Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Paul D. McLean, The Art of the Network. Strategic Interaction and Patronage in Renaissance Florence

Élise Moisson-Leclerc
p. 329-331
Bibliographical reference

Durham, Londres, Duke University Press, 2007, xv-288 pages, 23,95 $.

Full text

1Cette première monographie du sociologue américain Paul D. McLean, élève et collaborateur de John F. Padgett, marque l’aboutissement d’un parcours de recherche qui a donné lieu à plusieurs publications. On retrouve ainsi au fil des chapitres 1 à 5 (mais surtout 4 et 5) les éléments de l’article « A frame analysis of favor seeking in the Renaissance : agency, networks, and political culture » (American Journal of Sociology, vol. CIV, no 1, 1998, p. 51-91), tandis que le chapitre 7 reprend « Patronage, citizenship, and the stalled emergence of the modern State in Renaissance Florence » (Comparative Studies in Society and History, vol. XLVII, no 3, 2005, p. 638-664). À partir de plus de 1 100 lettres de « patronage », écrites à des gens influents dans le but d’obtenir toutes sortes de faveurs (allégements fiscaux, charges communales, soutien dans une affaire juridique, alliances matrimoniales, etc.), McLean entend ici mettre en évidence l’importance des réseaux sociaux pour les Florentins du xve siècle, les techniques rhétoriques qu’ils mettent en œuvre dans l’espoir d’améliorer leur position sociale, et la manière dont cette pratique culturelle stratégique et dynamique participe de la construction et de l’évolution de leur identité, bâtie en interaction.

2Le chapitre initial présente les fondements théoriques du livre, entre courant interactionniste (Erving Goffman, Ann Swidler) et pensée de Bourdieu, dans le cadre d’une conception profondément politique du patronage comme pratique culturelle quotidienne indissociable du niveau macropolitique et de son évolution. Le chapitre 2 présente la structure type des lettres, après les avoir replacées dans le panorama culturel florentin, jugé très formaliste, et dans l’histoire du genre épistolaire, marquée par l’influence durable de l’ars dictaminis, relayée notamment par les notaires. Le chapitre 3 cherche à éclairer la polysémie du concept d’honneur (et de son versant collectif, la noblesse), en passant en revue les positions de nombreux auteurs du xiiie au xve siècle (dont Dante, Bartolo da Sassoferrato, Lapo da Castiglionchio, Giovanni di P. Morelli, Leon Batista Alberti, Leonardo Bruni, Poggio Bracciolini, Cristoforo Landino). Puis l’auteur compare l’utilisation de mots et expressions clefs au fil du temps et dégage une évolution, d’un discours basé sur l’honneur (dominant avant les années 1430) à un autre fondé sur la servitude (dominant après 1470). Le chapitre 5 associe analyse statistique et textuelle pour étudier les stratégies mises en place pour obtenir des charges communales. L’emploi d’une technique de représentation pluridimensionnelle des données (multidimensional scaling) permet de visualiser l’espace rhétorique, mettant en évidence deux pôles qui se repoussent, celui de l’onore et des arguments objectifs, contextuels, face à celui du servigio et de l’arbitraire du patron. L’étude de textes permet de montrer la dynamique de ces échanges, avec l’exemple marquant d’Ormanno degli Albizi qui abandonne le lexique de l’honneur pour celui de la servitude au fil de ses lettres à Averardo de’ Medici. Le chapitre 6 examine les lettres de recommandation afin d’étudier les rapports entre émetteur et destinataire dans leur forme la plus complexe (impliquant des tiers), les modalités de représentation de soi et des autres, autour des concepts d’amitié et d’intimité. Le chapitre 7 étudie les liens entre niveaux micro- et macropolitiques au travers de lettres consacrées à des stratégies fiscales. L’auteur y met en évidence la position foncièrement ambivalente des Florentins, à la fois législateurs-percepteurs et contribuables, source selon lui de tension entre une tendance à l’innovation et à la rationalisation fiscale et une tendance régressive, avec la multiplication des procédures d’allégement fiscal qui font la part belle au clientélisme et contribuent à la captation du pouvoir par les Médicis. Le chapitre final déterre le débat sur l’émergence de l’individu moderne, initié par Jacob Burckhardt. L’auteur constate que si l’italianisme a fait un sort à cette théorie, montrant que les individus du xve siècle continuent largement à se penser et se représenter dans un cadre collectif, c’est un débat en vogue dans d’autres disciplines. Il rapproche les Florentins de l’identité contextuelle et interdépendante de la culture japonaise, mais relie ce positionnement intermédiaire (entre représentations hyperboliques des liens interpersonnels et émergence du lexique de la sincérité/dissimulation, donc d’un moi intérieur distinct des apparences) à l’évolution du contexte politique, reprenant la thèse de l’émergence d’une société du consensus qui brise les solidarités de groupes et de classes précédemment existantes (John M. Najemy).

3L’un des principaux intérêts de ce livre est son ouverture méthodologique et critique, entre analyse statistique, sociolinguistique et histoire des idées. Cette approche interdisciplinaire initie le lecteur à des méthodologies complémentaires qui pourront enrichir sa propre démarche et se justifie également au vu des résultats, par exemple quand l’analyse textuelle vient judicieusement compléter l’analyse statistique (chapitre 5). On regrette que ce procédé n’ait pas été plus systématiquement employé : dans le chapitre dédié à l’honneur, McLean passe en revue les acceptions du terme chez de nombreux auteurs, mais pas dans son propre corpus, et alors qu’il clame l’importance de la polysémie des termes (p. 29), dans les chapitres 4 et 5, il réduit ce concept d’onore à un unique terme statistique. Le fait d’avoir exclu de son corpus les lettres de plus d’une page, critère qui semble commode mais peu pertinent (et pourrait même avoir déséquilibré l’analyse au détriment des lettres dotées d’une visée argumentative), a peut-être privé l’auteur de développements fructueux. Pour pallier cela, McLean recourt cependant à des auteurs éclairants, dont Leon Battista Alberti, qui articulerait dans la polyphonie du De Familia les différentes acceptions de l’honneur et de l’amitié (p. 152), ou Paolo da Certaldo et Giovanni di P. Morelli, dont les livres de famille aident à dégager les enjeux des divers codes sociaux des Florentins (p.  41). Ces dernières sources semblent toutefois poser problème à l’auteur, qui cherche à les traiter comme un ensemble, mais y renonce finalement, parlant d’une conception de l’honneur et de soi « assez personnelle », entre vision « guelfe », « bourgeoise » et « spirituelle » (p. 73-76 ; p. 202-203), alors même que les trois facettes sont présentes chez Morelli. L’articulation entre ces différentes facettes demanderait à être creusée, outre le fait qu’on peut se demander dans quelle mesure les positions des autres auteurs du chapitre seraient moins « personnelles »… Ce manque de familiarité avec ces sources réapparaît quand McLean confond chronique et livre de famille (dans le cas de Donato Velluti, p. 202), ce qui peut expliquer l’incompréhension de leurs différentes représentations des personnages du passé et d’eux-mêmes.

4Cela est regrettable car, outre la valeur de ces sources quotidiennes, l’ouvrage de McLean possède un autre mérite : celui d’opérer une distinction entre des concepts largement diffusés dans la société, et d’autres qui restaient le fait de quelques auteurs. C’est en particulier le cas du concept de virtù : l’étude des lettres de patronage met ainsi en évidence le primat durable du concept d’onore – bien que son sens évolue –, tandis que celui de virtù est très peu employé, alors que son importance chez Dante, Pétrarque ou Machiavel a poussé John Pocock et Quentin Skinner à le considérer comme caractéristique de la pensée de l’époque (p. 98). Si ce livre ne bouleverse pas les acquis des historiens sur le clientélisme florentin (suite notamment aux travaux de Dale et Francis W. Kent, avec lesquels McLean dialogue, p. 238), son attention aux textes, aux mots, ainsi qu’à des sources méconnues, s’avère féconde et stimulante : empruntant à Ann Swidler les concepts de « boîte à outils » et de « répertoire », il montre qu’il est fondamental de considérer dans quelle mesure un nouvel outil langagier et conceptuel est largement diffusé et fréquemment utilisé, ou non, dans la population, avant d’en faire l’attribut d’une époque.

Top of page

References

Electronic reference

Élise Moisson-Leclerc, « Paul D. McLean, The Art of the Network. Strategic Interaction and Patronage in Renaissance Florence », Laboratoire italien [Online], 11 | 2011, Online since 15 novembre 2011, connection on 02 octobre 2014. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/601

Top of page

Copyright

© ENS Éditions

Top of page