Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Mariella Colin, « Les enfants de Mussolini ». Littérature, livres, lectures d’enfance et de jeunesse sous le fascisme. De la Grande Guerre à la chute du régime

Laura Fournier-Finocchiaro
p. 365-368
Bibliographical reference

Caen, Presses universitaires de Caen, 2010, 398 pages, 28 €.

Full text

1Le nouvel ouvrage de Mariella Colin, Les enfants de Mussolini, est la suite de celui qu’elle avait déjà consacré à l’histoire de la littérature enfantine italienne, de l’époque des Lumières jusqu’aux premières décennies du xxe siècle : L’âge d’or de la littérature d’enfance et de jeunesse italienne. Des origines au fascisme (Caen, Presses universitaires de Caen, 2005). Il s’agit d’une contribution fondamentale à la recherche historique et littéraire autour du rapport complexe et articulé entre fascisme et littérature de jeunesse. Dans un parcours qui part de la Grande Guerre et qui se termine avec la chute du fascisme, en passant par la réforme de l’école de Giovanni Gentile en 1923, la mise au pas progressive de l’école et de la jeunesse, l’État totalitaire, la guerre d’Éthiopie et la guerre d’Espagne, l’auteur met en évidence en près de quatre cents pages l’étroite collaboration des auteurs, des éditeurs et des collections aux exigences des normes et programmes scolaires fascistes ainsi qu’aux injonctions politiques et aux campagnes successives du régime. Les recherches de l’auteur, qui apparaissent clairement dans le très solide appareil critique, réussissent également à montrer les (rares) secteurs qui échappèrent à l’appropriation fasciste, et s’ouvrent sur le terrain généralement peu exploré de l’illustration en présentant, d’une part, les couvertures originales des ouvrages analysés et, de l’autre, l’histoire des illustrations et des illustrateurs du Ventennio.

2Le fascisme plaça progressivement sous son emprise les manuels de lecture courante, les livres de loisir et les journaux illustrés afin de modeler l’esprit de l’« Italien nouveau » et de s’approprier l’imaginaire des enfants. Les romans et les livres pour enfants sont ainsi un observatoire privilégié afin d’analyser les procédés utilisés par le régime pour diffuser son idéologie par le biais de textes et d’images ayant pour but l’endoctrinement des plus jeunes générations. La pédagogie totalitaire, résumée dans le slogan « Libro e moschetto fascista perfetto », coïncide avec les fins du parti et de l’État fasciste, et passe notamment par la militarisation des élèves, le serment obligatoire de fidélité au régime pour les enseignants de tout ordre et grade, par l’introduction du livre d’État pour l’école primaire, la fascisation les livres destinés aux écoles secondaires, l’orientation raciste de l’enseignement.

3Mariella Colin montre que néanmoins l’investissement des textes scolaires de la part du fascisme ne fut pas immédiat. Au lendemain de la marche sur Rome, lorsque Mussolini forma son premier gouvernement et nomma le philosophe Giovanni Gentile ministre de l’Instruction publique, celui-ci s’appuya sur le pédagogue sicilien Giuseppe Lombardo Radice pour définir les programmes de l’école primaire. Lombardo Radice, qui n’était pas fasciste et n’adhéra jamais au fascisme, déploya une grande activité pour rénover l’enseignement primaire, lutter contre l’analphabétisme et traduire en pratique les grands principes de la pédagogie libérale idéaliste. Le processus de fascisation progressive des livres scolaires commença seulement après le délit Matteotti, lorsque Radice démissionna et que fut mis en place le premier glissement idéologique de l’idéalisme à l’italianité. La régénération dans le domaine de l’éducation devait dans un premier temps valoriser le « livre vraiment italien » (sans résidus de socialisme et de pacifisme), qui accordait la plus grande importance au sentiment national tout comme à la glorification des combattants de la Grande Guerre. Ce fut dans un deuxième temps, après 1927, que furent définis les critères fascistes à proprement parler : les livres devaient désormais être animés par l’« esprit fasciste », et puisque dans beaucoup de livres scolaires celui-ci était absent, le régime décida la mise en place du livre unique d’État, diffusé à partir de 1930.

4On découvre également que si, dans les années vingt, la littérature et la presse de jeunesse n’étaient pas encore soumises à la censure ni à des obligations de la part du régime, et si bon nombre de revues et journaux pour l’enfance et la jeunesse poursuivirent leurs publications nées à l’époque giolittienne, c’est dans cette production « libre » qu’apparurent les premiers thèmes et motifs fascistes : les livres pour l’enfance et la jeunesse enregistrèrent les événements liés à la marche sur Rome et à l’arrivée de Mussolini à la tête du gouvernement, et, dès 1923, différents romans et récits rendaient compte des violences et des luttes de la « révolution noire » (1921-1922) en adoptant un point de vue qui exaltait les actions menées par les escouades fascistes contre les socialistes et les ouvriers en grève, désignés comme les « rouges » et les « subversifs ». Le fascisme pénétra dans la littérature de jeunesse également par le biais du mythe de Mussolini, diffusé dans les autobiographies et biographies mussoliniennes (notamment L’uomo nuovo d’Antonio Beltramelli et Dux de Margherita Sarfatti) qui servirent de modèles au « conte vrai » de la vie de Mussolini et à tous les récits légendaires racontés aux enfants. Y étaient repris les topoi que la propagande du parti diffusait, à savoir la description du Duce du fascisme comme un homme doté de qualités extraordinaires, un chef inégalé et inégalable, un sauveur qui avait remis en ordre l’Italie.

5Au cours des années trente, le régime mit en place une véritable « culture fasciste » de masse et les organisations fascistes pour la jeunesse, comme l’Opera nazionale Balilla, qui s’était affirmée au moment de sa création en 1926 en contraste avec l’école, adopta désormais une stratégie convergente pour mettre en place le projet d’éducation totalitaire. Le fascisme investit énormément sur la jeunesse, car le projet de création de l’« Italien nouveau » qui était l’ambition du régime devait commencer par celle de l’« enfant nouveau » : il pratiqua notamment le contrôle de la société et l’endoctrinement des jeunes Italiens et, en 1937, il voulut imposer son contrôle total sur la production pour l’enfance et la jeunesse par le biais du Minculpop. Les livres de lecture scolaires ne furent néanmoins pas tous rédigés par d’anonymes serviteurs du régime : les ouvrages pour les trois dernières classes du cycle primaire furent confiés à des écrivains et à des intellectuels de renoms, comme Grazia Deledda, Angiolo Silvio Novaro et Roberto Forges Davanzati. Quant à la littérature enfantine « en marge du régime », Mariella Colin nous dit qu’elle fut très minoritaire : « Rares sont les romans pour la jeunesse qui ne font aucune référence au fascisme dans les années 1930 » (p. 224) et « la production pour l’enfance et la jeunesse du Ventennio n’a été ennoblie par aucune œuvre ou texte antifasciste » (p. 353). Le climat général instauré par le totalitarisme inspira en revanche la « jeune littérature fasciste », qui visait à remplacer la littérature traditionnelle. Le courant fasciste de la littérature pour l’enfance comprenait plusieurs genres : le « nouveau merveilleux », qui transformait en contes la vie de Mussolini ou les faits liés à la vie du fascisme, les « nouvelles des Balillas » qui mettaient en scène la vie quotidienne des « enfants de Mussolini », enfin les « romans de la renaissance » ou Bildungsroman fasciste, des romans militants ayant pour sujet la « révolution fasciste en cours » (Berluè de Francesco Jovine, Corcontento de Renzo Pezzani, L’altra guerra del Piccolo Alpino de Salvator Gotta, L’ombra sulla strada d’Olga Visentini…). Il s’agissait d’une littérature qui transfigurait et mystifiait la réalité, mais qui bénéficiait de l’immense consensus obtenu par le régime et de « l’atmosphère de ferveur permanente » (p. 277) qui augmenta encore après la conquête de l’Éthiopie en 1936. Cette nouvelle donne fut immédiatement intégrée dans les livres d’école, qui furent chargés de l’éducation de l’« Italien impérial », ainsi que dans la littérature d’enfance et de jeunesse où fleurit toute une littérature coloniale, notamment les romans de la colonisation et les romans de la conquête où de jeunes Balillas se trouvaient associés à la guerre et participaient à la campagne militaire. La propagande intense qui enveloppa l’opinion nationale fut ainsi doublée par les messages envoyés aux enfants, comme ce fut également le cas pour la guerre d’Espagne, les lois raciales ou la seconde guerre mondiale, dans un climat d’acharnement redoublé du régime, lors des dernières années de la dictature, pour l’appropriation complète du territoire de la littérature d’enfance et de jeunesse et de l’imaginaire enfantin.

6L’ouvrage de Mariella Colin se clôt néanmoins sur une note positive, lorsqu’elle rappelle que dans les bibliothèques scolaires, municipales et familiales, « le poids quantitatif des titres de toute la période libérale du xixe et du xxe siècle est resté majoritaire ». Si les volumes de l’ère nouvelle, fortement caractérisés, nous permettent de saisir toutes les intentions et les messages de la propagande fasciste, ils ont simplement pris place à côté des anciens et les jeunes Italiens ont néanmoins toujours continué à lire les « classiques » qui ont forgé l’identité de la nation avant et après le Ventennio.

Top of page

References

Electronic reference

Laura Fournier-Finocchiaro, « Mariella Colin, « Les enfants de Mussolini ». Littérature, livres, lectures d’enfance et de jeunesse sous le fascisme. De la Grande Guerre à la chute du régime », Laboratoire italien [Online], 11 | 2011, Online since 15 November 2011, connection on 24 April 2014. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/619

Top of page

About the author

Laura Fournier-Finocchiaro

By this author

Top of page

Copyright

© ENS Éditions

Top of page