Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Extrême droite et antisémitisme en Italie. L’exemple du Centro studi Ordine nuovo(1955-1971)

Extrême droite et antisémitisme en Italie. L’exemple du Centro studi Ordine nuovo (1955-1971)
Estrema destra e antisemitismo in Italia. L’esempio del Centro studi Ordine nuovo (1955-1971)
Pauline Picco
p. 17-52

Abstracts

Notre étude vise, en prenant l’exemple des revues publiées entre 1955 et 1971 par le Centro studi Ordine nuovo, à évaluer la prégnance des idées antisémites sur la pensée d’un groupe qui occupe une place centrale dans la nébuleuse extra-parlementaire de l’extrême droite italienne après 1945. L’analyse des composantes du discours antisémite et de ses mutations nous permet d’avancer que si l’antisémitisme apparaît comme une composante importante dans la construction de l’identité de l’extrême droite italienne à la fin des années cinquante, il n’en est pas un élément matriciel comme ce fut le cas en France. Avant 1960, la production d’articles antisémites vise avant tout à construire une figure repoussoir qui soutient une vision décadente de la société contemporaine. Le début des années soixante voit l’émergence d’un bouc émissaire plus fonctionnel : l’Africain. Le discours antisémite, caractérisé auparavant par sa dimension raciste, se transforme alors en discours antisioniste et négationniste.

Top of page

Full text

  • 1 Sur le MSI, voir notamment : P. Ignazi, Il polo escluso. Profilo del Movimento sociale italiano, Bo (...)
  • 2 Le groupe Avanguardia Nazionale est créé en 1959 par Stefano delle Chiaie. Il s’auto-dissout en 196 (...)

1Au cours des trois décennies qui suivent le règlement du second conflit mondial, l’extrême droite italienne fait figure d’exemple pour ses voisins étrangers, le plus souvent réduits à l’état de groupuscules. Solidement structurée et bénéficiant d’une audience sans équivalent en Europe, l’extrême droite italienne s’organise principalement, et ce jusqu’au début des années quatre-vingt, autour du Movimento sociale italiano (MSI) et autour d’un réseau de groupuscules extraparlementaires. Créé en décembre 1946, le MSI rassemble une multitude de groupes, mouvements, partis, fronts créés au sortir de la guerre et se réclamant de manière plus ou moins explicite du régime fasciste1. S’il ne participe à aucun gouvernement dans l’après-guerre, le MSI est toutefois loin d’être une force négligeable dans le paysage politique italien. De 1953 à 1968, il recueille, lors des élections législatives, une moyenne de 5,5 % des voix à l’échelle nationale, tandis qu’en 1972, il atteint le score historique d’environ 9 % des suffrages. Toutefois, ces données ne reflètent pas les disparités géographiques qui caractérisent l’implantation du MSI et plus généralement de l’extrême droite dans la péninsule. Les deux principaux groupes extraparlementaires italiens, Ordine nuovo et Avanguardia nazionale2, véritables pôles d’attraction pour plusieurs générations de militants qui ne se reconnaissent pas dans la politique du MSI, sont, comme ce dernier, essentiellement implantés dans le Latium, dans le Sud de la péninsule et possèdent quelques bastions en Vénétie et dans les grandes villes du Nord telles que Milan.

  • 3 En 1966, le Centro studi Ordine nuovo change de nom et devient le Centro politico Ordine nuovo.
  • 4 Giuseppe – dit Pino – Rauti est né le 19 novembre 1926. Diplômé en droit, il effectue son service m (...)
  • 5 Il est difficile d’évaluer le nombre de militants. Toutefois, nous disposons d’un rapport du minist (...)

2Ordine nuovo constitue ainsi, du milieu des années cinquante à la fin des années soixante, une véritable alternative extraparlementaire à la politique du Movimento sociale italiano, jugée trop modérée. Le Centro studi Ordine nuovo3, mouvement politique fondé en 1954 par Pino Rauti4, incarne une tendance culturelle et idéologique singulière dans le monde de l’extrême droite italienne. Ce groupe, initialement intégré au Movimento sociale italiano mais qui connaît une existence autonome entre 1956 et 1969, défend l’idée d’un monde hiérarchisé, inégalitaire, et prône un retour aux valeurs traditionnelles d’autorité et d’ordre, récusant les valeurs démocratiques, égalitaires et humanitaires. Outre ce rôle culturel et idéologique et malgré ses effectifs réduits, Ordine nuovo, qui compterait environ cent cinquante militants actifs5 dans la capitale au début des années soixante, se distingue également par le recours militant à la violence politique qui donne à ses actions une résonance nationale.

  • 6 Né en 1898, Julius Evola est la figure intellectuelle la plus importante de l’extrême droite italie (...)
  • 7 Selon Adriana Goldstaub, les militants d’Ordine nuovo se proclamaient « héritiers de la RSI, de son (...)
  • 8 Nous nous contenterons ici de renvoyer à M. Sarfatti, Gli ebrei nell’Italia fascista. Vicende, iden (...)
  • 9 M.-A. Matard-Bonucci, « Profil racial de l’homme nouveau sous le fascisme italien », dans L’homme n (...)
  • 10 Giorgio Almirante a également été le directeur de cabinet du ministre de la Culture populaire de la (...)
  • 11 M.-A. Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, op. cit., p. 20.
  • 12 A. Carioti, « La lunga ambiguità. Neofascismo e antisemitismo nell’Italia repubblicana », dans Stor (...)
  • 13 C’est-à-dire la propension à présenter les Italiens comme collectivement exempts de toute responsab (...)

3Fortement influencées par Julius Evola6, le principal penseur de l’extrême droite italienne de l’après-guerre, et par l’expérience de la République sociale italienne dont ils se déclarent les héritiers7, les publications d’Ordine nuovo offrent dès 1955 une place particulière aux articles traitant de la race, du racisme et de l’antisémitisme. Elles témoignent de l’actualité, à la fin des années cinquante, d’un certain nombre de débats initiés dès la fin des années trente dans le sillage, notamment, de l’adoption en 1938 par le régime fasciste d’une ­législation antisémite8. Cette continuité résulte à l’évidence en grande partie de la place centrale qu’occupe Evola dans le mouvement. « Figure du racisme à l’italienne »9, Evola devient, à la fin des années trente, le philosophe officiel du régime après avoir activement participé à l’élaboration de la doctrine antisémite fasciste. Ordine nuovo publie régulièrement des contributions de Julius Evola et reprend fidèlement les théories racistes et antisémites que celui-ci a développées durant le Ventennio. La revue se fait ainsi dans l’après-guerre le défenseur d’un antisémitisme qui ne constitue en revanche pas, pour le MSI, un thème central mobilisateur. Concernant le MSI, cette mise en sourdine de l’antisémitisme est d’autant plus étonnante que Giorgio Almirante, l’un des fondateurs puis des principaux dirigeants du parti10, a collaboré régulièrement au périodique antisémite Il Tevere dans les années trente avant de devenir secrétaire de rédaction du journal La Difesa della razza [La Défense de la race], « vitrine du racisme à l’italienne » sous le fascisme11. Dans l’après-guerre, si la base militante du MSI présente sans doute « une certaine hostilité à l’égard du monde juif, ses instances dirigeantes ne font rien pour l’alimenter »12. Les dirigeants du parti adoptent, en effet, une ligne modérée visant à s’insérer dans le jeu politique et jugent inopportun de relancer une campagne antisémite contraire à la position de respectabilité qu’ils cherchent à acquérir. Il s’agit également pour le MSI de dédouaner l’Italie de toute forme de responsabilité dans des persécutions dont l’héritage s’avère politiquement difficile à revendiquer après le génocide. À l’image de l’ensemble de la société italienne, les dirigeants du MSI défendent ainsi ce qu’il est convenu d’appeler le « mythe du bon Italien »13. Seuls les groupes extraparlementaires défendent et assument ouvertement dans l’après-guerre des positions antisémites.

  • 14 Ordine nuovo définit son horizon politique à l’échelle européenne et se rattache progressivement, a (...)

4Outre ces thématiques, centrales pour notre étude, la dimension européenne du nationalisme14 défendue par Ordine nuovo doit également être soulignée : elle explique que le groupe italien ait pu porter son attention sur les prises de position antisémites de groupuscules français tels que Défense de l’Occident.

  • 15 Des poursuites ont notamment été intentées à l’encontre de P. Rauti en application de la loi du 20  (...)
  • 16 Casa della Memoria, Dossier de procédure pénale no 91/97 modello 21, rapport d’expertise no 5 de Al (...)
  • 17 L’on retrouve à peu de chose près les mêmes noms dans les équipes de rédaction d’Ordine nuovo, mens (...)

5Le retour du groupe dans le giron parlementaire en 1969, qui rompt la scission opérée depuis 1956 entre le MSI et Ordine nuovo, ne constitue pas une date charnière pour notre étude car la revue, dirigée par Pino Rauti depuis 1955, continue de paraître sans interruption et conserve sa ligne politique face à la « question juive ». C’est seulement en 1971 qu’elle disparaît. Nous avons fondé notre travail sur une étude des principales revues publiées par le Centro studi Ordine nuovo entre 1955 et 1971 : Ordine nuovo et Noi Europa. Définir le statut de ces périodiques n’est pas sans poser problème : bien que les numéros parus aient été officiellement déclarés auprès du tribunal de Rome, cette presse avait un statut semi-clandestin, les dirigeants du mouvement ayant fait à plusieurs reprises l’objet de poursuites judiciaires15. Le tirage n’étant pas communiqué, il est là aussi très difficile de déterminer avec précision l’ampleur de ces parutions. Si l’on en croit une note du ministère de l’Intérieur datée du 14 janvier 1967, Noi Europa bénéficiait, à cette date, d’un tirage de 12 000 copies en raison du « grand succès »16 rencontré par ce périodique parmi les militants d’extrême droite. Le groupe ayant connu une augmentation notable de ses effectifs dans les années soixante, nous pouvons supposer que les tirages des premiers numéros de la revue Ordine nuovo ne devaient pas dépasser les quelques milliers d’exemplaires. Quoi qu’il en soit, il est certain que ces périodiques avaient une diffusion restreinte et destinée essentiellement aux sympathisants d’extrême droite identifiés comme tels par le groupe. Il nous a été possible d’avoir accès à la collection complète des numéros de Noi Europa, qui remplace entre 1966 et 1968 la revue du mouvement éponyme17. En revanche, il s’est révélé impossible de rassembler l’intégralité des numéros parus, selon une périodicité variable, sous le titre Ordine nuovo, mensile di politica rivoluzionaria entre 1955 et 1965 puis en 1970-1971. Compte tenu de la confidentialité de la revue et du caractère subversif du mouvement, il ne subsiste que de rares copies de ces périodiques qui demeurent le plus souvent jalousement conservées par leurs propriétaires. Il est également très difficile de déterminer avec exactitude le nombre de numéros publiés. Nous avons pu consulter quarante-cinq numéros des revues publiées par Ordine nuovo. Sur la base d’informations recueillies auprès de témoins et à la lecture de la revue, nous avons toutes les raisons de supposer que notre recherche s’est fondée sur l’étude des trois quarts environ des numéros parus, ce qui constitue selon nous un échantillon suffisamment complet pour aborder de façon scientifique la question de la place de la haine des juifs dans la pensée de ce groupuscule.

  • 18 On se reportera notamment aux travaux de Franco Ferraresi sur la droite extraparlementaire : F. Fer (...)
  • 19 L’on se reportera toutefois notamment à : A. Goldstaub, « L’antisemitismo in Italia », art. cité ; (...)

6Les travaux universitaires consacrés à l’extrême droite dans l’Italie de l’après-guerre demeurent lacunaires. À ce jour, on ne dénombre sur ce thème que quelques rares travaux de politistes et d’historiens18. L’histoire de l’extrême droite – parlementaire et extraparlementaire – est encore largement méconnue, sans doute en grande partie du fait des difficultés d’accès aux sources. Les recherches portant plus spécifiquement sur l’antisémitisme d’extrême droite sont également très peu nombreuses, même si les travaux de Francesco Germinario font référence en la matière. On peut regretter qu’aucune étude d’ensemble n’ait encore abordé ce sujet de manière approfondie19.

7À travers l’analyse des composantes du discours antisémite et de ses mutations au sein des revues Ordine nuovo et Noi Europa, il s’agira d’évaluer la prégnance des idées antisémites sur la pensée politique et historique d’un groupe qui occupe, du milieu des années cinquante au début des années soixante-dix, une place centrale au sein de la nébuleuse formée par l’extrême droite italienne. C’est également la question de l’héritage et de l’insertion au sein d’une tradition antisémite que nous devrons aborder ici, en nous attachant notamment à relever d’éventuelles continuités avec la pensée et les débats antisémites fascistes. La mise en parallèle avec la revue française d’extrême droite Défense de l’Occident permettra, enfin, de souligner l’évolution de la fonction de la figure du juif telle qu’elle se construit dans le discours raciste de cette frange radicale de l’extrême droite italienne.

  • 20 Nous avons pu, pour cette période, consulter vingt-sept numéros, dont un numéro double.
  • 21 A. Goldstaub, « L’antisemitismo in Italia », art. cité, p. 439.
  • 22 À partir de 1958, la revue change de format. Entre 1958 et 1965, elle comporte de 60 à 120 pages en (...)
  • 23 Voir Ordine nuovo, III, 1, janvier 1957. Les articles en question sont : « L’esempio dell’Oriente » (...)
  • 24 C’est le cas notamment de Clemente Graziani, Pino Rauti, Stefano Mangiante, Gabriele Fergola et Pao (...)
  • 25 Sur ces 14 numéros, 6 sont des numéros doubles.
  • 26 Ces articles sont écrits à l’occasion de la campagne électorale puis de l’élection du président Ken (...)
  • 27 T. Stabile, « Ecco cosa ho visto a Dachau », Ordine nuovo, XI, 1965, p. 28-34.
  • 28 Nous avons pu consulter 11 numéros de Noi Europa, publiés entre 1966 et 1968. On trouve des article (...)

8L’antisémitisme occupe, entre 1955 et 1959, une place centrale dans les colonnes du périodique Ordine nuovo, mensile di politica rivoluzionaria : trente-quatre articles ouvertement racistes et antisémites paraissent durant cette période20, reprenant les topoi de la campagne antisémite fasciste21. Entre 1955 et 1957, les numéros sont composés en moyenne d’une vingtaine de pages22 et il est très rare que l’on ne trouve pas au moins un ou deux articles antisémites de deux pages chacun par numéro. En 1957, un numéro comporte plus de cinq articles antisémites, soit dix-huit pages – sur les vingt-quatre pages que comporte au total la revue23. Ces articles sont écrits par des personnages de premier plan de l’organisation, militants de la première heure d’Ordine nuovo et qui appartiennent le plus souvent à ses instances dirigeantes24. Certains d’entre eux sont entrés en politique dans leur prime jeunesse dans les rangs de la République sociale italienne. Entre 1960 et 1965, nous avons pu relever un net fléchissement de la présence de la thématique antisémite : dans les quatorze numéros consultés25, nous avons relevé sept articles antisémites, bien plus courts que dans les numéros précédents et se référant cette fois principalement à un antisémitisme politique, aux prises avec l’actualité26. À partir de 196527 puis de 196728, le discours antisémite porté par les périodiques Ordine nuovo et Noi Europa réapparaît sous la forme de l’antisionisme et du négationnisme qui demeurent présents jusqu’en 1971, date de la disparition des revues étudiées. Par la suite, des revues aux dénominations similaires, exclues de notre étude, seront publiées par le groupe scissionniste Movimento politico Ordine nuovo, dirigé notamment par Clemente Graziani.

  • 29 Casa della Memoria, Dossier de procédure pénale no 91/97, modello 21, rapport d’expertise no 5 de A (...)

9À notre connaissance, aucun des articles étudiés n’a donné lieu à des poursuites. Les auteurs de la revue ont en revanche été poursuivis lors de la parution du premier numéro d’Ordine nuovo en avril 1955 sous le chef d’inculpation d’apologie du fascisme. Le numéro fut mis sous séquestre par le Parquet mais le tribunal, dans un jugement du 26 janvier 1957, acquittait les trois accusés au motif que « les faits reprochés ne constituaient pas un délit »29.

Racisme et antisémitisme : la défense d’une conception « spirituelle » de la race

  • 30 Clemente Graziani – dit Nello – est né à Rome le 17 mars 1935. Comme Pino Rauti, il est non seuleme (...)
  • 31 C. Graziani, « Precisazioni sul razzismo », Ordine nuovo, II, 1, 1956, p. 20-21.
  • 32 B. Acquaviva, « Il “mito” razzista del nazismo », Ordine nuovo, I, 1, 1955, non paginé.
  • 33 Ibid.
  • 34 P.-A. Taguieff, La nouvelle judéophobie, Paris, Mille et une nuits, 2002, p. 26.
  • 35 G. Maggiore, « Politica fascista della razza. Numero e qualità », Critica fascista, 20, 15 août 193 (...)

10Dans l’idéologie des adhérents d’Ordine nuovo, l’antisémitisme est l’une des composantes d’une conception plus généralement raciste du monde et de la société. Clemente Graziani30, l’un des fondateurs de la revue, insiste sur sa « vision aristocratique et hiérarchique du monde » dans laquelle s’insère une « doctrine de la race organique et spiritualiste »31. Le racisme est défini comme une « idée-force, un mythe formidable dont le but est de créer de nouveaux types de civilisations, de nouveaux États et surtout des hommes nouveaux »32. Il est également présenté, sous la plume de Bruno Acquaviva, comme une lutte « désespérée sans quartier » entre deux mondes, le « monde asiatico-sémite et le monde indo-germanique »33. Ces conceptions relèvent de ce que Pierre-André Taguieff a appelé la « “vulgate racialiste” diffusée à la fin du xixe siècle, fondée sur l’antithèse des “Sémites” et des “Aryens”, deux entités fictives articulées par le mythe de la lutte des “races” »34 et ressuscitent l’imaginaire antisémite mis en place par le fascisme à partir de 1938, selon lequel « le combat entre arianisme et sémitisme devait être interprété comme celui du fascisme contre des “forces occultes des ténèbres” »35.

  • 36 G. Fergola, « Razzismo e storia », Ordine nuovo, II, 10-11, 1956, p. 13-14. Si l’on en croit une le (...)
  • 37 Comme l’écrit Marie-Anne Matard-Bonucci, « le déterminisme du sang risquait, selon Evola, de compro (...)

11Clairement inspirés par Julius Evola, les auteurs insistent toutefois sur l’absence de déterminisme biologique en matière raciale, les hiérarchies établies par la naissance pouvant fort bien être modifiées par la force de l’esprit et de l’âme36. Polémiquant avec l’« antisémitisme biologique » de l’idéologue nazi Alfred Rosenberg, Evola s’était en effet posé dès le milieu des années trente en défenseur d’un « antisémitisme spirituel »37 – une conception qui recelait cependant, comme l’a souligné l’historien Francesco Germinario, un certain nombre de contradictions :

  • 38 Ibid., p. 273-274.

Le « racisme spirituel » occupait nécessairement une position subalterne par rapport au racisme biologique, si ce n’est au plan théorique, du moins au plan politique. […] Si le « racisme biologique » pouvait se passer du racisme « spirituel », l’inverse n’était pas vrai. Le « racisme spirituel » ne réfutait ni la définition biologique du juif, ni la réduction de l’être juif à une « race ». Il était inévitable que les critères de détermination biologiques de l’appartenance juive prévalent sur les critères « spirituels ». La lutte contre « l’esprit » juif présupposait que l’on ait posé au préalable une définition biologique de l’être juif en tant que « race ».38

  • 39 Paolo Andriani est né le 21 avril 1929. Il est l’un des fondateurs du groupe Ordine nuovo et l’un d (...)
  • 40 P. Andriani, « Il fascismo e la romanità », Ordine nuovo, I, 1, 1955, non paginé. La référence à la (...)
  • 41 C. Graziani, « Precisazioni sul razzismo », art. cité, p. 20.
  • 42 G. Fergola, « Razzismo e storia », art. cité, p. 14.

12L’on retrouve ces apories dans les publications d’Ordine nuovo. La revendication d’un « antisémitisme spirituel » n’empêche pas Paolo Andriani39 d’évoquer le maintien de la domination de la « race romaine », race « spirituelle » et « solaire » « qui possède les stigmates évidents d’une spiritualité supérieure »40, et Clemente Graziani de proclamer son attachement à « l’antique et sempiternel esprit aryen »41. La hiérarchie des races est donc maintenue, comme le montre également la stigmatisation des « lignées d’origine inférieure que sont les races mongoles, arméniennes et juives » qui, au gré des siècles, ont contaminé la « race russe »42.

  • 43 N. Degli Angeli, « L’ebraismo nella storia », Ordine nuovo, I, 3, 1955, p. 20-21. Selon les informa (...)
  • 44 B. Acquaviva, « Il “mito” razzista del nazismo », art. cité, non paginé. Les prises de position de (...)

13D’autre part, si la critique des théories de Rosenberg est présente dans la revue43, celle-ci est loin de remettre en cause l’admiration portée au régime nazi, considéré comme « la plus grande révolution des deux derniers siècles »44. L’éloge du nazisme se manifeste notamment par la réappropriation de référents mythiques appartenant au national-socialisme, notamment des ordres chevaleresques des chevaliers teutoniques, du code traditionnel saxon et de la devise des SS : « Notre Honneur est fidélité ».

L’imaginaire antijuif d’Ordine nuovo

  • 45 Ibid.
  • 46 On peut en outre ajouter que durant ses premières années de publication, les attaques contre les ca (...)

14L’antisémitisme occupe ainsi une place centrale de 1955 à 1959-1960 dans la pensée raciste des auteurs d’Ordine nuovo. La figure du juif est particulièrement stigmatisée, au travers d’un discours essentiellement raciste, où les stéréotypes relevant de l’antijudaïsme chrétien n’occupent qu’une place marginale. L’assimilation entre « races » juive et chrétienne – le christianisme étant considéré comme l’« incarnation plus ou moins consciente du sémitisme »45 – et les tendances paganisantes d’une partie des militants d’Ordine nuovo constituent une explication plausible de cette absence46.

  • 47 L. Poliakov, Histoire de l’antisémitisme, 1945-1993, Paris, Seuil, 1994, p. 23.
  • 48 « Analisi dell’anima ebraica », Ordine nuovo, I, 9, 1955, p. 3-7.
  • 49 F. Germinario, Estranei alla democrazia, op. cit., p. 15. Otto Weininger, écrivain autrichien né en (...)

15Les prétendues caractéristiques de la race juive sont décrites, particulièrement dans les numéros des années 1955-1956. Les termes employés évoquent clairement ce que Léon Poliakov appelle l’« imaginaire antijuif » dans son Histoire de l’antisémitisme47. Un article paru en 1955 présente longuement une « analyse de l’âme juive » : « Aussi antipathique que soit le physique du juif, c’est surtout sa façon d’être qui suscite notre répulsion. »48 À la faveur d’une assimilation classique entre l’État d’Israël et le peuple juif, l’auteur dénonce le caractère mixte de la « race » du « peuple d’Israël », « qui ne correspond pas à une race mais représente un mélange racial ». La « substance raciale primaire » juive serait ainsi un produit du mélange entre « race du désert ou orientale et […] race du levant ou arménoïde ». « En tant qu’“homme du désert”, le juif est par nature nomade » : le thème de la « race sans terre » de Schmitt, Weininger et Brasillach49 est ici repris, la « race » juive étant ainsi définie :

  • 50 « Analisi dell’anima ebraica », art. cité, p. 4.

Sa caractéristique fondamentale est le changement, l’instabilité […] avec toutes ses conséquences : une vie liée au moment, un manque de sens de la propriété stable et de toute forme d’amour pour la terre et pour la culture de la terre […]. [Le juif porte] un intérêt non pas pour les choses en soi, mais pour ce qui, en elles, est utilisable, transportable, consommable. […] [Quant à] l’homme du levant, s’il vit essentiellement dans les centres habités, ce n’est pas pour y exercer une activité créatrice et productive. Son inclination fondamentale va vers le commerce.50

  • 51 Ibid., p. 3-7. Il faut souligner l’origine évolienne de ce discours. Dans ses écrits des années tre (...)

16L’auteur complète cette définition en insistant sur les aspects communs de ces deux « races » au sein desquelles « on trouve la même mobilité et instabilité, la même attitude profiteuse face au monde, le manque de racines, le même esprit de calcul, la même incapacité créatrice et la même inclination à vivre de choses qu’ils n’ont pas produites eux-mêmes », avant d’insister sur le caractère débridé de leur « sensualité »51, emblématique à ses yeux de l’absence de sens de la mesure qui caractérise la « race juive ».

  • 52 A. Rosenbaum, L’antisémitisme, Rosny, Bréal, 2006, p. 55.
  • 53 C. Graziani, « I Protocolli dei Savi di Sion », Ordine nuovo, I, 2, 1955, p. 16-17.
  • 54 N. Degli Angeli, « L’ebraismo nella storia », art. cité, p. 21.
  • 55 Ibid., p. 21.
  • 56 « Analisi dell’anima ebraica », art. cité, p. 3-7.
  • 57 N. Degli Angeli, « L’ebraismo nella storia », art. cité, p. 21.
  • 58 Ibid., p. 21.
  • 59 Les auteurs d’Ordine nuovo reprennent fidèlement la conception de l’homme nouveau développée par Ju (...)

17Ordine nuovo stigmatise, par ailleurs, la notion d’élection52 à travers la dénonciation de l’« orgueil de race incommensurable, caractéristique des juifs »53. Les auteurs portent des jugements négatifs sur les prétendues caractéristiques raciales, psychologiques et morales des juifs54, conçues comme des forces « désagrégeantes et négatives »55 pour la société. À leurs yeux, la « canaille juive est le déchet de tous les peuples d’Europe »56 : « leur dieu est l’argent, leur éthique la conception matérialiste de la vie »57 ; la mentalité juive est « empreinte d’un radical et cynique individualisme »58. La figure du juif est ainsi érigée en contre-modèle spirituel de l’homme-héros, du légionnaire défenseur de la tradition, de l’ordre et d’une société organique dont Ordine nuovo appelle de ses vœux l’avènement59. Reprenant des thèmes classiques de l’antijudaïsme traditionnel – notamment l’avarice et la rapacité supposées du « juif » ou encore sa fonction de désagrégation de la société –, la revue érige le juif en figure repoussoir.

  • 60 N. Degli Angeli, « L’ebraismo nella storia », art. cité, p. 20-21. Il convient de noter que cet art (...)

18La revue en vient ainsi à justifier dans ses colonnes la politique raciale nazie sans toutefois faire explicitement référence au génocide. « En Allemagne les répressions antijuives n’ont pas seulement eu une fonction idéale. Elles relevaient également d’une question urgente de vie ou de mort » : il s’agissait en effet d’« empêcher que la vitalité de l’État [allemand] soit suffoquée par la pieuvre hébraïque »60.

  • 61 C. Graziani, « I Protocolli dei Savi di Sion », art. cité, p. 16-17.
  • 62 Ibid.
  • 63 « Analisi dell’anima ebraica », art. cité, p. 7.
  • 64 B. Acquaviva, « La chiesa e gli ebrei », Ordine nuovo, III, 1, 1957, p. 10-14.
  • 65 C. Graziani, « L’interpretazione razzista della storia », ibid., II, 3, 1956, p. 17-18.
  • 66 B. Acquaviva, « La chiesa e gli ebrei », art. cité, p. 14. Il convient de souligner le caractère po (...)
  • 67 Aryas, « La rivolta araba », Ordine nuovo, II, 9, 1956, p. 19.

19En effet, les attaques racistes des auteurs d’Ordine nuovo traduisent leur peur d’une « judaïsation complète de l’humanité »61 : il s’agit pour le groupe de préserver une « race aryenne » en voie de disparition62 et de « combattre le judaïsme comme une possibilité négative latente pour l’homme non juif […] »63. Bruno Acquaviva mentionne ainsi ce « monde de bâtards où tout est corrompu et la plus grande partie des “Aryens” présumés est plus juive, dans sa pensée et dans sa conception du monde, que les juifs dont l’ascendance davidique est prouvée »64. Aux yeux de Clemente Graziani, l’assimilation entre « races dégénérées et judaïsées »65 est manifeste ; la lutte de la « lignée de légionnaires », de ces hommes de la tradition, doit donc se porter contre le « monde moderne entièrement judaïsé, dans toutes ses expressions, de la philosophie à la musique, de la politique à la culture, de la religion à la famille »66. Si la caractéristique de la race est principalement déterminée par l’esprit, comme le pensent Julius Evola et à sa suite les auteurs d’Ordine nuovo, les races, aussi nobles soient-elles, peuvent donc être corrompues par des « races inférieures », dont la « race juive » est perçue comme la représentante la plus puissante. La « race juive » est censée être l’incarnation des « “valeurs” occidentales, ploutocratiques, de la bourse et des synagogues, des parlements et des Loges »67. Ces auteurs assimilent ainsi les puissances de l’argent, les juifs, la démocratie et la franc-maçonnerie, représentants d’une subversion fantasmée qui les révulse et aurait envahi, à leurs yeux, le monde moderne.

  • 68 Les militants d’Ordine nuovo n’ont certes pas tous vécu directement et consciemment les événements (...)

20Les collaborateurs de la revue Ordine nuovo, qui comptent parmi les militants d’extrême droite les plus actifs des années cinquante, ont vu, directement ou non, leur monde s’écrouler à la faveur de la seconde guerre mondiale et de la défaite des forces de l’Axe. L’impact traumatique de la défaite est fondamental dans la structuration de la pensée et la construction de la mythologie politique des militants d’extrême droite dans l’après-guerre68. Pour être en mesure de rendre compte des bouleversements qui ont abouti à la mise en place d’un monde dans lequel ils ne peuvent plus se reconnaître, cette génération de « réprouvés » cherche à désigner des responsables : pour Ordine nuovo, « le juif » est le principal agent de cette subversion mondiale, et la « judaïsation de la société », le facteur majeur du processus de décadence que connaît l’Occident.

  • 69 P. Rauti, « L’equivoco del nazionalismo », Ordine nuovo, I, 8, 1955, p. 15-18.
  • 70 Dans les années qui suivent le premier conflit mondial, on trouve dans les colonnes du mensuel La V (...)
  • 71 B. Acquaviva, « Longanesi : truffa borghese », Ordine nuovo, I, 4-5, 1955, p. 22-24.
  • 72 N. Degli Angeli, « L’ebraismo nella storia », art. cité, p. 20-21.
  • 73 Notamment porté à la fin du xixe siècle par la Civiltà cattolica (voir S. Levis-Sullam, « I critici (...)
  • 74 G. Fergola, « L’Europa alla deriva », Ordine nuovo, III, 1, 1957, p. 4-6.
  • 75 Ibid., p. 6.

21Les juifs sont en effet tenus pour responsables de ce supposé déclin sans précédent de l’Occident qui aurait débuté en 1789, puis se serait incarné dans le Risorgimento69 italien, dans la Révolution russe70 et se serait poursuivi avec les deux conflits mondiaux du xxe siècle, décrits comme des guerres « civiles ». « Les forces internationales maçonniques et juives » auraient ainsi « subventionné la coalition des nationalismes et des grandes démocraties, inspirés des principes immortels » de 1789 contre l’Axe71. Elles seraient les acteurs principaux de la décadence des valeurs d’ordre et de hiérarchie constitutives des fondements de l’Occident depuis le Saint Empire romain germanique72. En désignant les juifs comme les responsables du déclin, Ordine nuovo reprenait un topos du discours antisémite de la presse cléricale post-unitaire73, mais en le réactualisant – notamment à la lumière de la question de la décolonisation. Les juifs sont jugés responsables de la « décadence de la race blanche » et la revue dénonce l’abandon des colonies par le « juif Mendès-France »74, considéré comme le « bradeur de l’Empire ». Mendès-France est rendu responsable de l’abandon des anciennes colonies françaises aux « peuples de couleur » et de la fin du prestige colonial européen, la paix en Indochine étant désignée comme « une honte cruelle pour la race blanche »75.

  • 76 F. Germinario, Estranei alla democrazia, op. cit., p. 23.
  • 77 P. Andriani, « America : Maschera e volto », Ordine nuovo, I, 4-5, 1955, p. 17-19.
  • 78 B. Acquaviva, « Longanesi : truffa borghese », art. cité, p. 22-24.
  • 79 P. Andriani, « America : Maschera e volto », art. cité, p. 18.
  • 80 P. Rauti, « L’equivoco del nazionalismo », art. cité, p. 15-18.

22Selon Francesco Germinario, dans la pensée d’Ordine nuovo, « le concept même de révolution est attribuable à la culture juive »76 : les États-Unis d’Amérique, créés « à l’ombre de l’arbre de la liberté sous les auspices du juif Washington et du franc-maçon Franklin »77, seraient le produit de la « révolte judéo-maçonnique »78 puis, dans les années qui suivent leur indépendance, la terre d’accueil de la subversion mondiale, « des déchets d’Europe, des subversifs, des juifs, des anciens prisonniers du monde entier, des aventuriers à la recherche de gains rapides »79. Les mouvements de luttes nationales du xixe siècle portés par les idéaux de la Révolution française ne seraient que des manifestations « d’une œuvre effrayante de désagrégation directement manœuvrée par ce que l’on appelle les “forces occultes”, expression par laquelle on peut désigner les puissances de diverses natures comme le judaïsme, la franc-maçonnerie et la haute finance »80.

  • 81 C. Graziani, « I Protocolli dei Savi di Sion », art. cité, p. 16-17.
  • 82 B. Acquaviva, « Mostruosità dell’arte moderna », Ordine nuovo, I, 9, 1955, p. 14-17.
  • 83 G. Fergola, « Razzismo e storia », art. cité, p. 13-14.
  • 84 B. Acquaviva, « Einstein, fisico “sovversivo” », Ordine nuovo, I, 3, 1955, p. 10-11.
  • 85 Ibid., p. 11.
  • 86 Ibid.
  • 87 Sur les origines du négationnisme français et l’emploi de procédés rhétoriques de banalisation et d (...)

23À la faveur d’une assimilation entre le « sémitisme », le socialisme, le communisme et le marxisme incarnés par les figures de Karl Marx, d’Albert Einstein et de Léon Trotsky, les auteurs s’attachent à montrer que les juifs visent la destruction de la société traditionnelle. Ce type d’argumentaire reprend un des lieux communs de l’antisémitisme politique du xixe siècle, à son tour réexploité par la propagande antisémite fasciste. Pour appuyer leur discours antisémite et le légitimer, les auteurs prétendent reprendre des propos tenus par des juifs : le « juif Nossing » aurait ainsi affirmé que « le socialisme et le mosaïsme n’ont pas des programmes opposés entre eux ; […] parmi les idées conductrices des deux doctrines, on trouve au contraire un accord évident »81. Le socialisme aux « théories monstrueuses »82 est présenté comme une idéologie subversive, élaborée par un juif, Marx, tandis que la révolution russe a été portée par le « juif Trotsky »83. « Einstein l’israélite » est quant à lui qualifié de physicien « subversif »84. Assimilant relativisme et relativité, Bruno Acquaviva dénonce le courant « relativiste » dans lequel s’insérerait la pensée d’Einstein, qui aurait abouti à l’application de principes subversifs à tous les champs du savoir et de la connaissance : « relativisme et relativité [seraient donc] les anneaux d’une longue chaîne subversive qui propose la destruction complète d’un ordre qui n’est plus le nôtre depuis des siècles […] »85. L’auteur s’attaque ensuite aux convictions personnelles de Einstein, qui « vit en adéquation avec les façons de vivre traditionnelles de sa race », en soutenant le « pacifisme, la croisade démocratique contre les “totalitarismes” ». Il lui reproche enfin d’avoir « fourni aux ploutocraties l’énergie atomique » ayant permis « l’extermination » (« lo sterminio ») du peuple japonais86. Il faut souligner la charge polémique de l’emploi de ce terme qui banalise implicitement le génocide des juifs et semble annoncer les thèses négationnistes que la revue défendra près de dix ans plus tard – et auxquelles Bruno Acquaviva a peut-être déjà été sensibilisé par la lecture des écrits de certains auteurs antisémites français87.

  • 88 U. Cesarini, « L’uomo e la tecnica », Ordine nuovo, III, 1, 1957, p. 8-9. Ugo Cesarini est né à Rom (...)

24Einstein est ainsi constitué en figure repoussoir incarnant tous les principes et toutes les idéologies que rejette Ordine nuovo. Son œuvre scientifique aboutit à « déshumaniser » le genre humain, « paralysé [...] par la psychose thermonucléaire »88. Le discours sur le « juif Einstein » vise en dernière analyse à faire reposer sur une race juive fantasmée la responsabilité de l’avènement d’un système de valeurs conçu comme déshumanisant.

  • 89 R. Sermonti, « Chiarezza d’un discorso per gli europei narcotizzati », Ordine nuovo, VII, 1-2, 1961 (...)
  • 90 N. Degli Angeli, « L’ebraismo nella storia », art. cité, p. 20.
  • 91 Ibid., p. 21.
  • 92 M.-A. Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, op. cit., p. 389.

25Outre l’assimilation entre communisme et « sémitisme », les auteurs d’Ordine nuovo établissent un lien étroit entre les juifs, d’une part, et la démocratie libérale et le communisme, d’autre part, conçus comme « les deux branches d’une même tenaille »89. Les juifs auraient ainsi, « mettant de côté toute idée de nationalité dans leurs spéculations, exerc[é] une grande influence sur leur Internationale ouvrière, qui est leur créature (Marx-Lassalle) et sur les conceptions universalistes libérales [sic] »90. Ce lien entre juifs, démocratie libérale et marxisme expliquerait les alliances entre « l’internationalisme juif capitaliste » et « l’internationalisme juif communiste »91 pendant le second conflit mondial – une thématique qui réactive le topos antisémite nazi et fasciste du « juif fauteur de guerre »92.

  • 93 A. Rosenbaum, op. cit., p. 25.
  • 94 N. Degli Angeli, « L’ebraismo nella storia », art. cité, p. 21.
  • 95 « Analisi dell’anima ebraica », art. cité, p. 4.
  • 96 Le député Francesco Pasqualigo, député libéral de Vénétie, s’opposa à la nomination au poste de min (...)
  • 97 Ibid.

26Comme le fait remarquer Alexis Rosenbaum, la figure du juif dans le discours d’extrême droite incarne un mélange d’insularité et d’universalité93. À en croire Ordine nuovo, « le juif » vit « aux marges de la vie des autres peuples, [il] est insensible à leurs besoins » et il « constitue un frein à toutes [leurs] aspirations […] »94. La figure du juif apatride, du « peuple errant »95 affleure ici, tout comme celle du traître qui lui est étroitement liée. C’est toutefois principalement après la guerre des Six Jours que les auteurs s’inquiètent de ce que les communautés juives de la diaspora pourraient constituer des États dans l’État et bénéficier d’une « double nationalité » : le discours antisémite prend alors une dimension plus directement politique. Là encore, Ordine nuovo réactive un topos de la tradition antisémite du xixe siècle : l’accusation de « double loyauté », déjà agitée une première fois par la presse italienne à l’occasion de l’« affaire Pasqualigo » en 187396, avait été réactivée au moment de la naissance du sionisme italien avant d’être reprise durant la guerre de Libye de 191197 et de connaître une nouvelle fortune sous le fascisme pendant la campagne antisémite des années 1936-1938. L’objectif du fascisme était d’exclure les juifs de la communauté nationale ; c’est également le but d’Ordine nuovo dans l’après-guerre.

  • 98 C. Graziani, « I Protocolli dei Savi di Sion », art. cité, p. 16.
  • 99 Faux notoire, les Protocoles des Sages de Sion « étai[en]t censé[s] reproduire les actes du congrès (...)

27Aux yeux de Clemente Graziani, l’action subversive des juifs n’est toutefois pas une fin en soi, mais plutôt « un instrument de lutte pour arriver à la création du Règne Universel d’Israël »98. La référence récurrente aux Protocoles des Sages de Sion, œuvre conspirationniste par excellence, témoigne de la vision téléologique de l’histoire portée par les auteurs de la revue99.

La rhétorique conspirationniste d’Ordine nuovo : des Protocoles des Sages de Sion à la diabolisation de l’État d’Israël

  • 100 C. Graziani, « I Protocolli dei Savi di Sion », art. cité, p. 16-17.
  • 101 M.-A. Matard-Bonucci, « Usages de l’antisémitisme social dans l’Italie fasciste », art. cité, p. 80 (...)
  • 102 Clemente Graziani est considéré par Franco Ferraresi comme un « disciple reconnu d’Evola ». Voir F. (...)
  • 103 M.-A. Matard-Bonucci, « Usages de l’antisémitisme social dans l’Italie fasciste », art. cité, p. 83 (...)

28La rhétorique conspirationniste est très présente dès la première année de publication de la revue. Clemente Graziani, l’un des principaux dirigeants du groupe, consacre notamment un long article au thème de l’authenticité des Protocoles des Sages de Sion100. La revue se place ainsi dans la continuité d’un débat introduit durant le Ventennio par Giovanni Preziosi. Comme durant la période fasciste, les Protocoles « s’impose[nt] d’emblée [au sein de la revue] comme la matrice principale du discours antijuif »101. Si Graziani s’accorde à mettre en question l’authenticité du texte, il revendique en revanche la véracité de ses thèses, reprenant fidèlement l’argumentation développée par son maître102, Julius Evola, à la fin des années trente103, et accrédite le mythe selon lequel une « Internationale judéo-maçonnique » aurait fomenté un complot qui viserait, au terme d’un long processus révolutionnaire, à instaurer un « super gouvernement Universel Juif ».

  • 104 C. Graziani, « I Protocolli dei Savi di Sion », art. cité, p. 16.

29Aux yeux de Graziani, la chute du tsar de Russie, les deux guerres mondiales, la création de l’État d’Israël et même l’orientation « progressiste » de la pensée scientifique et historique constituent autant de preuves à l’appui des thèses défendues dans les Protocoles104. Ordine nuovo, tout en relayant ouvertement les thèses conspirationnistes, dénonce « l’antisémitisme mauvais, fanatique et extrémiste » dont les « élucubrations » ont contribué à nourrir le débat sur l’authenticité des Protocoles (Graziani, ibid.). Pourtant Graziani reprend à son compte toute une série de jugements de valeur, de référents qui renvoient à une rhétorique et à une pensée antisémite : « l’orgueil de race incommensurable », le complot et le rôle d’une « Internationale judéo-maçonnique » qui viserait à la subversion de l’ordre établi (ibid.).

  • 105 N. Degli Angeli, « L’ebraismo nella storia », art. cité, p. 21.
  • 106 P. Andriani, « Egitto e Israele », Ordine nuovo, I, 9, 1955, p. 20-21.
  • 107 Ibid., p. 21.
  • 108 « Analisi dell’anima ebraica », art. cité, p. 3-7.
  • 109 N. Degli Angeli, « L’ebraismo nella storia », art. cité, p. 20.
  • 110 Ibid., p. 21.

30De 1955 à 1960, la revue ne cesse d’ailleurs de relayer la thèse du rêve de « domination mondiale » des juifs (ibid.), dénonçant l’existence d’une « pieuvre juive »105 dont le centre serait situé en cette « terre, d’où deux mille ans auparavant leurs antiques ancêtres étaient partis pour envahir le monde et semer les graines des idéologies subversives juives »106. L’État d’Israël, dominé par un régime « communiste » comme l’existence des kibboutz tendrait, aux yeux d’Ordine nuovo, à le prouver107, est ainsi considéré comme le centre de la subversion mondiale dont la domination est censée s’exprimer dans tous les domaines. Aux yeux d’Ordine nuovo, la prétendue « domination » des juifs ne s’exerce pas seulement dans le domaine culturel mais avant tout sur les terrains économique et politique. Reprenant des stéréotypes véhiculés par l’antisémitisme politique du xixe siècle, et qui avaient eux-mêmes déjà été repris par le régime fasciste, la revue stigmatise la figure du « juif spéculateur »108 et « l’infiltration juive dans les rapports socio-économiques »109. « Gain et pouvoir, voilà ce à quoi tend le judaïsme […]110 ».

  • 111 « Le traccia di Goldwater », Noi Europa, II, 6, 1967, p. 15.
  • 112 A. Rosenbaum, op. cit., p. 94.
  • 113 La revue apporte en 1955-1956 un soutien sans faille à la politique nationaliste et panarabe de Nas (...)
  • 114 P. Andriani, « Egitto e Israele », art. cité, p. 21.
  • 115 F. Germinario, Estranei alla democrazia, op. cit., p. 25.
  • 116 À en croire la revue, l’élection du président Franklin Delano Roosevelt aurait d’ailleurs été permi (...)
  • 117 Ibid., p. 9.

31Reprenant un lieu commun de la pensée antisémite, la revue s’en prend plus particulièrement aux juifs américains, qu’elle décrit comme « richissimes » et dotés d’une influence notable sur les chefs d’État et les nations. Les auteurs accusent la communauté juive américaine de minimiser ses effectifs dans le but de cacher sa véritable puissance111 et, selon le procédé classique décrit par Alexis Rosenbaum, tirent argument de la prospérité globale du judaïsme américain pour « lui imputer une puissance politique démesurée »112. Si l’expression lobby juif n’est pas explicitement employée, c’est toutefois à ce type d’influence fantasmée que les textes renvoient : aux yeux d’Ordine nuovo, les juifs auraient la capacité d’influencer aussi bien la politique intérieure américaine que sa politique extérieure, notamment à l’égard d’Israël. Le soutien américain à Israël est dénoncé dès 1955 et attribué à l’influence juive. Dans un article de décembre 1955, Paolo Andriani, après avoir affirmé que le colonel Nasser113 aurait décidé en 1955 d’acheter des armes tchécoslovaques, pose la question suivante : « Les juifs nord-américains prétendraient donc que le colonel Nasser répond aux coups de canon d’Israël par des déclarations de confiance démesurées en les quatre libertés atlantiques inventées par le juif honoraire Delano Rooswelt [sic] ? »114 L’auteur emploie d’autre part ici une stratégie fréquemment adoptée par la rhétorique antisémite : la judaïsation de l’ennemi115. Il n’est guère étonnant que Roosevelt116, tenu pour responsable de la défaite de l’Axe, soit l’objet de ce type de diatribes tant le ressentiment à son égard est développé au sein de l’extrême droite italienne. Kennedy, considéré par la revue comme l’héritier politique de Roosevelt, est également la cible d’attaques virulentes. C’est d’ailleurs à la faveur de sa candidature puis de son élection à la présidence des États-Unis que l’antisémitisme politique, mis de côté pendant plusieurs années, réapparaît dans le discours d’Ordine nuovo. Selon les auteurs de la revue, le « “catholique” Kennedy » serait soutenu par les mêmes « réseaux juifs » qui ont permis l’arrivée puis le maintien au pouvoir de Roosevelt117.

Du « juif » à l’« invasion afro-asiatique » : le déplacement de la figure du bouc émissaire

  • 118 F. Alpino, « Il “razzismo” negro minaccia l’Europa », Ordine nuovo, VI, 2, 1960, p. 68-72.

32Il s’agit maintenant d’expliquer la mise en sourdine des thématiques antisémites après 1960. Entre 1955 et 1960, comme nous l’avons vu, les auteurs de la revue usent de tous les stéréotypes antisémites pour dénoncer la prétendue subversion juive. Le révolutionnaire, le banquier, le capitaliste juif, « l’internationale judéo-maçonnique » sont par la suite remplacés, à la faveur des indépendances nationales africaines, par une haine raciste davantage tournée vers « l’invasion » « afro-asiatique ». En effet, à partir de 1960, les articles sur la « menace » afro-asiatique, sur le « racisme nègre »118, les réflexions sur la colonisation et le colonialisme, sur l’impérialisme, sur le soutien aux luttes européennes en Afrique ainsi que sur le combat pour la défense de l’Occident prennent une place de plus en plus importante au sein de la revue.

  • 119 Henry Coston, journaliste, rédacteur en chef du journal La Libre Parole, s’illustre, dès les années (...)
  • 120 H. Coston, Les Francs-maçons célèbres, Paris, impr. E. Ramlot, 1934 ; Id., La finance juive et les (...)
  • 121 H. Coston, Les financiers qui mènent le monde. La Haute banque et les trusts, Paris, La librairie f (...)
  • 122 Édouard Drumont publie en 1886 son ouvrage La France juive, contribuant selon Grégoire Kauffmann à (...)
  • 123 U. Giusti, « Les financiers qui mènent le monde », Ordine nuovo, VI, 3, 1960, p. 189-192.
  • 124 S. Mangiante, « La destra in Francia non rispetta gli idoli », Ordine nuovo, VII, 1-2, 1961, p. 30- (...)
  • 125 Le mensuel d’extrême droite Défense de l’Occident est créé en décembre 1952 par Maurice Bardèche et (...)
  • 126 S. Mangiante, « La destra in Francia non rispetta gli idoli », art. cité, p. 31.

33La figure du juif comme élément catalyseur de la haine raciste est mise de côté sans disparaître totalement. La revue continue à recommander dans sa rubrique I libri la lecture de classiques de la littérature antisémite française, notamment des pamphlets d’Henry Coston119 : Les francs-maçons célèbres, Les 200 familles, La finance juive et les trusts, ou encore son ouvrage rédigé avec Jullien-Courtine, Les juifs en France120. La revue présente ainsi Les financiers qui mènent le monde121 comme un « document de noble pensée » et fait l’éloge du « fameux livre d’Édouard Drumont La France juive »122 qui s’attacherait à établir « toute la vérité sur un monde inconnu »123. Là encore, la rhétorique conspirationniste des forces occultes affleure dans le discours d’Ordine nuovo qui va jusqu’à qualifier Drumont de « génialissime »124 tandis que la revue Défense de l’Occident, dirigée par Maurice Bardèche125, antisémite notoire, est considérée comme étant à « l’avant-garde de la bataille idéologique »126.

  • 127 L’expression italienne employée est « non troppo occulte ».
  • 128 « Dietro la facciata del “cattolico” Kennedy », art. cité, p. 8.

34L’antisémitisme politique demeure présent, comme en témoignent les articles qui paraissent lors de l’élection de Kennedy, désigné comme « un homme bien contrôlé et soumis à l’influence de puissances pas tout à fait occultes127 [sic] qui […] planifient le destin d’un peuple américain hypnotisé »128. En revanche, l’antisémitisme racial qui faisait l’objet de nombreux articles dans les premières années de publication disparaît.

  • 129 M.-A. Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, op. cit., p. 99.

35À la faveur des mouvements d’indépendance africains, les figures du Noir et de l’Arabe prennent le relais de celle du juif pour expliquer la décadence contemporaine de l’Occident et la corruption de la « race aryenne, romaine et solaire », diagnostiquée par les auteurs d’Ordine nuovo. Fortement inspirée par l’antisémitisme de Julius Evola, la haine des juifs exprimée dans la revue « s’intègr[e] donc dans une philosophie plus générale de la race »129, comme c’était déjà le cas sous le fascisme, et la lutte contre la race africaine se substitue à celle contre la race juive.

  • 130 N. Degli Angeli, « L’ebraismo nella storia », art. cité, p. 21.

36Plusieurs éléments d’explication doivent être apportés ici. L’importance de la rhétorique antisémite au sein du discours du groupe le plus important de la droite radicale d’après-guerre, dans un pays où l’antisémitisme politique ne constituait pas un élément patrimonial historiquement fondamental de la pensée d’extrême droite avant l’expérience fasciste, peut être expliquée par plusieurs facteurs. Dans la deuxième moitié des années cinquante, le souvenir du ventennio, de la politique antisémite du fascisme monarchique, de la guerre, puis de l’expérience de la République sociale italienne, pour laquelle certains de ses membres ont combattu, est extrêmement fort au sein d’Ordine nuovo. La génération de militants qui domine le monde de l’extrême droite dans les années cinquante, et plus particulièrement sa frange radicale, a certainement été marquée par les politiques de persécution menées par le fascisme monarchique puis par la République de Salo. Pour des militants qui se réclament ouvertement de la République sociale italienne, seul régime génocidaire que l’Italie ait connu, la figure du juif est la plus évidemment mobilisable pour répondre au besoin d’explication des échecs des « Révolutions nationales »130 que sont les régimes fasciste et nazi.

  • 131 Voir dans Ordine nuovo : « Bandung, l’Asia alle porte », I, 2, 1955 ; « L’Europa alla deriva », III (...)
  • 132 Ibid. : « La tragedia degli harkis », IX, 1, 1963 ; « La guerra rivoluzionaria », IX, 2, 1963 ; « B (...)
  • 133 Voir l’article de P. Bertilotti dans le présent numéro de Laboratoire italien.

37L’entrée en politique, au début des années soixante, d’une nouvelle génération qui n’a pas connu ni subi directement l’influence de la propagande fasciste peut contribuer à expliquer cette relative désaffection pour la thématique antisémite. La référence à la puissance juive et franc-maçonne corruptrice ne constitue plus un thème mobilisateur et fédérateur en 1960, alors que le groupuscule Ordine nuovo a besoin de rallier les jeunes générations. Le groupe se heurte au renouvellement nécessaire de la figure de l’adversaire qui s’incarne désormais dans la menace que « l’afro-asiatisme de Bandung »131 fait peser sur la puissance occidentale. La lutte pour la défense de la puissance européenne en Afrique est d’autant plus mobilisatrice qu’elle offre à la composante activiste d’Ordine nuovo des possibilités d’engagement effectif. Le soutien apporté à l’Organisation armée secrète132, qui se manifeste par la multiplication des articles traitant de ce sujet, peut en effet conduire à la participation à des actions concrètes. Certes, les militants d’Ordine nuovo ont pu être les protagonistes d’épisodes à caractère antisémite133. Mais le discours antisémite du groupe n’était pas avant tout un discours pour l’action : sa fonction essentielle était bien plutôt d’expliquer les événements majeurs de l’histoire du monde. Aux yeux des jeunes militants d’extrême droite des années soixante, la lutte contre la « judaïsation » de la société apparaît ainsi désormais comme un combat d’arrière-garde, tandis que la lutte contre « l’invasion afro-asiatique » en Europe semble avoir des implications concrètes immédiates et se situe davantage au cœur de l’actualité.

1965-1971 : un discours antisioniste et négationniste

  • 134 J. Evola, « Lettera di Evola a Almirante », Noi Europa, II, 2, 10 mars 1967, p. 13. Cet article d’E (...)
  • 135 « I termini attuali del problema arabo-israeliano », Ordine nuovo, I (nouvelle série), 2, 1970, p.  (...)
  • 136 A. Rosenbaum, op. cit.

38La vision caricaturale du juif riche, traître, cruel, comploteur et dominateur qui est mise de côté après 1960 réapparaît toutefois à partir de 1967, essentiellement pour être mise au service de l’antisionisme et de la dénonciation de la politique de l’État d’Israël. Dans l’interprétation qu’Ordine nuovo donne des événements, la situation proche-orientale serait le résultat d’un « expansionnisme juif » dont les objectifs seraient mondiaux et dont la conquête du monde arabe ne serait que la première étape. En critiquant avec virulence la notion de « Terre promise », Ordine nuovo rejette toute éventuelle justification religieuse du retour des juifs au Proche-Orient134. Pour s’assurer une implantation durable dans la région, Israël, par l’intermédiaire de la « grande puissance financière juive », aurait favorisé l’écrasement socio-économique des pays arabes dans le but de créer une « zone de faiblesse et de désordre endémique à coloniser dans le futur »135. Suivant un procédé typique de la rhétorique antisioniste136, l’assimilation de l’État d’Israël à la « puissance financière juive » permet à la revue d’imputer à cet État tous les préjugés antisémites les plus classiques. Les ambitions mondiales d’Israël sont ainsi soulignées :

  • 137 « I termini attuali del problema arabo-israeliano », art. cité p. 71.

Israël ne s’arrêtera pas. […]. Il est destiné à devenir le support territorial et temporel d’un Empire qui […] existe déjà et dont les agences portent le nom des plus grandes villes de l’Occident : New York, Londres, Paris… Où l’argent et l’influence politique des juifs régissent à eux seuls le monde stupide des Gentils. Pour le moment, la partie semble se jouer entre les Arabes et Israël. Mais nous ne nous faisons pas d’illusions. Demain nous aussi nous devrons participer : l’enjeu en réalité, est la Méditerranée, le cœur du monde, et nous sommes au milieu.137

  • 138 « Israele vittoria senza ali », Noi Europa, II, 5, 20 juillet 1967, p. 11-12 ; « I termini attuali (...)
  • 139 P. Andriani, « Egitto e Israele », art. cité, p. 21.
  • 140 « Israele vittoria senza ali », art. cité, p. 12.

39Outre ces stéréotypes relevant de la rhétorique conspirationniste et visant à démasquer les prétendues menaces de domination juive mondiale, Ordine nuovo et Noi Europa s’appliquent également à dénoncer les conditions de l’instauration de l’État d’Israël et les modalités de la prise de contrôle du territoire138. L’intervention de l’Organisation des Nations unies, institution internationale honnie car issue du nouvel ordre mondial érigé sur les ruines de la seconde guerre mondiale, est stigmatisée dès 1955139. Tout comme est dénoncé le traitement réservé aux Palestiniens qui « ont été expulsés de leur territoire pour “donner de l’espace” au nouvel État juif, et [qui] vivent pour la plupart encore dans des campements, dans des conditions inhumaines autour des frontières d’Israël sans qu’ait jamais été abordé le problème dramatique de ces réfugiés »140.

  • 141 P. Andriani, « Egitto e Israele », art. cité, p. 21.
  • 142 « Quando la causa è “sacrosanta” », Noi Europa, II, 5, 1967, p. 11.
  • 143 « Israele vittoria senza ali », art. cité, p. 11-12.
  • 144 « Quando la causa è “sacrosanta” », art. cité, p. 11.
  • 145 Ibid.
  • 146 Ibid.

40Ses positions antisionistes conduisent Ordine nuovo à soutenir la cause palestinienne, et ce avec d’autant plus de force que la situation d’instabilité dans laquelle se trouve le Proche-Orient depuis 1948 crée, selon Noi Europa, un terreau favorable à l’implantation marxiste dans la région. Le soutien des pays occidentaux à la politique israélienne aurait pour corollaire inévitable que « les Arabes seront toujours plus encouragés à s’allier avec Moscou »141. L’engagement propalestinien du groupe est très clairement exprimé lors de la guerre des Six Jours. Confortant les positions prises depuis 1955 sur le conflit israélo-palestinien, la revue dénonce en effet le soutien unilatéral que les puissances occidentales, et particulièrement les États-Unis, accordent à la « sacro-sainte » cause israélienne142 et à sa politique « agressive », « militariste » et « raciste »143. Le sionisme, politique « impérialiste », est assimilé à une forme de « colonialisme » que soutiennent toutefois les puissances occidentales car « vu qu’il s’agit d’Israël, tout est permis », « on a même le droit de devenir vaguement racistes »144. À partir de l’exemple algérien, les auteurs dressent ainsi un parallèle entre l’abandon des colonies européennes en Afrique et le soutien à la politique israélienne, dénonçant la politique du deux poids deux mesures menée à leurs yeux par les puissances occidentales. Pour Ordine nuovo, « il y a colon et colon, expansion et expansion. Irriguer le Neguev est un grand mérite, et créer des fermes ailleurs est en revanche un délit »145, « une belle “exception” à toutes les idéologies démocratiques, égalitaires, humanitaristes et pacifistes »146.

  • 147 « Israele vittoria senza ali », art. cité, p. 11.
  • 148 Ibid.

41C’est justement autour de la question de l’exception israélienne que s’opère un basculement progressif d’un discours antisioniste vers un discours négationniste. En effet, Ordine nuovo regrette que l’État d’Israël soit le « symbole des millions de morts dans les “chambres à gaz” et dans les “camps d’extermination” »147, ce qui aurait pour résultat que l’« État d’Israël n[e serait] pas un État comme les autres »148. Ce type de procédé a été mis au jour par Alexis Rosenbaum :

  • 149 A. Rosenbaum, op. cit., p. 95.

[Si] la Shoah n’est évidemment pas à l’origine de la création de l’État d’Israël, […] elle lui a [toutefois] apporté un regain de légitimité. Pour délégitimer l’État juif, il peut donc sembler opportun de contester la portée de ce génocide et pourquoi pas de puiser dans la rhétorique négationniste.149

  • 150 T. Stabile, « Ecco cosa ho visto a Dachau », Ordine nuovo, XI, 1965, p. 28-34 ; « Israele vittoria (...)
  • 151 « Israele vittoria senza ali », art. cité, p. 12.
  • 152 A. Rosenbaum, op. cit., p. 96.
  • 153 Le MSI dirigé par Arturo Michelini de 1953 à 1969 adopte, dans la deuxième moitié des années soixan (...)
  • 154 H. Rousso, « Les racines du négationnisme en France », art. cité, p. 54.
  • 155 J. Evola, « Lettera di Evola a Almirante », art. cité, p. 13.
  • 156 Plus précisément : Evola regrette qu’Almirante n’ait pas rétorqué à un journaliste, qui lui demanda (...)
  • 157 On remarquera que, conformément à ses convictions païennes, Evola n’a pas recours à l’argument clas (...)
  • 158 J. Evola, « Lettera di Evola a Almirante », art. cité, p. 13.
  • 159 Ibid.
  • 160 Ibid.

42Procédé caractéristique du discours négationniste, la revue emploie des guillemets pour évoquer les chambres à gaz et les camps d’extermination150. L’assimilation des camps de réfugiés palestiniens à des « camps de concentration »151 relève d’une logique d’inversion typique du négationnisme, qui place les juifs dans la position qu’occupait le bourreau nazi152. Pour délégitimer la politique de l’État d’Israël, les juifs sont assimilés, dans les colonnes de Noi Europa, à des criminels. Dans un article paru en mars 1967, Julius Evola, en polémique avec les positions jugées trop réformistes de Giorgio Almirante153, reprenant un procédé expérimenté par Maurice Bardèche avant lui, « érode la portée du crime »154 nazi en le banalisant. Il met sur le même plan le génocide juif, les bombardements de Dresde, Hiroshima, et les massacres de Katyn155 pour nier la spécificité de la politique d’extermination nazie156. Dans un deuxième temps, Evola assimile les juifs à des criminels : il dresse un parallèle entre les victimes juives des camps et le massacre qu’auraient perpétré les juifs dans l’Antiquité157 sur cent mille de leurs adversaires lorsque le « roi Assuérus leur laissa les mains libres »158. Evola refuse ainsi aux juifs le statut de martyr qu’ils ­tendent selon lui à se faire attribuer. Il légitime sa comparaison en insistant sur la densité du « monde de l’époque, les cent mille morts d’alors équivalant presque en proportion aux juifs qui ont effectivement laissé leur vie dans les camps de concentration nazis »159. Evola nie la spécificité du génocide nazi et tente, à partir de cet exemple antique, de faire porter aux juifs les attributs du bourreau dont ils ne peuvent se défaire car « l’homme est toujours le même »160.

  • 161 En 1963, le Groupe d’Ar, dirigé par Franco (Giorgio) Freda, publia un Manifeste du Groupe d’Ar dans (...)
  • 162 T. Stabile, « Ecco cosa ho visto a Dachau », art. cité, p. 28-34.
  • 163 Pour reprendre l’expression de R. Hilberg, La destruction des Juifs d’Europe, Paris, Gallimard, 199 (...)
  • 164 Mais principalement au cours des « opérations mobiles de tuerie » (voir R. Hilberg, ibid., vol. I, (...)
  • 165 Une chambre à gaz a été construite fin juillet 1942 à Dachau mais elle n’a jamais été mise en servi (...)

43Julius Evola n’est pas le seul auteur à relayer dans les publications d’Ordine nuovo des thématiques de ce type. Deux ans après la publication des premiers opuscules négationnistes en langue italienne par le Gruppo di Ar161 de Franco Freda, Tommaso Stabile publie dans la revue un article intitulé « Voilà ce que j’ai vu à Dachau »162, dans lequel il relate sa visite de ce camp de concentration. Stabile joue sur la confusion entre chambres à gaz et fours crématoires et entre camps de concentration et « centres de mise à mort »163 pour nier l’existence de la Shoah. On le sait, ce n’est pas dans le camp de concentration de Dachau qu’a été mis en œuvre le génocide164. Or l’auteur insiste sur l’absence de chambres à gaz à Dachau165, que « le gardien ne sut même pas [lui] indiquer », et mentionne d’autre part la présence de quatre fours crématoires qu’il accuse les Américains d’avoir construits après leur arrivée (« quatre ont été construits après l’arrivée des Américains »). L’essentiel du discours vise à accuser les Américains et les juifs d’avoir construit de toutes pièces le génocide :

  • 166 L’expression désigne le responsable du camp après la Libération, survenue en avril 1945.
  • 167 T. Stabile, « Ecco cosa ho visto a Dachau », art. cité, p. 33.

Ce filou d’Auerbach166 fit la somme des présents, des morts et des personnes passées en transit à Dachau et lança au monde « l’horrible » nouvelle selon laquelle les nazis avaient tué à Dachau en utilisant des fours crématoires, des chambres à gaz et grâce à des exécutions de masse bien 238 000 personnes. Puis il fit transformer la grande pièce des douches en chambres à gaz et fit construire une grande baraque en briques où il aménagea quatre autres fours crématoires.167

  • 168 P.-A. Taguieff, La nouvelle judéophobie, op. cit., p. 123.
  • 169 À la suite de Maurice Bardèche, « la véritable naissance de la thématique négationniste commence » (...)
  • 170 P. Rassinier, Il dramma degli ebrei, Rome, Edizioni Europa, 1967.
  • 171 Ordine nuovo, I (nouvelle série), 2, p. 143.
  • 172 Noi Europa, II, 5, 20 juillet 1967, p. 12.
  • 173 Giulio Maceratini, né le 13 février 1938, est avocat de formation. Membre du comité de direction d’(...)
  • 174 G. Maceratini, « Omaggio a un avversario », Noi Europa, II, 6, 1967, p. 11.

44Les juifs, « coupables du plus grand mensonge de tous les temps »168, auraient ainsi fait accepter cette « première version des faits , qui s’est depuis malheureusement enracinée ». Ordine nuovo constitue, dans la deuxième moitié des années soixante, un relai actif des thèses négationnistes, comme en témoigne le soutien apporté à la traduction italienne de l’opuscule de Paul Rassinier169, Le drame des juifs européens170. Ce texte est présenté comme un « réquisitoire contre les mensonges »171 et la revue insiste sur son « importance historique et documentaire » dans la « démystification d’hommes, de faits, de chiffres ». Un mois après la guerre des Six Jours, la revue revient sur ce même texte pour insister sur son « actualité dans un moment politique particulier caractérisé par les agissements du nouvel État d’Israël »172. Là encore, le négationnisme est utilisé afin de remettre en cause la légitimité de la politique de l’État d’Israël. Giulio Maceratini173 rédige lors de la mort de Rassinier un véritable éloge funèbre qu’il qualifie lui-même d’hommage « chevaleresque » à cet « historien de la vérité » auteur d’un « “témoignage” sur les camps et sur les “six milllions de victimes” »174. Et encore :

  • 175 En français dans le texte.
  • 176 G. Maceratini, art. cité, p. 11.

Contre le mensonge qui passe175, Rassinier fut le seul à brandir le drapeau de la vérité, à opposer à la vague des faux retentissants, des escroqueries colossales, des plus invraisemblables coups montés propagandistes, son esprit critique d’enquêteur lucide, cartésien.176

  • 177 Voir H. Rousso, « Les racines du négationnisme en France », art. cité, p. 53-54.

45Maceratini reprend ici la rhétorique du mensonge, procédé classique du négationnisme, notamment employé avant lui par Maurice Bardèche177 et sa revue Défense de l’Occident.

Le cas de Défense de l’Occident

  • 178 On verra notamment : « Voix d’Occident. Pour l’Empire d’Europe », Défense de l’Occident, 12, 1961, (...)
  • 179 Il convient de noter qu’avant la création du Front national au début des années soixante-dix et du (...)
  • 180 P. Hofstetter, « Histoires juives », Défense de l’Occident, 60, 1959, p. 37-39.
  • 181 M. Bardèche, « Le romantisme fasciste », ibid., 8, 1960, p. 3-10 ; Id., « De quelques sujets de réf (...)
  • 182 Id., « Le romantisme fasciste », art. cité, p. 3-10.
  • 183 Id., « De quelques sujets de réflexion… », art. cité, p. 40-42.
  • 184 « Analisi dell’anima ebraica », art. cité, p. 3-7.
  • 185 P. Hofstetter, « Histoires juives », art. cité, p. 37.
  • 186 « L’avenir des Aryens », Défense de l’Occident, 32, 1963, p. 73-87.

46L’étude de la revue Défense de l’Occident permet de mettre notre recherche en perspective en comparant très succinctement notre corpus à une revue française qui rassemble, autour de Maurice Bardèche, une frange de l’extrême droite française dont les positions idéologiques sont similaires à celles du groupe italien étudié. En témoigne, à partir de 1960, la référence régulière aux actions et aux publications d’Ordine nuovo178 dans les colonnes de la revue française, tandis que l’on trouve régulièrement dans le périodique italien des traductions d’extraits d’articles parus dans Défense de l’Occident. Le dépouillement des numéros parus entre 1956 et 1972 nous a permis de mettre en lumière plusieurs axes d’étude que nous ne pourrons qu’évoquer ici. Contrairement à ce que nous avons pu observer dans le cas italien, l’antisémitisme est une composante fondamentale de la doctrine d’extrême droite en France179 et la haine des juifs occupe dans les colonnes de Défense de l’Occident une place centrale qui n’est jamais remise en cause tout au long de la période étudiée. En effet, si le thème du « danger afro-asiatique » et de la corruption de la race blanche par des races dites « inférieures » apparaît dès 1959 à la faveur de la guerre d’Algérie, il coexiste avec un discours antisémite extrêmement violent porté principalement par Maurice Bardèche et Pierre Hofstetter, ancien membre des SS. La rhétorique antisémite présente de très fortes similarités en France et en Italie : les références à la « race élue »180, aux « puissances occultes »181 du « grand capitalisme »182, à la « puissance mondiale des juifs »183 étant constitutives du patrimoine commun de la vulgate antisémite internationale. Toutefois, le ton des attaques contre les juifs dans la revue française est sensiblement plus violent que celui employé par les auteurs italiens : à la « canaille juive »184 d’Ordine nuovo répond le « furoncle pestilentiel »185 qu’est Israël pour Défense de l’Occident. Enfin, le discours antisémite français ne s’appuie pas exactement sur les mêmes ressorts que ceux du groupe italien. Ordine nuovo insiste sur les caractéristiques « raciales » qui définissent une « âme juive » accusée d’avoir joué un rôle subversif au cours de l’histoire, tandis que Défense de l’Occident fait paraître dès ses premières années des articles négationnistes ou fortement antisionistes. En effet, un seul article de la revue française, entre 1956 et 1972, fait de l’antisémitisme « biologique » son thème principal : il s’agit d’une reprise d’un extrait de « L’avenir des Aryens » de Vacher de Lapouge datant de 1889186. L’on pourrait formuler l’hypothèse que l’antisémitisme racial est moins présent dans la revue française parce qu’il fait en réalité déjà partie du patrimoine culturel implicite des auteurs et des lecteurs de Défense de l’Occident.

  • 187 F. Germinario, Estranei alla democrazia, op. cit., p. 68.

47Le discours antisémite apparaît comme une ncipal théoricien, Julius Evola, exercent dans l’après-guerre sur cette frange de l’extrême composante importante dans la construction de l’identité de l’extrême droite italienne dans l’après-guerre. Néanmoins, si la haine des juifs occupe une place centrale dans les discours relayés par Ordine nuovo à la fin des années cinquante, elle n’est pas un élément matriciel de la pensée d’extrême droite comme elle a pu l’être en France. Cette étude d’un des principaux périodiques de la droite extraparlementaire italienne durant plus de quinze ans confirme toutefois l’influence que l’antisémitisme fasciste et son pridroite. L’importante production d’articles antisémites par les tenants de l’extrême droite italienne vise avant tout à construire une figure repoussoir investie de contre-valeurs, mobilisée à l’appui d’une conception décadente de l’histoire de l’Occident. Avec l’émergence d’un bouc émissaire plus fonctionnel – l’Africain – et d’un nouveau mythe plus mobilisateur pour la jeune génération – la défense de la « race blanche » en Afrique –, la figure du « juif corrupteur » tend à s’effacer des pages de la revue. Le discours antisémite connaît alors une mutation vers l’antisionisme. La création du Gruppo di Ar et de ses éditions qui se consacrent aux traductions d’écrits antisémites étrangers, la guerre des Six Jours et l’influence du discours antisémite français font d’Ordine nuovo, à partir de 1965, l’un des relais italiens des thèses négationnistes et antisionistes. Ces thèses ne trouveront toutefois un réel écho au sein de la nébuleuse de l’extrême droite italienne qu’à la fin des années soixante-dix187.

Top of page

Notes

1 Sur le MSI, voir notamment : P. Ignazi, Il polo escluso. Profilo del Movimento sociale italiano, Bologne, Il Mulino, 1998 [1989] ; M. Tarchi, Cinquant’anni di nostalgia, Milan, Rizzoli, 1995. Sur les années de l’immédiat après-guerre, voir également G. Parlato, Fascisti senza Mussolini. Le origini del neofascismo in Italia, 1943-1948, Bologne, Il Mulino, 2006.

2 Le groupe Avanguardia Nazionale est créé en 1959 par Stefano delle Chiaie. Il s’auto-dissout en 1965, se reconstitue en 1970 puis est dissous définitivement par le gouvernement en 1976.

3 En 1966, le Centro studi Ordine nuovo change de nom et devient le Centro politico Ordine nuovo.

4 Giuseppe – dit Pino – Rauti est né le 19 novembre 1926. Diplômé en droit, il effectue son service militaire comme sous-lieutenant de la Garde nationale républicaine de la République sociale italienne (RSI). À la Libération, il est interné d’avril 1945 à avril 1946 dans un camp de prisonniers de guerre anglais en Algérie. De retour en Italie, il adhère au MSI et acquiert rapidement un rôle de premier plan au sein de ses organisations de jeunesse. Il occupe également un rôle de guide et d’orientateur idéologique au sein des Fasci d’azione rivoluzionaria (FAR), une organisation clandestine et terroriste qui se rend responsable, en 1950, de plusieurs attentats contre des institutions gouvernementales et des partis antifascistes. Il est condamné par le tribunal de Rome le 24 mai 1950 pour reconstitution du parti fasciste dissous. Après la dissolution des FAR, Rauti rassemble autour de lui le groupe de jeunes qui constitue en 1954 le noyau des fondateurs d’Ordine nuovo. Casa della Memoria (Brescia), Dossiers de procédure pénale no 2/92F RGGI et 9/92A RGPM, Rapport d’expertise no 1 d’Aldo Giannuli, commandité le 12 mars 1997, Annexe 85, ministère de l’Intérieur (MI), Archives de la Direction centrale de la police de prévention (ADCPP), fascicule (fasc.) « Rauti ».

5 Il est difficile d’évaluer le nombre de militants. Toutefois, nous disposons d’un rapport du ministère de l’Intérieur sur le néofascisme en Italie, daté du 18 janvier 1963, qui avance qu’en 1960-1961, Ordine nuovo comptait environ 150 militants actifs sur l’ensemble du territoire italien (Casa della Memoria, Rapport d’expertise no 1 d’Aldo Giannuli, Annexe 86, MI, ADCPP, fasc. « UIRD », « Rapport de Lino Ronga sur le néofascisme en Italie », 18 janvier 1963). En prenant en compte la forte implantation des militants dans la capitale, on peut raisonnablement avancer que ceux-ci devaient être une centaine à Rome. Pino Rauti soutient quant à lui qu’en 1968, Ordine nuovo comptait 3 000 militants actifs. Même s’il est très probable que le groupe ait réussi à recruter un nombre important de nouveaux adhérents dans les années soixante, une telle augmentation paraît quelque peu surévaluée.

6 Né en 1898, Julius Evola est la figure intellectuelle la plus importante de l’extrême droite italienne contemporaine. Philosophe antimoderne, traditionnaliste, ses thèses occupent une place centrale dans la définition de l’antisémitisme fasciste durant le Ventennio. Il participe aux principales publications racistes fascistes et rédige l’introduction à l’édition de 1937 des Protocoles des Sages de Sion avant d’être intronisé par Mussolini idéologue « officiel » du régime. Il publie en 1950 son ouvrage Orientamenti destiné aux jeunes « qui ne s’étaient pas laissés entraîner par l’écroulement général » puis, en 1953, un essai intitulé Gli uomini e le rovine, dans lequel il prône la mise en place d’un État organique au sein duquel le politique primerait sur l’économique. Il défend une conception antibourgeoise, héroïque et guerrière de la vie. En 1961 paraît son essai Cavalcare la tigre (J. Evola, Orientamenti, Rome, Imperium, 1950 ; Id., Gli uomini e le rovine, Rome, Edizioni dell’Ascia, 1953 ; Id., Cavalcare la tigre, Milan, Scheiwiller, 1961). Sur Evola, on se reportera notamment à F. Germinario, Razza del sangue, razza dello spirito. Julius Evola, l’antisemitismo e il nazionalsocialismo (1930-1943), Turin, Bollati Bolinghieri, 2001 ; F. Ferraresi, « Les références théorico-doctrinales de la droite radicale », Mots, 12, 1986, p. 7-27.

7 Selon Adriana Goldstaub, les militants d’Ordine nuovo se proclamaient « héritiers de la RSI, de son histoire, de ses principes politiques et idéaux (y compris de la Charte de Vérone) », dont l’article 7 stipulait notamment que les juifs devaient être considérés comme « des étrangers », « appartenant à une nationalité ennemie » (voir A. Goldstaub, « L’antisemitismo in Italia », dans Storia dell’antisemitismo 1945-1993, L. Poliakov éd., Scandicci, La Nuova Italia, 1996, p. 437).

8 Nous nous contenterons ici de renvoyer à M. Sarfatti, Gli ebrei nell’Italia fascista. Vicende, identità, persecuzione, Turin, Einaudi, 2000 ; M.-A. Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, Paris, Perrin, 2007 ; M. Flores, S. Levis-Sullam, M.‑A. Matard-Bonucci, E. Traverso éd., Storia della Shoah in Italia, Turin, UTET, 2 vol., 2010.

9 M.-A. Matard-Bonucci, « Profil racial de l’homme nouveau sous le fascisme italien », dans L’homme nouveau dans l’Europe fasciste (1922-1945), M.-A. Matard-Bonucci, P. Milza éd., Paris, Fayard, 2004, p. 160.

10 Giorgio Almirante a également été le directeur de cabinet du ministre de la Culture populaire de la RSI. Il a occupé les fonctions de secrétaire général du MSI de 1946 à 1950 puis de 1969 à 1987. Il est élu député du MSI en 1948 et le reste jusqu’à sa mort. Il joue entre 1950 et 1969 un rôle central au sein des instances dirigeantes du parti et dirige le courant du MSI le plus proche idéologiquement d’Ordine nuovo. Voir notamment V. De Grazia, S. Luzzatto, Dizionario del fascismo, Turin, Einaudi, 2002, vol. I, p. 39-40.

11 M.-A. Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, op. cit., p. 20.

12 A. Carioti, « La lunga ambiguità. Neofascismo e antisemitismo nell’Italia repubblicana », dans Storia della Shoah in Italia, M. Flores et al. éd., vol. II, op. cit., p. 268-269 (nous traduisons).

13 C’est-à-dire la propension à présenter les Italiens comme collectivement exempts de toute responsabilité dans la persécution antisémite du fait de leur prétendu humanisme naturel. Voir notamment D. Bidussa, Il mito del bravo italiano, Milan, Il Saggiatore, 1993. Mis en place dès la Libération, ce mythe n’a été véritablement remis en question qu’à partir de la fin des années quatre-vingt en Italie (nous nous limitons ici à renvoyer à M. Flores et al. éd., vol. II, op. cit.).

14 Ordine nuovo définit son horizon politique à l’échelle européenne et se rattache progressivement, au cours des années soixante, à une idéologie de type nationaliste-révolutionnaire. Les dirigeants du groupe, conscients de leur isolement à l’échelle nationale, préconisent l’alliance avec d’autres groupes étrangers proches de leurs positions idéologiques afin de mener une action commune qui aboutirait à une révolution européenne. Cette révolution nationaliste mettrait fin au « processus de décadence » dans lequel se trouverait l’Europe, « berceau de la civilisation occidentale », suite à la seconde guerre mondiale et à l’émergence des deux blocs. Voir P. Picco, Histoire des relations entre les extrêmes droites françaises et italiennes du début des années soixante au début des années quatre-vingt, thèse en cours sous la direction de O. Faron et M. Zancarini-Fournel, Université Paris-Sorbonne (Paris IV), LARHRA. Voir également N. Lebourg, Le monde vu de la plus extrême droite. Du fascisme au nationalisme-révolutionnaire, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2010.

15 Des poursuites ont notamment été intentées à l’encontre de P. Rauti en application de la loi du 20 juin 1952 dite « loi Scelba », portant interdiction de la reconstitution du parti fasciste, répression de l’apologie du fascisme et de la propagande raciste. Rauti a notamment été poursuivi pour « reconstitution du parti fasciste » (9 décembre 1950), « exaltation de la figure de Mussolini » (12 juin 1952, 17 novembre 1954) et « apologie du fascisme » (9 avril 1955, 17 juin 1955, 23 mai 1958), mais ces procédures pénales n’ont jamais abouti à des peines de prison effectives : il a été soit acquitté au motif que « les faits reprochés ne constituaient pas un délit », soit condamné à des peines de prison avec sursis puis amnistié (Casa della Memoria, Rapport d’expertise no 1 d’Aldo Giannuli, Annexe 85, MI, ADCPP, fasc. « Rauti »). On ne peut que s’étonner de cette clémence, les propos tenus dans les colonnes de la revue dirigée par Rauti relevant clairement des délits visés par la loi de 1952. Sur les problèmes juridiques qu’a posés l’application de la loi Scelba, notamment susceptible de contrevenir à la liberté d’expression, voir E. Gallo, Lineamenti di una sistemazione dommatica delle fattispecie contemplate nella legge Scelba, Bologne, Il Mulino, 1978. L’application très limitée de la loi Scelba souligne toutefois également l’ambiguïté des rapports entretenus par la Démocratie chrétienne avec le néofascisme (MSI et groupes extraparlementaires) dans l’après-guerre (voir notamment S. Lanaro, Storia dell’Italia repubblicana, Venise, Marsilio, 2001, p. 39, 113, 498-499, 509-520).

16 Casa della Memoria, Dossier de procédure pénale no 91/97 modello 21, rapport d’expertise no 5 de Aldo Giannuli commandité le 20 février 1998, Annexe 254, MI, ADCPP, fasc. « Ordine nuovo-Varie », Rapport du ministère de l’Intérieur, 14 janvier 1967.

17 L’on retrouve à peu de chose près les mêmes noms dans les équipes de rédaction d’Ordine nuovo, mensile di politica rivoluzionaria et de Noi Europa. Le format de ces publications est en revanche différent : Ordine nuovo est une revue, Noi Europa un journal (dont la collection complète est composée de onze numéros).

18 On se reportera notamment aux travaux de Franco Ferraresi sur la droite extraparlementaire : F. Ferraresi, Minacce alla democrazia, Milan, Feltrinelli, 1995. Sur le MSI, voir supra, note 1. Plus récemment, l’ouvrage que Guido Panvini a consacré à la violence politique des extrêmes à la fin des années soixante témoigne de l’intérêt nouveau que porte une jeune génération de chercheurs à ces thématiques : G. Panvini, Ordine nero guerriglia rossa, Turin, Einaudi, 2009.

19 L’on se reportera toutefois notamment à : A. Goldstaub, « L’antisemitismo in Italia », art. cité ; A. Carioti, « La lunga ambiguità », art. cité ; R. Chiarini, « L’antisionismo e l’estrema destra italiana », Nuova storia contemporanea, 10 (3), 2006, p. 5-15 ; F. Germinario, Estranei alla democrazia. Negazionismo e antisemitismo nella destra radicale italiana, Pise, BFS, 2001 ; G. S. Rossi, « Fascismo, neofascismo, antisemitismo. Augusto de Marsanich e la “riedificazione” di Sion », Annali della Fondazione Ugo Spirito, 20-21, 2008-2009, p. 151-165 ; Id., La destra e gli ebrei. Una storia italiana, Soveria Mannelli, Rubettino, 2003.

20 Nous avons pu, pour cette période, consulter vingt-sept numéros, dont un numéro double.

21 A. Goldstaub, « L’antisemitismo in Italia », art. cité, p. 439.

22 À partir de 1958, la revue change de format. Entre 1958 et 1965, elle comporte de 60 à 120 pages environ.

23 Voir Ordine nuovo, III, 1, janvier 1957. Les articles en question sont : « L’esempio dell’Oriente » de Pino Rauti, « L’Europa alla deriva » de Gabriele Fergola, « L’uomo e la tecnica » de Ugo Cesarini, « La chiesa e gli ebrei » de Bruno Acquaviva, « La plutocrazia come forza sovversiva » de Von Kressemburg. À partir de 1958, la revue change de format et comporte désormais près de 60 pages.

24 C’est le cas notamment de Clemente Graziani, Pino Rauti, Stefano Mangiante, Gabriele Fergola et Paolo Andriani (voir infra).

25 Sur ces 14 numéros, 6 sont des numéros doubles.

26 Ces articles sont écrits à l’occasion de la campagne électorale puis de l’élection du président Kennedy.

27 T. Stabile, « Ecco cosa ho visto a Dachau », Ordine nuovo, XI, 1965, p. 28-34.

28 Nous avons pu consulter 11 numéros de Noi Europa, publiés entre 1966 et 1968. On trouve des articles antisémites dans 3 numéros publiés en mars et juillet 1967.

29 Casa della Memoria, Dossier de procédure pénale no 91/97, modello 21, rapport d’expertise no 5 de Aldo Giannuli, Annexe 58, MI, ADCPP, fasc. « Ordine nuovo-Varie », Lettre de la préfecture de police de Rome au ministère de l’Intérieur, Direzione generale della Pubblica sicurezza (DGPS), Divisione Affari Riservati (DAR), sezione I, 4 janvier 1962.

30 Clemente Graziani – dit Nello – est né à Rome le 17 mars 1935. Comme Pino Rauti, il est non seulement un vétéran des FAR, mais encore un des fondateurs du Centro studi Ordine nuovo et l’un des membres de son comité de direction. Il est condamné le 13 avril 1949 par le tribunal de Potenza pour avoir tenté de saboter le bateau « C. Colombo » dans le port de Tarente afin d’empêcher qu’il soit cédé à la Russie en réparation de dommages de guerre. Il n’a aucun lien de parenté avec le maréchal Rodolfo Graziani (Casa della Memoria, Rapport d’expertise no 1 d’Aldo Giannuli, Annexe 93, MI, ADCPP, fasc. « Clemente Graziani », Profil biographique de Clemente Graziani, 20 septembre 1989).

31 C. Graziani, « Precisazioni sul razzismo », Ordine nuovo, II, 1, 1956, p. 20-21.

32 B. Acquaviva, « Il “mito” razzista del nazismo », Ordine nuovo, I, 1, 1955, non paginé.

33 Ibid.

34 P.-A. Taguieff, La nouvelle judéophobie, Paris, Mille et une nuits, 2002, p. 26.

35 G. Maggiore, « Politica fascista della razza. Numero e qualità », Critica fascista, 20, 15 août 1938, p. 309, cité dans F. Germinario, « Razzismo e spinta totalitaria. Aspettti del dibattito fascista sull’antisemitismo », Storia della Shoah in Italia, M. Flores et al. éd., vol. I, op. cit., p. 263.

36 G. Fergola, « Razzismo e storia », Ordine nuovo, II, 10-11, 1956, p. 13-14. Si l’on en croit une lettre de la préfecture de police de Naples datée du 15 avril 1957, Gabriele Fergola est un jeune Napolitain né le 5 septembre 1938, inscrit en 1957 en troisième année de lycée (équivalent de la classe de première). Casa della memoria, Rapport d’expertise no 5 d’Aldo Giannuli, Annexe 19, MI, ADCPP, fasc. « Ordine nuovo-Varie », Lettre de la préfecture de police de Naples au ministère de l’Intérieur, DGPS, DAR, Sezione I, 15 avril 1957.

37 Comme l’écrit Marie-Anne Matard-Bonucci, « le déterminisme du sang risquait, selon Evola, de compromettre l’action et la créativité politique et, en définitive, la “révolution intérieure” permettant de “forger l’homme nouveau”. […] Dans la définition d’un racisme spirituel, la naissance était considérée comme un préalable, non une fin en soi ». Voir M.‑A. Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, op. cit., p. 98. Ce débat entre « racisme biologique » et « racisme spirituel » reprenait une distinction opérée dès la fin des années 1840 par l’antisémite français Alphonse Toussenel (F. Germinario, « Razzismo e spinta totalitaria », art. cité, p. 270).

38 Ibid., p. 273-274.

39 Paolo Andriani est né le 21 avril 1929. Il est l’un des fondateurs du groupe Ordine nuovo et l’un des membres de son comité de direction (voir la lettre de la préfecture de police de Rome datée du 4 janvier 1962, citée supra, note 29).

40 P. Andriani, « Il fascismo e la romanità », Ordine nuovo, I, 1, 1955, non paginé. La référence à la « race romaine » doit être replacée au sein de l’héritage fasciste.

41 C. Graziani, « Precisazioni sul razzismo », art. cité, p. 20.

42 G. Fergola, « Razzismo e storia », art. cité, p. 14.

43 N. Degli Angeli, « L’ebraismo nella storia », Ordine nuovo, I, 3, 1955, p. 20-21. Selon les informations que nous avons pu recueillir, Giovanni Degli Angeli, né le 24 juin 1932, était un des responsables de la section vénitienne d’Ordine nuovo en 1957. Casa della memoria, Rapport d’expertise no 5 d’Aldo Giannuli, Annexe 20, MI, ADCPP, fasc. « Ordine nuovo-Varie », Lettre de la préfecture de police de Venise au ministère de l’Intérieur, DGPS, DAR, 16 avril 1957.

44 B. Acquaviva, « Il “mito” razzista del nazismo », art. cité, non paginé. Les prises de position de la revue à l’égard du nazisme oscillent entre admiration et prise de distance. L’héritage nazi est loin d’être accepté dans sa totalité.

45 Ibid.

46 On peut en outre ajouter que durant ses premières années de publication, les attaques contre les catholiques et/ou les chrétiens occupent une place quasiment équivalente à celles proférées contre les juifs.

47 L. Poliakov, Histoire de l’antisémitisme, 1945-1993, Paris, Seuil, 1994, p. 23.

48 « Analisi dell’anima ebraica », Ordine nuovo, I, 9, 1955, p. 3-7.

49 F. Germinario, Estranei alla democrazia, op. cit., p. 15. Otto Weininger, écrivain autrichien né en 1880 et Carl Schmitt, juriste et philosophe allemand né en 1888, ont contribué à nourrir la pensée antisémite nationale-socialiste. Sur Otto Weininger, voir notamment : J. Le Rider, Le cas Otto Weininger. Racines de l’antiféminisme et de l’antisémitisme, Paris, PUF, 1982. Sur l’antisémitisme de Robert Brasillach, voir notamment : G. Kauffmann, « L’héritage de Drumont dans les années trente », Archives juives, 1, 2010, p. 12-22.

50 « Analisi dell’anima ebraica », art. cité, p. 4.

51 Ibid., p. 3-7. Il faut souligner l’origine évolienne de ce discours. Dans ses écrits des années trente, Evola rendait, en effet, les juifs responsables de la libération des mœurs sexuelles. Voir J. Evola, « Moralità ebraiche », La Vita italiana, CCCIII, 1938, cité dans F. Germinario, Estranei alla democrazia, op. cit., p. 29.

52 A. Rosenbaum, L’antisémitisme, Rosny, Bréal, 2006, p. 55.

53 C. Graziani, « I Protocolli dei Savi di Sion », Ordine nuovo, I, 2, 1955, p. 16-17.

54 N. Degli Angeli, « L’ebraismo nella storia », art. cité, p. 21.

55 Ibid., p. 21.

56 « Analisi dell’anima ebraica », art. cité, p. 3-7.

57 N. Degli Angeli, « L’ebraismo nella storia », art. cité, p. 21.

58 Ibid., p. 21.

59 Les auteurs d’Ordine nuovo reprennent fidèlement la conception de l’homme nouveau développée par Julius Evola. Voir M.-A. Matard-Bonucci, P. Milza éd., L’homme nouveau dans l’Europe fasciste, op. cit., p. 161-162.

60 N. Degli Angeli, « L’ebraismo nella storia », art. cité, p. 20-21. Il convient de noter que cet article se distingue des positions généralement défendues par la revue et visant à dissocier les régimes fasciste et nazi en matière de politique antisémite. Dans la mesure où l’auteur se garde de toute référence explicite au génocide nazi, l’on est en droit de se demander si cet article n’anticipe pas les thèses négationnistes que la revue soutiendra une dizaine d’années plus tard.

61 C. Graziani, « I Protocolli dei Savi di Sion », art. cité, p. 16-17.

62 Ibid.

63 « Analisi dell’anima ebraica », art. cité, p. 7.

64 B. Acquaviva, « La chiesa e gli ebrei », Ordine nuovo, III, 1, 1957, p. 10-14.

65 C. Graziani, « L’interpretazione razzista della storia », ibid., II, 3, 1956, p. 17-18.

66 B. Acquaviva, « La chiesa e gli ebrei », art. cité, p. 14. Il convient de souligner le caractère polémique de ce titre à l’égard du christianisme et du catholicisme. L’auteur fait dans cet article un historique de la politique antijuive du christianisme dont il regrette l’abandon de la part de l’Église catholique. Il faut également indiquer que ce titre est une reprise d’une plaquette de Roberto Farinacci publiée à l’automne 1938. L’« exhumation du passé de l’Église » par un groupe qui se réclame du paganisme répond clairement à un motif politique. Voir M.-A. Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, op. cit., p. 49.

67 Aryas, « La rivolta araba », Ordine nuovo, II, 9, 1956, p. 19.

68 Les militants d’Ordine nuovo n’ont certes pas tous vécu directement et consciemment les événements de 1945, mais ils ont tous été fortement imprégnés par le traumatisme de la défaite.

69 P. Rauti, « L’equivoco del nazionalismo », Ordine nuovo, I, 8, 1955, p. 15-18.

70 Dans les années qui suivent le premier conflit mondial, on trouve dans les colonnes du mensuel La Vita italiana, dirigé par Giovanni Preziosi, des propos qui semblent clairement avoir inspiré la revue étudiée. La Vita italiana considérait en effet la révolution bolchevique comme « l’œuvre de certains secteurs du judaïsme européen ». Voir F. Germinario, « Razzismo e spinta totalitaria », art. cité, p. 238.

71 B. Acquaviva, « Longanesi : truffa borghese », Ordine nuovo, I, 4-5, 1955, p. 22-24.

72 N. Degli Angeli, « L’ebraismo nella storia », art. cité, p. 20-21.

73 Notamment porté à la fin du xixe siècle par la Civiltà cattolica (voir S. Levis-Sullam, « I critici e i nemici dell’emancipazione degli ebrei », dans M. Flores et al., Storia della Shoah in Italia, vol. I, op. cit., p. 50-51). Rappelons en outre qu’à la faveur de la campagne de Libye de 1911, les nationalistes italiens avaient souvent désigné le « “judaïsme international” […] comme l’instigateur de l’opposition internationale à la conquête coloniale » (M.-A. Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, op. cit., p. 56).

74 G. Fergola, « L’Europa alla deriva », Ordine nuovo, III, 1, 1957, p. 4-6.

75 Ibid., p. 6.

76 F. Germinario, Estranei alla democrazia, op. cit., p. 23.

77 P. Andriani, « America : Maschera e volto », Ordine nuovo, I, 4-5, 1955, p. 17-19.

78 B. Acquaviva, « Longanesi : truffa borghese », art. cité, p. 22-24.

79 P. Andriani, « America : Maschera e volto », art. cité, p. 18.

80 P. Rauti, « L’equivoco del nazionalismo », art. cité, p. 15-18.

81 C. Graziani, « I Protocolli dei Savi di Sion », art. cité, p. 16-17.

82 B. Acquaviva, « Mostruosità dell’arte moderna », Ordine nuovo, I, 9, 1955, p. 14-17.

83 G. Fergola, « Razzismo e storia », art. cité, p. 13-14.

84 B. Acquaviva, « Einstein, fisico “sovversivo” », Ordine nuovo, I, 3, 1955, p. 10-11.

85 Ibid., p. 11.

86 Ibid.

87 Sur les origines du négationnisme français et l’emploi de procédés rhétoriques de banalisation et de négation, voir H. Rousso, « Les racines du négationnisme en France », Cités, 36, 2008, p. 51-62.

88 U. Cesarini, « L’uomo e la tecnica », Ordine nuovo, III, 1, 1957, p. 8-9. Ugo Cesarini est né à Rome le 15 janvier 1930. Secrétaire provincial du Raggruppamento provinciale giovanile du MSI, il quitte le parti en 1956 et constitue à Pérouse la section locale du Centro studi Ordine nuovo. Casa della memoria, Rapport d’expertise no 5 d’Aldo Gianulli, Annexe 7, MI, ADCPP, fasc. « Ordine nuovo-Varie », Lettre de la préfecture de police de Rome au ministère de l’Intérieur, DGPS, DAR, 7 mars 1957.

89 R. Sermonti, « Chiarezza d’un discorso per gli europei narcotizzati », Ordine nuovo, VII, 1-2, 1961, p. 11-14. Rutilio Sermonti est né à Rome le 18 août 1918. Avocat, ancien officier de la « Division San Marco de la RSI », il est devenu dans l’après-guerre un militant actif du MSI, puis un membre de la direction provinciale du parti de 1951 à 1953. Comme Clemente Graziani, Nino Capotondi et Pino Rauti, il a été arrêté en mai 1951 dans le cadre de l’enquête sur les Fasci d’azione rivoluzionaria mais il a été remis en liberté pour insuffisance de preuves. Il appartient au Comité de direction d’Ordine nuovo. Lettre de la préfecture de police de Rome au ministère de l’Intérieur, DGPS, DAR, sezione I, 4 janvier 1962, citée supra, note 29.

90 N. Degli Angeli, « L’ebraismo nella storia », art. cité, p. 20.

91 Ibid., p. 21.

92 M.-A. Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, op. cit., p. 389.

93 A. Rosenbaum, op. cit., p. 25.

94 N. Degli Angeli, « L’ebraismo nella storia », art. cité, p. 21.

95 « Analisi dell’anima ebraica », art. cité, p. 4.

96 Le député Francesco Pasqualigo, député libéral de Vénétie, s’opposa à la nomination au poste de ministre des Finances de Isacco Pesaro Maurogonato, mettant en doute la loyauté des juifs italiens à l’égard de leur patrie, en raison de leur « double nationalité » juive et italienne. Voir T. Catalan, « Ebrei e nazione dall’emancipazione alla crisi di fine secolo », art. cité, p. 28.

97 Ibid.

98 C. Graziani, « I Protocolli dei Savi di Sion », art. cité, p. 16.

99 Faux notoire, les Protocoles des Sages de Sion « étai[en]t censé[s] reproduire les actes du congrès sioniste de Bâle en 1897, congrès au cours duquel aurait été défini un plan de conquête du pouvoir par les juifs ». Voir R. Schor, L’antisémitisme en France dans l’entre-deux-guerres, Bruxelles, Complexe, 2005, p. 125 ; voir également : C. G. De Michelis, Il manoscritto inesistente. I « Protocolli dei Savi di Sion », Venise, Marsilio, 2004 ; P.-A. Taguieff, Les Protocoles des Sages de Sion. Faux et usages d’un faux, Paris, Berg international, 1992. Les Protocoles des Sages de Sion proposent « une synthèse de toutes les formes d’antisémitisme, accordant autant de place à la figure du juif “maître de l’or” qu’à celle du révolutionnaire ». Voir M.-A. Matard-Bonucci, « Usages de l’antisémitisme social dans l’Italie fasciste », dans Antisemitismi a confronto. Francia e Italia. Ideologie, retoriche, politiche, M. Battini et M.-A. Matard-Bonucci éd., Pise, Edizioni Plus, 2010, p. 80-81.

100 C. Graziani, « I Protocolli dei Savi di Sion », art. cité, p. 16-17.

101 M.-A. Matard-Bonucci, « Usages de l’antisémitisme social dans l’Italie fasciste », art. cité, p. 80-81.

102 Clemente Graziani est considéré par Franco Ferraresi comme un « disciple reconnu d’Evola ». Voir F. Ferraresi, Minacce alla democrazia, op. cit., p. 51.

103 M.-A. Matard-Bonucci, « Usages de l’antisémitisme social dans l’Italie fasciste », art. cité, p. 83-85.

104 C. Graziani, « I Protocolli dei Savi di Sion », art. cité, p. 16.

105 N. Degli Angeli, « L’ebraismo nella storia », art. cité, p. 21.

106 P. Andriani, « Egitto e Israele », Ordine nuovo, I, 9, 1955, p. 20-21.

107 Ibid., p. 21.

108 « Analisi dell’anima ebraica », art. cité, p. 3-7.

109 N. Degli Angeli, « L’ebraismo nella storia », art. cité, p. 20.

110 Ibid., p. 21.

111 « Le traccia di Goldwater », Noi Europa, II, 6, 1967, p. 15.

112 A. Rosenbaum, op. cit., p. 94.

113 La revue apporte en 1955-1956 un soutien sans faille à la politique nationaliste et panarabe de Nasser. Le nationalisme de Nasser est assimilé à la révolution à laquelle aspirent les auteurs d’Ordine nuovo en Europe. Leur position se modifie à la fin des années soixante en raison du soutien communiste à la politique de Nasser. S’ils dénoncent la politique d’Israël et soutiennent la cause palestinienne en s’insurgeant notamment contre le sort des réfugiés, ils ne se prononcent plus, à partir du milieu des années soixante, sur un éventuel soutien à la cause arabe au Proche-Orient.

114 P. Andriani, « Egitto e Israele », art. cité, p. 21.

115 F. Germinario, Estranei alla democrazia, op. cit., p. 25.

116 À en croire la revue, l’élection du président Franklin Delano Roosevelt aurait d’ailleurs été permise par les manœuvres spéculatives de son père, désigné d’autre part comme l’un des responsables de la crise de 1929 (« Dietro la facciata del “cattolico” Kennedy », Ordine nuovo, VI, 4-5, 1960, p. 8-13).

117 Ibid., p. 9.

118 F. Alpino, « Il “razzismo” negro minaccia l’Europa », Ordine nuovo, VI, 2, 1960, p. 68-72.

119 Henry Coston, journaliste, rédacteur en chef du journal La Libre Parole, s’illustre, dès les années trente, par « son activité militante antisémite ». Continuateur d’Édouard Drumont et fidèle admirateur du nazisme, il contribue activement à alimenter la littérature pamphlétaire antisémite. Voir G. Kauffmann, « L’héritage de Drumont dans les années trente », art. cité.

120 H. Coston, Les Francs-maçons célèbres, Paris, impr. E. Ramlot, 1934 ; Id., La finance juive et les trusts, Paris, Jean-Renard, 1942 ; H. Coston et J.-L. Vannier, Les juifs en France, Paris, Centre d’action et de documentation, 1941 ; H. Coston, Le retour des 200 familles, Paris, La librairie française, 1960. Les trois premiers ouvrages cités ont contribué à nourrir l’antisémitisme social et politique de l’entre-deux-guerres puis de l’État français.

121 H. Coston, Les financiers qui mènent le monde. La Haute banque et les trusts, Paris, La librairie française, 1958.

122 Édouard Drumont publie en 1886 son ouvrage La France juive, contribuant selon Grégoire Kauffmann à « façonner dans les mentalités le stéréotype du juif “bourgeois”, pierre angulaire de son argumentation antisémite ». À la suite d’Alphonse de Toussenel ou de Roger Gougento des Mousseaux, Édouard Drumont se fait le défenseur d’un antisémitisme social qui se nourrit, à la fin du xixe siècle, de la « visibilité croissante d’une bourgeoisie juive intégrée à la nation ». Selon Grégoire Kauffman, Drumont « invente l’antisémitisme moderne en associant la République aux Juifs et les Juifs à l’argent ». Voir G. Kauffmann, « Rothschild & Cie. La bourgeoisie juive vue par Édouard Drumont », Archives Juives, 1, 2009, p. 51-68. Il n’est guère étonnant que Drumont soit cité par les auteurs d’Ordine nuovo : l’auteur français a en effet défendu, à la fin du xixe siècle, une interprétation conspirationniste de l’histoire et développé les thèmes de la « judéo-maçonnerie », de « l’assimilation de la “puissance juive” à la finance internationale » et d’une « hantise de la décadence », thèmes que l’on retrouve dans la revue italienne étudiée. Voir G. Kauffmann, « L’héritage de Drumont dans les années trente », art. cité.

123 U. Giusti, « Les financiers qui mènent le monde », Ordine nuovo, VI, 3, 1960, p. 189-192.

124 S. Mangiante, « La destra in Francia non rispetta gli idoli », Ordine nuovo, VII, 1-2, 1961, p. 30-34. Entré très jeune en politique au sein du MSI, Stefano Mangiante quitte le parti pour devenir, dès la formation du groupe extraparlamentaire, un des jeunes responsables de la section génoise d’Ordine nuovo. Il participe, en tant qu’intervenant, au cours de formation politique « Giovanni Preziosi » destiné aux militants du mouvement et décède prématurément au début de l’année 1963. Voir P. Andriani, « Mangiante legionario e libero. In memoria di un “uomo dell’Ordine” », Ordine nuovo, IX, 1963, p. 6-9.

125 Le mensuel d’extrême droite Défense de l’Occident est créé en décembre 1952 par Maurice Bardèche et tire à sa création à 4 500 exemplaires. Antisémite notoire, beau-frère de Brasillach, Bardèche et sa revue « entretien[nent selon Anne Grynberg] ouvertement la flamme de la collaboration la plus dure ». Il défend dès 1948 les thèses négationnistes dans son ouvrage Nuremberg ou la Terre Promise, publié aux éditions des Sept couleurs. Voir A. Grynberg, « Des signes de résurgence de l’antisémitisme dans la France de l’après-guerre (1945-1953) », Les Cahiers de la Shoah, 5, 2001, p. 190-191 ; Voir également : V. Igounet, Histoire du négationnisme en France, Paris, Seuil, 2000, J.-Y. Camus, R. Monzat, Les droites nationales et radicales en France, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1992 ; P. Milza, Fascismes français. Passé et présent, Paris, Flammarion, 1987 ; M. Winock éd., Histoire de l’extrême droite en France, Paris, Seuil, 1993.

126 S. Mangiante, « La destra in Francia non rispetta gli idoli », art. cité, p. 31.

127 L’expression italienne employée est « non troppo occulte ».

128 « Dietro la facciata del “cattolico” Kennedy », art. cité, p. 8.

129 M.-A. Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, op. cit., p. 99.

130 N. Degli Angeli, « L’ebraismo nella storia », art. cité, p. 21.

131 Voir dans Ordine nuovo : « Bandung, l’Asia alle porte », I, 2, 1955 ; « L’Europa alla deriva », III, 1, 1957 ; « Colonizzazione e colonialismo », V, 1, 1959 ; « Colonialismo e imperialismo nella polemica col PCI », VII, 1961 ; « Contributo alla battaglia per l’Ordine nuovo europeo », VIII, 1, 1962.

132 Ibid. : « La tragedia degli harkis », IX, 1, 1963 ; « La guerra rivoluzionaria », IX, 2, 1963 ; « Bastien-Thiry è morto eroicamente », IX, 2, 1963 ; « Polemica con l’OAS », IX, 4, 1963 ; « I fatti e le idee di tutto il mondo », X, 1-2, 1964 ; « L’Europa e il terzo mondo », X, 5-6, 1964 ; « Un’intervista con Laroche », XI, 1-2, 1965. Dans Noi Europa : « La vendetta dei paras’ », III, 3, 1968.

133 Voir l’article de P. Bertilotti dans le présent numéro de Laboratoire italien.

134 J. Evola, « Lettera di Evola a Almirante », Noi Europa, II, 2, 10 mars 1967, p. 13. Cet article d’Evola fait suite à la conférence de presse télévisée de Giorgio Almirante le 23 février 1967. Le dirigeant du MSI déclare notamment avoir « complètement dépassé, pour des raisons humaines [et] pour des raisons conceptuelles », ses positions antisémites passées. Il qualifie les lois raciales de « probablement injustes », ce qui provoque la réaction d’Evola qui l’interpelle en faisant référence notamment à leur proximité idéologique passée et à leurs expériences communes au sein des rédactions de périodiques antisémites. Il commence son article par ses mots : « Cher Almirante, tu m’autoriseras à m’adresser à toi de la même manière que nous avions l’habitude de le faire à l’époque, désormais lointaine, où nous nous croisions à la rédaction du Tevere ou de la Difesa della Razza […] » (notre traduction). Voir A. Carioti, « La lunga ambiguità », art. cité, p. 275.

135 « I termini attuali del problema arabo-israeliano », Ordine nuovo, I (nouvelle série), 2, 1970, p. 68-72.

136 A. Rosenbaum, op. cit.

137 « I termini attuali del problema arabo-israeliano », art. cité p. 71.

138 « Israele vittoria senza ali », Noi Europa, II, 5, 20 juillet 1967, p. 11-12 ; « I termini attuali del problema arabo-israeliano », art. cité, p. 68-72.

139 P. Andriani, « Egitto e Israele », art. cité, p. 21.

140 « Israele vittoria senza ali », art. cité, p. 12.

141 P. Andriani, « Egitto e Israele », art. cité, p. 21.

142 « Quando la causa è “sacrosanta” », Noi Europa, II, 5, 1967, p. 11.

143 « Israele vittoria senza ali », art. cité, p. 11-12.

144 « Quando la causa è “sacrosanta” », art. cité, p. 11.

145 Ibid.

146 Ibid.

147 « Israele vittoria senza ali », art. cité, p. 11.

148 Ibid.

149 A. Rosenbaum, op. cit., p. 95.

150 T. Stabile, « Ecco cosa ho visto a Dachau », Ordine nuovo, XI, 1965, p. 28-34 ; « Israele vittoria senza ali », art. cité, p. 12.

151 « Israele vittoria senza ali », art. cité, p. 12.

152 A. Rosenbaum, op. cit., p. 96.

153 Le MSI dirigé par Arturo Michelini de 1953 à 1969 adopte, dans la deuxième moitié des années soixante, dans le cadre de sa politique atlantiste, une politique de soutien à l’État d’Israël. Roberto Chiarini précise que la guerre des Six Jours marque un tournant dans l’engagement pro-israélien du MSI : le parti « met [dès lors] en sourdine ses sympathies initiales pour le monde arabe ». R. Chiarini, « L’antisionismo e l’estrema destra italiana », art. cité, p. 8. Le courant rautien, issu d’Ordine nuovo, qui rejoint le MSI à partir de 1969, demeure minoritaire et n’est pas en mesure d’influer sur la position adoptée par le MSI en matière de politique extérieure. A. Carioti, « La lunga ambiguità », art. cité.

154 H. Rousso, « Les racines du négationnisme en France », art. cité, p. 54.

155 J. Evola, « Lettera di Evola a Almirante », art. cité, p. 13.

156 Plus précisément : Evola regrette qu’Almirante n’ait pas rétorqué à un journaliste, qui lui demandait s’il pourrait faire figurer dans sa bibliothèque Le Journal d’Anne Frank, qu’il n’y verrait aucune objection s’il pouvait y faire également figurer des ouvrages sur les bombardements de Dresde, d’Hiroshima et les massacres de Katyn. La référence à l’ouvrage d’Anne Frank sera, dans les années soixante-dix, un classique des publications négationnistes italiennes. Voir F. Germinario (Estranei alla democrazia, op.cit., p. 29) qui cite notamment l’ouvrage de D. Felderer, Il Diario di Anne Frank. Una frode [Le journal d’Anne Frank : une imposture], Parme, La Sfinge, 1990 [1978].

157 On remarquera que, conformément à ses convictions païennes, Evola n’a pas recours à l’argument classique du déicide.

158 J. Evola, « Lettera di Evola a Almirante », art. cité, p. 13.

159 Ibid.

160 Ibid.

161 En 1963, le Groupe d’Ar, dirigé par Franco (Giorgio) Freda, publia un Manifeste du Groupe d’Ar dans lequel il revendiquait son attachement à une « conception traditionnelle de l’existence ». Comme l’écrit Francesco Germinario, « en quelques années, Ar devint la maison d’édition de référence de l’aile radicale de l’extrême droite italienne », comptant parmi ses principaux collaborateurs des personnages tels que Adriano Romualdi et Claudio Mutti, antisémite notoire. En 1969, Freda publie La désintégration du système, ouvrage théorico-politique fondamental pour l’extrême droite d’après guerre. Freda se réclamant d’une idéologie « nazie-maoïste », les Éditions d’Ar réservèrent une place particulière à la traduction d’ouvrages antisémites et négationnistes.

162 T. Stabile, « Ecco cosa ho visto a Dachau », art. cité, p. 28-34.

163 Pour reprendre l’expression de R. Hilberg, La destruction des Juifs d’Europe, Paris, Gallimard, 1999, vol. II, p. 748-855.

164 Mais principalement au cours des « opérations mobiles de tuerie » (voir R. Hilberg, ibid., vol. I, p. 236-337) et dans les « centres de mise à mort » de Belzec, Sobibor, Treblinka, Majdanek, Chelmno et Auschwitz-Birkenau.

165 Une chambre à gaz a été construite fin juillet 1942 à Dachau mais elle n’a jamais été mise en service. Voir F. Bedarida, L. Gervereau éd., La déportation. Le système concentrationnaire nazi, Paris, La Découverte, 1995, p. 68.

166 L’expression désigne le responsable du camp après la Libération, survenue en avril 1945.

167 T. Stabile, « Ecco cosa ho visto a Dachau », art. cité, p. 33.

168 P.-A. Taguieff, La nouvelle judéophobie, op. cit., p. 123.

169 À la suite de Maurice Bardèche, « la véritable naissance de la thématique négationniste commence » avec Paul Rassinier. Socialiste, déporté à Buchenwald pour faits de résistance, Rassinier commence par remettre en cause le récit d’anciens déportés avant de se rapprocher de l’extrême droite et d’en reprendre certains thèmes. Il propose dès lors une « interprétation falsifiée de l’histoire dans laquelle les chambres à gaz et l’extermination ne sont plus que des “rumeurs” ». Voir H. Rousso, « Les racines du négationnisme en France », art. cité, p. 51-62.

170 P. Rassinier, Il dramma degli ebrei, Rome, Edizioni Europa, 1967.

171 Ordine nuovo, I (nouvelle série), 2, p. 143.

172 Noi Europa, II, 5, 20 juillet 1967, p. 12.

173 Giulio Maceratini, né le 13 février 1938, est avocat de formation. Membre du comité de direction d’Ordine nuovo, il est durant les années soixante responsable de la section universitaire du groupe. Il semble également qu’il ait été pendant un temps un des responsables des relations avec les groupes étrangers et qu’il ait effectué dans ce cadre un nombre important de voyages en Europe. Il ne nous a pas été possible de déterminer sa date d’entrée au sein du groupe, mais plusieurs documents attestent de son activité politique au sein d’Ordine nuovo au moins à partir de 1958. Casa della memoria, Rapport d’expertise no 5 d’Aldo Giannuli, Annexe 306, MI, ADCPP, fasc. « Ordine nuovo-Varie », Note de l’informateur Aristo datée du 4 juin 1968.

174 G. Maceratini, « Omaggio a un avversario », Noi Europa, II, 6, 1967, p. 11.

175 En français dans le texte.

176 G. Maceratini, art. cité, p. 11.

177 Voir H. Rousso, « Les racines du négationnisme en France », art. cité, p. 53-54.

178 On verra notamment : « Voix d’Occident. Pour l’Empire d’Europe », Défense de l’Occident, 12, 1961, p. 86 ; « Voix d’Occident. L’avenir du nationalisme européen », ibid., 18, 1962, p. 103-104 ; « La chronique de la presse d’opposition nationale », ibid., 38, 1964, p. 67 ; « Technocrates, néocapitalistes et socialistes nationaux en Italie », ibid., 55, 1966, p. 36-43.

179 Il convient de noter qu’avant la création du Front national au début des années soixante-dix et du Parti des forces nouvelles, l’extrême droite française est fragmentée et composée d’un grand nombre de groupuscules. Contrairement au MSI, les dirigeants des groupuscules français ne se préoccupent pas directement des conséquences électorales de leur discours antisémite.

180 P. Hofstetter, « Histoires juives », Défense de l’Occident, 60, 1959, p. 37-39.

181 M. Bardèche, « Le romantisme fasciste », ibid., 8, 1960, p. 3-10 ; Id., « De quelques sujets de réflexion : mourir pour Israël », ibid., 63, 1967, p. 40-42.

182 Id., « Le romantisme fasciste », art. cité, p. 3-10.

183 Id., « De quelques sujets de réflexion… », art. cité, p. 40-42.

184 « Analisi dell’anima ebraica », art. cité, p. 3-7.

185 P. Hofstetter, « Histoires juives », art. cité, p. 37.

186 « L’avenir des Aryens », Défense de l’Occident, 32, 1963, p. 73-87.

187 F. Germinario, Estranei alla democrazia, op. cit., p. 68.

Top of page

References

Electronic reference

Pauline Picco, « Extrême droite et antisémitisme en Italie. L’exemple du Centro studi Ordine nuovo(1955-1971) », Laboratoire italien [Online], 11 | 2011, Online since 15 November 2011, connection on 27 July 2014. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/574 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.574

Top of page

About the author

Pauline Picco

Université Paris-Sorbonne (Paris IV), LARHRA

Top of page

Copyright

© ENS Éditions

Top of page