Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

La délation des Juifs. Une mémoire silencieuse dans l’Italie républicaine (1944-1961)

Paola Bertilotti
p. 193-222

Abstracts

En Italie, le fascisme avait progressivement transformé la délation en système de pouvoir et de gouvernement. Cette pratique favorisa notamment le contrôle de l’application de la législation antisémite adoptée par le régime en 1938, avant d’être amplement mobilisée en 1943-1945 par l’occupant allemand et la République sociale italienne dans la mise en œuvre de la « solution finale ». La pratique de la délation pose ainsi la question de l’adhésion que les politiques de persécution ont pu susciter dans la population italienne. Épisodes honteux s’il en est, ces faits de délation ont-ils été relatés ou au contraire passés sous silence dans l’Italie de l’après-guerre ? Le traitement réservé au souvenir de la délation renseigne de fait plus largement sur la façon dont les Italiens ont analysé leurs responsabilités et celles du régime fasciste dans la conduite de la persécution antisémite. Nous avons cherché dans cet article à analyser les politiques de répression dont les délateurs firent l’objet dans le cadre de l’épuration et les traces que les épisodes de délation ont laissées dans les mémoires italiennes de l’après-guerre.

Top of page

Full text

  • 1 M. Franzinelli, Delatori. Spie e confidenti anonimi : l’arma segreta del regime fascista, Milan, Mo (...)
  • 2 Une réorganisation menée à son terme après l’adoption des lois dites « fascistissimes ». L’action d (...)

1Longtemps, la question de la délation a été ignorée par l’historiographie italienne du fascisme. Dans une étude récente, Mimmo Franzinelli indiquait pourtant que cette pratique s’était progressivement transformée pendant le Ventennio en véritable système de pouvoir et de gouvernement1. Instrument de connaissance de l’opinion et de contrôle de la population, la délation fut fortement encouragée par le régime, notamment à partir du milieu des années vingt, dans le contexte d’une restructuration des forces de police, sur fond de suspension définitive des libertés individuelles et de mise au pas totalitaire de la société italienne2. Le régime se dota de différents organes d’investigation et de répression disposant chacun d’un réseau d’informateurs stipendiés, chargés de surveiller et de dénoncer les opposants et les récalcitrants. Certaines catégories professionnelles – en particulier, les concierges – furent, en outre, fortement incitées à apporter leur collaboration à ce travail d’information. À côté de cette délation organisée et sollicitée, les délations spontanées se multiplièrent. Des milliers de lettres, le plus souvent anonymes, furent adressées aux autorités pour dénoncer des comportements jugés « déviants ». Les délateurs agissaient par adhésion idéologique au régime aussi bien que par intérêt. Dès le début des années trente, la délation s’était enracinée dans la société italienne au point de n’épargner ni les milieux de l’antifascisme clandestin, ni inversement les milieux fascistes proches du pouvoir.

  • 3 Voir notamment M.-A. Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, Paris, Perrin, (...)
  • 4 M. Franzinelli, Delatori, op. cit. Ces lettres étaient centralisées par l’Ufficio materia de la Dir (...)
  • 1
  • 6 Sur la politique antisémite de Salo, voir en particulier : G. Mayda, Ebrei sotto Salò : la persecuz (...)
  • 7 La révolution de palais du 25 juillet 1943, qui avait conduit à la chute de Mussolini, ne s’accompa (...)

2Dans ce cadre, lorsqu’en 1938, le fascisme adopta une législation antisémite, il en surveilla l’application par le recours à des informateurs, réprimant les éventuelles résistances des persécutés aussi bien que les manifestations de solidarité à leur égard (taxées de « piétisme »)3. Une tâche à laquelle contribuèrent également de nombreuses lettres de dénonciation spontanées. Les villes de Rome et de Trieste furent les plus touchées par ce dernier phénomène. Comme l’a montré Mimmo Franzinelli, les myriades de lettres de dénonciation qui parvinrent dès les années 1938 à 1943 aux commissariats, aux préfectures et à la police politique du régime sont la démonstration de l’adhésion qu’une partie consistante de la population italienne apporta, par fanatisme aussi bien que par intérêt, à la politique antisémite du régime4. Les incitations à la délation s’accentuèrent globalement avec l’entrée en guerre de l’Italie en 1940, le régime traquant « l’ennemi intérieur » et le « défaitiste ». Ce raidissement fut particulièrement perceptible dans le cadre de la persécution antisémite, l’entrée en guerre ayant servi de prétexte à l’introduction de nouvelles mesures antijuives – notamment l’internement des Juifs étrangers et des Juifs italiens jugés dangereux. Le phénomène prit toutefois une tout autre ampleur et une tout autre signification après le 8 septembre 1943. L’installation dans la Péninsule des forces allemandes d’occupation et la mise en place de la République sociale italienne provoquèrent en effet un saut à la fois quantitatif et qualitatif en matière de répression et de persécution. Les opposants furent traqués sans merci, alors que se développaient des mouvements de résistance. L’occupation nazie marqua par ailleurs le début de l’application en Italie d’une politique antisémite de type génocidaire5. Traqués par l’occupant allemand dès le 8 septembre 1943 avec la collaboration des autorités italiennes, les Juifs furent également l’objet, dès novembre 1943, de mesures d’internement émanant de la République de Salo6. Du côté italien, les actions antijuives mobilisèrent à la fois les préfectures, les commissariats, les carabiniers et les différentes milices et forces de police apparues après le 8 septembre7. Dans cette « chasse » aux opposants et aux Juifs, aussi bien l’occupant allemand que la République sociale eurent massivement recours à la délation. Des réseaux d’informateurs efficaces et nombreux furent mis en place tandis que la délation spontanée était encouragée par de fortes récompenses et la perspective de pouvoir par là même participer à des opérations de pillage.

  • 8 Plus précisément, Liliana Picciotto a identifié 322 Juifs ayant péri sur le sol italien, 5 969 Juif (...)
  • 9 Environ 6 000 d’entre eux parvinrent à gagner la Suisse et 500 le Sud de l’Italie (L. Picciotto, Il (...)

3Concernant la persécution antisémite, en 1943, 39 000 Juifs étaient présents dans les territoires italiens aux mains de la République de Salo ou de l’occupant allemand. En 1945, 7 291 d’entre eux avaient trouvé la mort, près de 300 ayant été assassinés dans la Péninsule et environ 7 000 dans les camps d’extermination nazis8. L’occupant allemand procéda aux premières rafles, entre septembre et novembre 1943, sur la base d’informations fournies par les autorités italiennes – qui avaient constitué, depuis 1938, des fichiers concernant l’ensemble des individus considérés de « race juive » présents sur le territoire national. Au total, les premières grandes rafles de septembre-novembre 1943 aboutirent à la déportation d’au moins 2 555 personnes. À l’annonce des premières vagues d’arrestations, les persécutés entrèrent massivement dans la clandestinité, certains d’entre eux tentant de rejoindre la Suisse ou le Sud de l’Italie sous contrôle allié9. Après novembre 1943, les informations des délateurs jouèrent par conséquent un rôle essentiel dans les arrestations. De novembre 1943 à la Libération, l’occupant nazi et le fascisme républicain – qui procéda à partir de décembre à des campagnes d’arrestations indépendantes – parvinrent à appréhender au moins 3 454 individus (l’on ignore la date d’arrestation des quelque 2 000 autres déportés).

  • 10 Voir notamment L. Poliakov, La condition des Juifs en France sous l’occupation italienne, Paris, Éd (...)
  • 11 À la suite de Pierre Nora, nous définirons ici la mémoire collective comme « le souvenir ou l’ensem (...)

4Si, en chiffres absolus, le nombre de victimes italiennes de la Shoah est de très loin inférieur à celui d’autres pays européens, l’Italie perdit néanmoins, entre 1943 et 1945, près de 20 % de sa population juive. Ce qui est considérable, si l’on garde à l’esprit le peu de temps que dura l’occupation allemande dans la Péninsule – l’Italie centrale ayant été libérée par les Alliés dès l’été 1944. En France, le souvenir des dix mois d’occupation italienne (novembre 1942 - septembre 1943) a longtemps contribué à accréditer la thèse d’une exception italienne en matière d’antisémitisme. La population italienne n’aurait pas cédé aux sirènes de l’antisémitisme fasciste puis nazi10. Les études récemment réalisées sur la délation tendent à remettre en cause cette idée reçue et posent la question des collaborations dont les politiques de persécution ont pu bénéficier dans la population italienne. Le traitement réservé au souvenir de la délation dans l’Italie de l’après-guerre renseigne ainsi plus largement sur la façon dont les Italiens ont analysé leurs responsabilités et celles du régime fasciste dans la conduite de la persécution antisémite. Quelles traces les faits de délation ont-ils donc laissées dans les mémoires italiennes11 ? Ont-ils fait l’objet, à l’initiative des pouvoirs publics, d’une politique de répression spécifique dans le cadre de l’épuration ? Épisodes honteux s’il en est, ces faits ont-ils été relatés ou représentés dans des récits de témoignages, dans la presse, dans l’historiographie, dans des récits de fiction ou dans des films ? Dans l’Italie de l’après-guerre, s’est-il trouvé des groupes sociaux pour se faire porteurs de cette mémoire ?

  • 12 Nous nous limiterons ici à donner des indications quant à l’élaboration d’une mémoire de la délatio (...)

5Notre étude s’ouvre à l’été 1944 lorsque, après la libération de Rome, le gouvernement italien adopte les premiers décrets encadrant l’épuration. Elle s’achève en 1961, lors du procès Eichmann dont nous verrons que, s’il a placé, en Italie comme dans les autres pays occidentaux, la Shoah au centre de l’attention de l’opinion, il a paradoxalement contribué à recouvrir durablement d’un voile d’oubli les responsabilités proprement italiennes dans la mise en œuvre des persécutions12. Entre 1944 et 1961, un silence croissant a entouré le thème de la délation – un thème présent seulement en demi-teinte dans l’actualité judiciaire de l’immédiat après-guerre.

Une épuration manquée ?

  • 13 Sur la question de l’épuration, nous renvoyons à notamment à R. Canosa, Storia dell’epurazione in I (...)

6Nous nous pencherons dans un premier temps sur les procès d’épuration de l’immédiat après-guerre13. La justice a-t-elle été le vecteur de l’élaboration d’une mémoire de la délation ? Les actions en justice à l’encontre des anciens délateurs ont-elles été encouragées par les pouvoirs publics et considérées comme une forme de réparation à l’égard de leurs victimes ? Les rescapés de la persécution se sont-ils employés à obtenir la condamnation des délateurs ? Quelle a été l’attitude de la magistrature ?

  • 14 Voir C. Pavone, Alle origini della Repubblica. Scritti su fascismo, antifascismo e continuità dello (...)
  • 15 Voir C. Pavone, Una guerra civile. Saggio storico sulla moralità della Resistenza, Turin, Bollati B (...)

7Après le 8 septembre 1943, tandis que la République sociale italienne se mettait en place dans le Nord et le Centre de l’Italie, le roi et le maréchal Badoglio, qui avaient pris la fuite dans les territoires sous contrôle allié de l’Italie méridionale, donnaient vie à un « Royaume du Sud ». L’armistice signé avec les Alliés engageait la monarchie italienne à procéder à une épuration. Le gouvernement militaire allié décida de son côté la mise à l’écart d’une partie du personnel administratif. Mais il fallut attendre l’installation du gouvernement italien à Rome et l’avènement d’Ivanoe Bonomi à la présidence du conseil pour l’adoption du principal décret fixant les modalités de l’épuration (décret du 27 juillet 1944, no 159). Ce décret prévoyait de sanctionner les instigateurs du coup d’État d’octobre 1922, les individus « ayant concouru de manière notable », à compter de cette date, « à maintenir en vie le régime fasciste » (art. 3) ou « ayant, après le 8 septembre 1943, manqué au devoir de loyauté et de défense militaire de l’État en se rendant coupable d’intelligence, de correspondance ou de collaboration avec l’envahisseur allemand et en lui prêtant assistance ou main-forte » (art. 5). D’emblée, les sanctions à l’encontre du fascisme monarchique (1922-1943) s’annonçaient moins sévères que celles à l’encontre du fascisme républicain (1943-1945). Le Royaume du Sud représenta en effet le principal vecteur de « continuité de l’État », son personnel politique et administratif étant, en grande partie, issu de celui du Ventennio14. Le législateur n’avait en outre pas jugé nécessaire d’introduire de nouveaux chefs d’inculpation et de nouvelles catégories juridiques pour juger des crimes commis par la République sociale, sanctionnés en tant qu’actes de collaboration et atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation au titre des articles 51, 54 et 58 du code pénal militaire de guerre. Au même moment, le Nord du pays était en proie à une véritable guerre civile entre le fascisme républicain et les forces de la résistance15. En matière d’épuration, le Comité de libération nationale de la Haute-Italie (CLNAI) prônait la constitution de tribunaux populaires. Cette solution ne fut pas validée par le gouvernement en place à Rome qui procéda, à la veille de l’insurrection généralisée du Nord de l’Italie, à la promulgation d’un décret instaurant des cours d’assises extraordinaires, présidées par un magistrat assisté de quatre jurés populaires, dont les décisions pouvaient faire l’objet d’un pourvoi en cassation (décret no 142 du 22 avril 1945).

  • 16 Selon les termes d’H. Woller, I conti con il fascismo, op. cit., p. 373.
  • 17 Ibid., p. 389-390.
  • 18 Ibid., p. 392-435. NB : on ne dispose d’aucune donnée chiffrée concernant les procès d’épuration co (...)
  • 19 Ces chiffres ont été avancés par M. Franzinelli, L’amnistia Togliatti, op. cit., p. 23.
  • 20 Dont on espérait une accélération des procédures. Ce but fut atteint : entre janvier 1946 et juille (...)
  • 21 Voir, en particulier, T. Rovatti, « Politiche giudiziarie per la punizione dei delitti fascisti in (...)

8À la Libération, l’épuration ne se fit toutefois pas uniquement dans ce cadre légal. Au printemps 1945, les règlements de compte se multiplièrent, notamment dans le Centre et le Nord, dans un contexte de vacance du pouvoir, ou plutôt de superposition d’autorités aux légitimités concurrentes et mal établies – CLNAI, CLN locaux, gouvernement de Rome, commandement allié. Plus qu’ailleurs en Europe, « l’épuration “sauvage” [fut en Italie] un phénomène de masse »16 qui fit au total près de 12 000 morts17. Contrevenant aux dispositions imparties par le gouvernement de Rome, certains CLN mirent également sur pied des tribunaux populaires18. Ce n’est que dans un deuxième temps que les cours d’assises extraordinaires entrèrent en fonction. Toutefois, de la mi-mai à la mi-août 1945, quelque 10 000 procès eurent lieu, tandis que plus de 4 000 dossiers étaient en cours d’instruction19. Cet état de fait influa en retour sur le déroulement de l’épuration légale. Entre juin et décembre 1945, le gouvernement du résistant actionniste Ferruccio Parri s’efforça lui-même de canaliser cette fièvre épuratrice. Par le décret no 625 du 5 octobre 1945, les cours d’assises extraordinaires furent remplacées par des sections spéciales des cours d’assises20. À mesure que se tarissait l’élan rénovateur de la résistance, la législation épuratrice se fit moins rigoureuse. D’autant qu’à partir de la fin 1945, avec la suppression de la Cour de cassation de Milan et le déferrement de tous les pourvois à la Cour de cassation de Rome, la magistrature, qui avait été elle-même largement épargnée par l’épuration, s’employa à saboter les jugements prononcés par les cours d’assises extraordinaires21.

  • 22 Voir notamment M. Franzinelli, L’amnistia Togliatti, op. cit.
  • 23 Décret du président de la République no 922, 19 décembre 1953.
  • 24 M. Franzinelli, « Collaborazionisti e partigiani dinanzi alla magistratura », in Pier Paolo Poggi é (...)

9Enfin, le gouvernement du démocrate chrétien Alcide De Gasperi promulgua dès juin 1946 un décret d’amnistie, dit « amnistie Togliatti » – le premier secrétaire du Parti communiste étant alors Garde des Sceaux (décret présidentiel no 4, 22 juin 1946). L’Italie fut le premier pays d’Europe occidentale à procéder à une amnistie22. Étaient exclus du bénéfice du décret les membres de la hiérarchie fasciste républicaine et du haut commandement militaire ainsi que les individus s’étant rendus coupables de « massacres, de sévices particulièrement atroces [sic], d’homicides, de pillages ou bien d’actes criminels à but lucratif » (art. 3). Encore une fois, la magistrature appliqua ces mesures de manière particulièrement laxiste. La violence vengeresse de l’épuration « sauvage » et les jugements sommaires des tribunaux populaires avaient donc cédé la place à une amnistie aussi large que généreuse, qui fut bientôt complétée par de nouvelles remises de peine23. Parallèlement, à partir de 1947, la progressive rupture, sur fond de guerre froide, entre les différents partis issus de l’antifascisme – Parti communiste (PCI), Parti socialiste (PSI), Démocratie chrétienne (DC) – contribua à créer un climat hostile aux anciens partisans : ceux-ci firent l’objet, à partir de 1947, de poursuites pour des crimes commis pendant la guerre civile et pour exercice illégal de la violence24.

  • 25 Voir note 2.
  • 26 Voir M. Canali, Le spie del regime, op. cit., p. 493-498.
  • 27 Voir M. Franzinelli, Delatori, op. cit., p. 266-308.

10C’est dans ce cadre que se déroula l’épuration des délateurs des Juifs, tandis que ni la délation ni la participation à la persécution antisémite n’avaient fait l’objet de la création d’un délit spécifique. Concernant les réseaux de délateurs en activité antérieurement au 8 septembre 1943, des poursuites furent entamées contre les fonctionnaires de l’OVRA, dès l’été 1944, après la libération de Rome. Mais les archives de l’organisation ayant été transférées dans le Nord de l’Italie lors de la constitution de la RSI, l’instruction ne disposait que de peu d’éléments pour constituer les dossiers. Des responsables de premier plan de l’OVRA obtinrent ainsi la relaxe dès l’automne 1944. Courant 1945, ces premières décisions de justice entraînèrent par effet de domino la suspension des poursuites contre leurs subalternes. Par ailleurs, l’attention exclusive portée à l’OVRA contribua à laisser dans l’ombre les agissements des autres services d’investigation et de répression – POLPOL, l’Ufficio materia25… Globalement, les réseaux d’informateurs stipendiés du fascisme monarchique furent ainsi épargnés, d’autant plus facilement que bon nombre d’entre eux avaient été réactivés par le Royaume du Sud26. Il s’avérait par ailleurs quasiment impossible de poursuivre les délateurs occasionnels, pour la plupart anonymes. Dans ce contexte, les individus ayant dénoncé à divers titres les Juifs dans les années 1938 à 1943 ne firent l’objet d’aucune poursuite. Les informateurs et les délateurs au service de la RSI et de l’occupant allemand encouraient, en revanche, des condamnations pour collaborationnisme. Une série d’obstacles s’opposait toutefois à leur condamnation27.

  • 28 Ibid., p. 182.

11Les rares rescapés juifs des camps d’extermination nazis ne regagnèrent, en effet, la Péninsule que tardivement – pour la plupart d’entre eux à l’été ou à l’automne 1945, et parfois seulement au début de l’année 1946. Ce sont eux qui avaient été les principales victimes des délations. Or, à leur retour en Italie, les ardeurs épuratrices des lendemains de la Libération s’étaient calmées. L’on ne dispose, par ailleurs, d’aucune donnée concernant l’épuration dite « sauvage ». Étant donné la violence de la guerre civile dont le Centre et le Nord de l’Italie avaient été le théâtre, il semblerait toutefois que les délateurs des Juifs aient été généralement considérés comme des responsables de second ordre et à ce titre souvent épargnés. C’est en tout cas ce que suggère l’histoire de deux délatrices de la Valteline reconstituée par Mimmo Franzinelli sur la base d’un témoignage oral. Les deux tenancières d’un hôtel d’Edolo furent découvertes par la résistance après que leur dénonciation eut provoqué l’arrestation de douze Juifs qui tentaient de gagner la frontière suisse. Les deux femmes furent tondues à la Libération. Le secrétaire local du Parti fasciste républicain à qui elles avaient dénoncé les fugitifs avait en revanche été assassiné par les partisans dès juin 1944, en pleine guerre civile28.

  • 29 M. Canali, Le spie del regime, op. cit., p. 559-664 ; M. Franzinelli, I tentacoli dell’Ovra : agent (...)

12L’éclatement de l’appareil policier de la République sociale italienne constitua également un obstacle important au déroulement de l’épuration dans l’immédiat après-guerre. Alors qu’une liste de noms d’informateurs de l’OVRA avait pu être publiée dès l’été 1946 dans le Journal officiel italien, sur la base d’informations rassemblées dans les archives du fascisme monarchique29, dans le cas des informateurs de Salo et de l’occupant allemand, il ne fut pas possible de faire de même du fait de la dispersion des archives de police. L’absence de coordination entre les différentes instances répressives et le recours accru, après le 8 septembre 1943, à des confidents sporadiques avait par ailleurs contribué à brouiller les pistes : les actes de délation occasionnels ou spontanés n’avaient pas forcément laissé de traces écrites. Quand bien même ils en auraient laissé, le personnel des préfectures et des commissariats en possession de ces pièces ne les aurait pas nécessairement communiquées aux juges en charge de l’instruction des procès. Les fonctionnaires des administrations locales, largement épargnés par l’épuration en cours, avaient en effet tout intérêt à dissimuler ce type de documentation pour se couvrir. Ils avaient toutefois également reçu du ministère de l’Intérieur des instructions les invitant explicitement au silence. Une circulaire de juin 1946 exigeait ainsi des préfets un rapport :

  • 1

Sur les développements de la question juive en Italie […] qui insiste notamment sur le fait que les initiatives italiennes en matière de race non seulement n’étaient pas spontanées, mais qu’elles ne cessèrent d’avoir un caractère purement formel qu’à partir du moment où la mise en application des mesures antisémites passa sous le contrôle direct des envahisseurs allemands.30

  • 31 Le ministère des Affaires étrangères italien s’employait ainsi à donner à la « contribution italien (...)

13Ce type de consigne peut surprendre, émanant de gouvernements postfascistes – en juin 1946, c’est le socialiste Giuseppe Romita qui détenait le portefeuille de l’Intérieur. Dans la mesure où ils étaient engagés dans des négociations de paix difficiles avec les anciens Alliés, les gouvernements italiens de l’immédiat après-guerre avaient cependant tout intérêt à taire les responsabilités italiennes en matière de persécution antisémite : l’Italie entendait au contraire se présenter comme un pays victime du fascisme et du nazisme, entraîné malgré lui dans la guerre et innocent des crimes commis par son ancien allié allemand31.

  • 32 M. Franzinelli, Delatori, op. cit., p. 168 ; M. Nozza, Hotel Meina. La prima strage di ebrei in Ita (...)
  • 33 L’Union des communautés juives italiennes (UCII) avait créé le CRDE à Rome dès septembre 1944 dans (...)
  • 34 Archives du Centre de documentation juive contemporaine de Milan (ACDEC), Fonds documentaires privé (...)
  • 35 Voir ACDEC, 1.3.1, carton 1, fasc. 1, lettre du 14 février 1946 de la Communauté de Merano au CRDE.

14Au-delà, les difficultés rencontrées dans l’après-guerre pour identifier les anciens délateurs tenaient également au destin de leurs victimes, assassinées pour la plupart d’entre elles dans les camps d’extermination nazis ou victimes de massacres en Italie. Ainsi, lorsqu’en 1968, un procès fut intenté en Allemagne aux membres de la Panzer Division Leibstandarte Adolf Hitler, responsables du massacre de cinquante-six Juifs perpétré en septembre 1943 à Meina, une petite ville située au bord du Lac Majeur, la défense évoqua la présence aux côtés des forces allemandes d’un délateur italien – identifié en la personne de Clemente Perazzi. Une accusation invérifiable, en l’absence de preuves écrites et de survivants32. En règle générale, les familles des victimes ignoraient également l’identité des personnes qui avaient livré leurs proches. Ainsi Adolfo Krebs s’était-il adressé, courant 1946, au Comité de recherches des déportés juifs de Rome – Comitato ricerche deportati ebrei, CRDE – dans le but de tenter de retrouver le délateur responsable de l’arrestation de son frère, survenue le 10 juillet 194433. Malgré ses efforts, Adolfo Krebs ne parvint pas à élucider les circonstances de cette arrestation. Il finit par conséquent par porter plainte contre une « personne de Merano » (sans plus de précisions)34. Ce cas n’était pas isolé : les anciens persécutés ne disposaient souvent d’aucun élément permettant d’appuyer une plainte circonstanciée35.

  • 36 ACS, fonds « Shoah foundation in Italia », interview de Piero Terracina réalisée à Rome le 17 mars (...)
  • 37 Ces textes sont conservés in Archives de l’Union des communautés juives italiennes (AUCII, Rome), f (...)
  • 38 Voir le témoignage de Jenny Ravenna in AUCII, CRDE, Documents épars, fasc. blanc, dossier gris.

15Les survivants des camps eux-mêmes ignoraient le plus souvent l’identité des personnes ayant contribué à leur arrestation. Piero Terracina, par exemple, rescapé d’Auschwitz originaire de Rome, a affirmé dans un témoignage avoir été victime, avec toute sa famille, d’une dénonciation : sa sœur avait été suivie dans la rue par un individu qu’elle avait ensuite reconnu parmi les personnes étant venues les arrêter. Dans l’après-guerre, Piero Terracina n’a cependant jamais été en mesure de découvrir l’identité du délateur36. D’ailleurs, dans les premières dépositions recueillies auprès des rescapés des camps par le Comité de recherche des déportés juifs37, les responsables des arrestations étaient rarement évoqués, si ce n’est en des termes extrêmement vagues – il était tout au plus question d’« un délateur », d’« un agent de police » ou d’« un milicien », sans plus de précisions. Sur les deux cent cinquante-six témoins interrogés par le CRDE, seuls quatre imputaient explicitement la responsabilité de leur arrestation à l’intervention d’un délateur. Un autre évoquait l’angoisse des mois de vie clandestine hantés par la peur d’une dénonciation38. Quatre-vingt-dix-sept se concentraient en revanche uniquement sur le transport et la période de l’internement en camp d’extermination sans relater les circonstances dans lesquelles ils avaient été appréhendés. La brièveté des dépositions recueillies explique l’insistance des rescapés, dans ce premier travail de mémoire, sur « l’expérience concentrationnaire » à proprement parler. Mais, sans doute, nombre d’entre eux ignoraient-ils tout simplement les circonstances qui avaient présidé à leur arrestation.

  • 39 ACDEC, 1.3.1, carton 1, fasc. 1.
  • 40 Ibid., carton 6, fasc. 22.

16Dès le mois de novembre 1945, le CRDE entreprit également, sous l’égide de l’Union des communautés juives italiennes, de coordonner des actions en justice contre les responsables de la persécution. Dans une lettre circulaire adressée le 27 novembre 1945 à l’ensemble des communautés juives italiennes, le directeur du CRDE, Massimo Adolfo Vitale, sollicitait l’envoi de plaintes circonstanciées à l’encontre des persécuteurs des Juifs39. Aux yeux du directeur du Comité, la punition par la justice des criminels fascistes relevait d’un impératif catégorique : il insistait notamment sur « l’importance morale et juridique de cette démarche. » À supposer que les dossiers conservés dans les archives de Vitale soient complets, la circulaire de novembre 1945 n’obtint cependant que de très rares réponses – au total, quatorze dénonciations ou informations concernant des procès en cours à l’encontre de délateurs et treize dossiers concernant d’autres responsables de la persécution (miliciens, etc.)40. Dans une lettre du 27 février 1946 à l’administrateur de l’Union des communautés juives, Massimo Adolfo Vitale attribuait ce peu de réponses à la mauvaise volonté des institutions communautaires et des familles des victimes :

  • 41 Ibid., carton 1, fasc. 1.

J’ai mené un travail [de collecte de documents à l’encontre des persécuteurs] long, patient et difficile. En effet, nombre d’institutions juives et de proches de nos innombrables victimes se laissent malheureusement déjà gagner par l’indifférence et l’oubli. J’ai relevé avec autant de douleur que de stupeur que certaines communautés, malgré mes sollicitations réitérées, n’ont à ce jour pas encore daigné me répondre !41

  • 42 Ibid., circulaires du 27 novembre et du 18 décembre 1945.

17Et c’est d’ailleurs quelque peu exaspéré que le directeur du CRDE envoya diverses lettres de relance aux communautés intéressées42.

18Les reproches de Vitale étaient cependant vraisemblablement excessifs. Le silence des responsables communautaires était sans doute également le reflet de leur impuissance et de leur résignation. En janvier 1946, le président de la communauté juive de Parme répondait en ces termes à une lettre de Vitale qui l’accusait de manquer à ses devoirs envers la mémoire des victimes :

  • 43 Ibid., lettre du 9 janvier 1946 de la communauté juive de Parme en réponse à une lettre du 27 décem (...)

Nous nous rendons parfaitement compte de l’importance morale et matérielle qu’il y a à ne pas laisser impunis ces individus qui furent la cause de nos malheurs […] et nous avons consacré à l’affaire toute l’attention qu’elle mérite […]. Malheureusement, si nous n’avons pas pu rassembler la documentation que nous aurions souhaitée, cela n’est pas la faute de nos coreligionnaires, mais de tous ceux qui, parce qu’ils jouissaient pendant la période des persécutions d’une certaine liberté, seraient aujourd’hui en mesure de dénoncer, conformément à la loi, les crimes et les responsables, mais qui se limitent à évoquer ces questions en privé et sont prompts à se rétracter dès lors qu’on leur demande leur signature.43

  • 44 M. Franzinelli, Delatori, op. cit., p. 304.

19Ces affirmations sont confirmées par les témoignages d’anciens persécutés quant à l’issue de leurs plaintes. Natalia Tedeschi, par exemple, fit parvenir en mai 1946 à la communauté juive de Milan un exposé relatant la procédure qu’elle avait intentée à l’encontre d’un agent des douanes qu’elle soupçonnait d’avoir dénoncé sa mère et sa grand-mère, sur la base des dépositions des gérants de l’hôtel de la vallée Varaita où celles-ci s’étaient cachées. L’affaire fut classée sans suite, les témoins s’étant rétractés au cours de l’instruction44. Par ailleurs, le manque d’empressement des responsables communautaires à répondre aux requêtes de Vitale était sans doute significatif du tour pris globalement par l’épuration fin 1945 - début 1946, avant même l’entrée en vigueur de l’amnistie. La communauté juive de Trieste, dans une lettre adressée à Vitale le 1er avril 1946, résumait la situation en ces termes :

  • 45 ACDEC, 1.3.1, carton 6, fasc. 22, dossier « Grini ».

La communauté a fait ce qu’elle a pu à l’encontre des collaborateurs et a fait pression pour que leur soit infligée la punition qu’ils méritaient. Malheureusement, force est de constater qu’ils ont souvent été relaxés, ou bien condamnés à des peines extrêmement légères.45

20L’amnistie allait bien évidemment accélérer le processus, comme en témoigne un rapport adressé le 27 janvier 1949 à la communauté juive de Milan par Pia Levi Ravenna – une avocate chargée par la communauté de représenter les parties civiles dans les procès intentés dans l’immédiat après-guerre à d’anciens collaborateurs :

Au lendemain de la Libération, beaucoup se sont adressés à la communauté pour que les individus à l’origine de leur déportation ou de tentatives d’arrestation à leur encontre soient jugés et punis. J’ai obtenu que l’on procède à un certain nombre d’arrestations.

  • 46 Ibid., dossier « processi diversi svolti dall’Avv. Pia Ravenna contro collaborazionisti ».

Malheureusement, passées les premières ardeurs de 1945, le climat politique est devenu hostile au mouvement insurrectionnel lui-même, et les démarches judiciaires que j’ai entreprises ont eu une issue moins favorable. La situation s’est brusquement dégradée après la promulgation du décret d’amnistie : non seulement en vertu de l’application de l’amnistie, mais parce que dans ce contexte, tous les procès pour collaborationnisme qui étaient en cours ont pris une tournure différente. Ce qui a abouti, dans nombre de cas, à l’abandon des poursuites ou au classement sans suite des affaires.46

  • 47 G. Debenedetti, « Il 16 Ottobre 1943 », Mercurio, décembre 1944 ; Id., Otto ebrei, Rome, Atlantica, (...)

21Cependant, la documentation rassemblée par Vitale témoigne effectivement de l’existence, parmi les Juifs d’Italie, de réticences à dénoncer les responsabilités italiennes dans la persécution. Indice s’il en est de ces résistances, la fin de non-recevoir qu’opposa, dès novembre 1945, Giacomo Debenedetti aux sollicitations du directeur du CRDE. Debenedetti, antifasciste et intellectuel de renom, avait publié dès 1944 un essai consacré à la rafle romaine du 16 octobre 1943 et un texte d’intervention, intitulé Otto ebrei, qui s’indignait en substance que certains anciens fascistes essayent d’obtenir la relaxe dans les procès d’épuration en prétendant avoir aidé des Juifs47. C’est à ce titre qu’il avait été contacté par Vitale fin novembre 1945. Au bas du brouillon de la lettre qu’il lui avait envoyée, le directeur du CRDE annotait cependant :

  • 48 ACDEC, 1.3.1., carton 1, fasc. 1, lettre de Massimo Adolfo Vitale à Giacomo Debenedetti datée du 23 (...)

Il [Debenedetti] m’a téléphoné au bout d’une semaine (! ! !) pour me dire qu’il n’avait aucune documentation à me fournir [sur les persécuteurs] (! ! !) et qu’il était en train de faire actuellement des recherches pour attester le bon comportement des Italiens l’égard des Juifs (c’est incroyable  ! ! !).48

  • 49 Le texte de P. Levi, Storia di dieci giorni (in AUCII, CRDE, Documents épars, fasc. « deposizione P (...)
  • 50 Le texte de Giuliana Tedeschi avait été envoyé au CRDE en décembre 1946 par l’intermédiaire de la c (...)
  • 51 Giuliana Tedeschi affirmera avoir été « vendue pour cinq mille lires » au cours d’une interview dat (...)
  • 52 Voir I. Thomson, Primo Levi. A life, New York, Metropolitan Books, 2002, p. 223-224.

22De la même façon, l’on peut s’interroger sur les raisons de l’absence, dans les dépositions des rescapés des camps consignées par le CRDE, de précisions relatives aux circonstances de leur arrestation. En effet, des témoignages ultérieurs révéleront qu’au-delà des trois cas de délation signalés dès l’immédiat après-guerre, d’autres personnes interrogées avaient en réalité également été arrêtées suite à une dénonciation. C’est notamment le cas de trois des rescapés les plus célèbres ayant transmis en 1945-1946 leur témoignage au CRDE : Primo Levi, Giuliana Tedeschi et Luciana Nissim49. Tous trois avaient fait parvenir au CRDE, probablement courant 1946, des textes non datés relatant leur « expérience concentrationnaire »50. Aucun d’entre eux n’évoquait le moment de l’arrestation. Or, tous trois avaient été dénoncés : Primo Levi et Luciana Nissim – qui appartenaient au même groupe de résistants – pour leur activité politique, Giuliana Tedeschi en tant que juive. Si leur silence sur ce point est compréhensible dans les textes envoyés au CRDE – collectés en vue de la participation de Vitale à la délégation italienne au procès de l’ancien commandant d’Auschwitz, Rudolf Höss, organisé à Varsovie en 1947 –, de manière plus surprenante, aucun d’entre eux n’évoquera publiquement ces actes de délation au moins jusque dans les années quatre-vingt51. Le silence prolongé de Primo Levi et de Luciana Nissim est à l’évidence en partie le résultat d’un déni de justice – le délateur qui avait fait tomber leur groupe de résistants ayant bénéficié dès 1946 de l’amnistie Togliatti52. Les atrocités subies dans les camps d’extermination nazis ont sans doute également eu pour effet de faire passer au second plan les persécutions précédemment endurées sur le sol italien. Reste que la réticence ou le refus des rescapés à évoquer ces faits de délation est l’indice de la difficulté qu’il a pu y avoir dans l’après-guerre à mettre directement en cause les responsabilités italiennes dans la persécution antisémite.

  • 53 G. Debenedetti, « Il 16 Ottobre 1943 », art. cité ; Id., Otto ebrei, op. cit. ; R. Debenedetti, « L (...)
  • 54 D’après les chiffres de S. Della Pergola, Anatomia dell’ebraismo italiano. Caratteristiche demograf (...)
  • 55 C’est du moins l’hypothèse qu’avance C. Forti (Il caso Pardo Roques, op. cit., p. 245).

23L’on retrouve cette même réticence à évoquer les responsabilités italiennes dans les essais et les témoignages publiés dans l’immédiat après-guerre par les persécutés ayant échappé à la déportation53. De tous les textes de ce type parus à la période, seul le Diario di una madre de Silvia Lombroso abordait de front la question de la délation, évoquant les affres de la peur, la méfiance, les trahisons. Les autres textes tendaient à insister davantage sur les actions de sauvetage accomplies par les Italiens – ce qui était logique dans la mesure où leurs auteurs n’avaient pas été déportés. Partant de cette expérience personnelle, ces derniers tendaient cependant à rejeter l’essentiel de la responsabilité de la persécution sur l’occupant allemand, dans l’oubli des initiatives proprement italiennes. Il faut le souligner, le contexte de l’immédiat après-guerre incitait nécessairement au silence. Les dimensions extrêmement réduites de la communauté juive (qui ne comptait en 1945 qu’environ 28 000 membres, soit à peine plus de 0,06 % de la population italienne totale)54 rendaient l’expérience des victimes de la persécution antisémite par définition inaudible. Expulsés de la nation pendant plus de sept ans du fait de la politique antisémite du fascisme, arrêtés et déportés, pour nombre d’entre eux, avec le concours des autorités italiennes, les anciens persécutés étaient sans doute réticents à engager des poursuite judiciaires, par crainte de déclencher de nouvelles manifestations d’hostilité à leur encontre ou, tout au moins, d’empêcher leur réinsertion dans la société italienne55.

  • 56 Voir M. Franzinelli, Delatori, op. cit., p. 266-308.
  • 57 Cette évolution générale est attestée par les différentes études consacrées à l’épuration. À titre (...)
  • 58 Une copie du jugement est consultable in ACDEC, 1.3.1, carton 6, fasc. 22, dossier « Kucki ». Voir (...)

24Quoi qu’il en soit, des procès furent effectivement intentés aux délateurs dans l’immédiat après-guerre à l’initiative d’anciens persécutés56. Mais, avant même la promulgation du décret d’amnistie de juin 1946, la sévérité des condamnations infligées par les cours d’assises extraordinaires fut souvent remise en cause par la Cour de cassation57. Cette évolution s’accéléra avec l’amnistie. Les accusés obtinrent immédiatement des remises de peine, voire une annulation pure et simple des condamnations qui avaient été prononcées à leur encontre. Ainsi, en 1946-1947, un groupe de onze personnes accusé d’avoir contribué à l’arrestation, à la frontière suisse, de dizaines de Juifs, comparut devant la section spéciale de la cour d’assises de Varèse. Parmi eux, des passeurs (Giacomo Cattani, Benito Rigazzi, Giancarlo et Osvaldo Provini), auparavant liés à la résistance, ayant organisé, en collaboration avec trois membres de la milice de frontière (Giulio Grimaldi, Umberto Rossi et Salvatore Alì), un réseau de délation. Les persécutés qui entraient en contact avec les passeurs par l’intermédiaire de Gualtiero Bonfatti, Carlo Ferraguti, ainsi que d’Ottorino et Eleonora Cucchi, étaient conduits à la frontière suisse en l’échange de fortes sommes d’argent, puis livrés à la milice de frontière. Leurs victimes avaient toutes été déportées à Auschwitz. Mais certaines survécurent et purent témoigner contre eux lors du procès qui se déroula à Varèse (Agata Herskovits, Ferdinando Altmann, Elena Klager). Les condamnations les plus lourdes furent infligées aux guides (vingt ans de prison à Cattani, dix-huit à Rigazzi, aux frères Provini et à l’un des organisateurs, Ferraguti). Mais ils obtinrent, du fait de l’amnistie, une réduction d’un tiers de leur peine. Grimaldi, Alì et Rossi ne furent reconnus coupables ni « d’actes criminels à but lucratif » ni de participation à un « massacre » : ils purent donc bénéficier de l’amnistie (Grimaldi écopa ainsi de trois ans, Alì et Rossi furent remis en liberté). Bonfatti fut, quant à lui, relaxé pour insuffisance de preuves et les époux Cucchi furent reconnus non coupables. En 1952, tous avaient été remis en liberté58.

  • 59 Voir supra, note 46.
  • 60 ACDEC, 1.3.1, carton 6, fasc. 22, dossier « Andreulli Ennio ».

25Si l’on en croit l’avocate Pia Levi Ravenna, ce jugement ne se distingua pas par son indulgence excessive. Dans son rapport de janvier 1949 adressé à la communauté de Milan59, elle indiquait que les juges d’instruction et les magistrats refusaient de considérer que les délations avaient été nécessairement des « actes criminels à but lucratif », malgré les promesses de récompenses placardées sur les murs des villes italiennes par l’occupant allemand. Or, à de rares exceptions près, il était extrêmement difficile de prouver que le délateur avait effectivement perçu une somme d’argent. Enfin, comme dans le cas du procès contre Grimaldi et consorts, la délation ne fut pas considérée comme un acte de collaboration à un « massacre », la justice estimant que les accusés ignoraient le sort final de leurs victimes. Les condamnations prononcées à l’encontre des délateurs furent ainsi de plus en plus clémentes. Le climat politique et judiciaire ayant désormais changé, certains plaignants firent même l’objet de poursuites pour dénonciation calomnieuse. Ainsi, Adolfo Krebs, qui dut comparaître devant le tribunal de Venise en novembre 1947 en qualité d’accusé… suite à la plainte qu’il avait déposée en avril 1946 contre Ennio Andreulli, adjoint au préfet de police de Venise, soupçonné d’avoir contribué à l’arrestation de son frère, Giuseppe Krebs, survenue à Venise le 6 octobre 194460. Ce type de poursuites eut nécessairement pour effet de forcer les victimes de la persécution antisémite au silence.

Les échos de l’épuration

  • 61 Voir la circulaire envoyée par Vitale le 18 décembre 1945 à toutes les communautés juives italienne (...)
  • 62 La correspondance entre Vitale et les présidents des différentes communautés juives italiennes témo (...)
  • 63 ACDEC, 1.3.1, carton 1, fasc. 1, circulaire du 15 décembre 1947 de Vitale aux présidents des commun (...)

26Et de fait, elles se turent progressivement. Le directeur du CRDE, Massimo Adolfo Vitale, avait entrepris dès 1945 de rassembler une documentation historique sur la période des persécutions61. En 1947, il présenta à une conférence organisée par le Centre de documentation juive contemporaine à Paris une communication sur « La persécution des Juifs en Italie (1938-1945) ». Dans ce texte, il n’était pas question de délation. Un silence qui étonne quand on sait l’énergie qu’il avait déployée depuis 1945 pour obtenir la condamnation des délateurs. Les résultats des procès d’épuration avaient d’ailleurs eu également pour effet de dissuader définitivement les institutions communautaires de seconder le travail de reconstruction historique de Vitale62. En décembre 1947, le directeur du CRDE avait pourtant été officiellement chargé, par l’Union des communautés juives italiennes, d’écrire l’histoire des persécutions antisémites en Italie entre 1938 et 194563. Mais, peu à peu, il se trouva totalement isolé dans son obstination à vouloir écrire l’histoire des persécutions pour en perpétuer la mémoire.

  • 64  L’hebdomadaire existait dès avant 1938. Il suspendit ses publications en 1938 mais recommença de p (...)
  • 65 Reconnue et capturée à Naples en mai 1945, elle fut condamnée le 9 juin 1947 à douze ans de prison (...)
  • 66 Israel, 13 janvier 1949, « Processo a Pende ».

27De manière encore plus significative, la question de la délation ne fut quasiment jamais abordée dans les colonnes de l’hebdomadaire communautaire, Israel64. Sauf erreur de notre part, Israel n’y consacra pas un seul article entre 1944 et 1948, si ce n’est le 13 mars 1947, lors de l’ouverture aux assises de Rome du procès contre Celeste Di Porto, alias « Pantera Nera » (Panthère noire »), une jeune Romaine d’origine juive qui avait collaboré avec les Allemands pendant l’occupation, dénonçant des dizaines de personnes parmi ses coreligionnaires65. Plus généralement, le seul procès d’épuration dont Israel se fit l’écho fut celui intenté à Nicola Pende, l’un des signataires du « manifeste de la race »66. Certes, il n’était pas à l’époque dans les habitudes de l’Union des communautés juives de lancer des campagnes de presse afin de mobiliser l’opinion communautaire sur des sujets sensibles ou d’influer sur des décisions de justice. L’Union avait peut-être recommandé à l’hebdomadaire communautaire de faire preuve de discrétion. Toutefois, pas un entrefilet sur les résultats des procès : un tel silence étonne. Visiblement, et le cas Pantera Nera tend à le démontrer, Israel ne s’autorisait à aborder la question de la délation que lorsqu’un délateur juif était impliqué. Sans doute la même appréhension qui retenait les Juifs italiens de porter plainte contre leurs anciens persécuteurs incitait-elle la rédaction d’Israel à se taire.

  • 67 Ibid., 18 janvier 1945.

28Tandis qu’il gardait un silence total sur les procès contre les délateurs, l’hebdomadaire se fit en revanche l’écho d’une déclaration du congrès des Sionistes italiens qui, réuni à Rome en janvier 1945, avait exprimé « sa gratitude pour les preuves de solidarité silencieuse mais souvent héroïque que la majeure partie du peuple italien opprimé – suivant en cela l’exemple admirable de l’Église catholique – a donné aux persécutés et aux réfugiés d’autres parties de l’Europe, qui ont ainsi pu trouver un refuge malgré les lois barbares du nazisme67 ».

  • 68 Ibid., 2 janvier 1947.
  • 69 Nous nous permettons de renvoyer à notre étude : « Les Juifs d’Italie et la mémoire du sauvetage (1 (...)

29En décembre 1946, l’hebdomadaire publia également une motion adoptée par le XXIIe Congrès sioniste où était exprimée la « gratitude » des Juifs pour l’action de sauvetage et « l’humanisme » du peuple italien68. Certes, le directeur d’Israel, Carlo Alberto Viterbo, était à l’époque membre de la Fédération sioniste. D’où l’accueil réservé à ces déclarations. Mais, comme nous avons eu l’occasion de le montrer dans une étude consacrée à la mémoire du sauvetage, la ligne éditoriale de l’hebdomadaire répondait également à des exigences politiques. En 1946, le World Jewish Congress obtint en effet, en l’échange de « motions de gratitude » devant renforcer la position italienne lors de la Conférence de paix, l’appui tacite de l’Italie pour l’organisation, depuis ses côtes, d’une immigration clandestine vers la Palestine mandataire69. Dans ce contexte, la direction de l’Union des communautés, majoritairement sioniste, avalisa les motions exprimant la « gratitude » des Juifs envers le peuple italien, d’autant qu’elle espérait par là même favoriser l’adoption, par le gouvernement italien, de mesures de réparation et de réinsertion en faveur des victimes de la persécution antisémite. Les dirigeants communautaires locaux et les membres des communautés ne remirent pas ce type de déclarations en cause. Pourtant, ils n’étaient ni au courant des tractations engagées par l’Union des communautés ni, en général, de fervents sionistes. Mais ces « motions de gratitude » répondaient à l’exigence que nombre d’entre eux ressentaient de taire les responsabilités italiennes dans la persécution afin de pouvoir reprendre une vie normale.

  • 70 Le procès de Varèse dont nous avons parlé précédemment fit par exemple l’objet d’articles dans le q (...)
  • 71 Voir notamment le quotidien socialiste Avanti !, les 11 mai 1945, 3 décembre 1946, 9 février et 6 m (...)
  • 72 Il Popolo, 4 mars 1947.
  • 73 Une peine par la suite commuée en une peine de prison à perpétuité et enfin réduite à dix ans par u (...)

30La prudence et les réticences des anciens persécutés trouvaient leur justification dans l’attitude de la presse italienne. En effet, si les procès à l’encontre de délateurs, et plus généralement à l’encontre des Italiens ayant joué un rôle actif dans la persécution antisémite, purent avoir un écho dans la presse locale70, ils ne furent quasiment jamais relatés dans la grande presse nationale. L’indifférence dominait. Seule affaire de délation qui défraya la chronique, aussi bien dans la presse politique que dans les grands quotidiens d’opinion, l’affaire Pantera Nera71. Parmi les grands titres de la presse politique, seul le Popolo, le quotidien de la Démocratie chrétienne, fit l’impasse sur le procès romain. Sa rédaction étant installée à Milan, le Popolo suivit en revanche le procès contre Mauro Grini, l’équivalent triestin de Pantera Nera, qui fut organisé dans le chef-lieu lombard en 194772. Grini, qui était également d’origine juive, dénonça aux Allemands de nombreux juifs cachés dans le Nord-Est de l’Italie. Il fut vraisemblablement assassiné à la fin de la guerre. Sa mort n’ayant pas pu être vérifiée, il fut néanmoins jugé par contumace le 3 mars 1947 par la cour d’assises de Milan et condamné à la peine capitale73.

  • 74 Liliana Cavani, Il portiere di notte, 1974.
  • 75 Depuis la publication de l’ouvrage de D. Bidussa, Il mito del bravo italiano, op. cit. L’expression (...)

31À l’évidence, la presse, ou du moins la majeure partie des journaux pris en considération, était fascinée par ces personnages sulfureux. Grini étant jugé par contumace, son procès eut moins de succès que celui Pantera Nera, dont les audiences mouvementées s’invitèrent dans la rubrique « faits divers » des quotidiens, la grande presse politique n’hésitant pas à verser dans la presse à scandale. Il faut dire que tout, dans cette affaire scabreuse, s’y prêtait : les menaces de mort hurlées par les familles des victimes pendant le procès, l’identité des victimes – parmi lesquelles figuraient de proches parents de la délatrice –, mais aussi la beauté de Pantera Nera, son jeune âge, sa fuite à Naples avec son amant et complice Vincenzo Antonelli… Dans la société patriarcale italienne de l’immédiat après-guerre, il était commode que le diabolique fût d’abord féminin. Et il y avait déjà dans l’affaire Pantera Nera une partie des ingrédients qui feraient près de trente ans plus tard le succès d’un film comme Portier de nuit74 : la complicité de la victime avec ses bourreaux et la trahison de la solidarité entre victimes au profit d’une relation sexuelle déviante. Il était également commode, pour cette Italie qui avait toléré la persécution des Juifs pendant plus de sept ans, que les délateurs n’appartiennent qu’au groupe des victimes désignées. Pas une ligne, donc, sur les guides de Varèse et leur cortège de déportés, dont le procès se tenait pourtant à peu près au même moment. Presque rien également sur les complices non juifs de Pantera Nera en dehors de leurs noms. Par-delà les divergences politiques, la presse italienne apportait ainsi, dans son ensemble, sa contribution à l’élaboration de ce qu’il est convenu d’appeler le « mythe du bon Italien »75 : si les Juifs avaient été arrêtés, c’est qu’ils s’étaient dénoncés entre eux.

  • 76 Avanti !, 6 mars 1947, « Il processo della spia nazista. “Pantera nera, non fossi mai nata” gridano (...)

32L’on peut toutefois relever des divergences politiques dans le traitement de l’affaire. Le quotidien socialiste Avanti ! condamnait ainsi les agissements de Pantera Nera avec une extrême vigueur : « Ce qu’a fait Celeste Di Porto appartient à la catégorie des crimes qui dépassent notre entendement et en faveur desquels on ne peut invoquer aucune circonstance atténuante, tant leur monstruosité est inhumaine. »76

  • 77 L’Unità et Avanti ! du 16 avril 1948.

33On croirait lire un compte rendu du procès de Nuremberg. Les délateurs issus des rangs de la résistance étaient jugés avec moins de sévérité. Le quotidien modéré de Rome, le Messaggero, s’en tenait, en revanche, plus sobrement à l’exposition des faits. Les deux quotidiens de gauche (L’Unità, Avanti !) entendaient en effet incarner la continuité avec les valeurs de la résistance. D’où l’extrême intransigeance à l’égard des figures de traîtres, plus durement condamnées que dans un journal modéré comme le Messaggero. Les jugements émis par L’Unità et Avanti ! exprimaient également une échelle de valeurs. Aux yeux de l’opinion de gauche italienne de l’immédiat après-guerre, c’était la figure du résistant qui était à l’honneur et incarnait la nouvelle légitimité politique. La figure de la victime innocente disposait de moins de légitimité. Si les trahisons d’un ancien résistant étaient évidemment condamnées, celles d’une victime l’étaient doublement. L’affaire Pantera Nera fit également l’objet de tentatives d’exploitation plus directement politiques de la part de la presse de gauche. Près d’un an après le procès, à la veille des élections législatives d’avril 1948, la célèbre délatrice défraya en effet à nouveau la chronique à l’annonce de sa conversion au catholicisme. Le Parti communiste et le Parti socialiste exploitèrent conjointement l’épisode à des fins électoralistes contre leur rival démocrate-chrétien en tentant d’accréditer le syllogisme suivant : Pantera Nera est fasciste, Pantera Nera est devenue catholique, donc tous les catholiques sont des fascistes77.

  • 78 Voir S. Fantini, Notizie dalla Shoah. La stampa italiana nel 1945, Bologne, Pendragon, 2005.

34Dans les colonnes du quotidien démocrate chrétien, Il Popolo, les articles évoquant les Juifs étaient en revanche extrêmement rares, et ceux concernant les délateurs des Juifs exceptionnels. Quand le journal évoquait la persécution antisémite, c’était en général pour faire l’apologie de l’attitude de l’Église pendant la guerre et de sa contribution au sauvetage des Juifs78. C’est dans ce contexte qu’il faut interpréter le titre de l’article publié le 4 mars 1947 sur l’affaire Grini : « La cour d’assises extraordinaire s’est prononcée. Le juif traître a été condamné à être fusillé dans le dos. » Il serait sans doute excessif de qualifier ces deux phrases d’explicitement antisémites. Il faut toutefois souligner qu’un tel titre ressuscitait certains des topoi de l’antijudaïsme catholique (le Juif incarnant la figure du judas).

  • 79 Voir ACDEC, 1.3.1, carton 3, fasc. 9, dossier « Kappler », lettre du 23 juillet 1948 de Massimo Ado (...)
  • 80 Voir la note non signée datée du 5 décembre 1947 et transmise par le SIS à la DGPS le 12 décembre 1 (...)

35On ne dispose d’aucun élément permettant de mesurer l’effet de ces articles à scandale dans l’opinion italienne. Ceux-ci suscitaient visiblement l’irritation de certains anciens persécutés79. Il apparaît en revanche clairement que les procès d’épuration à l’encontre des délateurs n’incitèrent pas la presse italienne à une analyse approfondie des responsabilités nationales dans la campagne antisémite. D’ailleurs, la pratique de la dénonciation des Juifs à l’administration se perpétua dans l’Italie de l’immédiat après-guerre. Suite à un attentat perpétré par l’Irgun le 31 octobre 1946 à Rome contre l’ambassade britannique, la police italienne soumit les citoyens juifs italiens et les réfugiés juifs étrangers à une surveillance accrue. Dans ce contexte certes tendu, la Direction générale de la sûreté publique put entreprendre le plus sérieusement du monde, suite à une délation anonyme, une enquête visant à s’assurer de l’existence de prétendus projets juifs de prise de « contrôle de l’industrie [italienne] » [sic]80.

  • 81 Voir notre étude sur « Les Juifs d’Italie et la mémoire du sauvetage (1944-1961) », art. cité. Voir (...)

36Passés l’immédiat après-guerre et la période de l’épuration, la presse cessa définitivement de s’occuper des délations dont avaient été victimes les Juifs pendant la persécution. Le thème disparut progressivement de l’actualité sans entrer dans l’histoire ni dans les mémoires. Nous avons vu que dans l’immédiat après-guerre, ni les pouvoirs publics, ni l’opinion, ni même les anciens persécutés n’avaient fait preuve d’une véritable détermination à vouloir inscrire le souvenir de la délation dans les mémoires. Le dixième anniversaire de la Libération marqua toutefois un tournant supplémentaire. En 1955-1956, l’Union des communautés juives organisa en grande pompe une série de cérémonies à la mémoire du sauvetage des Juifs d’Italie, en présence des autorités et d’un public nombreux81. Au cours de l’une des cérémonies, qui se tint à Rome, au Capitole, le 14 décembre 1956, le président de l’UCII, Sergio Piperno, déclarait :

  • 82 Cité in R. De Felice, Storia degli ebrei italiani sotto il fascismo, Turin, 1993, p. 472 (1re éditi (...)

Tous [les Italiens] se prodiguèrent ; tous ceux qui d’une manière ou d’une autre étaient en mesure de suivre les déplacements de l’occupant ou de ses sbires avertirent avec sollicitude ceux qui étaient destinés à devenir d’innocentes victimes ; tous les amis, toutes les connaissances, tous les voisins furent prompts à les accueillir, à les cacher et à les aider ; tous s’employèrent à procurer aux Juifs de faux papiers et à déjouer les recherches.82

  • 83 Voir, par ex., Avanti !, 16 avril 1955, « Rendono omaggio agli antifascisti le comunità israelitich (...)
  • 84 ACS, Présidence du conseil des ministres (PCM), 1955-58, fasc. 14.2 n. 19036, dossier « Roma ».

37À l’origine des initiatives de l’Union des communautés, il y avait vraisemblablement, comme nous l’avons montré ailleurs, la volonté de proclamer une confiance retrouvée en la nation italienne, de renforcer les liens unissant Juifs et non-Juifs en Italie, voire d’améliorer les rapports des institutions juives avec les catholiques, le monde associatif ou le gouvernement italien. En ce sens, ces cérémonies furent une réussite : elles firent l’unanimité aussi bien dans la presse que dans le monde politique italien83 et rencontrèrent l’assentiment des plus hautes autorités de l’État84. Le dixième anniversaire de la Libération marqua donc la consécration du « mythe du bon Italien ». Dans ce cadre, le souvenir des délations tendit bien évidemment à disparaître.

  • 85 Voir AUCII, correspondance CRDE, carton 3, fasc. S, dossier « A. Spinosa » et carton 11, fasc. « Co (...)
  • 86 L. Poliakov, Il nazismo e lo sterminio degli ebrei, Turin, Einaudi, 1955 (édition originale : Le br (...)
  • 87 Voir le dossier de presse rassemblé par l’éditeur de Poliakov, Einaudi, in Archives d’État de Turin (...)

38Aucun travail d’historien ne contribua à le sortir de l’oubli. Plus généralement, aucun historien italien ou presque n’entreprit, pendant les années cinquante, de recherches sur la question des persécutions antisémites du fascisme. La seule étude dont l’on dispose en la matière à la période est le résultat d’une commande de l’Union des communautés juives à Antonio Spinosa – qui publia une série d’articles sur « Les persécutions raciales en Italie » dans la revue Il ponte en 1952-195385. Spinosa, pourtant guidé par Vitale dans son travail, présentait une version édulcorée des thèses de ce dernier et laissait de côté la question de la délation. En l’absence de travaux italiens valables sur l’histoire des persécutions antisémites du fascisme, les seuls ouvrages disponibles en Italie abordant de près ou de loin la question étaient le Bréviaire de la Haine de Léon Poliakov et Les Juifs sous l’occupation italienne de Léon Poliakov et Jacques Sabille86. Or, concernant l’Italie, ces deux ouvrages faisaient principalement appel à une documentation attestant l’opposition, en France en 1942-1943, de l’occupant italien à la politique nazie de déportation. Dans la mesure où ils ne mobilisaient pas de sources italiennes, ils tendaient nécessairement à sous-estimer les résultats de la législation antisémite du fascisme et l’ampleur de la collaboration de la République de Salo et d’une partie de la population italienne avec l’Allemagne nazie après le 8 septembre 1943. Ces deux ouvrages, et notamment le Bréviaire, connurent une large diffusion en Italie et firent l’objet de nombreuses recensions dans l’ensemble de la presse, contribuant par conséquent à donner une caution historiographique au « mythe du bon Italien »87.

  • 88 Voir supra, note 82.

39La recherche italienne sur les persécutions antisémites du fascisme, qui connut un renouveau au début des années soixante, ne remit pas ces représentations absolutoires en question. La Fédération des jeunes Juifs italiens (FGEI) mit sur pied en avril 1955 un Centre de documentation juive contemporaine (CDEC), qui publia en 1961 un premier Cahier d’études sur les Juifs dans l’Italie fasciste. Aucun des articles publiés dans ce numéro ne s’intéressait aux délateurs ; en revanche, des actions de sauvetage étaient relatées. La même année, parut chez Einaudi un ouvrage qui, bien qu’issu d’une commande de l’Union des communautés, était d’une tout autre ampleur et d’une tout autre qualité : L’histoire des Juifs italiens sous le fascisme de Renzo De Felice. Premier projet d’envergure du jeune De Felice, cette étude, fondée sur un vaste travail d’archives à l’époque totalement inédites, allait faire date dans la recherche historique sur le fascisme. Concernant l’attitude de la population italienne à l’égard des persécutés, l’historien tendit cependant à valider les mythes en cours précédemment puisqu’il reprit tels quels, sans les remettre en question, les jugements énoncés par Sergio Piperno en 1956 sur le sauvetage88. Partant de ces prémisses, il estimait que la délation avait été un phénomène marginal.

  • 89 State of Israel, Ministry of Justice, The Trial of Adolf Eichmann, Jérusalem, Israel State archives (...)
  • 90 Côté français, voir notamment : Combat, 12 mai 1961 (« Le massacre des Juifs norvégiens, italiens e (...)
  • 91 Voir notamment Avanti ! du 12 mai 1961 (« Significative testimonianze al processo Eichmann. Gli ita (...)
  • 92 Voir en particulier Israel, 18 mai et 22 juin 1961.

40Le procès Eichmann, loin de modifier ces représentations, eut pour effet de donner un retentissement international au « mythe du bon Italien ». Concernant l’Italie, l’accusation n’eut, en effet, de cesse d’insister sur l’opposition supposée de l’ensemble de l’administration et du peuple italiens à toute forme de politique antisémite, d’autant que la documentation attestant les résistances italiennes révélait également le zèle et l’acharnement génocidaire de l’accusé89. Au lendemain de l’audience consacrée au traitement du cas italien, la presse internationale célébrait ainsi à l’unisson l’aide apportée par le peuple italien aux Juifs persécutés90. La presse italienne réserva, comme on pouvait s’y attendre, un accueil extrêmement favorable à ce type de déclarations – la presse de gauche tendant à attribuer le mérite du sauvetage des Juifs aux seuls antifascistes, la presse catholique ou de droite se faisant en revanche l’écho de représentations plus largement absolutoires91. Pour la première fois, une telle unanimité suscita toutefois un certain malaise dans la presse communautaire juive92.

« Le fil ténu de la mémoire »93

  • 93 Nous empruntons ce titre à L. Beccaria Rolfi (L’esile filo della memoria, Turin, Einaudi, 1996).
  • 94 Voir notamment M. Franzinelli, Delatori, op. cit.

41Un silence croissant enveloppait ainsi le souvenir sombre de la délation, progressivement recouvert par la mémoire radieuse du sauvetage. À cela, deux exceptions. Le témoignage d’un rescapé d’Auschwitz, Bruno Piazza, publié en 1956 sous le titre Perché gli altri dimenticano, qui affirmait avoir été arrêté suite à une délation. Mais également une nouvelle de Giorgio Bassani intitulée « Una lapide in via Mazzini », parue pour la première fois en 1952 dans la revue Botteghe oscure et mettant en scène les difficultés d’un personnage de rescapé juif des camps d’extermination, Geo Josz, de retour dans sa ville natale, Ferrare, après la Libération. Dans l’un des derniers passages de la nouvelle, Geo rencontre par hasard le Comte Scocca, un ancien membre de l’OVRA, connu pour ses sympathies nazies, et lui administre une paire de gifles magistrales. Jamais explicitée, la raison de ce geste est toutefois suggérée : comment ne pas imaginer un délateur derrière la figure de l’ancien informateur de l’OVRA ? Au-delà du silence donc, derrière les non-dits, se perpétuait le souvenir ténu des crimes des délateurs. Il allait cependant falloir attendre les années 1990 et 2000 pour que des travaux d’historiens sortent définitivement la question de l’ombre94.

Top of page

Notes

1 M. Franzinelli, Delatori. Spie e confidenti anonimi : l’arma segreta del regime fascista, Milan, Mondadori, 2001.

2 Une réorganisation menée à son terme après l’adoption des lois dites « fascistissimes ». L’action de la Division affaires générales et réservées (DAGR) de la Direction générale de la sûreté publique (DGPS) (et notamment de son Ufficio materia, en charge des « subversifs ») fut complétée par la création d’une « Police politique » (dite « POLPOL ») dont les compétences s’étendaient sur l’ensemble du territoire national par l’intermédiaire des préfectures. Des « Bureaux provinciaux d’investigation » (UPI) furent en outre institués auprès de chaque commandement local de la « Milice volontaire pour la sécurité nationale » (la MVSN), un corps de police créé dès 1922 et fonctionnant sur la base du volontariat. Ces organismes d’investigation agissaient en cheville avec les Bureaux politiques des commissariats et avec l’OVRA, bras opérationnel de la POLPOL (N.B. l’on ignore le sens précis de l’acronyme OVRA). Voir M. Canali, Le spie del regime, Bologne, Il Mulino, 2004.

3 Voir notamment M.-A. Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, Paris, Perrin, 2007, p. 301-321 ; M. Franzinelli, Delatori, op. cit., p. 134-196.

4 M. Franzinelli, Delatori, op. cit. Ces lettres étaient centralisées par l’Ufficio materia de la Direction générale de la sûreté publique.

5

Sur la Shoah en Italie, voir notamment : L. Picciotto, Il libro della memoria. Gli ebrei deportati dall’Italia (1943-1945), Milan, Mursia, 2002 (1re édition : 1991) ; M. Sarfatti, Gli ebrei nell’Italia fascista. Vicende, identità, persecuzione, Turin, Einaudi, p. 231-283.

6 Sur la politique antisémite de Salo, voir en particulier : G. Mayda, Ebrei sotto Salò : la persecuzione antisemita 1943-1945, Milan, Feltrinelli, 1978 ; R. Canosa, A caccia di ebrei. Mussolini, Preziosi e l’antisemitismo fascista, Milan, Mondadori, 2006, p. 296-356.

7 La révolution de palais du 25 juillet 1943, qui avait conduit à la chute de Mussolini, ne s’accompagna pas d’une modification substantielle dans l’organisation de l’appareil policier de l’État italien. Le gouvernement Badoglio ne supprima pas l’OVRA mais en changea le nom – en instituant les Bureaux d’inspection spéciale de la police. Passé le 8 septembre 1943, cette structure resta inchangée dans le Royaume du Sud. Dans l’Italie centrale et septentrionale, en revanche, l’on assista à l’éclatement de l’appareil de police précédemment mis en place et à la multiplication des structures répressives. À côté des Bureaux d’inspection spéciale de la police, le fascisme créa une Inspection spéciale de la police anti-partisane (ISPA) placée sous la dépendance directe de la SS allemande et un corps de « police auxiliaire », constitué de jusqu’au-boutistes engagés dans la collaboration (Koch, par ex.). Parallèlement, la Garde nationale républicaine fut constituée à partir d’effectifs issus de la MVSN, des carabiniers et de la police de l’Afrique italienne (PAI). Leur action fut complétée par celle de forces de police locales ou irrégulières (les squadre speciali par ex.) échappant au contrôle du pouvoir central. L’ensemble de ces structures de même que les unités militarisées de la RSI (Brigate nere, etc.) bénéficiaient des services aussi bien de confidents réguliers que d’informateurs sporadiques. L’occupant allemand, de son côté, employait aussi bien la Wehrmacht que des bataillons de la SS dans des opérations de répression, faisant également largement usage de la délation. Voir notamment : M. Canali, Le spie del regime, op. cit., p. 481-494 ; L. Ganapini, La repubblica delle camicie nere, Milan, Garzanti, 1999 ; L. Klinkhammer, L’occupazione tedesca in Italia (1943-1945), Turin, Bollati Boringhieri, 2007 (1re édition : Tübingen, Niemeyer, 1993).

8 Plus précisément, Liliana Picciotto a identifié 322 Juifs ayant péri sur le sol italien, 5 969 Juifs morts en déportation. Elle estime à près d’un millier les victimes non identifiées (L. Picciotto, Il libro della memoria, op. cit., p. 28).

9 Environ 6 000 d’entre eux parvinrent à gagner la Suisse et 500 le Sud de l’Italie (L. Picciotto, Il libro della memoria, op. cit., p. 855).

10 Voir notamment L. Poliakov, La condition des Juifs en France sous l’occupation italienne, Paris, Éditions du centre, 1946 ; L. Poliakov et J. Sabille, Jews Under Italian Occupation, Paris, Éditions du centre, 1955. Sur le mythe de l’exception italienne, nous renvoyons en particulier à D. Bidussa, Il mito del bravo italiano, Milan, Il saggiatore, 1993 ; M.-A. Matard-Bonucci, « L’antisémitisme en Italie : les discordances entre la mémoire et l’histoire », Hérodote, 89, 1998, p. 217-238.

11 À la suite de Pierre Nora, nous définirons ici la mémoire collective comme « le souvenir ou l’ensemble de souvenirs, conscients ou non, d’une expérience vécue et / ou mythifiée par une collectivité vivante de l’identité de laquelle le passé fait partie intégrante » (P. Nora, « La mémoire collective », in J. Le Goff éd., La nouvelle histoire, Paris, CEPL, 1978, p. 398). Dans le sillage des travaux de Maurice Halbwachs sur la mémoire collective (M. Halbwachs, La mémoire collective, Paris, Albin Michel, édition 1997 ; Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, PUF, édition 1952), nous nous efforcerons de reconstruire le processus d’élaboration de ces représentations du passé au sein de groupes sociaux donnés – dans le cas qui nous intéresse : au sein d’associations de victimes, de partis politiques etc.

12 Nous nous limiterons ici à donner des indications quant à l’élaboration d’une mémoire de la délation au plan national. Cela va sans dire, ce travail ne saurait rendre compte de la diversité des situations locales. Il devra par conséquent être nécessairement complété par des études de cas – un travail déjà brillamment accompli par Carla Forti pour la ville de Pise (C. Forti, Il caso Pardo Roques, un eccidio del 1944 tra memoria e oblio, Turin, Einaudi, 1998).

13 Sur la question de l’épuration, nous renvoyons à notamment à R. Canosa, Storia dell’epurazione in Italia. Le sanzioni contro il fascismo, Milan, Baldini e Castoldi, 1999 ; M. Dondi, La lunga liberazione. Giustizia e violenza nel dopoguerra italiano, Rome, Editori riuniti, 1999 ; M. Franzinelli, L’amnistia Togliatti. 22 giugno 1946 : colpo di spugna sui crimini fascisti, Milan, Mondadori, 2006 ; L. Mercuri, L’epurazione in Italia (1943-1948), Cuneo, L’Arciere, 1988 ; G. Neppi Modona, « La giustizia in Italia tra fascismo e democrazia », in G. Miccoli, G. Neppi Modona, P. Pombeni éd., La grande cesura. La memoria della guerra e della resistenza nella vita europea del dopoguerra, Bologne, Il Mulino, 2001, p. 223-285 ; T. Rovatti, « Politiche giudiziarie per la punizione dei delitti fascisti in Italia. La definizione per legge di un immaginario normalizzatore », Italia contemporanea, 254, 2009, p. 75-84 ; H. Woller, I conti con il fascismo. L’epurazione in Italia (1943-1948), Bologne, Il Mulino, 1997.

14 Voir C. Pavone, Alle origini della Repubblica. Scritti su fascismo, antifascismo e continuità dello Stato, Turin, Bollati Boringhieri, 1995.

15 Voir C. Pavone, Una guerra civile. Saggio storico sulla moralità della Resistenza, Turin, Bollati Boringhieri, 1991.

16 Selon les termes d’H. Woller, I conti con il fascismo, op. cit., p. 373.

17 Ibid., p. 389-390.

18 Ibid., p. 392-435. NB : on ne dispose d’aucune donnée chiffrée concernant les procès d’épuration conduits par ces tribunaux populaires.

19 Ces chiffres ont été avancés par M. Franzinelli, L’amnistia Togliatti, op. cit., p. 23.

20 Dont on espérait une accélération des procédures. Ce but fut atteint : entre janvier 1946 et juillet 1947, 8 800 procès furent organisés. Ils permirent de statuer sur le sort de près de 40 000 accusés (Ibid., p. 25).

21 Voir, en particulier, T. Rovatti, « Politiche giudiziarie per la punizione dei delitti fascisti in Italia », art. cité ; M. Franzinelli, L’amnistia Togliatti, op. cit., p. 9-34.

22 Voir notamment M. Franzinelli, L’amnistia Togliatti, op. cit.

23 Décret du président de la République no 922, 19 décembre 1953.

24 M. Franzinelli, « Collaborazionisti e partigiani dinanzi alla magistratura », in Pier Paolo Poggi éd., Resistenza e guerra totale, Brescia, Grafo / Fondazione Luigi Micheletti, 2006, p. 75-94 ; M. Ponzani, « L’eredità della Resistenza nell’Italia repubblicana tra retorica celebrativa e contestazione di legittimità (1945-1963) », Annali della Fondazione Luigi Einaudi, 38, 2004, p. 259-307 ; Id., « Il diritto di Resistenza. Lo status del combattente partigiano e i procedimenti giudiziari 1944-1958 », Italia contemporanea, 254, 2009, p. 25-42.

25 Voir note 2.

26 Voir M. Canali, Le spie del regime, op. cit., p. 493-498.

27 Voir M. Franzinelli, Delatori, op. cit., p. 266-308.

28 Ibid., p. 182.

29 M. Canali, Le spie del regime, op. cit., p. 559-664 ; M. Franzinelli, I tentacoli dell’Ovra : agenti, collaboratori e vittime della polizia politica fascista, Turin, Bollati Boringhieri, 1999.

30

Circulaire du 26 juin 1946 du ministère de l’Intérieur aux préfectures in Archives centrales de l’État (Rome, ACS), ministère de l’Intérieur (MI), Direction générale de la sûreté publique (DGPS), Affaires générales et réservées (AGR), cat. A5G-IIGM, 1944-48, carton 3 (sauf mention contraire, c’est nous qui traduisons les citations). Une première circulaire du 1er février 1945 aux préfets de l’Italie libérée allait déjà en ce sens (in ACS, MI, DGPS, division services d’information et de sécurité (SIS), carton 61, fasc. MP 94).

31 Le ministère des Affaires étrangères italien s’employait ainsi à donner à la « contribution italienne à la guerre » contre l’Allemagne nazie un maximum de publicité. Voir Archives du ministère des Affaires étrangères (ASMAE, Rome), « Segreteria generale » 1943-1951, carton 28 / 2 ; ASMAE, « affari politici » 1946-1950, « Italia 1946 », carton 19, fasc. « prigionieri di guerra e internati civili ». Nous nous permettons également de renvoyer sur ce point à notre étude : P. Bertilotti, « Riconoscimento, reintegrazione e risarcimento. Le vittime della persecuzione antisemita in Italia 1944-1965 », Italia contemporanea, 254, 2009, p. 43-59.

32 M. Franzinelli, Delatori, op. cit., p. 168 ; M. Nozza, Hotel Meina. La prima strage di ebrei in Italia, Milan, Mondadori, 1993.

33 L’Union des communautés juives italiennes (UCII) avait créé le CRDE à Rome dès septembre 1944 dans le but d’assister et de rapatrier les déportés. À la libération de l’Italie, il devint rapidement évident que les rescapés seraient peu nombreux. Le CRDE s’occupa dès lors d’identifier et de commémorer les morts en déportation, de recueillir les témoignages des rescapés et de rassembler, à des fins essentiellement judiciaires, une documentation historique sur le déroulement des persécutions en Italie et sur le système concentrationnaire nazi. Sur le CRDE, voir notamment : L. Picciotto, « La liberazione dai campi di concentramento e il rintraccio degli ebrei italiani dispersi », in M. Sarfatti éd., Il ritorno alla vita : vicende e diritti degli ebrei dopo la seconda guerra mondiale, Florence, Giuntina, 1998, p. 13-30.

34 Archives du Centre de documentation juive contemporaine de Milan (ACDEC), Fonds documentaires privés, 1.3.1., Massimo Adolfo Vitale, carton 6, fasc. 22, « Denuncia contro una persona di Merano. Denunciante Adolfo Krebs ».

35 Voir ACDEC, 1.3.1, carton 1, fasc. 1, lettre du 14 février 1946 de la Communauté de Merano au CRDE.

36 ACS, fonds « Shoah foundation in Italia », interview de Piero Terracina réalisée à Rome le 17 mars 1998 par Sara Piperno.

37 Ces textes sont conservés in Archives de l’Union des communautés juives italiennes (AUCII, Rome), fonds CRDE, cartons 1, 2 et Documents épars.

38 Voir le témoignage de Jenny Ravenna in AUCII, CRDE, Documents épars, fasc. blanc, dossier gris.

39 ACDEC, 1.3.1, carton 1, fasc. 1.

40 Ibid., carton 6, fasc. 22.

41 Ibid., carton 1, fasc. 1.

42 Ibid., circulaires du 27 novembre et du 18 décembre 1945.

43 Ibid., lettre du 9 janvier 1946 de la communauté juive de Parme en réponse à une lettre du 27 décembre 1945 du CRDE.

44 M. Franzinelli, Delatori, op. cit., p. 304.

45 ACDEC, 1.3.1, carton 6, fasc. 22, dossier « Grini ».

46 Ibid., dossier « processi diversi svolti dall’Avv. Pia Ravenna contro collaborazionisti ».

47 G. Debenedetti, « Il 16 Ottobre 1943 », Mercurio, décembre 1944 ; Id., Otto ebrei, Rome, Atlantica, 1944.

48 ACDEC, 1.3.1., carton 1, fasc. 1, lettre de Massimo Adolfo Vitale à Giacomo Debenedetti datée du 23 novembre 1945.

49 Le texte de P. Levi, Storia di dieci giorni (in AUCII, CRDE, Documents épars, fasc. « deposizione Primo Levi ») deviendra un chapitre de Se questo è un uomo (Turin, De Silva, 1947). Les dépositions de Luciana Nissim et Giuliana Tedeschi sont convervées in AUCII, CRDE, carton 2, fasc. « Al processo contro Bosshammer abbiamo mandato le fotocopie », dossier « da consegnare alla camera dei deputati ». Le texte de Luciana Nissim, Ricordo dalla casa dei morti, sera publié par la suite sous forme de postface au témoignage de Pelagia Lewinska dans un volume intitulé Donne contro il mostro (Turin, Ramella, 1946). Le texte (sans titre) de Giuliana Tedeschi servira de point de départ à l’écriture de Questo povero corpo (Milan, Editrice italiana, 1946).

50 Le texte de Giuliana Tedeschi avait été envoyé au CRDE en décembre 1946 par l’intermédiaire de la communauté juive de Turin (lettre du 12 décembre 1946 de la communauté de Turin au CRDE in ACDEC, 1.3.1., carton 1, fasc. 1). L’on ne sait en revanche pas avec certitude à quelle date le CRDE reçut les deux autres textes.

51 Giuliana Tedeschi affirmera avoir été « vendue pour cinq mille lires » au cours d’une interview datant du 18 juin 1982 et conservée à l’Institut piémontais pour l’histoire de la résistance et de la société contemporaine (Istoreto), Turin, Archives de la déportation piémontaise (ADP), fasc. ADP 17.171 / 1. À notre connaissance, aucun de ses autres témoignages ne revient sur cet acte de délation. Luciana Nissim relatera pour la première fois les circonstances de son arrestation dans un texte datant de 1989 et intitulé « Una famiglia ebraica fra le due guerre » (désormais consultable in A. Robutti éd., L’ascolto rispettoso. Scritti psicoanalitici, Milan, Cortina, 2001, p. 3-11). Quant à Primo Levi, il révèlera l’identité du délateur qui fit tomber son groupe de résistants (un certain Meoli) dans la déposition qu’il écrivit en 1960 dans le cadre de l’instruction du procès Eichmann (transmise aux autorités israéliennes par l’intermédiaire de Vitale – voir ACDEC, 1.3.1., carton 6, fasc. 23, dossier « Richieste di collaborazione e di testimonianze per l’istruttoria del processo Eichmann » – et retrouvée dans les archives de Yad Vashem par Margalit Shlain, qui l’a publiée dans L’Espresso du 28 septembre 2007). Ce texte n’avait jamais été rendu public auparavant et Primo Levi n’a, à notre connaissance, jamais évoqué ces faits de son vivant. Globalement le thème de la délation sera bien davantage présent dans les témoignages recueillis à la fin des années 1990 par la branche italienne de la Shoah foundation que dans les récits et dépositions antérieurs (voir ACS, fonds « Shoah foundation in Italia »).

52 Voir I. Thomson, Primo Levi. A life, New York, Metropolitan Books, 2002, p. 223-224.

53 G. Debenedetti, « Il 16 Ottobre 1943 », art. cité ; Id., Otto ebrei, op. cit. ; R. Debenedetti, « La tragedia degli ebrei d’Europa », in A. Errera, Vita del popolo ebraico, Milan, Garzanti, 1947 ; S. Lombroso, Diario di una madre (si può stampare). Pagine vissute, Rome, Dalmatia, 1945 ; E. Momigliano, 40 000 fuori legge, Rome, Carboni, 1944 ; Id., Storia tragica e grottesca del razzismo fascista, Milan, Mondadori, 1946 ; L. Morpurgo, Caccia all’uomo ! Vita sofferenze e beffe. Pagine di diario 1938-1944, Rome, Dalmatia, 1946.

54 D’après les chiffres de S. Della Pergola, Anatomia dell’ebraismo italiano. Caratteristiche demografiche, economiche, sociali, religiose e politiche di una minoranza, Assise, Rome, Carucci, 1976, p. 56.

55 C’est du moins l’hypothèse qu’avance C. Forti (Il caso Pardo Roques, op. cit., p. 245).

56 Voir M. Franzinelli, Delatori, op. cit., p. 266-308.

57 Cette évolution générale est attestée par les différentes études consacrées à l’épuration. À titre d’exemple : le jugement de la cour d’assises extraordinaire de Turin qui avait condamné à mort, le 17 décembre 1945, un certain Renato Fracchia pour collaborationnisme et intelligence avec l’ennemi – celui-ci s’étant rendu responsable de la dénonciation d’au moins soixante Juifs turinois –, fut cassé dès le 25 mai 1946, l’accusation étant estimée infondée (voir ACDEC, 1.3.1, carton 6, fasc. 22, dossier « Soave e Fracchia »).

58 Une copie du jugement est consultable in ACDEC, 1.3.1, carton 6, fasc. 22, dossier « Kucki ». Voir également M. Franzinelli, Delatori, op. cit., p. 178-180.

59 Voir supra, note 46.

60 ACDEC, 1.3.1, carton 6, fasc. 22, dossier « Andreulli Ennio ».

61 Voir la circulaire envoyée par Vitale le 18 décembre 1945 à toutes les communautés juives italiennes pour obtenir la communication d’informations et de données concernant les persécutions (in ACDEC, 1.3.1, carton 1, fasc. 1).

62 La correspondance entre Vitale et les présidents des différentes communautés juives italiennes témoigne de cette évolution (voir ACDEC, 1.3.1, carton 1).

63 ACDEC, 1.3.1, carton 1, fasc. 1, circulaire du 15 décembre 1947 de Vitale aux présidents des communautés italiennes.

64  L’hebdomadaire existait dès avant 1938. Il suspendit ses publications en 1938 mais recommença de paraître quelques mois après la libération de Rome, en décembre 1944.

65 Reconnue et capturée à Naples en mai 1945, elle fut condamnée le 9 juin 1947 à douze ans de prison (une copie du jugement est consultable in Archives de l’Institut romain pour l’histoire de l’Italie du fascisme à la résistance (IRSIFAR, Rome), « Studi e ricerche », « Atti processuali », VII.2).

66 Israel, 13 janvier 1949, « Processo a Pende ».

67 Ibid., 18 janvier 1945.

68 Ibid., 2 janvier 1947.

69 Nous nous permettons de renvoyer à notre étude : « Les Juifs d’Italie et la mémoire du sauvetage (1944-1961) », in J. Semelin, C. Andrieu, S. Gensburger éd., La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage, Paris, Presses de la FNSP, 2008, p. 147-164. Voir également M. Toscano, La « porta di Sion ». L’Italia e l’immigrazione clandestina ebraica in Palestina (1945-1948), Bologne, Il Mulino, 1990 ; G. Schwarz, Ritrovare se stessi. Gli ebrei nell’Italia postfascista, Rome, Bari, Laterza, 2004, p. 124-140.

70 Le procès de Varèse dont nous avons parlé précédemment fit par exemple l’objet d’articles dans le quotidien local, La Prealpina, les 13, 14 et 15 février 1947 (voir ACDEC, 1.3.1, carton 6, fasc. 22, dossier « Kucki »).

71 Voir notamment le quotidien socialiste Avanti !, les 11 mai 1945, 3 décembre 1946, 9 février et 6 mars 1947 ; le quotidien communiste L’Unità, le 21 mars 1947 ; le quotidien romain Il Messaggero, les 5, 6, 18, 21 et 22 mars et 10 juin 1947 ; le quotidien milanais Il Nuovo corriere della sera, le 21 mars 1947.

72 Il Popolo, 4 mars 1947.

73 Une peine par la suite commuée en une peine de prison à perpétuité et enfin réduite à dix ans par un arrêt de la Cour de cassation du 6 novembre 1954. Une copie des documents de procédure et des jugements prononcés à son encontre est conservée in ACDEC, 1.3.1, carton 6, fasc. 22, dossier « Grini » et ACDEC, carton 10, fasc. 10A.

74 Liliana Cavani, Il portiere di notte, 1974.

75 Depuis la publication de l’ouvrage de D. Bidussa, Il mito del bravo italiano, op. cit. L’expression bravo italiano (« bon Italien ») renvoie au titre du film de Giuseppe De Santis, Italiani brava gente (1964), qui retrace l’odyssée d’un régiment italien sur le front russe en 1941 et qui a contribué à fixer l’image d’un soldat italien inoffensif et débonnaire (voir sur ce point M. Isnenghi, Le guerre degli italiani, Milan, Mondadori, 1989, p. 153-154).

76 Avanti !, 6 mars 1947, « Il processo della spia nazista. “Pantera nera, non fossi mai nata” gridano le madri degli assassinati ».

77 L’Unità et Avanti ! du 16 avril 1948.

78 Voir S. Fantini, Notizie dalla Shoah. La stampa italiana nel 1945, Bologne, Pendragon, 2005.

79 Voir ACDEC, 1.3.1, carton 3, fasc. 9, dossier « Kappler », lettre du 23 juillet 1948 de Massimo Adolfo Vitale à Zara Aldardi.

80 Voir la note non signée datée du 5 décembre 1947 et transmise par le SIS à la DGPS le 12 décembre 1947 in ACS, MI, DGPS, SIS, carton 61, fasc. MP 94 et la documentation rassemblée in MI, DGPS, A16, AG 1930-1956, carton 21, fasc. « attività industriale sospetta ».

81 Voir notre étude sur « Les Juifs d’Italie et la mémoire du sauvetage (1944-1961) », art. cité. Voir également ACDEC, cartons 9.1, 9.2 et 9.3.

82 Cité in R. De Felice, Storia degli ebrei italiani sotto il fascismo, Turin, 1993, p. 472 (1re édition : 1961).

83 Voir, par ex., Avanti !, 16 avril 1955, « Rendono omaggio agli antifascisti le comunità israelitiche italiane » ; L’Unità, 15 avril 1955, « Contro le persecuzioni e le deportazioni. 25 mila ebrei salvati dal coraggio degli antifascisti » ; L’osservatore romano della domenica, 8 mai 1955, « Salvarono in nome di Cristo migliaia di ebrei ».

84 ACS, Présidence du conseil des ministres (PCM), 1955-58, fasc. 14.2 n. 19036, dossier « Roma ».

85 Voir AUCII, correspondance CRDE, carton 3, fasc. S, dossier « A. Spinosa » et carton 11, fasc. « Col. Vitale / Storia delle persecuzioni ». A. Spinosa, « Le persecuzioni razziali in Italia », Il Ponte, juillet 1952, p. 964-978 ; août 1952, p. 1078-1096 ; novembre 1952, p. 1601-1622 et juillet 1953, p. 950-963.

86 L. Poliakov, Il nazismo e lo sterminio degli ebrei, Turin, Einaudi, 1955 (édition originale : Le bréviaire de la haine. Le IIIe Reich et les Juifs, Paris, Calmann-Lévy, 1951) ; L. Poliakov et J. Sabille, Gli ebrei sotto l’occupazione italiana, Milan, Edizioni di Comunità, 1956 (édition originale : Jews Under the Italian Occupation, Paris, Éditions du centre, 1955).

87 Voir le dossier de presse rassemblé par l’éditeur de Poliakov, Einaudi, in Archives d’État de Turin (AST), Fonds Einaudi, Recensions, carton 277, fasc. 3776.

88 Voir supra, note 82.

89 State of Israel, Ministry of Justice, The Trial of Adolf Eichmann, Jérusalem, Israel State archives / Yad Vashem, 1992, vol. II, p. 598-603 ; p. 652-662. Comme l’a montré Annette Wieviorka, les travaux de Léon Poliakov avaient d’ailleurs servi d’ouvrages de référence à l’accusation israélienne (A. Wieviorka, Le Procès Eichmann, Bruxelles, Complexe, 1989, p. 31).

90 Côté français, voir notamment : Combat, 12 mai 1961 (« Le massacre des Juifs norvégiens, italiens et allemands au procès Eichmann. Un grand nombre furent sauvés grâce à la Suède et au peuple italien ») ; Le Figaro, 12 mai 1961 (« Eichmann. Trois pays franchement hostiles aux menées antijuives : Danemark, Norvège et Italie ») ; Le Monde, 13 mai 1961 (« Au procès Eichmann. Le gouvernement fasciste italien s’est toujours opposé à la déportation des juifs »). Côté britannique, The Guardian affirmait, dans son édition du 12 mai 1961 : « Before German troops occupied Italy in 1943, Italians had intervened on behalf of Jews “whenever possible” thus creating “exceptional difficulties” for the Nazis. ». Le 12 mai 1961 toujours, le New York Times abordait le cas italien dans un article intitulé : « Heroic Aid to Jews by Gentiles Recounted at Eichmann’s Trial. Survivors of Nazi Purges in Oslo, Rome and Copenhagen Tell of Escapes ».

91 Voir notamment Avanti ! du 12 mai 1961 (« Significative testimonianze al processo Eichmann. Gli italiani si opposero alla cattura degli ebrei. La popolazione non collaborò con le autorità naziste e salvò molti perseguitati ») ; L’Unità du 12 mai 1961 (« L’antifascismo italiano onorato nell’aula di Tel Aviv. Malgrado il razzismo ufficiale gli italiani aiutarono gli ebrei ») ; Il Popolo du 10 mai 1961 (« Eichmann furioso per l’aiuto italiano ai perseguitati ebrei ») ; La Stampa du 12 mai 1961 (« Depone al processo Eichmann una professoressa israelita che insegnava a Milano. “Ogni ebreo sfuggito in Italia ai nazisti deve la vita ad una famiglia italiana” »).

92 Voir en particulier Israel, 18 mai et 22 juin 1961.

93 Nous empruntons ce titre à L. Beccaria Rolfi (L’esile filo della memoria, Turin, Einaudi, 1996).

94 Voir notamment M. Franzinelli, Delatori, op. cit.

Top of page

References

Electronic reference

Paola Bertilotti, « La délation des Juifs. Une mémoire silencieuse dans l’Italie républicaine (1944-1961) », Laboratoire italien [Online], 10 | 2010, Online since 31 January 2012, connection on 24 March 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/538 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.538

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page