Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Olivier Forlin, Les intellectuels français et l’Italie (1945-1955). Médiation culturelle, engagements et représentations

Laura Fournier-Finocchiaro
Bibliographical reference

Paris, L’Harmattan, 2006, 446 pages, 35 €.

Full text

1Ce volume très dense et très riche d’Olivier Forlin, issu de sa thèse de doctorat, s’inscrit dans l’historiographie des relations franco-italiennes pendant la guerre froide, en se penchant sur les échanges culturels entre les deux pays et sur les représentations de l’Italie dans l’imaginaire des intellectuels français. Outre les précieuses informations qu’il fournit sur l’identité et la personnalité des intellectuels-médiateurs ainsi que sur le rôle des intellectuels français dans l’élaboration des idéologies et des décisions politiques, l’auteur adopte une méthode originale dans son approche des relations culturelles entre les deux nations. Choisissant une période plutôt marquée par l’italophobie dans l’opinion française, au regard du souvenir des discours belliqueux de Mussolini et du « coup de poignard dans le dos » de juin 1940, qui suscite en France une attitude revancharde, souvent condescendante et paternaliste, Olivier Forlin met en exergue le rôle des intellectuels français, notamment ceux qui se réunissent autour des revues Esprit et Les Temps modernes, qui ont cherché à valoriser les productions italiennes (idéologiques, littéraires, cinématographiques), à les comprendre et à les transmettre à leurs lecteurs. Tout au long du volume, l’auteur montre l’importance de deux numéros spéciaux qui témoignent du vif intérêt pour l’Italie : celui d’août-septembre 1947 des Temps Modernes et celui de septembre-octobre 1955 d’Esprit. Il souligne ainsi que c’est la qualité des analyses françaises (plus que leur quantité) qui a permis de maintenir un lien intellectuel entre les deux nations qui ne cessent de se comparer et de s’inspirer. Son analyse fait la part belle aux milieux qui s’intéressent à l’Italie antifasciste, celle qui a combattu le régime mussolinien et s’est engagée dans la Résistance. Il s’agit principalement d’intellectuels issus de divers courants de gauche, ayant voyagé et séjourné de l’autre côté des Alpes, où ils ont tissé des liens d’amitié avec leurs homologues transalpins et se sont agrégés à leurs réseaux. En France, ils remplissent une fonction de médiateurs culturels et diffusent la connaissance de l’Italie nouvelle dans des articles et des essais publiés au sein de revues philosophiques et littéraires.

2La première partie de l’ouvrage s’intéresse à l’identité et aux parcours personnels des « médiateurs » français. L’auteur en propose une typologie variée (les médiateurs majeurs, les périphériques, les Italiens d’origine, les italianistes, les critiques…) et avance une explication de l’intérêt de ces personnalités pour les « choses italiennes ». Il pointe notamment le rôle des contacts directs entre les fuorusciti antifascistes et les intellectuels de gauche (traditionnellement déjà tournés vers l’Italie depuis le xixe siècle) qui se sont côtoyés dans l’entre-deux-guerres, ainsi que l’émergence d’une génération intellectuelle italophile à partir des années 1920, même à droite : « certains furent séduits par le régime fasciste, modèle d’État fort et autoritaire, jusque vers 1935 et la guerre d’Éthiopie pour la droite modérée et conservatrice, plus longtemps pour la droite nationaliste et l’extrême droite fascisante. » (p. 71) Ces italophiles forment un ensemble relativement homogène : pour la majorité, leur sensibilité politique de gauche et leur état civil les rapprochent, car ils appartiennent soit à la génération des clercs nés entre 1903-1905, celle de Mounier et Sartre, qui connut l’Italie pendant le fascisme et fut marquée par les combats antifascistes des années 1930, soit (pour l’essentiel) à la génération suivante, qui s’éveilla à la politique sous le signe de l’antifascisme dans les années 1930, en contact avec réfugiés politiques italiens, proches du communisme.

3L’auteur passe ensuite à l’étude des textes publiés en France par ces intellectuels médiateurs en distinguant plusieurs grands sujets abordés. Le premier d’entre eux concerne les questions politiques italiennes contemporaines, qui suscitent des réactions le plus souvent enthousiastes de la part des observateurs français, et plus rarement des manifestations d’hostilité. Olivier Forlin part d’un constat paradoxal : les intellectuels qui se rendent en Italie après la Libération décrivent tous, sans exception, un sombre tableau de ruines, de misère sociale et de désarroi moral, mais expriment en même temps un enthousiasme sincère vis-à-vis de leur voisine italienne. Ils sont, en effet, convaincus de « retrouver l’Italie », à travers un contact direct qu’ils jugeaient auparavant impossible du fait de la propagande fasciste. Ils transmettent ainsi à leurs lecteurs le sentiment que l’Italie était restée isolée du monde libre pendant près de vingt-cinq ans de dictature fasciste et de guerre. L’auteur souhaite rectifier cette lecture en précisant que les intellectuels français n’avaient pas été coupés de l’Italie durant le Ventennio fasciste : les représentants de la revue Esprit avaient même été en partie séduits par le corporatisme fasciste et avaient volontairement participé au congrès franco-italien de mai 1935 organisé par l’Institut de culture fasciste. De même, Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir avaient librement visité l’Italie entre 1934 et 1936, et leur choix de découvrir alors la péninsule « en marge de l’histoire » n’était pas dû à une contrainte extérieure mais plutôt à leur état d’esprit du moment. Cette mise entre parenthèses de la période fasciste jugée « non authentique » permet dans l’après-guerre de mettre en avant l’amitié franco-italienne contre tout désir de revanche face à l’agression fasciste de 1940. La vision des Français est aussi considérablement influencée par leurs liens tissés avec les antifascistes italiens ex-fuorusciti (communistes ou issus de gauche indépendante, mais aussi catholiques) : ces derniers sont notamment admirés et auréolés par les Français pour leurs vertus morales et politiques qui déteignent sur l’image du peuple italien sorti du conflit mondial. Dans la sphère politique, ce sont surtout les courants de la gauche italienne qui retiennent l’attention des clercs français, beaucoup plus que les courants libéraux ou que la démocratie chrétienne. Les intellectuels français issus des divers courants politiques de gauche vont parfois jusqu’à considérer leurs homologues italiens comme les éléments d’un laboratoire politique. Ainsi, le parti d’action bénéficie d’un prestige important auprès des équipes des Temps modernes et d’Esprit, le parti socialiste italien auprès des communistes français et les chrétiens de gauche auprès de leurs homologues français. Mais c’est surtout le PCI qui jouit d’un incontestable prestige auprès de plusieurs milieux intellectuels français qui le présentent comme un parti de masse au rayonnement élargi. Les textes publiés en France reflètent l’image du « parti de rue », caractérisé par sa « souplesse » et son pluralisme culturel, mais aussi l’image d’un « parti intellectuel », incarné par ses représentants les plus illustres, Palmiro Togliatti et Emilio Sereni. Les articles de chronique politique des clercs français proposent de nombreux itinéraires comparés PCI-PCF qui valorisent le parti italien, celui de Thorez apparaissant comme un contre-modèle du parti transalpin. L’auteur mitige ces lectures enthousiastes en signalant les manifestations françaises d’hostilité ou d’inquiétude face aux événements politiques italiens de l’après-guerre : différents journaux rappellent ainsi que des souvenirs du fascisme sont encore bien présents dans la péninsule. C’est le cas d’Hubert Beuve-Méry, qui, dans le Monde en 1945-1946, ne souhaite pas surestimer le rôle des résistants et critique le manque d’épuration. On peut également constater le maintien d’une hostilité française face au nationalisme italien, qui s’exprime lors de l’antagonisme italo-yougoslave à propos de Trieste et sur la rectification de frontières dans les Alpes. Enfin, les intellectuels français peuvent se montrer inquiets du « manque de traditions démocratiques » de l’Italie et véhiculent l’image du « retard » politique italien : l’État et la nation sont qualifiés de « faibles » pour la fracture Nord/Sud et l’existence de mouvements séparatistes et autonomistes, ainsi que pour la fréquence de troubles et mouvements populaires.

4Les intellectuels français suivent également de près les débats idéologiques qui se développent autour des pensées d’Antonio Gramsci, d’Elio Vittorini ou de Piero Gobetti. Ils s’intéressent, en particulier, à la génération qui a grandi sous le fascisme et qui est passée progressivement de l’engagement en faveur du régime mussolinien à un antifascisme culturel puis politique, comme Ruggero Zangrandi, auteur de l’essai Il lungo viaggio attraverso il fascismo. Les revues françaises recherchent et publient plusieurs témoignages sur ce type d’itinéraires, tout en donnant une grande place à la résistance des intellectuels entre 1943 et 1945. Les Français saluent également la vitalité de l’intelligentsia de la gauche italienne en 1945, qui se manifeste dans les revues et les associations culturelles, en contraste avec la situation française, et mettent en avant son engagement, qui prend la forme littéraire du réalisme, interprété comme un nouvel humanisme.

5Les publications françaises sur l’Italie dessinent aussi un portrait relativement flatteur de la société et de la culture italienne de l’après-guerre. Tandis que les études sur le passé italien et les récits de voyage continuent de valoriser le patrimoine artistique et architectural et exaltent « l’Italie-monument » et « l’Italie paysage » en dénonçant la modernisation de la péninsule qui « défigure » le patrimoine antique, la période qui s’ouvre après 1945 est marquée par une réhabilitation du peuple italien. On voit ainsi émerger dans les récits, notamment dans les témoignages de résistants et dans les films et les livres néoréalistes diffusés en France, l’image d’un peuple courageux qui a combattu et d’un peuple digne qui a souffert, ce qui contrebalance les images de l’Italie éternelle, peuplée d’esthètes. Même si la France traduit peu de romans italiens, les contacts personnels des Français avec les écrivains transalpins (Elio Vittorini, Carlo Levi, Alberto Moravia, Ignazio Silone…) débouchent sur la publication d’extraits de leurs œuvres dans des revues de l’hexagone. Les critiques français forgent l’image d’une littérature surgie du néant après la guerre, tandis que les auteurs et les œuvres produites auparavant sont généralement ignorés. Olivier Forlin remarque également un « tropisme méridional des intellectuels français », même si la véritable floraison des écrits français sur le Mezzogiorno est postérieure (1960-1970). La période analysée par l’auteur est celle de l’âge d’or de l’« école » cinématographique néoréaliste, qui éblouit les sphères intellectuelles de la gauche progressiste française. Les critiques de cinéma connaissent un engouement pour une cinématographie qui n’a pas d’équivalent en France, non sans quelques exagérations, dans un contexte où le grand public y reste plutôt hermétique.

6Peut-on donc parler, pour la période analysée par l’auteur, de tournant dans les relations culturelles franco-italiennes ? L’ouvrage ne cache pas que les efforts des intellectuels français pour rapprocher les deux nations et renforcer l’amitié franco-italienne n’ont globalement aucune influence sur les « mentalités » françaises qui continuent à ignorer ce qui se passe et ce qui se fait dans la péninsule. Olivier Forlin constate aussi que pour le cinéma comme pour la littérature, il y a généralement un divorce entre la critique et les goûts du public. Néanmoins, les années 1945-1955 sont riches de représentations élogieuses de la péninsule et de ses habitants. L’Italie est souvent évoquée comme un possible laboratoire politico-idéologique pour la France, tandis que le peuple italien est redécouvert dans son « humanité » et dans son étonnante capacité d’adaptation aux difficultés de l’après-guerre. Aussi cette étude nous montre-t-elle la voie pour valoriser les actions, souvent minoritaires, qui visent à contester les stéréotypes associés à nos voisins transalpins et qui contribuent à renouveler l’image de l’Italie en France.

Top of page

References

Electronic reference

Laura Fournier-Finocchiaro, « Olivier Forlin, Les intellectuels français et l’Italie (1945-1955). Médiation culturelle, engagements et représentations », Laboratoire italien [Online], 9 | 2009, Online since 06 February 2012, connection on 25 June 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/567

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page