Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Débat

Fascisme, antisémitisme.Regard sur une historiographie en devenir(Entretien avec Marie-Anne Matard-Bonucci)

Propos recueillis par Paola Bertilotti
p. 181-204

Full text

1Marie-Anne Matard Bonucci est professeure d’histoire contemporaine à l’université Pierre Mendès-France Grenoble 2. Ses travaux s’inscrivent dans le champ de l’histoire politique et de l’histoire culturelle et concernent principalement l’Italie contemporaine, envisagée toutefois à partir d’une grande variété de questionnements – allant de l’analyse du fonctionnement du totalitarisme fasciste à l’étude des criminalités organisées en passant par l’histoire des « années de plomb ». L’un des fils conducteurs de ses recherches récentes est le thème de la violence – fasciste, coloniale, mafieuse ou terroriste. À propos de la période fasciste, Marie-Anne Matard Bonucci s’est plus particulièrement intéressée, depuis la fin des années quatre-vingt, à l’histoire de la politique antisémite du régime. Elle a notamment publié L’Italie fasciste et la persécution des juifs (Paris, Perrin, 2007) et a dirigé la publication – en collaboration avec Marcello Flores, Simon Levis Sullam et Enzo Traverso – de la très récente Storia della Shoah in Italia. Vicende, memorie, rappresentazioni (2 vol., Turin, UTET, 2010) qui a proposé un premier bilan de l’état de la recherche sur l’événement Shoah en Italie et sur les mémoires et les représentations qu’il a suscitées dans l’après-guerre.

2Laboratoire italien : À la lecture de votre bibliographie, il apparaît qu’après une thèse consacrée à l’histoire du fascisme en Sicile, vous vous êtes intéressée à l’histoire de la mafia avant de vous pencher sur la question de l’antisémitisme fasciste. Comment s’est opérée cette évolution dans vos thématiques de recherche ? Existe-t-il, de votre point de vue, un lien entre ces différents objets de d’étude ?

  • 1 M.-A. Matard-Bonucci, La Sicile sud-orientale, des premiers faisceaux au débarquement allié, 1920-1 (...)

3M.-A. Matard-Bonucci : Quand j’ai commencé mes recherches sur l’histoire du fascisme en Sicile, il existait très peu de travaux portant sur le Sud de l’Italie. Les études à caractère monographique étaient centrées en priorité sur les régions du Centre et du Nord de l’Italie où le fascisme est né et où il a été puissant. J’ai souhaité, au contraire, analyser un contexte local sur lequel le fascisme fut initialement moins prégnant. Cette étude présentait également un intérêt du fait de l’existence d’archives exceptionnelles : les fichiers des adhérents du Parti fasciste, qui ont été conservés grâce aux Alliés1.

4Dans le cadre de ce travail de thèse, mon attention a été retenue en particulier par deux aspects du fascisme, que l’on retrouve en partie dans la suite de mes travaux : la question de la violence et la question de la nature totalitaire du régime fasciste. Je me suis penchée sur le cas de deux provinces en particulier : Syracuse, dite province « babba », parce que relativement pacifique, et Raguse, qui avait connu une forme de squadrisme endogène, conséquence du contexte de très forte conflictualité sociale du « biennio rosso ». À travers ces deux exemples, j’ai donc été confrontée à la question de la violence du fascisme et de la violence squadriste en particulier. D’autre part, ces recherches m’ont permis de constater que le fascisme, régime totalitaire certes, n’en présentait pas moins une dimension composite et un dispositif de pouvoir hétérogène. En travaillant sur le cas du Sud, j’ai observé que le fascisme gouvernait aussi à coup de compromis, notamment avec les élites traditionnelles. Il y a de ce point de vue une grande continuité entre l’Italie libérale et l’Italie fasciste.

5De ce premier travail consacré au Sud de l’Italie a découlé, tout naturellement, une attention particulière à la question méridionale et, partant, à l’histoire de la mafia – la question criminelle se présentant comme une sous-question de la question méridionale. Mais, de manière plus fondamentale, mon intérêt pour l’histoire de la mafia découle également de certaines questions que je m’étais posées au cours de ma thèse, concernant notamment le rôle de l’État, le rapport entre État central et périphérie et l’articulation entre violence sociale et violence politique. À travers l’histoire de la mafia, j’ai pu appréhender par un nouveau biais la question du rapport du Sud italien à l’État.

  • 2 M.-A. Matard-Bonucci, Histoire de la mafia, Bruxelles, Complexe, 1994 (réédition prochaine : Folio (...)

6J’ai tenté de montrer dans mon ouvrage2 que la mafia se développe au moment de l’Unité italienne, dans un contexte de carences de l’État, où les pouvoirs publics tendent à déléguer la gestion de pans entiers de la vie sociale et politique à des élites violentes qui s’adossent à leur tour à la politique et au système démocratique naissant pour conserver le pouvoir. Si le système mafieux se pérennise, c’est, me semble-t-il, du fait de la conjonction de deux facteurs – un État défaillant mais également un contexte de construction des structures politiques démocratiques.

7Mes recherches ont bénéficié d’un environnement stimulant, au contact de l’Istituto meridionale di storia e scienze sociali – animé notamment par Salvatore Lupo et Rosario Mangiameli – dont les initiatives ont contribué à l’émergence d’une première historiographie de la mafia, qui a évidemment fécondé mes propres recherches.

8Le passage de l’histoire du fascisme à la mafia était donc motivé par le contexte sicilien. Je suis ensuite revenue à des travaux plus classiques sur l’histoire du fascisme.

9Laboratoire italien : La question de l’antisémitisme fasciste a longtemps été laissée de côté par l’historiographie italienne avant de susciter un regain d’intérêt à partir de la fin des années quatre-vingt. Vos propres travaux ont-ils été influencés par ce nouveau contexte italien ? Ou bien davantage par le débat historiographique français (sur Vichy et son rôle dans la mise en œuvre de la « Solution finale », mais également sur le fascisme et le totalitarisme) ?

  • 3 M.-A. Matard-Bonucci, « La rafle du ghetto », Autrement, numéro spécial Rome, 1920-1945, avril 1991 (...)

10M.-A. Matard-Bonucci : En réalité, mon questionnement sur l’antisémitisme fasciste est issu d’une réflexion sur le fascisme tout court. C’est à partir de la fin des années quatre-vingt – au moment où je terminais ma thèse – que j’ai commencé à m’intéresser à la question de l’histoire des juifs sous le fascisme. Le premier article que j’ai consacré à ce thème est paru en 19913.

  • 4 C’est-à-dire pour « philosémitisme ». Sur la mise en œuvre de la politique antisémite au sein du Pa (...)

11Ce qui est étonnant c’est que, s’agissant du Sud en particulier, il est possible de faire une thèse sur l’histoire du fascisme sans quasiment rencontrer la question de l’antisémitisme fasciste. Au cours de cette recherche, j’avais été confrontée à ce thème à trois reprises seulement : dans mes dépouillements de presse – la presse régionale sicilienne et méridionale étant, elle aussi, traversée par la campagne raciale –, à la lecture de déclarations d’appartenance à la « race aryenne » rédigées par des fonctionnaires, et dans les dossiers de certains adhérents du parti fasciste qui avaient fait l’objet de blâmes pour « piétisme »4.

  • 5 En 1938, les juifs représentaient à peine 0,1 % de la population italienne, qui était alors estimée (...)

12J’ai donc effectivement suivi avec intérêt la montée en puissance d’une nouvelle historiographie italienne à partir de la fin des années quatre-vingts : la question de l’antisémitisme – auparavant jugée d’autant plus marginale que, seule une petite minorité implantée sur une portion réduite du territoire national était réellement concernée5 – a acquis une centralité inédite dans l’historiographie du fascisme. Mon intérêt pour le thème de l’antisémitisme fasciste précède cependant ces évolutions historiographiques : quand j’ai commencé mes propres recherches, il n’y avait que très peu de travaux sur la question.

13Mon but était de tenter de comprendre pourquoi ce régime qui, en 1922, n’est pas antisémite, le devient à partir de 1937-1938 – ce qui ne veut pas dire, bien entendu, qu’il n’existe pas des formes d’antisémitisme dans la société et dans certains cercles politiques avant cette date. Mais c’est un fait : on ne trouve pas de traces d’antisémitisme dans la doctrine officielle du fascisme avant le lancement de la campagne « raciale ».

  • 6 À partir de février 1938, le fascisme procède, par nationalisme linguistique et dans un dessein tot (...)
  • 7 M.-A. Matard-Bonucci, « Rire sans éclats. Esquisse d’une histoire politique et sociale du rire en r (...)
  • 8 M.-A. Matard-Bonucci, « Profil racial de l’homme nouveau », dans L’homme nouveau dans l’Europe fasc (...)

14Mes recherches sur l’antisémitisme fasciste ont été préparées par une série d’études consacrées à des thèmes qui peuvent, à première vue, paraître périphériques mais qui constituent, en réalité, autant de manières d’aborder la question du totalitarisme fasciste. J’ai travaillé sur la politique linguistique du fascisme, en particulier sur la réforme « Anti-Lei »6. À l’analyse, il apparaît clairement que les présupposés de cette réforme touchent à un projet de révolution anthropologique qui est, en effet, au cœur du dessein fasciste – et ce, dès avant la fin des années trente. Je me suis également intéressée au rire à l’époque du fascisme7. J’ai pu mesurer, à travers cet exemple, l’ampleur du contrôle des esprits mis en place pendant le Ventennio et montrer que cette politique culturelle procédait d’une volonté de transformer les mentalités. Je suis enfin revenue sur la question du totalitarisme fasciste à la faveur d’un colloque que j’ai organisé avec Pierre Milza en 2000 à Sciences Po sur le thème de « L’homme nouveau dans l’Europe fasciste ». Dans un article publié dans les actes de ce colloque, j’analysais justement le rapport entre idéologie de la race et volonté de créer un homme nouveau8.

  • 9 R. De Felice, Mussolini, Turin, Einaudi, 7 vol., 1965-1997.
  • 10 Voir notamment E. Gentile, Storia del partito fascista 1919-1922. Movimento e milizia, Rome-Bari, L (...)

15C’est donc à la faveur d’un questionnement sur la nature du régime et du totalitarisme fasciste que j’ai été amenée à revenir sur l’antisémitisme. De ce point de vue, je considère que j’ai une dette très importante à l’égard des travaux de Renzo De Felice – notamment de sa monumentale biographie de Mussolini9 – et d’Emilio Gentile – entre autres pour ses recherches sur l’histoire du Parti fasciste, un thème qui était au centre de ma thèse de doctorat, et ses analyses du totalitarisme italien10.

  • 11 D. Bidussa, Il mito del bravo italiano, Milan, Il Saggiatore, 1993.
  • 12 Cavaglion faisait notamment remarquer : « À la fin des années quatre-vingt, s’est imposée au sens c (...)
  • 13 Voir notamment A. Cavaglion, G. P. Romagnani, Le interdizioni del duce. A cinquant’anni dalle leggi (...)

16Laboratoire italien : La nature du jugement porté par les historiens italiens sur la politique antisémite du fascisme a fortement évolué, d’une tendance générale, dans l’immédiat après-guerre, à sous-estimer l’impact de la législation du fascisme et les responsabilités italiennes dans la persécution des juifs, à une remise en question croissante, depuis la fin des années quatre-vingt, de ce que David Bidussa a appelé le « mythe du bon Italien »11. Récemment, certaines voix se sont toutefois fait entendre au sein de la communauté scientifique pour critiquer les excès de ce renversement de paradigme. Nous pensons notamment à Alberto Cavaglion12 qui a pourtant, par ses recherches, amplement contribué à la « redécouverte » de l’histoire de l’antisémitisme fasciste en Italie13. Comment vous situez-vous dans ce débat ?

  • 14 Voir en particulier M.-A. Matard-Bonucci, « Italie : fascisme et antisémitisme d’État », Les collec (...)
  • 15 D. Bidussa, Il mito del bravo italiano, op. cit.
  • 16 M.-A. Matard-Bonucci, « L’antisémitisme en Italie : les discordances entre la mémoire et l’histoire (...)

17M.-A. Matard-Bonucci : Le renouveau de l’historiographie italienne depuis la fin des années quatre-vingt et la critique du « mythe du bon Italien » ont été, bien évidemment, salutaires. Mes propres recherches s’inscrivent pleinement dans ce processus de remise en question du mythe. Les premiers textes que j’ai publiés en français étaient d’ailleurs notamment destinés à faire connaître à un vaste public français la dimension persécutrice de cet antisémitisme italien, méconnue en Italie dans les premières décennies de l’après-guerre, et a fiortiori plus méconnue encore en France14. Un article que j’ai fait paraître en 1998 tentait ainsi de faire la lumière sur la façon dont ce mythe du « bravo italiano » – auquel David Bidussa avait à l’époque déjà consacré un essai stimulant15 – s’est structuré et transmis en Italie et à l’étranger16. À ce propos, il faut remarquer que cette remise en question est allée beaucoup plus loin sur la question de l’antisémitisme que sur la question du colonialisme, où le mythe résiste.

18Reste qu’Alberto Cavaglion attire notre attention sur un processus réel. Si cette comparaison a un sens, je dirais que l’on dispose aujourd’hui de davantage de connaissances sur l’histoire de la persécution antisémite du fascisme que sur celle de la France de Vichy. Non qu’il faille déplorer un « excès » ou un « surplus » d’études sur ce thème. Au plan historiographique – nous nous en sommes aperçus lorsque nous avons dirigé avec Marcello Flores, Simon Levis Sullam et Enzo Traverso la Storia della Shoah in Italia –, il reste encore énormément de sujets à explorer, notamment autour de la question de l’attitude de la société italienne face à la persécution antisémite.

19Les conséquences que la centralité historiographique de ce thème peut induire au plan mémoriel sont, en revanche, sans doute plus problématiques. Aujourd’hui, un public non informé pourrait imaginer, au fond, que les épisodes les plus emblématiques du fascisme sont l’antisémitisme et la Shoah. Ce qui est vrai et faux à la fois. L’antisémitisme devient une politique d’État en Italie alors que le régime fasciste est déjà arrivé à maturité. Le fascisme s’est d’abord construit sans politique d’exclusion des juifs – il s’est même d’abord construit avec et non pas contre les juifs. À ce propos, il faut rappeler qu’au départ les juifs étaient admis au sein du Parti fasciste (PNF) et qu’ils étaient d’ailleurs, pour des raisons d’ordre sociologique et géographique, proportionnellement plus nombreux dans le PNF que les non-juifs.

20L’antisémitisme n’a été qu’une étape dans le processus graduel de construction du totalitarisme fasciste. Ce faisant, la politique antisémite n’en procède pas moins d’une logique endogène. Le fascisme entendait susciter une mobilisation permanente, si ce n’est de la société dans son ensemble, du moins des élites. Cette logique de mobilisation permanente de la population passe notamment par la création d’une figure de l’ennemi. Et c’est dans cette perspective qu’il faut comprendre le passage à un antisémitisme d’État.

21Deuxième élément qu’il faut souligner : la Shoah semble être devenue emblématique du fascisme italien. Or cet antisémitisme fasciste tardif, s’il est fondamentalement persécuteur, n’est, en revanche, pas exterminateur. Encore une fois, il ne s’agit absolument pas de minimiser l’impact des lois « raciales ». Toutefois, il n’y a pas au départ chez les fascistes d’intention génocidaire. Il y a une volonté d’exclusion. Même si nous savons très bien que les mesures d’exclusion adoptées entre 1938 et 1943 vont ensuite servir la politique d’arrestations et de déportation mise en œuvre dans un contexte d’occupation en 1943-1945.

22Laboratoire italien : Quels facteurs peuvent, à votre avis, expliquer l’évolution récente de l’historiographie italienne à l’égard de la question de l’antisémitisme fasciste ?

  • 17 Voir notamment : E. Collotti, « Il razzismo negato », dans Id. éd., Fascismo e antifascismo. Rimozi (...)

23M.-A. Matard-Bonucci : Je n’ai pas de réponse immédiate. Il y a, sur ce point, un vrai travail à mener, qui est d’ailleurs actuellement en cours17. Il me semble, en tous cas, que ces évolutions sont le produit d’un processus complexe. Plusieurs facteurs ont certainement eu une influence.

24Tout d’abord, les temps d’accès aux archives. L’historiographie du fascisme s’est bien évidemment développée à mesure que les archives s’ouvraient. Ce n’est que dans les années quatre-vingt que l’on a commencé à avoir véritablement accès aux archives des années trente. Les historiens ont ainsi d’abord travaillé sur les conditions d’avènement du fascisme. Ils ne se sont intéressés au régime dans son visage totalitaire que dans un deuxième temps. Ce processus vaut pour l’histoire du fascisme en général.

25En ce qui concerne plus spécifiquement la question de l’antisémitisme fasciste, un certain nombre d’évolutions mémorielles ont également joué et contribué à affaiblir, au niveau des élites culturelles italiennes tout du moins, le mythe du « bravo italiano » : très certainement l’émergence d’une mémoire juive, mais également l’arrivée d’une nouvelle génération d’historiens, moins influencée que les précédentes par les mythes et les clivages politiques de l’après-guerre.

  • 18 Il s’agit de la Commissione per la ricostruzione delle vicende che hanno caratterizzato in Italia l (...)

26J’ai l’impression – mais c’est un point qu’il faudrait étudier de plus près – que l’historiographie italienne a également été influencée par le développement, au niveau international, d’une historiographie de la Shoah. C’est tout à fait frappant en ce qui concerne les travaux consacrés aux spoliations dont la multiplication est directement liée à la mise en place en décembre 1998, à l’initiative de la présidence du conseil italien, d’une mission d’étude présidée par la députée Tina Anselmi18. Or cette initiative institutionnelle était elle-même la conséquence directe de la tenue, en décembre 1998 à Washington, d’une conférence sur les « biens spoliés pendant la Shoah » (Holocaust era assets). L’actualité judiciaire internationale a sans doute joué un rôle – notamment les procès Barbie (1987), puis Papon (1997) en France.

27La Shoah suscite, depuis un dizaine d’années, une attention croissante à un niveau international. Que l’on pense aux conférences de Londres (1997), Washington (1998) et Stockholm (2000) sur les biens spoliés ou à la résolution 60/7 sur la « Mémoire de l’Holocauste » adoptée le 1er novembre 2005 par l’Assemblée générale des Nations unies et fixant au 27 janvier (date d’anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz) une Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste. Le cas italien s’inscrit également dans ce processus.

28Laboratoire italien : Vous parliez tout à l’heure de la dette que vous avez à l’égard des travaux de Renzo De Felice. C’est à lui que l’on doit, en particulier, le premier travail scientifique d’envergure sur l’antisémitisme fasciste (sa Storia degli ebrei italiani sotto il fascismo est parue en 1961 chez Einaudi). Près de quinze ans après sa mort, Renzo De Felice reste toutefois une figure controversée en Italie. Comment vous situez-vous dans ce débat ?

29M.-A. Matard-Bonucci : J’admets la dette que j’ai à l’égard de l’œuvre de De Felice qui est à la fois fondamentale, considérable et foisonnante et qui a joué un rôle essentiel dans mes propres travaux avant même que je m’intéresse plus spécifiquement à la question de l’antisémitisme fasciste.

  • 19 Sa préface de 1993 a notamment suscité les réactions indignées des historiens Nicola Tranfaglia et (...)
  • 20 L’ouvrage rassemblait des entretiens accordés par Renzo De Felice au journaliste Pasquale Chessa et (...)

30Certes, il y a parfois, chez De Felice, des contradictions. Son Histoire des juifs italiens sous le fascisme est toutefois un ouvrage très important, que l’on a beaucoup critiqué depuis sa parution, mais, à mon sens, de manière souvent injuste, en oubliant combien il était novateur dans le contexte de l’époque. L’on a également eu tendance à plaquer sur le livre de 1961 les analyses parfois simplificatrices que Renzo De Felice a pu proposer de ses propres travaux dans des préfaces à des éditions successives19 et dans des ouvrages ultérieurs tels que Rosso e nero20.

31À la fin de sa vie, De Felice est allé toujours plus loin dans le sens d’une mise en évidence de la singularité italienne dans le panorama des totalitarismes. Alors qu’il avait lui-même insisté, dans ses travaux, sur la dimension proprement totalitaire du fascisme italien, il a tendu, dans ses dernières interventions publiques, à nuancer cette thèse. C’est dans cette perspective qu’il faut comprendre ses derniers propos sur l’antisémitisme fasciste. Reste qu’on a principalement attaqué De Felice sur ses prises de positions publiques, alors qu’il est l’auteur d’une œuvre colossale, qui exigerait d’être lue de manière plus précise.

32Si son Histoire des juifs italiens sous le fascisme est à mon sens un ouvrage de première importance, c’est tout d’abord parce qu’il s’agit d’une somme. De Felice a travaillé sur les archives – archives d’État, archives de la communauté juive, fonds privés – et a procédé à de vastes dépouillements de presse : il a exhumé une masse de documentation absolument considérable dont tous les historiens se sont par la suite resservis. Ce faisant, l’ouvrage a permis de lever un voile sur un pan d’histoire italienne largement ignoré jusque-là. Cette dimension factuelle est d’ailleurs présente dans toute l’œuvre de De Felice.

  • 21 M. Michaelis, « Il problema degli ebrei in Italia (1922-1938) », Rivista di studi politici internaz (...)

33D’autre part, dans son ouvrage de 1961, De Felice a établi l’autonomie de l’Italie dans le processus de décision de l’exclusion des juifs en 1938 – l’historien israélien Meir Michaelis publiait d’ailleurs au même moment des articles allant dans le même sens21. De Felice a été en mesure de montrer que, contrairement à ce qu’on avait longtemps affirmé, l’adoption par le fascisme d’une législation antisémite n’était le résultat ni de pressions allemandes ni même d’une volonté d’imiter l’Allemagne mais qu’elle répondait à une logique nationale spécifique.

  • 22 Sur ce point, voir P. Chessa, F. Villari éd., Interpretazioni su Renzo De Felice, Milan, Baldini &  (...)
  • 23 Ce dernier déclarait notamment, lors d’une cérémonie organisée à Rome, au Capitole, le 14 décembre (...)
  • 24 Voir P. Bertilotti, « Les Juifs d’Italie et la mémoire du sauvetage (1944-1961) », dans La résistan (...)

34Cela étant, on peut évidemment adresser des critiques à un ouvrage qui commence d’ailleurs à être ancien. L’une des critiques les plus fondées qui lui ont été faites concerne sa tendance à minimiser l’implication de la société italienne dans la mise au ban de la communauté juive. Mais était-il en mesure, en 1961, d’évaluer les réactions de la société italienne face à la persécution ? L’on manque encore aujourd’hui singulièrement de travaux à ce sujet. Il ne faut pas oublier que l’Histoire des juifs italiens sous le fascisme était le résultat d’une commande de l’Union des communautés juives italiennes22. Pour cerner les réactions de la société italienne, De Felice reprenait en particulier des déclarations du président de l’Union des communautés23. À l’époque, pour des raisons tenant notamment à leur réintégration dans la société italienne, les juifs d’Italie avaient eux-mêmes tendance à exonérer les Italiens de leurs propres responsabilités24.

35Bref, l’ouvrage de De Felice a, certes, ses limites, mais pour peu qu’on prenne la peine de le lire, il permet, me semble-t-il, d’instruire un procès à charge contre le régime fasciste. L’on peut en revanche regretter l’absence d’une thèse forte sur l’antisémitisme fasciste. De Felice cite une avalanche de causes, reprenant d’ailleurs à son compte l’argumentaire que le fascisme a lui-même mis en place en 1938 pour justifier son tournant antisémite : l’antifascisme des juifs, la guerre d’Éthiopie, le sionisme, un antisémitisme social plus ancien de Mussolini.

36Or on comprend mal pourquoi ce faisceau de causes produit un effet seulement en 1937-1938. Certes, De Felice cite également, dans cette interprétation multi-causale, la question de la relation avec l’Allemagne qui a, à l’évidence, joué un rôle très important. Mais il n’y a pas de hiérarchisation convaincante de ces causalités.

37Laboratoire italien : Quels sont les principaux points qui font aujourd’hui débat dans l’historiographie de l’antisémitisme fasciste ? Quels sont les points globalement admis et ceux qui font en revanche davantage l’objet de controverses ?

  • 25 Voir en particulier : M. Sarfatti éd., 1938. Le leggi contro gli ebrei, La Rassegna Mensile di Isra (...)

38M.-A. Matard-Bonucci : Plusieurs points font désormais consensus. Les historiens sont d’accord pour reconnaître l’autonomie de la décision italienne dans le processus de persécution. Tous insistent, d’autre part, sur l’effectivité et la sévérité de la mise en œuvre de ces mesures d’exclusion – au niveau de l’école, du monde de la culture, des administrations mais également du contrôle policier qui s’est exercé sur la population juive. Les travaux de Michele Sarfatti ont joué un rôle essentiel dans la mise en lumière de ce processus d’exclusion – tant sur le plan de l’élaboration législative que de la surenchère administrative25.

  • 26 M.-A. Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, Paris, Perrin, 2007. Traductio (...)

39Il me semble, en revanche, qu’il peut y avoir débat sur les motivations et les mécanismes de la prise de décision italienne. Cette discussion appelant à son tour un débat concernant la chronologie de la prise de décision. J’ai d’ailleurs essayé d’apporter ma propre contribution à ce débat dans mon ouvrage consacré à L’Italie fasciste et la persécution des juifs26.

  • 27 Sur ce point, voir également : M.-A. Matard-Bonucci, « L’antisémitisme fasciste, un “transfert cult (...)

40À mon sens, le contexte a une grande importance. Il faut analyser le tournant antisémite du régime en fonction de l’état de mobilisation permanente que le fascisme entendait imprimer à la société italienne. Cette logique de mobilisation passait notamment par la création d’une figure de l’ennemi. Or le seul ennemi possible et probable qui reste au fascisme en 1938, ce sont les juifs. Au plan intérieur, l’opposition antifasciste a déjà été quasiment réduite au silence. Le contexte international a également joué : dans les années trente, les dictatures nationalistes installées en Europe mettent en place les unes après les autres des politiques antisémites. Ce contexte incite l’Italie fasciste à adopter à son tour, comme par conformisme, des mesures antisémites27.

  • 28 M. Sarfatti, Gli ebrei nell’Italia fascista, op. cit., p. 90-98.
  • 29 Sur la question de l’antisémitisme de Mussolini, voir notamment : R. De Felice, Storia degli ebrei (...)

41Bien sûr, il y avait eu des signes avant-coureurs. En 1934, par exemple, un coup de filet dans les milieux antifascistes turinois conduit à l’arrestation d’un certain nombre de militants d’origine juive. S’ensuit une campagne de presse stigmatisant les juifs « à la solde de l’antifascisme » qui s’épuise toutefois rapidement28. Ce n’est qu’à partir de 1937-1938 que ce type d’argumentaire est repris de manière systématique dans la presse. De la même manière, dès 1919, voire avant cette date, Mussolini est convaincu de l’existence d’une internationale financière juive29. Mais jusqu’au lancement de la campagne antisémite, ce type de préjugé occupe une place extrêmement marginale dans le discours fasciste. Il s’agit donc de s’interroger sur le tournant de 1937-1938. Pourquoi le fascisme décide-t-il à ce moment-là de mettre en place une politique antisémite ?

  • 30 M. Michaelis, Mussolini e la questione ebraica, op. cit.

42Il existe plusieurs interprétations possibles. L’historien Meir Michaelis, par exemple, estimait, sur la base d’une documentation issue des archives diplomatiques, que c’était le contexte diplomatique qui avait favorisé le passage à la politique antisémite – dans un contexte de rapprochement entre l’Italie et l’Allemagne, l’antisémitisme d’État était devenu un passage obligé30. Cette thèse n’est pas tout à fait satisfaisante de mon point de vue : la décision du lancement de la campagne antisémite remonte en effet à fin 1937-début 1938, c’est-à-dire à un moment où l’Italie n’est pas encore un partenaire faible dans l’alliance avec l’Allemagne et n’a pas besoin de donner de gages d’amitié.

43La deuxième interprétation consiste à dire que le tournant de 1937-1938 n’est que l’aboutissement de la montée en puissance d’une tradition d’antisémitisme, de racisme, déjà présente au sein du fascisme, voire pour certains auteurs dans la culture italienne. L’on explique ainsi l’antisémitisme en disant qu’au fond il était déjà là, sous une autre forme – le racisme, le « racialisme ». Cette approche conduit à chercher et à trouver – parce qu’on en trouve forcément – dans la culture italienne des formes d’intolérance et de stigmatisation de l’altérité. Dès la fin du xixe siècle, en Italie, comme dans les autres cultures européennes, la science évolue sous l’empreinte du racialisme. Existe-t-il cependant un lien direct entre la présence de ces filons culturels et la décision prise par le fascisme en 1937-1938 de lancer une campagne antisémite ? Je n’en suis pas convaincue.

  • 31 Sur ce point, voir le chapitre intitulé « Les scientifiques : un groupe de pression raciste ? », da (...)

44Pour ce qui est de la tradition scientifique, c’est un fait : l’exclusion prend la forme d’un « manifeste de la race », signé par un certain nombre de savants racistes et la première formulation officielle de la doctrine fasciste est marquée au coin d’un racisme biologique. Peut-on dire, pour autant, que ce sont les savants racistes qui ont emporté la décision de l’exclusion des juifs ? Je ne le crois pas. C’est Mussolini qui a voulu s’adjoindre l’appui de ces scientifiques alors qu’il avait déjà décidé du lancement de la campagne antisémite. Ces savants ont été associés à la suite de la campagne raciale, au même titre que d’autres acteurs. La science n’est qu’une tradition idéologique parmi d’autres, mobilisées au cours de la campagne antisémite. À mon sens, l’on ne peut pas établir de généalogie entre les formes de racialisme déjà présentes dans la tradition italienne et la décision de 1937-193831.

  • 32 Voir M.-A. Matard-Bonucci, ibid., p. 87-113.

45Concernant les éléments d’antisémitisme déjà présents dans le fascisme, qu’il y ait eu des idéologues, des journaux antisémites avant 1937 ne fait aucun doute32. Mais tout de même : il faut s’interroger sur le fait que les publications à caractère antisémite sont extrêmement minoritaires en Italie jusqu’en 1937-1938. Avant cette date, l’antisémitisme ne s’exprime que dans une presse radicale, notamment Il Tevere, ou La vita italiana de Preziosi. Preziosi était un antisémite fanatique. Il faut rappeler que les publications faisaient l’objet d’un contrôle étroit pendant le Ventennio : le régime n’a, à l’évidence, ni souhaité suspendre ni décidé de promouvoir ce type d’initiatives avant 1937-1938. Je ne pense pas que l’existence de courants antisémites au sein du fascisme puisse suffire à expliquer le lancement de la campagne « raciale ».

  • 33 Voir notamment R. Bonavita, Grammatica e storia di un’alterità : stereotipi antiebraici cristiani n (...)

46Il en va de même pour ce qui est de l’antisémitisme politique et culturel. Si l’antisémitisme politique a occupé une place limitée en Italie avant le fascisme puis dans les premières années du régime, l’importance de l’antisémitisme culturel a sans doute été sous-estimée. Elle a été récemment redécouverte dans la littérature – je pense notamment aux travaux de Riccardo Bonavita33. Il faut toutefois souligner que l’Italie se situe, sur ce terrain, très en-deçà de la France ou de l’Allemagne. En ce sens, il ne me semble pas que la tradition antisémite puisse suffire à elle seule à expliquer le virage antisémite de 1937-1938.

  • 34 M.-A. Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, op. cit., p. 66-72 ; Id., « D’ (...)
  • 35 M.-A. Matard-Bonucci, Antisémythes : l’image des juifs entre culture et politique (1848-1939), Pari (...)
  • 36 M. Gauchet, L’avènement de la démocratie. III, À l’épreuve des totalitarismes, 1914-1974, Paris, Ga (...)

47Une autre explication qui a souvent été mise en avant est celle de la continuité entre le racisme colonial et l’antisémitisme. Cette thèse, tout d’abord soutenue par les fascistes eux-mêmes, n’est pas sans poser problème34. L’antisémitisme national-socialiste a effectivement étroitement lié ces deux registres de stigmatisation, comme le fascisme tentera de le faire dans la revue La Difesa della Razza – qui doit beaucoup à un modèle allemand. Il y a bien dans l’antisémitisme une forme de rejet de l’altérité qui est également à l’œuvre dans le racisme. Mais l’assimilation simple de l’antisémitisme à une forme de racisme –qu’ont banalisé, pour des raisons stratégiques évidentes, les différents mouvements de lutte contre le fascisme et l’antisémitisme – présente des limites heuristiques. Il y a bien des traits communs entre le racisme colonial et l’antisémitisme, mais également des différences fondamentales. Le racisme colonial repose sur l’idée d’une altérité infériorisante des Africains, généralement renvoyés à un déficit de civilisation, sinon à un déficit d’histoire, stéréotype réitéré il n’y a pas si longtemps ! Dans l’antisémitisme, le juif est en revanche perçu comme un double négatif, à la fois irrémédiablement différent et semblable. C’est un élément que l’on perçoit de manière très nette dans l’antisémitisme culturel. J’avais eu l’occasion de creuser cela, il y a quelques années, en organisant un colloque dont les actes ont été publiés sous le titre Antisémythes35. Dans le discours antisémite, « le juif », c’est à la fois l’autre et le même. S’il parle aux sociétés occidentales c’est justement en raison de ce mélange d’identité et d’altérité. Dans un ouvrage récent, Marcel Gauchet formulait ce constat en ces termes : « Ce que suppose l’antisémitisme c’est la désignation d’un ennemi détenant les clés de ce qu’on ambitionne d’être. »36

  • 37 Le texte du « Manifeste de la race » est reproduit dans R. De Felice, Storia degli ebrei italiani s (...)
  • 38 Ministero della Cultura Popolare, mot à mot « Ministère de la culture populaire », chargé notamment (...)
  • 39 Voir sur ce point M.-A. Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, op. cit., p. (...)

48S’agissant du contexte fasciste, il est frappant de voir que les fascistes insistent beaucoup sur la continuité entre racisme colonial et antisémitisme, notamment lors de la publication du « Manifeste de la race », où tout est fait pour montrer que ces deux politiques procèdent d’un même élan37. Il s’agit toutefois d’un argumentaire d’invention de la tradition, construit de toutes pièces en 1938, selon des directives précises, dont on trouve la trace dans les archives du Minculpop38. Pour le fascisme, il s’agit notamment de réfuter l’accusation selon laquelle sa campagne antisémite serait inspirée de l’Allemagne – le Pape Pie XI ayant en effet déploré, dans une allocution prononcée le 28 juillet 1938 devant les élèves du Collège de la propagation de la foi, que l’« Italie ait eu malheureusement besoin de se mettre à imiter l’Allemagne »39.

  • 40 Voir F. Levin, Racisme et antisémitisme dans la presse italienne à l’époque fasciste (1922-1943) : (...)
  • 41 La Difesa della razza (mot à mot : La Défense de la race) est lancée par le 5 août 1938 dans le cli (...)

49Si l’on analyse la propagande raciste qui se déverse dans la presse italienne avant 1937, notamment au moment de la guerre d’Éthiopie, on ne relève que très peu de points de passage entre racisme colonial et antisémitisme. Les travaux en cours de Fanny Levin montrent que même après 1937-1938, ces deux discours se rencontrent assez peu40. Ils ne fusionnent effectivement que dans les colonnes de la Difesa della razza41. Mais à cette exception près, racisme colonial et antisémitisme appartiennent à deux registres séparés de la propagande fasciste.

  • 42 Voir M.-A. Matard-Bonucci, « D’une persécution l’autre : racisme colonial et antisémitisme dans l’I (...)
  • 43 M.-A. Matard-Bonucci, « Éthiopie : violence coloniale, violence de guerre, violence totalitaire », (...)

50Il faut également souligner les différences qui séparent les politiques de persécution mises en œuvre dans l’un et l’autre cas42. Le rapport à la violence est un élément discriminant. La violence fait partie du code génétique du fascisme. Or, jusqu’en 1943, le régime proscrit la violence physique à l’encontre des juifs. Non seulement il ne cherche pas à susciter de pogroms, mais il proclame explicitement sa volonté de persécuter les juifs sans recourir pour autant à la violence physique contre eux. Il n’en va absolument pas ainsi si l’on se déplace dans l’univers colonial – ce que j’ai tenté de faire dans un article récemment publié dans la Revue d’histoire de la Shoah43. La documentation des archives Graziani révèle un rapport extrêmement différent à la violence dans le cadre colonial. En Éthiopie, l’on a affaire à des formes de violence extrêmes.

51Comment rendre compte du tournant antisémite de 1937-1938 ? L’adoption d’un antisémitisme d’État doit être mise en relation avec le contexte spécifique dans lequel se trouve le totalitarisme fasciste à ce moment précis. Au plan intérieur, le régime traverse ce que l’on peut considérer comme une période de stase, après la guerre d’Éthiopie – qui avait suscité une mobilisation massive de la population – et la guerre d’Espagne – un épisode bien moins concluant tant d’un point de vue propagandiste qu’en termes de soutien populaire. Dans ces conditions, le régime a besoin de trouver de nouveaux thèmes de mobilisation afin de donner du grain à moudre à ses élites et à la population. La mobilisation est orchestrée cette fois contre les juifs qui sont désignés comme un nouvel ennemi intérieur.

  • 44 M.-A. Matard-Bonucci, « L’antisemitismo in Europa negli anni Trenta », art. cité.

52Il ne faut pas non plus sous-estimer l’importance du contexte international. J’évoquais tout à l’heure cette forme de conformisme des dictatures nationalistes qui peu à peu adoptent des mesures antisémites. Le rôle d’irradiation de l’Allemagne, qui est devenue la patrie de l’antisémitisme, n’est pas indifférent44. D’autant que Mussolini et les élites fascistes observent d’un œil attentif la construction du totalitarisme en Allemagne et assistent à l’avènement beaucoup plus rapide en Allemagne qu’en Italie d’une société totalitaire.

53S’il y a eu un modèle allemand, c’est à mon sens à un double titre. L’Allemagne nazie représente pour l’Italie fasciste un modèle inavouable de totalitarisme – au sens où Mussolini ne peut pas admettre ouvertement qu’Hitler est en train de réussir mieux et plus rapidement que lui. Mais les dirigeants fascistes ont à l’évidence les yeux tournés vers l’Allemagne : ils suivent l’actualité, dépouillent avec attention les dépêches d’ambassade évoquant la situation allemande, etc. Lorsque Mussolini se rend en visite officielle en Allemagne en septembre 1937, il est particulièrement impressionné par la construction de la société totalitaire allemande. Bref, si modèle allemand il y a pour le fascisme, c’est en tant que laboratoire du totalitarisme. L’Allemagne constitue également un modèle pour l’Italie fasciste en matière d’antisémitisme. Une fois la décision du tournant antisémite entérinée, les doctrinaires italiens se sont appliqués à construire cet antisémitisme à l’italienne en se positionnant par rapport à l’exemple allemand, tantôt à coups d’emprunts vis-à-vis de l’Allemagne, tantôt, au contraire, en critiquant la doctrine allemande de la race et en s’attachant à inventer un autre modèle de racisme – le racisme spirituel à la Evola. Le bureau de la race du Minculpop est abonné à des journaux allemands, de même que français. De ce point de vue, il est légitime de parler de transfert culturel – ce qui n’enlève bien évidemment rien au fait que la décision du lancement de la campagne antisémite procède d’une logique interne au fascisme.

54Laboratoire italien : Comment intervient dans ce cadre la tradition antisémite de l’Église ?

55M.-A. Matard-Bonucci : De toutes les traditions antijuives alors présentes en Italie, celle de l’Église est probablement la plus enracinée. Dans l’Italie de la fin du xixe siècle, l’antisémitisme catholique incarne la forme la plus puissante d’antisémitisme social. Toutefois, les relations conflictuelles de l’Église et de l’État ont largement contrarié l’engagement des catholiques dans la vie politique et, partant, ont contribué à différer la « laïcisation » de cet antisémitisme et son instrumentalisation par des partis de droite classique. Si l’Église a sans doute été l’un des vecteurs les plus importants de l’antisémitisme social, elle n’a en revanche eu aucune part dans l’adoption par le fascisme de lois anti-juives.

56Certes, l’attitude de la Curie face au tournant antisémite du régime n’a pas été dépourvue d’ambiguïté et l’opposition du Saint-Siège à la législation antisémite s’est concentrée sur la question de l’interdiction des mariages mixtes. Mais le Vatican n’a eu aucune influence sur la prise de décision et le Pape Pie XI a critiqué le tournant racial, quoique dans la discrétion.

57La tradition antisémite de l’Église permet peut-être d’expliquer pourquoi, une fois la décision prise, la société italienne ne s’est pas opposée aux lois raciales et les a appliquées – mais il faudrait disposer de davantage d’éléments pour juger de l’influence exacte de cet « enseignement du mépris ». Des recherches m’apparaissent encore nécessaires sur ce point.

58Laboratoire italien : Dans votre ouvrage, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, paru en 2007, vous êtes la première historienne française à vous pencher sur la politique antisémite mise en œuvre par le régime fasciste à partir de 1938. Comment expliquer les retards de l’historiographie française en la matière ? Plus largement : comment vos travaux sur l’antisémitisme fasciste ont-ils été reçus en France ?

59M.-A. Matard-Bonucci : Ils ont été accueillis avec intérêt par les historiens. On peut constater que le thème de l’antisémitisme fasciste tend, en France, à susciter une forme de perplexité et d’incrédulité auprès d’un plus large public, en particulier au sein de la génération qui a directement connu la guerre et qui garde en mémoire le souvenir des quelques mois d’occupation italienne dans le Sud-Est de la France. Cela vaut a fortiori dans le cas des juifs devant leur survie à l’opposition manifestée par les autorités italiennes en 1942-1943 à la politique nazie de déportation.

  • 45 Voir L. Poliakov, La condition des Juifs en France sous l’occupation italienne, Paris, Éditions du (...)
  • 46 H. Arendt, Eichmann à Jérusalem, Paris, Gallimard, éd. 2002, p. 311 et 324 (édtion originale : New (...)

60J’en ai eu la démonstration à de nombreuses reprises : lors des présentations de mon livre, mais également à l’occasion de la projection au Mémorial de la Shoah du documentaire d’André Waksman consacré à la situation des juifs pendant les mois d’occupation italienne (1943, le temps d’un répit, 2009). Ces réactions sont compréhensibles. La politique pour ainsi dire « schizophrène », pendant la deuxième guerre mondiale, des Italiens qui, au moment même où ils persécutaient les juifs dans la Péninsule, ont effectivement protégé les juifs présents dans leurs zones d’occupation, explique la persistance en France du mythe du « bravo italiano ». C’est d’ailleurs l’attitude des Italiens comme occupants qui conduit un historien comme Léon Poliakov à sous-estimer l’impact de la législation antisémite du fascisme en Italie45. La complexité de l’attitude italienne est difficilement prise en compte du fait de cette dimension contradictoire, tandis que la comparaison avec le nazisme a renforcé en France le « mythe du bon Italien ». Celui-ci est peut être aussi un effet de la fortune qu’ont connue les thèses d’Hannah Arendt. La philosophe a construit une image très favorable d’une Italie « quasiment immunis[ée] contre l’antisémitisme » du fait de « l’humanisme généralisé, et pour ainsi dire automatique [de son] peuple »46, estimant d’ailleurs que le fascisme italien n’est pas un totalitarisme.

  • 47 S. Patriarca, Italianità. La costruzione del carattere nazionale, Roma-Bari, Laterza, 2010.

61Cette image lénifiante de l’Italie est toutefois enracinée, en France, dans une histoire de plus longue durée. Dès la fin du xixe siècle, circulent certains témoignages quelque peu enchantés attestant de la nationalisation des juifs dans la péninsule, processus indéniable au demeurant. Et puis il n’y a pas eu d’affaire Dreyfus en Italie. Mais ces représentations relèvent également plus largement de stéréotypes sur le caractère national italien, en vigueur en Italie aussi bien qu’à l’étranger – Silvana Patriarca a d’ailleurs récemment consacré à ce thème un essai stimulant47.

  • 48 A. Cavaglion, « L’Italia della razza s’è desta », Belfagor, 57 (1), 2002, p. 27-42.

62Laboratoire italien : Après s’être longtemps employés à dénoncer les « trous » de la mémoire italienne en matière d’antisémitisme fasciste, certains chercheurs, Alberto Cavaglion en tête, en sont venus, à partir de l’instauration en janvier 2001 du « Jour de la mémoire », à mettre les Italiens en garde contre les « abus de la mémoire ». Les « lois raciales » seraient devenues « une mode », la Shoah aussi48. Qu’en pensez-vous ? Reste-t-il, à votre avis, des pistes de recherches encore inexplorées en la matière ?

63M.-A. Matard-Bonucci : Alberto Cavaglion a pointé, non sans causticité, un phénomène profond, qui concerne du reste l’ensemble des pays européens et les États-Unis, mais qui est peut-être plus accentué en Italie qu’ailleurs. Certains ont évoqué, à juste titre d’ailleurs, la constitution d’une « religion civile » de la Shoah. À nouveau. Je ne pense pas qu’il faille déplorer un « surplus » de production historiographique. Le renouveau de l’historiographie italienne a été fondamental et il reste, me semble-t-il, encore beaucoup à faire en ce domaine. Certains sujets sont encore pratiquement inexplorés. Parmi les thèmes auxquels il serait, à mon sens, utile de consacrer de nouvelles recherches, je citerai notamment les réactions de la société italienne face aux lois « raciales » et les stratégies de survie des juifs. Sans oublier la question des groupes et des pratiques se situant à la frontière entre juifs et non-juifs (mariages mixtes, conversions…).

  • 49 Laura Fontana, « Memoria, trasmissione e verità storica », Rivista di Estetica, 45 (3), 2010, en li (...)
  • 50 Loi no 211 du 20 juillet 2000, dite « Loi Colombo » (du nom du député de gauche (Ulivo) Furio Colom (...)

64Plus que les évolutions de l’historiographie, ce sont en réalité les récentes évolutions mémorielles qui interrogent. Laura Fontana, responsable du projet « Educazione alla Memoria » lancé par la ville de Rimini, indiquait ainsi, dans un récent article, que 63 900 Italiens ont visité Auschwitz-Birkenau en 2010 – l’Italie étant le troisième pays en nombre de visiteurs, derrière la Pologne et le Royaume-Uni mais devant l’Allemagne ou Israël49. Suite à l’adoption par le Parlement italien, en 2000, d’une loi instituant une « Journée de la mémoire »50, l’on a, en effet, assisté à une multiplication des initiatives commémoratives. Il ne fait pas de doute que les intentions du législateur étaient bonnes. Cette loi a d’ailleurs eu des effets positifs. Chaque journée de la mémoire est désormais l’occasion de l’organisation de colloques et d’initiatives culturelles qui contribuent également à enrichir la recherche historiographique.

65Reste que la question du « devoir de mémoire » pose problème par essence. Elle comporte une dimension positive – dans la mesure où elle suppose une forme d’engagement citoyen – mais s’avère également dérangeante – parce qu’elle implique la prescription de la remémoration et qu’elle comporte des risques évidents d’instrumentalisation politique. De ce fait, comme l’a indiqué Enzo Traverso, la question n’est pas tant de savoir s’il faut se souvenir, mais comment l’on doit se souvenir. Il importe, à mon sens, que les historiens ne perdent pas le contrôle de ce qui se dit, dans un cadre commémoratif, sur la Shoah.

Top of page

Notes

1 M.-A. Matard-Bonucci, La Sicile sud-orientale, des premiers faisceaux au débarquement allié, 1920-1943. Histoire politique et sociale, thèse de doctorat en histoire contemporaine sous la direction de Pierre Milza, Paris, Institut d’études politiques, 1990.

2 M.-A. Matard-Bonucci, Histoire de la mafia, Bruxelles, Complexe, 1994 (réédition prochaine : Folio Gallimard).

3 M.-A. Matard-Bonucci, « La rafle du ghetto », Autrement, numéro spécial Rome, 1920-1945, avril 1991, p. 86-97.

4 C’est-à-dire pour « philosémitisme ». Sur la mise en œuvre de la politique antisémite au sein du Parti fasciste (PNF), voir notamment M.-A. Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, Paris, Perrin, 2007, p. 185-202.

5 En 1938, les juifs représentaient à peine 0,1 % de la population italienne, qui était alors estimée à environ 43,9 millions d’habitants (voir S. Della Pergola, Anatomia dell’ebraismo italiano. Caratteristiche demografiche, economiche, sociali, religiose e politiche di una minoranza, Assise-Rome, Carucci, 1976, p. 56). Le recensement raciste organisé par le régime fasciste au mois d’août 1938 dénombra en effet 58 412 juifs en Italie – une identité qui, selon les estimations de Michele Sarfatti, n’était revendiquée que par 46 656 d’entre eux (M. Sarfatti, Mussolini contro gli ebrei. Cronaca dell’elaborazione delle leggi del 1938, Turin, Zamorani, 1994, p. 129-182).

6 À partir de février 1938, le fascisme procède, par nationalisme linguistique et dans un dessein totalitaire, à l’interdiction progressive de l’usage du pronom Lei, couramment employé comme tournure de politesse mais considéré comme d’origine étrangère – espagnole en l’occurrence. M.‑A. Matard-Bonucci, « L’Anti-Lei : utopie linguistique ou projet totalitaire », MEFRM, 100 (2), 1988, p. 971-1010.

7 M.-A. Matard-Bonucci, « Rire sans éclats. Esquisse d’une histoire politique et sociale du rire en régime fasciste », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1, 1998, p. 170-195.

8 M.-A. Matard-Bonucci, « Profil racial de l’homme nouveau », dans L’homme nouveau dans l’Europe fasciste (1922-1945). Entre dictature et totalitarisme, M.-A. Matard-Bonucci, P. Milza éd., Paris, Fayard, 2004, p. 147-169.

9 R. De Felice, Mussolini, Turin, Einaudi, 7 vol., 1965-1997.

10 Voir notamment E. Gentile, Storia del partito fascista 1919-1922. Movimento e milizia, Rome-Bari, Laterza, 1989 ; Id., La via italiana al totalitarismo. Il partito e lo Stato nel regime fascista, Rome, La Nuova Italia, 1995.

11 D. Bidussa, Il mito del bravo italiano, Milan, Il Saggiatore, 1993.

12 Cavaglion faisait notamment remarquer : « À la fin des années quatre-vingt, s’est imposée au sens commun des Italiens l’idée que l’Italie avait connu un niveau d’antisémitisme comparable à celui de Vienne, Berlin ou Prague. De talentueux chercheurs ont établi des comparaisons entre le monde scientifique italien et le monde scientifique allemand […]. Bref, on a proposé une interprétation partiale des faits [...]. [D’autant qu’] au lieu d’affronter le tabou du consensus suscité par la persécution, l’on s’est contenté de faire montre de compassion à l’égard des victimes. » (A. Cavaglion, Ebrei senza saperlo, Naples, L’Ancora del Mediterraneo, 2002, p. 43-44 – nous traduisons).

13 Voir notamment A. Cavaglion, G. P. Romagnani, Le interdizioni del duce. A cinquant’anni dalle leggi razziali in Italia (1938-1988), Turin, Meynier, 1988.

14 Voir en particulier M.-A. Matard-Bonucci, « Italie : fascisme et antisémitisme d’État », Les collections de l’Histoire, Auschwitz, 3, 1998, p. 52-55.

15 D. Bidussa, Il mito del bravo italiano, op. cit.

16 M.-A. Matard-Bonucci, « L’antisémitisme en Italie : les discordances entre la mémoire et l’histoire », Hérodote, 89, 1998, p. 217-238.

17 Voir notamment : E. Collotti, « Il razzismo negato », dans Id. éd., Fascismo e antifascismo. Rimozioni, revisioni, negazioni, Rome-Bari, Laterza, 2000, p. 355-375 ; M. Toscano, « Fascismo, razzismo, antisemitismo. Osservazioni per un bilancio storiografico », dans Id., Ebraismo e antisemitismo in Italia. Dal 1848 alla guerra dei sei giorni, Milan, Angeli, 2003, p. 208-243 ; I. Pavan, « Gli storici e la Shoah in Italia », dans Storia della Shoah in Italia, op. cit., M. Flores, S. Levis Sullam, M.-A. Matard-Bonucci, E. Traverso éd., vol. II, p. 134-165. Sur le rôle des communautés juives dans l’émergence d’une historiographie de la Shoah, voir G. Schwarz, Ritrovare se stessi. Gli ebrei nell’Italia postfascista, Rome-Bari, Laterza, 2004, p. 157-172. Sur les années de l’immédiat après-guerre et l’émergence du mythe du bon Italien dans l’historiographie et la culture italiennes, voir également F. Focardi, « Alle origini di una grande rimozione. La questione dell’antisemitismo fascista nell’Italia dell’immediato dopoguerra », Horizonte. Italianistische Zeitschrift für Kulturwissenschaft und Gegenwartsliteratur, 4, 1999, p. 135-170.

18 Il s’agit de la Commissione per la ricostruzione delle vicende che hanno caratterizzato in Italia le attività di acquisizione dei beni dei cittadini ebrei da parte di organismi pubblici e privati (« Commission pour la reconstruction des épisodes ayant caractérisé en Italie les activités d’organismes publics et privés visant à l’acquisition des biens des citoyens juifs »), mise en place par un décret de la présidence du conseil des ministres du 1er décembre 1998 et mieux connue sous le nom de Commissione Anselmi. La commission, dans son rapport final, a non seulement proposé une première reconstruction historique des spoliations, mais encore une première analyse du processus de réinsertion des anciens persécutés dans la société italienne et de restitution des postes de travail et des biens spoliés (Commissione per la ricostruzione…, Rapporto generale, Rome, Presidenza del Consiglio dei ministri / Dipartimento per l’informazione e l’editoria, 2001, désormais en ligne [http://www.governo.it/Presidenza/DICA/beni_ebraici/index.html] (consulté le 10 mai 2011). Dans le sillage de ces premières recherches, un certain nombre d’historiens qui avaient eux-mêmes participé aux travaux de la Commission ont publié des ouvrages plus approfondis sur le thème de la persécution économique. Le travail le plus abouti en la matière est sans aucun doute celui d’I. Pavan, Tra indifferenza e oblio. Le conseguenze economiche delle leggi razziali in Italia (1938-1970), Florence, Le Monnier, 2004. Voir également les études sectorielles et/ou locales de : E. Basevi, I beni e la memoria. L’argenteria egli ebrei : piccola « scandalosa » storia italiana, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2001 ; S. Bon, La spoliazione dei beni ebraici. Processi economici di epurazione razziale nel Friuli Venezia Giulia, Gorizia, Grafica Goriziana, 2001 ; I. Pavan, F. Pelini, La doppia epurazione. L’università di Pisa e le leggi razziali tra guerra e dopoguerra, Bologne, Il Mulino, 2009 ; P. Ravenna, « Il sequestro dei beni delle sinagoghe e altre notizie sulla comunità ebraica di Ferrara dal 1943 al 1945 », Rassegna mensile di Israel, 1, 2003, vol. II, p. 529-570 ; M. Sarfatti, « Contro i libri e i documenti delle comunità israelitiche italiane, 1938-1945 », Ibid., p. 369-385 ; C. Villani, « Il “rapporto Moc”. Una relazione tedesca sulla politica patrimoniale antiebraica nella “Zona d’Operazione Litorale Adriatico”. 1943-1945 », Ibid., p. 517-528.

19 Sa préface de 1993 a notamment suscité les réactions indignées des historiens Nicola Tranfaglia et Luciano Canfora qui ont accusé De Felice d’avoir voulu nier le caractère antisémite du fascisme, d’avoir établi une distinction hors de propos entre racisme et antisémitisme et d’avoir minimisé le caractère antisémite de certaines prises de position du jeune Mussolini (à ce propos, voir R. De Felice, Rosso e nero, Milan, Baldini & Castoldi, 1995, p. 152-153). Pour un point de vue critique sur les prises de position de De Felice, voir notamment E. Collotti, « Il razzismo negato », art. cité.

20 L’ouvrage rassemblait des entretiens accordés par Renzo De Felice au journaliste Pasquale Chessa et abordait un certain nombre de sujets controversés (rôle du 8 septembre 1943 dans la crise de l’identité nationale italienne, réévaluation de l’adhésion des Italiens à la Résistance, rôle des Alliés dans la libération de l’Italie, révision des narrations historiques communiste et catholique). Comme Ernesto Galli Della Loggia après lui, De Felice y défendait notamment l’idée que la crise du 8 septembre 1943 avait conduit à une « mort de la patrie » italienne (R. De Felice, Rosso e nero, op. cit., en particulier p. 99-108 ; E. Galli Della Loggia, La morte della patria. La crisi dell’idea di Nazione tra Resistenza, antifascismo e Repubblica, Rome-Bari, Laterza, 1996). Pour une analyse des polémiques ayant impliqué De Felice, voir notamment E. Gentile, Renzo De Felice. Lo storico e il personaggio, Rome-Bari, Laterza, 2003, p. 11-17.

21 M. Michaelis, « Il problema degli ebrei in Italia (1922-1938) », Rivista di studi politici internazionali, 1961, 2, p. 238-282 ; Id., « Gli ebrei italiani sotto il regime fascista dalla marcia su Roma alla caduta del fascismo », Rassegna Mensile di Israel, 1962, 5, p. 211-229 ; 1962, 8, p. 350-368 ; 1962, 10, p. 451-465 ; 1963, 1-2, p. 18-41 ; 1963, 7-8, p. 291-308 ; 1964, 1, p. 3-24.

22 Sur ce point, voir P. Chessa, F. Villari éd., Interpretazioni su Renzo De Felice, Milan, Baldini & Castoldi, 2002, p. 8-27 ; G. Schwarz, Ritrovare se stessi, op. cit., p. 164-172.

23 Ce dernier déclarait notamment, lors d’une cérémonie organisée à Rome, au Capitole, le 14 décembre 1956 : « Tous [les Italiens] se prodiguèrent ; tous ceux qui d’une manière ou d’une autre étaient en mesure de suivre les déplacements de l’occupant ou de ses sbires avertirent avec sollicitude ceux qui étaient destinés à devenir d’innocentes victimes ; tous les amis, toutes les connaissances, tous les voisins furent prompts à les accueillir, à les cacher et à les aider ; tous s’employèrent à procurer aux juifs de faux papiers et à déjouer les recherches. » (Le passage est cité dans R. De Felice, Storia degli ebrei italiani sotto il fascismo, Turin, Einaudi, 1972, p. 460 ; nous traduisons.)

24 Voir P. Bertilotti, « Les Juifs d’Italie et la mémoire du sauvetage (1944-1961) », dans La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage, J. Semelin, C. Andrieu, S. Gensburger éd., Paris, Presses de la FNSP, 2008, p. 147-164 ; G. Schwarz, Ritrovare se stessi, op. cit., p. 111-123, 141-156, 168-172.

25 Voir en particulier : M. Sarfatti éd., 1938. Le leggi contro gli ebrei, La Rassegna Mensile di Israel, 54 (1-2), 1988 ; Id., Mussolini contro gli ebrei. Cronaca ­dell’elaborazione delle leggi del 1938, Turin, Zamorani, 1994 ; Id., Gli ebrei nell’Italia fascista. Vicende, identità, persecuzione, Turin, Einaudi, 2000.

26 M.-A. Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, Paris, Perrin, 2007. Traduction italienne : L’Italia fascista e la persecuzione degli ebrei, Bologne, Il Mulino, 2008.

27 Sur ce point, voir également : M.-A. Matard-Bonucci, « L’antisémitisme fasciste, un “transfert culturel” de l’Allemagne vers l’Italie ? », Relations internationales, 116, 2003, p. 483-494 ; Id., « L’antisemitismo in Europa negli anni Trenta », dans Storia della Shoah, M. Cattaruzza, M. Flores, S. Levis-Sullam, E. Traverso éd., Turin, UTET, 2005, p. 431-457.

28 M. Sarfatti, Gli ebrei nell’Italia fascista, op. cit., p. 90-98.

29 Sur la question de l’antisémitisme de Mussolini, voir notamment : R. De Felice, Storia degli ebrei italiani sotto il fascismo, op. cit., p. 64-77 ; M. Michaelis, Mussolini e la questione ebraica. Le relazioni italo-tedesche e la politica razziale in Italia, Milan, Edizioni di Comunità, 1982 [éd. or. Londres, 1978], p. 33-35 ; M.-A. Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, op. cit., p. 114-123.

30 M. Michaelis, Mussolini e la questione ebraica, op. cit.

31 Sur ce point, voir le chapitre intitulé « Les scientifiques : un groupe de pression raciste ? », dans M.-A. Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, op. cit., p. 73-86.

32 Voir M.-A. Matard-Bonucci, ibid., p. 87-113.

33 Voir notamment R. Bonavita, Grammatica e storia di un’alterità : stereotipi antiebraici cristiani nella narrativa italiana 1827-1938, dans Les racines chrétiennes de l’antisémitisme politique, fin xixe-xxe siècle, C. Brice, G. Miccoli éd., Rome, École française de Rome, 2003, p. 89-119 ; Id., Spettri dell’altro. Letteratura e razzismo nell’Italia contemporanea, édition établie par G. Benvenuti et M. Nani, Bologne, Il Mulino, 2009.

34 M.-A. Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, op. cit., p. 66-72 ; Id., « D’une persécution l’autre : racisme colonial et antisémitisme dans l’Italie fasciste », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 55 (3), 2008, p. 116-137.

35 M.-A. Matard-Bonucci, Antisémythes : l’image des juifs entre culture et politique (1848-1939), Paris, Nouveau monde, 2005 (Actes du colloque organisé par le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, du 21 au 23 novembre 2002).

36 M. Gauchet, L’avènement de la démocratie. III, À l’épreuve des totalitarismes, 1914-1974, Paris, Gallimard, 2010, p. 204.

37 Le texte du « Manifeste de la race » est reproduit dans R. De Felice, Storia degli ebrei italiani sotto il fascismo, op. cit., p. 541-542.

38 Ministero della Cultura Popolare, mot à mot « Ministère de la culture populaire », chargé notamment de l’organisation de la propagande sous le régime.

39 Voir sur ce point M.-A. Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, op. cit., p. 208-210. Le texte de l’allocution prononcée par le Pape est reproduit dans A. Cavaglion, G. P. Romagnani, Le interdizioni del duce, op. cit., p. 132-136 (p. 134 pour la citation).

40 Voir F. Levin, Racisme et antisémitisme dans la presse italienne à l’époque fasciste (1922-1943) : entre propagande politique et journalistique, thèse de doctorat en histoire contemporaine sous la direction de M.-A. Matard-Bonucci, Grenoble, Université Pierre-Mendès-France, Grenoble 2, en cours.

41 La Difesa della razza (mot à mot : La Défense de la race) est lancée par le 5 août 1938 dans le climat « d’état d’urgence antijuif » qui accompagne l’adoption, à l’été 1938, des premières mesures à caractère antisémite. La revue est conçue comme la « vitrine de la politique raciale du régime » qui place à sa tête un antisémite expérimenté, Telesio Interlandi, le directeur du journal romain Il Tevere (voir M.-A. Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, op. cit., notamment p. 19-21 ; 228-233).

42 Voir M.-A. Matard-Bonucci, « D’une persécution l’autre : racisme colonial et antisémitisme dans l’Italie fasciste », art. cité.

43 M.-A. Matard-Bonucci, « Éthiopie : violence coloniale, violence de guerre, violence totalitaire », Revue d’histoire de la Shoah, 189, 2008, p. 431-464.

44 M.-A. Matard-Bonucci, « L’antisemitismo in Europa negli anni Trenta », art. cité.

45 Voir L. Poliakov, La condition des Juifs en France sous l’occupation italienne, Paris, Éditions du centre, 1946.

46 H. Arendt, Eichmann à Jérusalem, Paris, Gallimard, éd. 2002, p. 311 et 324 (édtion originale : New York, Viking Press, 1963).

47 S. Patriarca, Italianità. La costruzione del carattere nazionale, Roma-Bari, Laterza, 2010.

48 A. Cavaglion, « L’Italia della razza s’è desta », Belfagor, 57 (1), 2002, p. 27-42.

49 Laura Fontana, « Memoria, trasmissione e verità storica », Rivista di Estetica, 45 (3), 2010, en ligne [http://memoria.comune.rimini.it/binary/rimini_memoria/risorse/LAURA_20doc_20ultima20versione_2024_20ottobre_1_.1294145107.pdf] (consulté le 10 mai 2011).

50 Loi no 211 du 20 juillet 2000, dite « Loi Colombo » (du nom du député de gauche (Ulivo) Furio Colombo porteur du projet de loi) portant l’instauration d’un « “Jour de la Mémoire” en souvenir de l’extermination et des persécutions subies par le peuple juif et des déportés militaires et politiques italiens dans les camps nazis ». Nous renvoyons à ce propos à R. S. C. Gordon, « The Holocaust in Italian collective memory : il Giorno della Memoria, 27 January 2001 », Modern Italy, 11 (2), 2006, p. 167-188.

Top of page

References

Electronic reference

Propos recueillis par Paola Bertilotti, « Fascisme, antisémitisme.Regard sur une historiographie en devenir(Entretien avec Marie-Anne Matard-Bonucci) », Laboratoire italien [Online], 11 | 2011, Online since 15 November 2011, connection on 21 December 2014. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/587 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.587

Top of page

Copyright

© ENS Éditions

Top of page