Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Guido Crainz, L’ombra della guerra. Il 1945, l’Italia

Paola Bertilotti
Référence(s) :

Rome, Donzelli, 2007, 152 pages, 14 €

Texte intégral

1En introduction d’un numéro spécial, récemment consacré par la revue Histoire@politique à la question des Sorties de guerre au xxe siècle, Bruno Cabanes et Guillaume Piketty faisaient remarquer que « la notion d’après-guerre qui prévalait encore, il y a peu, essentiellement dans des ouvrages d’histoire diplomatique, a fait place à celle de “sortie de guerre”, que son caractère dynamique oppose point par point aux anciens tableaux-bilans d’une historiographie plus traditionnelle ». La question des « sorties de guerre » recouvre des champs d’investigation extrêmement larges et variés : politiques de reconstruction, d’épuration, d’occupation, de rapatriement des prisonniers et des déportés, transferts divers de populations, étude des cultures de guerre et de la démobilisation des esprits, etc. (Histoire@politique, 3, novembre-décembre 2007, en ligne). C’est indéniablement dans cette perspective que s’inscrit l’ouvrage récent de Guido Crainz, L’ombra della guerra. Il 1945, l’Italia. L’auteur propose une histoire de l’année 1945 en Italie qui ne relève en rien du « tableau-bilan » de la guerre mais questionne la chronologie de sortie du conflit, les traces profondes laissées dans l’Italie libérée par le fascisme, la guerre mondiale et la « guerre civile » des années 1943 à 1945 et les lents mécanismes de déprise de la violence à l’œuvre dans la péninsule dès 1945.

2La sortie de guerre italienne fut tout à la fois, et de manière différente selon les régions, une sortie du fascisme, une sortie de guerre mondiale et une sortie de guerre civile ; une libération et le début d’une nouvelle occupation. On le sait : la chronologie des événements s’étale en Italie sur près de deux ans. Tandis que la Sicile fut le théâtre d’un débarquement allié dès le 10 juillet 1943, le conflit ne prit fin dans le Nord du pays qu’après l’insurrection généralisée du 25 avril 1945 et au terme de la lente remontée des armées alliées dans la péninsule. De septembre 1943 au printemps 1945, le Nord et le Sud du pays connurent des destins extrêmement différents. Dans les territoires contrôlés par les Alliés, un « Royaume du Sud » vit le jour, incarnation de la continuité de la monarchie italienne, tandis que, dans le Nord, Mussolini s’engageait dans la poursuite de l’expérience fasciste et dans la voie de la collaboration avec l’Allemagne nazie en donnant naissance à la République sociale italienne. Les Alliés avaient débarqué à Salerne au mois de septembre 1943, mais ils ne remportèrent la bataille de Monte Cassino qu’en mai 1944. Rome fut libérée en juin 1944, Florence au mois d’août alors que dans le Nord l’affrontement entre la résistance, d’une part, et les forces armées allemandes et de la République de Salò, d’autre part, faisait rage. Dans le Nord, c’est l’exécution par les partisans, le 28 avril 1945, dans les environs de Dongo, de Mussolini, de sa maîtresse Clara Petacci et des quelques hiérarques qui avaient tenté de fuir à leur suite qui signera la mort du fascisme républicain, tandis que la reddition des forces allemandes d’occupation sera annoncée le 2 mai. Dans ce contexte militaire, politique et institutionnel complexe, les différentes régions italiennes ne connurent pas des sorties de guerre identiques.

3Guido Crainz – et c’est l’une des originalités de l’ouvrage – choisit d’évoquer dans son étude cette variété de situations. La plupart des travaux publiés sur la question depuis la fin des années quatre-vingt se sont en effet intéressés à l’explosion de violence qui a accompagné la libération des régions du Nord et du Centre de l’Italie. Quelques ouvrages se sont également attachés à analyser l’« autre après-guerre » dont les régions méridionales ont fait l’expérience (pour reprendre le titre de Nicola Gallerano, L’altro dopoguerra. Roma e il Sud 1943-1945, Milan, Angeli, 1985). Dans L’ombra della guerra, Guido Crainz aborde conjointement ces deux réalités différentes. Après un prologue centré sur les échos de la violence, de la souffrance et de l’horreur de la guerre dans la littérature italienne de l’immédiat après-guerre, l’historien consacre un premier chapitre aux « terre di nessuno », le « no man’s land » des zones de fronts de l’Italie du Sud dévastées par la stratégie de la « terre brûlée » et les massacres perpétrés par l’occupant allemand et par la « guerre totale » menée par les Alliés – un « no man’s land » qui, en 1944-1945, se déplace vers le Nord au rythme de l’avancée anglo-américaine. Le deuxième chapitre se concentre sur la sortie de guerre du Sud de l’Italie, « libéré avant la libération ». L’auteur y évoque l’état désastreux de l’économie méridionale, la faim, les rapports entre la population locale et les forces d’occupation alliées, le développement du marché noir et l’augmentation spectaculaire de la criminalité et de la violence sur fond de crise économique et institutionnelle. Il traite également de la lente reprise de la vie politique, de l’épuration manquée de l’administration et du difficile examen de conscience national après plus de vingt ans de fascisme. Guido Crainz s’attarde tout particulièrement sur les cas des villes de Naples et de Rome, symboles d’une société italienne en ruines mais théâtre d’une activité culturelle d’une vitalité remarquable. Il souligne toutefois la distance croissante qui sépare cette Italie, déjà libérée, du Nord, encore en proie à la guerre civile. La jeunesse romaine se dérobe à l’appel sous les drapeaux pour aller libérer le Nord tandis qu’en Sardaigne et en Sicile, les manifestations hostiles à l’ordre de mobilisation virent à l’émeute. Le troisième chapitre s’attache en revanche à décrire la « guerre inexpiable » (selon une expression de Ferruccio Parri) à laquelle le Centre et le Nord de l’Italie sont confrontés à partir du printemps 1944 et qui prélude à l’explosion de violence de l’après-libération. L’auteur rappelle les massacres, les rafles, les tortures et les déportations dont se rendirent responsables les forces allemandes d’occupation avec la collaboration active de la République de Salò. C’est dans ce contexte, mais également dans le temps long des affrontements sociaux remontant au biennio rosso (1919-1920), voire à la période giolittienne, que Crainz interprète les excès de la « justice » sommaire et de l’épuration extralégale. L’auteur s’efforce également de rendre compte de l’installation dans la durée – sur fond d’épuration manquée, d’affrontements politiques entre anciens partisans de bords politiques opposés et de recrudescence de la délinquance – de pratiques violentes qui perdurent jusqu’en 1946 dans certaines régions, notamment en Émilie. Le dernier chapitre est enfin consacré aux impulsions contradictoires de la population italienne, prise entre son besoin de retour à la normale et ses aspirations à un bouleversement politique, économique et social profond. À la fin de l’année 1945, toutefois, le « vent du nord » porteur des espoirs de renouveau de la résistance et la vitalité syndicale et politique de l’Italie méridionale semblent avoir fait long feu. Au final, il se dégage de L’ombra della guerra l’image paradoxale d’une Italie « affamée, en ruines et en haillons » mais où « commence une nouvelle vie » (pour reprendre les mots d’Alberto Moravia cités par Guido Crainz p. 19), d’un pays en plein bouillonnement culturel mais traversé par une flambée de violence archaïque, où les assassinats sont perpétrés à coups de fourche et de pioche, au son des cloches, avec un acharnement sur le corps des victimes qui n’est pas sans rappeler les rituels de la violence de la France du xvie siècle étudiés par Natalie Zemon Davis (cf. p. 120).

4L’ouvrage de Guido Crainz est plus novateur par son point de vue que par les faits qu’il expose – il s’agit en partie d’une synthèse de travaux antérieurs. L’auteur privilégie en effet une approche relevant de l’histoire des mentalités et de l’histoire sociale et culturelle. Sa conviction – exposée dès le prologue – est que « pour toute une série de raisons […] il existe des façons différentes et contradictoires de vivre la période de transition née d’une crise radicale, dans une succession et un affrontement d’espoirs et de peurs […]. Comme tout moment de crise profonde, l’année 1945 nous livre une biographie de la nation, tenaillée entre le poids de son passé et des perspectives d’avenir extrêmement incertaines. Mais l’image qui nous en est renvoyée n’est pas toujours positive » (p. 9). Se plaçant dans la lignée d’un Piero Gobetti, qui voyait dans le fascisme non pas un accident de l’histoire italienne, mais l’« autobiographie de la nation », Crainz fait le choix d’écrire une page de l’histoire culturelle et sociale de l’Italie à partir du tournant majeur que constituent la fin du second conflit mondial et la chute du fascisme républicain. La césure de 1945 a principalement été envisagée par l’historiographie italienne sous l’angle politique et institutionnel et sous l’angle de l’épuration légale et extralégale. Par le recours à des archives inédites (notamment des rapports des préfectures et des carabiniers), à des témoignages, à des textes littéraires et à des films, mais surtout grâce à un très large dépouillement des périodiques de l’époque (presse politique et presse d’opinion, presse locale et nationale, revues culturelles), Crainz tente de rendre compte de « l’esprit de 1945 » et de ressusciter les enthousiasmes, les rancœurs, les cas de conscience, les espoirs et les désillusions des Italiens au sortir du fascisme et de la guerre. L’ombra della guerra se situe en ce sens dans la continuité des ouvrages que l’auteur a consacrés au miracle économique italien et à la période des années soixante à quatre-vingt, qui tentaient d’envisager l’histoire italienne non pas seulement du point de vue de l’histoire politique mais également du point de vue de l’histoire des mentalités (Storia del miracolo italiano : culture, identità, trasformazioni fra anni Cinquanta e Sessanta, Rome, Donzelli, 1996 ; Il paese mancato : dal miracolo economico agli anni Ottanta, Rome, Donzelli, 2003). En choisissant de rendre compte du foisonnement et des contradictions de la période, l’historien évite l’écueil consistant à n’interpréter l’année 1945 qu’en fonction des évolutions politiques ultérieures de l’Italie – un travers récurrent des études sur la « transition italienne » dénoncé par Luca Baldissara dans un article récent (« Sulla categoria di transizione », Italia contemporanea, 254, 2009, p. 61-74).

5Contrairement à la Storia del miracolo italiano et à Il paese mancato, tous deux publiés dans la collection « Progetti » de Donzelli, L’ombra della guerra est paru dans la collection « Saggine » du même éditeur. De fait, l’ouvrage ne propose pas une étude systématique de l’année 1945 et laisse dans l’ombre un certain nombre d’aspects : du débat politique aux tensions institutionnelles entre gouvernement central romain et comité de libération de la Haute-Italie ; du problème du statut de Trieste aux foibe (deux thèmes d’ailleurs déjà abordés par Guido Crainz dans Il dolore e l’esilio. L’Istria e le memorie divise d’Europa, Rome, Donzelli, 2005) ; de la question du retour des prisonniers de guerre, à peine mentionnée, à celle du retour des déportés et de la découverte du génocide juif, quasiment passée sous silence ; des lois de reconnaissance et de réinsertion prises en faveur des anciens persécutés du régime, aux politiques de la mémoire mises en place par l’État italien et par les différents partis politiques dès 1945. À l’évidence, l’ouvrage de Crainz ne prétend pas à l’exhaustivité. Il s’agit avant tout d’un essai, d’une réflexion historiographique sur le thème de la violence de l’après-libération, qui a fait l’objet de distorsions et d’usages publics abusifs en Italie, notamment depuis que des journalistes à succès et sans scrupule s’en sont emparés (voir notamment Giampaolo Pansa, Il sangue dei vinti, Milan, Sperling & Kupfer, 2003 ; Bruno Vespa, Vincitori e vinti, Milan, Mondadori, 2005). À coups de chiffres gonflés ou falsifiés, de documents décontextualisés et de détournement de sources, dans l’ignorance plus ou moins volontaire des acquis de l’historiographie, les best-sellers de Giampaolo Pansa – pourtant historien de formation – et de l’animateur de télévision Bruno Vespa se sont engouffrés dans une brèche ouverte dès 1945 par les publications néofascistes et ont entrepris de criminaliser la résistance et de donner de l’Italie de l’après 25 avril 1945 l’image d’un pays en proie à une guerre civile sanglante, attisée par des militants communistes sanguinaires assoiffés de pouvoir et de vengeance. Ce type de reconstruction caricaturale a fait florès, d’autant que les violences de l’après-libération, longtemps refoulées par la mémoire collective et passées sous silence par les partis politiques de « l’arc constitutionnel », n’ont fait l’objet de recherches historiographiques systématiques que depuis le milieu des années quatre-vingt-dix, dans le contexte de l’effondrement du système politique de la « première République ». Guido Crainz propose dans L’ombra della guerra une véritable leçon de méthodologie et de rigueur historiographique. Il ne passe sous silence aucune des violences de l’année 1945 – des rafles et des massacres perpétrés par le fascisme républicain et l’occupant allemand aux bombardements alliés, des viols dont se rendirent coupables les soldats alliés aux exactions des partisans, des révoltes paysannes de l’Italie méridionale aux déplacements de population de l’immédiat après-guerre. L’historien montre ainsi que le Nord de la péninsule n’eut pas le monopole de la violence et que le Sud, qui n’avait pas connu la guerre civile ni fait l’expérience d’une forte implantation communiste, fut également le théâtre d’agitations. Il s’efforce, d’autre part, de mesurer l’ampleur de chacun de ces phénomènes et de les replacer dans leur contexte immédiat et de longue durée. Il distingue enfin ce qui tient de la stratégie délibérée (la guerre menée contre les civils par l’occupant allemand) et ce qui relève de l’erreur de commandement (le relâchement de la discipline dans les armées alliées après Monte Cassino, qui ouvrit la porte à la multiplication des viols). Loin d’escamoter ses sources, il se livre à une longue analyse critique des données chiffrées concernant les violences de l’après-libération. Prenant le contre-pied des interprétations caricaturales proposées par Pansa et consorts, il met le lecteur en garde contre les lectures simplificatrices de l’histoire et les anachronismes. C’est ainsi qu’il revient de manière très détaillée sur certains exemples de lynchages ou d’assassinats perpétrés par la population italienne ou les partisans eux-mêmes dans les jours et les mois qui suivirent la libération. Tout en invitant à la modestie face à des situations souvent difficiles à interpréter, il évoque les différents types de motivation qui ont pu présider à ces explosions de violence – de la soif de vengeance et de la frustration générée par les résultats décevants de l’épuration à l’affrontement social ou à la concurrence politique, ou encore à la dérive délinquante de groupes d’anciens partisans. Loin des tentatives d’exploitation politique du passé, Crainz souligne au terme de son étude la distance qui nous sépare de cette « Italie terrible », « extrêmement lointaine, et presque “anthropologiquement différente” » (p. 120).

6Dans une recension récente, l’historien Sergio Luzzatto recommandait la lecture de l’ouvrage de Mimmo Franzinelli consacré à L’amnistia Togliatti (Milan, Mondadori, 2006), indiquant qu’il s’agissait à ses yeux d’un excellent « vaccin contre le giampaolopansisme et le brunovespisme de la mémoire » (Corriere della Sera, 19 avril 2006). Nous souhaiterions, pour notre part, ajouter l’ouvrage de Guido Crainz à l’ordonnance du docteur Luzzatto.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paola Bertilotti, « Guido Crainz, L’ombra della guerra. Il 1945, l’Italia », Laboratoire italien [En ligne], 10 | 2010, mis en ligne le 27 janvier 2012, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/520

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page