, VI, Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana fondata da Giovanni Treccani, 1964, p. 640-669 ; voir aussi Id., « Bartolismo », in Enciclopedia del diritto, V, Milan, Giuffrè, 1959, p. 71-74. Une exhumation des reliques bartoliennes se trouve dans le très récent opuscule au titre bien trouvé (qui évoque évidemment la célèbre épitaphe qui se trouve dans l’église de S. Francesco al Prato) de F. Treggiari, Le ossa di Bartolo. Contributo alla storia della tradizione giuridica perugina, Pérouse, Deputazione di Storia Patria per l’Umbria, 2010.

19 Voir D. Quaglioni, Politica e diritto nel Trecento italiano. Il « De tyranno » di Bartolo da Sassoferrato (1314-1357). Con l’edizione critica dei trattati « De Guelphis et Gebellinis », « De regimine civitatis » e « De tyranno », Florence, Olschki, 1983, p. 260, p. 24-29, et plus particulièrement Id., « Il proemio del bartoliano “Tractatus represaliarum” », Pluteus, II, 1984, p. 85-92.

20 Je renvoie à ce que j’ai développé de façon plus ample dans une étude déjà lointaine : D. Quaglioni, « Autosufficienza e primato del diritto nell’educazione giuridica preumanistica », in Sapere e / è potere. Discipline, dispute e professioni nell’Università medievale e moderna. Il caso bolognese a confronto, Atti del Convegno di Bologna, 13-15 avril 1989, vol. II, Verso un nuovo sistema del sapere, A. Cristiani éd., Bologne, Istituto per la storia di Bologna, 1990, p. 125-134.

21 Une édition critique du Dialogo della pratica della ragione de Sansovino a été préparée par L. Sartorello, Le due repubbliche. Bartolo e Machiavelli in un dialogo inedito di Francesco Sansovino (sous presse). Je remercie l’auteur de m’avoir fait lire son travail. Le Liber testimoniorum de Bartole (1314-1357) peut être lu dans l’édition des Tractatus de Bartole d’après la princeps vénitienne de 1473, mais aussi dans la bonne édition de S. Lepsius, Der Richter und die Zeugen. Eine Untersuchung anhand des Tractatus testimoniorum des Bartolus von Sassoferrato, Francfort, V. Klostermann, 2003, p. 233-328 (p. 298-299 pour la Militaris prudentia). Pour le contenu du texte, voir D. Quaglioni, « “Regnativa prudentia”. Diritto e teologia nel Tractatus testimoniorum bartoliano », in Théologie et droit dans la science politique de l’État moderne, Actes de la table ronde organisée par l’École française de Rome avec le concours du CNRS (Rome, 12-14 novembre 1987), Rome, École française de Rome, 1991, p. 155-170, reprise ensuite dans Id., « Civilis sapientia ». Dottrine giuridiche e dottrine politiche fra medioevo ed età moderna. Saggi per la storia del pensiero giuridico moderno, Rimini, Maggioli, 1989, p. 107-125.

22 Liber testimoniorum des Bartolus von Sassoferrato, v. Militaris prudentia, [92], in S. Lepsius, Der Richter und die Zeugen, op. cit., p. 298-299 (j’ai modifié légèrement la ponctuation) : « Militaris prudentia consistit in bene operando ad finem uictorie ob quietem reipublice ; loquor autem de militia armata et hec militia alia est terrestris alia marina. Et terrestris alia equestris, alia pedestris et inter hos alii sunt regentes, alii qui reguntur. Et regentium quidam presunt toti exercitui, qui continet multos numeros militum. Alii presunt legioni, alii coorti, alii ale, ut Ulpianus super edicto de infamibus notat [D. 3, 2, 2, § 1]. Et istorum presidentium prudentia siue simpliciter siue respectu certi actus probanda occurrat, eo modo probatur, quo dictum est supra de prudentia regnatiua. Aliorum uero, qui reguntur, prudentia militaris si probari expediat, exercitio illius actus probari oportet uel in actis bellicis contra hostes uel in astiludiis et certaminibus, que glorie causa fiunt in ciuitatibus : per illa homines apti redduntur ad arma et qui in tribus uictoriosus extiterit nostram uacationem consequitur, ut Imperator in tit. de athletis constituit [C. 10, 54 (53)]. Aliorum uero, qui in hiis exercitati non sunt, prudentia militaris probari directo non potest. Presumptio tamen est, quod militia equestri preualeant nobiles et alii assueti in equis, in militia uero pedestri preualeant homines robusti corpore et maxime carnifices, qui in exercitio gladii et effusione sanguinis sunt experti, et etiam fabri et malleatores, qui laboribus et actibus percutiendi operam assiduam dant, ut dicit Vegetius de re militari et etiam Egidius Romanus, de ordine Heremitarum, in libro quem fecit de regimine principum in ultima parte sui, ubi de re militari multa pulchra notauit. »

23 Pour un plus ample développement de ce qui est ici posé, voir D. Quaglioni, « Guerra e diritto nel Cinquecento : i trattatisti del “ius militare” », art. cité, p. 191-210, et « La disciplina delle armi tra teologia e diritto », art. cité, p. 447-462.

24 La perspective indiquée en son temps par Virgilio Ilari (V. Ilari, L’interpretazione storica del diritto di guerra romano fra tradizione romanistica e giusnaturalismo, Milan, Giuffrè, 1981), même si elle comprend certaines remarques importantes sur le rôle de l’historiographie humaniste, et sur celui de Machiavel en particulier, à l’horizon doctrinal de la première modernité, souffre inévitablement du vieux défaut de la tradition des études historico-juridiques, consistant à voir dans une « tradition du droit romain » indéterminée la base du savoir fondé sur l’expérience au xvie siècle. Dans cette analyse, le droit commun – principal acteur de cette histoire intellectuelle – est donc complètement absent, hormis quelques références génériques parmi les plus courantes.

25 Une proposition schématique de périodisation, encore acceptable comme hypothèse de travail pour la reconstitution des doctrines du droit de guerre entre Moyen Âge et Temps modernes, se trouve chez N. Bobbio, « Per una teoria dei rapporti tra guerra e diritto », in Scritti in memoria di Antonino Giuffrè, Milan, Giuffrè, 1967, I, p. 89-98. L’histoire du droit de la guerre et de sa base normative et légale reste encore à écrire. Du reste, les contributions synthétiques proposées par plusieurs générations d’historiens du droit public et du droit international ignorent à peu près complètement les sources historiques. Voir S. Pietropaoli, « Jus ad bellum e jus in bello. La vicenda teorica di una « grande dicotomia » del diritto internazionale », art. cité, p. 1169-1214.

26 Voir D. Quaglioni, La sovranità, Rome-Bari, Laterza, 2004.

27 Voir C. Vivanti, Lotta politica e pace religiosa in Francia fra Cinque e Seicento, Turin, Einaudi, 19742 (traduction française par L.-A. Sanchi, préface de P. Béhar : Guerre civile et paix religieuse dans la France d’Henri IV, Paris, Desjonquères, 2006) ; Id., « Assolutismo e tolleranza nel pensiero politico francese del Cinque e Seicento », in Storia delle idee politiche economiche e sociali, L. Firpo éd., t. IV, L’età moderna, vol. 1, Assolutismo, diritto naturale, costituzioni, Turin, UTET, 1980, p. 14-93 (p. 46-49) ; D. Quaglioni, « “Sans violence ny peine quelconque au port de salut”. Il problema della libertà di coscienza nella République di Jean Bodin », in La formazione storica della alterità. Studi di storia della tolleranza nell’età moderna offerti a Antonio Rotondò, H. Méchoulan, R. H. Popkin, G. Ricuperati, L. Simonutti éd., vol. I, Secolo XVI, Florence, Olschki, 2001, p. 361-373.

28 Voir D. Quaglioni, « Il “machiavellismo” di Jean Bodin (République, V, 5-6) », Il pensiero politico, XXII (1989), p. 198-207, repris et modifé ensuite sous le titre « Bodin e il “machiavellismo” : “conversiones rerumpublicarum” e diritto di guerra », in Id., I limiti della sovranità. Il pensiero di Jean Bodin nella cultura politica e giuridica dell’età moderna, Padoue, Cedam, 1992, p. 107-139.

29 M. Isnardi Parente, « Introduzione », in I sei libri dello Stato di Jean Bodin, I, M. Isnardi Parente éd., Turin, UTET, 19882, p. 77 : « integrale giustificazione del fatto di guerra come fondato esclusivamente nel fatto di potere, e potere legalmente costituito ».

30 Pour la confrontation entre les éditions françaises (la princeps date de 1576 ; la dernière édition revue par l’auteur est de 1583) et la réécriture du texte en latin de 1586, voir l’appareil de notes commentant les chapitres 5 et 6 du livre V de la République, in I sei libri dello Stato di Jean Bodin, III, M. Isnardi Parente et D. Quaglioni éd., Turin, UTET, 1997, p. 163-211 et 212-295.

31 Pour la biographie du juriste (San Ginesio, 14 janvier 1552 - Londres, 19 juin 1608), voir A. De Benedictis, « Gentili, Alberico », in Dizionario biografico degli Italiani, LIII, Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana fondata da Giovanni Treccani, 1999, p. 245-251. Une bibliographie gentilienne récente se trouve dans G. Minnucci, Alberico Gentili tra mos italicus e mos gallicus. L’inedito Commentario Ad legem Juliam de adulteriis, Bologne, Monduzzi (Archivio per la storia del diritto medioevale e moderno), 2002, sur lequel voir D. Quaglioni, « L’edizione del commento alla “L. Iulia de adulteriis” di Alberico Gentili », in Alberico Gentili. L’ordine internazionale in un mondo a più civiltà, Atti del Convegno, Decima Giornata Gentiliana, San Ginesio, 20-21 septembre 2002 (Centro Internazionale di Studi Gentiliani), Milan, Giuffrè, 2004, p. 251-263. Des approfondissements ultérieurs de mon propos se trouvent in D. Quaglioni, « Introduzione », in A. Gentili, Il diritto di guerra (De iure belli libri III), traduction de P. Nencini, G. Marchetto et Ch. Zendri éd., Milan, Giuffrè, 2008, p. ix-xxxiii. Voir aussi les récentes annotations de L. Nuzzo, « Alberico Gentili “internazionalista” tra storia e storiografia », in « “Ius gentium Ius communicationis Ius belli”. Alberico Gentili e gli orizzonti della modernità, Atti del Convegno di Macerata in occasione delle celebrazioni del quarto centenario della morte di Alberico Gentili (1552-1608), Macerata, 6-7 décembre 2007, L. Lacchè éd., Milan, Giuffrè (Centro Internazionale di Studi Gentiliani), 2009, p. 73-99. L’ouvrage de D. Panizza (Alberico Gentili, giurista ideologo nell’età elisabettiana, Padova, La Garangola, 1981) reste encore de quelque utilité.

32 D. Quaglioni, « Introduzione », art. cité, in A. Gentili, Il diritto di guerra (De iure belli libri III), p. xx-xxii.

33 A. Gentili, De iure belli libri III, op. cit., I, 1, p. 3 ; cf. A. Gentili, Il diritto di guerra, op. cit., p. 4.

34 Voir D. Quaglioni, « Introduzione », in A. Gentili, Il diritto di guerra (De iure belli libri III), art. cité, p. xx-xxii, où est discuté I. Birocchi, « Il De iure belli e l’ “invenzione” del diritto internazionale », in “Ius gentium Ius communicationis Ius belli”. Alberico Gentili e gli orizzonti della modernità, op. cit., p. 101-138.

35 A. Gentili, De iure belli libri III, op. cit., libro I, cap. 10, p. 71 ; cf. Id., Il diritto di guerra, op. cit., p. 64.

36 Ibid., De iure belli, libro I, cap. 13, p. 95 ; cf. Id., Il diritto di guerra, p. 86.

37 Pour plus d’approfondissements, voir D. Quaglioni, « Introduzione », in A. Gentili, Il diritto di guerra, op. cit., p. xxi-xxii.

38 D. Panizza, Alberico Gentili, giurista ideologo nell’età elisabettiana, op. cit., p. 91.

39 V. I. Comparato, « From Machiavellism to the End of the Seventeenth Century », in D. Quaglioni et V. I. Comparato, « Italy », in European Political Thought, 1450-1700. Religion, Law and Philosophy, H. A. Lloyd, G. Burgess, S. Hodson éd., New Haven-Londres, Yale University Press, 2007, p. 55-101 (p. 96).

40 H. Grotius, De iure belli ac pacis libri tres, in quibus ius naturae et gentium item iuris publici praecipua explicantur, B. J. A. De Kanter et T. Van Hettinga éd., Leyde, E. J. Brill, 1939 ; nouvelle édition avec ajout de notes, R. Feenstra et C. E. Persenaire éd., avec la collab. de E. Arps-De Wilde, Aalen, Scientia Verlag, 1993, p. 1. Je me limite ici à rappeler ce que j’ai écrit autrefois : D. Quaglioni, À une déesse inconnue. La conception pré-moderne de la justice, préface et traduction de l’italien par M.-D. Couzinet, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, p. 125-130 (version italienne : Bologne, Il Mulino, 2004, p. 133-140). La contribution scientifique la plus importante sur les liens du traité de Grotius avec la tradition juridique médiévale et pré-moderne est toujours celle de P. Haggenmacher, Grotius et la doctrine de la guerre juste, Paris, PUF, 1983. Une mise à jour de la bibliographie est dans la nouvelle traduction italienne des Prolegomena et du livre I du De iure belli ac pacis : U. Grozio, Il diritto della guerra e della pace. Prolegomeni e Libro primo, F. Arici et F. Todescan éd., avec la refonte de l’introduction de G. Fassò, Padoue, Cedam, 2010.

41 H. Grotius, De iure belli ac pacis libri tres, op. cit., Prolegomena, § 3, p. 5-6.

42 Ibid., Prolegomena, § 5, p. 7.

43 Ibid., I, 1, § 10, p. 34-36 : « Ius naturale est dictatum rectae rationis indicans, actu alicui, ex eius convenientia aut disconvenientia cum ipsa natura rationali, inesse moralem turpitudinem aut necessitatem moralem, ac consequenter ab auctore naturae Deo talem actum aut vetari aut praecipi [...]. Est autem ius naturale adeo immutabile, ut ne a Deo quidem mutari queat. Quanquam enim immensa est Dei potentia, dici tamen quaedam possunt ad quae se illa non extendit, quia quae ita dicuntur, dicuntur tantum, sensum autem qui rem exprimat nullam habent ; sed sibi ipsi repugnant : Sicut ergo ut bis duo non sint quatuor ne a Deo quidem potest effici, ita ne hoc quidem, ut quod intrinseca ratione malum est malum non sit. »

44 Ibid., Prolegomena, § 38 et § 55, p. 19 et p. 27.

45 Voir D. Quaglioni, « Introduzione », in A. Gentili, Il diritto di guerra (De iure belli libri III), art. cité, p. xxxi.

46 V. Ilari, L’interpretazione storica del diritto di guerra romano…, op. cit., p. vi.

47 Voir D. Quaglioni, « Guerra e diritto nel Cinquecento : i trattatisti del “ius militare” », art. cité, p. 191.

48 A. Gentili, De iure belli libri III, op. cit., II, 2, p. 210 ; cf. Id., Il diritto di guerra, op. cit., p. 187-188. Voir V. Ilari, L’interpretazione storica del diritto di guerra romano…, op. cit., p. 74.

Top of page

References

Electronic reference

Diego Quaglioni, « Pour une histoire du droit de guerre au début de l’âge moderne. Bodin, Gentili, Grotius », Laboratoire italien [Online], 10 | 2010, Online since 24 January 2012, connection on 28 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/498 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.498

Top of page

About the author

Diego Quaglioni

Université de Trente

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page