Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Les écrivains italiens des Lumières et la Révolution française

Conservatisme et contre-révolution dansles Vicende memorabili d’Alessandro Verri

Conservatisme et contre-révolution dans les Vicende memorabili d’Alessandro Verri
Conservatorismo e controrivoluzione nelle Vicende memorabili di Alessandro Verri
Pierre Musitelli
p. 81-108

Résumés

Les Vicende memorabili d’Alessandro Verri, achevées en 1808 et inédites du vivant de l’auteur, proposent une interprétation passionnelle et partisane de l’histoire européenne de 1789 à 1802. Dans cet ouvrage dont le ton rappelle celui des libelles contre-révolutionnaires, Verri délaisse les principes historiographiques qu’il avait énoncés dans le Saggio sulla storia d’Italia pour vitupérer contre les Lumières françaises, coupables du dérèglement des sociétés modernes. Il y dresse un tableau apocalyptique de l’humanité submergée par ses passions, restituée à sa barbarie primitive par l’effondrement des institutions monarchiques et de l’autorité religieuse. Quel cheminement conduisit l’ancien rédacteur du Caffè à se faire le héraut des valeurs réactionnaires ? Cette question guidera l’analyse de ce texte peu connu et de sa portée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Carteggio di Pietro e di Alessandro Verri dal 1766 al 1797, vol. I, partie 1, Ottobre 1766-Luglio 1 (...)
  • 2 Pantea et La Congiura di Milano sont parus dans Tentativi drammatici del C[avaliere] A[lessandro] V (...)
  • 3 A. Verri, Le avventure di Saffo poetessa di Mitilene. Traduzione dal greco originale nuovamente sco (...)
  • 4 A. Verri, Le notti romane al sepolcro de’ Scipioni, Rome, Filippo Neri, 1792.

1Lorsqu’éclata la Révolution française, Alessandro Verri se trouvait à Rome. Depuis plus de vingt ans déjà, le jeune Milanais avait élu domicile dans la capitale des arts, où confluaient peintres, écrivains et voyageurs venus de l’Europe entière. Initialement, il ne s’agissait que d’une étape de quelques semaines dans un parcours qui devait le conduire, au lendemain de son voyage à Paris et à Londres, dans les principales cités de la péninsule italienne, jusqu’à Naples, avant son retour à Milan, auprès de son frère Pietro. Mais les raisons du cœur en avaient décidé autrement : « Oh povero Alessandro ! – écrivait-il à Pietro Verri en juillet 1767 – Sono innamorato come una bestia e sono in una maladetta contraddizione per l’amicizia e la passione. Io non ho mai trovata al mondo donna più seducente e che mi faccia credere meglio d’amarmi. Oh povero Alessandro, egli è fritto ! Non sono più io. »1 Sigisbée passionné et jaloux de la belle et volage marquise Margherita Boccapaduli Gentili, Alessandro Verri allait passer à ses côtés le restant de sa vie. Entretenu par cette dernière, seule héritière d’un riche patrimoine familial, et par les subsides que son frère lui faisait parvenir de Milan, Alessandro consacra sa nouvelle vie, loin de la Lombardie réformiste, à l’archéologie, aux arts et à la littérature. Il délaissa rapidement dans ses écrits la veine de la satire sociale et de la réflexion juridique qu’il avait brillamment développée dans le Caffè, pour se lancer dans une série d’expérimentations stylistiques qui le firent progressivement se rapprocher des académies de la Crusca et de l’Arcadia. Il s’essaya d’abord au genre théâtral, en composant cinq tragédies dont deux seulement furent publiées2, avant de connaître avec ses deux romans, Le Avventure di Saffo (1782)3 et Le Notti romane (1792)4, un immense succès d’édition en Italie et en Europe. D’abord assez discret, dans sa correspondance, sur les événements français de 1789, il commence à laisser poindre son inquiétude à l’automne 1792 : la présence des armées françaises dans le Piémont et le positionnement de leur flotte en mer Tyrrhénienne lui font craindre une invasion de grande ampleur. Ses dispositions sont d’ailleurs déjà prises pour quitter Rome avec la marquise en cas de nécessité. D’avril 1793 à décembre 1795, en raison des tensions croissantes entre la France et l’Église, Alessandro Verri et Margherita Boccapaduli décident de se réfugier dans les Marches, à Camerino, fief de la marquise. Leur voyage les conduira également dans le nord de l’Italie et à Milan, où ils séjourneront quelques jours auprès de Pietro, avant leur retour définitif à Rome. Lorsque Bonaparte entre à Milan, le 15 mai 1796, et que son frère est élu à la nouvelle Municipalité, Alessandro Verri comprend qu’il doit désormais modérer le ton de ses lettres, ce dont il s’accommode assez mal. Le 6 mai 1797, Pietro l’invitait d’ailleurs fermement à plus de retenue dans l’expression de ses opinions :

  • 5 Lettre citée par L. Banfi, « Alessandro Verri e la Rivoluzione francese », in I riflessi della rivo (...)

Bonaparte mi ha detto d’aver vedute delle vostre lettere, naturalmente quelle che non ricevei dalla posta ; ciò non mi ha fatto piacere, perché non so con quale stile saranno scritte. Io era per dirgli che non sempre eravamo del medesimo parere, ma tale risposta datagli in presenza di molti mi sembrò una bassezza e quindi l’ho taciuta. Vi serva però di regola.5

2Une lecture cursive de la correspondance d’Alessandro Verri permet de saisir l’éclosion de son ressentiment antifrançais, et le besoin qu’il éprouvait alors de donner une forme écrite à l’angoisse que suscitaient en lui les mutations de l’époque, même face au jugement sévère de Pietro pourtant peu enclin à partager ses vues. Lorsque la mort de son frère, le 28 juin 1797, vint mettre un terme à trente années d’échanges épistolaires, il se tourna vers sa belle-sœur, Vincenza Melzi d’Eril, afin de poursuivre l’indispensable dialogue hebdomadaire, trouvant en cette dernière une correspondante chaleureuse et attentive. C’est peut-être la retenue que lui imposaient les fonctions du frère de Vincenza, Francesco Melzi d’Eril, vice-président la République italienne de 1802 à 1805, qui incitèrent Alessandro Verri à se lancer dans la composition des Vicende memorabili : il pouvait mieux, dans l’intimité de son cabinet de travail romain, donner libre cours à sa verve contre-révolutionnaire et, surtout, à son exécration de Napoléon.

  • 6 M. Ceretti a fait un relevé des revues mentionnées par Alessandro Verri dans sa correspondance des (...)
  • 7 Réflexions sur la Révolution de France et sur les procédés de certaines sociétés à Londres relatifs (...)
  • 8 [J. de Maistre], Considérations sur la France, Londres, s. n., 1797.
  • 9 Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme, par M. l’abbé Barruel, Hambourg, Fauche, 1798-179 (...)

3Entreprise à l’automne 1805, la rédaction des Vicende memorabili se poursuivit jusqu’en mai 1807. La révision du texte et sa transcription calligraphiée furent achevées en avril de l’année suivante. La version finale du manuscrit compte 343 pages scindées en deux volumes comportant une introduction et neuf chapitres ; elle s’intitule Vicende memorabili de’ tempi suoi, scritte da Rinaldo Servarse, anagramme d’Alessandro Verri. Ce travail de longue haleine propose un récit chronologique des événements qui secouèrent la France et l’Europe du déclenchement de la Révolution jusqu’au début de l’année 1802, et se présente comme une vaste compilation d’informations recueillies au fil des ans dans les gazettes européennes. On compte au premier rang de celles-ci Le Moniteur, utilisé pour le récit des événements français, ainsi que certains « fogli di Francia » ouvertement jacobins, comme les Nouvelles politiques ou Révolutions de Paris6. Par la suite, dans les années 1793-1794, Verri avait accordé une large part aux journaux italiens, comme les Nuove di diverse corti e paesi principali d’Europa ou le Giornale ecclesiastico di Roma, principal organe de la campagne de presse réactionnaire soutenue par Pie VI. D’autres ouvrages, qui circulaient dans les cours et les salons romains, participèrent à la consolidation de son sentiment : les Réflexions sur la Révolution de France d’Edmund Burke (1790)7, les Considérations sur la France de Joseph de Maistre (1797)8 ou encore les Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme, d’Augustin Barruel (1798-1799)9, principal porte-parole de l’émigration ecclésiastique française à Rome.

  • 10 A. Verri, Vicende memorabili dal 1789 al 1801, narrate da Alessandro Verri. Opera postuma, prima ed (...)

4Toujours gardé secret par son auteur, le texte fut publié pour la première fois à titre posthume en 1858, sous le nom de Vicende Memorabili dal 1789 al 180110.

5Faut-il voir dans l’évolution intellectuelle d’Alessandro Verri l’influence de quatre décennies passées au sein d’une aristocratie romaine qui, pour autant qu’elle fût ouverte aux nouveaux courants esthétiques, restait marquée par un profond conservatisme politique et une indéfectible fidélité au souverain pontife, seul garant de ses droits et de ses intérêts économiques ?

6On ne saurait considérer les positions de Verri face à la Révolution française sans s’interroger au préalable sur le cheminement qui conduisit l’un des plus prolifiques rédacteurs du Caffè, périodique connu pour son engagement réformiste, à rallier le camp des aristocrates conservateurs et à s’adonner à la vitupération contre-révolutionnaire. Car ce qui constitue l’originalité de sa contestation, c’est précisément la contradiction irréductible qu’elle semble porter en elle : sous l’univocité de façade de ses critiques antifrançaises, se dévoile un trouble intérieur. La pensée d’Alessandro Verri est-elle véritablement oxymorique ? Se résume-t-elle, comme certains l’ont affirmé, à une opposition radicale entre les deux époques de sa vie, articulées autour d’une palinodie ?

7Verri hésite, certes. Il semble osciller entre deux mondes : le monde milanais, marqué par la bataille contre les traditions et la virtuosité de l’esprit critique hérité des Lumières françaises, et le monde du conservatisme catholique romain, où il entreprend d’explorer des voies d’écriture et de pensée nouvelles et cherche à se déterminer indépendamment de la figure tutélaire de son frère. Mais sa pensée, tout en restant tissée de variations et de tensions contraires, comporte de profondes lignes de continuité. Très tôt, Verri avait, en effet, affiché des positions singulières dans l’équipe du Caffè, qui allaient le conduire à une remise en question fondamentale du bienfait de l’action des philosophes français. Il est donc éclairant de revenir sur le parcours d’Alessandro Verri pour mieux saisir les jeux d’échos et de résonnances qu’un texte comme les Vicende memorabili, pourtant solidement ancré dans le courant de la littérature contre-révolutionnaire, présente avec ses écrits antérieurs.

Les prémices du désengagement

  • 11 A. Verri, Saggio sulla storia d’Italia, B. Scalvini (éd.), Rome, Edizioni di storia e letteratura, (...)
  • 12 G. Vico est évoqué dans l’article « Dei difetti della letteratura », ainsi que dans la conclusion d (...)

8Dans ses articles du Caffè (1764-1766), comme dans le Saggio sulla storia d’Italia, composé entre 1761 et 1765 et édité pour la première fois en 2001, Alessandro Verri s’interroge très tôt sur l’utilité de l’engagement réformateur11. Une double tendance se dégage : si le jeune auteur manifeste sa confiance en la possibilité d’une réforme morale de l’humanité, dont il estime qu’elle passe davantage par la littérature et le sentiment que par l’argumentation philosophique (« Alcune idee di filosofia morale »), il laisse transparaître dans son Saggio un certain découragement face à la répétition cyclique de l’Histoire, où le fragile processus de civilisation reste à la merci d’une résurgence de la barbarie originelle de l’humanité. Cette philosophie de l’Histoire s’inspire des « ricorsi » historiques définis par Giambattista Vico dans la Scienza nuova, un auteur dont il avait été le seul à défendre la valeur au sein de l’équipe du Caffè12. Verri, gagné par le scepticisme, remet en question l’affirmation du progrès historique et prend position contre l’idée de perfectibilité défendue par son frère à la suite de Rousseau ; il développe ainsi l’idée de l’immutabilité de l’homme dont les élans irrationnels menacent depuis la nuit des temps l’harmonie des sociétés.

  • 13 Ibid., p. 275.

Le guerre, gli orrori, le fraudi formarono la vasta ed ignominiosa porzione delle memorie umane : la necessaria connessione degli avvenimenti mi trattiene mio malgrado in tale argomento, io lo abbandono, quando il posso, e mi rifugio alla storia delle pacifiche arti dell’ingegno, perché mi consoli. In lei sola vedo gli uomini.13

  • 14 Ibid., p. 316.
  • 15 Il Caffè. 1764-1766, G. Francioni et S. Romagnoli (éd.), Turin, Bollati Boringhieri, 1998, vol. II, (...)

9Au fil de sa synthèse historique, Verri perd la conviction qu’il existe un principe de raison capable de donner un sens à la succession des événements. Loin de percevoir dans le déroulement des faits comme le dévoilement d’un destin de l’humanité, le spectacle des maux dont elle souffre suscite son découragement. « Chi conosce la storia si contenta anche solo dell’assenza de’ mali »14, affirme-t-il en conclusion. La sentence « L’uomo non si muta » apparaît dans le second volume du Caffè, à l’article « Commentariolo di un galantuomo di mal umore che ha ragione, sulla definizione : L’uomo è un animale ragionevole »15, où il dresse un constat désabusé sur la nature humaine :

  • 16 Ibid., p. 637.

Rispettiamo la nostra coltura, consoliamoci d’esser esciti or ora dalla barbarie civile, più funesta ancora della selvaggia, procuriamo di ricadervi più tardi che si può, ma siamo modesti ed abbiam sempre nella nostra mente una celluletta destinata alla gran foriera del vero, la diffidenza. […] Un momento che taccia la ragione e l’opinione regni, addio umana stirpe, tu ritorni a’ tuoi deliri, ed a rivederci quando ti sveglierai. Simile alle comete, che s’avvicinano al Sole per tosto rapidamente allontanarsi da lui, immergersi negli immensi vuoti dell’universo e per non ritornare ad infiammarsi della divina sua luce che dopo lunga serie di secoli. E sai perché ? Perché l’origine degli errori la porti sempre teco, ed è uno sforzo che fai ad esser dotta.16

  • 17 Carteggio, éd. citée, vol. I, partie 2, Luglio 1767-Agosto 1768, E. Greppi et A. Giulini (éd.), Mil (...)

10Ces considérations attestent le pessimisme anthropologique de Verri. La rupture avec l’École de Milan et la ferveur réformiste qui régnait en son sein se dessine dans une lettre qu’il adressa, de Rome, à son frère, en décembre 1767 : Alessandro s’en prend à la vanité de l’esprit critique qui prévalait dans les années du Caffè. Il regrette, pour sa part, d’avoir mené une polémique stérile contre « mostri che non vi sono », tels que la Crusca et les pédants, sans avoir su proposer de véritable remède au délabrement des lettres italiennes. « Meglio è scriver bene che far guerra ai cattivi critici », lance-t-il17, désormais tenté par la carrière littéraire. Il est vrai que son expérience des salons parisiens, en 1766 et 1767, avait fini de le fâcher avec l’enthousiasme des encyclopédistes, jugés fanatiques, et le principe de raison qui, dans leur bouche, résonnait comme un vain mot. Il décrivait ainsi à son frère les réunions des philosophes, en novembre 1766 :

  • 18 A. et P. Verri, Viaggio a Parigi e Londra (1766-1767). Carteggio, G. Gaspari (éd.), Milan, Adelphi, (...)

In questi gran vortici formati dalle vive e tumultuanti passioni d’una immensa moltitudine condensata in recinti di mura, un uomo è talvolta altissimo, talvolta bassissimo. Niente di mezzo. Qui tutto è o aimable o charmant, o detestable et effroyable. Così tutti mi dicono. In ogni cosa v’è un caldissimo spirito di partito.18

  • 19 Milan, Fondazione Raffaele Mattioli per la storia del pensiero economico, Archivio Verri, cart. 484 (...)

11Depuis les années du Caffè, la raison restait aux yeux de Verri indissociablement apparentée au principe de modération, que toute excitation intellectuelle, tout radicalisme de pensée contribuaient à éloigner irrémédiablement. Dans sa toute première œuvre, aujourd’hui encore inédite, intitulée Saggio di morale cristiana (1763)19, Verri affirmait déjà :

  • 20 Ibid., p. 28-29.

siccome al corpo è utile un moderato moto, così una moderata attività è utile, anzi necessaria all’anima, o la tiene in una continua forza, ed energia, che la fa accorgere d’esistere piacevolmente ; dico moderata, perché l’agitazione, ed il tumulto dello spirito non si ponno chiamare stati di felicità : onde la vera contentezza del cuore sta fra due estremi, della inerzia, e della troppo violenza di moto.20

  • 21 A. et P. Verri, Viaggio a Parigi e Londra, éd. citée, p. 169.

12Que l’on juge alors de l’effet que put faire sur Verri un spectacle qu’il décrivait en ces termes : « In Parigi v’è un grandissimo entusiasmo di Filosofia, un grandissimo calore di animo perché la Filosofia e le sue verità sono perseguitate : ciò forma un urto ed un fermento strepitoso, lo spirito umano è in rivoluzione. »21

  • 22 « Aspettare impieghi è anticamera lunga, e poi mi sento positivamente opprimere dalla idea di una s (...)
  • 23 A. Verri, Le Avventure di Saffo, poetessa di Mitilene, A. Cottignoli (éd.), Rome, Salerno, 1991, p. (...)
  • 24 Il Caffè, éd. citée, vol. I, p. 318-321.
  • 25 Ibid., p. 320.

13Verri, qui se sentait « rapire dalla inclinazione »22 pour la littérature, peut s’y consacrer en toute liberté à Rome. Son premier roman de goût néoclassique, Le Avventure di Saffo, poetessa di Mitilene, paraît en 1782 et connaît rapidement un grand succès. On voit s’y cristalliser la tentation du désengagement qui déjà tenaillait Verri depuis quelques années. L’un des personnages principaux, le sage Eutichio, retiré loin des turbulences du monde dans la « felice solitudine » de sa propriété sicilienne, se présente en ces termes à la jeune Saffo : « questa destra, che ora ti porgo ospitale e amica, non fu sempre così oziosa e così mite. Ma il tempo cangia i pensieri non meno che i sembianti. »23 La référence autobiographique est transparente ; mais faut-il pour autant interpréter cet éloge de la retraite philosophique comme une involution des positions intellectuelles de Verri ? Bien au contraire, le discours d’Eutichio rappelle le récit conté par Damone, dans l’article du Caffè intitulé « I beni della insensibilità. Racconto antico »24. Ce citoyen d’Athènes, après s’être vu accordé par les Dieux le don de la sensibilité, avait intensément œuvré au bien de la cité au point d’en perdre toute tranquillité. Saisi de repentir, il avait été libéré de ce « dono fatale »25 et avait pu se retirer à Corinthe, loin des siens, mais en paix.

  • 26 Il s’agit de l’idée, exprimée dans les Avventure di Saffo (livre II, chap. 8), que la philosophie d (...)
  • 27 « Conservo sempre il costume del mio rigoroso trinceramento, e nessuno penetra la mia solitudine. » (...)

14La tentation du désengagement et du silence philosophique26 plonge profondément ses racines dans l’œuvre d’Alessandro Verri, si bien que sa décision de se consacrer, depuis ce qu’il nomme le « rigoroso trinceramento »27 de sa retraite romaine, à une sorte d’hédonisme littéraire aristocratique, en apparaît rétrospectivement moins inattendue.

L’évolution conservatrice de Verri

  • 28 Il Caffè, éd. citée, vol. I, p. 47-50.
  • 29 Le passage d’une approche gibeline à une approche guelfe de l’unité italienne se produit dans les p (...)

15Il est vrai, en revanche, que l’influence de sa compagne, la marquise Boccapuli Gentili et la fréquentation des milieux cléricaux et aristocratiques romains amenèrent rapidement Verri à se prévaloir de positions conservatrices de plus en plus crispées. Cette évolution prit dans un premier temps une forme littéraire, marquée par le rejet de toutes les formes linguistiques étrangères, au premier rang desquelles figuraient les gallicismes. Le style compassé des Notti romane, dont la syntaxe évoque la période latine, témoigne de cette adhésion aux principes puristes de l’Accademia della Crusca, qu’il dénonçait autrefois dans l’article du Caffè intitulé « Rinunzia avanti notaio al Vocabolario della Crusca »28. Il s’agit certainement de la manifestation la plus spectaculaire du revirement de Verri vis-à-vis de l’influence culturelle française. Elle s’inscrit néanmoins dans le prolongement d’une idée exposée dans le Saggio sulla storia d’Italia, par la suite largement reprise dans les Vicende memorabili : celle de la nécessaire constitution d’une nation italienne, dotée d’une puissance militaire propre et d’une langue harmonisée. Cette possible unité des États italiens, il accusait, dans la Storia d’Italia, la cour pontificale de l’avoir sciemment minée pour assurer sa propre hégémonie. Désormais, c’est au pape qu’il allait en appeler pour restaurer l’intégrité territoriale non moins que morale de sa patrie29.

16Le rejet de l’influence française en Italie prit rapidement une tournure politique, exacerbée par la radicalité du discours des philosophes et le déclenchement de la Révolution. Ce n’est qu’en 1792 qu’il laissa paraître dans sa correspondance avec Pietro le profond dégoût que lui inspiraient les événements de 1789. Inquiet de la possible répercussion des bouleversements politiques français en Italie, il se montrait particulièrement sensible au problème de la propriété et au statut de l’aristocratie :

  • 30 Lettre d’Alessandro à Pietro Verri, du 2 mai 1794, citée dans L. Banfi, art. cité, p. 15-16.

Una invasione degli Assassini Filosofi, Fondatori di una sanguinosa anarchia, nemica de’ proprietari, devasterebbe le nostre possessioni, e ne risentiremmo, non so per quanto tempo, le incomode conseguenze : una conquista poi è caso orribile anche a pensarvi. Divenire sottoposti a’ Cannibali è prospetto fiero. Quand’anche non giungessero in Lombardia, ma pure avessero qualche stabile conquista nel vicino Piemonte, una tale vicinanza è funesta. Essi con le loro massime seducono il popolo, e i contadini, e sarebbero inquieti gli ultimi anni di nostra vita. Desidero ardentemente la prosperità delle nostre armate, e vorrei piuttosto il governo di Nerone, di Caligola e di Domiziano, che quello del Comitato di Salute Pubblica.30 

  • 31 Ibid., p. 19-20.
  • 32 G. Carli, Della diseguaglianza fisica morale civile fra gli uomini ossia ragionamento sopra l’opera (...)

17Il ajoutait, le 1er septembre 1794 : « se tocchiamo la proprietà che diventa il genere nostro ? La Nazione Francese adunque per me è un oggetto il più orrendo che mi si possa offrire, cioè il consenso della pluralità al furto e alla strage per ottenerlo. »31 Il s’était déjà livré sans retenue, l’année précédente, à Gian Rinaldo Carli, devenu également très conservateur et auteur en 1792 d’un Ragionamento sulla disuguaglianza fisica, morale e civile tra gli uomini32, réfutation du Discours sur l’origine de l’inégalité de Rousseau. Verri lui apportait son soutien le 30 janvier 1793 :

  • 33 Lettre citée par M. Udina, « Alessandro Verri e Gian Rinaldo Carli, Lettere inedite », Pagine istri (...)

Sono pienamente con voi. Non vi è uguaglianza vera né fisica, né morale fra gli uomini, e la natura vuole che i migliori diriggano i peggiori. Il sistema francese ora è che questi opprimano quelli. Il romanzo del contratto sociale è tanto più intollerabile ora che la scoperta della America e di tante isole, dove abbiamo col fatto veduta l’origine e il progresso della società umana, non ci permette più di sognare con le ipotesi.33

18Le voyage d’Alessandro Verri en Italie, en 1793-1795, vint confirmer son constat amer de la diffusion des idées françaises. Il expliquait à son frère :

  • 34 Lettre d’Alessandro à Pietro Verri, du 22 août 1794, citée par G. Ricuperati, « L’epistolario dei f (...)

Peraltro in Civitanova trovai anche Le Système de la Nature. E verso il Regno di Napoli anche nelle piccole città sono molto conosciute simili opere ed i lettori ne parlano francamente. Finché questa maniera di pensare si restringe a pochi, e silenziosi, la Società umana non soffriva scosse : ma quando la così detta Filosofia scende per la strade e vi corre ciarlando, si scatenano le umane passioni, alla Francese.34

19L’initiale désapprobation inquiète s’était muée en un rejet scandalisé des principes de 1789 puis en une ouverte adhésion à l’idéologie contre-révolutionnaire dès l’invasion des territoires italiens par les armées françaises, invasion perçue par Alessandro Verri comme la contamination d’un mal moral à l’Europe entière. Les Vicende memorabili se présentent comme l’apogée du conservatisme verrien.

20L’histoire de la Révolution et de ses conséquences en Europe ne prend pas sous la plume de Verri la forme d’une analyse structurée. Elle s’élabore davantage comme une narration sentimentale des événements, pour reprendre un terme alors mis en vogue par le roman de Sterne. Le fait révolutionnaire, qui déjoue selon Verri toute tentative d’appréhension rationnelle en tant qu’il se présente comme une rupture inouïe du continuum historique, ne finit par trouver la possibilité de son interprétation que dans une mise en scène morale.

21Si le travail de l’historien consiste, sur le modèle voltairien, à choisir dans le vaste catalogue des événements ceux qui sont susceptibles de donner prise à une interprétation générale de l’Histoire, alors force est de constater la déroute de Verri. Il annonçait en prélude à son ouvrage :

  • 35 A. Verri, Vicende memorabili, éd. citée, p. 68.

trascorrendo col pensiero la vastità della materia, vi si smarrisce quasi in pelago, né presumo aver pari la mente alla intenzione ; imperocchè nello spazio di pochi anni è avvenuto ciò che nelle storie non è compreso nel decorso di molti. Né mancheranno scrittori, i quali, per quel tempo in cui non sia oppressa la verità, lasceranno, se non altro per isfogo di angoscia, la memoria delle presenti sventure.35

22Ainsi mise en scène, l’impuissance de l’historien excuse la forme de l’ouvrage, qui s’apparente à un catalogue de faits énoncés sans critère de sélection apparent. Mais elle sert surtout le propos du libelliste : souligner, dès l’introduction, l’inéluctabilité d’une appréhension passionnelle de l’événement permet de justifier par avance la dérive de l’ouvrage hors du champ de l’Histoire vers le genre du pamphlet ou de la diatribe.

Aux origines de la nuit révolutionnaire

  • 36 Ibid., p. 72.

23Deux sortes de causes déterminèrent aux yeux de Verri le déclenchement de la Révolution. La cause immédiate (causa prossima) fut « la molestia del governo assoluto »36. Louis XVI, pour autant qu’il fût probe, était un roi faible, ce qu’avait perçu d’instinct un peuple d’« uomini rozzi » animés d’un désir de vengeance après des années de privation. Mais il avait fallu, pour que ce sentiment d’oppression éclose en une révolte ouverte, qu’agisse sourdement le travail des philosophes (causa remota). En jetant le discrédit sur les autorités religieuses et monarchiques, en faisant croire à l’homme qu’il était capable de se déterminer en toute conscience, ils avaient affaibli les barrières (argini) morales et politiques qui étaient parvenues, au fil des siècles, à endiguer les passions humaines, à rendre l’individu apte à la société.

  • 37 Il Caffè, éd. citée, vol. II, p. 705-721.

24Dès l’époque du Caffè, Verri avait déjà exprimé ses craintes d’un éventuel bouleversement politique qui pût remettre en cause la légitimité du gouvernement monarchique des peuples, perçu comme le système le plus modéré, au sens où il se présentait comme le point d’équilibre entre la tyrannie d’un seul et le despotisme du nombre. Il mettait ainsi en garde, dans l’article « Di Carneade e di Grozio »37, contre toute tentative de déstabilisation du pouvoir par les forces intellectuelles de la nation :

  • 38 Ibid., p. 716-717.

Mi fa orrore un tiranno, mi fa orrore una nazione che pon mano al suo principe, mi fa orrore l’abuso che si può fare di tali opinioni. […] Noi Europei, noi nati in forme di governo moderate, noi giudicati e protetti dalla leggi […], noi che sentiamo tutti i beni della dipendenza e nessuno de’ suoi mali, o quegli imprescindibili dalle umane instituzioni, ardiremo ancor di disputare se sia lecito perturbar lo Stato e condannar i nostri padri ? […] ciò che dobbiamo abborrire e temere sono le sole rivoluzioni. Basta leggere la storia per essere convinti di tal verità. […] i buoni cittadini osservano le leggi del lor paese, rispettano la sua forma di governo, abborriscono ogni idea di sedizione ; dico che non conosce la storia chi non sa quanti danni seco traggono le rivoluzioni […] ; dico ch’è pessimo cittadino chi tranquillamente insegna che ogni privato è giudice del suo sovrano ; dico che tai dogmi non hanno mai tolto un tiranno dal mondo, ma fecero il tristo sacrificio di ottimi sovrani.38

  • 39 Ibid., p. 571-606.

25Il avait, en outre, identifié, dans son « Ragionamento sulle leggi civili »39, la cause du délitement des sociétés humaines dans les failles conjoncturelles que présente l’autorité garante des lois, développant l’idée d’un antagonisme profond entre les pulsions passionnelles du peuple et les règles de la vie sociale :

  • 40 Ibid., p. 603.

Le passioni umane sempre urtano contro le sociali instituzioni ; che se queste non si rinforzano e puntellano, dirò così, cedono al continuo impulso ; e come ne’ paesi che temono l’impeto del mare o de’ fiumi sonovi magistrati destinati a vegliare alla conservazione e riparazioni degli argini, così è d’uopo che vi sia chi le leggi e ripari e conservi ; poiché infinite e possenti sono le forze e gli interessi a cui denno far ostacolo.40

26Peut-être faut-il alors expliquer la violence du rejet par Verri de la Révolution par le fait qu’elle confirme à ses yeux la légitimité de son pessimisme anthropologique et de sa conviction précoce des dangers de l’« illuminismo alla francese » ? Car la Révolution, Verri en a bien conscience, a d’abord été une révolution des esprits avant de prendre une forme politique et sociale. Voltaire et Rousseau sont les cibles principales de son animosité :

  • 41 A. Verri, Vicende memorabili, éd. citée, p. 83-84.

Due celebrati scrittori avevano con gli allettamenti dello stile infuse negli animi quelle sentenze libere ed irreligiose le quali producevano ora frutti insalubri dal seme già preparato. Imperocché Gian Giacomo Rousseau con la sua calda eloquenza ragionando dell’uomo e della civile società avea insinuato che lo stato naturale in noi era la vita selvaggia, di cui la presente urbana fosse una corruttela ; che, sendo gli uomini usciti dal grembo materno tutti eguali, la proprietà altro non era, in origine, che usurpazione […]. E mentre a questo segno si avviliva la dignità dell’uomo e dei governi, con dottrine lusinghiere invitandoli ad essere più liberi e più felici, Voltaire da molti anni empiva l’Europa di quotidiani opuscoli in ischerno della Religione. Fornito di un ingegno ironico, di leggiadria maravigliosa di stile concettoso non mai sazievole, i suoi piccoli ma sfavillanti volumi scorrevano per le mani di fanciulle, di adolescenti, di spose, di grandi, di plebei, distruggendo ne’ cuori il sacro pegno della virtù.41

  • 42 « Incominciò, pertanto, a svelarsi il modo sagace, insidioso con cui gli usurpatori della Francia t (...)

27Dès lors, un mécanisme implacable se mit en branle : la multitude se rue à l’assaut d’une autorité débordée par le nombre de ses sujets. L’absolutisme monarchique s’inverse en une tyrannie de la plèbe et la Révolution, crépuscule sanglant de l’humanité, se transforme sous la plume de Verri en une interminable Nuit des Rois42. Par une inversion ironique, le progrès général des connaissances n’a fait que libérer la plèbe de son devoir d’obéissance, l’induisant à se déchaîner en ouragan contre les structures sociales et hiérarchiques qui avaient prévalu jusqu’alors. Une dépravation morale accompagne la disparition des normes politiques et religieuses : en l’homme plébéien livré à lui-même réaffleure cet état de nature, bestial et violent, un temps caché sous le vernis de la civilisation. Verri ne se prive pas de jouer dans les Vicende memorabili sur l’idée d’une animalisation de la plèbe. Il décrit ainsi l’Assemblée législative :

  • 43 Ibid., p. 88-89.

ben presto le discussioni di quei legislatori somigliarono ad urli e ruggiti, più che ad umano ragionamento. E certo non altre leggi che strane doveansi pensare ove tutte giaceano in disprezzo. La Francia, esemplare di leggiadri costumi, parea divenuta selvaggia.43

  • 44 « Chi disse uno populo, disse veramente uno animale pazzo, pieno di mille errori, di mille confusio (...)

28Les évocations des tempêtes populaires qui secouent Rome et Naples rappellent l’image du peuple dans la tradition historiographique florentine44 : Villani, Machiavel ou Guichardin évoquaient déjà le danger des rumeurs et tumultes populaires pour le bon ordre de la cité. Souvent favorisée dans les temps de vacance du pouvoir ou par la mala contentezza, cette agitation, fût-elle initialement festive, débouchait parfois sur les pires débordements passionnels, au détriment de la concorde civile :

  • 45 F. Guicciardini, Considerazioni intorno ai Discorsi del Machiavelli sopra la prima Deca di Tito Liv (...)

dove è moltitudine quivi è confusione, ed in tanta dissonanzia di cervelli, dove sono vari giudìci, vari pensieri, vari fini, non può essere né discorso ragionevole, né resoluzione fondata, né azione ferma. Muovonsi gli uomini leggermente per ogni vano sospetto, per ogni vano romore […] ; però non sanza cagione è assomigliata la moltitudine alle onde del mare, le quale secondo e’ venti che tirano vanno ora in qua ora in là sanza alcuna regola, sanza alcuna fermezza.45

29Volatile et animale, la voix du peuple conserve, chez Verri, les attributs que lui a conférés l’historiographie classique. Ce constat de l’immutabilité des comportements populaires vient sous sa plume sceller l’échec de toute l’entreprise encyclopédique : celle de faire naître une opinion publique articulée, de faire entrer le peuple en politique en le mêlant activement à la gestion publique de la cité.

L’Histoire mise en récit

  • 46 A. de Tocqueville, L’Ancien Régime et la Révolution, Paris, Flammarion, 1988, p. 298.

30L’effort d’investigation sur les causes historiques de la Révolution ne s’étend pas au-delà du « Proemio ». Dans le reste de son ouvrage, Verri tend avant tout à faire ressentir l’opacité des mécanismes à l’œuvre dans l’histoire contemporaine et leur caractère insensé. Jamais, dans ce que les Vicende comportent de commentaire historique, Verri ne dépasse le simple constat de la confusion des temps ou l’expression de sa propre perplexité. Les marques d’incrédulité sont multiples dans le texte : on compte plus de quarante occurrences de l’adjectif « maraviglioso », auquel vient s’ajouter « nuovo », au sens d’inouï ou d’inédit. Une phrase de Tocqueville, dans L’Ancien Régime et la Révolution, pourrait résumer le défaut principal des Vicende memorabili : « La Révolution française ne sera que ténèbres pour ceux qui ne voudront regarder qu’elle ; c’est dans les temps qui la précèdent qu’il faut chercher la seule lumière qui puisse l’éclairer. »46 Verri s’enferme dans une histoire des individus et non des peuples, il préfère l’anecdote à la réflexion conceptuelle et privilégie une lecture cursive des faits à l’investigation de leurs causes. Aussi ne parvient-il jamais à s’affranchir de sa cécité d’historien. Mais cet échec prétendu de l’intellect face à l’opacité de l’Histoire, maintes fois revendiquée par l’auteur, s’inscrit peut-être dans une stratégie originale de narration.

31La pensée de l’Histoire par cycles acquiert dans les Vicende memorabili une profonde puissance dramatique : elle nourrit le récit d’une catastrophe, au sens tragique du terme, au cours de laquelle non seulement l’utopie des gouvernements éclairés et modérés vole en éclat, mais où plus généralement la phase ascendante de l’histoire humaine, marquée par le progrès des sciences et des lettres, par la pacification des rapports humains, s’interrompt brutalement pour faire place à une résurgence de la barbarie. Estimant que le phénomène auquel il fait face ne relève pas de l’entendement, qui ne l’aurait jamais permis, mais des passions et des appétits humains dans ce qu’ils présentent de plus primitif, Verri délaisse, dans un premier temps les outils de l’analyse rationnelle pour saisir l’événement à travers le prisme de sa sensibilité.

32En ouverture de son ouvrage, l’auteur revendiquait effectivement l’efficacité du sentire comme moyen d’appréhension intellectuel :

  • 47 A. Verri, Vicende memorabili, éd. citée, p. 65.

Io mi pongo a scrivere le vicende formidabili e maravigliose, delle quali, per mia sciagura, vivo spettatore ; né già presumo trasmetterle a’ posteri col merito dello stile, ma perché elle da sé tanto valgono e possono sugli animi, che basta narrarle per muoverli a sentirle.47

  • 48 Il Caffè, éd. citée, vol. II, p. 685-695.

33Le projet de Verri est moins d’atteindre à la vérité historique que de faire émerger sensiblement la valeur morale des événements représentés. Il faut voir, dans ce procédé, l’héritage de l’article du Caffè, « Alcune idee sulla filosofia morale »48, où Alessandro Verri proclamait la supériorité des idées sur les mots, la puissance communicative des images. Il incitait les moralistes à procéder par tableau ou par peinture :

  • 49 Ibid., p. 688-689.

io credo che il mezzo più atto a comunicar le idee morali all’universale degli uomini sia la strada del sentimento. Molti sentono, pochissimi ragionano. […] Un trattato di questa morale pratica e, dirò così, sensibile e non speculativa ci manca. […] Più ci perfeziona il cuore una tragedia od un romanzo, opere screditate ma ottime ed ardirei dire necessarie per formare il cuore e lo spirito […]. Vogliono essere pitture nella morale, vogliono essere dipinti con vivi colori gl’inconvenienti del vizio ed i vantaggi della virtù.49

34Les Vicende memorabili proposent une fresque de l’humanité divisée en deux camps ; s’y développe plus précisément, à travers une galerie de portraits ou d’anecdotes, le thème de la beauté pathétique de la vertu opprimée et celui de l’effroyable laideur du vice révolutionnaire. Le regard moralisant de l’auteur simplifie et transfigure les faits, en imprimant au texte une torsion littéraire afin de susciter le dégoût ou l’attendrissement du lecteur. Cette stratégie argumentative fondée sur l’appel aux sentiments, sur le jeu d’attraction ou de répulsion des images, se substitue à toute tentative de synthèse historiographique.

  • 50 A. Verri, Vicende memorabili, éd. citée, p. 266. Verri évoque aussi « la forza del vincitore, la vi (...)

35Verri procède ainsi à une dramatisation de l’Histoire, qu’il construit et réorganise à la manière d’une tragédie. Il introduit en particulier la notion de « fato » pour faire peser sur le compte rendu des événements le pressentiment d’un dénouement funeste. Il l’utilise par exemple pour souligner l’impuissance des États italiens à s’opposer à l’expansion militaire française. « [Venezia] già oppressa dal suo fato, languiva in letargo mortale. »50 On notera également la surabondance d’effets pathétiques pour manifester le désarroi des nobles, défenseurs de l’ordre ancien. Marie-Antoinette devient ainsi en captivité une véritable héroïne de drame lyrique.

  • 51 Ibid., p. 108 et p. 448.

36À l’opposé, la surabondance d’effets macabres pour décrire l’action des révolutionnaires vise à susciter le malaise et l’indignation du lecteur. C’est d’ailleurs ce à quoi l’auteur consacre l’essentiel de sa faconde. La représentation de la violence est, en effet, centrale dans les Vicende memorabili, dont la trame reste la « festa di sangue »51, cette interminable liesse sanguinaire, où l’humanité entière s’entre-déchire et sombre dans la folie. Par endroits, l’écriture de Verri se fait le miroir de la barbarie : le style, quasi litanique, recense les actes de sauvageries, égrène la liste des fautes dont les révolutionnaires furent coupables, comme si l’ampleur de leur crime ne pouvait être rendue qu’à travers une sorte de calque mimétique. Le texte propose en ce sens l’inverse d’une synthèse historique : il renvoie une image « analytique » de l’événement, au sens originel de fragmenté, décomposé, démultiplié. Verri renonce à la vue d’ensemble, pour plonger dans la mêlée. Il s’immisce dans une fureur guerrière littérairement ressuscitée – il ne la connut pas directement – pour dénoncer l’horreur de chaque crime. La crédibilité et la force de conviction du texte semblent ainsi dépendre de cette forme de précision. Verri propose, de ce fait, une ekphrasis de la violence révolutionnaire : un tableau précis, qui rend perceptible, mime et épouse sans recul la moindre de ses manifestations.

  • 52 Ibid., p. 246.

37Cependant, la question de la représentation « mimétique » de la violence dans les Vicende memorabili reste problématique : la complaisance affectée dans la peinture du mal – qui culmine dans des scènes d’excès barbares, de cannibalisme et de sacrifices humains – ne rend que plus flagrante la disjonction entre le plan de l’écriture et celui de la réalité historique. La frontière entre la part documentée et la part fantasmée de l’ouvrage tend à s’estomper rapidement. Fasciné par la violence révolutionnaire, Verri finit par constituer son propre imaginaire de la violence. L’appréhension sensible de l’événement annoncée en introduction se convertit en une appréhension fictionnelle dès lors que le récit bascule du côté de la recréation littéraire. On peut repérer dans le texte certains indices de cette tendance : au moment de la levée du siège de Mantoue par Bonaparte, les défenseurs de la cité, exténués sont ainsi présentés : « in numero di ben dodicimila, ne uscirono prigioni, più simili a spettri, che a guerrieri. »52 En d’autres endroits, le point de vue du narrateur plonge au cœur de l’action et recourt aux sensations visuelles et auditives, n’hésitant pas à introduire un véritable suspense narratif. On en trouve un exemple dans le récit de bataille du détroit de Sund, gagnée par Nelson :

  • 53 Ibid., p. 536-537.

il fremere dell’onde fra le angustie de’ lidi petrosi, il sibilare del vento, le grida e in terra e in mare de’ combattenti, erano superate dal rimbombo del fuoco ; il fumo nascondeva i pericoli e la strage : un cimento sì audace doveva risolversi in breve con effetti o ruinosi o felici.53

38De ce point de vue, Verri porte à son apogée une tendance déjà perceptible dans certains chapitres de son Saggio sulla storia d’Italia, où se dévoilait une propension certaine pour les ouvertures scéniques, ces moments où l’Histoire offre toutes les ressources nécessaires à une réélaboration dramatique, où le point de vue l’historien se déplace dans le cabinet d’un roi en plein désarroi ou se complaît devant le spectacle des exactions barbares d’une foule en furie.

L’histoire contemporaine comme drame eschatologique

39Parmi la multitude des actions violentes dont rendent compte les Vicende memorabili, la plupart, à quelque échelle qu’elles se déroulent, crime politique à Paris ou assassinat crapuleux dans la province napolitaine, sont décrites avec la même gravité. Au leitmotiv de l’égorgement et du démembrement des corps martyrisés s’ajoute la répétitivité des choix lexicaux de l’auteur, qui puise dans un éventail restreint de substantifs (« sangue », « agonia », « tripudio », « scherno ») et d’adjectifs (« crudele », « barbaro », « scellerato », « orgoglioso » et « superbo »), au point que tous les actes de violence finissent par se confondre les uns avec les autres, aussi hétérogènes soient-ils par leur portée historique. C’est que tous ont une source commune et une nature semblable, tous sont nés de ce geste initial et fondateur du mal contemporain, dont ils constituent la réitération : la rébellion contre l’autorité royale. Tout n’est plus qu’une démultiplication hyperbolique, à tous les étages de la société, de ce même geste orgueilleux et forcené, auquel est conférée une résonnance biblique. L’orgueil, trait de caractère propre à Lucifer, est utilisé plus de trente-cinq fois pour définir le comportement des Français. À cet égard, l’ouvrage de Verri s’inscrit pleinement dans la lignée des œuvres de propagande contre-révolutionnaire, à la manière d’un Joseph de Maistre, qui affirmait dans ses Considérations sur la France :

  • 54 J. de Maistre, « Considérations sur la France », in Id., Œuvres, P. Glaudes (éd.), Paris, Laffont, (...)

Il y a dans la Révolution française un caractère satanique qui la distingue de tout ce qu’on a vu et peut-être de tout ce qu’on verra. […] Français, c’est au bruit des chants infernaux, des blasphèmes de l’athéisme, des cris de mort et des longs gémissements de l’innocence égorgée, c’est à la lueur des incendies, sur les débris du trône et des autels, arrosés par le sang du meilleur des rois et par celui d’une foule innombrable d’autres victimes ; c’est au mépris des mœurs et de la foi publique, c’est au milieu de tous les forfaits, que vos séducteurs et vos tyrans ont fondé ce qu’ils appellent votre liberté.54

  • 55 A. Verri, Vicende memorabili, éd. citée, p. 311.

40La Révolution est ainsi condamnée moins politiquement que moralement, en tant que péché de désobéissance. De ce point de vue, il faut remarquer que l’on succombe, dans les Vicende memorabili, à l’ondée révolutionnaire comme l’on succombe au vice. La chute de la république de Venise en est un exemple frappant. Verri décrit comme un processus mécanique la déchéance morale de ses habitants après la prise du pouvoir par les Jacobins. Dès qu’au lion ailé se substitue le nouveau symbole républicain (« una femmina quasi nuda con la berretta in capo ed una lancia nella diritta »55), la vie sociale prend la forme de bacchanales licencieuses :

  • 56 Ibid., p. 312.

donne, sino a quel dì costumate, cangiate allora in meretrici, danzavano quasi nude con apostati claustrali ; l’urlo di bestemmie, qual coro musico, eccitavale a tripudiare ; e per diffondere la corruttela, si aprì una scuola d’empietà e di sedizione in Venezia in aula aperta, denominata di pubblica istruzione : ivi i dissoluti e licenziosi declamavano contumelie feroci contro la Religione e i principati, sostenendo la dottrina, quanto scarsa di prove, tanto abbondevole di scelleratezze, doversi alla fine bandire dal civile consorzio la tirannide e la superstizione, e mantenerlo con leggi solo popolari.56

41Verri nous livre ainsi l’image d’une humanité progressivement contaminée par le mal issu de ce péché originel que fut la révolte contre le roi Louis XVI.

42La répétitivité des procédés utilisés dans la peinture de la violence et la simplification des enjeux du combat révolutionnaire induisent Verri à proposer une image figée de l’histoire contemporaine. La construction de l’ouvrage est donc pour le moins paradoxale : alors que la distribution de la matière obéit au strict respect de la chronologie, l’Histoire s’enlise comme dans une sorte de parenthèse atemporelle à l’intérieur de laquelle tout est ramené à un antagonisme outrancier qui met aux prises l’ordre ancien face à l’entropie des sociétés. Les événements de 1789 ne marquent pas simplement la fin d’un cycle historique d’incivilimento, comme il put en survenir d’autres au fil des âges passés : ils ouvrent une béance dans le cours du temps et semblent présager la fin de l’Histoire. Car la lutte dont rend compte Verri dans les Vicende memorabili ne se joue pas simplement sur le plan de l’histoire terrestre : elle oppose deux forces symboliques et a pour enjeu le salut de l’humanité.

43Perçue comme le péché d’une humanité qui a oublié Dieu pour y substituer l’homme, pour se vouer aux idoles et remplacer les vérités éternelles par les illusions de la raison, la Révolution appelle le châtiment. Et ce châtiment la suit immédiatement. Verri le voit à l’œuvre dans la mise à feu et à sang des sociétés humaines par le fléau de la guerre universelle :

  • 57 Ibid., p. 65.

da prima considerai come al secolo decimottavo nel suo declinare sia accaduto ciò che avviene agli uomini superbi, di essere cioè umiliato dal Cielo con improvviso castigo ; perché, vantandosi con arrogante denominazione splendida, cadde in tanta oscurità, che in suo paragone rilucono i tempi della barbarie più caliginosa.57

  • 58 Ibid., p. 239.
  • 59 Ibid., p. 433.
  • 60 Ibid., p. 535.

44Il dira plus loin, pour expliquer la submersion de l’Europe sous la vague révolutionnaire et l’avancée, au prix de lourdes pertes, des conquêtes militaires françaises : « Sembravano le menti umane ottenebrate quasi per celeste castigo della infausta loro presunzione. »58 Jusque dans les toutes dernières pages du livre, les expressions « castigo eterno » et « perpetuo castigo » ponctuent le récit des guerres : « Sembrava che il Re e i suoi ministri fossero per celeste castigo privi di senno »59, « la guerra si disponea nei mari, quasi ella fosse un perpetuo castigo »60.

  • 61 Ibid., p. 363.

45Châtiment d’une humanité orgueilleuse et impie, cet incendie des sociétés n’en reste pas moins, pour les quelques âmes pures, une épreuve destinée à faire ressurgir leur valeur à travers la persécution et la souffrance. La Révolution dévoile l’essence morale des individus : elle est donc une apocalypse, au sens précis de révélation de la nature des hommes, du vice et des vertus de chacun. On relève, dans un paragraphe intitulé « Viltà di alcuni, virtù di altri », la phrase suivante : « Posta a cimenti così ardui la virtù degli uomini, vinse in alcuni, in altri fu vinta dal terrore »61. Annonciatrice de la fin des temps, la Révolution précède de peu le jugement dernier, le triomphe éternel des uns et l’éternel châtiment des autres.

  • 62 Ibid., p. 142.
  • 63 Ibid., p. 373.

46Cette perspective eschatologique, à la lumière de laquelle Verri relit l’histoire récente, est servie par le manichéisme narratif de l’auteur, qui propose l’immense fresque d’un monde jugé, où les rebelles sont condamnés et où les justes sont sauvés. La tonalité proche du réquisitoire ne laisse pas de doute quant aux intentions de l’auteur : il siège au tribunal de l’humanité, dans le rôle du juge, et examine minutieusement le comportement de ses semblables, distinguant nommément les élus des coupables qu’il voue aux gémonies. Il sauve ainsi Charlotte Corday (« L’altera donna fu eccitata dalla speranza di liberare la Francia con esempio memorando non meno che audace »62), ou encore Julie Rey, la femme d’un consul français, qui se sentit indigne de loger avec son mari dans les appartements pontificaux après le départ du pape : « non consentì mai di trasferirsi nelle stanze del Pontefice, sempre dicendosi neppur degna di baciarne le soglie […] : il suo nome fu Giulia Rey, giovane, avvenente, unica fra le sue pari, e schernita da quelle. »63

L’Empereur et le Pape

47Deux protagonistes complètent le drame eschatologique : Bonaparte, véritable incarnation de la Bête, et le pape Pie VI, qui subit une trans-figuration christique. Chaque camp, au fil des livres, trouve son centre de gravité, son point de référence en l’une de ces deux figures antithétiques.

  • 64 Ibid., p. 290.
  • 65 Ibid., p. 291.

48Bonaparte, « quel re feroce, denominato per le sue imprese flagello di Dio »64, est doté d’une dimension ouvertement satanique. Il apparaît comme le principal instrument du mal dans l’histoire contemporaine. Persécuteur des chrétiens, capable d’alliances avec les infidèles (ses liens avec les Persans, les Égyptiens et les Juifs font de lui un hérétique), son portrait moral s’articule autour de trois sentences qui lui sont attribuées en style indirect libre : « l’una, che, fintanto gli fosse creduto ei vincerebbe : l’altra, non esservi al mondo cosa reale se non la forza : la terza, non avere ei la sciagura di credere in Dio. »65 C’est par ces mots, sur une suspension dramatique du récit, que s’achève le premier volume des Vicende memorabili.

  • 66 Ibid., p. 237.
  • 67 Ibid., p. 404.
  • 68 Ibid., p. 182.

49Mensonge, colère et orgueil, les trois traits de caractère de Bonaparte sont mis en évidence avec tout le systématisme dont Verri est capable. Il évoque à l’envi sa « fierezza militare », précise que « balenava negli occhi torvi l’immenso desiderio della vittoria, unico idolo suo » et ajoute que « i suoi stessi capitani guardavano con terrore il Generale »66. Nombreux sont les exemples qui viennent de surcroît alimenter l’idée du plaisir sadique éprouvé par le général au spectacle de la douleur et de la mort. La destruction des individus et des sociétés provoque en lui une forme de jouissance. Sa capacité de séduction des esprits par sa rhétorique enjôleuse l’apparente également au Malin. Bonaparte sait flatter les hommes pour les inciter à adopter ses nouvelles idoles. Tout chez lui n’est qu’insinuazioni, artificio, illusione et lusinghe. Et, sous une apparente bienfaisance, à l’insu de tous, il trame dans le secret de son cabinet des complots effroyables. Verri évoque « gli occulti nemici » qu’il déploie en Italie pour y fomenter de « mal represse congiure »67, des « insinuazioni tenebrose » et autres « occulte insidie di ribellione »68.

  • 69 Voir l’exemple du général russe Suvarow qui « usava gran diligenza nelle pratiche di religione, sta (...)
  • 70 A. Verri, Vicende memorabili, éd. citée, p. 353.

50Face à lui se dresse une série de pieux opposants, qui puisent dans la religion les ressources morales nécessaires pour résister à cette figure maléfique69. Mais l’opposition au mal trouve essentiellement son incarnation en la personne de Gian Angelo Braschi, le pape Pie VI. Le portrait qu’en brosse Verri est d’abord moins univoque que celui de Bonaparte. Indolent, mauvais gestionnaire, coupable d’avoir mené la cour pontificale au bord de la faillite, ce n’est que progressivement que Pie VI se transforme dans les Vicende memorabili en un martyr et un saint. Sa rédemption s’accomplit à partir du moment où, exilé de Rome, en février 1798, il entame son voyage vers le lieu de sa captivité en France, dépeint comme un long chemin de croix, une Passion. Tout au long de son déplacement, il ne s’exprime plus qu’à travers des citations latines tirées des Évangiles (estote forte, patior sed non confundor)70. La persécution, l’infamie selon Verri du traitement auquel il est soumis mettent en lumière son héroïque force de caractère et accentuent sa transfiguration christique. Brimé, dénué de tout, il incite ses proches au pardon et à la défense de la foi, provoquant sur son passage des scènes de fervente piété populaire et de conversion spontanée décrites avec force effets de pathos. Il espère trouver, dans le sacrifice de sa propre personne, un moyen pour rédimer l’humanité de ses fautes.

51Dans un monde mis à mal par les déchaînements passionnels et l’ubris destructeur de Napoléon, le pape tente de faire entendre la voix de la modération et de la sagesse. Il invite à renoncer à l’extrémisme de la violence, mais refuse toute compromission morale et toute lâcheté face à l’adversaire. Fidèle à cette ligne de conduite, Verri estime que la résistance à la Révolution doit prendre une forme morale, puisque cette dernière est un mal moral. En ce sens, la réaction contre-révolutionnaire ne doit s’accommoder ni des arrangements avec l’ennemi ni de la tentation de la violence. L’auteur condamne ainsi du sceau de la lâcheté et de la naïveté le songe d’une possible neutralité longtemps caressé par la république de Venise, qui pensait trouver dans les compromis diplomatiques un moyen d’échapper aux bouleversements politiques en cours ; il ne cautionne pas non plus la férocité guerrière prêchée par certains catholiques, comme le cardinal Albani qui prétendait

  • 71 Ibid., p. 345-346.

che non era più da applicarsi la sentenza che la virtù fosse nel mezzo, perocché ora stava negli estremi ; doversi eccitare i popoli francamente a guerra di Religione, far uso delle armi e d’interdetti, della croce e della spada, dirigere tutti gli sforzi a tentare audacemente l’ultima fortuna.71

  • 72 Ibid., p. 464.

52Le rôle de la religion, tel qu’il est mis en valeur dans les propos de Pie VI, est au contraire de réinstaurer des digues (argini) contre le débordement des passions. La foi émerge ainsi comme la seule force capable de rendre une forme au chaos et de favoriser chez les peuples le retour vers une docilité nécessaire à l’exercice du pouvoir. Par opposition à la plèbe licencieuse et déchaînée, l’auteur des Vicende memorabili procède à l’éloge d’un peuple aux désirs simples et sans ambition intellectuelle, protégé par son ignorance des dangers de la « séduction » révolutionnaire et des passions intellectuelles propagées par les journaux et les romans ; une plèbe qui symbolise l’ancrage de l’Ancien Régime et de la religion dans les esprits, la conservation des traditions séculaires et le maintien de l’ordre en place ; une plèbe qu’il définit « quasi in ogni luogo più saggia de’ letterati », qui « odiava la rivoluzione e molto più i suoi propagatori », et restait « nella sua ignoranza non sedotta dai sofismi, né dall’ambizione, paga di non sofferire nel corpo, non turbata nell’animo da veementi passioni »72 et pour laquelle il développe une sorte d’affection paternaliste.

53Les hommes trouveront-ils cependant la ressource de mettre un terme à la propagation du mal et de la folie, figurée par l’avancée des armées napoléoniennes en Europe ? La divine métamorphose de Pie VI, autrefois victime de ses passions, le laisse présumer, seule (et notable) pointe d’optimisme dans l’ensemble de l’ouvrage :

  • 73 Ce portrait de Pie VI fut cependant retiré des Vicende memorabili par l’éditeur Tullio Dandolo, qui (...)

Già languiva in vecchiezza il Pontefice, e non meno lo Stato per le avvenute dissipazioni. Pendeva irreparabile un fallimento, benché, per ultimo odioso riparo, fosse stata posta mano, in diffetto dei camerali, ai beni della Chiesa. In queste condizioni l’esercito francese occupando Roma, e trasportandone via il Papa, lo sottrasse all’imminente pericolo che sovrastava alla sua fama. […] ammirato per la costanza, compianto per le sciagure, parve altro uomo, e si cambiarono le opinioni, come si mostrò cambiato esso stesso. […] Si estinse ogn’ira nel suo petto ; sparve l’orgoglio dalla sua fronte e vi splendette sola una placida rassegnazione. Udiva nel suo infelice tragitto le rovine di Roma, la dispersione della sua famiglia, le rapine delle sue proprie suppellettili […] : ogni tristo annunzio era nuova conferma di costanza in sopportarlo. Non fu vinto mai da affetti, o terrori nel governo della Chiesa : ponderato, inflessibile non declinò mai alle minacce imperiose del governo francese. Considerando, pertanto, l’indole di Gian Angelo Braschi, e la morte di Pio VI, traluce nella disparità loro quella sentenza, che il Sommo Pontefice sia guidato dallo Spirito Santo : esponendo quindi i difetti dell’uomo, siccome niun potrà, spero, accusarmi d’averli magnificati, così non mi dolgo d’averli descritti ; perocché il biasimo loro è il trionfo di quella Grazia, la quale li ha vinti.73

54En ce sens, le parcours du pape est l’exemple même de la manière dont les événements révolutionnaires peuvent devenir une épreuve morale à travers laquelle la partie vertueuse et croyante de l’humanité trouve rédemption et salut. Considérer la Révolution comme une apocalypse permet ainsi à Verri d’envisager idéalement la possibilité d’un renouveau de l’humanité après le châtiment des excès, d’une palingénésie du monde après la purgation du mal. Son ouvrage propose de cette manière une ouverture finale, au-delà du simple constat que tout a été détruit.

55Conclusion

56D’ouvrage d’Histoire qu’elles ambitionnaient d’être, les Vicende memorabili sont devenues, pour la postérité, un document historique : un document sur un climat intellectuel, sur la manière de penser propre à une époque et à une classe. La chronique historique se mue en exutoire d’une douleur intime de l’aristocrate Verri, qui trouve dans les événements révolutionnaires la confirmation de ses thèses conservatrices. La peur des mutations sociales et politiques, la haine du nouveau pouvoir s’incarnent véritablement dans le style et dans le langage : l’écriture est pulsionnelle, elle jaillit d’une nécessité intérieure, obéit à un désir de soulagement cathartique. En un certain sens, les excès dénoncés dans les Vicende memorabili nourrissent et exacerbent la violence paroxystique du texte, qui verse parfois dans la logorrhée haineuse. L’écriture, en se faisant miroir de la violence révolutionnaire, plonge à son tour dans une sorte de violence verbale frénétique, alimentée d’hyperboles, d’énumérations, de surenchère sordide. Le cauchemar révolutionnaire est ressuscité, pour être condamné au nom de sa laideur et de son horreur. Loin d’être une théorisation de la réaction, les Vicende memorabili constituent une catharsis littéraire du sentiment contre-révolutionnaire.

57Cette approche passionnelle et partisane de l’histoire contemporaine, largement inspirée des écrits antifrançais de la fin du xviiie siècle auxquels s’ajoute l’expérience traumatique de l’occupation de Rome, conduit l’auteur à délaisser les voies de l’historiographie pour donner naissance à un tableau grandiloquent de son temps, où le sang et le corps humain martyrisé occupent une place centrale. L’intérêt de l’ouvrage réside précisément dans cette déformation de l’événement révolutionnaire à travers le prisme de la subjectivité. L’auteur, devenu le héraut des valeurs chrétiennes, n’analyse pas la violence : il la reproduit, la rehausse par des procédés littéraires issus des genres romanesque et dramatique. Le texte en devient le miroir des angoisses persistantes de Verri : celle d’une humanité menacée par les fantômes du passé, noyée dans l’océan des passions, progressivement contaminée par un mal ressurgi des tréfonds de son être, que l’affermissement et l’amélioration des constitutions monarchiques, et le respect de l’autorité religieuse, étaient pourtant un moment parvenues à étouffer.

  • 74 « Ho dirette le mie fatiche a scegliere, a restringere, come altri a compilare ed ammucchiare », A. (...)

58En abordant l’histoire contemporaine par le biais de sa représentation morale, Verri paraît délaisser toute préoccupation historiographique. Les principes novateurs mis en œuvre dans le Saggio sulla Storia d’Italia, la réflexion sur l’enchaînement causal des faits, sur l’organisation des structures politiques et sociales, la recherche de l’objectivité et de la documentation, le parti pris de « scegliere » et « restringere » la matière au lieu de « compilare e ammucchiare »74 cèdent désormais devant l’urgence de dire le scandale de l’événement révolutionnaire. L’adjectif du titre renvoie d’ailleurs à la forme classique de la chronique historique – les memorabilia, catalogues de faits – et sanctionne de fait un recul vis-à-vis de la tentative de réforme du genre entreprise dans la Storia d’Italia.

  • 75 « I Francesi massimamente sono i nostri maestri, e sdegniamo di averli », affirmait le jeune Verri (...)

59S’il est possible de dégager dans le parcours intellectuel de Verri certaines idées transversales qui lui donnent une cohérence interne (l’attachement à la monarchie, le respect de la religion, la conviction que l’homme est gouverné par ses passions), force est de constater que l’état d’esprit qui présidait à la rédaction de ses textes de jeunesse s’est émoussé : l’heure n’est plus à la défense de la culture française, de l’Encyclopédie, de l’effet libérateur qu’eurent les Lumières sur la vie intellectuelle italienne75. Le repli conservateur s’accentue sensiblement.

60Il reste cependant à comprendre les raisons qui incitèrent Verri à renoncer à la publication de son ouvrage pourtant achevé. Était-ce la crainte de s’engager dans un conflit non encore résolu, de la part d’un écrivain qui avait toujours eu quelque réticence à s’affirmer sur la scène publique et ne signait presque jamais de son nom propre les œuvres qu’il publiait ? Il est vrai que la fin de la rédaction des Vicende memorabili coïncidait avec la signature du traité de Tilsit, qui mit un terme à la coalition européenne contre la France et marquait l’apogée du règne napoléonien.

  • 76 Ibid., « Proemio », p. 65.
  • 77 Archivio Verri, cartella 286, lettre n° 63.
  • 78 Lettre citée dans Lettere e scritti inediti di Pietro e di Alessandro Verri, C. Casati (éd.), Milan (...)

61Était-ce encore la conscience de son échec à faire œuvre d’historien, à « preservar[si] dalla comune infermità delle fazioni »76, comme il l’annonçait en introduction des Vicende memorabili ? Cette hypothèse ne fait aucun doute à la lecture de sa correspondance avec Vincenza Melzi. Il lui écrivait, dans une lettre inédite adressée de Rome, le 20 février 1802 : « Io sempre perplesso nelle vicende mirabili degli ultimi anni del Secolo, e della mia vita, rimango sempre più diffidente di me stesso, e della mia incapacità a comprendere effetti senza cagioni, e cagioni senza effetti. »77 Il ne quittera plus, dans les dernières années de sa vie, cette attitude de dénigrement de ses capacités d’intellection de l’histoire contemporaine. « Nelle circostanze nebbiose in cui siamo non giovano i migliori telescopii. Chi si lusinga d’intendere più, credo che intenda meno. Io mi dichiaro cieco ; contentatevi di poche parole in politica »78, lui écrivait-il encore de Rome, le 13 mars 1813.

  • 79 Lettre du 6 juin 1816, ibid., vol. IV, p. 334.

62L’originalité de la position de Verri contre-révolutionnaire réside dans la conviction de son échec épistémologique, dans la conscience de la faiblesse de son approche passionnelle de l’événement. Comme un aveu d’impuissance, il avouait à sa belle-sœur, à propos du portrait qu’il avait dressé de Napoléon dans son ouvrage : « Non ho potuto astenermi dall’annerirlo col mio inchiostro, e mi è anzi ancora impossibile di non pagarli il mio tributo di esecrazione. »79 En même temps que les Vicende memorabili dévoilent le conservatisme exacerbé de leur auteur, la non-publication de l’ouvrage et la correspondance de l’auteur viennent jeter un trouble sur la nature de son sentiment. L’univocité apparente des dernières années de sa vie se fissure pour laisser de nouveau apparaître les tensions intimes. Comme si la revendication de sa détestation des Lumières et de la Révolution ne pouvait se faire que douloureusement, en exigeant de lui le deuil de ses idéaux de jeunesse, de certains principes qu’il ne pouvait se résoudre à abandonner, dont font partie l’esprit critique et l’introspection lucide.Les écrivains italiens des Lumières et la Révolution française

Haut de page

Notes

1 Carteggio di Pietro e di Alessandro Verri dal 1766 al 1797, vol. I, partie 1, Ottobre 1766-Luglio 1767, E. Greppi et A. Giulini (éd.), Milan, Cogliati, 1923, Lettre d’Alessandro à Pietro Verri, du 11 juillet 1767, p. 422.

2 Pantea et La Congiura di Milano sont parus dans Tentativi drammatici del C[avaliere] A[lessandro] V[erri], Livourne, Falorni, 1779. Sont inédites La Morte di Giovanni Doria et Gian Galeazzo Sforza. Le manuscrit d’une cinquième tragédie, Arria, est perdu.

3 A. Verri, Le avventure di Saffo poetessa di Mitilene. Traduzione dal greco originale nuovamente scoperto, Padoue, Giovanni Manfré, 1782.

4 A. Verri, Le notti romane al sepolcro de’ Scipioni, Rome, Filippo Neri, 1792.

5 Lettre citée par L. Banfi, « Alessandro Verri e la Rivoluzione francese », in I riflessi della rivoluzione dell’89 e del triennio giacobino sulla cultura italiana, numéro monographique de la Rivista italiana di studi napoleonici, XXIX, 1992, 1-2, p. 26.

6 M. Ceretti a fait un relevé des revues mentionnées par Alessandro Verri dans sa correspondance des années 1792-1797. Voir son article « La diffusione della pubblicistica antigiacobina in Italia e la testimonianza delle fonti nelle Vicende Memorabili de’ tempi suoi di Alessandro Verri », Rivista storica italiana, CXII, 2000, 1, p. 138-188.

7 Réflexions sur la Révolution de France et sur les procédés de certaines sociétés à Londres relatifs à cet événement en forme d’une lettre qui avait dû être envoyée d’abord à un jeune homme à un jeune homme à Paris. Par le Right Honourable Edmund Burke. Traduit de l’anglais sur la troisième édition, Paris et Londres, Laurent fils et Edward, [1790].

8 [J. de Maistre], Considérations sur la France, Londres, s. n., 1797.

9 Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme, par M. l’abbé Barruel, Hambourg, Fauche, 1798-1799, 5 vols.

10 A. Verri, Vicende memorabili dal 1789 al 1801, narrate da Alessandro Verri. Opera postuma, prima edizione, T. Dandolo (éd.), Milan, Guglielmini, 1858.

11 A. Verri, Saggio sulla storia d’Italia, B. Scalvini (éd.), Rome, Edizioni di storia e letteratura, 2001.

12 G. Vico est évoqué dans l’article « Dei difetti della letteratura », ainsi que dans la conclusion du Saggio sulla storia d’Italia, où Verri affirme : « Non so se l’Italia abbia avuto un più gran pensatore. » (A. Verri, Saggio, éd. citée, p. 318)

13 Ibid., p. 275.

14 Ibid., p. 316.

15 Il Caffè. 1764-1766, G. Francioni et S. Romagnoli (éd.), Turin, Bollati Boringhieri, 1998, vol. II, p. 624-653.

16 Ibid., p. 637.

17 Carteggio, éd. citée, vol. I, partie 2, Luglio 1767-Agosto 1768, E. Greppi et A. Giulini (éd.), Milan, Cogliati, 1923, Lettre d’Alessandro à Pietro Verri, du 29 décembre 1767, p. 127.

18 A. et P. Verri, Viaggio a Parigi e Londra (1766-1767). Carteggio, G. Gaspari (éd.), Milan, Adelphi, 1980, p. 58-59 (trad. fr. Voyage à Paris et à Londres (1766-1767), M. Baccelli (éd. et trad.), M. Delon (préf.), Paris, L. Teper, 2004.

19 Milan, Fondazione Raffaele Mattioli per la storia del pensiero economico, Archivio Verri, cart. 484, 3.

20 Ibid., p. 28-29.

21 A. et P. Verri, Viaggio a Parigi e Londra, éd. citée, p. 169.

22 « Aspettare impieghi è anticamera lunga, e poi mi sento positivamente opprimere dalla idea di una spezie di schiavitù che mi toglie alle lettere, verso le quali mi sento rapire dalla inclinazione. » (Ibid., p. 406, Lettre d’Alessandro à Pietro Verri, Livourne, le 20 avril 1767)

23 A. Verri, Le Avventure di Saffo, poetessa di Mitilene, A. Cottignoli (éd.), Rome, Salerno, 1991, p. 128.

24 Il Caffè, éd. citée, vol. I, p. 318-321.

25 Ibid., p. 320.

26 Il s’agit de l’idée, exprimée dans les Avventure di Saffo (livre II, chap. 8), que la philosophie doit prendre la forme d’une méditation privée ou se réduire au cercle restreint de quelques âmes éclairées.

27 « Conservo sempre il costume del mio rigoroso trinceramento, e nessuno penetra la mia solitudine. » (Carteggio, éd. citée, vol. III, Agosto 1769-Settembre 1770, F. Novati et E. Greppi (éd.), Milano, Cogliati, 1911, Lettre d’Alessandro à Pietro Verri, du 16 août 1769, p. 27)

28 Il Caffè, éd. citée, vol. I, p. 47-50.

29 Le passage d’une approche gibeline à une approche guelfe de l’unité italienne se produit dans les premières années de son séjour romain. Voir le reproche que lui adresse Pietro Verri, le 20 août 1768 : « Non andare in collera col tuo Pietro, ma se tu diventi guelfo, mi sento “ingibellinare” al momento. Roma è una delle mie antiche corde dissonanti, perchè vi sono stato male assai assai [al collegio Nazareno]. » (Carteggio, éd. citée, vol. II, Agosto 1768-Luglio 1769, F. Novati et E. Greppi (éd.), Milan, Cogliati, 1911, Lettre de Pietro à Alessandro Verri, du 20 août 1768, p. 4-5)

30 Lettre d’Alessandro à Pietro Verri, du 2 mai 1794, citée dans L. Banfi, art. cité, p. 15-16.

31 Ibid., p. 19-20.

32 G. Carli, Della diseguaglianza fisica morale civile fra gli uomini ossia ragionamento sopra l’opera di Rousseau «Discours sur l’origine et les fondamens de l’inegalité parmi les hommes» letto alla Real Accademia di Padova nel giovedì 15 marzo 1792, [Venise], Impresso nel Seminario di Padova [Niccolò Bettinelli], 1792.

33 Lettre citée par M. Udina, « Alessandro Verri e Gian Rinaldo Carli, Lettere inedite », Pagine istriane, VII, 1909, janvier, p. 6-10.

34 Lettre d’Alessandro à Pietro Verri, du 22 août 1794, citée par G. Ricuperati, « L’epistolario dei fratelli Verri », in Nuove idee e nuova arte nel ’700 italiano. Atti del Convegno internazionale (Roma, 19-23 maggio 1975), Rome, Accademia nazionale dei Lincei, 1977, p. 274.

35 A. Verri, Vicende memorabili, éd. citée, p. 68.

36 Ibid., p. 72.

37 Il Caffè, éd. citée, vol. II, p. 705-721.

38 Ibid., p. 716-717.

39 Ibid., p. 571-606.

40 Ibid., p. 603.

41 A. Verri, Vicende memorabili, éd. citée, p. 83-84.

42 « Incominciò, pertanto, a svelarsi il modo sagace, insidioso con cui gli usurpatori della Francia tentavano distruggere ogni monarchia, come avevano distrutta la loro ; trasportando i vocaboli a sensi contrari all’uso, perché ogni cosa fosse al rovescio. » (ibid., p. 130-131)

43 Ibid., p. 88-89.

44 « Chi disse uno populo, disse veramente uno animale pazzo, pieno di mille errori, di mille confusione, sanza gusto, sanza diletto, sanza stabilità. » (F. Guicciardini, Ricordi. Serie seconda, 140)

45 F. Guicciardini, Considerazioni intorno ai Discorsi del Machiavelli sopra la prima Deca di Tito Livio, livre I, chap. LVIII.

46 A. de Tocqueville, L’Ancien Régime et la Révolution, Paris, Flammarion, 1988, p. 298.

47 A. Verri, Vicende memorabili, éd. citée, p. 65.

48 Il Caffè, éd. citée, vol. II, p. 685-695.

49 Ibid., p. 688-689.

50 A. Verri, Vicende memorabili, éd. citée, p. 266. Verri évoque aussi « la forza del vincitore, la violenza del fato » (ibid., p. 278) et remarque que « nel medesimo tempo che il fiore degli ingegni scuotea le fondamenta de’ troni, un tristo fato avea posto su quelli persone inferiori a tanta contesa » (ibid., p. 66).

51 Ibid., p. 108 et p. 448.

52 Ibid., p. 246.

53 Ibid., p. 536-537.

54 J. de Maistre, « Considérations sur la France », in Id., Œuvres, P. Glaudes (éd.), Paris, Laffont, 2007, p. 226 et p. 259.

55 A. Verri, Vicende memorabili, éd. citée, p. 311.

56 Ibid., p. 312.

57 Ibid., p. 65.

58 Ibid., p. 239.

59 Ibid., p. 433.

60 Ibid., p. 535.

61 Ibid., p. 363.

62 Ibid., p. 142.

63 Ibid., p. 373.

64 Ibid., p. 290.

65 Ibid., p. 291.

66 Ibid., p. 237.

67 Ibid., p. 404.

68 Ibid., p. 182.

69 Voir l’exemple du général russe Suvarow qui « usava gran diligenza nelle pratiche di religione, stava ne’ templi con umile contegno, baciava con riverenza le mani ai sacerdoti » (ibid., livre VII, p. 448).

70 A. Verri, Vicende memorabili, éd. citée, p. 353.

71 Ibid., p. 345-346.

72 Ibid., p. 464.

73 Ce portrait de Pie VI fut cependant retiré des Vicende memorabili par l’éditeur Tullio Dandolo, qui souhaitait en garder la primeur pour son propre ouvrage Roma e i Papi. Studi storici, filosofici, letterari ed artistici, Milan, Guglielmini, 1857, vol. V, p. 471, n° 1.

74 « Ho dirette le mie fatiche a scegliere, a restringere, come altri a compilare ed ammucchiare », A. Verri, Saggio, éd. citée, p. 3.

75 « I Francesi massimamente sono i nostri maestri, e sdegniamo di averli », affirmait le jeune Verri en conclusion du Saggio sulla storia d’Italia, op. cit., p. 319.

76 Ibid., « Proemio », p. 65.

77 Archivio Verri, cartella 286, lettre n° 63.

78 Lettre citée dans Lettere e scritti inediti di Pietro e di Alessandro Verri, C. Casati (éd.), Milan, Galli, 1881, vol. IV, p. 325.

79 Lettre du 6 juin 1816, ibid., vol. IV, p. 334.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Musitelli, « Conservatisme et contre-révolution dansles Vicende memorabili d’Alessandro Verri », Laboratoire italien [En ligne], 9 | 2009, mis en ligne le 06 février 2012, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/548 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.548

Haut de page

Auteur

Pierre Musitelli

Université Paris 8 / UMR 5206 Triangle (ENS-LSH Lyon)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page