Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Paola Moreno, préface de Luigi Lotti, La fortuna editoriale del carteggio di Francesco Guicciardini dal Cinquecento ai giorni nostri

Hélène Soldini
p. 353-355
Bibliographical reference

Rome, Istituto Storico Italiano per l’età moderna e contemporanea, 2010, 185 pages, 20 €.

Full text

1Dès sa fondation en 1934, l’Istituto storico italiano per l’età moderna e contemporanea a entrepris le vaste projet d’une publication exhaustive de la correspondance de Guichardin, sous la direction de Roberto Palmarocchi d’abord, de Giorgio Ricci ensuite, et du professeur belge Pierre Jodogne depuis 1978. La publication du livre de Paola Moreno, professeur de langue et littérature italiennes à l’université de Liège, s’inscrit dans le cadre de cette initiative et naît de la collaboration de l’auteur au travail d’archive et de compilation entrepris par Jodogne, dont le volume XI des Lettere est sous presse. L’ouvrage rend compte de l’histoire éditoriale de la correspondance de Guichardin et de l’intérêt tardif qu’elle a suscité auprès des chercheurs et éditeurs. Il se compose d’une préface de Luigi Lotti, professeur émérite de l’université de Florence et président de l’Istituto storico italiano, et de deux parties.

2La première, constituée d’une introduction historique et de trois articles thématiques indépendants, propose un aperçu des possibilités interprétatives offertes par une analyse philologique des lettres du Florentin. L’objectif est de mettre en évidence le caractère paradoxal de l’histoire de l’édition de la correspondance de Guichardin, en rendant compte de ses retards, de ses moments particulièrement dramatiques tout en mettant en perspective les conséquences de cette aventure éditoriale pour l’interprétation de la figure guichardinienne. Alors qu’au xvie siècle, seules 28 des 5 000 missives aujourd’hui connues sont publiées en qualité de modèles dans les recueils épistolaires en vogue à la fin du siècle, il faut attendre plus de trois cents ans pour que, dans le contexte du Risorgimento, Giuseppe Canestrini donne un premier aperçu de cette vaste correspondance en publiant une édition en sept volumes de ses lettres (1857-1867). La voie est alors ouverte pour le travail d’archive et de reconstruction biographique de Roberto Ridolfi (1961), qui restitue à cette figure de politique, d’historien et d’homme de lettres sa centralité dans l’histoire de la Renaissance italienne. Le projet entrepris par l’Istituto storico italiano vient couronner ces efforts, et son assignation à Pierre Jodogne témoigne d’une volonté de refonder les critères philologiques de l’édition en optant pour une modernisation de la langue et un ordonnancement chronologique mêlant les lettres envoyées et reçues par Guichardin afin de donner au lecteur l’impression d’une histoire continue se déroulant sous ses yeux. Les analyses proposées par Paola Moreno soulignent la pertinence de ce nouveau critère éditorial qui, en regroupant chronologiquement et en recontextualisant la correspondance de Guichardin, autorise une lecture nouvelle de lettres singulières et, de façon plus générale, du parcours biographique de l’auteur.

3Dans le premier article, l’étude de la lettre de dédicace adressée en 1532 à Guichardin par Stefano da Pescia dans sa traduction des œuvres d’Isocrate introduit par exemple une lecture croisée des écrits du philosophe grec et du Florentin. L’hypothèse – développée avec prudence mais richement illustrée grâce au repérage des jeux d’intertextualité – selon laquelle Isocrate peut être considéré comme « un tassello del complesso e fin troppo frammentario mosaico delle “biblioteca mentale” guicciardiniana », apporte un éclairage nouveau sur l’évolution de la pensée politique de l’auteur durant ces années cruciales qui marquent la reconnaissance, de la part du Républicain, du recours au principat pour garantir la stabilité politique à Florence. Le caractère technique des analyses philologiques ne fait pas ici obstacle à la compréhension et au plaisir de lecture, grâce au talent didactique de l’auteur, capable aussi de privilégier une approche littéraire et historique (voir le chapitre 4 en particulier). Deux lignes de force guident donc les analyses de cette première section : le désir d’insérer la correspondance dans le contexte historique, politique et culturel de son auteur et celui de cueillir en profondeur la personnalité de Guichardin et de ses interlocuteurs.

4La seconde partie, intitulée « Spoglio delle lettere pubblicate anteriormente o al di fuori delle edizioni maggiori », présente une liste chronologique des éditions mineures de la correspondance de Guichardin, ainsi qu’un index des éditeurs permettant de reconstituer le contexte chronologique et ecdotique de chaque publication. Les lettres présentent successivement le nom du destinataire, la date et le lieu de rédaction, les éditions postérieures ainsi que l’incipit de chaque missive. Comme le souligne Luigi Lotti, ce travail d’archive permet de jeter un regard nouveau sur les éditions mineures de l’épistolaire guichardinien : la reconstruction du contexte historique de ces éditions et de leurs conséquences dans la perspective plus large de l’histoire de l’édition des œuvres de Guichardin encourage le lecteur à s’interroger sur la réception de cette figure auprès de la critique avant la publication de recueils de ses lettres au xixe siècle.

5Le livre de Paola Moreno s’articule ainsi autour de deux principaux objectifs. Il s’agit tout d’abord d’une contribution à l’historiographie guichardinienne et à l’histoire de l’édition de sa correspondance en Europe (en particulier en France et en Italie, comme en témoigne l’index des éditeurs). Le volume se présente comme un instrument utile pour les lecteurs désireux d’approfondir non pas tant la figure historique de Guichardin que sa construction et son évolution à la fois lente et surprenante auprès des critiques. Toutefois, l’originalité de l’ouvrage réside dans sa capacité à ne pas demeurer prisonnier d’un simple compte rendu de cette aventure éditoriale puisque la première partie développe des clés interprétatives, richement illustrées et convaincantes, qui mettent en perspective l’histoire de l’édition de cette correspondance. En outre, l’ouvrage se présente comme une contribution à l’écriture biographique de Guichardin dans la mesure où les trois articles offrent un portrait multiforme et fragmenté du politique et de l’historien, correspondant à la fois des grandes figures et de simples contemporains. Ainsi que le rappelle l’auteur, « la storia editoriale delle missive spedite e ricevute da Guicciardini può essere un osservatoio privilegiato per approfondire la nostra conoscenza di messer Francesco, attraverso il riflesso che di lui appare nelle sue relazioni con diversi interlocutori ». C’est un Guichardin tour à tour homme de lettres et politique (chapitre 2), ami et intermédiaire auprès des grands personnages (chapitre 3) qui émerge de façon complémentaire de ces analyses. En reconstruisant ainsi une partie du réseau d’amitiés et de relations qui entoure Guichardin, Paola Moreno souligne les perspectives nouvelles offertes par le travail éditorial de Jodogne, qui permet d’interroger la place et le rôle de cet homme dans le contexte particulier de son temps et invite à relire ses œuvres majeures. Dans cette perspective, l’ouvrage s’inscrit dans la lignée de récents travaux fondés sur une nouvelle approche de la correspondance de la Renaissance destinée à éclairer le parcours biographique et intellectuel de leurs auteurs, tel que l’ouvrage de John M. Najemy, Between friends : discourses of power and desire in the Machiavelli-Vettori letters of 1513-1515 (Princeton University Press, 1993).

6Ce livre naît donc d’un intérêt pour l’historiographie éditoriale, ainsi que d’un questionnement biographique. Il s’adresse à la fois aux historiens du livre et de l’édition, aux chercheurs de la correspondance littéraire et politique de la Renaissance, ainsi qu’aux spécialistes de Guichardin en offrant une base de travail pour de futures recherches linguistiques, historiques et littéraires. Dans ce cadre, l’ouvrage de Paola Moreno apparaît comme une invitation à la réécriture d’une biographie de Guichardin grâce au matériel qui continue à être mis à disposition par les chercheurs liégeois.

Top of page

References

Electronic reference

Hélène Soldini, « Paola Moreno, préface de Luigi Lotti, La fortuna editoriale del carteggio di Francesco Guicciardini dal Cinquecento ai giorni nostri », Laboratoire italien [Online], 11 | 2011, Online since 15 novembre 2011, connection on 21 septembre 2014. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/613

Top of page

Copyright

© ENS Éditions

Top of page