Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Emilio Gentile, L’Apocalisse della modernità

Stéphanie Lanfranchi
p. 361-364
Bibliographical reference

Milan, Mondadori, 2008, 308 pages, 27 €.

Full text

1Les travaux d’Emilio Gentile ont marqué un tournant essentiel de l’historiographie italienne sur le fascisme : ils ont profondément et durablement influencé les recherches sur ses origines, mais aussi sur ses formes idéologiques, culturelles et liturgiques propres. Quatre ouvrages ont notamment été traduits en français – La religion fasciste : la sacralisation de la politique dans l’Italie fasciste (Paris, Perrin, 2002) ; La voie italienne au totalitarisme (Monaco, Rocher, 2004) ; Qu’est-ce que le fascisme ? (Paris, Gallimard, 2004) et Les religions de la politique (Paris, Seuil, 2005) – qui confirment la notoriété internationale de leur auteur en tant qu’historien du fascisme.

2Ces choix de traduction ignorent pourtant tout un pan de la production de Gentile, portant chronologiquement sur les années précédentes – les années de Giolitti en Italie et de la Belle Époque en Europe – et, du point de vue des thèmes et des matériaux étudiés, sur des questions plus spécifiquement culturelles et artistiques. Citons, par exemple, ses études sur la revue La voce, publiées dans les années soixante-dix, ou encore, plus récemment, son livre sur le mouvement futuriste : La nostra sfida alle stelle : futuristi in politica (Rome-Bari, Laterza, 2009).

3L’Apocalisse della modernità, publié chez Mondadori en 2008 et chez Flammarion (Aubier) en janvier 2011 dans sa traduction française, appartient à ce deuxième champ de recherche que Gentile pratique depuis de nombreuses années, mais qui n’était pas directement accessible au public français. Or, c’est un livre qui, par les sujets qu’il aborde et par la manière dont il les traite, a tout pour intéresser ce public, mais aussi pour le surprendre, voire le désarçonner dans ses habitudes de lecture et son horizon d’attente.

4Le dépaysement de cette lecture ne tient pourtant pas aux thèmes étudiés. Il est question, dans ces pages, d’événements et de problématiques que les Français ne connaissent que trop : la Belle Époque comme période de paix, de progrès et d’espoir, mais cachant à grand-peine les tensions internes qui furent les siennes et qui menèrent l’Europe à la première guerre mondiale. Gentile ne privilégie aucunement la situation italienne par rapport à celle des autres pays européens et occidentaux : au cours des pages, nous passons de Paris à New York, de Bâle à Turin, d’Allemagne en Russie, mais aussi des colonies africaines au Japon. À cette ouverture géographique correspond une variété de documents tout aussi grande : de la correspondance privée d’artistes et historiens aux discours officiels d’hommes politiques, en passant par les articles de journaux et par les données statistiques sur la croissance industrielle et démographique de l’Europe. Le corpus choisi par l’auteur dans ce livre se distingue cependant avant tout par l’importance, voire la prépondérance accordée aux documents artistiques. Gentile décrit et commente tableaux, poèmes et romans en tout genre, en toute langue et en très grande quantité.

5On décèle, dans l’analyse de ces œuvres, la marque d’un intérêt réel, propre à l’historien et au passionné d’art et de littérature. Le livre s’ouvre – in medias res pourrait-on dire – sur une longue et belle description d’un paysage lugubre de mort et de désolation, à partir d’un tableau de Paul Nash, We’re making a new world, et il s’achève sur la fine analyse d’une page du roman de Herman Hesse, Demian. Les œuvres d’art et de fiction tiennent une place essentielle dans cet ouvrage, car Gentile les considère comme un lieu privilégié où s’expriment les désirs et les craintes de toute une génération, qui a grandi à la Belle Époque mais refuse, de manière toujours plus radicale, de partager sa foi en une modernité triomphante. Elles sont une caisse de résonance qui annonce la crise sociale, politique mais avant tout morale que l’Europe traverse malgré sa prospérité. Elles montrent bien que le discours optimiste et progressiste que l’on attribue à la Belle Époque ne faisait pas l’unanimité et que, de ce point de vue, l’explosion de la Grande Guerre n’a pas été un coup de tonnerre dans un ciel sans nuages mais, au contraire, un événement que d’aucuns craignaient et d’autres souhaitaient et qui, au demeurant, n’a pas véritablement surpris la population européenne. Le titre, L’Apocalypse de la modernité, évoque en effet l’effondrement, bien antérieur à 1914, du mythe selon lequel la modernité engendrerait nécessairement le progrès matériel et moral de l’humanité, qu’elle engendrerait un homme nouveau et meilleur. La modernité est au contraire, dans ces textes et dessins de la fin de siècle, mère d’horribles monstres de guerre, elle provoque la dégénérescence humaine et fait courir l’homme à sa perte, autant physique que spirituelle.

6Pour étayer son propos, Gentile a emprunté à l’écriture romanesque sa chronologie complexe, qui met à mal la linéarité simple que l’on attendrait peut-être d’un livre d’histoire. Les huit chapitres que compte son livre sont encadrés par un prologue et un épilogue relatant le désarroi de 1918 devant le spectacle apocalyptique de mort et de destruction provoqué par la guerre. Le premier chapitre commence ensuite comme un flash-back. Il évoque la scène d’une idylle brisée, d’un passé à jamais révolu : on est à Paris, en 1900, dans une ville en fête qui devient le symbole, avec son Exposition universelle, des prouesses de la civilisation occidentale. Le saut temporel entre ce premier chapitre, où tout est innovation, espoir, progrès et succès, et le prologue qui décrivait l’anéantissement total des corps et des consciences, est de moins de vingt ans, mais c’est un écart incommensurable. Gentile nous propose pourtant de le parcourir en présentant un développement en deux temps, en deux rythmes.

7Dans les quatre premiers chapitres, l’auteur a choisi une écriture toute en renvois et en reprises, ne respectant pas l’ordre chronologique mais donnant magistralement à voir, du fait même de cette récurrence, la présence d’une véritable obsession qui hante l’Europe de la Belle Époque. La civilisation européenne est malade, malade de sa propre peur, de sa peur d’être malade. La hantise de la décadence, sous toutes ses formes, revient constamment.

8Gentile évoque, dans le deuxième chapitre, les actes barbares commis par les Européens dans les colonies, qui renvoient une image inquiétante de l’homme moderne européen. La culture et la civilisation n’ont aucunement su déraciner son atavisme et sa cruauté primitive, et, selon certains observateurs de l’époque, elles sont, au contraire, responsables d’une forme de dégénérescence physique et surtout morale de l’homme. Le troisième chapitre décrit la prégnance du « péril jaune » et du « péril américain » chez une partie des Européens, qui se sentent menacés dans leur hégémonie planétaire. Le quatrième chapitre traite plus précisément des réflexions historiques qui furent menées sur le sort des civilisations en général, et de la civilisation moderne occidentale en particulier, destinée, selon une interprétation fort courante, à la même décadence et à la même fin que l’Empire romain.

9Au cours de ces quatre premiers chapitres, l’auteur déroule deux « fils d’Ariane » qui nous permettent de suivre son exposé. Ces fils d’Ariane reviennent régulièrement, avec toute leur charge symbolique, guidant le lecteur dans un cheminement qui n’est pas chronologique mais qui a, en revanche, une logique dialectique propre. Le premier fil est l’évocation de l’Exposition universelle, qui représente l’apogée d’une conception positive et optimiste de l’Europe moderne, de sa richesse et de sa force. Le deuxième est, en quelque sorte, l’antithèse du premier : il s’agit du naufrage du Titanic, devenant symbole du naufrage de toute la civilisation occidentale qui s’était crue « insubmersible » grâce aux avancées de la technique et de la science.

10Face à l’obsession de la dégénérescence, de la mort prochaine et apocalyptique de la civilisation moderne, les pays européens réagissent avant tout par les armes. C’est à cette réaction qu’est consacrée la deuxième partie de l’ouvrage. Les puissances européennes déploient une politique impérialiste agressive et continuent leur course aux armements. En outre, de nombreux théoriciens, artistes et penseurs politiques de l’époque formulent l’espoir d’une régénération de l’homme moderne qui se ferait justement par la vertu martiale, en lui imposant une discipline militaire et le sacrifice de soi pour la patrie. La guerre est considérée comme l’unique issue viable de la modernité, pour obtenir un homme qui ne soit pas dégénéré, comme en temps de paix, mais régénéré. La modernité implique une guerre, et une guerre que les progrès techniques et démographiques rendent apocalyptique.

11C’est dans cette logique que s’inscrivent les chapitres que Gentile consacre d’abord à la politique de mobilisation militaire mise en place par les principales puissances européennes (chapitre 5) et ensuite à la pensée de Nietzsche et à son succès (chapitre 6). Nietzsche dénonce la crise de la civilisation occidentale mais il considère que son dépassement est possible, menant à l’avènement d’un homme et d’un monde nouveaux. Pour cela, la guerre est inévitable et même souhaitable. Or, la vision apocalyptique de la modernité exprimée par Nietzsche a été lue et admirée par toute une génération de jeunes Européens qui, comme le rappelle Gentile, emportent les livres de Nietzsche dans leurs sacs lorsqu’ils sont appelés à l’été 1914.

12Si les quatre premiers chapitres du livre sont écrits sur le mode de l’itération et de la répétition, de manière à mieux exprimer la présence obsessionnelle d’une hantise de la décadence, les derniers chapitres donnent en revanche l’idée d’une série inéluctable et rapide d’événements, qui se suivent puis se bousculent. La chronologie est strictement respectée, notamment dans les deux derniers chapitres qui décrivent la marche vers la guerre, dans ses différentes étapes, de 1912 à 1914. Gentile suit le parcours de plusieurs jeunes artistes et penseurs, qui avaient considéré la guerre comme un moment de purification nécessaire et souhaitable pour l’humanité : il décrit leurs craintes initiales, leurs espoirs aussi, leur enthousiasme nietzschéen à l’annonce de la guerre et la brutale désillusion qui s’ensuivit.

13Mais dans les deux derniers chapitres, Emilio Gentile n’insiste pas uniquement sur le caractère inéluctable de la guerre et sur la profonde déception qu’elle engendra chez ceux qui avaient cru trouver en elle une solution aux maux de l’Occident. Il insiste également sur le discours tenu pendant plus de quatre ans par la propagande des pays belligérants, dont le but était de sacraliser le conflit et de diaboliser l’ennemi en exploitant le langage et les images apocalyptiques. Les effets d’une telle sacralisation et d’une telle diabolisation allaient se faire longtemps sentir sur les peuples européens, même une fois le conflit terminé. Gentile aboutit donc à une problématique (la sacralisation du politique) et à une période (les années qui suivirent la fin de la première guerre mondiale) qui lui sont très familières. On se demande alors si ce n’est pas là le fil rouge de la production passée, présente et à venir d’Emilio Gentile, le fil d’Ariane que l’on retrouve à la fin de ce livre, au terme d’une lecture labyrinthique parfois surprenante, mais toujours passionnante : une interrogation constante et approfondie sur les causes, les modalités et les conséquences de toutes les formes de sacralisation du politique. Son dernier ouvrage, Contro Cesare, paru chez Feltrinelli (Milan) en décembre 2010 et traitant de la réaction des Églises chrétiennes devant les phénomènes de sacralisation du politique propres aux régimes totalitaires de l’entre-deux-guerres, semble confirmer cette hypothèse.

Top of page

References

Electronic reference

Stéphanie Lanfranchi, « Emilio Gentile, L’Apocalisse della modernità », Laboratoire italien [Online], 11 | 2011, Online since 15 November 2011, connection on 28 July 2014. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/617

Top of page

Copyright

© ENS Éditions

Top of page