Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Francesca Irene Sensini, Dall’Antichità classica alla poesia simbolista. I Poemi conviviali

Stéphanie Lanfranchi
p. 359-360
Bibliographical reference

Bologne, Pàtron, 2010, 165 pages, 14 €.

Full text

1Le recueil de Giovanni Pascoli, Poemi conviviali, reçut à sa publication, en 1904, un concert de louanges de la part d’écrivains pourtant aussi différents que D’Annunzio, Marinetti ou Fogazzarro. Ils y reconnaissaient le travail et la maturité d’un poète qui, tout en s’inscrivant dans l’héritage le plus fouillé et le plus approfondi de la culture classique, ouvrait la poésie italienne vers des horizons de modernité inédits et étourdissants. Malgré cet accueil enthousiaste, qui laissait présager une place d’honneur dans la poésie italienne de ce tout nouveau xxe siècle, il n’en fut rien. Le jugement sévère émis par Croce dès 1906 sur la poésie de Pascoli en général et sur ce texte en particulier est sans aucun doute à l’origine de ce renversement de fortune. Croce et ses disciples jugèrent les poèmes des Conviviali d’un goût douteux et décadent, vaguement liberty. Ils ont contribué à décourager la lecture des contemporains, déjà entravée par la difficulté objective de la langue de ces vers et de leurs références érudites innombrables, en n’accordant à cette poésie, au-delà de son esthétique de l’ornement, aucune profondeur morale ni épistémologique, aucune modernité spécifique.

2Le chemin qui, dès lors, a mené vers une réhabilitation progressive de la valeur intrinsèque des Poemi conviviali et vers la reconnaissance de leur modernité a été long, et le livre de Francesca Sensini marque sans doute, de ce point de vue, une étape importante. L’édition critique de Giuseppe Nava, publiée en 2008, offrait déjà un commentaire détaillé et une exégèse du texte tout à fait précieuse. L’ouvrage de Francesca Sensini, tiré de sa thèse de doctorat, offre quant à lui cette vision d’ensemble du recueil qui faisait encore défaut. Il a le mérite, surtout, de proposer au lecteur désarçonné par ce texte d’une remarquable complexité – autant dans le détail de ses références ponctuelles que dans la signification de son architecture plus générale – plusieurs clés interprétatives pour se frayer un chemin.

3Francesca Sensini commence par expliciter, dans les chapitres 1 et 2 de son livre, les enjeux que recouvrent respectivement deux notions clés de la poétique des Conviviali : l’Antico et le sogno. Il s’agit de deux termes techniques pour Pascoli, qui renvoient à une conception précise de la poésie et du langage. L’usage abondant et systématique de l’Antiquité dans ce recueil répond, d’une part, pour Pascoli, à une volonté de renouer avec la poésie des origines, notamment la poésie épique. Cette poésie primitive constitue l’idéal régulateur du poète moderne, car il a perdu la spontanéité du langage naturellement poétique. C’est là le sens le plus profond de la célèbre poétique du fanciullino à laquelle on prête le plus souvent un sens banal et – oserait-on dire – infantilisant : le poète moderne est voué à une éternelle quête de l’Antico, c’est-à-dire de l’enfance et de l’essence primordiale de la poésie.

4La présence récurrente du rêve (sogno), d’autre part, indique dans les vers de Pascoli le développement d’une réflexion métapoétique. Le rêve, comme moment d’extase ou d’excessus mentis, permet au poète de laisser son esprit aller à la révélation soudaine de la vérité, sans être bridé et entravé par la raison. Cette forme d’épiphanie, pour être une expérience de plénitude absolue, n’en est pas moins aussi une expérience fugace et même frustrante, éphémère comme le rêve. Le poète, devenu conscient de la force et de la fragilité de ces révélations, intervient alors dans un second temps, par l’effort conscient et laborieux du studium, cherchant à fixer l’intuition de son rêve.

5Cette dynamique (sogno/studium, intuition/travail artistique) sert notamment de fil rouge pour comprendre l’agencement dans le recueil des Poemi conviviali des différents textes, que Francesca Sensini analyse séparément dans les chapitres suivants (en s’arrêtant plus précisément sur Solon, Il Cieco di Chio, les poèmes consacrés à la figure d’Achille et I gemelli). Après le poème Solon, qui sert d’introduction au recueil, Francesca Sensini identifie deux cycles distincts, qu’on pourrait qualifier de cycle distruens et de cycle construens. De Il Cieco di Chio à Ultimo viaggio, elle isole les différents moments d’une véritable crise poétique : Pascoli remet moralement en question le modèle de la poésie épique en soulignant la férocité sauvage d’Achille, le héros épique par définition. On y trouve également exprimée la crise du rêve poétique dans la mort tragique d’Ulysse à la fin de l’Ultimo viaggio : son navire se heurte au rocher, ce même rocher sur lequel il croyait voir et entendre les sirènes. Le rêve poétique dévoile son intangibilité, il s’écroule.

6Dans la seconde partie du recueil, en revanche, Pascoli élabore une nouvelle définition de la poésie. S’éloignant du modèle épique, qui chante les actes de gloire, de passion et de colère des héros, Pascoli propose un idéal de poésie qui véhiculerait un message moral de toute autre nature. Il invite ici les hommes à la solidarité, à une forme d’amour fraternel (fort distincte, bien entendu, de l’Eros qui est, au contraire, dépeint comme une passion destructrice dans l’Etera et I gemelli, par exemple). C’est alors que le titre même du recueil prend tout son sens. Les Poemi conviviali ne sont pas, en effet, une simple allusion à la revue de De Bosis, Il Convito, dans laquelle plusieurs de ces poèmes furent publiés dès 1895, ni même uniquement au banquet comme lieu de naissance de la poésie lyrique grecque. Le Convito devient un modèle moral, d’amitié et de partage, entre des hommes réunis par amour du vin, de la poésie et de l’humanité.

7C’est cet idéal qui se dégage du titre et de la composition du recueil, et que Francesca Sensini a su illustrer, de manière à donner à ce texte une épaisseur que l’on ne faisait que deviner. Elle montre bien que si ce recueil est un vibrant hommage à la littérature classique et épique que Pascoli chérissait plus que tout, il déclare pourtant aussi la mort de la poésie mythique. La poésie moderne saura-t-elle donner du sens à la vie de l’homme au xxe siècle – ce sens que la science du positivisme lui avait promis, en échouant ? Derrière cette interrogation posée dès la première phrase de son ouvrage par Francesca Sensini, on sent toute la fébrile et ambitieuse quête de Giovanni Pascoli.

Top of page

References

Electronic reference

Stéphanie Lanfranchi, « Francesca Irene Sensini, Dall’Antichità classica alla poesia simbolista. I Poemi conviviali », Laboratoire italien [Online], 11 | 2011, Online since 15 November 2011, connection on 28 July 2014. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/615

Top of page

Copyright

© ENS Éditions

Top of page