Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Philippe Audegean, La philosophie de Beccaria. Savoir punir, savoir écrire,

Pierre Musitelli
p. 356-358
Bibliographical reference

Paris, Vrin, 2010, 285 pages, 22 €.

Full text

1Après nous avoir offert, en 2009, une édition bilingue annotée des Délits et des peines de Cesare Beccaria, Philippe Audegean publie aux éditions Vrin, dans la collection « Histoire de la philosophie », une étude portant sur l’ensemble des écrits du penseur milanais des Lumières. Son projet, original et ambitieux, repose sur l’hypothèse que l’œuvre de Beccaria, souvent résumée à son chef-d’œuvre de jeunesse, acte fondateur de la justice pénale moderne, présente une unité, développe un programme théorique et philosophique qui s’étend bien au-delà du seul champ juridique. L’enquête s’élargit ainsi à l’« autre Beccaria », l’auteur des Recherches concernant la nature du style (1770) et de cours d’économie politique (Elementi di economia pubblica, 1769-1770), pour saisir, au-delà du « disparate » de sa production et de son inégale réussite, les manifestations et les modalités de cette « remarquable continuité ».

2Retraçant, dans son introduction consacrée au « problème Beccaria », l’histoire de la critique beccarienne depuis les travaux fondateurs de Franco Venturi, auteur de la première édition moderne des Délits (1958) puis du magistral Settecento riformatore (1969-1990), Philippe Audegean souligne la persistance d’un « double point aveugle dont le centre énigmatique est occupé par les Recherches concernant la nature du style » (p. 24). Cet « ouvrage sur le style où il n’y a point de style », comme l’écrivait sévèrement Diderot en 1771 dans la Correspondance littéraire, fustigeant ce traité « inintelligible », « obscur, d’une métaphysique subtile et souvent fausse », présente pourtant, pour qui fait l’effort d’aborder l’œuvre sous l’angle de l’histoire de la philosophie, une « unité de méthode » avec le reste de ses écrits sur le droit et l’économie. Tout comme ces derniers, les Recherches réunissent un ensemble de propositions fondatrices destinées à reconstituer un savoir nouveau sur les décombres de l’ancien. Elles mettent en œuvre « une constante intention critique et réformatrice qui prend pour objet des savoirs – anciens, caducs, fatigués ou sclérosés – dont elle tente de renouveler la structure conceptuelle » (p. 29). Sur la base de ce principe, Philippe Audegean entreprend d’inscrire les trois projets de réformes (juridique, stylistique, économique) successivement élaborés par Cesare Beccaria, sans ignorer leur diversité propre, dans le cadre d’une « double articulation » entre « philosophie du malheur » et « philosophie du bonheur » qui structure son ouvrage en deux grandes parties. La première est consacrée aux Délits, qui visent à réduire les souffrances infligées aux hommes ; la seconde examine successivement les Recherches, qui entendent enseigner les règles de l’écriture plaisante, et les Elementi di economia, dont le projet est de dégager les lois de la prospérité.

3Toujours soucieux d’inscrire les positions de Beccaria dans le contexte des débats européens, de saisir son « dialogue » avec Hobbes, Hume, Montesquieu, Helvétius, Rousseau, mais aussi Vico et Muratori, d’analyser les jeux d’échos, de contradiction, de contestation qui définissent sa pensée, en harmonie ou en rupture avec celle de ses contemporains, Philippe Audegean explore avec minutie ses apparentes indécisions, démonte les rouages de son appareil théorique et argumentatif, met à nu, aussi, les questions posées par les « dilemmes » de sa doctrine, par les passages « qui ne se laissent pas facilement interpréter ». Les pages consacrées aux Délits exposent ainsi la façon dont la pensée pénale de Beccaria s’enracine dans le terreau d’un contractualisme original, qui explique l’avènement de l’état civil sans recourir à l’hypothèse d’un avènement de la raison. Bien qu’il porte sur les passions humaines un regard sans complaisance, Beccaria aboutit à des conclusions en tout point opposées à celles de Hobbes : l’association civile n’a pas pour finalité d’instaurer la paix civile au détriment des libertés individuelles, en jugulant les passions ; elle répond au contraire au désir de garantir collectivement ces libertés, sans cesse menacées à l’état de nature par l’autorité arbitraire d’autrui. Les clauses du pacte, dictées par cette « fatigue » de l’incertitude, sont donc minimales : elles impliquent que les lois civiles touchent le moins possible au besoin originel de liberté et de sûreté des hommes. En conséquence, nul pouvoir n’est légitime s’il dénie ce besoin et soumet les faibles à l’autorité des forts. « L’audace » de Beccaria consiste ainsi à « faire subir un renversement profond à l’association du pessimisme anthropologique et de la théorie de la souveraineté : loin de conclure du règne des passions à la nécessité de les tenir en bride, il conclut au contraire de ce même règne aux limites inconditionnelles de l’autorité politique » (p. 76). On comprend, en reparcourant le détail de cette genèse de l’existence civile et du contrat a minima passé entre le souverain et le peuple, que Beccaria s’écarte du jus-naturalisme – qui postulait la nature rationnelle et vertueuse des hommes – et du traditionalisme – qui légitimait à l’inverse la raison d’État – pour embrasser la voie de l’utilitarisme.

4Le critère de l’action politique et les fondements de la justice humaine ne sont pas, à son sens, inscrits dans le ciel des valeurs immuables. Ils dérivent de la prise en compte de l’utilité commune, notion historique, mouvante et nécessairement actuelle. S’il apparaît, comme le souligne l’auteur de l’étude, que ce concept d’utilité « ne se soustrait pas complètement aux incertitudes de l’interprétation » (p. 117), il permet néanmoins à Beccaria de restreindre l’objet du droit au seul calcul des dommages causés par l’individu à la société, et d’en exclure tout ce qui relevait auparavant de l’estimation et de la punition du « mal moral » causé au souverain ou à Dieu. Trois principes servent de surcroît à encadrer le choix des peines et à restreindre la marge d’arbitraire des juges : la proportionnalité et l’analogie entre le délit et la peine, et l’interdiction des châtiments inutiles. C’est dans cette façon de repenser l’art législatif non point comme un art de l’ordre mais du bonheur du plus grand nombre, dans l’effort accompli pour humaniser la figure du condamné et adoucir les peines que ce dernier encourait, que réside le « bouleversement essentiel » introduit par Beccaria dans le domaine du droit pénal.

5Accueillies à leur parution par un « silence réprobateur », les Recherches concernant la nature du style, que Philippe Audegean replace précisément dans la longue histoire (ou préhistoire) de la stylistique, élaborent une théorie philosophique du style qui tend à formuler des règles fondées sur la raison. Valables pour toute gamme de discours et d’individus, du poète au politique, elles s’affranchissent des barrières génériques et s’émancipent de l’autorité des grands auteurs ou des hommes de génie. L’hypothèse se fait ainsi jour que « le programme stylistique de Beccaria propose un possible parallèle avec son œuvre juridique » (p. 185). De même que le juriste remettait en question la légitimité du droit milanais, compilé à partir des traditions locales et d’obscures opinions de doctrine, Beccaria entend réformer et simplifier les fondements de la rhétorique en recourant à des « modèles mathématiques ». C’est à une « saisissante opération de calcul du plaisir poétique » (p. 188) qu’il se livre dans cet ouvrage contemporain de ses cours d’économie politique. Promis pour la fin de l’année 1768, le traité sur le style ne fut transmis à l’imprimeur qu’en mai 1770, en raison de la charge de travail occasionnée, dès novembre 1768, par l’obtention de la chaire milanaise d’économie politique – l’une des toutes premières en la matière, après celle occupée par Antonio Genovesi à Naples, en 1754. À ce titre, il est intéressant de constater les affinités théoriques et conceptuelles qui unissent les deux ouvrages.

6Soucieux de contribuer, dans ses Elementi di economia pubblica, à la formation d’un nouveau savoir, l’économie politique, Beccaria s’efforce là encore de procéder à un traitement scientifique de la matière économique. Il la dépouille de son apparat de paroles et de mots hérités des anciens volumes de jurisprudence (ce « labyrinthe herméneutique des textes », p. 220), pour la transformer en une « science du bonheur public » fondée sur le calcul des intérêts et l’élaboration de modèles mathématiques. Il accompagne, ce faisant, l’émancipation de la toute jeune science économique hors de la sphère du savoir juridique dont elle restait jusqu’alors captive. Confiant en l’organisation naturelle des forces économiques, en l’équilibre des besoins réciproques et des forces productives, Beccaria plaide contre toute intervention législative qui en briserait « l’invisible harmonie » (p. 233). Il ne s’agit plus pour la puissance publique de réglementer ou de juguler ce qui était perçu comme une lutte des intérêts privés, mais « d’assurer au mieux la tendance naturelle [de ces] intérêts à chercher et à trouver leur satisfaction » (p. 244). C’est dans cette conviction que les individus doivent nouer des rapports horizontaux de libre-échange garantis par leurs droits subjectifs et non des rapports verticaux fondés sur une licence ou un privilège que réside la contribution de Beccaria au libéralisme naissant. Guidé par la certitude que les intérêts convergent et communient dans l’équilibre de la prospérité publique, l’économiste n’intervient que peu dans le mouvement naturel des intérêts et des actions, qu’il seconde et se contente parfois de corriger.

7L’adresse de Philippe Audegean consiste indéniablement à saisir les articulations logiques sous-jacentes d’une série de textes souvent présentés comme fruits de l’occasion ou des collaborations, de déceler la convergence thématique qui les réunit, sans pour autant les conduire à faire système. Depuis son opuscule de 1762 sur les monnaies jusqu’aux Elementi di economia, une exigence d’unification et d’uniformisation parcourt l’œuvre de Beccaria. De même qu’il avait défendu, aux côtés de ses collègues du Caffè, un nouveau rapport au savoir fondé sur l’exercice libre de la critique et orienté par le principe d’une réorganisation de la société à partir de valeurs économiques de l’utilité et de l’intérêt publics, Beccaria s’arroge un droit de regard sur des domaines traditionnellement soumis au monopole du jugement autorisé pour les restituer au tribunal de l’opinion publique naissante. En matière de droit, de poétique et de rhétorique, ainsi que d’économie, le penseur milanais, tout à la fois contemporain et acteur de la naissance des sciences humaines, convie son lecteur à un « accomplissement de la philosophie dans ses finalités réformatrices » (p. 251).

Top of page

References

Electronic reference

Pierre Musitelli, « Philippe Audegean, La philosophie de Beccaria. Savoir punir, savoir écrire,  », Laboratoire italien [Online], 11 | 2011, Online since 15 November 2011, connection on 30 August 2014. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/614

Top of page

Copyright

© ENS Éditions

Top of page