Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Anatomie d’une crise. Les épisodes antisémites de l’hiver 1959-1960 en Italie1

Anatomie d’une crise. Les épisodes antisémites de l’hiver 1959-1960 en Italie
L’ondata di antisemitismo dell’inverno 1959-1960 in Italia. Radiografia di una crisi
Paola Bertilotti
p. 53-100

Abstracts

Dans les vingt premières années de l’après-guerre, les épisodes de violence antisémite ont été relativement rares en Italie. La flambée antisémite de l’hiver 1959-1960 marque, à cet égard, un saut tout à la fois quantitatif et qualitatif. À partir du 24 décembre 1959, une vague d’actes antisémites touche l’Allemagne avant de gagner l’ensemble des pays occidentaux. Cette crise internationale n’épargne pas l’Italie, où des incidents se produisent dans presque toutes les provinces. L’enquête italienne aboutira à la mise en cause d’individus issus de l’extrême droite – parlementaire et extra-parlementaire – mais également à l’arrestation de jeunes gens généralement qualifiés par la presse de « vandales ». Désormais tombés dans l’oubli, ces épisodes sont toutefois particulièrement intéressants pour l’étude de l’antisémitisme en Italie dans l’après-guerre. Non seulement parce qu’ils attestent l’existence, à l’extrême droite, d’une mouvance antisémite revendiquant symboliquement une continuité avec l’antisémitisme génocidaire nazi – et qui bénéficiera d’une relative impunité judiciaire alors même que l’enquête policière révélera ses connections avec des groupuscules similaires implantés dans d’autres pays européens –, mais également parce que les réactions qu’ils ont suscitées dans la classe politique et l’opinion italiennes semblent préfigurer à plus d’un titre les événements de l’été 1960.

Top of page

Full text

  • 1 Je tiens à remercier Jean-Louis Fournel, Pauline Picco et Pierre Savy pour leurs relectures et leur (...)
  • 2 D’après A. Goldstaub, « L’antisemitismo in Italia », dans Storia dell’antisemitismo 1945-1993, L. P (...)
  • 3 Voir La voce della comunità israelitica di Roma, 17 mars 1949. Nous rappelons que le 24 mars 1944, (...)
  • 4 Voir A. Goldstaub, « L’antisemitismo in Italia », art. cité, p. 438.
  • 5 Archivio centrale dello Stato (ACS), Rome, ministère de l’Intérieur (MI), Direction générale de la (...)

1Dans les quinze premières années de l’après-guerre, les épisodes de violence antisémite ont été relativement rares en Italie. Généralement imputables à l’extrême droite, ils se sont pour la plupart déroulés à Rome. À plusieurs reprises – en avril 1948, juin 1953 et mai 1958 –, l’ancien ghetto de Rome a été le théâtre d’expéditions de type squadriste, des militants d’extrême droite s’étant rendus coupables de violences et de voies de faits envers les habitants du quartier2. À Rome, des actes de vandalisme attribués aux néofascistes ont également visé, à travers des symboles de la mémoire antifasciste italienne, des lieux de la mémoire juive : ainsi, en mars 1949, les tombes des victimes des Fosses ardéatines sont-elles profanées à l’occasion du cinquième anniversaire du massacre3. Entre 1945 et 1960, une série d’incidents s’est également produite à Gênes : la plaque commémorant la déportation du rabbin Riccardo Pacifici fait à deux reprises l’objet de dégradations (en avril 1955 et février 1957) ; en 1955, des affiches éditées par la communauté juive à l’occasion du dixième anniversaire de la résistance sont recouvertes d’inscriptions à caractère antisémite4. Ailleurs, l’Union des communautés juives signale quelques incidents occasionnels : à Milan, des inscriptions antisémites sont découvertes sur les murs de la synagogue en octobre 1956, et à proximité de l’école juive en décembre 1956 ; toujours en décembre, le cimetière juif d’Acqui, en province d’Alexandrie, est profané5.

  • 6 Parmi les affaires qui firent le plus de bruit, la publication, le 24 février 1957, par le journal (...)
  • 7 Une vive polémique oppose ainsi, entre novembre 1948 et janvier 1949, Israel, l’hebdomadaire de la (...)
  • 8 Roberto Finzi s’est, par exemple, intéressé à la présence de stéréotypes relevant d’un « répertoire (...)
  • 9 Des dérapages de ce type sont signalés épisodiquement par la presse communautaire juive. À sa sorti (...)
  • 10 En octobre 1952, l’Union des communautés juives italiennes signalait ainsi à l’attention du ministè (...)
  • 11 L’édition de 1953 du Zingarelli (N. Zingarelli, Vocabolario della lingua italiana, Bologne, Zaniche (...)

2Reste qu’entre 1945 et 1960, l’antisémitisme s’exprime en Italie en paroles plus qu’en actes. On en trouve principalement la trace dans les discours et les préjugés véhiculés par les milieux néofascistes6 ou catholiques traditionnels7 et, plus rarement et subrepticement, dans les prises de positions des intellectuels8, dans le cinéma, la littérature ou la presse grand public9, voire dans les manuels scolaires10 ou les dictionnaires11.

3À cet égard, les épisodes de l’hiver 1959-1960 marquent à la fois un saut quantitatif et qualitatif. À partir du 24 décembre 1959, une vague d’actes antisémites se produit en Allemagne avant de toucher la quasi-totalité des pays du bloc occidental. Cette crise internationale n’épargne pas l’Italie, où des incidents se produisent sur l’ensemble du territoire. Dans le cas italien, l’enquête aboutira, nous le verrons, à la mise en cause d’individus issus de l’extrême droite – parlementaire ou extra-parlementaire – mais également à l’arrestation de jeunes gens généralement qualifiés par la presse de teppisti (« vandales », « loubards »).

  • 12 Sur la notion d’événement, nous nous contenterons de renvoyer ici à A. Farge, « Penser et définir l (...)

4Premiers épisodes antisémites de cette ampleur dans l’Italie d’après 1945, les incidents de l’hiver 1960 ont immédiatement bénéficié d’une très large résonance médiatique. Il conviendra, toutefois, de s’interroger sur leur statut d’événement12. À l’évidence, cette vague d’antisémitisme, survenue quinze ans à peine après la fin de la guerre, a constitué un choc pour l’opinion italienne en ressuscitant, à travers les symboles de l’hitlérisme, le spectre de l’antisémitisme nazi. Occasion de résurgence des mémoires, ces incidents se sont également révélés un enjeu de mémoire, l’écho très important qu’ils ont reçu résultant largement de la conjoncture politique nationale et internationale et du contexte de guerre froide. Si la portée d’un événement se mesure à l’aune de sa postérité, il s’agira, par ailleurs, de tenter de déterminer l’impact réel de ces incidents qui, après avoir occupé pendant le mois de janvier les premières pages des quotidiens, semblent être rapidement tombés dans l’oubli.

Les faits

  • 13 Les nouvelles parues dans la presse italienne permettent de dresser un tableau sommaire des événeme (...)
  • 14 Voir notamment : « Svastiche, il calendario del nuovo nazifascismo », Ha-Tikwà, janvier 1960, p. 2.

5Point de départ de la vague d’actes antisémites de l’hiver 1959-196013 : les croix gammées et les inscriptions injurieuses découvertes le 25 décembre au matin sur la façade de la synagogue de Cologne en Allemagne. La profanation de la synagogue de Cologne est bientôt suivie d’incidents similaires dans d’autres villes allemandes. Graffitis et tracts à la gloire du nazisme ou à caractère explicitement antisémite, lettres et coups de téléphone de menace, rassemblements néonazis et profanations de synagogues et de cimetières sont signalés dans les derniers jours de décembre et les deux premières semaines du mois de janvier. Sans prétendre ici à un recensement exhaustif, il convient toutefois de souligner qu’après l’Allemagne, c’est très rapidement l’Europe occidentale tout entière qui est concernée par ces incidents antisémites : la Grande-Bretagne dès le 31 décembre, puis la France (1er janvier), l’Autriche, la Belgique, la Norvège, l’Italie (2 janvier), la Suède (3 janvier), les Pays-Bas (4 janvier), la Suisse (5 janvier), l’Espagne (6 janvier) et la Grèce (9 janvier). D’européenne, cette vague d’antisémitisme devient bientôt mondiale et gagne les États-Unis (3 janvier), l’Australie (4 janvier), l’Afrique du Sud (5 janvier), le Mexique, le Canada (6 janvier), Hong-Kong, le Maroc, l’Argentine (8 janvier) et le Liban (9 janvier) sans épargner Israël (4 janvier). Les faits recensés vont du graffiti à l’attentat : le 8 janvier 1960 à Buenos Aires, une bombe explose devant l’habitation d’une famille juive14. Des nouvelles contradictoires émanent des pays du bloc de l’Est, la presse catholique et les grands quotidiens nationaux relatant des incidents de même nature en RDA – une information démentie par la presse de gauche. Nous reviendrons sur les raisons politiques de ces divergences.

  • 15 Dès le 3 janvier, L’Unità et La Stampa publient des articles relatifs à la situation italienne. Le (...)
  • 16 Le 4 janvier 1960, la présidence du Conseil ouvre un dossier intitulé « Antisémitisme », où est ens (...)
  • 17 Jusqu’à la réforme administrative de 1981, la Direzione generale della pubblica sicurezza (DGPS) du (...)
  • 18 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, lettre du 23 juillet 1960 de la Division affaire (...)

6Aucune des publications prises en considération ne se hasarde, en revanche, à nier la réalité de la vague d’antisémitisme qui touche l’Italie à partir du 2 janvier 1960. Selon les titres, l’information n’est, toutefois, pas relayée avec la même rapidité et la même précision, la presse catholique étant la plus lente à réagir15. Il est possible de reconstituer plus précisément le déroulement des faits en croisant les informations parues dans la presse avec la documentation issue des archives gouvernementales italiennes16. Le 23 juillet 1960, un rapport de la Direction générale de la sûreté publique du ministère de l’Intérieur17 dresse ainsi, quelques mois après les faits, un bilan des actes antisémites signalés par les préfectures, province par province18. D’après ce rapport, la plupart des épisodes à caractère antisémite se sont produits en Italie au cours du mois de janvier 1960. La Direction générale de la sûreté publique (DGPS) recense des « épisodes sporadiques » (« episodi sporadici ») dans les provinces de Savone, Crémone, Mantoue, Padoue et Parme ; des « incidents sans importance » (« manifestazioni irrilevanti ») dans les provinces de Côme, Rovigo, Trévise, Vérone, Vicence, Reggio Emilia, Grosseto, Lucques, Pise, Pistoia, Sienne, Ascoli Piceno, Macerata et Pesaro-Urbino ; des « incidents d’importance limitée » (« manifestazioni di scarso rilievo ») dans la Vallée d’Aoste et dans les provinces d’Alexandrie, Cuneo, Novare, Turin, Vercelli, Imperia, La Spezia, Pavie, Sondrio, Varèse, Belluno, Venise, Trieste, Udine, Gorizia, Ferrare, Forli, Plaisance, Ravenne, Massa-Carrare, Arezzo, Ancône, Pérouse, Terni, Latina, Viterbe, Campobasso, Pescara, Teramo, Bénévent, Naples, Tarente, Lecce, Foggia, Matera, Cosenza, Caltanissetta, Catane, Messine, Palerme, Syracuse, Cagliari, Sassari, Nuoro ; « divers incidents d’importance limitée » (« varie manifestazioni di scarso rilievo ») dans la province de Trente ; des « incidents réitérés » (« reiterate manifestazioni ») dans celle de Bolzano ; des « épisodes réitérés et variés » (« episodi vari e reiterati ») dans celle de Bologne ; des « épisodes variés » (« episodi vari ») dans les provinces de Gênes, Florence, Livourne et Bari et, enfin, des « activités d’importance notable » (« attività di un certo rilievo ») dans les provinces de Milan et Rome – où l’enquête ouverte par les services de police a conduit à des interpellations dans les milieux de l’extrême droite dissidente, agissant « en lien avec une organisation, implantée à Lausanne et connue sous le nom de “NOE” (Nouvel ordre européen) ». La DGPS accorde également une mention particulière au cas du Trentin-Haut Adige – la « région [italienne] la plus proche de l’Allemagne », qui a été marquée par une « intense activité » à caractère antisémite, notamment dans la province de Bolzano où, le 14 février 1960, « près de la gare de Caldaro, une statue en bois représentant un juif en train de frapper Jésus, précédemment subtilisée à une station d’un chemin de croix située à proximité, a été symboliquement pendue à un arbre ».

  • 19 La province d’Asti fait figure d’exception dans cette liste : située dans le Piémont, la ville d’As (...)
  • 20 Voir S. Della Pergola, Anatomia dell’ebraismo italiano, Assise-Rome, Carucci, 1976, p. 60.

7Ce rapport nous autorise à formuler une première série de remarques. À l’évidence, la majeure partie du territoire italien a été touchée. Seules quelques zones majoritairement situées dans le Sud de l’Italie – et, de ce fait, dépourvues pour la plupart de population juive – ont été totalement épargnées : « aucun incident » (« nessuna manifestazione ») n’est signalé dans les provinces de Frosinone, Chieti, Aquila, Avellino, Caserta, Brindisi, Potenza, Catanzaro, Reggio Calabria, Agrigente, Enna, Raguse et Asti19. Au début des années soixante, les communautés juives italiennes comptent à peine plus de 30 000 inscrits (ils étaient 45 270 en 1938), résidant pour l’essentiel à Rome (12 928 membres) et à Milan (8 488 membres). D’un point de vue géographique, la population juive italienne est urbaine et implantée, pour l’essentiel, principalement dans le Nord et le Centre de la Péninsule20. Certes, ce sont les villes de Rome et de Milan, siège des deux plus grandes communautés juives italiennes, qui ont été le théâtre d’« activités d’importance notable ». Reste qu’il n’y a pas plus de juifs à Matera, Cosenza, Caltanissetta, Catane ou Messine qu’à Avellino, Caserta, Brindisi, Potenza ou Catanzaro. Il s’agit donc très largement d’un antisémitisme sans juifs.

8À Rome et à Milan, ces épisodes d’intolérance semblent attester l’existence à l’extrême droite d’une mouvance antisémite revendiquant, par ses slogans et ses symboles, une continuité avec l’antisémitisme génocidaire nazi. Ailleurs, en revanche – comme dans la province de Bolzano –, ils paraissent relever davantage de l’antijudaïsme catholique traditionnel.

  • 21 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, télégrammes envoyés par les préfectures entre le (...)
  • 22 Parme, Milan, Turin, Florence, Modène, Foggia, Oderzo, Forli, Piombino, Ascoli Piceno, Teramo, Napl (...)
  • 23 Le dernier recensé par les préfectures se produit à Bolzano le 1er mai.
  • 24 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, télégrammes envoyés entre le 6 et le 14 janvier (...)
  • 25 Ibid., télégrammes des 6 et 10 janvier de la préfecture de Foggia. Le film de Rossellini, centré su (...)

9Un examen des rapports de préfecture envoyés courant janvier au ministère de l’Intérieur permet de dresser un tableau plus précis de ces incidents, par ordre de gravité croissante21. Entre le 2 et le 23 janvier, des croix gammées ou des inscriptions à caractère plus explicitement antisémite (notamment, « Juden raus » significativement retranscrite en allemand) ont été tracées sur les murs d’une trentaine de villes italiennes22. Ce type d’incidents se prolonge jusqu’au printemps23. Mais la presse et les préfectures font également état d’épisodes d’une tout autre gravité : à Milan, Naples, Florence, Rome et Bari, des lettres d’insultes ou de menaces parviennent à des institutions juives, à des individus identifiés comme juifs, au siège de partis de gauche, aux directeurs de journaux ayant relaté les faits, voire à la police en charge de l’enquête, les menaces proférées allant de l’attentat à la bombe à l’assassinat24. À Foggia, après les croix gammées signalées début janvier, les incidents prennent un tour plus généralement néonazi, des engins explosifs visant quelques jours plus tard un cinéma où est projeté Il generale Della Rovere (1959) de Roberto Rossellini et les panneaux d’affichage faisant de la publicité pour le film25.

  • 26 Dix à Milan, sept à Pavie, six à Rome, six à Livourne, cinq à Foggia, trois à Bolzano, trois à Flor (...)
  • 27 La loi no 645 du 20 juin 1952 (dite « loi Scelba », en référence au ministre de l’Intérieur démocra (...)
  • 28 Plusieurs incidents d’une certaine gravité ont pourtant été signalés à Bari courant janvier (parmi (...)
  • 29 À Trieste, par exemple, trois étudiants âgés de 19 à 20 ans sont pris en flagrant délit, le 4 janvi (...)
  • 30 Ibid., télégramme du 10 janvier de la préfecture de Naples.
  • 31 Ibid., télégrammes des 6, 7, 8 et 18 janvier de la préfecture de Milan ; lettre du 31 mars 1960 de (...)
  • 32 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, « Un comunista arrestato per minacce ad ebrei », (...)

10L’enquête menée par la police italienne aboutit à 57 mises en examen26, notamment au titre de la loi 645 du 20 juin 1952 dite « loi Scelba » – interdisant (art. 1) la « réorganisation du Parti fasciste » et la propagande raciste, instaurant (art. 4) le délit d’« apologie du fascisme » et proscrivant (art. 5) les « manifestations de fascisme »27. La documentation rassemblée par la présidence du Conseil des ministres ne comporte toutefois que peu d’informations relatives à l’identité des responsables de ces désordres. Certaines préfectures – notamment celle de Bari – rechignent à prendre ces épisodes au sérieux28. À l’examen de la documentation disponible, deux profils-types de coupable semblent toutefois se dégager : celui du jeune provocateur – voire du jeune voyou – plus ou moins politisé29 ; celui du militant d’extrême droite. Tandis qu’à Naples, les soupçons se portent sur un militant d’extrême droite isolé30, à Foggia, Milan et Rome, l’enquête aboutit à la mise en cause de groupuscules d’extrême droite plus structurés et organisés : l’association étudiante Giovane Italia à Foggia, les organisations Ordine nuovo et Giovane Italia à Milan, le Centro Ordine nuovo, Avanguardia giovanile et la Federazione studentesca gioventù mediterranea à Rome31. Une coupure de presse conservée dans le dossier ouvert par la DGPS en janvier 1960 fait, en revanche, état de la mise en cause, par la préfecture de Livourne, d’un jeune homme de 19 ans, par ailleurs inscrit à la FGCI (Fédération des jeunes communistes italiens) pour l’envoi de lettres de menace et d’insulte à un commerçant d’origine juive et à sa fille de 15 ans32. Mais il s’agit là, à l’évidence, d’un cas isolé. Seul point commun entre les différents individus interpellés : leur extrême jeunesse. Il s’agit pour l’essentiel de mineurs ou de jeunes gens âgés tout au plus d’une vingtaine d’années, appartenant donc à une génération qui n’a pas connu la guerre.

  • 33 Sur Ordine nuovo, nous nous contenterons ici de renvoyer à l’article de P. Picco publié dans ce num (...)
  • 34 Il s’agit en réalité très vraisemblablement du mouvement également connu sous le nom d’Avanguardia (...)

11Les motivations des coupables diffèrent également. Le mobile antisémite ou politique des jeunes teppisti s’avère souvent difficile à démontrer, leurs menées relevant vraisemblablement de l’improvisation et d’une forme de suivisme protestataire. Il n’en va pas de même dans le cas des groupuscules d’extrême droite romain et milanais. Le matériel de propagande saisi par la police lors de perquisitions atteste leur adhésion à une idéologie de type néofasciste ou néonazi. Leurs actions semblent, d’autre part, avoir été longuement préméditées : à Milan, l’enquête révèle que les militants d’extrême droite inculpés dans l’affaire fréquentaient tous assidûment des cours d’hébreu dispensés par le consulat israélien. La police italienne met, en outre, progressivement à jour les liens unissant ces différents groupuscules entre eux. Les organisations romaines sont toutes trois issues de groupes dissidents du MSI (Mouvement social italien) – le Centro Ordine nuovo, né en janvier 1957 de la scission, derrière Pino Rauti, d’un courant du MSI composé de près de quatre-vingts personnes33 ; la Federazione studentesca gioventù mediterranea, dirigée par Gino Ragno et créée également en 1957 ; Avanguardia giovanile, un mouvement fondé fin décembre 195934. Les mouvements milanais sont apparentés aux groupuscules romains et, à leur tour, connectés entre eux : Ordine nuovo est une ramification milanaise du Centro Ordine nuovo romain. À Milan, Ordine nuovo aurait été mis en contact avec un mouvement désigné – selon les rapports – sous le nom de Giovane Italia ou de Giovani Italiani par l’intermédiaire d’un certain Giovanni Perona, secrétaire pour l’Italie du « Nouvel ordre européen » (NOE) – une structure visant à propager en Europe et aux États-Unis une idéologie antidémocratique et raciste d’inspiration nazie et regroupant, d’après la police italienne, l’ensemble des groupes néonazis ou néofascistes opérant sur le territoire italien. Le NOE, qui aurait son siège à Lausanne et dont le secrétaire serait un certain Gaston Amaudruz, aurait organisé en août 1959, avec l’aide d’Ordine nuovo, un congrès en Italie (dans la province de L’Aquila), ayant abouti à la création d’une « Jeune légion européenne » dans le but d’unifier l’action de tous les jeunes néonazis au niveau européen. Le NOE aurait également servi à établir des contacts entre d’anciens nazis, notamment entre d’anciens officiers de la SS.

  • 35 Voir P. Picco, Histoire des relations entre les extrêmes droites françaises et italiennes du début (...)
  • 36 Giovane Italia ou ASAN Giovane Italia est une des organisations de jeunesse du MSI. Campée sur des (...)
  • 37 Stefano Delle Chiaie, né à Caserta en 1936, vit à Rome à la fin des années cinquante. Il milite alo (...)

12Les informations recueillies par les préfectures s’avèrent dans l’ensemble exactes35. Les rapports envoyés à la présidence du Conseil omettent cependant de signaler que l’association Giovane Italia est officiellement liée au MSI36. L’on ne dispose d’autre part que de peu d’éléments sur l’issue des poursuites à l’encontre de ces militants d’extrême droite. Si l’on en croit le rapport du 23 juillet 1960 de la DGPS, les cinq personnes interpellées et inculpées à Foggia seront acquittées. À Milan, neuf individus sont mis en examen au titre de la loi n° 645 du 20 juin 1952 ; un prévenu, encore mineur, est en revanche déféré au tribunal pour enfants. L’on ignore le résultat de ces procédures. À Rome, six militants d’Avanguardia giovanile et de Gioventù mediterranea sont poursuivis au titre de la loi n° 645 du 20 juin 1952 – parmi lesquels le tristement célèbre Stefano Delle Chiaie37. Il est à noter qu’aucune procédure ne vise apparemment les membres romains d’Ordine nuovo, dont l’organisation contrevient toutefois également, par son existence même, à la loi n° 645 du 20 juin 1952.

  • 38 Le dossier ouvert par la présidence du Conseil rassemble ainsi 55 textes de protestation adoptés –  (...)
  • 39 Ibid., correspondance envoyée par les préfectures de Turin, Florence, Modène, Trieste, Livourne et (...)
  • 40 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 2.

13Plus largement, alors que la présidence du Conseil reçoit, courant janvier 1960, 37 rapports de préfecture relatifs aux incidents antisémites, seuls trois courriers lui parviennent entre février et juillet 1960 concernant les enquêtes en cours et les poursuites engagées à l’encontre des responsables. En réalité, dès la mi-janvier, l’attention des pouvoirs publics se concentre davantage sur la mobilisation de l’opinion italienne contre l’antisémitisme que sur les incidents antisémites eux-mêmes38. Dès le 10 janvier, les actions contre l’antisémitisme et en solidarité avec les communautés juives font l’objet de comptes rendus préfectoraux39. En février 1960, la présidence du Conseil ouvre, enfin, un autre dossier spécifiquement consacré à l’organisation à Rome d’une conférence contre l’antisémitisme prévue au mois de mars40.

Un événement

14La vague d’antisémitisme qui s’est propagée à partir du 24 décembre 1959 a en effet suscité, en Italie comme à l’étranger, une très vive émotion. Par leur nombre, leur gravité, leur extension géographique et leur simultanéité, ces incidents, survenus un peu moins de quinze ans après la fin de la guerre, ont constitué un choc pour l’opinion internationale et ont, de ce fait, été immédiatement perçus comme un événement. En France, Raymond Aron remarquait, quelques mois après les faits :

  • 41 R. Aron, « Les Juifs », Réalités, septembre 1960, article désormais publié dans Id., Essais sur la (...)

Il y a quelques semaines, comme par un coup de baguette magique, des croix gammées surgissaient, dessinées ou peintes sur les murs aux quatre coins de l’Europe ; des cimetières juifs et des synagogues étaient profanés. En réplique, des protestations indignées des gouvernants, de la presse, des associations vouées à la lutte contre l’antisémitisme [se sont] multipli[ées].41

  • 42 Voir par exemple « Il direttore del Congresso mondiale israelitico chiede una legge speciale in dif (...)
  • 43 « Dopo il ripetersi e l’estendersi della campagna anti-ebraica. In Europa e America si chiedono pro (...)

15La presse italienne fait d’ailleurs état de manifestations de protestation à Londres, à Berlin et à Paris. Le Congrès juif mondial ne tarde pas à réagir à son tour. Le 7 janvier, Alexander Easterman, son directeur politique, rencontre le ministre allemand des Affaires étrangères, Heinrich von Brentano42. Le gouvernement israélien envoie, pour sa part, une note de protestation aux gouvernements européens concernés43.

  • 44 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, copie de la lettre du directeur général par inte (...)
  • 45 « Proteste all’ONU per gli atti antisemitici », Il Messaggero, 16 janvier 1960, p. 11 ; « L’antisem (...)
  • 46 Nota bene : cette résolution concerne également l’Italie, entrée à l’ONU en décembre 1955. ACS, PCM (...)

16Cette soudaine flambée de haine antijuive n’a d’ailleurs pas manqué d’éveiller l’inquiétude des instances internationales. Au cours de la 56e session de son conseil exécutif, l’Unesco adopte ainsi une résolution, transmise aux gouvernements des pays membres le 23 juin 1960, par laquelle l’organisation exprime sa préoccupation face à cette montée de racisme et d’antisémitisme et s’engage à lutter contre toute forme de discrimination44. À L’ONU, la sous-commission pour la protection des minorités réagit, dès le mois de janvier, à cette vague d’antisémitisme45. Le 20 avril 1960, une lettre du secrétaire général des Nations unies invite les États membres à établir un rapport présentant un état des lieux des actes antisémites survenus pendant l’hiver – ces documents devant servir de base aux travaux de la sous-commission pour la lutte contre les discriminations et la protection des minorités46.

  • 47 De tous les journaux que nous avons dépouillés, seul l’Osservatore romano, l’organe de presse du Va (...)
  • 48 Voir par exemple : Avanti !, 6 janvier 1960, p. 1, 2, 4, 5, 7 ; Il Popolo, 6 janvier, p. 1, 2, 8 ; (...)
  • 49 Pour le Corriere della Sera : Massimo Caputo en RFA, « A.V. » à Vienne et « S. » (sans plus de préc (...)
  • 50 Voir « Duri commenti nella stampa internazionale. Adenauer sotto accusa per l’ondata neo-nazista », (...)
  • 51 Dans les années 1945 à 1960, les communautés juives italiennes étaient réticentes à s’exprimer ouve (...)
  • 52 Voir les reportages, les articles d’information et de fond, le courrier des lecteurs et les photogr (...)
  • 53 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, note non signée sur papier à en-tête du cabinet (...)
  • 54 « Calorose manifestazioni di protesta da parte ufficiale e da privati cittadini », Israel, 14 janvi (...)
  • 55 « Il fermo atteggiamento di Roma ebraica », VCIR, janvier 1960, p. 2 ; « L’inconsulto episodio di R (...)
  • 56 « Di fronte alle provocazioni nazifasciste », VCIR, janvier 1960, p. 3.
  • 57 « Una riunione straordinaria del Consiglio dell’Unione », Israel, 18 février 1960, p. 5.
  • 58 Par exemple à Rome, le 8 janvier, à Portico d’Ottavia, sur la place principale du quartier de l’anc (...)
  • 59 Voir G. Wigoder éd., Dictionnaire encyclopédique du judaïsme, Paris, Cerf, 1993, p. 1117.
  • 60 Voir notamment les informations publiées dans la rubrique « Dalle comunità » d’Israel, les 14 et 28 (...)
  • 61 « A Torino », Israel, 4 février 1960, p. 6. Né en 1909 à Turin, Norberto Bobbio se rapproche des mi (...)
  • 62 « A Milano », Israel, 11 février 1960, p. 5.
  • 63 « A Torino », Israel, 11 février 1960, p. 6.
  • 64 « Il fermo atteggiamento di Roma ebraica », VCIR, janvier 1960, p. 2.
  • 65 ACS, PCM 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, lettre du 31 mars 1960 de la DGPS à la présidence (...)

17Les incidents antisémites de l’hiver 1959-1960 constituent également un choc pour l’opinion italienne. Dès décembre 1959, les événements bénéficient d’une intense couverture médiatique : les principaux titres de la presse nationale leur consacrent des articles réguliers, voire quotidiens47. Cantonnée, au départ, dans les rubriques de faits divers et d’actualités internationales, la vague d’antisémitisme fait la Une des journaux à partir de début janvier, lorsque la situation commence à s’aggraver et à concerner directement l’Italie. Éditoriaux, articles de fond, reportages, articles informatifs et brèves : la question occupe toutes les rubriques et fait souvent l’objet de plusieurs articles dans le même numéro48. Les articles sont souvent assortis de photographies, de dessins ou de caricatures. La presse italienne demande également des articles sur le sujet à ses correspondants à l’étranger49 et se fait largement l’écho des commentaires de la presse internationale – américaine, britannique et allemande au premier chef50. C’est la première fois, depuis 1945, que l’Italie est confrontée à une vague d’antisémitisme d’une telle ampleur – et de portée internationale. C’est également la première fois, depuis 1945, que la presse italienne accorde une telle attention à des incidents à caractère antisémite.La grande presse nationale n’est toutefois pas la seule à créer l’événement. La vague d’antisémitisme donne lieu à une mobilisation qui est à la hauteur du choc que ces épisodes ont provoqué dans l’opinion. À noter en tout premier lieu les initiatives des communautés juives. Pourtant peu coutumières du fait51, les instances représentatives des juifs d’Italie lancent en effet, dès le début du mois de janvier, une vaste campagne de presse52 et organisent une mobilisation militante. Dès le 4 janvier, le président de l’Union des communautés juives, Sergio Piperno, demande une audience au président du Conseil53. Il est reçu le 7 janvier par le sous-secrétaire à la présidence du Conseil, Carlo Russo54. L’Union des communautés juives et la Fédération des jeunes juifs d’Italie au niveau national, les autorités rabbiniques, les différentes communautés et les Centres de la jeunesse juive (CGE) au niveau local publient des communiqués55, convoquent des réunions56, interpellent les autorités57, organisent des rassemblements de protestation58 et multiplient les cérémonies à la mémoire des victimes du génocide. Les communautés juives italiennes donnent ainsi une coloration militante et une résonance inédite à la cérémonie à la mémoire des « Martyrs des persécutions et des massacres antisémites » habituellement organisée le 10 Tevet. Le dixième jour du mois de Tevet, anniversaire dans le calendrier hébraïque du début du siège de Jérusalem par les armées de Nabuchodonosor – prélude à la destruction du premier Temple –, avait été choisi depuis 1951 par le rabbinat d’Israël pour commémorer les victimes de la Shoah. Cette commémoration s’était également imposée en Italie à partir du milieu des années cinquante59. En 1960, le 10 Tevet tombe le 10 janvier. À cette occasion, dans toutes les communautés juives italiennes, après l’habituel office religieux, des orateurs – tant des responsables communautaires que des personnalités non juives – se succèdent pour déplorer la vague d’antisémitisme en cours60. À Turin, par exemple, c’est Norberto Bobbio, grande figure de l’antifascisme et de la résistance, qui est l’orateur officiel de la cérémonie61. À noter également une série d’initiatives à but plus directement éducatif. À Milan, l’école élémentaire juive de via Eupili convie ainsi, le 15 janvier, les élèves de l’école publique Mameli à une cérémonie de commémoration des déportés et de solidarité contre le retour de l’antisémitisme62. À Turin, le Centre de la jeunesse juive organise pour sa part, le 10 janvier, une projection du film d’Alain Resnais, Nuit et brouillard, en présence de représentants religieux, de personnalités issues de l’antifascisme et d’intellectuels63. À côté de ces mesures éducatives ou symboliques, les communautés prennent une série de décisions d’ordre pratique : à Rome, la jeunesse juive organise ainsi un service d’ordre dans les environs de la synagogue et du quartier de l’ancien ghetto64. Si l’on en croit la préfecture de Milan, la communauté juive milanaise engage également des détectives privés pour mener sa propre enquête sur les incidents antisémites65.

  • 66 Le Cercle de la résistance organise une première rencontre dans ses locaux le 8 janvier au soir, su (...)
  • 67 Ibid., télégrammes du 17 janvier des préfectures de Florence et de Modène, télégramme du 18 janvier (...)
  • 68 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 2, lettre du 9 février 1960 du sénateur Umberto Ter (...)
  • 69 Le 21 janvier, un débat sur le thème « Que sait la jeunesse ouest- et est-allemande d’aujourd’hui d (...)
  • 70 À Turin, par exemple, les étudiants sont environ 800 à manifester le 16 janvier et 1 000 le 21. ACS (...)
  • 71 Voir, par exemple, le manifeste intitulé « non au racisme » publié dans Il Popolo le 9 janvier et s (...)
  • 72 La Compagnie de Valli, qui avait sollicité une contribution de 5 millions de lires, a reçu au moins (...)
  • 73 Le rassemblement organisé le 8 janvier 1960 à Rome par la communauté juive est, par exemple, un ras (...)
  • 74 53 parlementaires présentent des motions, des interrogations et des interpellations à la Chambre et (...)
  • 75 En termes d’archives, le dossier ouvert à la Libération par la DGPS sur l’activité des communautés (...)
  • 76 « Azione antifascista dei lavoratori torinesi », L’Unità, 22 janvier 1960, p. 2.
  • 77 « La radio vaticana condanna il razzismo », Il Popolo, 10 janvier 1960, p. 2.

18Mais les communautés juives ne sont pas seules dans cette mobilisation. Elles ont notamment à leurs côtés un certain nombre de figures issues de l’antifascisme et de la résistance ainsi que les associations d’anciens partisans, d’anciens déportés et d’anciens persécutés du fascisme. À titre d’exemple : à Turin, outre le cas personnel de Norberto Bobbio, le Cercle de la résistance présidé par Franco Antonicelli s’engage contre l’antisémitisme en organisant une série de réunions publiques dans le courant du mois de janvier66. Une journée d’action nationale a été fixée pour le 17 janvier : des commémorations à la mémoire des déportés et des rassemblements de protestation se tiennent dans plusieurs villes italiennes67. Les associations antifascistes organisent également une « Conférence internationale sur l’antisémitisme » à Rome au mois de mars 196068. Ni les étudiants, ni le monde de la culture ne restent étrangers à la mobilisation contre l’antisémitisme. Des réunions, des conférences69 et des manifestations70 sont organisées, des pétitions sont publiées dans la presse71. Face à la flambée d’antisémitisme, l’acteur Romolo Valli annonce pour sa part le 22 janvier, dans le quotidien communiste L’Unità, la décision de sa compagnie théâtrale de reprendre son spectacle tiré du Journal d’Anne Frank, initialement monté au cours de la saison 1957-1958. Le gouvernement italien accorde d’ailleurs une subvention au spectacle afin que cinq des représentations prévues à Rome soient réservées aux scolaires72. La classe politique italienne se mobilise également et participe aux manifestations unitaires des associations antifascistes73. Les 25 et 26 janvier 1960, le Sénat consacre deux séances à l’examen des mesures prises par le gouvernement pour lutter contre ce regain d’antisémitisme74. De son côté, le gouvernement italien accorde également une attention inédite aux actes antisémites. La présidence du Conseil des ministres rassemble en un hiver davantage de documentation sur l’antisémitisme en Italie que la Direction générale de la sûreté publique n’en avait rassemblé en quinze ans75. Dans cette mobilisation, les syndicats ne sont pas en reste : le 21 janvier à Turin, la Confederazione generale italiana del lavoro (CGIL) – le syndicat de gauche –, la Confederazione italiana sindacati lavoratori (CISL) – le syndicat chrétien – et l’Unione italiana del lavoro (UIL) – le syndicat social-démocrate et républicain – décident ainsi, en accord avec le syndicat patronal de l’Union industrielle, de procéder conjointement à un arrêt de travail de cinq minutes en signe de protestation contre « les tentatives de ressusciter le nazisme et l’antisémitisme »76. L’Église, enfin, intervient pour « condamner le racisme » en « rappelant l’avertissement lancé par Pie XII en 1945 »77.

Le spectre de l’antisémitisme nazi

19Si les incidents antisémites de l’hiver 1959-1960 suscitent une telle émotion, c’est, à l’évidence, qu’ils font resurgir le spectre de l’antisémitisme nazi. Lorsqu’au mois de janvier 1960, lors d’une réunion de la sous-commission pour la protection des minorités à l’ONU, le délégué américain, Philip Halpern, demande l’adoption d’une résolution portant sur les actes antisémites, il fait explicitement référence à l’histoire de la politique antisémite nazie :

  • 78 Déclaration citée dans « Proteste all’ONU per gli atti antisemitici », Il Messaggero, 16 janvier 19 (...)

Nous devons en informer le monde : la communauté internationale représentée par l’ONU ne reste pas aveugle à ce qui est en train de se passer, elle ne se tiendra pas à l’écart, contrairement à ce qui est arrivé entre 1933 et 1941 et elle n’acceptera pas de laisser dégénérer ces nouveaux incidents.78

  • 79 E. F. L. Russell, Lord of Liverpool, The Scourge of the Swastika. A Short History of Nazi War Crime (...)

20En Italie aussi, les épisodes antisémites de l’hiver 1959-1960 ravivent d’emblée la mémoire du nazisme. Les principaux quotidiens nationaux s’accordent à souligner l’évidente inspiration nazie de l’imagerie et des slogans utilisés (les croix gammées, les aigles, etc.) et ce, dès les premiers articles consacrés à la profanation de la synagogue de Cologne dans la nuit du 24 décembre 1959. Un éditorial du Corriere della Sera consacré aux actes antisémites est d’ailleurs significativement intitulé « Il flagello della svastica » – du nom de la traduction italienne de The Scourge of the Swastika, l’ouvrage de Lord Russell consacré aux atrocités nazies79.

21Fort logiquement, la mémoire du nazisme est omniprésente dans l’ensemble des initiatives – commémorations, débats, conférences, projection de films – prises en réponse aux actes antisémites, et ce notamment au sein des communautés juives. Les épisodes antisémites de l’hiver 1959-1960 ont en effet suscité ce qu’il est convenu d’appeler « un réveil de la mémoire juive ». Une réflexion s’engage dans ce cadre sur les responsabilités spécifiques du judaïsme italien dans la transmission et l’enseignement de l’histoire. Dans un discours significativement intitulé « Examen de conscience » et prononcé à la grande synagogue de Rome à l’occasion du 10 Tevet, l’avocat Roberto Ascarelli affirme ainsi :

  • 80 Discours reproduit intégralement dans « Discorso di Roberto Ascarelli », VCIR, janvier 1960, p. 4.

En vérité, si ces attaques abjectes ont pu se produire à nouveau, c’est peut-être de notre faute. Nous avons voulu cacher nos souffrances à nos enfants pour qu’ils puissent participer à un monde meilleur et nous avons voulu nous-mêmes oublier pour pouvoir supporter de reprendre notre place dans la société, même à côté de nos anciens persécuteurs.80

  • 81 Avant la lettre, dans la mesure où l’expression n’est pas encore entrée dans l’usage en 1960. Comme (...)
  • 82 Voir, par exemple, le discours prononcé par Don Andrea Gaggero à Rome le 8 janvier 1960 (« Una pubb (...)
  • 83 Sur P. Caleffi, voir E. Collotti, R. Sandri, F. Sessi éd., Dizionario della Resistenza, Turin, Eina (...)
  • 84 « Iniziative per reagire all’ondata di antisemitismo », Avanti !, 13 janvier, p. 1.
  • 85 Voir, en particulier, « Unanime la condanna dei rigurgiti razzisti », Avanti !, 10 janvier 1960, p. (...)

22À la faveur de la flambée antisémite de l’hiver 1959-1960, une forme de « devoir de mémoire » avant la lettre81 s’affirme parmi les juifs italiens. Ce devoir de mémoire s’impose également au-delà de la communauté juive italienne. L’histoire du nazisme occupe une place centrale dans les initiatives de protestation des associations, des intellectuels, des étudiants et des partis politiques82. Au Sénat, le 25 janvier, lors de l’examen d’une motion sur les actes antisémites, le socialiste Pietro Caleffi témoigne en des termes bouleversants de son expérience de déporté à Mauthausen, en évoquant notamment l’envoi vers la chambre à gaz d’un groupe de déportés juifs – scène à laquelle il a lui-même assisté83. Les crimes du nazisme sont, en outre, au centre d’un certain nombre d’initiatives éducatives. À Milan, le proviseur du collège Beltrami demande ainsi aux enseignants de lire à leurs élèves des extraits de Sous le signe de la croix gammée, de Lord Russell84. Pour réagir à la flambée d’antisémitisme, les conseils municipaux de Mantoue, Modène et Trieste décident, pour leur part, de mettre sur pied des expositions sur les camps d’extermination nazis85.

  • 86 M. Luppi, E. Ruffini éd., Immagini dal silenzio. La prima mostra nazionale dei Lager nazisti attrav (...)
  • 87 Dans les expositions consacrées, à partir du milieu des années cinquante, au système concentrationn (...)
  • 88 Nous nous permettons de renvoyer sur ce point à nos propres travaux (P. Bertilotti, « Contrasti e t (...)

23Ces expositions ne sont pas à proprement parler une nouveauté. Depuis le milieu des années cinquante, des expositions sur la déportation avaient été organisées par des associations d’anciens résistants et d’anciens persécutés du fascisme dans près d’une dizaine de villes italiennes86. À l’origine de ces initiatives, la volonté des rescapés de faire connaître leur expérience et les atrocités nazies à un vaste public. Dans l’Italie de la fin des années cinquante, ces expositions avaient contribué à l’émergence progressive d’une mémoire de la déportation, animée par des visées éducatives et bénéficiant d’un écho croissant dans la jeunesse. La flambée d’antisémitisme que connaît l’Italie à l’hiver 1959-1960 a amplifié cette tendance, imposant définitivement l’idée que l’enseignement des crimes du nazisme est le meilleur rempart contre l’antisémitisme. Il importe de le souligner : l’enseignement de l’histoire des crimes du nazisme et de la déportation en général – et non celle du génocide en particulier. Dans l’Italie des années cinquante, ni les rescapés, ni les associations, ni les historiens n’opèrent, en effet, de distinction très nette entre déportation et génocide87. Il n’existe pas à cette date – et il n’existera pas en Italie avant la fin des années quatre-vingt – de mémoire de la Shoah distincte de la mémoire de la déportation88.

  • 89 Voir, par exemple, le discours prononcé par Umberto Terracini le 25 janvier au Sénat.
  • 90 Voir notamment F. Parri, « L’Italia dei cimeli fascisti », Avanti !, 8 janvier 1960, p. 1 ; « Grand (...)
  • 91 Décret du président de la République no 1457 du 6 novembre 1960 instituant les « Nouveaux programme (...)

24À l’hiver 1959-1960, il apparaît d’autant plus urgent de mettre en place un enseignement consacré aux crimes du nazisme qu’en Allemagne, comme dans les autres pays touchés par la vague d’antisémitisme, l’enquête policière a abouti à la mise en cause de jeunes gens, pour la plupart trop jeunes pour avoir connu le fascisme ou le nazisme. Réfutant l’idée qu’une partie de la jeunesse puisse adhérer à de telles idéologies, les responsables associatifs et la classe politique tendent à attribuer la flambée antisémite à de l’ignorance89. D’où les critiques adressées en Italie à un système éducatif jugé inefficace. Au premier rang des revendications formulées par les communautés juives, les militants antifascistes et les partis d’opposition : l’intégration de l’histoire contemporaine – et notamment de l’histoire du fascisme et de la seconde guerre mondiale – dans les programmes scolaires90. Cette exigence est officiellement reconnue par le gouvernement italien, par la voix du ministre Giuseppe Bettiol, chargé des relations avec le Parlement, lors de la séance du 25 janvier 1960 au Sénat. L’enseignement de l’histoire contemporaine ne sera toutefois introduit dans les écoles, les collèges et les lycées italiens que dans le courant des années soixante91.

Enjeux politiques

  • 92 Nota bene : Nous n’avons toutefois trouvé aucun document relatif à ces événements dans les archives (...)
  • 93 L’UDI (Union des femmes italiennes), la CGIL (Confédération italienne du travail), les syndicats de (...)
  • 94 Par exemple, la cotonnerie Mazzonis de Turin (ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, le (...)
  • 95 Par exemple, les Coopératives STEB (ibid., lettre du 5 janvier 1960 de la Società tipografica editr (...)
  • 96 Entre janvier et avril 1960, la présidence du Conseil reçoit 55 motions ou lettres de protestation (...)
  • 97 Sur la géographie électorale de l’Italie républicaine, voir I. Diamanti, Bianco, rosso, verde… azzu (...)
  • 98 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, télégrammes du 19 janvier de la section communis (...)

25La vague d’antisémitisme de l’hiver 1959-1960 suscite toutefois dans l’opinion italienne une attention variable et un engagement inégal. Ce sont principalement les partis de gauche – Parti communiste en tête92 – qui orchestrent la mobilisation, dans la presse, au Parlement et dans la rue et confèrent aux incidents survenus leur statut d’événement. Articles quotidiens dans les journaux, interpellations et interrogations déposées à la Chambre et au Sénat, lettres envoyées à la présidence du Conseil : cette mobilisation prend la forme d’une véritable offensive médiatique, parlementaire et épistolaire. Sur les 53 parlementaires qui interviennent dans le débat à la Chambre ou au Sénat, 48 sont des socialistes ou des communistes ; 23 des 30 télégrammes et 30 des 52 lettres de protestation adressés par des partis politiques, des associations ou des syndicats à la présidence du Conseil sont explicitement le fait de sections du PCI, de son organisation de jeunesse (la FGCI) ou de ses organisations de masse93. La plupart des courriers restants portent la signature de délégués ouvriers du personnel94 ou de coopératives ouvrières et agricoles95 très vraisemblablement classés à gauche. De même, la plupart des municipalités et des conseils provinciaux qui font parvenir des motions de protestation à la présidence du Conseil sont gouvernés par des majorités de gauche96. D’un point de vue géographique, cette mobilisation est particulièrement intense dans les zones dites « rouges » de l’Italie centrale, votant traditionnellement à gauche97 : 42 des 55 administrations municipales et provinciales qui envoient des lettres de protestation à la présidence du Conseil sont ainsi situées en Toscane ou en Émilie Romagne. Même les sections communistes de Certaldo (dans la province de Florence) ou de Savarna (dans la province de Ravenne) – des villes de moins de 10 000 habitants, qui n’ont pas été le théâtre d’incidents antisémites notables et ne disposent pas de communauté juive – adressent un télégramme de protestation à la présidence du Conseil98.

  • 99 Cette accusation est reprise dans la plupart des motions, interrogations et interpellations déposée (...)
  • 100 Voir, par exemple, les interrogations présentées le 18 janvier par Vito Scarongella (PSI) à la Cham (...)
  • 101 Les communautés juives revendiquant l’introduction de nouvelles normes répressives dans le Code pén (...)
  • 102 La venue d’Adenauer à Rome et l’attitude jugée excessivement complaisante du gouvernement italien à (...)
  • 103 « Gravi pressioni della PS sugli ex-deportati romani. Il presidente della Federazione ex-deportati (...)

26Sur le fond, les partis de gauche insistent sur la gravité de ces incidents, accusent la Démocratie chrétienne au pouvoir de laxisme et reprochent aux plus hautes autorités de l’État l’absence d’une condamnation claire de l’antisémitisme99. L’opposition de gauche réclame, au plan international, une plus grande fermeté face à un gouvernement ouest-allemand jugé responsable de la crise100 et au plan intérieur, des mesures éducatives en direction de la jeunesse et un renforcement de la répression exercée contre le néofascisme, le racisme et l’antisémitisme101. Le grand quotidien de gauche Il Paese, créé en 1948 à l’initiative du Parti communiste, publie ainsi dans ses numéros des 3, 4 et 11 février 1960 une grande enquête sur le néofascisme et le néonazisme en Italie, qui est à l’origine d’une interpellation présentée par les députés communistes Silvio Ambrosini, Severino Cavazzini, Claudio Cianca, Ugo Marchesi et Giovanni Tonetti à la Chambre des députés le 17 février. Le texte de cette interpellation est révélateur de la teneur du débat : les cinq députés communistes demandent en effet au gouvernement d’apporter un démenti aux informations parues dans la presse, selon lesquelles le ministère des Affaires étrangères financerait un centre de propagande nazie et l’une des principales centrales du néonazisme européen serait implantée à Rome. On le voit : la Démocratie chrétienne au pouvoir est sur le banc des accusés. La tension est à son comble entre le 21 et le 25 janvier, lors de la visite d’État du chancelier ouest-allemand Konrad Adenauer en Italie102, d’autant que cet événement diplomatique s’accompagne de l’annonce par la RAI de la déprogrammation d’un documentaire télévisé consacré au procès de Nuremberg et – si l’on en croit Avanti ! et L’Unità – de la sommation faite par la préfecture de police de Rome à d’anciens déportés de ne pas troubler par des manifestations cette visite d’État103.

  • 104 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, procès-verbal de la séance du conseil municipal (...)

27De son côté, tout en polémiquant avec la mobilisation orchestrée par la gauche, le MSI s’emploie à se dédouaner des soupçons de complicité qui pèsent à son encontre alors que se multiplient les arrestations dans les milieux d’extrême droite. Le 12 janvier, lors d’une réunion du conseil municipal de Rome, le MSI s’associe ainsi au vote d’une motion de condamnation de l’antisémitisme – ne comportant pas d’allusion explicite à l’héritage de la résistance. Le parti néofasciste tient par la voix de son représentant, Augusto De Marsanich, à affirmer l’absence dans son programme de principes racistes ou antisémites104. Le 26 janvier au Sénat, les élus du MSI iront plus loin et susciteront de très vives réactions dans les rangs de la gauche en prétendant, par la voix du sénateur Enea Franza, exonérer le fascisme de ses responsabilités dans la mise en œuvre, à partir de 1938, d’un antisémitisme d’État. Selon Enea Franza :

Le fascisme honora et respecta les juifs […]. Après 1938 une législation antisémite se mit en place, dans une situation de nécessité – qu’on l’estime ou non justifiée ou imposée par la situation internationale et par l’alliance avec l’Allemagne hitlérienne […]. Mais les mesures extrêmes d’antisémitisme ne furent appliquées qu’après le 25 juillet 1943 [c’est-à-dire après la révolution de palais qui conduisit à la destitution de Mussolini].105

  • 106 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, télégrammes des préfectures de Naples du 10 janv (...)
  • 107 Ibid., télégramme du 31 janvier de la préfecture de Livourne.

28La Démocratie chrétienne et le Parti libéral apparaissent, en revanche, en retrait. Certes, les parlementaires de la DC, en tant que membres du parti au pouvoir, ne sont pas légitimes à interpeller ou à interroger le gouvernement Segni. D’autre part, les archives l’attestent : dès les premiers incidents survenus en Italie, le gouvernement italien s’est empressé d’agir afin de mettre un terme à cette vague d’antisémitisme, en mettant en place, avec le concours des préfectures, des patrouilles nocturnes dans les principales villes italiennes et une surveillance renforcée des lieux de cultes, des écoles juives et autres bâtiments communautaires106, voire en subventionnant – comme nous l’avons vu – des spectacles éducatifs. Toutefois, comme le montrent les rapports de préfecture, la DC et le PLI ne s’associent que de manière sporadique aux manifestations unitaires contre l’antisémitisme. Le 31 janvier à Livourne, par exemple, ils sont, avec le MSI, les seuls partis à ne pas prendre part à un grand rassemblement de protestation organisé par les associations antifascistes107. Ce qui est vrai au niveau local l’est aussi au sommet de l’État : contrairement au chancelier allemand, le président du Conseil italien ne prononce pas de discours officiel de condamnation des actes antisémites.

  • 108 Dans le dossier consacré aux épisodes antisémites ouvert par le gouvernement, seuls 37 rapports de (...)
  • 109 Avec des nuances toutefois : l’Osservatore romano, l’organe du Vatican, est beaucoup moins disert s (...)

29Plus largement, la gestion de cette crise par la présidence du Conseil n’est pas sans susciter des interrogations. Le gouvernement semble en réalité surveiller de plus près la mobilisation des partis de gauche et des associations antifascistes que l’activité des groupuscules néofascistes et néonazis108. Suivant en cela l’attitude du gouvernement, la presse catholique et conservatrice se désintéresse d’ailleurs très rapidement des enquêtes policières en cours en Italie et se concentre, dès la deuxième semaine du mois de janvier, sur la situation allemande et les mesures répressives mises en place par les gouvernements européens pour faire face à la flambée d’antisémitisme109.

  • 110 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, lettre du 13 mai 1960 de la Division affaires gé (...)

30Gouvernement et préfectures se révèlent en outre enclins à minimiser l’implication d’organisations proches du MSI dans les incidents antisémites : leurs rapports restent étonnamment circonspects sur le cas du mouvement Giovane Italia, apparemment impliqué dans les incidents survenus à Milan et Foggia et dont on apprend, au détour d’une lettre envoyée par la DGPS à la présidence du Conseil des ministres en mai 1960, qu’il n’est autre qu’une organisation de jeunesse du MSI110.

  • 111 Au cours des mois de janvier et de février, des croix gammées sont découvertes à trois reprises dan (...)

31Inversement, les services compétents du ministère de l’Intérieur paraissent exagérer l’importance d’événements survenus dans le Trentin-Haut Adige. Si l’on en croit le rapport du 23 juillet 1960 de la DGPS, les provinces de Trente et Bolzano sont censées avoir été, plus que les autres régions italiennes, le théâtre d’une « intense activité » à caractère antisémite, du fait de leur plus grande proximité avec l’Allemagne : une mention particulière est ainsi accordée aux incidents survenus à Caldaro dans la province de Bolzano (la pendaison d’une « statue en bois représentant un juif en train de frapper Jésus »). Or les rapports de préfecture reçus de janvier à juillet 1960 par la présidence du Conseil des ministres semblent contredire cette thèse. Sauf à supposer que les archives que nous avons consultées soient lacunaires, outre l’épisode de Caldaro, les incidents relevés de janvier à juillet dans la région ne se distinguent pas particulièrement de ceux constatés ailleurs – si ce n’est peut-être par leur durée, le dernier fait signalé étant survenu en mai 111.

32De manière tout aussi surprenante, alors que l’enquête policière a abouti, à Rome et Milan, à la mise en cause de groupes d’extrême droite organisés et apparemment reliés à une même structure, le Nouvel ordre européen, ni les services compétents du ministère de l’Intérieur – DGPS en tête – ni la présidence du Conseil ne retiennent la piste d’une action coordonnée par des organisations d’extrême droite à un niveau national ou international. En réponse à une interpellation présentée le 17 février 1960 à la Chambre par les députés communistes Silvio Ambrosini, Severino Cavazzini, Claudio Cianca, Ugo Marchesi et Giovanni Tonetti, le cabinet du ministère de l’Intérieur affirme ainsi :

  • 112 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, lettre du 2 mars 1960 du cabinet du ministère de (...)

Comme on le sait, ces troubles sont restés circonscrits. Il s’agit d’incidents sporadiques, isolés et non prémédités. L’existence d’une centrale de propagande antisémite en Italie est à exclure, de même que l’existence à Rome d’un centre néonazi européen.112

33Dans le même ordre d’idées, les préfectures qui établissent explicitement un lien entre les groupuscules implantés à Rome et à Milan ne prennent pas la peine de vérifier – si l’on en croit la documentation que nous avons pu consulter – l’existence de contacts éventuels entre les mouvements romains ou milanais et leurs homologues de Foggia ou d’ailleurs.

  • 113 Les termes généralement utilisés par ces quotidiens pour désigner les responsables des actes antisé (...)
  • 114 « Si tout cela avait été organisé par une association nazie ou autre, la situation serait certainem (...)
  • 115 Et le journaliste de vanter les mérites du conformisme. O. Salvatori, « Queste nuove svastiche », I (...)
  • 116 La thèse de la manipulation communiste, initialement défendue par le Parti du Reich – le parti d’ex (...)
  • 117 A. Guerriero, « Il flagello della svastica », Corriere della Sera, 9 janvier 1960, p. 1.

34Suivant en cela l’attitude du gouvernement, la presse catholique et conservatrice tend à relativiser l’importance des incidents constatés et à en attribuer la responsabilité à des vandales isolés113. D’où une vision largement psychologisante des événements. Dans les colonnes du Popolo, Orazio Salvatori analyse, par exemple, les incidents antisémites comme l’expression d’une « psychose sociale »114 ou d’un anticonformisme dévoyé de la jeunesse115. Les articles se concentrent, en outre, sur la situation allemande et internationale au détriment du cas italien et insistent davantage sur les mesures de répression prises par les gouvernements et les réactions de protestation des opinions publiques que sur les actes antisémites eux-mêmes. La presse catholique et conservatrice fait enfin largement état de la thèse, défendue par le gouvernement Adenauer, selon laquelle les incidents antisémites recensés en RFA seraient le résultat des provocations d’agents communistes116. Les théories complotistes font florès : dans un premier temps, le Corriere avait également émis l’hypothèse d’une machination ourdie par l’Égypte dans le cadre du conflit proche-oriental117.

  • 118 Voir, par exemple, « Uno sconcio libello antiebraico diffuso da una sezione del MSI », Avanti !, 8  (...)
  • 119 Voir, par exemple, « Il PCI chiede un’azione antinazista nelle scuole », L’Unità, 8 janvier 1960, p (...)
  • 120 Voir, par exemple, « L’indignazione dilaga in tutto il paese », Avanti !, 9 janvier 1960, p. 2.

35Aux yeux de la gauche, si complot il y a, il ne saurait s’agir, en revanche, que d’un complot néofasciste et néonazi. Les parlementaires socialistes et communistes, de même que L’Unità et Avanti !, pressent du reste le gouvernement italien de démanteler les groupes d’extrême droite et d’en mettre à jour les ramifications internationales. Aucun des deux principaux partis de gauche n’accorde, par ailleurs, foi dans les protestations d’innocence du MSI, qu’ils soupçonnent de complicité avec les groupuscules incriminés118. Communistes et socialistes accusent enfin la Démocratie chrétienne au pouvoir de sous-estimer la gravité des événements, voire de fermer les yeux face aux dangers que l’extrême droite ferait courir à la démocratie119. Il existe cependant des nuances dans le positionnement des deux partis de gauche. Tandis que le PCI attaque la DC et sa gestion de la crise en bloc, le PSI salue les réactions de la gauche démocrate chrétienne qui, au Parlement ou au niveau local, s’associe très largement aux initiatives de protestation des partis de gauche120.

  • 121 Voir, par exemple, « Il neonazismo in Germania Ovest », L’Unità, 5 janvier 1960, p. 2 ; « Adenauer (...)
  • 122 Les enjeux de guerre froide s’étant substitués au travail historiographique, la recherche n’a toujo (...)
  • 123 Et ce, dès l’annonce de la profanation de la synagogue de Cologne.

36Concernant la situation allemande, à l’inverse de la presse catholique et conservatrice qui insiste sur les mesures prises par le gouvernement Adenauer pour lutter contre l’antisémitisme, les quotidiens communiste et socialiste s’inquiètent de la présence d’anciens nazis dans l’administration et la classe politique ouest-allemandes121. Parmi les personnalités les plus controversées, Theodor Oberländer, ministre des Rapatriés de RFA, soupçonné d’avoir participé, pendant la guerre, à des massacres de civils dans la région de Lvov122. Socialistes et communistes diffèrent cependant dans leur attitude sur ce point. Au-delà du cas Oberländer, le Parti communiste utilise en réalité les incidents antisémites de l’hiver 1959-1960 pour jeter le discrédit sur l’ensemble de la classe politique ouest-allemande, voire sur la RFA tout entière : l’énoncé et l’analyse des faits cède ainsi le plus souvent le pas à la diatribe123.

  • 124 F. Malgeri éd., Storia della Democrazia cristiana, vol. III, Gli anni di transizione. Da Fanfani a (...)
  • 125 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, procès-verbal de la séance du conseil municipal (...)
  • 126 Voir notamment P. Ignazi, Il Polo escluso. Profilo del movimento sociale italiano, Bologne, Il Muli (...)
  • 127 M. Degl’Innocenti, Storia del PSI, vol. III, Dal dopoguerra a oggi, Roma-Bari, Laterza, 1993, p. 18 (...)

37Ces polémiques s’inscrivent dans un double contexte : elles recoupent largement les affrontements de guerre froide – dont les répercussions se sont fait sentir en Italie à partir de 1947 et de la rupture des gouvernements d’unité nationale –, mais résultent également de la conjoncture politique italienne et internationale. Les réactions de la Démocratie chrétienne au pouvoir découlent en effet directement de la situation politique de l’Italie à l’hiver 1959-1960. Après la chute, le 26 janvier 1959, du gouvernement centriste (alliance DC-PSDI) dirigé par le démocrate-chrétien Fanfani, la gauche démocrate chrétienne est en perte de vitesse. Antonio Segni, qui succède à Amintore Fanfani à la présidence du Conseil, met en place un gouvernement démocrate-chrétien bénéficiant du soutien sans participation des libéraux, des monarchistes et du MSI – les voix du MSI n’étant pas déterminantes pour former la majorité124. Il n’est pas surprenant, dans ce contexte, que la DC se soit montrée réticente à mettre explicitement en cause la responsabilité d’organisations de jeunesse issues du MSI dans les épisodes antisémites de l’hiver 1959-1960. Étant donné les alliances de gouvernement, il est également logique que PLI et DC se soient abstenus de participer aux diverses manifestations de protestation organisées par la gauche et aient poussé – au Parlement comme dans un certain nombre de conseil municipaux, à commencer par Rome – à l’adoption de motions de protestation contre les actes antisémites ne faisant pas mention de la mémoire de l’antifascisme et de la résistance et pouvant ainsi être également approuvées par le MSI125. L’attitude du MSI découle également de la conjoncture politique : le soutien sans participation qu’il accorde à un gouvernement démocrate-chrétien témoigne de la stratégie de normalisation politique qui est la sienne à la fin des années cinquante126. De même, la situation politique explique les différences dans les prises de position du PCI et du PSI. Allié du PCI jusqu’en 1956, le PSI s’en est éloigné à partir de la répression orchestrée par l’URSS en Hongrie. À partir de 1957-1958, le PSI hésite entre l’espoir d’une alternance à gauche – dont le premier pas serait une réunification socialiste visant à résorber la scission de 1947 entre PSI et PSDI – et la perspective d’une alliance de gouvernement de centre gauche – passant par un rapprochement avec la gauche démocrate-chrétienne et les partis de centre gauche (les sociaux démocrates du PSDI et les républicains du PRI)127. C’est dans ce cadre qu’il faut interpréter les tentatives du PSI de rallier les partis de centre-gauche et la gauche démocrate-chrétienne à ses initiatives de protestation contre l’antisémitisme.

  • 128 Voir, par exemple, « Gschnitzer parla a Innsbruck contro I’Italia per l’Alto Adige », La Stampa, 6  (...)

38La conjoncture internationale influence également les réactions de la classe politique. D’une part, il convient de noter que les manifestations de protestation contre l’antisémitisme s’accentuent en concomitance avec la visite d’État d’Adenauer en Italie : il s’agit en effet pour l’opposition de gauche d’une occasion de critiquer la politique étrangère de la Démocratie chrétienne au pouvoir. La vague d’actes antisémites survient, d’autre part, à un moment de très fortes tensions entre l’Autriche et l’Italie sur la question du Haut-Adige, dans un climat de poussée des mouvements autonomistes – au mois de juin, l’Autriche décide de porter la question du Haut-Adige devant l’ONU128. C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre l’attention disproportionnée que la Direction générale de la Sûreté publique accorde, dans son rapport du 23 juillet 1960, au rôle du Haut-Adige dans les actes antisémites. Ce rapport, en effet, n’est pas à usage interne mais a été établi sur la sollicitation du Secrétaire général de l’ONU pour servir de base aux travaux de la sous-commission pour la lutte contre les discriminations et la protection des minorités. Or, suivant le conseil d’Egidio Ortona, représentant permanent de l’Italie auprès des Nations unies, le gouvernement italien entend bien tirer parti des actes antisémites pour faire valoir ses raisons sur le Haut-Adige. Dans une lettre du 27 avril 1960 au ministère des Affaires étrangères italien, Ortona suggère en effet :

  • 129 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, copie de la lettre du 27 avril 1960 d’Egidio Ort (...)

Cette question [les actes antisémites] pourrait, à mon avis, nous donner l’occasion d’introduire dans la documentation transmise à la sous-commission [pour la lutte contre les discriminations de l’ONU] la référence à un certain nombre d’incidents à caractère racial qui se sont produits dans le Haut-Adige […]. Cela constituerait un précédent utile d ans les actes de la sous-commission, si nous devions être amenés à discuter de cet aspect de l’action autrichienne dans le Haut-Adige.129

  • 130 Nous empruntons cette expression à F. Focardi, La guerra della memoria. La Resistenza nel dibattito (...)
  • 131 M. Ponzani, L’offensiva giudiziaria antipartigiana nell’Italia repubblicana (1945-1960), Rome, Arac (...)
  • 132 Gouvernements Zoli de 1957, Segni de 1959 et Tambroni de 1960. Voir S. Lanaro, Storia dell’Italia r (...)
  • 133 Nous nous permettons de renvoyer à P. Bertilotti, « Riconoscimento, reintegrazione e risarcimento. (...)

39Les réactions divergentes que suscitent les incidents antisémites de l’hiver 1959-1960 ne relèvent toutefois pas uniquement de la conjoncture nationale et internationale. Elles doivent également être replacées dans le temps moyen de l’histoire politique italienne de l’après-guerre, fortement marquée par le contexte de guerre froide. Depuis la sortie des partis de gauche (PSI et PCI) du gouvernement en 1947, gauche et droite se sont en effet livré en Italie une véritable « guerre de la mémoire »130, chacune revendiquant à son compte l’héritage de l’antifascisme. Le rôle de la gauche – et notamment du PCI – dans la résistance et son emprise sur les associations d’anciens partisans et d’anciens persécutés du régime a toutefois conduit la Démocratie chrétienne au pouvoir à mettre en œuvre, par anticommunisme, des politiques de type anti-antifasciste. En mars 1953, une loi accorde ainsi une pension aux anciens volontaires de la milice de sécurité nationale fasciste (MVSN) ; au même moment, des procès pour exercice illégal de la violence visent un certain nombre d’anciens partisans131. Alors même que la loi Scelba du 20 juin 1952 est censée interdire la création d’un parti néofasciste, le MSI n’est pas inquiété. À la fin des années cinquante, le parti d’extrême droite apporte d’ailleurs son soutien sans participation à trois gouvernements démocrates-chrétiens132. Les associations d’anciens résistants et d’anciens persécutés du régime font en revanche l’objet d’une étroite surveillance133. Tout au long des années cinquante, la DC a ainsi été régulièrement accusée par les partis de gauche – PCI en tête – de trahison à l’égard des idéaux de la résistance et de complaisance à l’égard du néofascisme.

  • 134 Sur la FIR, voir notamment P. Lagrou, Mémoires patriotiques et occupation nazie. Résistants, requis (...)
  • 135 Sur le « travail de masse » réalisé dans ce cadre par le PCI, voir notamment Archives de la Fondazi (...)

40De leur côté, le PCI et le PSI, alliés jusqu’en 1956, tendent à instrumentaliser la mémoire du fascisme, du nazisme et de la guerre à des fins politiques. Le PCI et ses associations de masse – notamment l’Association nationale des anciens partisans (ANPI) et l’Association nationale des persécutés politiques antifascistes (ANPPIA), toutes deux adhérentes de la Fédération internationale de la résistance (FIR), un organisme créé en 1951 à l’initiative de l’Union soviétique134 – orchestrent tout au long des années cinquante une vaste campagne contre le réarmement de la RFA et la présence d’anciens nazis dans le gouvernement ouest-allemand. Cette mobilisation n’est pas simplement dictée par les appréhensions que suscite le souvenir des horreurs de la guerre, mais sert explicitement la politique soviétique de délégitimation systématique de l’Allemagne fédérale135. Si la gauche fustige la DC au pouvoir en Italie, c’est d’ailleurs également pour son alliance avec les « forces réactionnaires de Bonn ». En 1959-1960, le PSI a toutefois pris ses distances à l’égard du PCI. Presse socialiste et presse communiste ne réservent ainsi pas le même traitement aux épisodes antisémites : plus que les communistes, les socialistes se concentrent sur les faits. Leur propos ne vire pas à la diatribe systématique contre la RFA – et par conséquent au soutien inconditionnel à l’égard de la politique de la RDA et de l’URSS.

  • 136 Les événements de l’hiver 1959-1960 ne font en réalité qu’approfondir une fracture générationnelle (...)

41La politisation du débat n’est pas sans poser problème aux instances représentatives du judaïsme italien. L’Union des communautés juives (UCII), préoccupée de conserver une position de neutralité, hésite à prendre parti et se garde de polémiquer explicitement avec la Démocratie chrétienne au pouvoir, voire avec le MSI. La Fédération des jeunes juifs d’Italie (FGEI) participe, en revanche, à la mobilisation antifasciste orchestrée par les partis de gauche et s’en prend nommément au MSI. Tandis que l’UCII préfère la neutralité politique au combat pour la mémoire, la FGEI, au nom de la mémoire, entre dans l’arène politique136.

  • 137 Voir notamment H. Leide, NS-Verbrecher und Staatssicherheit. Die geheime Vergangenheitspolitik der (...)
  • 138 Voir en particulier les communications de C. Metzger (« Un procès dans le procès. L’affaire Globke (...)

42Les théories du complot qui fleurissent, à gauche comme à droite, à l’occasion de la vague d’antisémitisme de l’hiver 1959-1960 s’insèrent parfaitement dans ce contexte de guerre froide et d’instrumentalisation de la réalité à des fins politiques. Elles ne relèvent toutefois pas uniquement du fantasme, comme l’a montré la recherche récente. L’ouverture des archives est-allemandes a en effet révélé que la RDA a effectivement encouragé, par le biais d’agents provocateurs, voire par l’envoi de lettres anonymes, la vague d’actes antisémites qui a frappé la RFA en 1959-1960. Dans le climat de très fortes tensions ayant précédé la construction, au mois d’août 1961, du mur de Berlin, il s’agissait d’accréditer la thèse d’une permanence de l’antisémitisme en RFA137. C’est également dans ce climat que s’insère la campagne de presse orchestrée par les pays du Bloc de l’Est et les partis communistes de l’Ouest contre la présence d’anciens nazis au gouvernement et dans l’administration de la RFA138.

  • 139 Voir l’article de P. Picco publié dans ce numéro ; M. Franzinelli, La sottile linea nera, op. cit.

43Mais l’existence avérée de provocations de la RDA en RFA n’exclut pas, en RFA comme ailleurs, l’hypothèse d’un complot d’extrême droite. Comme nous l’avons vu, les archives italiennes révèlent l’implication, dans la flambée antisémite de l’hiver 1959-1960, d’un certain nombre de groupuscules néofascistes ou néonazis reliés au Nouvel ordre européen. Il n’apparaît par conséquent pas inenvisageable qu’une partie des incidents antisémites recensés ait été le résultat d’un plan élaboré à un niveau supranational par cette organisation. Et que dire de la relative impunité dont semblent avoir bénéficié en Italie des groupes comme Ordine nuovo ou Avanguardia nazionale, dont certains des militants – à commencer par Stefano Delle Chiaie – seront encore actifs dans les années de la « stratégie de la tension »139 ?

Mémoires sélectives

  • 140 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, télégramme du 31 janvier de la préfecture de Liv (...)

44On le voit : au tournant des années cinquante-soixante, la mémoire du nazisme n’échappe pas aux enjeux de la guerre froide. Les résurgences de mémoire que suscitent les incidents antisémites de l’hiver 1959-1960 ne sont donc pas exemptes d’arrières-pensées. En Italie, les différents courants politiques semblent toutefois s’accorder sur un point : tandis que la mémoire du nazisme est constamment rappelée, celle de l’antisémitisme fasciste est quasiment passée sous silence. La presse, les débats parlementaires, les conférences ou les rassemblements de protestation mentionnent rarement la collaboration active de la République sociale italienne dans la mise en œuvre de la « solution finale » en Italie, et de manière plus épisodique encore la législation antisémite de 1938. À titre d’exemple : sauf erreur de notre part, aucun des journaux que nous avons dépouillés n’évoque la campagne antisémite du fascisme en relation avec les incidents antisémites de l’hiver 1959-1960. Dans les rassemblements de protestation organisés en janvier 1960, Pietro Caleffi est à notre connaissance le seul orateur à rappeler le tournant antisémite du fascisme dans un discours prononcé à Livourne le 31 janvier140.

  • 141 Si l’engagement d’un Terracini ou d’un Caleffi dans ce débat se comprend – Terracini, communiste, a (...)

45Ce n’est, d’après nos recherches, qu’au Sénat le 25 janvier – à l’occasion de la séance consacrée à l’examen des mesures prises par le gouvernement pour lutter contre la vague d’antisémitisme – que la question de l’antisémitisme fasciste fait l’objet d’un débat public, par la voix de sénateurs de bords différents. Le communiste Umberto Terracini, le démocrate-chrétien Giuseppe Salari et le socialiste Pietro Caleffi s’engagent tous trois dans une vive polémique avec le MSI et rappellent l’adoption par le fascisme d’une législation antisémite en 1938 et la collaboration de la République sociale italienne avec l’occupant allemand. Il s’agit toutefois de prises de position isolées141.

  • 142 R. De Felice, Storia degli ebrei italiani sotto il fascismo, Turin, Einaudi, 1993 [1961], p. 358-35 (...)

46De fait, l’heure est davantage aux polémiques sur l’attitude de la RFA et sur l’héritage du nazisme en Allemagne qu’à l’examen de conscience national. Ce silence sur l’antisémitisme fasciste est, d’ailleurs, sans doute en partie un silence coupable – et ce, même dans les rangs de la gauche. Que l’on pense au cas d’un Leopoldo Piccardi : secrétaire national du Parti radical, il participe notamment, en qualité d’orateur officiel, à un rassemblement de protestation contre l’antisémitisme organisé à Rome le 8 janvier 1960. Or les travaux de l’historien Renzo De Felice révéleront qu’en mars 1939, ce même Leopoldo Piccardi avait pris part, à Vienne, en tant que membre du Conseil d’État italien, à une réunion du Comité de collaboration juridique italo-allemande ayant abouti, entre autres, à l’adoption d’une résolution sur « la Race et le droit », réaffirmant l’adhésion du fascisme et du nazisme aux principes de défense de la race et d’exclusion des juifs exprimés dans les lois de Nuremberg142.

  • 143 G. Schwarz, Ritrovare se stessi, op. cit., p. 162-168.
  • 144 L’ouvrage de R. De Felice (Storia degli ebrei italiani sotto il fascismo, op. cit.) est en effet le (...)
  • 145 Son directeur Roberto Bassi note dès le 9 janvier 1960 : « La récente vague d’antisémitisme a révei (...)
  • 146 Voir les projets de recherche énoncés par R. Bassi et G. Valabrega dans Israel en janvier 1960 (« L (...)

47La vague d’antisémitisme de l’hiver 1959-1960 est davantage l’occasion d’un réveil de la mémoire du nazisme que d’une résurgence de la mémoire de l’antisémitisme fasciste. Les communautés juives font toutefois exception. C’est en effet dans le climat d’urgence suscité par ces incidents antisémites que l’Union des communautés juives décide de mener à bien un projet d’écriture de l’histoire des persécutions antisémites fascistes et nazies en Italie, resté en suspens depuis le début des années cinquante143. L’Union confie ainsi au jeune Renzo De Felice la mission de publier un ouvrage sur L’histoire des juifs en Italie sous le fascisme (1938-1945)144. Cette flambée d’antisémitisme suscite également au sein des communautés juives un regain d’intérêt pour les activités du Centre de documentation juive contemporaine (CDEC), créé en avril 1955 à l’initiative de la Fédération des jeunes juifs d’Italie (FGEI)145. À partir de 1960, le CDEC se lance dans d’audacieux programmes de recherche qui aboutiront, dès l’année suivante, à l’organisation de colloques et à la publication de plusieurs Cahiers de la FGEI consacrés à l’histoire des juifs en Italie sous le fascisme146. Reste qu’il s’agit là de réactions dont les effets ne se feront sentir qu’à moyen terme : à l’hiver 1959-1960, même la presse juive évite de rappeler la mémoire de l’antisémitisme fasciste.

  • 147 D. Bidussa, Il mito del bravo italiano, Milan, Il Saggiatore, 1993 ; F. Focardi, « La memoria della (...)
  • 148 G. Schwarz, Ritrovare se stessi, op. cit., p. 111-193.

48En effet, le sujet relève presque du tabou dans l’Italie de la fin des années cinquante. Comme l’a montré la recherche récente, l’Italie s’est notamment reconstruite, après 1945, autour de ce qu’il est convenu d’appeler le « mythe du bon Italien »147 – c’est-à-dire de la tendance à rejeter l’entière responsabilité des crimes du fascisme sur l’Allemagne et à considérer les Italiens comme exempts de toute implication dans les politiques d’agression, de répression et de persécution mises en œuvres par l’Axe du fait de leur prétendu humanisme naturel. Face aux défis de l’immédiat après-guerre et de la réintégration dans la société italienne, la communauté juive a elle-même contribué, entre 1945 et 1960, à asseoir ce mythe148. Dans ce cadre, la campagne antisémite du fascisme était généralement interprétée comme une pure et simple importation allemande, le gage donné par le régime fasciste à son allié nazi dans une phase de rapprochement. D’ailleurs, lorsqu’un Terracini évoque, le 25 janvier 1960 au Sénat, le tournant antisémite du régime, il en attribue essentiellement la responsabilité à l’alliance contractée par le fascisme avec l’Allemagne.

  • 149 Pour reprendre le titre de C. Brice, G. Miccoli éd., Les racines chrétiennes de l’antisémitisme pol (...)
  • 150 Nous faisons bien évidemment référence à J. Isaac, L’enseignement du mépris. Vérité historique et m (...)
  • 151 S. Quinzio, « Antisemitismo », Il Popolo, 13 janvier 1960, p. 3.
  • 152 Il s’agit d’une allusion au versement, en septembre 1943, par la communauté juive romaine, de 50 kg (...)
  • 153 « La radio vaticana condanna il razzismo », Il Popolo, 10 janvier 1960, p. 2.
  • 154 Voir notamment G. Miccoli, I dilemmi e i silenzi di Pio XII. Vaticano, Seconda guerra mondiale e Sh (...)
  • 155 « La radio vaticana condanna il razzismo », art. cité.

Autre tabou, dans l’Italie de la fin des années cinquante : le problème des « racines chrétiennes de l’antisémitisme »149. À l’occasion des incidents de l’hiver 1959-1960, la presse catholique, de même que les hommes politiques démocrates chrétiens, prennent en effet position à plusieurs reprises contre l’antisémitisme en se réclamant de la tradition catholique de tolérance, voire d’un patrimoine religieux commun, sans jamais qu’affleure la question de l’« enseignement du mépris » pratiqué par l’Église catholique150. Ainsi, dans son discours prononcé au Sénat le 25 janvier 1960, le ministre (DC) Giuseppe Bettiol s’applique-t-il à démontrer que l’antisémitisme est au regard du catholicisme « une véritable hérésie ». Dans un article de fond publié dans Il Popolo, Sergio Quinzio s’essaye, pour sa part, à retracer une histoire de l’antisémitisme qu’il expurge soigneusement de toute référence à l’antijudaïsme catholique – au point de ne pas signaler que l’expulsion des juifs d’Espagne en 1492 s’inscrit dans le processus de rechristianisation voulu par Ferdinand II d’Aragon et Isabelle la Catholique151. Conséquence logique de ces prémisses, la classe politique démocrate-chrétienne, de même que la presse catholique et Radio Vatican, se lancent dans une défense et illustration du rôle de l’Église dans le sauvetage des juifs pendant l’occupation allemande. Au Sénat, le 25 janvier, le démocrate chrétien Mario Cingolani croit ainsi se souvenir des « kilos d’or » que Pie XII a livré « à l’hydre nazie » pour sauver les juifs, les « irradiant » ainsi « d’espoirs consolateurs »152. Radio Vatican cite, pour sa part, un message délivré en novembre 1945 par Pie XII à un groupe de réfugiés juifs et condamnant « ces doctrines erronées et intolérantes contraires à l’esprit noblement humain et véritablement chrétien » qui ont « englouti d’innombrables victimes innocentes »153. Pas un mot en revanche des « silences du Vatican » pendant la seconde guerre mondiale154. Pas un mot non plus, dans l’ensemble de la presse et de l’opinion italienne, pour commenter les propos pour le moins ambigus de la déclaration de condamnation de l’antisémitisme transmise par radio Vatican le 9 janvier 1960 : Étant donné que l’antisémitisme se situe d’ordinaire sur un plan collectif, où la conscience individuelle est offusquée par l’irresponsable pression des masses, il finit par perdre ce peu de rationalité qu’il pouvait revendiquer au départ : l’homme raisonnable n’est pas seulement éclipsé, il est anéanti par la folie collective.155

  • 156 Voir notamment E. Mazzini, « Aspetti dell’antisemitismo cattolico », art. cité ; Ead., « Da cultura (...)

49Aux yeux de Radio Vatican, l’antisémitisme peut donc « revendiquer au départ » une forme de « rationalité »… Cette attitude est en parfaite continuité avec celle qui a, comme le montrent les travaux d’Elena Mazzini, caractérisé l’attitude du monde catholique italien depuis 1945 : l’insistance sur l’œuvre de sauvetage accomplie par l’Église pendant la guerre et le maintien substantiel – au moins jusqu’à l’ouverture de Vatican II – de l’accusation de déicide et de l’appel à la conversion des juifs156.

« Bientôt les incidents tombaient dans l’oubli »

50Survenus un peu moins de quinze ans après la fin de la guerre et marqués du sceau de l’antisémitisme nazi, les incidents antisémites de l’hiver 1959-1960 ont immédiatement acquis, en Italie, un statut d’événement. Inscriptions antisémites, lettres d’insulte et de menace : d’ampleur inédite, ces incidents sont l’expression d’une fracture générationnelle – les individus interpelés étant tous trop jeunes pour avoir connu la guerre – et sont révélateurs de l’emprise exercée par l’idéologie d’extrême droite sur une certaine jeunesse italienne et ce, au-delà du cercle restreint des groupuscules néofascistes ou néonazis mis en cause dans l’affaire – même lorsque les responsables de ces actes ne sont que de simples teppisti, ils choisissent, en effet, de ressusciter les symboles et les slogans du fascisme et du nazisme.

51Les résultats de l’enquête de police semblent étayer une part des accusations formulées par l’opposition de gauche à l’encontre de la DC au pouvoir. Une partie de la jeunesse italienne souffre, à l’évidence, d’un déficit d’éducation historique et démocratique. Malgré ses dénégations, le MSI n’apparaît pas totalement exempt de responsabilité dans cette crise, puisque son organisation de jeunesse la plus radicale se trouve mise en cause. Les groupuscules d’extrême droite impliqués dans l’affaire sont d’ailleurs tous issus de scissions du MSI. L’enquête ayant mis au jour l’existence de liens entre cette extrême droite groupusculaire et une structure basée en Suisse et opérant à un niveau supranational, il n’est pas à exclure que cette vague d’actes antisémites ait été coordonnée à un niveau international. Le gouvernement démocrate-chrétien aux affaires suit avec davantage d’inquiétude la mobilisation orchestrée par les partis de gauche que les menées des groupuscules d’extrême droite, dont les adhérents bénéficient en outre d’une relative impunité. La vague d’antisémitisme de l’hiver 1959-1960 révèle effectivement l’existence de rapports troubles entre la DC et un MSI hésitant entre une stratégie de normalisation et ses difficultés à canaliser ses troupes. Le gouvernement démocrate-chrétien a, en revanche, raison quand il accuse l’opposition de gauche de vouloir exploiter politiquement ces événements. Si aucun document ne permet, dans le cas italien, d’accréditer la thèse d’une provocation communiste, les réactions du PCI et du PSI ne sont pas dépourvues d’arrière-pensées politiques, la mobilisation orchestrée par ces deux partis étant largement destinée à discréditer la DC au pouvoir. Si la DC a bien tenté de minimiser la portée des événements, les partis de gauche ont eu, en revanche, effectivement tendance à surréagir. Le PCI, notamment, qui a voulu voir la main d’une internationale néonazie encouragée par la RFA derrière le moindre des actes antisémites constatés – même lorsqu’il ne s’agissait que de graffitis tracés au crayon papier sur les murs d’un établissement scolaire par des voyous de quatorze ans.

  • 157 A. Farge, « Penser et définir l’événement en histoire », art. cité.

52Le contexte politique italien et international a fortement contribué à « construire l’événement ». Dans un climat de guerre froide marqué, au plan international, par les tensions entre les deux blocs sur le statut de Berlin et, au plan intérieur, par les polémiques résultant de la visite d’État du chancelier ouest-allemand Konrad Adenauer en Italie et de la présence au pouvoir d’un gouvernement démocrate-chrétien bénéficiant du soutien sans participation des néo-fascistes et des royalistes, ces épisodes antisémites ont mobilisé bien au-delà de la petite communauté juive italienne et fait l’objet de diverses tentatives d’exploitation politique. Pour reprendre les mots d’Arlette Farge, politiquement et « socialement fabriqué », cet « événement ne contient en lui-même aucune neutralité »157.

  • 158 R. Aron, « Les Juifs », art. cité, p. 187.
  • 159 P. Veyne, « L’interprétation et l’interprète. À propos des choses de la religion », Enquête, 3, 199 (...)

53Comme le faisait toutefois remarquer Raymond Aron dans un article paru en septembre 1960, l’émotion suscitée par cette vague d’antisémitisme a été de courte durée : « Bientôt les incidents tombaient dans l’oubli, et de nouveau, régnait le lourd silence de la mauvaise conscience. »158 En Italie, alors que les actes antisémites occupent, dans les quinze premiers jours de janvier, les premières pages des journaux, ils disparaissent très rapidement de l’actualité. La conférence sur l’antisémitisme organisée à Rome au cours du mois de mars passe ainsi quasiment inaperçue. Initialement mobilisateurs, les épisodes antisémites de l’hiver 1959-1960 relèveraient de la « faible intensité »159. Événements sans grande ampleur, ils n’auraient eu qu’un impact limité sur la société italienne.

  • 160 Initialement contre la tenue à Gênes d’un congrès du MSI, puis contre la répression sanglante des m (...)

54Il convient, en effet, de s’interroger sur la postérité réelle de ces événements. Indéniablement enjeux de mémoire, les incidents antisémites de l’hiver 1960 ont également représenté une occasion de résurgence des mémoires, la mobilisation à laquelle ils ont donné lieu en Italie semblant préfigurer à plus d’un titre les manifestations antifascistes de l’été 1960160 : même peur de voir resurgir les fantômes du passé, même coalition antifasciste – allant du PCI à la gauche démocrate-chrétienne –, mêmes accusations de complicité à l’encontre du gouvernement démocrate-chrétien au pouvoir, même mobilisation d’une partie de la jeunesse au nom de l’héritage du combat antifasciste. La mobilisation contre l’antisémitisme de l’hiver 1959-1960 a constitué en quelque sorte le banc d’essai des manifestations de l’été suivant.

  • 161 P. Bertilotti, « Contrasti e trasformazioni della memoria dello sterminio in Italia », art. cité.

55Les incidents antisémites de l’hiver 1959-1960 ont également et indéniablement contribué à réveiller la mémoire du nazisme et de l’extermination des juifs d’Europe, quelques mois avant l’annonce par le gouvernement israélien de la capture d’Adolph Eichmann (mai 1960). Comme nous avons eu l’occasion de le montrer ailleurs, si le procès qui s’est ouvert en avril 1961 à Jérusalem a eu un impact très important sur la société italienne, c’est également parce qu’en amont, une série d’événements d’une intensité bien moindre – les actes antisémites de l’hiver 1959-1960 aussi bien que la publication d’ouvrages consacrés aux crimes du nazisme et l’organisation d’expositions sur la déportation – ont contribué à développer l’intérêt du public italien pour ces sujets161.

  • 162 P. Bertilotti, « Mémoires et représentations des persécutions antisémites en Italie sous le fascism (...)
  • 163 R. De Felice, Storia degli ebrei italiani sotto il fascismo, op. cit., p. 472. G. Schwarz, Ritrovar (...)
  • 164 Le procès de Jérusalem confère, en effet, une légitimité internationale au « mythe du bon Italien » (...)

56D’autre part, la vague d’antisémitisme de l’hiver 1959-1960 a jeté les prémisses d’une redécouverte de l’histoire de l’antisémitisme fasciste. Les projets historiographiques portés par les institutions juives italiennes commenceront en effet à porter leurs fruits à partir de la parution, en 1961, de l’Histoire des juifs italiens sous le fascisme de De Felice et du premier Cahier de la FGEI. Certes, ces publications ne remettront pas définitivement en question le « mythe du bon Italien ». Le Cahier de la FGEI paru en 1961 dans le sillage des débats ayant accompagné le procès Eichmann se préoccupera davantage d’analyser le fonctionnement, sous le fascisme, des institutions communautaires juives – accusées d’avoir collaboré à leur propre destruction et d’avoir joué le rôle d’un Judenrat – que de faire la lumière sur l’attitude de la population italienne à l’égard des persécutés162. Quant à De Felice, s’il ne parviendra pas, dans son ouvrage, à bousculer la légende rose de l’humanisme de la population italienne à l’égard des persécutés, il démontrera en revanche, et c’est là l’un des principaux acquis de son étude, que l’Allemagne n’a pas exercé de pressions sur l’Italie fasciste pour la promulgation d’une législation antisémite en 1938163. Publié en plein procès Eichmann et éclipsé par la vision totalement absolutoire que le procès de Jérusalem donnera de l’attitude de l’Italie à l’égard des juifs dans l’Europe sous domination nazie, l’ouvrage de De Felice ne sera toutefois pas véritablement reçu par le public italien164 : il suscitera d’ailleurs, à sa parution, davantage de polémiques ad hominem – notamment en lien avec l’affaire Piccardi – que de réflexions sur la nature et les effets de la politique antisémite du fascisme.

57Comme le montre l’article de Guri Schwarz publié dans ce même numéro, les épisodes d’antisémitisme de l’année 1982 ont eu sur les mémoires un impact bien plus important que ceux de l’hiver 1959-1960. C’est la vague d’antisémitisme de l’année 1982 qui a conduit, à terme, à une remise en question du mythe du bon Italien. Il convient toutefois de ne pas sous-estimer l’influence d’événements de plus « faible intensité » qui ont contribué plus imperceptiblement à un réveil de la mémoire du nazisme et à un frémissement de la mémoire de l’antisémitisme fasciste.

Top of page

Notes

1 Je tiens à remercier Jean-Louis Fournel, Pauline Picco et Pierre Savy pour leurs relectures et leurs suggestions.

2 D’après A. Goldstaub, « L’antisemitismo in Italia », dans Storia dell’antisemitismo 1945-1993, L. Poliakov éd., Scandicci, La Nuova Italia, 1996, p. 425-483 (ces épisodes sont cités p. 438).

3 Voir La voce della comunità israelitica di Roma, 17 mars 1949. Nous rappelons que le 24 mars 1944, les forces d’occupation allemandes ont fusillé aux Fosses ardéatines – situées dans les environs de Rome – 335 otages dont 77 juifs. Ce massacre, officiellement perpétré en représailles à un attentat des partisans des Gruppi di azione patriottica ayant coûté la vie, la veille, à 33 soldats allemands, s’inscrit en réalité dans la stratégie de « guerre contre les civils » mise en œuvre par l’occupant allemand dans la péninsule italienne, et relève également, dans le cas des victimes juives, d’une politique antisémite de type génocidaire. Sur le massacre des Ardéatines, voir, en particulier, A. Portelli, L’ordine è già stato eseguito. Roma , le Fosse Ardeatine, la memoria, Rome, Donzelli, 1999 ; J. Staron, Fosse Ardeatine e Marzabotto. Storia e memoria di due stragi tedesche, Bologne, Il Mulino, 2007 [2002].

4 Voir A. Goldstaub, « L’antisemitismo in Italia », art. cité, p. 438.

5 Archivio centrale dello Stato (ACS), Rome, ministère de l’Intérieur (MI), Direction générale de la sûreté publique (DGPS), série G 1944-1986, carton 218, fascicule (fasc.) G/484, « Comunità israelitiche (1945-1967) », note établie le 13 mars 1957 par l’Union des communautés juives.

6 Parmi les affaires qui firent le plus de bruit, la publication, le 24 février 1957, par le journal néofasciste Asso di bastoni, de l’article d’un certain Pietro Montigiani affirmant : « Comme on le sait, nous, les juifs, on les brûlait dans des fours [… ]. » L’affaire donna lieu, le 28 février 1957, à une interpellation à la Chambre et l’auteur fut condamné par la justice pour ses propos (A. Goldstaub, « L’antisemitismo in Italia », art. cité, p. 438-439 ; nous traduisons ; sauf mention contraire, toutes les traductions sont de nous). Sur la prégnance de l’antisémitisme dans le néofascisme italien, voir notamment A. Carioti, « La lunga ambiguità. Neofascismo e antisemitismo nell’Italia repubblicana », dans Storia della Shoah in Italia, M. Flores, S. Levis-Sullam, M.-A. Matard-Bonucci, E. Traverso éd., vol. II, Turin, UTET, 2010, p. 266-286, et l’article de P. Picco publié dans ce numéro.

7 Une vive polémique oppose ainsi, entre novembre 1948 et janvier 1949, Israel, l’hebdomadaire de la communauté juive, au Père Lombardi, prédicateur à succès dont les sermons fustigent un peuple juif accusé de déicide (Israel, 25 novembre 1948 et 13 janvier 1949). Sur l’antisémitisme catholique dans l’Italie de l’après-guerre, voir en particulier E. Mazzini, « Aspetti dell’antisemitismo cattolico dopo l’Olocausto », dans Storia della Shoah in Italia, M. Flores et al. éd., vol. II, op. cit., p. 320-335.

8 Roberto Finzi s’est, par exemple, intéressé à la présence de stéréotypes relevant d’un « répertoire antisémite » dans le discours d’intellectuels appartenant à la famille de pensée libérale (R. Finzi, « Tre scritti postbellici sugli ebrei di Benedetto Croce, Cesare Merzagora, Adolfo Omodeo », Studi storici, 2006, 1, p. 81-110).

9 Des dérapages de ce type sont signalés épisodiquement par la presse communautaire juive. À sa sortie, le film de R. Rossellini, Dov’è la libertà (1954) attire, par exemple, l’attention d’Israel (19 mai 1954) pour une réplique exhumant des stéréotypes antisémites éculés, prononcée par le personnage de Salvatore Lo Jacono (Totò) au sujet d’un rescapé des camps, Abramo Piperno (Leopoldo Trieste), qui, de retour en Italie à la Libération, ne porte pas plainte contre les personnes qui l’ont dénoncé et spolié : « Même ce cher Abramo s’était mis d’accord avec ses persécuteurs pour ne pas payer d’impôts ».

10 En octobre 1952, l’Union des communautés juives italiennes signalait ainsi à l’attention du ministère italien de l’Éducation nationale un manuel de lecture utilisé en classe de 8e dans le Trentin (Salire. Letture per la IV classe, Bolzano-Trente, Scuola tipografica editrice e legatoria « M. Mariz » / Casa editrice ed arti grafiche Saturnia, s.d.) dont un texte décrivait les juifs comme des « usuriers impitoyables » et les accusait de crime rituel (en l’occurrence, l’assassinat de Simon Unverdorben – mieux connu sous le nom de Simon de Trente – survenu en 1475). Suite à l’intervention de l’Union des communautés juives, le ministère de l’Éducation nationale fit supprimer des éditions ultérieures du manuel le passage incriminé. Voir : Archives du centre de documentation juive contemporaine de Milan (ACDEC), fonds documentaires privés 1.3.1. Massimo Adolfo Vitale, carton 3, fasc. 9, correspondance échangée entre le 4 juin 1952 et le 28 mars 1953 par le Comité de recherche des déportés juifs, la communauté juive de Merano, l’Union des communautés juives, le ministère de l’Éducation nationale et l’inspection académique de Bolzano. Sur la célèbre affaire de Simon de Trente, voir notamment les textes de D. Quaglioni, I. Rogger et B. Primerano publiés dans ce numéro.

11 L’édition de 1953 du Zingarelli (N. Zingarelli, Vocabolario della lingua italiana, Bologne, Zanichelli, 1953) définissait ainsi l’antisémitisme comme une « opposition aux juifs se manifestant par l’adoption de mesures pour la défense de la race ». À l’entrée « juif », le dictionnaire proposait la définition suivante : « (Pluriel) peuples de foi mosaïque dispersés à travers le monde. / Usurier, avare. / Âpre au gain, qui n’éprouve d’amour que pour l’argent ». Voir ACDEC, fonds privés 1.3.1., carton 3, fasc. 9, lettre du 27 octobre 1955 adressée par Massimo Adolfo Vitale, président du Comité de recherche des déportés juifs à l’Union des communautés juives italiennes et à l’avocat Roberto Ascarelli.

12 Sur la notion d’événement, nous nous contenterons de renvoyer ici à A. Farge, « Penser et définir l’événement en histoire. Approche des situations et des acteurs sociaux », Terrain, 38, 2002, p. 67-78.

13 Les nouvelles parues dans la presse italienne permettent de dresser un tableau sommaire des événements. Nous avons dépouillé systématiquement une sélection de quotidiens, choisis en fonction de leur diffusion et de leur représentativité politique : la grande presse nationale – le Corriere della Sera milanais, La Stampa de Turin et Il Messaggero de Rome, qui dominaient le paysage médiatique italien au début des années soixante et tiraient respectivement à plus de 400 000, plus de 300 000 et plus de 200 000 exemplaires ; les principaux titres de la presse politique – le quotidien du Parti communiste italien (PCI), L’Unità ; le quotidien du Parti socialiste (PSI), Avanti ! ; le quotidien de la Démocratie chrétienne (DC), Il Popolo – et le quotidien du Vatican, l’Osservatore romano (voir P. Murialdi, N. Tranfaglia, « I quotidiani dal 1960 al 1975 », dans La stampa italiana del neocapitalismo, V. Castronovo, N. Tranfaglia éd., Rome-Bari, Laterza, 1976, p. 15-16). Nous avons également pris en considération les principaux titres de la presse juive italienne (Israel, l’hebdomadaire d’information de la communauté juive ; le mensuel culturel La Rassegna mensile di Israel (RMI) ; Ha-Tikwà, le mensuel de la Fédération des jeunes juifs d’Italie) ainsi que deux publications à caractère local (le mensuel de la communauté juive de Rome, La voce della comunità israelitica di Roma (VCIR) et le bulletin d’information mensuel de la communauté de Turin, Torino ebraica).

14 Voir notamment : « Svastiche, il calendario del nuovo nazifascismo », Ha-Tikwà, janvier 1960, p. 2.

15 Dès le 3 janvier, L’Unità et La Stampa publient des articles relatifs à la situation italienne. Le Popolo démocrate chrétien et l’Osservatore romano attendent en revanche le 6 janvier pour relayer l’information de manière allusive. Dans l’Osservatore romano, le premier article entièrement consacré à la situation italienne date du numéro du 11-12 janvier.

16 Le 4 janvier 1960, la présidence du Conseil ouvre un dossier intitulé « Antisémitisme », où est ensuite versée, courant 1960, toute la documentation relative aux incidents survenus en Italie (ACS, Fonds présidence du Conseil des ministres [PCM], 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4 « Antisemitismo », dossier 1).

17 Jusqu’à la réforme administrative de 1981, la Direzione generale della pubblica sicurezza (DGPS) du ministère de l’Intérieur était, conformément au décret royal 773 du 18 juin 1931 portant approbation du « Texte unique de sécurité publique », la haute autorité italienne en matière de police. Voir C. Barbera Giuseppe, L. De Carlo, Testo unico di pubblica sicurezza. Regolamento di esecuzione e leggi complementari, Santarcangelo di Romagna, Maggioli, 2008, p. 163-219.

18 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, lettre du 23 juillet 1960 de la Division affaires générales de la DGPS au ministère des Affaires étrangères et au cabinet de la présidence du Conseil des ministres.

19 La province d’Asti fait figure d’exception dans cette liste : située dans le Piémont, la ville d’Asti était avant-guerre le siège d’une petite communauté, qui a toutefois perdu la plupart de ses membres pendant la période des persécutions.

20 Voir S. Della Pergola, Anatomia dell’ebraismo italiano, Assise-Rome, Carucci, 1976, p. 60.

21 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, télégrammes envoyés par les préfectures entre le 4 et le 23 janvier.

22 Parme, Milan, Turin, Florence, Modène, Foggia, Oderzo, Forli, Piombino, Ascoli Piceno, Teramo, Naples, Trente, Arezzo, Ravenne, Livourne, Novare, Viareggio, Bari, Syracuse, Bolzano, Alexandrie et Lecce (ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, télégrammes envoyés par les préfectures entre le 4 et le 23 janvier). La presse signale des incidents similaires à Rome, Venise, Finale Ligure, Voghera, Messine, Plaisance, Acqui, Palerme et Pavie.

23 Le dernier recensé par les préfectures se produit à Bolzano le 1er mai.

24 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, télégrammes envoyés entre le 6 et le 14 janvier par les préfectures de Milan, Naples, Florence et Bari. Voir également les photographies de lettres de menace publiées dans Israel, 14 janvier 1960, p. 3 ; 21 janvier 1960, p. 2.

25 Ibid., télégrammes des 6 et 10 janvier de la préfecture de Foggia. Le film de Rossellini, centré sur le thème de la résistance, s’achève sur une scène d’exécution, au cours de laquelle des juifs et des résistants sont assassinés par les forces d’occupation allemandes en représailles à un attentat ayant coûté la vie à un responsable fasciste milanais.

26 Dix à Milan, sept à Pavie, six à Rome, six à Livourne, cinq à Foggia, trois à Bolzano, trois à Florence, trois à La Spezia, deux à Arezzo, deux à Venise, deux à Bologne, deux à Naples, une à Turin, une à Padoue, une à Parme, une à Ravenne et une à Ancône. A Novare l’enquête a abouti à l’arrestation d’un mineur, à ce titre immédiatement relâché par la police (ibid., rapport du 23 juillet 1960 de la DGPS).

27 La loi no 645 du 20 juin 1952 (dite « loi Scelba », en référence au ministre de l’Intérieur démocrate-chrétien à l’initiative du projet) portant « mise en application de la XIIe disposition transitoire de la Constitution, 1er alinéa ». Concernant la mise en place en Italie d’une législation réprimant le racisme et l’antisémitisme, voir notamment E. De Cristofaro, « L’inquadramento giuridico del passato. Memoria della Shoah e legge italiana », Storia della Shoah in Italia, vol. II, op. cit., p. 336-356.

28 Plusieurs incidents d’une certaine gravité ont pourtant été signalés à Bari courant janvier (parmi lesquels les menaces d’attentat proférées à l’encontre du journal La Gazzetta del Mezzogiorno par un « Comité antisémite de Bari »). D’après la documentation disponible, la préfecture de Bari semble toutefois se contenter d’attribuer la responsabilité des faits constatés à « un esprit exalté » ou – sans plus de preuves – à « des jeunes irresponsables, influencés par la publicité donnée aux épisodes de ce genre » (ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, télégrammes des 12, 13, 14 et 17 janvier de la préfecture de Bari).

29 À Trieste, par exemple, trois étudiants âgés de 19 à 20 ans sont pris en flagrant délit, le 4 janvier 1960, en train de dessiner des croix gammées devant l’école juive. Interrogés par la police, ils n’avoueront ni mobile politique ni opinions antisémites. Ce n’est d’ailleurs pas pour propagande raciste qu’ils seront déférés au tribunal de première instance de Trieste, mais au titre de l’art. 113 du Texte unique de sécurité publique (portant détérioration des lieux publics), le président de la communauté juive de Trieste se réservant de porter plainte contre eux en vertu de l’article 639 du code pénal (instituant le « délit de graffiti »). Voir ibid., lettres du 7 et du 8 janvier du Commissariat général du gouvernement pour le territoire de Trieste.

30 Ibid., télégramme du 10 janvier de la préfecture de Naples.

31 Ibid., télégrammes des 6, 7, 8 et 18 janvier de la préfecture de Milan ; lettre du 31 mars 1960 de la DGPS du ministère de l’Intérieur au cabinet de la présidence du Conseil des ministres ; lettre du 13 mai 1960 de la Division affaires générales Section 1 de la DGPS du ministère de l’Intérieur au cabinet de la présidence du Conseil des ministres.

32 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, « Un comunista arrestato per minacce ad ebrei », article sans date ni précision de provenance, joint à une lettre (sans destinataire, nom du signataire illisible) datée du 23 janvier 1960. Cette information est corroborée par un communiqué de la préfecture de police de Livourne publié dans d’autres journaux (« Giovane comunista autore di minacce antisemite », La Stampa, 22 janvier 1960, p. 9 ; « Un comunicato della questura di Livorno», Israel, 4 février 1960, p. 5).

33 Sur Ordine nuovo, nous nous contenterons ici de renvoyer à l’article de P. Picco publié dans ce numéro.

34 Il s’agit en réalité très vraisemblablement du mouvement également connu sous le nom d’Avanguardia nazionale, fondé à Rome en 1959 par Stefano Delle Chiaie (voir ci-dessous) et d’autres anciens militants du MSI. En 1962, ses dirigeants sont condamnés à un an de prison pour « apologie du fascisme ». Pour échapper aux poursuites, ils procèdent en 1965 à une dissolution fictive de l’organisation, qui est toutefois reconstituée à Rome en 1970. À cette date, le mouvement, qui aspire à l’instauration d’un régime paramilitaire d’inspiration nazie, compte près de 500 militants, principalement implantés à Rome, Milan et Reggio Calabria. L’implication d’Avanguardia nazionale dans divers attentats et agressions finira par conduire la magistrature à lancer, en 1975, des poursuites à l’encontre de 64 de ses membres. L’organisation est interdite en juin 1976, en application de la loi Scelba. Voir M. Franzinelli, La sottile linea nera. Neofascismo e servizi segreti da Piazza Fontana a Piazza della Loggia, Milan, Rizzoli, 2008, p. 424.

35 Voir P. Picco, Histoire des relations entre les extrêmes droites françaises et italiennes du début des années soixante au début des années quatre-vingt, thèse en cours sous la direction de O. Faron et de M. Zancarini-Fournel, Université Paris-Sorbonne Paris IV (LARHRA).

36 Giovane Italia ou ASAN Giovane Italia est une des organisations de jeunesse du MSI. Campée sur des positions radicales, elle constitue, au début des années 1960, un des soutiens italiens à l’OAS. Ce type de positionnement met en évidence les difficultés du MSI à maîtriser et à canaliser ses troupes. (Tous nos remerciements vont à Pauline Picco à qui nous devons ces précieuses informations.)

37 Stefano Delle Chiaie, né à Caserta en 1936, vit à Rome à la fin des années cinquante. Il milite alors au MSI dont il sort pour fonder le mouvement Avanguardia nazionale. À la fin des années soixante, il est impliqué dans un certain nombre d’attentats d’extrême droite pour lesquels il sera condamné par contumace, en 1977, à trois ans de prison. Mis en examen en juillet 1970 pour faux témoignage, il s’enfuit toutefois à l’étranger – mais rentre clandestinement en Italie à plusieurs reprises, notamment en décembre 1970, pour prendre part au coup d’État fomenté par Junio Valerio Borghese. Il s’établit par la suite à Madrid où il collabore avec la police franquiste et organise le passage en Espagne de fascistes italiens. En novembre 1975, à l’enterrement de Franco, il fait la connaissance de Pinochet. Il part ainsi pour le Chili où il devient conseiller du gouvernement avant de poursuivre, à partir de 1977, sa carrière en Argentine et en Bolivie. Il est arrêté à Caracas en mars 1987 et extradé vers l’Italie, où il est jugé pour sa participation présumée à l’attentat perpétré le 12 décembre 1969 à Piazza Fontana, à Milan. Il est toutefois définitivement acquitté en appel en juillet 1991. Voir M. Franzinelli, La sottile linea nera, op. cit., p. 408-409.

38 Le dossier ouvert par la présidence du Conseil rassemble ainsi 55 textes de protestation adoptés – au niveau de la province ou de la commune – par les autorités locales, 5 pétitions, 2 appels, 30 télégrammes et 53 lettres de protestation émanant de partis politiques, d’associations, de syndicats, de comités d’entreprise ou de privés. ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1.

39 Ibid., correspondance envoyée par les préfectures de Turin, Florence, Modène, Trieste, Livourne et Rome entre le 16 janvier et le 9 mars 1960.

40 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 2.

41 R. Aron, « Les Juifs », Réalités, septembre 1960, article désormais publié dans Id., Essais sur la condition juive contemporaine, P. Simon-Nahum éd., Paris, Tallandier, 2007, p. 185-210 (p. 187 pour la citation).

42 Voir par exemple « Il direttore del Congresso mondiale israelitico chiede una legge speciale in difesa degli ebrei », Il Messaggero, 8 janvier 1960, p. 10 ; « Il Congresso ebraico chiede a Bonn provvedimenti contro i “neo-hitleriani” », La Stampa, 8 janvier, p. 9 ; « Il governo di Bonn invitato a emanare misure straordinarie », Corriere della Sera, 8 janvier, p. 10.

43 « Dopo il ripetersi e l’estendersi della campagna anti-ebraica. In Europa e America si chiedono provvedimenti contro i neo-nazisti », Avanti !, 3 janvier 1960, p. 7 ; « Una nota di Israele a Parigi e a Londra sull’ondata antisemitica », Il Popolo, 9 janvier 1960, p. 8.

44 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, copie de la lettre du directeur général par interim de l’Unesco, René Maheu, aux ministres des Affaires étrangères des États membres, transmise le 19 juillet 1960 par le ministère des Affaires étrangères italien à la présidence du Conseil des ministres, au ministère de l’Éducation nationale, au ministère du Tourisme et du Spectacle et à la Commission nationale italienne près l’Unesco.

45 « Proteste all’ONU per gli atti antisemitici », Il Messaggero, 16 janvier 1960, p. 11 ; « L’antisemitismo discusso all’ONU », Israel, 21 janvier 1960, p. 1.

46 Nota bene : cette résolution concerne également l’Italie, entrée à l’ONU en décembre 1955. ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, copie d’une lettre du 27 avril 1960 de la Représentation permanente de l’Italie aux Nations unies au ministère des Affaires étrangères italien, transmise le 6 mai 1960 à la présidence du Conseil des ministres et au ministère de l’Intérieur par le service des Nations unies du ministère des Affaires étrangères.

47 De tous les journaux que nous avons dépouillés, seul l’Osservatore romano, l’organe de presse du Vatican, se montre peu disert sur la question. Tous les autres titres pris en considération consacrent, entre les 27-29 décembre et la mi-janvier, au moins un article par jour aux actes antisémites.

48 Voir par exemple : Avanti !, 6 janvier 1960, p. 1, 2, 4, 5, 7 ; Il Popolo, 6 janvier, p. 1, 2, 8 ; L’Unità, 6 janvier, p. 1 (deux articles dont l’éditorial) et p. 5 (4 articles) ; La Stampa, 6 janvier, p. 1 (deux articles dont l’éditorial), p. 2 et 10 ; Corriere della Sera, 5 janvier 1960, p. 2, 4, 10 ; Il Messaggero, 6 janvier, p. 1 (éditorial), 4, 10 et 11.

49 Pour le Corriere della Sera : Massimo Caputo en RFA, « A.V. » à Vienne et « S. » (sans plus de précisions) et Piero Ottone à Londres. Pour Il Messaggero, Orazio Bernardinelli et « Vice » à Bonn, A. B. Alemanni à Vienne. Pour La Stampa, Massimo Conti à Bonn, « m. ci. » et « n.s. » à Londres. Pour Avanti ! : « K Sp. » à Bonn, Raffaello Uboldi à Berlin, Gino Belli à Vienne et Mario Siri à Londres. Pour Il Popolo, Franco Amadini à Vienne. Pour L’Unità, Giuseppe Conato à Berlin.

50 Voir « Duri commenti nella stampa internazionale. Adenauer sotto accusa per l’ondata neo-nazista », Avanti !, 7 janvier 1960, p. 7 ; « Indignazione in tutto il mondo per le manifestazioni antisemitiche », Il Popolo, 7 janvier 1960, p. 8.

51 Dans les années 1945 à 1960, les communautés juives italiennes étaient réticentes à s’exprimer ouvertement dans l’espace public et tendaient à éviter toute forme de militantisme politique ou judiciaire. Nous nous permettons de renvoyer sur ce point à P. Bertilotti, « Mémoires et représentations des persécutions antisémites en Italie sous le fascisme et pendant l’occupation allemande dans la presse communautaire juive entre 1944 et 1961 », mémoire de DEA sous la direction de Marc Lazar, Histoire contemporaine, Paris, Institut d’études politiques, 2003.

52 Voir les reportages, les articles d’information et de fond, le courrier des lecteurs et les photographies – d’inscriptions antisémites, de lettres de menace, de réunions de protestation – publiés dans les numéros de janvier et février d’Israel, d’Ha-Tikwà et de La voce della comunità israelitica di Roma. Voir également le procès-verbal, reproduit dans l’édition du mois de mars de La Rassegna mensile di Israel, des séances des 25 et 26 janvier du Sénat consacrée aux actes antisémites.

53 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, note non signée sur papier à en-tête du cabinet de la présidence du Conseil, datée du 4 janvier 1960.

54 « Calorose manifestazioni di protesta da parte ufficiale e da privati cittadini », Israel, 14 janvier 1960, p. 2.

55 « Il fermo atteggiamento di Roma ebraica », VCIR, janvier 1960, p. 2 ; « L’inconsulto episodio di Roma », Avanti !, 5 janvier, p. 2 ; « Svastiche sui vetri dell’Istituto nautico », Il Messaggero, 5 janvier, p. 4 ; « I cittadini del quartiere ebraico scendono in piazza contro una provocazione fascista all’Istituto nautico », L’Unità, 5 janvier p. 2.

56 « Di fronte alle provocazioni nazifasciste », VCIR, janvier 1960, p. 3.

57 « Una riunione straordinaria del Consiglio dell’Unione », Israel, 18 février 1960, p. 5.

58 Par exemple à Rome, le 8 janvier, à Portico d’Ottavia, sur la place principale du quartier de l’ancien ghetto (« Una pubblica manifestazione al portico d’Ottavia », VCIR, janvier 1960, p. 3 ; « Un comizio al Portico d’Ottavia », Israel, 14 janvier 1960, p. 2).

59 Voir G. Wigoder éd., Dictionnaire encyclopédique du judaïsme, Paris, Cerf, 1993, p. 1117.

60 Voir notamment les informations publiées dans la rubrique « Dalle comunità » d’Israel, les 14 et 28 janvier 1960 et les 4 et 11 février.

61 « A Torino », Israel, 4 février 1960, p. 6. Né en 1909 à Turin, Norberto Bobbio se rapproche des milieux antifascistes dès ses années de lycée où il se lie d’amitié avec Leone Ginzburg, Cesare Pavese et Vittorio Foa. Arrêté en 1935 pour ses fréquentations antifascistes et sa participation au groupe Giustizia e Libertà, il est condamné à quinze jours de prison. En 1942, il participe à Padoue à la fondation du Parti d’action clandestin (voir en particulier F. Avanzini, « Norberto Bobbio, un philosophe italien dans la cité », Études, 380 (6), 1994, p. 775-785). Norberto Bobbio est lui-même revenu sur les limites de son engagement antifasciste et sur ses compromis obligés avec le régime – comme beaucoup de jeunes gens de sa génération, il a été inscrit au GUF (Groupe universitaire fasciste) puis au Parti fasciste (voir notamment A. Colombo, « Norberto Bobbio racconta quegli anni bui rischiarati da Croce », Nuova Antologia, 2172, 1989, p. 185 ; E. Marzo, « Bobbio : confesserò le mie rimozioni sul fascismo », Corriere della Sera, 7 novembre 1999).

62 « A Milano », Israel, 11 février 1960, p. 5.

63 « A Torino », Israel, 11 février 1960, p. 6.

64 « Il fermo atteggiamento di Roma ebraica », VCIR, janvier 1960, p. 2.

65 ACS, PCM 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, lettre du 31 mars 1960 de la DGPS à la présidence du Conseil des ministres.

66 Le Cercle de la résistance organise une première rencontre dans ses locaux le 8 janvier au soir, suivie, le 17 janvier par un « Rassemblement de la résistance piémontaise » qui réunit près de 2 200 personnes au théâtre Alfieri (voir ibid., télégramme du 17 janvier de la préfecture de Turin).

67 Ibid., télégrammes du 17 janvier des préfectures de Florence et de Modène, télégramme du 18 janvier de la préfecture de Ferrare ; « Oggi al Verano la Resistenza romana ricorda gli ebrei uccisi a Mauthausen », L’Unità, 17 janvier 1960, p. 2.

68 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 2, lettre du 9 février 1960 du sénateur Umberto Terracini, président de l’Association nationale des persécutés politiques antifascistes, à Carlo Russo, sous-secrétaire à la présidence du Conseil.

69 Le 21 janvier, un débat sur le thème « Que sait la jeunesse ouest- et est-allemande d’aujourd’hui du nazisme ? » est ainsi organisé au Palais Marignoli à Rome en présence de l’historien Roberto Battaglia, du professeur de littérature et antifasciste historique Augusto Monti, de l’écrivain Carlo Levi et du sénateur communiste et ancien président de la Constituante Umberto Terracini. « A Roma. Un dibattito a Palazzo Marignoli », Israel, 28 janvier 1960, p. 5.

70 À Turin, par exemple, les étudiants sont environ 800 à manifester le 16 janvier et 1 000 le 21. ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, télégrammes du 16 et du 21 janvier de la préfecture de Turin.

71 Voir, par exemple, le manifeste intitulé « non au racisme » publié dans Il Popolo le 9 janvier et signé par des intellectuels de premier plan, parmi lesquels l’écrivain Leonardo Sciascia, le poète Giuseppe Ungaretti, l’éditeur Valentino Bompiani, le grand critique littéraire Giorgio Barberi Squarotti, l’historien Pietro Scoppola et le cinéaste Federico Fellini.

72 La Compagnie de Valli, qui avait sollicité une contribution de 5 millions de lires, a reçu au moins un million de lires de la présidence du Conseil et un million de lires du ministère du Tourisme et des Spectacles. ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, correspondance échangée entre le 29 janvier et le 26 février 1960 par la présidence du Conseil et le ministre de l’Éducation nationale.

73 Le rassemblement organisé le 8 janvier 1960 à Rome par la communauté juive est, par exemple, un rassemblement unitaire regroupant les associations résistantes et les partis politiques de gauche. Voir notamment : « Grande manifestazione unitaria a Roma contro le vili provocazioni antiebraiche », L’Unità, 9 janvier, p. 1 et 5 ; « L’indignazione dilaga in tutto il paese. Vasta ondata di proteste contro i vandali neonazisti », Avanti !, 9 janvier, p. 2.

74 53 parlementaires présentent des motions, des interrogations et des interpellations à la Chambre et au Sénat (voir les procès-verbaux des séances des 18 janvier et 17 février à la Chambre et des 18, 23, 25 et 26 janvier au Sénat).

75 En termes d’archives, le dossier ouvert à la Libération par la DGPS sur l’activité des communautés juives italiennes  ACS, MI, DGPS, série G 1944-1986, carton 218, fasc. G/484, « Comunità israelitiche (1945-1967) » – comporte une documentation moins abondante que celle rassemblée en 1959-1960 par la présidence du Conseil sur les actes antisémites – ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4 « Antisemitismo ».

76 « Azione antifascista dei lavoratori torinesi », L’Unità, 22 janvier 1960, p. 2.

77 « La radio vaticana condanna il razzismo », Il Popolo, 10 janvier 1960, p. 2.

78 Déclaration citée dans « Proteste all’ONU per gli atti antisemitici », Il Messaggero, 16 janvier 1960, p. 11. Voir également « L’antisemitismo discusso all’ONU », Israel, 21 janvier 1960, p. 1.

79 E. F. L. Russell, Lord of Liverpool, The Scourge of the Swastika. A Short History of Nazi War Crimes, Londres, Cassell, 1954, traduit en italien par L. Bianciardi sous le titre Il flagello della svastica, Milan, Feltrinelli, 1955 (traduction française de C. Sirven : Sous le signe de la croix gammée. Brève histoire des crimes de guerre nazis, Genève, Les Amis du Livre, 1956).

80 Discours reproduit intégralement dans « Discorso di Roberto Ascarelli », VCIR, janvier 1960, p. 4.

81 Avant la lettre, dans la mesure où l’expression n’est pas encore entrée dans l’usage en 1960. Comme l’a montré Olivier Lalieu, si les associations de victimes du nazisme ont été, dès l’immédiat après-guerre, porteuses d’une injonction à se souvenir, la notion de « devoir de mémoire » n’a été popularisée que dans les années quatre-vingt-dix (O. Lalieu, « L’invention du “devoir de mémoire” », Vingtième siècle, 69, 2001, p. 83-94).

82 Voir, par exemple, le discours prononcé par Don Andrea Gaggero à Rome le 8 janvier 1960 (« Una pubblica manifestazione al Portico d’Ottavia », VCIR, janvier 1960 p. 3) et l’intervention de Pietro Caleffi à Livourne le 31 janvier (ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, télégramme du 31 janvier 1960 de la préfecture de Livourne).

83 Sur P. Caleffi, voir E. Collotti, R. Sandri, F. Sessi éd., Dizionario della Resistenza, Turin, Einaudi, édition 2006, p. 793.

84 « Iniziative per reagire all’ondata di antisemitismo », Avanti !, 13 janvier, p. 1.

85 Voir, en particulier, « Unanime la condanna dei rigurgiti razzisti », Avanti !, 10 janvier 1960, p. 6 ; « Pronte reazioni in tutto il Paese alle provocazioni nazifasciste », Avanti !, 12 janvier 1960, p. 5 ; « Iniziative per reagire all’ondata di antisemitismo », Avanti !, 13 janvier, p. 1 ; « Mostra documentaria sulle persecuzioni razziali », Il Popolo, 13 janvier, p. 2.

86 M. Luppi, E. Ruffini éd., Immagini dal silenzio. La prima mostra nazionale dei Lager nazisti attraverso l’Italia, 1955-1960, Carpi, Nuovagrafica, 2005, p. 9, 39.

87 Dans les expositions consacrées, à partir du milieu des années cinquante, au système concentrationnaire nazi, il n’est d’ailleurs jamais dit explicitement que la déportation de familles entières – enfants et vieillards compris –, la sélection à l’arrivée dans les camps d’une minorité de déportés destinés au travail et l’envoi systématique de tous les autres vers les chambres à gaz n’ont pas concerné l’ensemble des déportés, mais caractérisent la politique de génocide mise en œuvre à l’encontre des juifs.

88 Nous nous permettons de renvoyer sur ce point à nos propres travaux (P. Bertilotti, « Contrasti e trasformazioni della memoria dello sterminio in Italia », dans Storia della Shoah in Italia, M. Flores et al. éd., vol. II, op. cit., p. 57-112 ; Id., « La notion de déporté en Italie, de 1945 à nos jours. Droit, politiques de la mémoire et mémoires concurrentes », dans Qu’est-ce qu’un déporté ? Histoire et mémoires des déportations de la Seconde Guerre mondiale, T. Bruttmann, L. Joly, A. Wieviorka éd., Paris, CNRS, 2009, p. 377-402).

89 Voir, par exemple, le discours prononcé par Umberto Terracini le 25 janvier au Sénat.

90 Voir notamment F. Parri, « L’Italia dei cimeli fascisti », Avanti !, 8 janvier 1960, p. 1 ; « Grande assemblea antifascista della Resistenza torinese », Avanti !, 10 janvier 1960, p. 4 ; « Una riunione straordinaria del Consiglio dell’Unione », Israel, 18 février 1960, p. 5.

91 Décret du président de la République no 1457 du 6 novembre 1960 instituant les « Nouveaux programmes pour l’enseignement de l’histoire dans les lycées classiques et scientifiques et les écoles d’instituteurs » ; décret du président de la République no 1222, 30 septembre 1961, portant « Modification des horaires et des programmes scolaires des sections techniques » ; décret ministériel du 24 avril 1963 concernant le collège. Ces nouveaux programmes accorderont une place explicite aux thèmes de « la résistance, la lutte de libération, la Constitution de la République italienne, et des idéaux et des réalisations de la démocratie ». De nouveaux manuels seront mis en circulation dans le courant des années soixante. Sur ce point, voir notamment M. Corsi, R. Sani éd., L’educazione alla democrazia tra passato e presente, Milan, Vita e Pensiero strumenti, 2004, p. 81-84.

92 Nota bene : Nous n’avons toutefois trouvé aucun document relatif à ces événements dans les archives du PCI (Fondazione Istituto Gramsci, Rome).

93 L’UDI (Union des femmes italiennes), la CGIL (Confédération italienne du travail), les syndicats de branche adhérant à la CGIL (la FIOM – Fédérations des ouvriers de la métallurgie –, la Federterra – Fédération agricole), l’UISP (Union italienne de sport populaire), l’ANPI (Association nationale des partisans d’Italie), l’ANPPIA (Association nationale des persécutés politiques antifascistes) et l’ANED (Association nationale des anciens déportés politiques). Sur le rôle du PCI dans les associations antifascistes, voir notamment P. Dogliani, « La memoria della guerra nell’associazionismo postresistenziale », dans La grande cesura. La memoria della guerra e della resistenza nella vita europea del dopoguerra, G. Miccoli, G. Neppi Modona, P. Pombeni éd., Bologne, Il Mulino, 2001, p. 527-556.

94 Par exemple, la cotonnerie Mazzonis de Turin (ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, lettre du 21 janvier de la commission interne unitaire de la cotonnerie à la présidence du Conseil).

95 Par exemple, les Coopératives STEB (ibid., lettre du 5 janvier 1960 de la Società tipografica editrice bolognese au Président du conseil).

96 Entre janvier et avril 1960, la présidence du Conseil reçoit 55 motions ou lettres de protestation émanant d’administrations locales (ibid.). Nous n’avons pu vérifier la coloration politique que de 30 d’entre elles – sur la base du résumé des résultats des élections locales publié par le ministère de l’Intérieur italien, qui ne fournit les résultats électoraux complets que pour les chefs-lieux de province et donne des résultats partiels concernant les communes de plus de 10 000 habitants : Ministero dell’Interno (Direzione generale dell’amministrazione civile, Servizio elettorale), Compendio dei risultati delle elezioni comunali e provinciali dal 1946 al 1960, Rome, Istituto poligrafico dello Stato, 1961. Or, sur ces 30 administrations locales, 26 sont de gauche – PCI-PSI. Des recherches ultérieures seraient nécessaires sur ce point.

97 Sur la géographie électorale de l’Italie républicaine, voir I. Diamanti, Bianco, rosso, verde… azzurro. Mappe e colori dell’Italia politica, Bologne, Il Mulino, 2003.

98 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, télégrammes du 19 janvier de la section communiste de Certaldo et du 25 janvier de la section communiste de Savarna.

99 Cette accusation est reprise dans la plupart des motions, interrogations et interpellations déposées par l’opposition au Parlement italien.

100 Voir, par exemple, les interrogations présentées le 18 janvier par Vito Scarongella (PSI) à la Chambre et par Pietro Ludovico Vergani et Carlo Lombardi (PCI), Jaures Busoni, Alberto Cianca, Guido Giacometti, Emilio Lussu et Vincenzo Milillo (PSI) au Sénat.

101 Les communautés juives revendiquant l’introduction de nouvelles normes répressives dans le Code pénal italien (« Una riunione straordinaria del Consiglio dell’Unione », art. cité) et d’éminents juristes, comme Alessandro Galante Garrone, exigeant plutôt une pleine et entière application de la législation existante – et notamment de la loi 645/1952, dite « loi Scelba ». (« Grande assemblea antifascista della Resistenza torinese », art. cité). Sur la figure d’Alessandro Galante Garrone, voir notamment l’article d’E. De Cristofaro publié dans ce numéro.

102 La venue d’Adenauer à Rome et l’attitude jugée excessivement complaisante du gouvernement italien à son encontre est au centre des débats au Sénat lors des séances plénières des 25 et 26 janvier 1960.

103 « Gravi pressioni della PS sugli ex-deportati romani. Il presidente della Federazione ex-deportati “diffidato” a non turbare il soggiorno di Adenauer », Avanti !, 23 janvier 1960, p. 1 ; « I diffidati », L’Unità, 24 janvier, p. 1.

104 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, procès-verbal de la séance du conseil municipal de Rome du 12 janvier 1960.

105 Procès verbal de la séance du 26 janvier 1960, p. 10 642, en ligne [http://www.senato.it/service/PDF/PDFServer/BGT/433837.pdf] (consulté le 29 juin 2011).

106 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, télégrammes des préfectures de Naples du 10 janvier, d’Arezzo du 11 janvier, de Ravenne du 12 janvier, de Lucca du 13 janvier.

107 Ibid., télégramme du 31 janvier de la préfecture de Livourne.

108 Dans le dossier consacré aux épisodes antisémites ouvert par le gouvernement, seuls 37 rapports de préfecture – sur plusieurs centaines de documents – sont consacrés à l’enquête policière.

109 Avec des nuances toutefois : l’Osservatore romano, l’organe du Vatican, est beaucoup moins disert sur la vague d’antisémitisme que le Popolo démocrate chrétien ou le Corriere della Sera milanais.

110 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, lettre du 13 mai 1960 de la Division affaires générales Section 1 de la DGPS du ministère de l’Intérieur au cabinet de la présidence du Conseil des ministres.

111 Au cours des mois de janvier et de février, des croix gammées sont découvertes à trois reprises dans les provinces de Trente et de Bolzano. Le 1er mai, la synagogue de Merano est profanée.

112 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, lettre du 2 mars 1960 du cabinet du ministère de l’Intérieur au cabinet du ministère des Affaires étrangères et à la présidence du Conseil des ministres.

113 Les termes généralement utilisés par ces quotidiens pour désigner les responsables des actes antisémites sont ceux de teppista (« vandale », « voyou ») ou de giovinastro (« vaurien »).

114 « Si tout cela avait été organisé par une association nazie ou autre, la situation serait certainement grave. Mais nous ne nous rangerons pas à cette thèse tant que nous n’aurons pas de preuves. Nous avons plutôt affaire, nous semble-t-il, à une psychose alimentée par la télévision, par la radio et par la presse, d’un continent à l’autre. » O. Salvatori, « Cui prodest », Il Popolo, 10 gennaio 1960, p. 3.

115 Et le journaliste de vanter les mérites du conformisme. O. Salvatori, « Queste nuove svastiche », Il Popolo, 14 gennaio 1960, p. 3.

116 La thèse de la manipulation communiste, initialement défendue par le Parti du Reich – le parti d’extrême droite allemand soupçonné d’avoir été l’instigateur des incidents antisémites – est reprise à son compte par le gouvernement Adenauer dès la première semaine de janvier. Envisagées dans un premier temps avec circonspection par la presse catholique et conservatrice italienne, ces allégations sont par la suite amplement relayées, notamment par le Corriere et l’Osservatore romano à partir de la mi-janvier.

117 A. Guerriero, « Il flagello della svastica », Corriere della Sera, 9 janvier 1960, p. 1.

118 Voir, par exemple, « Uno sconcio libello antiebraico diffuso da una sezione del MSI », Avanti !, 8 janvier 1960, p. 1 ; « Il senato condanna l’antisemitismo e rintuzza le provocazioni missine », L’Unità, 26 janvier 1960, p. 1.

119 Voir, par exemple, « Il PCI chiede un’azione antinazista nelle scuole », L’Unità, 8 janvier 1960, p. 1 ; F. Parri, « L’Italia dei cimeli fascisti », Avanti !, 8 janvier 1960, p. 1.

120 Voir, par exemple, « L’indignazione dilaga in tutto il paese », Avanti !, 9 janvier 1960, p. 2.

121 Voir, par exemple, « Il neonazismo in Germania Ovest », L’Unità, 5 janvier 1960, p. 2 ; « Adenauer tenta di liquidare il neonazismo affermando che si tratta di “puro teppismo” », Avanti !, 17 janvier 1960, p. 1.

122 Les enjeux de guerre froide s’étant substitués au travail historiographique, la recherche n’a toujours pas tranché la question des véritables responsabilités d’Oberländer dans ces massacres. Voici ce qu’en disent C. Zentner et F. Bedürftig (Das Grosse Lexikon des Dritten Reiches, Munich, Südwest Verlag, 1985, p. 426) : Theodor Oberländer est né en 1905. Après des études d’agronomie et d’économie politique, il a entrepris une carrière universitaire en se spécialisant dans le domaine de l’économie de l’Europe de l’Est. Il rejoint le parti nazi, le NSDAP, en 1933. De 1939 à 1945, il est Reichsführer de la ligue pour l’Est allemand. Dans l’après-guerre, en RFA, Oberländer a été le cofondateur et le secrétaire national du Bloc des réfugiés avant de rejoindre le Parti démocrate chrétien allemand, la CDU, en 1956. Ministre fédéral des Rapatriés du gouvernement Adenauer, il est accusé, en 1960, d’avoir pris part, en tant qu’officier allemand de l’unité germano-ukrainienne « Rossignol », aux massacres de juifs et de Polonais perpétrés en territoire soviétique à l’automne 1941. Une instruction préliminaire est ouverte à ce propos par le procureur de Bonn, mais le 29 avril 1960, en RDA, Oberländer est condamné par contumace à la prison à perpétuité. Il est alors contraint de démissionner de ses fonctions.

123 Et ce, dès l’annonce de la profanation de la synagogue de Cologne.

124 F. Malgeri éd., Storia della Democrazia cristiana, vol. III, Gli anni di transizione. Da Fanfani a Moro (1954-1962), Rome, Cinque Lune, 1989, p. 146-187.

125 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, procès-verbal de la séance du conseil municipal de Rome du 12 janvier 1960.

126 Voir notamment P. Ignazi, Il Polo escluso. Profilo del movimento sociale italiano, Bologne, Il Mulino, 1998 [1989].

127 M. Degl’Innocenti, Storia del PSI, vol. III, Dal dopoguerra a oggi, Roma-Bari, Laterza, 1993, p. 185-268.

128 Voir, par exemple, « Gschnitzer parla a Innsbruck contro I’Italia per l’Alto Adige », La Stampa, 6 janvier 1960, p. 10 ; « Lettera di Segni a Raab per i colloqui sull’Alto Adige », ibid., 14 janvier 1960, p. 1 ; « Pella conferma alla Camera : “L’Alto Adige è problema interno” », ibid., 18 février 1960, p. 10 ; « Il governo austriaco decide di ricorrere all’Onu per l’Alto Adige », ibid., 29 juin 1960, p. 1.

129 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, copie de la lettre du 27 avril 1960 d’Egidio Ortona, représentant de l’Italie auprès des Nations unies au ministère des Affaires étrangères.

130 Nous empruntons cette expression à F. Focardi, La guerra della memoria. La Resistenza nel dibattito politico italiano dal 1945 a oggi, Rome-Bari, Laterza, 2005.

131 M. Ponzani, L’offensiva giudiziaria antipartigiana nell’Italia repubblicana (1945-1960), Rome, Aracne, 2008.

132 Gouvernements Zoli de 1957, Segni de 1959 et Tambroni de 1960. Voir S. Lanaro, Storia dell’Italia repubblicana, Venise, Marsilio, p. 509-520.

133 Nous nous permettons de renvoyer à P. Bertilotti, « Riconoscimento, reintegrazione e risarcimento. Le vittime della persecuzione antisemita in Italia 1944-1965 », Italia contemporanea, 254, 2009, p. 43-59.

134 Sur la FIR, voir notamment P. Lagrou, Mémoires patriotiques et occupation nazie. Résistants, requis et déportés en Europe occidentale, 1945-1965, Bruxelles, Complexe, 2003, p. 260-266.

135 Sur le « travail de masse » réalisé dans ce cadre par le PCI, voir notamment Archives de la Fondazione Istituto Gramsci, Rome (AFG), Fonds Parti communiste italien (PCI), Section de travail activité antifasciste, 1952, microfilm (mf) 342, feuillet (f.) 2203-2220, rapport sur « le travail ancien combattant » daté du 4 janvier 1952.

136 Les événements de l’hiver 1959-1960 ne font en réalité qu’approfondir une fracture générationnelle qui s’était ouverte depuis le début des années cinquante. Voir G. Schwarz, « Un’identità da rifondare. Note sul problema dei giovani tra persecuzione e dopoguerra (1938-1956) », Zakhor, 3, 1999, p. 181-208.

137 Voir notamment H. Leide, NS-Verbrecher und Staatssicherheit. Die geheime Vergangenheitspolitik der DDR, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2005 ; M. Lemke, « Kampagnen gegen Bonn. Die Systemkrise der DDR und die West-Propaganda der SED. 1960-1963 », Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 2, 1993, p. 153-174. Nous tenons à remercier Dominique Trimbur à qui nous sommes redevables de ces précieuses indications bibliographiques.

138 Voir en particulier les communications de C. Metzger (« Un procès dans le procès. L’affaire Globke vue à travers la presse et les archives allemandes ») et D. Trimbur (« Le procès Eichmann et les relations RFA-Israël : une influence néfaste ou bénéfique ? ») récemment présentées au colloque Le procès Eichmann. Réceptions, médiations, postérités, Paris, 7-9 juin 2011, actes en cours de publication.

139 Voir l’article de P. Picco publié dans ce numéro ; M. Franzinelli, La sottile linea nera, op. cit.

140 ACS, PCM, 1962-1964, fasc. 29034/1.6.4, dossier 1, télégramme du 31 janvier de la préfecture de Livourne.

141 Si l’engagement d’un Terracini ou d’un Caleffi dans ce débat se comprend – Terracini, communiste, antifasciste de la première heure, est également d’origine juive ; Caleffi est un ancien déporté –, la fermeté d’un Salari peut surprendre : son intervention, qui fustige l’absence de condamnation du fascisme par le MSI, prend le contre-pied de l’attitude adoptée par son groupe parlementaire (DC). Des recherches ultérieures seraient nécessaires pour faire toute la lumière sur ce point. Sur la figure de Terracini, nous renvoyons en revanche à A. Agosti, La coerenza della ragione. Per una biografia politica di Umberto Terracini, Carocci, Rome, 1998.

142 R. De Felice, Storia degli ebrei italiani sotto il fascismo, Turin, Einaudi, 1993 [1961], p. 358-359. Suite à la parution en 1961 de l’ouvrage de De Felice, ce qu’il est convenu d’appeler « l’affaire Piccardi » précipitera d’ailleurs la crise du Parti radical et le mènera au bord de la dissolution. Sur les polémiques qui ont suivi la publication de l’ouvrage de De Felice, voir Archivio di Stato di Torino (ASTO), Archives Einaudi (AE), « Corrispondenza con autori italiani », carton 64, fasc. 952/1, correspondance de De Felice avec la maison d’édition Einaudi entre décembre 1961 et février 1962 ; ASTO, AE, fonds « recensioni », carton 91, fasc. 1269. Voir également les remarques de G. Schwarz, Ritrovare se stessi. Gli ebrei nell’Italia postfascista, Roma-Bari, Laterza, 2004, p. 171, 242.

143 G. Schwarz, Ritrovare se stessi, op. cit., p. 162-168.

144 L’ouvrage de R. De Felice (Storia degli ebrei italiani sotto il fascismo, op. cit.) est en effet le résultat d’une commande de l’Union des communautés. Voir sur ce point : P. Chessa, F. Villari éd., Interpretazioni su Renzo De Felice, Milan, Baldini e Castoldi, 2002, p. 8-27 et ASTO, AE, fonds « Corrispondenza con autori italiani », carton 64, fasc. 952/1.

145 Son directeur Roberto Bassi note dès le 9 janvier 1960 : « La récente vague d’antisémitisme a réveillé beaucoup d’esprits assoupis » (Archives de l’Union des communautés juives italiennes, Rome [AUCII], fonds Comité de recherche des déportés juifs [CRDE], série « correspondance », carton 14, fasc. « CDEC », dossier « vari », lettre du 9 janvier 1960 de Roberto Bassi à Massimo Adolfo Vitale, directeur du CRDE). Sur la création du CDEC, nous renvoyons notamment à R. Bassi, « Ricordo di Massimo Adolfo Vitale. Dal comitato ricerche deportati ebrei al Centro di documentazione ebraica contemporanea », RMI, 1-3, 1979, p. 8-21.

146 Voir les projets de recherche énoncés par R. Bassi et G. Valabrega dans Israel en janvier 1960 (« L’archivio del CDEC. Le vicende degli ebrei italiani durante il periodo fascista », Israel, 28 janvier 1960, p. 5) et le rapport d’activité (Comitato ricerche deportati ebrei. Centro di documentazione ebraica contemporanea) transmis par Massimo Adolfo Vitale à l’Union des communautés juives le 12 mars 1961 (AUCII, CRDE, série « correspondance », carton 14, fasc. « CDEC », dossier « vari »). Voir également Gli ebrei in Italia durante il fascismo, Quaderni della federazione giovanile ebraica d’Italia, 1961, 1 ; 1962, 2 ; 1963, 3.

147 D. Bidussa, Il mito del bravo italiano, Milan, Il Saggiatore, 1993 ; F. Focardi, « La memoria della guerra e il mito del “bravo italiano”. Origine e affermazione di un autoritratto collettivo », Italia contemporanea, 220-221, 2000, p. 393-399 ; Id., « “Bravo italiano” e “cattivo tedesco” : riflessioni sulla genesi di due immagini incrociate », Storia e Memoria, 5 (1), 1996, p. 55-83. L’expression bravo italiano (« bon Italien ») renvoie au titre du film de G. De Santis, Italiani brava gente (1964) qui retrace l’odyssée d’un régiment italien sur le front russe en 1941 et qui a contribué à fixer l’image d’un soldat italien inoffensif et débonnaire (voir sur ce point M. Isnenghi, Le guerre degli italiani, Milan, Mondadori, 1989, p. 153-154).

148 G. Schwarz, Ritrovare se stessi, op. cit., p. 111-193.

149 Pour reprendre le titre de C. Brice, G. Miccoli éd., Les racines chrétiennes de l’antisémitisme politique, fin xixe-xxe siècle, Rome, École française de Rome, 2003.

150 Nous faisons bien évidemment référence à J. Isaac, L’enseignement du mépris. Vérité historique et mythes théologiques, Paris, Fasquelle, 1962.

151 S. Quinzio, « Antisemitismo », Il Popolo, 13 janvier 1960, p. 3.

152 Il s’agit d’une allusion au versement, en septembre 1943, par la communauté juive romaine, de 50 kg d’or aux autorités d’occupation nazie sous la menace de représailles. Contrairement à une légende tenace, cette somme a été réunie par les membres de la communauté, sans l’aide du Vatican – le Pape Pie XII ayant proposé un prêt de 15 kg d’or, qui ne s’est en définitive pas révélé nécessaire. S. Haia Antonucci, C. Procaccia, G. Rigano, G. Spizzichino, Roma, 16 ottobre 1943. Anatomia di una deportazione, Milan, Guerini e Associati, 2006, p. 26-34.

153 « La radio vaticana condanna il razzismo », Il Popolo, 10 janvier 1960, p. 2.

154 Voir notamment G. Miccoli, I dilemmi e i silenzi di Pio XII. Vaticano, Seconda guerra mondiale e Shoah, Milan, Rizzoli, 2000.

155 « La radio vaticana condanna il razzismo », art. cité.

156 Voir notamment E. Mazzini, « Aspetti dell’antisemitismo cattolico », art. cité ; Ead., « Da cultura ammessa a retaggio discorsivo. L’antiebraismo e la “Civiltà Cattolica” nel primo quindicennio del secondo dopoguerra », Storia e problemi contemporanei, 50, 2009, p. 83-99.

157 A. Farge, « Penser et définir l’événement en histoire », art. cité.

158 R. Aron, « Les Juifs », art. cité, p. 187.

159 P. Veyne, « L’interprétation et l’interprète. À propos des choses de la religion », Enquête, 3, 1996, p. 160-180.

160 Initialement contre la tenue à Gênes d’un congrès du MSI, puis contre la répression sanglante des manifestations anti-MSI orchestrée par le gouvernement Tambroni. Voir notamment G. Crainz, Storia del miracolo italiano. Culture, identità, trasformazioni fra anni cinquanta e sessanta, Rome, Donzelli, 2005, p. 163-216. Sur les effets de ces événements qui ont contribué à raviver la mémoire de l’antifascisme, voir notamment G. De Luna, « I fatti di luglio 1960 » dans I Luoghi della memoria, personaggi e date dell’Italia unita, M. Isnenghi éd., Rome-Bari, Laterza, 1997, p. 359-371.

161 P. Bertilotti, « Contrasti e trasformazioni della memoria dello sterminio in Italia », art. cité.

162 P. Bertilotti, « Mémoires et représentations des persécutions antisémites en Italie sous le fascisme et pendant l’occupation allemande dans la presse communautaire juive entre 1944 et 1961 », op. cit.

163 R. De Felice, Storia degli ebrei italiani sotto il fascismo, op. cit., p. 472. G. Schwarz, Ritrovare se stessi, op. cit., p. 164-171.

164 Le procès de Jérusalem confère, en effet, une légitimité internationale au « mythe du bon Italien » au moment même où les Juifs d’Italie commençaient à le questionner. Au cours du procès, l’accusation israélienne, disposant essentiellement d’une documentation historique relative aux quelques mois d’occupation italienne dans le Sud-Est de la France, n’a eu de cesse, concernant l’Italie, d’insister sur l’opposition supposée de l’ensemble de l’administration et du peuple italiens à toute forme de politique antisémite – les documents attestant les résistances italiennes révélant également le zèle et l’acharnement génocidaire de l’accusé. Au lendemain de l’audience consacrée au traitement du cas italien, la presse italienne et internationale célébrait ainsi à l’unisson l’aide apportée par le peuple italien aux juifs persécutés. (P. Bertilotti, « Contrasti e trasformazioni della memoria dello sterminio in Italia », art. cité, p. 76-78).

Top of page

References

Electronic reference

Paola Bertilotti, « Anatomie d’une crise. Les épisodes antisémites de l’hiver 1959-1960 en Italie », Laboratoire italien [Online], 11 | 2011, Online since 15 novembre 2011, connection on 22 octobre 2014. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/576 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.576

Top of page

Copyright

© ENS Éditions

Top of page