Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Présentation1

Anatomie d’une crise. Les épisodes antisémites de l’hiver 1959-1960 en Italie
L’ondata di antisemitismo dell’inverno 1959-1960 in Italia. Radiografia di una crisi
Paola Bertilotti and Beatrice Primerano
p. 5-16

Abstracts

Dans les vingt premières années de l’après-guerre, les épisodes de violence antisémite ont été relativement rares en Italie. La flambée antisémite de l’hiver 1959-1960 marque, à cet égard, un saut tout à la fois quantitatif et qualitatif. À partir du 24 décembre 1959, une vague d’actes antisémites touche l’Allemagne avant de gagner l’ensemble des pays occidentaux. Cette crise internationale n’épargne pas l’Italie, où des incidents se produisent dans presque toutes les provinces. L’enquête italienne aboutira à la mise en cause d’individus issus de l’extrême droite – parlementaire et extra-parlementaire – mais également à l’arrestation de jeunes gens généralement qualifiés par la presse de « vandales ». Désormais tombés dans l’oubli, ces épisodes sont toutefois particulièrement intéressants pour l’étude de l’antisémitisme en Italie dans l’après-guerre. Non seulement parce qu’ils attestent l’existence, à l’extrême droite, d’une mouvance antisémite revendiquant symboliquement une continuité avec l’antisémitisme génocidaire nazi – et qui bénéficiera d’une relative impunité judiciaire alors même que l’enquête policière révélera ses connections avec des groupuscules similaires implantés dans d’autres pays européens –, mais également parce que les réactions qu’ils ont suscitées dans la classe politique et l’opinion italiennes semblent préfigurer à plus d’un titre les événements de l’été 1960.

Top of page

Full text

  • 1 Une première ébauche de ce texte a été présentée le 16 février 2011 à Sciences Po Paris au séminair (...)
  • 2 Sur ce point, voir M.-A Matard-Bonucci, « L’antisémitisme en Italie. Les discordances entre la mémo (...)
  • 3 Au total, entre 1943 et 1945, 322 juifs furent assassinés sur le sol italien, 7 806 furent déportés (...)

1Consacrer un numéro de revue à l’antisémitisme en Italie après 1945 ? L’initiative peut surprendre les lecteurs français, tant le mythe d’une Italie étrangère à l’antisémitisme est solidement installé en France2. Le souvenir des quelques mois d’occupation italienne dans le Sud-Est de la France (novembre 1942-septembre 1943), pendant lesquels l’Italie fasciste a refusé de livrer les juifs de sa zone d’occupation à son allié nazi, a contribué à accréditer l’image d’un pays immunisé contre l’antisémitisme. Ont pu également plaider en faveur de cette thèse le bilan humain de la Shoah en Italie – l’un des plus bas, en chiffres absolus, de toute l’Europe3 –, la très forte assimilation du judaïsme italien, voire des stéréotypes relevant de la psychologie des peuples. Dans son étude pionnière consacrée à La condition des Juifs en France sous l’occupation italienne (1946), Léon Poliakov écrivait ainsi :

  • 4 L. Poliakov, La condition des Juifs en France sous l’occupation italienne, Paris, Éditions du centr (...)

À une époque où, dans sa presque totalité l’Europe se trouvait sous la botte allemande […] [les] huit départements [du Sud-Est de la France, occupés par les troupes italiennes] se transformèrent comme par enchantement en une « zone-refuge » pour les Israélites. […] Et cependant il ne faut pas oublier que le gouvernement fasciste avait tenu, en ce qui concerne la question raciale, à aligner pleinement sa politique sur celle du gouvernement du IIIe Reich. […] On peut dire que c’est le peuple italien qui fut le principal inspirateur de l’attitude de fait adoptée par les autorités italiennes. Il semble bien que le poison de la propagande raciale n’infecte à plein que les populations plus barbares, ne se répande plus facilement que parmi les brumes du Nord. Dans sa lucidité méditerranéenne, le peuple italien a été, dans l’immense majorité des cas, totalement réfractaire à ces effluves.4

2Mais l’Italie a bénéficié, en France, de l’image d’un pays particulièrement favorable aux juifs dès avant la deuxième guerre mondiale. Ainsi Anatole Leroy-Beaulieu écrit-il, dans son ouvrage Les Juifs et l’antisémitisme : Israël chez les nations, paru en 1893, à la veille de l’affaire Dreyfus :

  • 5 A. Leroy-Beaulieu, Les Juifs et l’antisémitisme. Israël chez les nations, Paris, C. Lévy, 1893, p.  (...)

Quel est de tous les États des deux mondes, celui où cette nationalisation du juif est la plus complète ? À tout prendre c’est peut-être bien l’Italie, la terre classique du ghetto. La raison en est simple. Venus d’Orient dès l’antiquité, ou venus d’Espagne à la fin du moyen âge, les juifs de la Péninsule y sont établis depuis des siècles.5

  • 6 En 1858, Bologne – à l’époque l’une des principales villes des États pontificaux – avait été le thé (...)

3D’ailleurs, dira-t-on, il n’y a pas eu en Italie d’équivalent de l’affaire Dreyfus, et l’affaire Mortara (1858) relevait davantage de l’antijudaïsme traditionnel que de l’antisémitisme moderne6.

  • 7 R. Mannheimer : « Antisemiti, in Italia, sono il 12 per cento. Il 56 % è estraneo ai pregiudizi con (...)
  • 8 D. Bidussa, Il mito del bravo italiano, Milan, Il Saggiatore, 1993.
  • 9 Voir notamment G. Miccoli, « Santa sede, questione ebraica e antisemitismo fra Otto e Novecento », (...)
  • 10 Les publications se sont multipliées sur la question depuis la fin des années quatre-vingt. Nous no (...)

4Cette vision idyllique d’une Italie éternellement bienveillante à l’égard des juifs a été contredite aussi bien par l’actualité que par la recherche historique la plus récente. Un sondage publié dans le Corriere della Sera en janvier 2009 faisait ainsi état de la très forte diffusion de préjugés antisémites dans la population italienne – 44 % des personnes interrogées faisant preuve d’une hostilité plus ou moins marquée à l’égard des juifs, et 12 % se déclarant ouvertement antisémites7. Depuis une vingtaine d’années, l’historiographie italienne a également battu en brèche ce qu’il est convenu d’appeler le « mythe du bon Italien »8. Certes, l’Italie libérale n’était pas marquée par la présence d’un antisémitisme politique organisé ; elle disposait toutefois d’une forte tradition d’antijudaïsme catholique9. Lors de l’arrivée au pouvoir de Mussolini en 1922, le fascisme n’était pas antisémite et il n’a pas apporté, jusqu’à l’été 1943, sa collaboration à la politique génocidaire de son allié nazi. En 1938, le régime a toutefois adopté sans intervention allemande une législation à caractère antisémite qui, contrairement à une idée reçue, a fait l’objet d’une application ­rigoureuse. La République sociale italienne a activement participé, après le 8 septembre 1943, à la mise en œuvre de la « solution finale »10.

  • 11 M. Toscano, « Fascismo, razzismo, antisemitismo. Osservazioni per un bilancio storiografico », dans (...)
  • 12 Voir notamment : A. Cavaglion, G. P. Romagnani, Le interdizioni del duce. A cinquant’anni dalle leg (...)
  • 13 Non parfois sans quelque excès téléologique. Sur ce point, nous renvoyons aux observations de P. Be (...)

5L’histoire de la persécution des juifs sous le fascisme et pendant l’occupation allemande n’a toutefois pas toujours suscité, en Italie même, un intérêt d’une égale intensité11. La storia degli ebrei italiani sotto il fascismo, l’ouvrage pionnier de Renzo De Felice paru en 1961, est longtemps resté l’un des seuls travaux sérieux disponibles sur la question. Le cinquantième anniversaire de la législation antisémite de 1938 a favorisé l’apparition d’un débat public sur ce thème12. Depuis, le rythme des publications à caractère historique s’est emballé, favorisant également le développement, en amont, de travaux sur l’antisémitisme dans l’Italie libérale13 et, en aval, l’émergence de recherches sur la période de l’après-guerre.

  • 14 M.-A. Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, Paris, Perrin, 2007.

6En France, l’ouvrage de Marie-Anne Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, paru en 2007, a été le premier à rompre avec le « mythe du bon Italien » et à faire la lumière sur l’antisémitisme d’État mis en place par le fascisme italien à partir de 193814. S’inscrivant tout à la fois dans le mouvement de renouveau de l’historiographie de l’antisémitisme fasciste initié en Italie à partir de la fin des années quatre-vingt et dans les débats en cours sur la nature du totalitarisme fasciste, les travaux de Marie-Anne Matard-Bonucci ont ouvert la voie, pour la recherche française, à une réflexion sur la postérité de cet antisémitisme d’État dans l’Italie de l’après-guerre.

  • 15 S. Della Pergola, Anatomia dell’ebraismo italiano. Caratteristiche demografiche, economiche, social (...)
  • 16 Voir J. T. Gross, La Peur. L’antisémitisme en Pologne après Auschwitz, traduit de l’américain par J (...)

7Certes, au lendemain de la guerre, la communauté juive italienne est l’une des plus petites d’Europe : elle compte en 1945 près de 28 500 inscrits – soit 0,06 % de la population italienne totale – résidant pour l’essentiel à Rome et à Milan15. Si antisémitisme il y a, il s’agit donc quasiment d’un antisémitisme sans juifs. Certes encore, l’Italie n’a pas été marquée dans l’immédiat après-guerre, contrairement à des pays comme la Pologne, par des épisodes de violence extrême à l’égard des juifs. Il n’y a aucun équivalent italien du pogrom de Kielce (4 juillet 1946)16. Reste que l’on peut légitimement s’interroger sur les traces que la politique antisémite du fascisme a laissées dans les mentalités et les pratiques.

  • 17 Décret-loi royal no 25 du 20 janvier 1944 portant « réintégration dans leurs droits civils et polit (...)

8Le fascisme a procédé à partir de l’été 1938 à la mise en place extrêmement rapide d’un antisémitisme d’État. En l’espace de quelques mois, les juifs furent transformés en de véritables parias par des mesures allant de l’interdiction des mariages mixtes à l’exclusion des entreprises d’intérêt national, en passant par l’expulsion du Parti national fasciste, de l’armée, de l’école et des syndicats. La politique antisémite du fascisme ne fit pas l’objet de protestations significatives au sein de la population italienne. Les premières mesures d’abrogation de la législation antisémite ont été adoptées dans l’Italie libérée en janvier 1944 sous la pression des Alliés17. Comment s’est déroulé ce « retour à la normale » après quelque sept ans de persécutions ? A-t-on vu perdurer des pratiques discriminatoires, des discours de haine, voire des actes de violence à l’encontre des juifs ? Et si antisémitisme il y a eu, comment ces actes ou ces discours ont-ils été punis ? Les éventuels épisodes d’antisémitisme ont-ils contribué à l’émergence d’une mémoire des persécutions antisémites fascistes et nazies ?

  • 18 M.-A. Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, op. cit., p. 261.
  • 19 Était considéré comme « de race juive », l’enfant né de parents « de race juive », même converti à (...)
  • 20 Mêlant des éléments de déterminisme biologique et la croyance en une supériorité de la civilisation (...)

9Au plan idéologique, la doctrine antisémite du fascisme avait été « forgée dans l’urgence et l’improvisation, par des acteurs divers, toujours plus nombreux, au gré d’alliances et de compromis, à coup d’emprunts à des modèles étrangers »18. Le « manifeste de la race » qui avait donné, lors de sa publication le 14 juillet 1938, le coup d’envoi de la campagne antisémite était ainsi marqué du sceau du racisme biologique. Au regard du décret-loi royal 1728 du 17 novembre 1938, l’appartenance à la « race juive » était en revanche fixée en fonction de critères tout à la fois religieux et « raciaux »19. Par la suite, le fascisme encouragea, en interne, le débat idéologique sur le racisme. Sans jamais remettre en cause la politique de persécution, le régime laissa s’exprimer différentes positions en la matière, un « racisme spirituel » inspiré des théories de Julius Evola20 tendant, au niveau officiel, à se substituer au « racisme biologique » des débuts de la campagne antisémite, sans toutefois l’éclipser totalement.

10Il convient de s’interroger sur la postérité de ces débats dans l’après-guerre. D’autant qu’à partir de la création, en décembre 1946, du Mouvement social italien (MSI), l’Italie est le siège de l’un des principaux partis d’extrême droite d’Europe occidentale. Fondé, entre autres, par des anciens de la République sociale italienne (RSI) et revendiquant explicitement l’héritage fasciste, le MSI a hésité jusqu’à sa dissolution au congrès de Fiuggi en janvier 1995, entre une stratégie de normalisation politique et un positionnement radical. Il a coexisté, tout au long de son histoire, avec une galaxie de groupuscules plus extrémistes que lui, avec lesquels il a entretenu des liens équivoques. L’extrême droite italienne a-t-elle repris à son compte, dans l’après-guerre, tout ou partie du discours antisémite du fascisme monarchique ou de la RSI ? A-t-on d’autre part assisté, en Italie comme ailleurs, au développement d’un discours négationniste ?

  • 21 M. Sarfatti, Gli ebrei nell’Italia fascista, op. cit., p. 227.

11Dès avant le fascisme, l’Italie libérale avait par ailleurs été marquée par un antijudaïsme catholique puissant. Certes, le Vatican n’intervint pas dans le lancement de la campagne antisémite du fascisme. Il faut toutefois souligner l’ambiguïté de ses réactions face à ce tournant politique, l’opposition du Saint-Siège à la législation raciale s’étant concentrée sur la question de l’interdiction des mariages mixtes. Après la déposition de Mussolini, le 25 juillet 1943, le Vatican informa d’ailleurs le gouvernement Badoglio qu’il était favorable au maintien de mesures discriminatoires21. Il s’agit par conséquent de questionner l’attitude du monde catholique sur le long terme. L’antijudaïsme catholique a-t-il continué à s’exprimer avec une force comparable, même après 1945 et la découverte du génocide ?

  • 22 Voir Central Zionist Archives (CZA, Jérusalem), carton C2/466, lettre du 11 juillet 1951 de Alexand (...)

12Certes, l’Italie d’après 1945 n’est pas la Pologne. Dépassant le « mythe du bon Italien », il apparaît toutefois légitime de s’interroger sur l’héritage laissé tant par l’antijudaïsme catholique que par l’antisémitisme fasciste dans un pays qui a connu plus de vingt ans de fascisme et dont la capitale est aussi le siège du Vatican. D’ailleurs, dans l’immédiat après-guerre, le World Jewish Congress ne s’y était pas trompé, en sollicitant de ses représentants des rapports réguliers sur la situation italienne22.

13L’on ne saurait toutefois se limiter à poser la question de l’antisémitisme en Italie après 1945 en termes de continuité. De nouvelles formes d’antisémitisme sont-elles apparues à mesure que l’on s’éloignait de la guerre ? Le conflit proche-oriental, notamment, a-t-il été en Italie comme dans d’autres pays européens l’occasion de l’émergence d’un nouvel antisémitisme, non plus directement lié à des idéologies de type néonazi, mais se présentant comme une forme extrême de l’antisionisme ?

  • 23 Voir notamment A. Goldstaub éd., La guerra nel Libano e l’opinione pubblica italiana. Confusione, d (...)
  • 24 Voir, par exemple, l’étude de E. Campelli, R. Cipollini, Contro il seme di Abramo. Indagine sull’an (...)
  • 25 Voir notamment G. Caputo éd., Il pregiudizio antisemitico in Italia. La coscienza democratica di fr (...)

14On le sait : l’invasion du Liban par Israël en 1982 s’est accompagnée, en Italie, d’une vague d’actes antisémites d’une violence inédite, allant de l’agression verbale ou physique à l’attentat à la bombe contre des bâtiments communautaires23. C’est au mois d’octobre 1982 que se produit l’incident le plus grave : à la sortie de la synagogue de Rome, un enfant est assassiné et plus de trente personnes sont blessées au cours d’une attaque terroriste perpétrée par des activistes palestiniens. C’est d’ailleurs dans le sillage de ces incidents que la question de l’antisémitisme a attiré l’attention de la recherche italienne – et en tout premier lieu celle de sociologues24, de juristes et d’historiens du temps présent25.

  • 26 Voir en particulier A. Goldstaub, « L’antisemitismo in Italia », dans Storia dell’antisemitismo 194 (...)
  • 27 Citons notamment les travaux pionniers de G. Miccoli (« Tra rimozione e memoria. Antisemitismo e Sh (...)
  • 28 Voir notamment : A. Carioti, « La lunga ambiguità. Neofascismo e antisemitismo nell’Italia repubbli (...)
  • 29 Voir en particulier L. La Rovere, « Fascismo, “questione ebraica” e antisemitismo nella stampa soci (...)
  • 30 Voir A. Goldstaub, « Appunti per uno studio sui pregiudizi antiebraici nei primi anni del dopoguerr (...)
  • 31 Voir en particulier E. Campelli, R. Cipollini, Contro il seme di Abramo, op. cit. ; S. Levi Della T (...)

15Depuis la fin des années quatre-vingt, des études ont ainsi été consacrées à la question de l’antisémitisme en Italie dans l’après-deuxième guerre mondiale26 – et notamment aux mutations et aux permanences de l’antijudaïsme catholique27, à l’antisémitisme d’extrême droite et à l’émergence du négationnisme28, voire à la présence de préjugés antisémites dans la gauche italienne29. La recherche s’est également penchée sur un certain nombre de moments clés, en particulier la période de l’immédiat après-guerre et de la réintégration des juifs dans la société italienne30 et le tournant des années quatre-vingt31.

16Ce numéro s’inscrit dans le sillage de ces premiers travaux. Il entend tout à la fois apporter une contribution au débat en cours en Italie et faire connaître à un public français plus large les derniers développements de la recherche en la matière. Il a été l’occasion d’un dialogue entre spécialistes français et italiens du sujet et d’une confrontation pluridisciplinaire, dans la mesure où il rassemble des contributions d’historiens et de juristes. Le dossier comprend ainsi un article de Pauline Picco, consacré à l’analyse de la prégnance de l’antisémitisme dans la pensée de l’un des principaux groupuscules d’extrême droite italiens de l’après-guerre, le Centro studi Ordine nuovo. Se penchant sur un sujet encore très largement inexploré, l’historienne a mis en évidence l’importance revêtue par l’antisémitisme dans la construction identitaire de l’extrême droite italienne à la fin des années cinquante. Contrairement à ses homologues français, le groupuscule italien accorde toutefois un rôle plus instrumental que matriciel à l’antisémitisme, la haine du juif tendant, dans son discours, à céder le pas à celle de l’Africain, nouvelle figure de bouc émissaire à partir du début des années soixante. Dans le sillage de ses nombreux travaux sur l’antisémitisme catholique, Elena Mazzini s’attache pour sa part à retracer la réception de la déclaration Nostra Aetate adoptée en 1965 dans le cadre du Concile Vatican II. L’historienne a pu démontrer que, contrairement à toute attente, la déclaration conciliaire, pourtant généralement considérée comme un tournant fondamental dans les relations entre le monde catholique et le judaïsme, n’a pas été véritablement reçue par la presse catholique italienne et n’a pas été sans susciter des résistances. Les articles de Paola Bertilotti et de Guri Schwarz sont, en revanche, consacrés à l’analyse d’épisodes de flambée antisémite. Paola Bertilotti s’intéresse à la vague d’actes antisémites qui, partie d’Allemagne, touche à l’hiver 1959-1960 divers pays occidentaux dont l’Italie. Marqués du sceau de l’antisémitisme nazi, ces épisodes attestent l’existence à l’extrême droite d’une mouvance antisémite dont l’enquête policière révélera les connections avec des groupuscules similaires implantés dans d’autres pays européens, mais qui bénéficiera d’une étonnante impunité de la part des autorités italiennes. Survenus un peu moins de quinze ans après la fin de la guerre et dans un contexte de guerre froide extrêmement tendu, ces événements, à présent tombés dans l’oubli, ont constitué un choc pour une partie de l’opinion italienne et une occasion de résurgence des mémoires en même temps qu’ils ont suscité diverses tentatives d’exploitation politique. L’article de Guri Schwarz revient, pour sa part, sur les épisodes d’antisémitisme de 1982, non plus directement liés à l’héritage du fascisme et du nazisme, mais aux répercussions en Italie du conflit proche-oriental. L’historien envisage sous un angle extrêmement novateur ces événements – dont le déroulement est, par ailleurs, déjà connu – puisqu’il s’attache à en démêler les conséquences en termes de mémoire de la Shoah, d’identité juive et de rapports entre les juifs italiens, le judaïsme organisé et la communauté nationale. En particulier, la vague d’actes antisémites de 1982 a joué, à terme, un rôle de première importance dans la remise en question du « mythe du bon Italien ». Ernesto De Cristofaro analyse, enfin, la réception par les juristes italiens des innovations juridiques introduites par les procès de Nuremberg et le procès Eichmann, une réception en demi-teinte, révélatrice du manque d’attention dont ces procès ont fait l’objet dans l’opinion publique et significative des réticences de l’Italie à affronter ses responsabilités dans la mise en œuvre de la persécution antisémite. Cet état de fait n’a pas été à son tour sans répercussions sur la nature de la législation de répression de l’antisémitisme adoptée dans l’après-guerre par l’Italie et sur sa ratification tardive (1967) de la convention de 1948 sur le génocide.

  • 32 A. Esposito, D. Quaglioni, Processi contro gli ebrei di Trento (1475, 1478), Padoue, CEDAM, 1990 ; (...)

17En regard de ce dossier, Laboratoire italien publie également, en tant que documents, avec une introduction de Beatrice Primerano, les discours prononcés le 12 avril 2006 par Diego Quaglioni et Iginio Rogger lors de la réception par ce dernier du titre de docteur honoris causa de l’université de Trente. Liturgiste et historien des institutions ecclésiastiques, Iginio Rogger a été, entre autres, l’un des principaux instigateurs de l’abolition du culte de Simon de Trente, dont la disparition et la mort, survenues en 1475, avaient donné lieu à l’un des plus célèbres procès pour crime rituel intenté à l’encontre de juifs dans l’Europe de la fin du Moyen Âge. La cérémonie de remise à Iginio Rogger du titre de docteur honoris causa a ainsi offert l’occasion à Diego Quaglioni, éminent spécialiste de l’histoire du procès contre les juifs de Trente, de revenir sur l’histoire des accusations de crime rituel32.

18Nous publions enfin, dans la section « Débats », une interview de Marie-Anne Matard-Bonucci dans laquelle l’historienne accepte de retracer son parcours de recherche et offre un éclairage fondamental sur l’historiographie de l’antisémitisme fasciste et sur le regard porté par le public français sur l’histoire du totalitarisme fasciste et de sa politique antisémite.

  • 33 Nous empruntons la notion de « répertoire antisémite » à S. Levis Sullam, L’archivio antiebraico. I (...)
  • 34 Sur la notion de « faible intensité », nous renvoyons à P. Veyne, « L’interprétation et l’interprèt (...)

19L’antisémitisme dans l’Italie de la seconde moitié du xxe siècle : une non-question historiographique ? Par une série de coups de projecteur, ce numéro entend faire la preuve du contraire. Loin de prétendre constituer un point d’arrivée des recherches sur ce thème, ce dossier aspire d’ailleurs à établir un dialogue avec une production scientifique en plein développement et à susciter à son tour de nouvelles réflexions et de nouveaux débats. Après 1945, l’hostilité à l’égard des juifs a pris en Italie des formes différentes, s’insérant dans le temps long de la tradition de l’antijudaïsme chrétien, dans le temps moyen de l’héritage de la persécution fasciste et dans l’histoire récente et immédiate des répercussions du conflit proche-oriental. Rarement violent, l’antisémitisme en Italie a été avant tout une affaire de discours et de préjugés, s’inscrivant dans un « répertoire » traditionnel renouvelé au gré des circonstances33. Avec ce numéro, nous avons notamment souhaité défendre la nécessité de l’étude d’un phénomène qui n’a certes pas eu des dimensions spectaculaires mais qui, malgré sa « faible intensité », renseigne sur l’histoire des rapports de la société italienne à l’altérité, à son identité et à son passé34.

Top of page

Notes

1 Une première ébauche de ce texte a été présentée le 16 février 2011 à Sciences Po Paris au séminaire « Histoire des juifs en Europe après 1945 », sous le titre : « L’antisémitisme en Italie dans le second xxe siècle : une (non-)question historiographique ? ». Nous tenons à remercier les organisateurs et les participants pour leurs conseils et leurs suggestions.

2 Sur ce point, voir M.-A Matard-Bonucci, « L’antisémitisme en Italie. Les discordances entre la mémoire et l’histoire », Hérodote, 89, 1998, p. 217-238.

3 Au total, entre 1943 et 1945, 322 juifs furent assassinés sur le sol italien, 7 806 furent déportés et 6 969 moururent en déportation (l’on estime à près de 1 000 les victimes non identifiées). Seuls 6 000 juifs environ parvinrent à fuir l’Italie pour se réfugier en Suisse et près de 500 purent gagner les territoires du Sud de la Péninsule aux mains des Alliés. Il faut néanmoins garder à l’esprit les dimensions extrêmement réduites de la communauté juive italienne d’avant-guerre. Il y avait environ 46 500 juifs en Italie en 1938, lors du lancement de la campagne antisémite du régime fasciste. Après septembre 1943 et le début de l’occupation allemande de l’Italie, l’on ne comptait plus que 39 000 juifs dans les territoires tombés sous le contrôle de l’occupant nazi et de la République sociale italienne (L. Picciotto, Il libro della memoria, Milan, Mursia, 2002 [1991], p. 28, 855).

4 L. Poliakov, La condition des Juifs en France sous l’occupation italienne, Paris, Éditions du centre, 1946, p. 17-18.

5 A. Leroy-Beaulieu, Les Juifs et l’antisémitisme. Israël chez les nations, Paris, C. Lévy, 1893, p. 383. Ce texte est cité dans M.-A Matard-Bonucci, « L’antisémitisme en Italie. Les discordances entre la mémoire et l’histoire », art. cité, p. 227. Plus d’un demi-siècle plus tard, l’historien britannique Cecil Roth réitérera d’ailleurs un jugement similaire (C. Roth, The History of the Jews of Italy, Philadelphie, Jewish Publication Society of America, 1946, p. 474 : « Twenty-two years had sufficed to bring the emancipation of the Jews in Italy to fruition. In 1848, there was no European country (except Spain from which they were entirely excluded) where the restrictions placed upon them were more galling and more humiliating. After 1870, there was no land in either hemisphere where conditions were or could be better »).

6 En 1858, Bologne – à l’époque l’une des principales villes des États pontificaux – avait été le théâtre d’une affaire de conversion forcée, un jeune enfant juif, Edgardo Mortara, ayant été enlevé à ses parents par la police pontificale au prétexte qu’il aurait été baptisé par une domestique. L’épisode avait suscité une polémique internationale, tandis que dans la Péninsule, la Civiltà Cattolica, organe de presse jésuite, prenait la tête d’une campagne visant à défendre la légitimité de l’enlèvement (voir notamment D. I. Kertzer, Pie IX et l’enfant juif : l’enlèvement d’Edgardo Mortara, Paris, Le Grand livre du mois, 2001 [1997]).

7 R. Mannheimer : « Antisemiti, in Italia, sono il 12 per cento. Il 56 % è estraneo ai pregiudizi contro gli ebrei, nel restante 44 % restano tracce di ostilità. » Corriere della Sera, 26 janvier 2009. Voir également l’analyse d’A. Levi, « Non ebrei tocca a voi ricordare », La Stampa, 27 janvier 2009.

8 D. Bidussa, Il mito del bravo italiano, Milan, Il Saggiatore, 1993.

9 Voir notamment G. Miccoli, « Santa sede, questione ebraica e antisemitismo fra Otto e Novecento », dans Storia d’Italia, Annali 11, Gli ebrei in Italia, C. Vivanti éd., vol. II, Dall’emancipazione ad oggi, Turin, Einaudi, 1997, p. 1371-1574. Sur la situation des juifs pendant le Risorgimento et dans l’Italie libérale, nous renvoyons en particulier à : F. Della Peruta, « Gli ebrei nel Risorgimento fra interdizioni ed emancipazione », dans Storia d’Italia, Annali 11, vol. II, op. cit., p. 1135-1167 ; F. Sofia, M. Toscano, Stato nazionale ed emancipazione ebraica, Rome, Bonacci, 1992 ; M. Toscano, « Gli ebrei in Italia dall’emancipazione alle persecuzioni », dans Storia contemporanea, 17 (5), 1986, p. 905-956.

10 Les publications se sont multipliées sur la question depuis la fin des années quatre-vingt. Nous nous limitons ici à renvoyer à l’ouvrage pionnier de R. De Felice (La storia degli ebrei italiani sotto il fascismo, Turin, Einaudi, 1961) et aux ouvrages de référence de L. Picciotto (Il libro della memoria, Milan, Mursia, 1991) et M. Sarfatti (Gli ebrei nell’Italia fascista. Vicende, identità, persecuzione, Turin, Einaudi, 2000). Pour un bilan de l’état de la recherche sur l’événement Shoah en Italie, voir M. Flores, S. Levis-Sullam, M.-A. Matard-Bonucci, E. Traverso éd., Storia della Shoah in Italia, vol. I, Le premesse, le persecuzioni, lo sterminio, Turin, UTET, 2010.

11 M. Toscano, « Fascismo, razzismo, antisemitismo. Osservazioni per un bilancio storiografico », dans Id., Ebraismo e antisemitismo in Italia. Dal 1848 alla guerra dei sei giorni, Milan, Angeli, 2003, p. 208-243.

12 Voir notamment : A. Cavaglion, G. P. Romagnani, Le interdizioni del duce. A cinquant’anni dalle leggi razziali in Italia (1938-1988), Turin, Meynier, 1988 ; M. Sarfatti éd., 1938. Le leggi contro gli ebrei, La Rassegna Mensile di Israel, 54 (1-2), 1988 ; La legislazione antiebraica in Italia e in Europa, Rome, Camera dei deputati, 1989.

13 Non parfois sans quelque excès téléologique. Sur ce point, nous renvoyons aux observations de P. Bernardini, « The Jews in nineteenth-century Italy. Towards a reappraisal », Journal of Modern Italian Studies, 1-2, 1996, p. 292-310 ; M. Toscano, « Risorgimento ed ebrei. Alcune riflessioni sulla “nazionalizzazione parallela” », dans Id., Ebraismo e antisemitismo in Italia, op. cit., p. 13-23 ; G. Schwarz, « A proposito di una vivace stagione storiografica. Letture dell’emancipazione ebraica negli ultimi vent’anni », Memoria e ricerca, 19, 2005, p. 159-174.

14 M.-A. Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, Paris, Perrin, 2007.

15 S. Della Pergola, Anatomia dell’ebraismo italiano. Caratteristiche demografiche, economiche, sociali, religiose e politiche di una minoranza, Assise-Rome, Carucci, 1976, p. 56-60.

16 Voir J. T. Gross, La Peur. L’antisémitisme en Pologne après Auschwitz, traduit de l’américain par J.-P. Ricard et du polonais par X. Chantry, préface d’A. Kichelewski, Paris, Mémorial de la Shoah / Calmann-Lévy, 2010 [2006].

17 Décret-loi royal no 25 du 20 janvier 1944 portant « réintégration dans leurs droits civils et politiques des citoyens italiens et étrangers jusqu’à présent considérés de race juive ». Voir M. Toscano éd., L’abrogazione delle leggi razziali in Italia (1943-1987). Reintegrazione dei diritti dei cittadini e ritorno ai valori del Risorgimento, Rome, Senato della Repubblica, 1988.

18 M.-A. Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, op. cit., p. 261.

19 Était considéré comme « de race juive », l’enfant né de parents « de race juive », même converti à une autre religion ; l’enfant de père inconnu et de mère « de race juive » ; l’enfant d’un parent italien ou étranger de « race juive » et d’un parent de « race aryenne » ; le petit-fils de trois grands parents de « race juive », le petit-fils de religion juive de deux grands parents de « race juive » (si le petit-fils de deux grands parents de « race juive » s’était converti avant le 1er octobre 1938 à une autre religion, il était alors considéré comme « aryen ») ; le petit-fils de religion juive d’un grand-parent de « race juive » (M. Sarfatti, Gli ebrei nell’Italia fascista, op. cit., p. 156-159).

20 Mêlant des éléments de déterminisme biologique et la croyance en une supériorité de la civilisation italienne historiquement construite. Voir notamment F. Germinario, Razza del sangue, razza dello spirito. Julius Evola, l’antisemitismo e il nazionalsocialismo, 1930-1943, Turin, Bollati Boringhieri, 2001.

21 M. Sarfatti, Gli ebrei nell’Italia fascista, op. cit., p. 227.

22 Voir Central Zionist Archives (CZA, Jérusalem), carton C2/466, lettre du 11 juillet 1951 de Alexander L. Easterman, directeur de la branche londonienne du département politique du World Jewish Congress (WJC) à Fritz Becker, représentant du WJC en Italie. Répondant à un rapport de Becker sur l’Italie, Easterman affirme : « Un rapport de ce type sur la situation politique italienne, non nécessairement long, mais envoyé à intervalles réguliers, serait d’une très grande utilité » (nous traduisons). Le fonds du WJC conservé aux Central Zionist Archives rassemble d’ailleurs une documentation abondante sur l’antisémitisme en Italie (voir, en particulier : CZA, cartons C2/321-11497, C2/321-11480, C2/321-11465, C2/321-11488, C2/321-11605, C2/321-11604, C2/322-11581, C2/40-11949, C2/10539, C2/10481, C2/10044, C2/10177, C2/10198, C2/10139, C2/10229, Z6/473).

23 Voir notamment A. Goldstaub éd., La guerra nel Libano e l’opinione pubblica italiana. Confusione, distorsione, pregiudizio, antisemitismo, Milan, CDEC, 1983.

24 Voir, par exemple, l’étude de E. Campelli, R. Cipollini, Contro il seme di Abramo. Indagine sull’antisemitismo a Roma, Milan, Angeli, 1984, qui propose une analyse « à chaud » de la flambée d’antisémitisme du début des années quatre-vingt.

25 Voir notamment G. Caputo éd., Il pregiudizio antisemitico in Italia. La coscienza democratica di fronte al razzismo strisciante, Rome, Newton Compton, 1984.

26 Voir en particulier A. Goldstaub, « L’antisemitismo in Italia », dans Storia dell’antisemitismo 1945-1993, L. Poliakov éd., Scandicci, La Nuova Italia, 1996, p. 425-471.

27 Citons notamment les travaux pionniers de G. Miccoli (« Tra rimozione e memoria. Antisemitismo e Shoah nel mondo cattolico », dans La memoria della persecuzione antiebraica nella storia dell’Italia repubblicana, Annale Irsifar, A. Rossi Doria éd., Milan, Angeli, 1998), le dossier récemment coordonné par C. Facchini (Antisemitismo e chiesa cattolica in Italia, xix-xx sec. Ricerche in corso e riflessioni storiografiche, Storicamente, 2011, en ligne [http://www.storicamente.org/07_dossier/antisemitismo/index.htm], consulté le 29 septembre 2011) ainsi que les nombreuses contributions d’E. Mazzini (Figurazioni e stereotipie anti-ebraiche nel mondo cattolico italiano, 1945-1974. Strategie e retoriche identitarie nell’Italia del secondo dopoguerra, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de D. Menozzi, Florence, Université de Florence, 2006 ; Ead., « Da cultura ammessa a retaggio discorsivo. L’antiebraismo e la “Civiltà Cattolica” nel primo quindicennio del secondo dopoguerra », Storia e problemi contemporanei, 50, 2009, p. 83-99 ; Ead., « Presences of the antisemitism in the Catholic world. The case of the Enciclopedia Cattolica (1948-1954) », dans Quest. Issues in Contemporary History. Journal of the Fondazione CDEC, 1, 2010, en ligne [http://www.quest-cdecjournal.it/focus.php?issue=1 & id = 196] (consulté le 29 septembre 2011) ; Ead., « Aspetti dell’antisemitismo cattolico dopo l’olocausto », dans Storia della Shoah in Italia, vol. II, op. cit., p. 320-335).

28 Voir notamment : A. Carioti, « La lunga ambiguità. Neofascismo e antisemitismo nell’Italia repubblicana », dans Storia della Shoah in Italia, vol. II, op. cit., p. 266-287 ; F. Germinario, Estranei alla democrazia. Negazionismo e antisemitismo nella destra radicale italiana, Pise, BFS Edizioni, 2001.

29 Voir en particulier L. La Rovere, « Fascismo, “questione ebraica” e antisemitismo nella stampa socialista. Un’analisi di lungo periodo : 1922-1967 », dans Ebraismo, sionismo e antisemitismo nella stampa socialista italiana. Dalla fine dell’Ottocento agli anni sessanta, M. Toscano éd., Venise, Marsilio, 2007, p. 95-160 ; A. Tarquini, « Il partito socialista fra guerra fredda e “questione ebraica” : sionismo, antisemitismo e conflitto arabo-israeliano nella stampa socialista dalla nascita della Repubblica alla fine degli anni sessanta », ibid., p. 161-232 ; G. Luzzatto Voghera, « La sinistra e la questione ebraica », Storia della Shoah in Italia, vol. II, op. cit., p. 248-265.

30 Voir A. Goldstaub, « Appunti per uno studio sui pregiudizi antiebraici nei primi anni del dopoguerra (1944-1955) », dans Il ritorno alla vita. Vicende e diritti degli ebrei dopo la seconda guerra mondiale, M. Sarfatti éd., Florence, Giuntina, 1998, p. 139-149. Pour une réflexion plus largement consacrée à la question de la continuité de l’antisémitisme dans l’après-deuxième guerre mondiale, nous renvoyons notamment à M. Sarfatti éd., Il ritorno alla vita, op. cit., passim ; I. Pavan, G. Schwarz éd., Gli ebrei in Italia tra persecuzione fascista e reintegrazione postbellica, Florence, Giuntina, 2001, passim ; M. Toscano, Ebraismo e antisemitismo in Italia, op. cit., passim ; I. Pavan, Tra indifferenza e oblio. Le conseguenze economiche delle leggi razziali in Italia (1938-1970), Florence, Le Monnier, 2004, passim ; G. Schwarz, Ritrovare se stessi. Gli ebrei nell’Italia postfascista, Rome-Bari, Laterza, 2004, p. 10 ; A. Villa, Dai Lager alla terra promessa. La difficile reintegrazione nella « nuova Italia » e l’immigrazione verso il Medio Oriente (1945-1948), Milan, Guerini e Associati, 2005, passim.

31 Voir en particulier E. Campelli, R. Cipollini, Contro il seme di Abramo, op. cit. ; S. Levi Della Torre, « Fine del dopoguerra e sintomi antisemitici », Rivista di storia contemporanea, 3, 1984, p. 437-440 ; Id., « Nuove forme della giudeofobia », Rassegna Mensile di Israel (RMI), 5-6-7-8, 1984, p. 249-280 ; A. Goldstaub, « L’antisemitismo in Italia. Una lettura della documentazione raccolta dalla Fondazione Centro di Documentazione Ebraica Contemporanea tra il 1986 e il 1990 », RMI, 1-2, 1990, p. 260-275 ; M. Scherini, «L’immagine di Israele nella stampa quotidiana italiana. La guerra del Libano (settembre 1982)», dans « Roma e Gerusalemme ». Israele nella vita politica e culturale italiana (1949-2009), M. Simoni, A. Marzano éd., Gênes, ECIG, 2010, p. 177-199 ; L. Tagliacozzo, Cronaca di un’incomprensione. La svolta del 1982 nel discorso pubblico su ebrei e Israele, dans Storia della Shoah in Italia, vol. II, op. cit., p. 518-548.

32 A. Esposito, D. Quaglioni, Processi contro gli ebrei di Trento (1475, 1478), Padoue, CEDAM, 1990 ; A. Esposito, D. Quaglioni, Processi contro gli ebrei di Trento, vol. II, I processi alle donne (1475-1476), Padoue, CEDAM, 2008.

33 Nous empruntons la notion de « répertoire antisémite » à S. Levis Sullam, L’archivio antiebraico. Il linguaggio dell’antisemitismo moderno, Rome-Bari, Laterza, 2008.

34 Sur la notion de « faible intensité », nous renvoyons à P. Veyne, « L’interprétation et l’interprète. À propos des choses de la religion », Enquête, 3, 1996, p. 160-180.

Top of page

References

Electronic reference

Paola Bertilotti and Beatrice Primerano, « Présentation », Laboratoire italien [Online], 11 | 2011, Online since 15 novembre 2011, connection on 02 octobre 2014. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/573 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.573

Top of page

Copyright

© ENS Éditions

Top of page